Le Saviez-Vous ► Cette pièce de théâtre qui imaginait 2020 il y a 100 ans était vraiment visionnaire


À la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, il y a un manuscrit écrit en 1920, intitulé en 2020. Un siècle nous sépare avec cette pièce de théâtre. L’auteur a imaginé un homme de 1920 qui est transporter à notre époque. Sa créativité est surprenante, car il parle de tasers, de robot aspirateur, l’émancipation de la femme, de téléphone avec une caméra… Par contre, il s’est trompé sur certains point comme la disparition des dentistes ..
Nuage


Cette pièce de théâtre qui imaginait 2020 il y a 100 ans était vraiment visionnaire


En 55 pages, Henry De Gorsse imagine un Paris futuriste mais pas si éloigné de notre quotidien actuel.

Les robots aspirateurs, les tasers des forces de l’ordre ou encore Skype: tout cela, Henry De Gorsse l’avait imaginé il y a un siècle!

Par Clément Vaillant

Vous vous êtes peut-être déjà demandé comment on imaginait le futur -et en l’occurrence le monde d’aujourd’hui- il y a un siècle?

«En l’an 2020 ou la merveilleuse aventure de Benjamin Pirouette nous donne de précieuses indications à ce sujet. Cette pièce en trois actes imaginée par Henry De Gorsse a été jouée pour la première fois au Théâtre du Châtelet à Paris le 10 décembre 1920.

Le HuffPost s’est replongé dans le manuscrit de ce texte inédit et nous avons eu quelques surprises. Avant de dévoiler ces étonnantes prophéties, il convient de revenir brièvement sur le synopsis de cette pièce de théâtre.

Une recette miracle pour ralentir le vieillissement

En 1920, le Docteur Fox trouve le moyen de liquéfier l’air et ainsi conserver vivants pendant un nombre indéfini d’années tous les êtres que l’on plonge dans cette préparation extraordinaire. Après avoir mené des tests sur des animaux de tout poil, il cherche un cobaye humain, mais ses annonces dans la presse demeurent sans réponse… jusqu’au jour où un certain Benjamin Pirouette tombe dessus. Cet employé de ministère veut en finir car il ne supporte plus sa femme qui lui mène la vie dure. Il décide de répondre à l’annonce du journal et se fait injecter le sérum «X.B.T. 43», dont la propriété est de ralentir le fonctionnement du cœur.

En plus d’empocher un joli pactole de 100 000 francs, Pirouette gagne une sieste d’un siècle et se réveille donc en 2020 au Muséum d’histoire de Paris. La suite est tout aussi passionnante qu’intrigante.

Les tasers de la police prophétisés 52 ans avant leur création

À peine sorti de la cuve dans laquelle il était conservé, Benjamin Pirouette fait face à des policiers d’un nouveau genre. Ces derniers repoussent la foule venue observer le spectacle à l’aide de ce qui ressemble beaucoup aux pistolets à impulsion électrique de type Taser.

«Les agents font usage de leurs bâtons d’étincelles électriques qui fait hurler et danser ceux qui s’avancent trop», peut-on lire dans le manuscrit d’Henry de Gorsse.

L’auteur, qui est également un ami d’Edmond Rostand, avait vu juste. Il avait pressenti l’arrivée de cette arme 52 ans avant son invention par l’Américain Jack Cover en 1972.

L’émancipation de la femme

Dès ses premiers pas dans le Paris de 2020, le personnage principal fait la rencontre de Mme Leverdier qui – permettez-nous de divulgâcher – deviendra sa nouvelle compagne. D’ailleurs, en 2020, ce ne sont plus les hommes qui demandent la main de leur épouse… mais l’inverse!

Henry De Gorsse pressentait l’émancipation de la femme et multiplie les références à ce sujet dans son œuvre. Ainsi, Madame Leverdier n’est absolument pas femme au foyer: elle est à la fois banquière, avocate, ingénieure, médecin et députée, tout en même temps!

«Messieurs, il était bien juste qu’après vingt siècles d’asservissement et d’inutilité, la femme eût, au XXIe siècle la place qui lui est due!», lâche-t-elle dans une réplique.

L’ancêtre de Skype et la conquête de Mars

Lorsque Mme Leverdier cherche à séduire Benjamin Pirouette, elle le fait par téléphone équipé d’une caméra. Qui aurait imaginé que l’on prophétise Skype… en 1920? Une situation qui désempare Benjamin Pirouette dans la pièce de théâtre. Et il n’est pas au bout de ses peines.

En 2020, les trottoirs de la capitale sont métamorphosés. Terminé le bitume, l’heure est désormais aux «chemins roulants», des sortes de tapis mécaniques qui permettent aux piétons de se déplacer rapidement. Et si Henry De Gorsse avait été un peu trop optimiste quant à leur développement dans tout Paris, ces «escaliers roulants plats» existent bien dans les aéroports.

Pour rester dans le domaine des technologies, l’auteur de la pièce voyait juste concernant la conquête spatiale et notamment le projet d’envoyer un homme sur Mars. Dans «En l’an 2020», le lancement d’une «fusée obus» vire au fiasco et l’homme doit se résoudre à vivre sur Terre dans l’attente d’un projet plus abouti.

Des vegans et des robots aspirateurs

Si vous avez la flemme de faire le ménage/pas le temps/*insérez ici une excuse* vous avez sans doute déjà envisagé la possibilité d’acheter un robot aspirateur. Un appareil que possède justement Madame Leverdier dans notre fameuse pièce de théâtre.

«Qu’est-ce que c’est ça? Un tank?», se demande Benjamin Pirouette, dont la naïveté prête à sourire.

En 2020, la consommation de viande a disparu car la nourriture a été entièrement remplacée par des pilules.

«Des pilules d’ozone… d’hydrate de carbone… de phosphore: six d’entre elles suffisent à la nourriture quotidienne d’un adulte», explique-t-on à Benjamin Pirouette qui ne cache pas sa déception: «Plus d’entrecôtes… Plus de frites… Plus rien quoi!» Il finira par vider une boite de pilules dans sa bouche, «l’équivalent d’un bœuf entier».

Un excès de gourmandise qui lui vaudra une belle frayeur et… un lavage d’estomac.

Les mariages «déshumanisés» et la disparition des dentistes

Si Henry De Gorsse a multiplié les prophéties justes, il s’est en revanche trompé sur certains points. L’auteur imaginait que l’acte de mariage deviendrait totalement déshumanisé au point de voir disparaître le maire (ou son adjoint) au profit d’un phonographe qui enregistrerait la voix des mariés et stockerait leurs engagements sur un CD. Heureusement, nous n’en sommes (pas encore) là!

Tout comme les maires, les dentistes eux aussi n’ont pas disparu (et c’est tant mieux). Dans «En l’an 2020», ces derniers sont remplacés par des robots appelés des «odontoclastes». À l’aide de deux bras mécaniques, ils ceinturent le patient, tout en lui arrachant la dent préalablement sélectionnée sur un écran.

Un aller-retour au Brésil en trois heures

Comme de nombreux auteurs, Henry de Gorsse prophétisait lui aussi l’arrivée de la voiture volante pour le XXIe siècle… à tort. Dans sa pièce de théâtre, les aéronefs volent dans les airs et permettent même de faire un aller-retour au Brésil en trois heures (le rêve).

Interpellé par Benjamin Pirouette sur ces étonnantes évolutions, un chauffeur de taxi tient cette phrase qui a une résonance particulière à l’heure de la difficile cohabitation entre vélos, voitures, trottinettes et piétons: «

toute la locomotion de Paris se fait à travers l’espace! Sans ça il y a beau temps que tous les piétons seraient écrabouillés.»

Enfin, Henry De Gorsse semblait persuadé qu’en l’an 2020, la peine de mort serait encore en vigueur en France. Son personnage principal risque la peine capitale, alors qu’il est accusé de bigamie après un malheureux concours de circonstances (sa femme de 1920 débarque elle aussi en 2020). Heureusement depuis, Robert Badinter est passé par là…

En 1920, cette pièce de théâtre séduit la critique qui y voit une belle allégorie du progrès.

«Allez voir au Châtelet les maisons à vingt étages, les trottoirs roulants, les aéronefs et la machinerie compliquée qui a remplacé la main-d’œuvre humaine», écrit en décembre 1920 le journal «Excelsior».

«Comme il serait aisé d’y faire tenir, avec la critique du temps présent et de tous les temps passés, une forte synthèse des plus hautes conceptions humaines», commente de son côté «Comœdia», tout en nous offrant une illustration (ci-dessous) de ce à quoi pourrait ressembler 2020.

Pour «Comœdia», la pièce d'Henry de Gorsse offre «une vue de Paris de 2020, avec ses trottoirs roulants à l'infini transportant les voyageurs dans toutes les directions.»

RETRONEWS

Pour «Comœdia», la pièce d’Henry de Gorsse offre «une vue de Paris de 2020, avec ses trottoirs roulants à l’infini transportant les voyageurs dans toutes les directions.»

Pour ceux qui souhaiteraient en savoir davantage sur ce texte, inutile de le chercher en ligne ou de le demander à votre libraire. Le précieux manuscrit n’est disponible qu’en consultation à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (BHVP). Vous aurez l’opportunité le temps de quelques heures de parcourir un livre unique.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

https://quebec.huffingtonpost.ca/


Une aînée victime d’une arnaque en ligne perd plus de 100 000 $


Comment de fois, qu’il faudra dire que sur internet, quand il est question d’argent, il faut être prudent. Ces fraudeurs, visent des personnes vulnérables et c’est ce qui fait que les mêmes arnaques durent des années, voir des décennies
Nuage

 

Une aînée victime d’une arnaque en ligne perd plus de 100 000 $

 

Une femme âgée de 75 ans a perdu plus de 100 000 $ à la suite d’une fraude par internet qui touche particulièrement les résidents de Longueuil, en Montérégie.

Le Service de police de l’agglomération de Longueuil a révélé jeudi le stratagème utilisé par les fraudeurs qui ont communiqué avec leurs victimes par internet. Les femmes qui s’affichent comme veuves sur les réseaux sociaux semblent être des cibles récurrentes. Les victimes ont discuté avec les arnaqueurs sur Skype, pendant plusieurs semaines, ce qui a créé des liens de confiance.

Les fraudeurs ont ensuite prétendu avoir un urgent besoin d’argent et demandé aux victimes de leur transférer des sommes importantes par l’entremise de compagnies comme Western Union ou Money Gram. La plupart du temps, cet argent aurait été transféré vers des pays comme la Chine, le Maroc ou encore le Congo.

Les fraudeurs laissent croire qu’ils sont généreux et qu’ils vont éventuellement rembourser leur dette, chose qui n’arrive pratiquement jamais.

Le SPAL en a profité pour rappeler aux citoyens les mesures de précautions à prendre contre les arnaqueurs qui sévissent en ligne. Pour éviter une arnaque, les autorités recommandent de ne jamais envoyer d’argent à des inconnus à la suite de telles rencontres sur le web.

Par ailleurs, il est recommandé de consulter des membres de sa famille ou des gens de confiance avant d’avancer tout montant à des inconnus sur internet.

Toute personne qui pense avoir été victime de cette arnaque peut communiquer avec son service de police local. Celui-ci transmettra l’information au centre antifraude Canada.

http://www.tvanouvelles.ca/

MSN Messenger cessera définitivement d’exister dans deux mois


Vous en souvenez de MSN Messenger ? Il a quitté en silence dans bien des pays, et il s’apprête a prendre définitivement sa retraite . Il a été une porte d’entrée dans le monde extérieur pour plusieurs d’entre nous en clavardant avec des gens de différents milieux.
Nuage

 

MSN Messenger cessera définitivement d’exister dans deux mois

 

Le logo de MSN Messenger Photo :  Microsoft

Un texte de Bahador Zabihiyan

La fin de Windows Live Messenger en Chine, prévue le 31 octobre, sonnera le glas de ce service de messagerie instantanée offert par Microsoft depuis 15 ans : les internautes chinois étaient les derniers à y avoir accès.

Les trentenaires s’en souviennent sûrement, mais ne l’utilisent probablement plus. Lancé en 1999, ce service, connu d’abord sous le nom de MSN Messenger, a vécu son heure de gloire à partir des années 2000, notamment chez les adolescents.

Mais après avoir acheté Skype – un service qui permet aux utilisateurs de passer des appels téléphoniques et vidéo via Internet – Microsoft a progressivement délaissé Windows Live Messenger, qui s’est longtemps limité à l’envoi de messages écrits et de fichiers.

Aujourd’hui, seuls les Chinois y ont encore accès. Mais plus pour longtemps.

En 2009, Windows Live Messenger comptait encore 330 millions d’utilisateurs. Ce nombre a toutefois rapidement fondu avec l’arrivée de Skype, Facebook et l’avènement des téléphones intelligents.

MSN Messenger avait été lancé au tournant du siècle afin de concurrencer le service de messagerie instantanée d’AOL. Il avait ensuite gagné en popularité, jusqu’à devenir la référence mondiale en termes de clavardage. Le service de Microsoft s’était ensuite considérablement élargi, permettant la transmission de photos, d’enregistrements sonores et de vidéos.

Microsoft avait réalisé une entrevue humoristique et décalée avec un personnage incarnant MSN Messenger lorsque l’entreprise avait annoncé la fin de son service en France, l’année dernière.

« Je voudrais juste vous dire merci à tous. On s’est bien marré. Maintenant, il est temps pour moi de partir », disait le personnage, lors d’une entrevue factice.

 

http://ici.radio-canada.ca

Première connexion entre cerveaux humains


Une expérience étonnante et en plus réussie. Je pense qu’il aura sûrement de belle possibilité dans le futur pour des personnes handicapées des membres. Cependant, il pourrait aussi avoir de l’abus à vouloir contrôler de force d’autres personnes a mon avis
Nuage

 

Première connexion entre cerveaux humains

 

Les chercheurs Rajesh Rao et Andrea Stocco lors de l'expérience.

Les chercheurs Rajesh Rao et Andrea Stocco lors de l’expérience. Photo :  Université de Washington

Des scientifiques américains ont réalisé ce qui serait la première connexion non invasive entre deux cerveaux humains. Ainsi, un chercheur de l’Université de Washington a été capable de faire bouger le doigt d’un collègue situé de l’autre côté du campus en envoyant un signal à son cerveau par Internet.

Comment? En ayant recours à des enregistrements cérébraux électriques et une forme de stimulation magnétique, le chercheur Rajesh Rao a envoyé un signal au cerveau de son collègue Andrea Stocco, ce qui a permis de faire bouger son doigt sur un clavier.

Contexte
Des chercheurs de l’Université Duke avaient déjà réalisé une communication cérébrale
entre deux rats, et d’autres, de Harvard, l’avaient fait entre un homme et un rat. La présente expérience serait ainsi la première démonstration de connexion cérébrale entre humains.

« Internet est un moyen de connexion entre ordinateurs et peut maintenant connecter des cerveaux. Ce que nous voulons, c’est transmettre le savoir d’un cerveau à l’autre. »— Andrea Stocco

La démonstration a été filmée dans les deux laboratoires. Un extrait édité est disponible à la fin de ce texte.

Le Pr Rajesh Rao, un ingénieux et expert en science informatique, travaille sur ce projet depuis 10 ans. Ce n’est qu’en 2011 toutefois que différentes percées dans les technologies lui ont permis d’espérer réussir une première démonstration de communication humaine intercérébrale.

L’expérience

Le 12 août dernier, Le Pr Rao s’est assis dans son laboratoire avec un casque d’électrodes relié à un appareil d’électroencéphalographie lisant l’activité cérébrale dans son cerveau.

Le chercheur Stocco, dans son laboratoire situé à l’autre extrémité de l’université, a placé un casque sur sa tête, qui indique les zones de stimulation magnétique transcrânienne et qui est relié à un appareil placé directement sur son cortex moteur gauche, la région du cerveau qui contrôle les mouvements de la main.
Les deux équipes étaient connectées par Skype afin de se coordonner, mais les deux participants ne pouvaient voir les écrans.

M. Rao a regardé un écran d’ordinateur et a joué à un jeu vidéo simple avec son esprit. Lorsqu’il devait tirer un coup de canon vers une cible, il imaginait le déplacement de sa main droite avec un curseur vers le bouton « feu » en prenant bien soin de ne pas le faire. Presque instantanément, son collègue Stocco, qui avait des écouteurs annulant le bruit et qui ne regardait pas d’écran d’ordinateur, a involontairement déplacé son index pour pousser la barre d’espace sur le clavier devant lui, comme pour tirer.

Après l’expérience, ce dernier a comparé la sensation de sa main qui bougeait involontairement à un tic nerveux.

Pour sa part, son collègue Rao a trouvé l’expérimentation passionnante. De savoir qu’une action imaginée par son cerveau est traduite dans l’action par l’organe d’un autre est très particulier, a-t-il affirmé.

« En fin de compte, c’est comme un flux d’informations à sens unique de mon cerveau au sien. »— Pr Rajesh Rao

Il n’est donc pas surprenant de deviner la prochaine étape du groupe de recherche : établir une conversation bilatérale plus équitable entre les deux cerveaux.

http://www.radio-canada.ca

Attention! Vos gadgets vous épient sans cesse


Aujourd’hui, que ce soit les télévisions intelligents, le récepteur numérique, les cellulaires, les médias sociaux tout est appelé a être surveiller. L’espionnage a grande échelle. Préserver sa vie privée, n’est qu’un écran de fumée, car a l’ère de cette technologie, il n’y a pu de vie privée
Nuage

 

Attention! Vos gadgets vous épient sans cesse

 

Vie privée - Attention! Vos gadgets vous épient sans cesse

Photo ktsdesign / Fotolia

Canoe.ca
Stéphane Vaillancourt

Depuis les révélations au sujet de PRISM, ce vaste projet de cybersurveillance des internautes par le gouvernement américain, les gens se sentent soudainement épiés, croient leur vie privée violée par de l’écoute électronique ou l’interception de messages textes.

Or, les appareils et logiciels que l’on utilise au quotidien dévoilent tout autant d’information à votre sujet aux fabricants (dans le meilleur cas) ou à des bidouilleurs ayant réussi à exploiter une faille de sécurité (dans le pire cas).

Les téléphones et tablettes sont équipés d’un module GPS et d’une antenne Wi-Fi, qui peuvent servir à connaître votre emplacement en tout temps. On se souviendra du cas Apple, où le stockage des données de localisation s’effectuait dans un fichier facilement accessible et non chiffré avait soulevé bien des questions, en 2011.

Les téléviseurs intelligents et récepteurs numériques personnels aussi peuvent servir à connaître beaucoup de choses à votre sujet: les sites visités et services utilisés dans un cas, les émissions que vous écoutez dans l’autre.

De plus, des téléviseurs vulnérables permettraient à des gens malveillants non seulement de s’introduire dans le système et accéder aux informations qui y sont stockées, mais aussi de propager des virus ou espiogiciels par l’entremise des ports USB dont ces appareils sont équipés.

Les consoles de jeu n’y échappent pas. On pense immédiatement au module Kinect de Microsoft, que l’on soupçonne de rester en veille pour épier nos moindres faits et gestes. La nouvelle version, intégrée à même la nouvelle Xbox One dont la sortie est prévue à l’automne 2013, est même fortement soupçonnée d’être un espion à la solde de la NSA et de PRISM, selon Inquisitr (en anglais).

Enfin, le logiciel de téléphonie IP Skype ferait, lui aussi, partie intégrante du réseau d’espionnage gouvernemental avec son «Project Chess», mis sur pied il y a déjà 5 ans de cela et exploité par la NSA et le FBI depuis février 2011, alors que Skype appartenait encore à eBay.

Pas que les États-Unis…

On apprenait aussi récemment que les services de renseignement français, la DGSE, possède aussi un système permettant de collecter les «signaux électroniques émis par les ordinateurs ou les téléphones en France, tout comme les flux entre les Français et l’étranger».

Bref, que «l’ensemble des courriels, des messages textes, des relevés d’appels téléphoniques, des accès à Facebook, Twitter et autres réseaux sont ensuite stockés pendant des années», selon le quotidien Le Monde.

On note toutefois que la surveillance cible surtout «qui parle à qui», plutôt que le contenu des conversations en soi – probablement la deuxième étape, une fois une conversation ciblée.

Étiqueté «terroriste potentiel»

Une fois les informations recueillies, il ne reste plus qu’à les jumeler aux données publiques (caméras dans les transports ou lieux publics) et surveiller les comportements jugés suspects, comme l’a appris à ses dépens David Mery, en 2005, alors que la police de Londres était sur les dents, peu de temps après un attentat dans le métro.

 

Le problème, c’est qu’une fois une personne étiquetée « terroriste potentiel », on interprète tout geste, tout acte comme étant suspect. Une fois la personne arrêtée, même si une erreur est admise par la suite, son nom demeure dans les registres pendant un bon bout de temps (9 à 10 ans, dans ce cas-ci), l’empêchant de voyager ou, simplement, de vivre une vie normale.

Si vous n’avez rien à cacher…

Le fameux prétexte voulant que « si vous ne faites rien de mal, vous n’avez alors rien à cacher » est plutôt douteux, à la lumière de l’histoire de David Mery (et probablement de plusieurs autres).

Que dire alors, si l’on suit cette logique, de ceux qui décident de ne pas avoir de compte Facebook? Ceux qui ne publient jamais de photo d’eux ou ne font jamais de «check-in» sur les réseaux sociaux? Est-ce que désirer conserver un peu de vie privée serait devenu un comportement suspect?

On est en droit de se demander où la logique Big Brother va nous mener…

http://fr.canoe.ca

La sextorsion, l’arnaque de l’heure


Je ne sais pas quelle idée stupide que des gens vont accepter de se déshabiller devant un écran d’ordinateur pour une personne qui souvent ne connait même pas. Le sexetorsion semble choisir les victimes chez les hommes pour ensuite les faire chanter en demandant de l’argent tout en menaçant de faire diffuser une vidéo d’eux dans une situation humiliante, et pouvant même les accuser a tord de pédophile s’ils ne paient pas. Et comme il est facile d’accuser un homme de pédophile et détruire la vie d’une personne a tord, le piège est bien rôdé
Nuage

 

La sextorsion, l’arnaque de l’heure

 

Des dizaines de victimes de sextorsion - toutes... (PHOTO ANNE GAUTHIER, LA PRESSE)

Des dizaines de victimes de sextorsion – toutes des hommes – ont été recensées ces derniers mois dans la grande région montréalaise, selon les policiers de plusieurs territoires interrogés.

PHOTO ANNE GAUTHIER, LA PRESSE

HUGO MEUNIER
La Presse

Utiliser le sexe pour faire chanter une victime constitue une des arnaques de l’heure en matière d’hameçonnage informatique. Plusieurs corps policiers s’inquiètent d’une récente recrudescence des cas.

Des dizaines de victimes de sextorsion – tous des hommes – ont été recensées ces derniers mois dans la grande région montréalaise, selon les policiers de plusieurs territoires interrogés. Il s’agirait selon eux d’une infime fraction des fraudes commises.

L’escroquerie est simple: vous rencontrez une jeune et jolie femme sur des sites de rencontre, notamment le site populaire Badoo et même Facebook. Elle vous invite alors à poursuivre la conversation dans l’intimité, devant des webcams sur des plates-formes comme MSN ou Skype. Les échanges virtuels dévient rapidement vers le sexe. La jeune femme commence alors un striptease ou entreprend de se caresser en vous encourageant à en faire autant. Après quelques minutes, surprise! La jeune femme vous apprend que vous venez d’être filmé à votre insu. On vous ordonne d’aller sur le champ verser de l’argent via des entreprises de transfert de fonds comme Western Union ou Moneygram, faute de quoi on menace de partager la vidéo compromettante sur des sites comme YouTube, de même qu’à vos contacts de divers réseaux sociaux comme Facebook.

La piste des responsables de cette arnaque informatique remonte à la Côte d’Ivoire (dans la ville d’Abidjan), là où les victimes doivent envoyer l’argent extorqué. Ils sont pratiquement impossibles à épingler et les policiers doivent se résigner à un rôle préventif.

Quelques adresses IP d’ordinateurs utilisés par des jeunes femmes ont pour leur part été découvertes en France et en Belgique.

Les échanges avec les victimes québécoises se font au clavier seulement et en français.

Les policiers sont par ailleurs unanimes: les filles utilisées pour appâter les victimes ne sont qu’un maillon d’un réseau plus vaste, structuré et surtout lucratif. Seulement sur le territoire de Laval, où 13 dossiers ont été répertoriés depuis décembre, les montants extorqués varient de 150 $ à 3800 $. Les sommes sont d’abord exigées en euros, avant d’être révisées en devises canadiennes.

Pour toucher de l’argent, les escrocs semblent même prêts à négocier, constate le sergent Franco Di Genova, de la police de Laval.

«Une de nos victimes s’est fait demander 500 $, il a plaidé n’avoir que 150 $, le montant finalement envoyé.»

Les victimes recensées à Laval se sont fait arnaquer entre le 19 décembre et le 21 mai derniers. Elles ont de 20 ans à 73 ans, mais la plupart sont dans la vingtaine. Deux d’entre elles ont envoyé paître les fraudeurs. La police ignore si les extorqueurs ont mis leur menace à exécution.

À l’échelle mondiale, le fléau est tel que même le FBI a récemment lancé un message de prévention sur son site.

«Les victimes se font aussi pirater leur ordinateur, puisque les escrocs énumèrent les noms de leurs proches, à qui on menace d’envoyer la vidéo embarrassante, explique le sergent. Nos enquêteurs disent que ce n’est que la pointe de l’iceberg. Que les victimes peuvent être trop gênées pour porter plainte à la police».

Les plaintes augmentent

Autre signe que la sextorsion est en vogue, la Sûreté du Québec (SQ) avait justement médiatisé en octobre dernier une stratégie de prévention.

«On avait alors une vingtaine de victimes au Québec», mentionne la sergente Joyce Kemp.

La SQ invite les internautes à s’assurer de l’identité de leur interlocuteur sur les réseaux sociaux et à ne jamais tenir pour acquis le caractère privé d’une conversation sur l’internet.

Les Montréalais tombent également dans le piège. Leur service de police observe une hausse marquée des plaintes, soit une cinquantaine entre janvier 2012 et le 3 juin dernier et plusieurs dossiers s’accumulent depuis avril dernier. «Avant cette date, nous n’avions qu’environ une ou deux plaintes par mois», rapporte-t-on au Service de police de la Ville de Montréal(SPVM).

Même phénomène du côté de Longueuil, où la police a enregistré une dizaine de plaintes depuis le début de l’année.

«Faute de moyens, nos enquêtes n’aboutissent pas jusqu’en Côte d’Ivoire. Mais 10 cas, c’est quand même pas mal pour notre territoire», reconnaît l’agent Jean-Pierre Voutsinos.

La sextorsion est à prendre très au sérieux, ajoute le sergent Di Genova. «Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de drame, mais on sait que cette arnaque a déjà causé un suicide en Europe», note le policier.

Après vérification, un jeune Breton de 18 ans s’est en effet enlevé la vie il y a quelques mois à Brest, victime de sextorsion.

«J’ai une vidéo de toi. Si tu ne me donnes pas 200 euros, je vais détruire ta vie», lui avait écrit la maître chanteuse, dont l’adresse IP avait été localisée à Abidjan.

***

«Sur le coup, j’ai paniqué!»

Victime de sextorsion, un Lavallois de 24 ans raconte l’avoir échappé belle, après avoir été hameçonné par une belle jeune femme, en mars dernier, sur le site de rencontre Badoo.

«Elle m’a proposé d’aller discuter sur MSN et d’ouvrir nos webcams. Elle m’a demandé de faire des choses», explique le jeune homme, sous le couvert de l’anonymat. «Elle a dit: « Tu me montres quelque chose et ensuite, je te montre quelque chose. » Elle insistait. J’ai dit: « Toi d’abord. »»

La jeune femme a alors commencé à se dévêtir et se caresser, imitée par le Lavallois. Le piège s’est vite refermé.

«Ils ont menacé d’envoyer la vidéo à ma famille et sur YouTube. Ils avaient les noms de mes contacts Facebook.»

Les escrocs avaient bel et bien l’intention de diffuser la vidéo sur YouTube, puisque le Lavallois a reçu le lien en privé.

Le titre qui coiffait la vidéo:

«Regardez ce pédophile se branler devant une fillette de 12 ans.»

Par chance, le Lavallois est parvenu in extremis à faire retirer la vidéo avant sa diffusion, en la signalant à YouTube comme contenu explicite.

«Sur le coup, j’ai paniqué. J’ai peut-être fait une niaiserie, mais de là à mériter quelque chose comme ça…»

Le Lavallois est convaincu que les vrais responsables de l’escroquerie utilisent des images préenregistrées de filles glanées sur des sites porno, puisqu’un de ses amis a failli se faire prendre par la même fille après sa mésaventure.

Le manège était identique, seul le nom de la fille était différent.

«Ne faites rien devant une webcam, même si c’est votre meilleure amie. On ne sait jamais qui est derrière ça», prévient le jeune homme.

«Ils m’ont demandé 15 000 $, j’ai dit ne pas avoir d’argent. Ils m’ont répondu: «Arrange-toi, on te donne 24heures!»

***

D’autres visages de l’extorsion

La ruse Justin Bieber

L’Américain Christopher Park Gunn a récemment été condamné à 35 ans de prison pour de la sextorsion sur des mineures. Pour arriver à ses fins, l’homme prétendait être le chanteur Justin Bieber et proposait à ses jeunes victimes des billets de concert en échange de photos suggestives. Par ailleurs, un Californien de 27 ans risque pour sa part une peine de 105 ans de prison pour avoir fait chanter pas moins de 350 femmes. Gary Kazaryan piratait les comptes Facebook de ses victimes en quête de photos compromettantes. L’escroc menaçait ensuite de rendre les clichés publics si les victimes ne se pliaient pas à ses caprices.

Côte d’Ivoire: terreau fertile de l’extorsion

Une riche héritière qui vous propose des sommes colossales provenant de l’industrie du diamant? Une jeune femme se déshabille devant vous et vous propose d’en faire autant? Plusieurs arnaques semblent remonter jusqu’à la Côte d’Ivoire, visiblement un terreau fertile pour l’extorsion informatique. Nous avons demandé pourquoi au spécialiste des nouvelles technologies et médias sociaux Carl Charest.

«En fait, c’est la mafia russe qui serait derrière ça et la Côte d’Ivoire serait un endroit facile pour encaisser l’argent», explique-t-il.

 Une grande portion de l’argent récoltée par la mafia russe proviendrait d’ailleurs de l’extorsion informatique tous azimuts.

«C’est plus simple et efficace que la drogue. Tu engages des hackers qui font tout le travail. La sextorsion n’est qu’une façon parmi tant d’autres», résume M. Charest.

L’affaire Lesiewicz

Le cas le plus célèbre de sextorsion au Québec est sans doute celui impliquant le cyberprédateur montréalais Daniel Lesiewicz, condamné en 2011 à 12 ans de prison pour avoir piégé quelque 200 adolescentes et jeunes femmes de 2006 à 2008. L’homme d’une trentaine d’années repérait ses victimes en s’introduisant par leur liste de contacts MSN. Sous de fausses identités, il les incitait ensuite à se déshabiller devant la caméra. Il exigeait par la suite un spectacle érotique en ligne, faute de quoi il menaçait de diffuser la vidéo sur le web. Lesiewicz a plaidé coupable à 91 chefs d’accusations liées à la pornographie et à l’extorsion.

***

Les conseils du FBI

1. Ne tenez pas pour acquis que votre disque antivirus vous protège contre les escroqueries.

2. Fermez votre ordinateur lorsque vous ne l’utilisez pas.

3. Fermez votre webcam lorsque vous ne l’utilisez pas.

4. N’ouvrez pas de pièce jointe sans d’abord vérifier la provenance de l’envoi.

5. Soyez suspicieux. Si vous recevez un message avec une pièce jointe de votre mère à 3 h du matin, il est possible que le message ne soit pas vraiment de votre mère.

6. Si votre ordinateur a été piraté et que vous avez des menaces d’extorsion, n’hésitez pas à en faire part à vos parents ou à la police.

Source: Site du FBI, janvier 2013

***

La sextorsion par corps policiers

Montréal: 46 CAS entre janvier 2012 et le 3 juin 2013

Laval: 13 CAS depuis décembre 2012

Longueuil: 10 CAS environ depuis janvier 2013

SQ: 20 CAS depuis octobre 2012

http://www.lapresse.ca

LES PAYS QUI ESPIONNENT LEURS CITOYENS


Je me souviens il y a plusieurs années quand je chattais, un m’avait dit qu’on ne peut pas tout dire sur Internet, et sur msnchat … Que des gouvernements pouvaient surveiller les internautes. Je pensais qu’il paranoïait. Il faut bien s’en rendre compte, l’espionnage des citoyens sur les ordinateurs est une réalité
Nuage

 

LES PAYS QUI ESPIONNENT LEURS CITOYENS

 

Par Daphnée Denis

 

Au moins 36 gouvernements (dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l’Allemagne) utilisent des logiciels de haute technologie pour espionner leurs citoyens.

Le centre de recherche canadien Citizen Lab vient de publier un rapport sur les 36 Etats clients de FinFinisher, une entreprise d’«intrusion technologique», comme elle s’auto-décrit, dont les affaires marchent manifestement très bien: il y a à peine deux mois, elle ne travaillait en effet «que» pour 25 Etats.

FinFinisher appartient à la compagnie britannique Gamma International: sollicitée par plusieurs dizaines de gouvernements, elle espionne les individus en infectant leurs ordinateurs et leurs portables grâce à une série de stratagèmes plus tordus les uns que les autres.

Exemples choisis (extraits du rapport de Citizen Lab):

«Nous avons identifié plusieurs instances où FinSpy utilise le code et le logo de Mozilla. Leur plus récent échantillon en malais prétend être le serveur Mozilla Firefox dans les propriétés de ses fichiers et son manifeste.»

« Nous avons également identifié un échantillon de FinSpy s’adressant aux personnes qui parlent malais dissimulé dans un faux document sur l’élection en Malaisie en 2013.»

«Dans le passé, nos recherches ont dévoilé des preuves que FinFinisher(…) avait pour cible des activistes de Bahreïn.»

«Nous avons également exposé l’utilisation commerciale de maliciel de surveillance développés par l’entreprise italienne Hacking Team et ayant pour cible un dissident dans les Emirats Arabes Unis.»

Quartz ajoute que FinSpy utilise «la (très élégante) ruse du “right-to-left override”» un caractère unicode qui permet d’inverser une chaîne de caractères pour une lecture de droite à gauche ou de gauche à droite (en français, «texte bidirectionnel»). Ce caractère était destiné à renverser les chaînes de caractères pour les langues qui se lisent de droite à gauche, mais peut également servir à camoufler les noms d’extension de fichiers dangereux –ou de logiciels d’espionnage. 

Une brochure FinFisher mise en ligne par Wikileaks annonce également que «FinSpy a été installé dans plusieurs ordinateurs dans des cybercafés dans des zones critiques pour surveiller des activités suspectes, surtout la communication Skype de plusieurs individus étrangers. En utilisant la Webcam, plusieurs photos de la cible ont été prises alors qu’ils utilisaient le système». 

Alors qui sont les pays clients de Gamma International? La liste mise à jour par Citizen Lab montre que, comme les vendeurs d’armes, l’entreprise fournit à la fois des gouvernements occidentaux et des régimes répressifs:

Cliquez sur l’image pour voir la carte en grand (via Citizen Lab)
  • Amériques: Etats-Unis; Canada; Mexique; Panama
  • Asie/Pacifique: Australie; Bangladesh; Brunei; Inde; Indonésie; Japon; Malaisie; Mongolie; Pakistan; Turkménistan; Vietnam; Singapour
  • Afrique: Ethiopie; Nigéria; Afrique du Sud
  • Europe: Autriche; Bulgarie; République Tchèque; Estonie; Allemagne; Hongrie; Lettonie; Lituanie; Macédoine; Pays-Bas; Roumanie; Serbie; Royaume-Uni
  • Moyen-Orient: Bahreïn; Turquie; Qatar; Emirats Arabes Unis

Encore une fois, cette liste ne comprend que les clients de Gamma International. Sachant que cette entreprise n’a pas le monopole du marché de la surveillance, on peut imaginer que d’autres Etats (peut-être la France, donc) surveillent tout autant leurs citoyens. Les sociétés Trovicor et Vupen, basées en Allemagne et en France, commercialisent ainsi des produits similaires à FinFisher, selon Quartz.

En 2011, le Wall Street Journal estimait le marché des «outils de surveillance» à 5 milliards de dollars annuels. 

D.D.

http://www.slate.fr