Les six dégoûts essentiels aux humains


Le dégout que ce soit une mauvaise hygiène, de certains animaux, de lésion, d’insecte sert à diminuer les risques de maladies. Probablement une intuition en rapport à leur environnement et l’évolution des maladies
Nuage

 

Les six dégoûts essentiels aux humains

 

Deux pommes pourries.

Le dégoût est une réponse innée pour éviter, ou du moins diminuer, les risques d’infection et de transmission de maladies. Photo : iStock

Le dégoût est reconnu depuis longtemps comme une émotion dont l’évolution au cours des siècles a permis à nos ancêtres d’éviter les infections de toutes sortes. Des chercheurs britanniques montrent aujourd’hui qu’il se structure autour de six thèmes différents liés à l’évitement d’animaux ou de personnes, et à des habitudes.

Un texte d’Alain Labelle

C’est la première fois que des chercheurs utilisent la perspective de la maladie pour analyser la nature du dégoût, ce qui leur a permis d’établir six catégories qui le déclenchent :

  • De la nourriture pourrie;
  • Une mauvaise hygiène;
  • Des animaux et des insectes;
  • La sexualité;
  • Les difformités physiques;
  • Les lésions et blessures.

Le dégoût est ainsi une réponse du corps pour éviter, ou du moins diminuer, les risques d’infection et de transmission de maladies.

Les chercheurs de l’École d’hygiène et de médecine tropicale de Londres (LSHTM) affirment que l’établissement de ces catégories peut aider à mieux cibler les messages de santé publique, par exemple pour encourager le lavage des mains ou contrer la stigmatisation associée à certaines maladies.

Des rats fouillent dans des sacs de poubelle.

Les animaux et insectes inspirent le dégoût. Photo : iStock/Chanawat Phadwichit

Ce type de comportement d’évitement de la maladie est très répandu chez les animaux, ce qui nous porte à croire qu’il est très ancien du point de vue de l’évolution. Le professeur Val Curtis, LSHTM

Le professeur Val Curtis et son équipe ont interrogé plus de 2500 personnes sur Internet, énumérant 75 scénarios potentiellement dégoûtants auxquels elles pourraient devoir faire face, comme des personnes présentant des signes évidents d’infection, des lésions cutanées purulentes, ou encore des objets grouillant d’insectes.

Les participants devaient évaluer la force de leur réaction de dégoût pour chaque scénario sur une échelle allant de « pas de dégoût » à « dégoût extrême ».

Parmi tous les scénarios présentés, les plaies purulentes ont été jugées les plus dégoûtantes. Le manquement aux normes d’hygiène de base, comme le fait d’avoir une mauvaise odeur corporelle, a également été jugé particulièrement dégoûtant.

Une plaie ouverte avec du pus.

Les infections purulentes inspirent aussi le dégoût. Photo : iStock

Le dégoût d’hier à aujourd’hui

C’est en analysant les réponses des participants que les chercheurs ont été en mesure de déterminer les six catégories communes de dégoût. Elles se rapportent toutes à divers types de menaces de maladies infectieuses rencontrées chez nos ancêtres.

Par exemple, le fait de manger de la nourriture pourrie menait à des maladies comme le choléra. Un contact intime avec des personnes malpropres risquait de transmettre la lèpre, des pratiques sexuelles exposaient un individu à la syphilis et le contact avec des plaies ouvertes pouvait conduire à la peste ou à l’infection par la variole.

Éviter les parasites

Ces résultats confirment la « théorie de l’évitement parasitaire », selon laquelle la notion du dégoût a évolué chez les animaux, ce qui les encourage à adopter des comportements visant à réduire le risque d’infection.

Un comportement qui est reproduit par l’humain, le dégoût incitant celui-ci à agir de manière particulière, ce qui minimise chez lui le risque d’être exposé aux maladies.

Une meilleure compréhension du dégoût nous permet de mieux comprendre les mécanismes du comportement d’évitement des maladies et nous aidera à mettre au point de nouvelles méthodes pour garder notre environnement, les animaux et nous-mêmes en bonne santé. Le professeur Val Curtis, LSHTM

Différences entre hommes et femmes

Ces travaux montrent qu’il existe des différences entre les sexes dans leurs réactions aux différents scénarios dégoûtants qui leur ont été présentés. Par exemple, les femmes évaluent les scénarios plus intensément que les hommes.

Une réalité qui concorde avec le fait que les hommes sont connus pour se livrer à des comportements plus risqués que les femmes.

Les catégories les plus dégoûtantes pour les participantes étaient liées aux comportements sexuels à risque et aux animaux porteurs de maladies.

Avant cette étude, l’équipe avait prédit que les types de dégoût correspondraient directement aux catégories de menaces potentielles de maladies.

Cependant, ce travail a permis de constater que les types de dégoût étaient plus étroitement liés aux mesures que les gens doivent prendre pour éviter les maladies, par exemple en ne touchant pas les lésions cutanées ou en ne s’approchant pas des personnes ayant une mauvaise odeur corporelle.

Il est certain, d’après ces résultats, que les gens ont un sens intuitif de ce qu’ils doivent éviter dans leur environnement, et notre coévolution avec les maladies n’y serait pas étrangère.

Micheal de Barra, Université Brunel de Londres

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Biological Sciences.

https://ici.radio-canada.ca/

Publicités

Le Saviez-Vous ► 10 symptômes que vous ne devriez pas ignorer


    Nous éprouvons tous des douleurs pour une raison ou une autre. Cependant, il y a des douleurs qui sont plus fortes, qui s’éternisent qui peuvent être un signe qu’il y a quelque chose qui clochent et qu’il serait bon d’aller consulter.
    Nuage

     

    10 symptômes que vous ne devriez pas ignorer

    Il nous arrive à tous d’expérimenter des douleurs occasionnelles ou des symptômes plus ou moins dérangeants. À moins d’être littéralement terrassés par la souffrance, plusieurs parmi nous attendent simplement « que ça passe. » Pourtant, certaines de ses douleurs peuvent être annonciatrices d’un problème sérieux dont les conséquences sont graves, parfois mortelles. Il devient donc important de consulter un professionnel de la santé au plus vite.

    Voici 10 de ces douleurs souvent sournoises dont il ne faut jamais négliger l’apparition :

    Mal de dos

    On parle ici d’une douleur très intense qui survient de manière soudaine, en s’accompagnant d’une sensation de brûlure. Elle peut être causée par une inflammation du nerf sciatique, un anévrisme de l’aorte thoracique ou la présence de pierres dans les reins, entre autres.

    Douleur abdominale

    Lorsque la douleur est particulièrement soudaine, aiguë et s’accompagne de fièvre, c’est que nous sommes en présence d’une infection. Selon la localisation, on pensera à une appendicite ou une pancréatite, un kyste ovarien ou une grossesse extra-utérine, par exemple.

    Douleur dans la poitrine

    Tout ce qui touche de près ou de loin à la région cardiaque doit être pris très au sérieux. Parfois la douleur s’étend au cou et à la tête, ou descend dans le bras, ou s’accompagne de vertiges et de vision floue. Il est impératif d’aller à l’urgence, à plus forte raison si vous êtes à risque de subir des complications cardio-vasculaires (parce que vous souffrez déjà d’obésité ou d’hypertension, par exemple.)

    Mal de tête

    À part si vous êtes déjà habitué aux migraines occasionnelles et/ou fréquentes, un mal de tête insupportable doit toujours être pris au sérieux. Il peut être causé par une, une méningite, une hémorragie ou même une tumeur cérébrale.

    Douleur dans les mollets

    Cela peut paraître étrange, mais une douleur aigüe qui apparaît dans les mollets et s’accompagne de gonflements, rougeur et inflammation, doit également être prise au sérieux : elle peut être causée par la présence de caillots de sang qui, en remontant les veines, peuvent se loger dans les poumons et causer une embolie pulmonaire.

    Pieds et jambes « qui brûlent »

    Ces douleurs sont le plus souvent causées par la présence de diabète qui n’a pas été diagnostiqué. Il est impératif d’y remédier, car le diabète non maitrisé est une affection sérieuse qui peut être fatale.

    Une respiration courte et douloureuse

    Si vous avez une grippe ou un rhume, il est normal d’expérimenter quelques difficultés à respirer. Toutefois, il ne faut pas négliger ce symptôme qui peut être causé par une embolie pulmonaire, une crise d’asthme ou une crise cardiaque, entre autres.

    Des saignements inhabituels

    Il peut s’agir de sang dans les selles, lorsqu’on tousse, qu’on vomit, de saignements de nez très fréquents et abondants, ou de menstruations qui s’éternisent… Toute forme de saignement inhabituel doit être prise au sérieux et nécessite la consultation d’un professionnel de la santé.

    Des flashs oculaires

    Si vous expérimentez soudainement des flashs de lumière, une vision trouble et floue ou des points de lumière devant les yeux qui ne disparaissent pas, il est nécessaire de voir un professionnel de la santé oculaire rapidement. Ces symptômes peuvent être causés par un détachement de la rétine, une maladie qui cause parfois la perte totale de la vision.

    Une confusion soudaine

    En cas de confusion et/ou de changements soudains dans la personnalité, d’agressivité inexpliquée ou d’incapacité à se concentrer qui survient, il faut rechercher une aide médicale au plus vite. Ces symptômes peuvent être causés par une hémorragie ou une tumeur cérébrale, ou encore par une crise cardiaque.

    Cécile Moreschi, rédactrice Canal Vie

    http://www.canalvie.com/

Les bébés prématurés tentent-ils d’échapper à l’utérus « hostile » de leur mère ?


Pourquoi certains bébés naissent prématurément ? Les chercheurs semblent détenir une réponse. Quand maman a une infection sans symptôme par exemple, le système immunitaire du bébé combat et cherche à sortir de l’utérus qui est devenu hostile pour lui
Nuage

 

Les bébés prématurés tentent-ils d’échapper à l’utérus « hostile » de leur mère ?

 

Crédits : iStock

par Brice Louvet

Les bébés prématurés tentent-ils d’échapper à l’utérus « hostile » de leur mère ? Possible, révèle une étude. Il s’agirait ici d’une action défensive suite à la présence d’une infection silencieuse. Les détails de cette étude sont disponibles dans la revue Science Translational Medicine.

Imaginez un fœtus se réveillant pour découvrir qu’il flotte dans un sac sombre avec un cordon comme seule ligne de vie. Les alarmes se déclenchent et le système immunitaire du fœtus envoie toutes ses troupes pour combattre cette entité étrangère. Ce scénario étrange peut sembler farfelu, mais il pourrait être similaire à ce qui se passe quand un bébé nait trop tôt. Dans de nombreux cas, les médecins ne savent pas exactement ce qui déclenche le travail prématuré d’une mère. Selon une récente étude, il se pourrait que le système immunitaire du bébé « rejette » essentiellement l’utérus de la mère, comme le corps d’une personne rejette un organe transplanté.

Ces résultats vont à l’encontre de la vision traditionnelle du système immunitaire du bébé, que l’on croyait trop jeune ou immature pour entraîner un tel processus de « rejet ».

« Le dogme a toujours été que le fœtus a un système immunitaire trop immature, et par conséquent, les gens n’ont pas vraiment envisagé son rôle possible dans les complications de la grossesse« , explique le Dr Tippi MacKenzie, professeur agrégé à l’Université de Californie, à San Francisco.

Mais la nouvelle étude suggère que dans certains cas, « le système immunitaire du fœtus « se réveille » prématurément et peut déclencher le travail« .

Selon les chercheurs, cela peut arriver si une mère présente une infection silencieuse (pas de symptômes), provoquant alors le système immunitaire du fœtus.

Dans l’étude, les chercheurs ont analysé des échantillons de sang de 89 femmes en bonne santé (à terme) et de 70 femmes ayant eu un début de travail dû à une rupture prématurée des membranes ou à une rupture du sac amniotique avant 37 semaines de grossesse, une condition souvent liée à une infection silencieuse dans le sac amniotique. Les chercheurs ont également analysé des échantillons de sang de cordon ombilical, qui contiennent des cellules fœtales, de toutes les femmes de l’étude.

Les chercheurs ont trouvé des niveaux plus élevés de deux types de cellules immunitaires, appelées cellules dendritiques et cellules T effectrices, dans les échantillons de sang de cordon de nourrissons prématurés, par rapport aux nourrissons à terme. Ces cellules immunitaires participent à l’élaboration d’une réponse contre les envahisseurs étrangers dans le corps. Les chercheurs ont ici découvert que, chez les prématurés, ces cellules immunitaires étaient activées pour attaquer les cellules de la mère.

De plus, les nourrissons prématurés présentaient des taux plus élevés de produits chimiques inflammatoires (produits par les lymphocytes T) dans le sang de leur cordon, comparativement aux nourrissons nés à terme. En exposant en laboratoire les cellules utérines humaines à ces produits chimiques inflammatoires, les chercheurs ont alors constaté que ces produits chimiques induisent des contractions dans les cellules utérines.

« Pour le fœtus, déclencher un travail précoce pourrait donc être une stratégie visant à s’échapper d’un environnement « hostile » lorsqu’il y a une infection, note Michela Frascoli, de l’Université du Massachusetts. Si vous êtes un fœtus et que votre système immunitaire se développe dans un environnement sain, il est dans votre meilleur intérêt de garder les choses au calme afin que vous puissiez vous développer et naître au bon moment. Mais si vous rencontrez des problèmes sous la forme d’une infection ou d’une inflammation, poursuit-elle, cela peut déclencher le réveil des cellules dendritiques et des cellules T« .

Les chercheurs tenteront maintenant de déceler la présence de biomarqueurs dans le sang de la mère permettant de déterminer si oui ou non elle présente un risque de travail prématuré en raison de la réponse immunitaire du fœtus.

Source

http://sciencepost.fr//

Le Saviez-Vous ► Les animaux se suicident-ils


On ne sait pas que vraiment si les animaux peuvent vraiment se suicider, quoiqu’il y a des histoires d’animaux qui semblent pourtant faire ce pas ultime. Il y a probablement d’autres facteurs qui rentre en ligne de compte. On sait par contre que le parasite toxoplasma gondii a pour effet d’enlever toute peur du chat chez les rongeurs. On ne peut pas vraiment qualifier cela de suicide étant donné que c’est une infection
Nuage

 

Les animaux se suicident-ils ?

 

Crédits : iStock

Que ce soit des baleines qui s’échouent volontairement, des chiens qui se noient, ou encore des vaches qui se jettent du haut des falaises, tout le monde a entendu parler de ces étranges cas d’animaux suicidaires Mais peut-on réellement parler de suicide ? Les animaux ont-ils vraiment conscience de leur existence ?

Éléments de réponse.

Les animaux et la conscience

Pour pouvoir être en mesure de prendre la décision de mettre un terme à sa vie, il faut avoir conscience de sa propre existence. On sait que des animaux comme les dauphins, les éléphants ou encore les singes, sont capables de reconnaître leur reflet dans un miroir. Mais leurs capacités cognitives sont-elles développées au point de les faire se projeter dans le futur et leur faire comprendre qu’ils peuvent se donner la mort ?

La plupart du temps, leurs comportements sont tout simplement mal interprétés. Lorsque les animaux s’ennuient, éprouvent une forte anxiété ou dépriment, ils peuvent s’automutiler. Par exemple, certains vont s’arracher les poils tandis que d’autres vont carrément se mordre. Cela ne peut en aucun cas être considéré comme une forme de suicide.

Crédits : Burst/Pexels

Des témoignages troublants

De nombreuses histoires sont venues alimenter ce débat qui divise la communauté des chercheurs sur la capacité ou non des animaux à se suicider. Dès 1845, la presse rapporte qu’un chien aurait volontairement essayé de se noyer.

Puis, au fil du temps, d’autres faits sont apparus : des chiens qui se laissent mourir de faim après la mort de leur maître, des cerfs qui se jettent d’une falaise pour échapper aux chasseurs, des canards qui se noient volontairement après la disparition de leur moitié, des baleines qui s’échouent par centaines, des hamsters qui sautent des balcons, des rats-taupes nus malades qui quittent leur colonie pour aller mourir ailleurs afin d’éviter une contagion massive…

Crédits : iStock

Que peut-on en conclure ?

Les scientifiques n’ont pas encore réussi à trancher sur le sujet. Mais il semble peu probable que les animaux puissent être en mesure de se donner la mort uniquement parce qu’ils sont tristes. D’autres facteurs devraient entrer en compte dans ce choix, comme le bien de la communauté par exemple ou une infection poussant au suicide. En effet, il existe un parasite, le toxoplasma gondii, qui s’introduit dans le cerveau des rongeurs, ce qui a pour conséquence de les pousser vers les chats, leurs prédateurs de toujours, comme de véritables aimants. Peut-on ici parler de suicide ? Rien n’est moins sûr.

De nombreuses hypothèses peuvent être formulées, mais ce qui est certain, c’est que nous avons encore beaucoup à apprendre des animaux.

Article initialement publié sur Animalaxy

http://lesavaistu.fr/

Découverte d’une maladie génétique qui rend la grippe très dangereuse


Une nouvelle maladie génétique de l’immunité à été découverte grâce à un gène. Une mutation de ce gène fragilise la défense du virus de la grippe et peut devenir mortelle.
Nuage

 

Découverte d’une maladie génétique qui rend la grippe très dangereuse

 

Découverte d'une maladie génétique qui rend la grippe très dangereuse

Photo Fotolia

AFP

 

Des chercheurs ont annoncé jeudi avoir découvert un gène dont les mutations peuvent faire dégénérer une simple grippe en une infection potentiellement mortelle, une encéphalite.

«C’est donc une nouvelle maladie génétique de l’immunité qui a été identifiée», a expliqué dans un communiqué l’institut de recherche génétique parisien Imagine.

«Celle-ci se traduit par une vulnérabilité extrême à des infections virales habituellement sans gravité, avec une atteinte précisément localisée au niveau du tronc cérébral», ont-ils ajouté.

Le gène en cause, appelé DBR1, nous rend inégaux face à des virus communs dans notre environnement: la grippe, le norovirus (à l’origine de gastro-entérites) et le HSV1 (herpès de type 1).

Les chercheurs de l’Institut Imagine et du Rockefeller Institute de New York ont démontré que chez de rares enfants, une série de mutations de ce gène perturbait la défense contre ces virus.

Chez la grande majorité des enfants, les défenses immunitaires rendent ces maladies bénignes.

Mais pour d’autres, les virus vont entraîner une complication très grave, une encéphalite virale sévère, infection du tronc cérébral qui est le «siège de plusieurs fonctions vitales».

La découverte va déjà trouver des applications pour la médecine.

«Cette avancée permettra d’améliorer le diagnostic, le conseil génétique aux familles et la prise en charge de patients présentant des signes» d’une telle infection, a souligné l’Institut Imagine.

Mais il faut aller plus loin.

La principale auteure de l’article qui décrit cette découverte dans la revue Cell, Shen-Ying Zhang, cherche maintenant à «créer et étudier des modèles reproduisant la maladie afin de mieux la prévenir et la soigner», selon son laboratoire.

http://fr.canoe.ca/

Les vaccins ne provoquent pas davantage d’infections


Il y a beaucoup de controverse sur la vaccination des enfants. Pourtant, bien des maladies ont presque disparu, quand elles reviennent, c’est sur des sujets qui ne sont pas vaccinés. Bien des parents et avec raisons s’inquiète sur la santé après le vaccin de leurs enfants. Il y a toujours des risques comme n’importe quel médicament, mais il semble plus qu’improbable que cela n’endommage pas le système immunitaire
Nuage

 

Les vaccins ne provoquent pas davantage d’infections

 

Si les enfants américains sont vaccinés contre davantage de maladies que leurs... (ARCHIVES AFP)

ARCHIVES AFP

 

Agence France-Presse
Miami

Si les enfants américains sont vaccinés contre davantage de maladies que leurs aînés, cette pratique ne semble pas affaiblir leur système immunitaire, ni les rendre davantage vulnérables à d’autres infections, ont annoncé des chercheurs mardi.

«Cette dernière étude a montré que la vaccination ne semblait pas faire de dégâts au système immunitaire en rendant les enfants davantage prédisposés aux infections», a écrit le co-auteur de l’étude, le pédiatre Matthew Daley, de l’institut Kaiser Permanente.

Publiée dans le Journal of the American Medical Association, cette étude explore, pour la première fois, le lien entre le calendrier de vaccination – où sont recommandés jusqu’à 16 vaccins – et le taux d’infections et de maladies, sans rapport avec les vaccins.

«Ce résultat, je l’espère, fournira aux parents une assurance supplémentaire à propos de l’innocuité du calendrier recommandé» de vaccination, a précisé Matthew Daley.

«Certains parents sont inquiets que de nombreux vaccins (…) pourraient endommager le système immunitaire de leur enfant, le rendant plus vulnérable à de futures infections», a rappelé l’auteur principal Jason Glanz, chercheur à l’institut Kaiser Permanente.

«Cette nouvelle étude suggère que la théorie de saturation du système immunitaire d’un enfant est hautement improbable», rassure-t-il.

Les chercheurs ont comparé deux groupes: des enfants qui ont été diagnostiqués avec une maladie respiratoire ou gastro-intestinale, ou atteints d’une infection virale ou bactérienne et des enfants n’ayant pas été diagnostiqués.

Les scientifiques ont examiné les niveaux de l’antigène vaccinant – une protéine ou autre substance qui provoque une réponse immunitaire du corps – lors des deux premières années des enfants.

L’exposition totale à l’antigène vaccinant des enfants «n’a pas été associée avec un risque aggravé d’infections non-liées aux vaccins sur les 24 prochains mois», explique l’étude.

Les experts incitent les parents à s’entretenir avec le pédiatre s’ils sont préoccupés par la sécurité des vaccins.

http://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ► L’histoire de l’homme le plus grand du monde


Le record de l’homme le plus grand reste Robert Pershing Wadlow, personne ne l’a battu jusqu’à maintenant. Pour aller à l’école, s’habiller, se chausser à du être fait sur-mesure. Il est mort jeune à cause d’une septicémie
Nuage

 

L’histoire de l’homme le plus grand du monde

 

© DR.

Charlotte Costenoble

L’histoire d’un homme qui ne trouvait pas chaussure à son pied.

Robert Pershing Wadlow détient le record de l’homme le plus grand de tous les temps. Avec ces 2,72 m, personne n’a encore réussi à le détrôner. Né le 22 février 1918 en Illinois, cet Américain aurait eu aujourd’hui presque 100 ans s’il n’était pas mort en 1940 alors qu’il n’était âgé que de 22 ans.

Naissance et enfance

Robert Wadlow a un poids normal à la naissance (3,8kg) mais très vite, il commence à grandir de façon impressionnante. C’est lorsque le bambin atteint l’âge de 6 mois que sa mère commence à se poser des questions. Avec ses 13 kilos, il pèse en effet déjà le poids d’un enfant de 2 ans et demi. Il ne cessera alors jamais de grandir et dépassera son père dès l’âge de 8 ans. À 10 ans, il atteint déjà quasiment les 2 mètres (195,5cm) et pèse de 100 kilos. À l’école, on lui construit un bureau spécial adapté à sa taille tandis que le jeune homme est obligé de s’habiller sur mesure.

Robert Pershing Wadlow à l’âge de 12 ans © Capture d’écran.

Âge adulte

Robert entre à l’université en 1936 et continue encore à grandir. Cette croissance continue (même à l’âge adulte) serait due à un dysfonctionnement thyroïdien qui engendre un taux et une production d’hormone de croissance anormalement haut. Sa taille impressionnante interpelle. Dans la rue, il n’est pas rare qu’on veuille le prendre en photo. Beaucoup de journalistes veulent une interview de celui qu’on appelle le géant d’Alton, du nom de sa ville natale.

Problème de pointure

Le principal problème recontré par Robert était la taille de ses pieds. Ceux-ci mesuraient 47 cm de long. Dès lors, impossible pour lui de trouver chaussure à son pied. Pour vous donner une idée: si le pied mesure 32,4 cm, cela correspond à pointure 50. Robert Wadlow, lui, chaussait donc du 71 et devait débourser plus de 100 dollars (une véritable fortune à l’époque) pour s’offrir une paire de souliers. Pour résoudre ce problème, il fit en 1937 de la publicité pour l’International Shoe Company, qui au lieu de le rémunérer, lui offrit des chaussures à sa taille.

Décès

À cause de sa grande taille, Robert Wadlow souffre en continu de problèmes de santé. Epuisé, il n’est pas rare de le voir marcher avec une canne pour supporter ce corps qui le fatigue grandement. Il meurt en 1940 d’une septicémie dûe à une infection provoquée par un appareil orthopédique mal adapté.

Actuellement, le record de taille chez l’homme est détenu par le Turc Sultan Kösen. Il mesure 251 cm. Il est âgé de 35 ans et est en bonne santé.

http://www.7sur7.be