Un trésor du XVIIIe siècle retrouvé dans le Danube


Le Danube a connu une grande sécheresse que son niveau d’eau est très bas, ce qui a causé des problèmes de navigations. Cependant, ils ont découvert un trésor dans une épave, ils se dépêchent à remonter le tout avant une montée des eaux prévus.
Nuage

 

Un trésor du XVIIIe siècle retrouvé dans le Danube

© afp.

Des archéologues ont découvert un trésor de quelque 2.000 pièces d’or et d’argent à bord d’une épave gisant au fond du Danube depuis le 18e siècle et révélée par le niveau exceptionnellement bas des eaux du fleuve, ont-ils annoncé jeudi.

« Environ 2.000 pièces de monnaie ont été trouvées, ainsi que des armes, piques, boulets de canon, épées et autres sabres », a confié à l’agence MTI Katalin Kovacs, archéologue au Centre du musée Ferenczy de Szentendre, près de Budapest.

Les archéologues sur place

La découverte s’est produite cette semaine à Erd, au sud de Budapest, où les archéologues travaillaient jeudi d’arrache-pied pour extraire un maximum d’éléments avant une imminente remontée des eaux, a constaté un photographe de l’AFP.

Sécheresse

Comme plusieurs autres cours d’eau d’Europe, le Danube est au plus bas après un long épisode de sécheresse. Son niveau est tombé à 38 cm à Budapest, un record historique qui affecte la navigation fluviale.

Pièces d’or et d’argent

Le trésor d’Erd a été trouvé à bord de l’épave d’un navire commercial dont la nationalité doit encore être déterminée, on indiqué les archéologues. Il comprend des pièces d’or et d’argent, dont des ducas et des pennies.

Pièces étrangères

« Les pièces sont à 90% étrangères et datent de 1630 à 1743 », a précisé l’archéologue Balazs Nagy à la radio privée Klub, soulignant qu’elles avaient été frappées aux « Pays-Bas, en France, à Zurich, ou encore au Vatican ».

Remontée des eaux

Les archéologues sont assistés dans leur travail par des plongeurs et des drones afin d’extraire le plus de matériaux possible alors qu’une forte remontée du niveau des eaux est attendue à partir de samedi.

Pont François-Joseph

Le niveau bas du fleuve a déjà mené à la mise au jour de débris de l’ancien pont François-Joseph de Budapest, détruit pendant la Seconde guerre mondiale, ainsi que d’une bombe américaine de la même époque.

https://www.7sur7.be/

Ce renard a gelé après être tombé dans le Danube en Allemagne


Pauvre renard, une bien triste façon de mourir ainsi. C’est quand même surprenant de le voir gelé dans un bloc de glace
Nuage

 

Ce renard a gelé après être tombé dans le Danube en Allemagne

 

Voici un cliché peu banal. En Allemagne, un chasseur a découvert un renard piégé dans un bloc de glace. Selon une dépêche de l’agence AP, Franz Stehle affirme que l’animal est tombé dans le Danube gelé avec les températures actuelles, avant de périr noyé.

Le chasseur raconte que ce bloc contenant le renard a été découvert le 2 janvier et mis en exposition devant l’hôtel de sa famille, à Fridingen. Ce village de 3000 habitants se situe dans le sud-ouest de l’Allemagne, tout près de la source du Danube, le deuxième plus long fleuve d’Europe.

Franz Stehle explique aussi qu’il n’est pas rare pour des animaux de tomber dans le fleuve gelé l’hiver. Il dit avoir déjà vu un cerf et un sanglier gelés de la même façon par le passé.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Microbilles dans le Saint-Laurent: l’infestation est sous-estimée


Les microbilles que l’on retrouve dans les fleuves, les océans sont de plus en plus en problème environnemental. Les produits tels cosmétiques, dentifrices, crème à barbe, etc, sont visés et certains ont pris des engagements pour éliminer ces microbilles dans leurs produits. Cependant, les microbilles sont présentes dans d’autres domaines industriels et rien ne semble être fait de ce côté
Nuage

 

Microbilles dans le Saint-Laurent: l’infestation est sous-estimée

 

Les microbilles de plastique, un composant très répandu... (Photo Thinkstock)

Les microbilles de plastique, un composant très répandu des produits cosmétiques, seront bannies d’ici 2018 des crèmes, savons et dentifrices vendus au Canada.

PHOTO THINKSTOCK

TRISTAN PÉLOQUIN

Elles sont parfaitement sphériques, à peine visibles à l’oeil nu, et elles pullulent dans le fonds du fleuve Saint-Laurent. Les microbilles de plastique, une composante très répandue dans les produits cosmétiques, seront bannies d’ici 2018 des crèmes, savons et dentifrices vendus au Canada. Mais le projet de règlement à l’étude aux Communes sera loin d’être suffisant, prédit le chercheur de McGill qui a été le premier à se pencher sur le problème.

Que dit le projet de règlement ?

À l’unanimité, les députés du Parlement ont voté pour que les microbilles de plastique soient inscrites sur la liste des substances toxiques d’Environnement Canada. Le projet de règlement, qui vient de franchir l’étape des consultations, ne vise pour le moment que les microbilles mesurant entre 1 micron et 5 millimètres et qui se retrouvent dans les produits de soins personnels, les cosmétiques, les produits naturels utilisés pour exfolier ou nettoyer et les médicaments en vente libre.

Dans quoi les trouve-t-on ?

Une étude publiée dans le Marine Pollution Bulletin révèle qu’on peut trouver de 137 000 à 2,8 millions de microbilles dans une bouteille de 150 ml d’exfoliant pour la peau. Selon un résumé scientifique réalisé par Environnement Canada, on en trouve dans les produits pour la douche et le bain, les nettoyants pour le visage, les crèmes, les désodorisants, les fonds de teinte, les vernis à ongles, les ombres et fards à paupières et à joues, les lotions pour le rasage, les produits moussants pour le bain, les colorants capillaires, les insectifuges, les dentifrices, les mascaras, les produits de soins pour bébés et les lotions solaires.

Ce que le règlement ne couvre pas

Les microbilles sont aussi utilisées dans plusieurs domaines industriels, qui ne sont pas couverts par le projet de règlement à l’étude. Elles servent de matériaux abrasifs pour le sablage et l’exploration pétrolière ou gazière. On les retrouve aussi dans les procédés d’impression de textiles et la fabrication de pièces moulées pour automobiles, ainsi que dans la conception d’antidérapants. Elles ont aussi une utilité en recherche biotechnologique et biomédicale. Le projet de règlement ignore aussi plus largement l’ensemble des microplastiques qu’on trouve dans l’environnement – fragments, résidus, granules et fibres, qui comptent pour une part importante des polluants trouvés dans les océans.

Où en a-t-on trouvé ?

Des chercheurs canadiens ont trouvé des microbilles dans les eaux des Grands Lacs et du Saint-Laurent.

« Puisque les microbilles flottent, on a longtemps cru qu’elles étaient convoyées par les rivières et les fleuves jusqu’à l’océan. Cette découverte en eau douce a été une grande surprise », affirme Anthony Riccciardi, biologiste à McGill.

Des chercheurs ont documenté leur présence dans les eaux autrichiennes du Danube, dans le golfe de Finlande près Saint-Pétersbourg et dans la région parisienne.

Autoréglementation ?

Depuis 2012, des dizaines d’entreprises, dont Clarins, Unilever, L’Oréal et Procter & Gamble ont annoncé le retrait progressif des microbilles de leurs produits. Certaines ont mis cet engagement en application immédiatement, d’autres, comme Procter & Gamble, promettent de le faire d’ici 2017. Tous les types de dentifrice Crest sont supposés en être exempts depuis février 2016. Nous avons néanmoins pu en trouver contenant des microbilles dans une pharmacie cette semaine. Au Canada, il n’est pas obligatoire d’indiquer sur les emballages si un produit contient des microbilles.

http://www.lapresse.ca/

Des archéologues ont trouvé les plus vieux bretzels du monde en Allemagne


Une belle trouvaille, des bretzels brûler qui date de plusieurs siècles. Le Mc Do pourrait-il en faire autant ?
Nuage

 

Des archéologues ont trouvé les plus vieux bretzels du monde en Allemagne

 

<a href="https://www.flickr.com/photos/anaulin/1778051036">Pretzels</a>/ Ana Ulin via Flickr CC<a href="http://creativecommons.org/licenses/by/2.0/deed.fr">Licence By</a>

Pretzels/ Ana Ulin via Flickr CCLicence By

Lors de fouilles sur les rives du Danube, dans la ville allemande de Ratisbonne, des archéologues ont déterré deux bretzels datant d’il y a environ 250 ans, raconte le New York Post.

Les deux spécimens sont assez similaires à ceux que l’on trouve aujourd’hui dans le pays. Dorothee Ott, porte-parole du Bureau bavarois pour la conservation du patrimoine historique, explique que les bretzels ainsi que d’autres produits de boulangerie, des petits pains roulés et d’autres ressemblant à nos croissants, ont été retrouvés largement brûlés, ce qui leur a permis de survivre aux années. Ils ont sans doute été jetés car oubliés dans le four et beaucoup trop cuits pour être mangés.

Mathias Pfeil, directeur de ce même Bureau, souligne chez CBS News:

«Imaginez comment ce boulanger a jeté les bretzels carbonisés, en colère, sans réaliser qu’ils nous fourniraient aujourd’hui des aperçus significatifs du passé.»

Selon une datation au carbone 14, les bretzels auraient été façonnés entre 1700 et 1800. Discovery News précise qu’ils ont été trouvés dans un lieu connu pour avoir longtemps été une boulangerie. Il y a même des traces écrites montrant qu’en 1753, un boulanger nommé Johann Georg Held vivait dans les parages.

En prenant en compte un rétrécissement de 15% dû à la brûlure et au temps, Dorothee Ott dit que ce sont des bretzels «normaux, peut-être un petit peu plus petits que les bretzels d’aujourd’hui».

Pourquoi est-ce potentiellement intéressant? Car il est plutôt rare de tomber sur de la nourriture lors de fouilles…

Silvia Codreaneau-Windaueur, du Département bavarois des monuments historiques, explique à NBC News que cela «fait sensation dans l’archéologie. Depuis 30 ans que je travaille dans ce domaine, je n’ai jamais trouvé d’objet organique».

Ce sont ainsi les plus vieux restes de bretzels du monde, même si nous savons grâce à des peintures qu’on mangeait des bretzels au XIIe siècle… Et sans doute avant: ils auraient été inventés au début du Moyen-Âge.

Selon The Local, le maire de Ratisbonne, Joachim Wolbergs, a quant à lui déclaré que «cette découverte est vraiment extraordinaire, car elle dépeint un extrait de la vie quotidienne».

Les fragments seront exposés au Musée d’Histoire de la ville.

Peut-être que des archéologues retrouveront des fragments de hamburgers dans 250 ans? Grâce à l’islandais Hjörtur Smárason, on sait en tous cas déjà qu’un burger MacDo peut survivre au moins 6 années sans s’abîmer. 

http://www.slate.fr/

Des milliers d’évacuations en Allemagne


Alors qu’on s’est plaint chez-nous de la mauvaise température, des pluies a ne plus finir, l’Europe a eu son lot d’intempéries qui a occasionnés des inondations historiques. Ces inondations seront un fardeau pour les habitants et pour l’économie des régions atteintes
Nuage

 

Des milliers d’évacuations en Allemagne

 

innondations historiques en Allemagne le 9 juin 2013.

inondations historiques en Allemagne le 9 juin 2013. WOLFRAM ZUMMACH/AP/SIPA

INTEMPERIES – Les autorités allemandes ont demandé dimanche l’évacuation de 15.000 habitants à Magdebourg (est) en raison d’inondations historiques…

 

Les autorités allemandes ont demandé dimanche l’évacuation de 15.000 habitants àMagdebourg (est), où l’inquiétude était forte, face à des inondations historiques qui ont touché plusieurs pays d’Europe centrale et menacent désormais la Hongrie.

A Magdebourg (Saxe-Anhalt), pompiers, militaires et volontaires luttaient par milliers contre la montée inexorable des eaux de l’Elbe, dont le niveau a dépassé celui de la dernière inondation record de 2002, avec 7,46 mètres dimanche, contre 2 mètres environ en temps normal.

 Néanmoins, «le niveau de l’eau a commencé à baisser légèrement» dans l’après-midi, a déclaré à l’AFP une porte-parole de la cellule de crise locale. Il atteignait 7,41 mètres à 14H00 GMT.

A l’entrée de cette ville de 230.000 habitants, en état d’alerte, les troncs des arbres ont disparu sous l’eau, a constaté une journaliste de l’AFP. Sur les bords de l’Elbe se pressaient de nombreux curieux à vélo ou à pied, venus photographier les pompiers et les volontaires en train d’empiler les sacs de sable.

23.500 personnes priées de quitter leur domicile

Alors que de nombreuses rues menant au nord de la ville étaient bloquées à la circulation ou fermées en raison de l’arrivée de l’eau, le centre ville restait calme. En tout, 23.500 habitants de Magdebourg et ses environs ont été priés de quitter leur domicile durant le weekend, selon la cellule de crise.

Des évacuations avaient également eu lieu ces derniers jours à Halle, Bitterfeld-Wolfen et Dresde, trois villes situées en amont (sur l’Elbe ou ses affluents) et où la situation s’est détendue. Elles se déplaçaient désormais vers le nord avec la crue.

«Nous espérons que les digues vont résister à la pression ces prochains jours, mais on ne peut pas en être certains à 100%», a indiqué Andreas Hamann, porte-parole des pompiers de Hanovre et responsable des opérations dans le sud et l’est de Magdebourg.

Le quartier de Rothensee mobilisait particulièrement les militaires, qui tentaient de sauver la station de transformation qui alimente en électricité des dizaines de milliers de foyers ainsi qu’une partie des pompes utilisées pour évacuer l’eau.

Depuis une semaine, les intempéries et les inondations qui ont suivi en Allemagne, Autriche, Slovaquie, République tchèque et Suisse ont fait au moins 18 morts, dont 10 en République tchèque, occasionnant également des dommages matériels évalués à plusieurs milliards d’euros.

«Nous avons affaire à une catastrophe nationale», a dit au quotidien Leipziger Volkszeitung Gerda Hasselfeldt, députée du parti conservateur CSU de Bavière, une autre région durement touchée par les inondations, en particulier à Passau sur le Danube

.

http://www.20minutes.fr/

Climat – Vague de froid en Europe : pas de répit avant la mi-février


Il semble que l’Europe connait un hiver long et vigoureux … et cela risque de continuer encore quelques jours. Une situation qui occasionne des grandes pertes économiques mais aussi beaucoup de mort causé par un froid long et inhabituel
Nuage

 

Climat – Vague de froid en Europe : pas de répit avant la mi-février

 

La vague de froid perdure en Europe où l’on dénombre près de 550 morts depuis dix jours. Les météorologues prévoient des températures à la baisse pour les prochains jours, ne laissant aucun répit aux populations et minant l’économie.

La Hongrie a fermé l’accès au Danube vendredi, l’une des artères économiques les plus importantes en Europe.

La décision hongroise fait écho à celle de plusieurs pays comme l’Autriche, la Serbie et la Bulgarie, trois des 10 États traversés par le fleuve long de 2860 kilomètres. Le Danube est vital pour le transport, l’irrigation, l’électricité et l’industrie de la pêche en Europe.

Jusqu’à présent le froid a fait 37 morts dans les Balkans. Les plus lourds bilans sont enregistrés en Ukraine (135), en Pologne (82), en Russie (46), en République tchèque (25).

En France, les autorités dénombrent 12 morts, la plupart des sans-abri. En Italie, les météorologues prévoient 30 centimètres de nouvelle neige sur Rome où les écoles ont été fermées vendredi. Le bilan italien est de 45 morts depuis le début de la vague de froid il y a dix jours.

Radio-Canada.ca avec AFP et Reuters

http://actualites.ca.msn.com

Un froid glacial persiste en Europe


J’ai pu trouver des vidéos récente de la vague de froid en Europe, on se croirait chez nous lors d’un hiver froid .. mais la-bas, c’est beaucoup plus difficile, les plus pauvres s’arrangent comme il le peut pour se réchauffer. Une situation qui fait malheureusement trop de mort
Nuage

 

Un froid glacial persiste en Europe

Le port de Senj, sur l'Adriatique, couvert de glace (8 février). Le port de Senj, sur l’Adriatique, couvert de glace (8 février). © AFP/HRVOJE POLAN

Le froid glacial qui sévit en Europe depuis une dizaine de jours a fait au moins 540 morts et le bilan pourrait s’alourdir.

En Ukraine, pays le plus touché, les températures pourraient descendre jusqu’à -30 degrés Celsius en fin de semaine.

Les autorités y faisaient état mardi de 112 décès directement dus au froid, mais ont depuis cessé, sans explication, de fournir des bilans. Dans le détroit de Kertch, qui relie la mer Noire à la mer d’Azov 126 bateaux sont prisonniers des glaces, malgré les efforts des brise-glace.

En Russie, 46 personnes sont mortes depuis le début de février et 77 en Pologne.

En République tchèque, 25 personnes sont mortes et les températures pourraient atteindre -25 degrés à Prague cette fin de semaine.

Le froid a également tué 23 personnes en Lituanie, 10 en Lettonie et 1 en Estonie.

En Roumanie et en Bulgarie, où sévissent de violentes tempêtes de neige, on compte respectivement 44 et 29 morts. En Hongrie, 16 personnes sont mortes depuis le début de la vague de froid.

Le froid sévit aussi dans les Balkans où 32 personnes sont mortes. Jeudi, la température était de -28 degrés Celsius dans l’est de la Bosnie. Des dizaines de milliers de personnes sont isolées par la neige dans leurs villages dans plusieurs pays de la région.

Des opérations héliportées étaient en cours en Bosnie et en Macédoine pour approvisionner en vivres et en médicaments les bourgades isolées et transporter des personnes malades vers des hôpitaux.

La glace paralyse le trafic fluvial sur toute la longueur du Danube, de l’Autriche à la Bulgarie.

L’Italie, où le bilan s’élève à 43 morts, se prépare à une nouvelle vague de froid intense et de neige, tandis que l’armée continuait de dégager des villages du sud du pays bloqués sous trois mètres de neige.

La vague de froid touche aussi l’Algérie où le bilan atteignait jeudi 44 morts. On attend de nouvelles chutes de neige et de grêle jusqu’à mardi.

http://www.radio-canada.ca