Les enfants


Confit, guerre, divorce, dispute et encore bien des choses que nous infligeons aux enfants. Ils n’y sont pour rien.
Nuage

 

Les enfants

 

Les enfant ne doivent pas souffrir des problèmes des grands

Inconnu

Publicités

Le Saviez-Vous ► Les bébés pleurent plus dans certains pays


D’après une étude, sur 7 pays, c’est au Canada que les bébés pleurent le plus avec un 3 heures de larmes inexpliquées. Alors qu’au Danemark que les bébés pleurent moins. Comprendre les pleurs inexpliqués aidera sûrement les parents qui ne savent plus quoi faire
Nuage

 

Les bébés pleurent plus dans certains pays

 

Les bébés pleurent plus dans certains pays

L’étude est très sérieuse bien que le sujet puisse faire sourire : les chercheurs se sont posé une question que personne ne s’était probablement posée avant.

« Est-ce que les bébés italiens et allemands pleurent plus que les Britanniques ? »

Ils ont mené l’enquête et ont étudié les pleurs de plus de 8 700 bébés dans 7 pays différents. Ils ont ensuite analysé les résultats, parus dans la revue The Journal of Pediatrics.

Qui sont les bébés qui pleurent le plus ?

Les chercheurs ont découvert de véritables différences entre les pays, alors même qu’il aurait été assez naturel de penser que les bébés pleuraient tous à peu près de la même façon. Sur les sept pays étudiés, ce sont les bébés canadiens qui sont les plus gros pleureurs : 34 % ont des périodes de pleurs inexpliqués de plus de 3 heures par jour. Suivent les petits Britanniques (28%) et les petits Italiens (21%). Inversement, c’est au Danemark que les bébés ont ces crises le moins souvent avec seulement 5 % des enfants étudiés.

Si ça peut paraître normal qu’un bébé de trois mois, comme ceux étudiés par les chercheurs, pleure, en réalité à cet âge-là, la moyenne n’est que de 1 heure 10 de pleurs par jours alors qu’ils commencent, dans les deux premières semaines de leur vie, avec 2 heures de pleurs par jour. Pleurer 3 heures par jour à trois mois n’est donc pas normal, bien que les chercheurs ne sachent pas dire d’où vient le problème.

Quelques pistes à étudier pour les chercheurs en pédiatrie

La recherche menée par le Professeur Dieter Wolke a mis en évidence un problème jusqu’alors très peu traité dans la littérature scientifique. Les chercheurs lancent plusieurs hypothèses sur l’origine de ces périodes de pleurs inexpliqués et sur leur fréquence.

S’il est possible que ce soit lié aux parents et à la parentalité en général, et que donc les pleurs soient d’origine culturelle, il se pourrait également qu’ils soient liés à des habitudes alimentaires qui peuvent donner, ou non, des coliques plus fréquentes.

Si les pédiatres réussissaient à identifier les causes de ces pleurs et la raison de leur fréquence différente selon les pays, les futurs parents les remercieront sans aucun doute.

Paolo Garoscio

http://www.passeportsante.net

Des conditions propices à la vie sur une lune de Saturne


Sur l’ Encelade, une des lunes de Saturne, la sonde Cassini à découvert dans des vapeurs dégager de cette lune qu’il y aurait des éléments propice à la vie.
Nuage

 

Des conditions propices à la vie sur une lune de Saturne

 

Photo : NASA

La sonde américaine Cassini a détecté de l’hydrogène dans un panache de vapeur émanant de fissures dans l’épaisse couche de glace d’Encelade, une lune de Saturne.

Radio-Canada avec Agence France-Presse

Selon la NASA, des réactions hydrothermales entre des roches chaudes et l’océan se trouvant sous la surface gelée de la lune sont la seule source plausible de la présence de cet hydrogène.

Bien que nous n’ayons pas détecté la vie, nous avons trouvé une source d’alimentation de la vie. Hunter Waite, Southwest Research Institute

Sur la Terre, ce processus procure l’énergie aux écosystèmes qui se développent à proximité des cheminées hydrothermales au fond des océans où il y a une activité volcanique.

Cette illustration montre la sonde Cassini traversant un geyser dans la région du pôle Sud d’Encelade.   Photo : NASA/JPL-Caltech

Les instruments de la sonde ont détecté cet hydrogène moléculaire en 2015, lorsqu’elle avait traversé un geyser en s’approchant à environ 50 kilomètres de la surface du pôle Sud d’Encelade.

Les analyses montrent que la vapeur et les particules observées à ce moment contenaient jusqu’à 1,4 % d’hydrogène et 0,8 % de dioxyde de carbone. Ces éléments sont essentiels à la méthanogénèse, une réaction chimique permettant sur Terre à des microbes de vivre dans des profondeurs océaniques que les rayons du Soleil ne peuvent atteindre.

Cette observation représente une percée importante pour évaluer l’habitabilité d’Encelade. Jeffrey Seewald, Woods Hole Oceanographic Institution

Par le passé, Cassini avait déjà détecté sur Encelade la présence d’un vaste océan sous une épaisse couche de glace au fond duquel se trouve un socle rocheux. La sonde est en orbite autour de Saturne depuis 2004.

Le détail de cette découverte est l’objet d’un article publié dans la revue Science.

Cassini quittera l’orbite de Saturne le 15 septembre pour plonger dans son atmosphère tout en envoyant ses dernières données sur les champs magnétiques. Elle révélera même la composition de son atmosphère, encore méconnue, avant de se consumer, telle une météorite, et de disparaître à jamais.

Saviez-vous que?

Les températures à la surface d’Encelade sont de l’ordre de -193 degrés Celsius. Toutefois, près des failles, celles-ci montent à -133 degrés Celsius. Cela laisse supposer que son intérieur pourrait être plus chaud. Avec la présence d’eau, deux des conditions nécessaires à la présence de la vie sont réunies, même si les scientifiques estiment que celle-ci pourrait n’être que microbienne.

http://ici.radio-canada.ca

Partagez une limonade par Internet


Transmettre le goût d’une boisson via Internet, semble maintenant possible. Cependant, c’est le cerveau qui capte le goût quand il boit son eau dans une tasse spéciale recevoir l’information de la saveur via Bluetooth
Nuage

 

Partagez une limonade par Internet

Des scientifiques ont trouvé le moyen de partager le goût d’une limonade par Internet.

(CCM) — Décidément, le futur c’était mieux avant. Nous n’avons toujours pas de voitures volantes et la téléportation est encore du domaine de la science-fiction. Enfin sauf pour la limonade, car des chercheurs japonais et singapouriens du CUTE Center Lab ont trouvé un moyen de transmettre le goût de la limonade par Internet. D’accord, ce n’est pas vraiment de la téléportation mais on s’en contentera.

Concrètement, on trouve d’un côté un émetteur équipé d’un senseur que l’on plonge dans l’eau. Ce senseur analyse le PH et la couleur de la limonade. L’émetteur transmet via Internet une version digitale du goût du liquide au récepteur, une sorte de tasse transparente connectée en Bluetooth. La tasse, remplie d’eau plate, utilise des LEDs pour simuler la couleur et c’est une stimulation électrique qui va donner l’impression de changement de goût. La vidéo ci-dessous (en anglais) détaille le concept.

Entrez la légende de la vidéo ici

Bien entendu, la tasse ne transformera pas l’eau en limonade, mais votre cerveau le croira, en raison des stimulis électriques. C’est vrai, cela tient plus du tour de passe-passe mais il faut avouer que cette technologie est vraiment très étonnante. Et qui sait, demain on parviendra peut-être à lui trouver une utilisation intéressante ?

Photo : © Wiktory – Shutterstock.com

http://www.commentcamarche.net

Les rêves ont été localisés dans le cerveau


A force d’étudier le cerveau, on a fini par voir les zones du cerveau qui réagit quand nous rêvons, et même celle qui fait que nous puissions nous rappeler certains d’entre eux
Nuage

 

Les rêves ont été localisés dans le cerveau

 

Par Marie-Céline Jacquier, Futura

 

Grâce à des électroencéphalogrammes, des chercheurs internationaux ont identifié des régions cérébrales impliquées dans les rêves. Ces résultats permettent aussi de mieux comprendre ce qui différencie un cerveau conscient ou inconscient.

Nous rêvons pendant le sommeil paradoxal, mais pas seulement : les rêves se déroulent aussi pendant le sommeil non-paradoxal. Alors qu’est-ce qui caractérise un cerveau en train de rêver ? Pour le savoir, des chercheurs américains, suisses et italiens ont enregistré l’activité cérébrale de 46 personnes qui dormaient, grâce à des électroencéphalogrammes. Des électrodes placées sur le crâne ont capté les ondes cérébrales de différentes fréquences. Les participants étaient réveillés dans la nuit et devaient dire s’ils avaient rêvé, et aussi s’ils se souvenaient de leurs rêves.

Chute de l’activité basse fréquence à l’arrière du cerveau

Dans le sommeil paradoxal comme dans le non-paradoxal, les rêves étaient associés à une diminution de l’activité de basse fréquence dans les régions corticales postérieures (à l’arrière du cerveau). Les chercheurs ont aussi identifié les régions importantes pour se souvenir d’un rêve : celui-ci était lié à une augmentation de l’activité haute fréquence à l’avant du cerveau. Grâce à ces résultats, les chercheurs ont réussi à prédire si les participants avaient rêvé ou pas.

De plus, rêver à des visages correspondait à une augmentation de l’activité de haute fréquence dans une région du cerveau impliquée dans leur reconnaissance. De même, ceux impliquant la perception spatiale, le mouvement et la réflexion étaient liés à des régions du cerveau qui servent à accomplir ces tâches lorsque nous sommes éveillés.

Pour Francesca Siclari, un des auteurs de cette recherche qui s’exprime dans The Guardian, « peut-être que le cerveau qui rêve et le cerveau éveillé sont beaucoup plus semblables que ce que l’on imagine parce qu’ils recrutent en partie les mêmes zones pour le même type d’expériences ».

Les résultats de ces recherches ont été publiés dans Nature Neuroscience.

http://www.futura-sciences.com

Certaines fourmis viennent au secours de leurs blessés


On apprend encore des choses sur les fourmis, enfin une certaine espèce de fourmi peuvent devenir secouriste pour un des leur qui est blessé après une attaque avec des termites. Après l’appel de détresse d’une victime, d’autres vont la chercher pour l’amener à la fourmilière pour y être traité
Nuage

 

Certaines fourmis viennent au secours de leurs blessés

 

Une fourmi matabele.... (PHOTO REUTERS)

Une fourmi matabele.

PHOTO REUTERS

Agence France-Presse
Washington

 

Les fourmis matabele, répandues dans le sud du Sahara et farouches prédatrices des termites, viennent au secours de leurs blessés dans des combats et les ramènent dans la fourmilière pour les «soigner», ont observé des entomologistes.

Deux à quatre fois par jour, ces fourmis (Megaponera analis) lancent des raids pour aller tuer des termites ouvriers, expliquent ces scientifiques dont la découverte était publiée mercredi dans la revue américaine Science Advances. Ces derniers sont responsables de la nourriture. Pour ce faire ils transforment le bois et toutes autres matières végétales en sucre, régurgité sous forme de salive.

Mais ces attaques provoquent une forte résistance de la caste des termites soldats, qui armés de puissantes mâchoires blessent et tuent des fourmis matabele dans des combats.

Pour apparemment minimiser leurs pertes lors de ces invasions, ces fourmis ont développé un comportement de secouristes jusqu’alors inconnu chez les insectes.

Ainsi, quand une des leurs est blessée, elle appelle ses congénères en excrétant certaines substances chimiques, un peu comme un signal de détresse. La fourmi blessée est alors ramenée à la fourmilière où elle peut récupérer après avoir été «traitée».

Ce traitement consiste le plus souvent à retirer le termite qui est encore accroché à elle.

«C’est la première fois que nous observons un comportement d’aide à un animal blessé par ses congénères chez les invertébrés», explique Erik Frank, un chercheur au Biocentre de l’Université de Würzbourg en Allemagne, et un des co-auteurs de cette recherche.

Cette observation est surprenante, surtout chez des insectes sociaux où les individus ont généralement peu de valeur, souligne-t-il.

Mais de toute évidence «cet investissement dans un système de secours est avantageux pour l’ensemble de la colonie», concluent ces scientifiques.

http://www.lapresse.ca