Une photo saisissante montre l’accélération de la fonte des glaces au Groenland


        Une photo pris au Groenland qui est particulière surtout à cette époque de l’année. Que l’eau soit visible sous la glace, et même a des endroits elle peut s’infiltrer dans les fissures. Généralement, cela est supposé arriver plus tard en fin de Juin-juillet.
        Nuage


        Une photo saisissante montre l’accélération de la fonte des glaces au Groenland

        Des chiens et des traîneau avancent sur la glace dans un bras de mer recouvert de quelques centimètres d'eau.

        Sur cette photo, les chiens et les équipages de traîneaux semblent marcher sur la surface de l’eau. La présence de l’eau de fonte sur un plancher de glace de mer de plus d’un mètre d’épaisseur contribue à l’illusion. Photo: Radio-Canada / Steffen M. Olsen / Twitter

        Radio-Canada

        La fonte rapide cette année des glaces de surface sur la mer au Groenland a permis à des climatologues danois de capter des images spectaculaires de la couche d’eau de fonte qui recouvre les glaces.

        Cette photo, qui a fait le tour du monde, montrant des équipages de traîneaux à chiens semblant marcher sur les eaux bleu azur d’un bras de mer du Groenland a été prise par Steffen Olsen, du Centre pour l’océan et les glaces de l’Institut météorologique danois, le 13 juin dernier, dans le fjord Inglefield Bredning, dans le nord-ouest du Groenland.

        Selon le quotidien britannique The Guardian, lorsqu’ils ont pris ces photos où des chiens s’engagent dans la couche d’eau qui recouvre la surface de la glace, les scientifiques danois tentaient de récupérer des amarres océanographiques et de l’équipement météorologiques.

        Habituellement, la fonte des glaces de surface s’amorce au moins trois semaines plus tard.

        Selon Rasmus Tonboe de l’Institut météorologique danois, la couche de glace inférieure mesurait environ 1,2 m lors de la prise du cliché.

         « La fonte rapide et la glace de mer à faible perméabilité et peu de fissures laissent l’eau de fonte sur le dessus », a expliqué le scientifique sur son compte Twitter.

        Steffen Olsen a expliqué pour sa part que son équipe s’appuyait sur les connaissances traditionnelles des chasseurs locaux et de leurs chiens pour traverser à des endroits secs sur la glace. L’équipe a également utilisé des images satellites pour planifier son voyage à travers les glaces du Groenland.

        Malgré son aspect surréaliste, cette photo est plus « symbolique que scientifique », a estimé Steffen Olsen.

        Toutefois, souligne Ruth Mottram, climatologue à l’Institut météorologique danois, l’expédition de récupération des instruments qui se fait en traîneau à chiens, soit le moyen le plus pratique de se déplacer dans cette région à cette époque de l’année, a rencontré beaucoup d’eau stagnante sur la couche de glace marine.

      La glace se forme ici chaque hiver et elle est très épaisse, ce qui signifie qu’il y a relativement peu de fractures dans lesquelles l’eau de fonte peut s’écouler. Ruth Mottram, climatologue à l’Institut météorologique danois

      « La semaine dernière, des conditions très chaudes se sont manifestées au Groenland et, en fait, dans une grande partie du reste de l’Arctique, sous l’effet de l’air plus chaud provenant du sud », a expliqué Mme Mottram.

      Selon elle, ces conditions ont fait fondre « beaucoup de glace sur les glaciers et la calotte glaciaire, et sur la glace de mer qui existe encore ».

      La station météorologique DMI située à proximité de l’aéroport de Qaanaaq a enregistré un maximum de 17,3 °C mercredi dernier et 15 °C jeudi dernier, ce qui est élevé pour le nord du Groenland, même en été.

      Fonte prématurée

      Les événements de fonte tels que celui illustré par cette photo ne se produiraient normalement pas avant la fin de l’été, à la fin de juin ou en juillet.

      Mme Mottram a déclaré qu’il était trop tôt pour dire quel rôle le réchauffement de la planète avait joué, car bien que ces températures aient été inhabituelles, les conditions n’étaient pas sans précédent.

      En général, cependant, elle a dit : « Nos simulations du modèle climatique prévoient une diminution générale de la durée de la saison des glaces de mer autour du Groenland [mais] la vitesse et la quantité dépendent fortement de l’augmentation des températures mondiales. »

      Des températures supérieures à la moyenne sur presque tout l’océan Arctique et le Groenland au cours du mois de mai ont entraîné un recul précoce des glaces, la deuxième plus faible étendue de glace en 40 ans étant enregistrée, selon le National Snow and Ice Data Centre américain.

      Le centre a indiqué que la glace de mer de l’Arctique pour le mois de mai était de 12 millions de km carrés, soit 1,13 million de km carrés de moins que la moyenne de la période 1981-2010.

      Avec les informations de The Guardian

      https://ici.radio-canada.ca/

      Pour Washing­ton, la fonte de l’Arc­tique repré­sente « de nouvelles oppor­tu­ni­tés commer­ciales »


      Donald Trump voit une grande opportunité commerciale ainsi que l’extraction de pétrole, uranium, or, diamant et autres avec la fonte des glaces en Arctique. C’est plutôt inquiétant cette stupidité extrême d’aller exploiter une zone fragile au détriment des autochtones qui y vivent.
      Nuage


      Pour Washing­ton, la fonte de l’Arc­tique repré­sente « de nouvelles oppor­tu­ni­tés commer­ciales »

      Crédits : Willian Justen de Vascon­cel­los


      par  Malaurie Chokoualé

      Alors même que les aver­tis­se­ments sur les effets catas­tro­phiques du réchauf­fe­ment clima­tique n’ont jamais été aussi pres­sants, le secré­taire d’État améri­cain Mike Pompeo s’est permis une sortie aber­rante lors d’un discours prononcé lundi 6 mai 2019 à Rova­niemi, en Finlande.

      Il s’est réjoui des « nouvelles oppor­tu­ni­tés commer­ciales » qu’offre la fonte des glaces de la région arctique, rapporte CNN.

      Il a égale­ment assuré que le président Donald Trump était « déter­miné à exploi­ter les ressources de manière écolo­gique­ment respon­sable ».

      Le secré­taire d’État a expliqué que la dispa­ri­tion de la glace pour­rait réduire de vingt jours le temps néces­saire pour voya­ger d’Est en Ouest.

      « Les voies mari­times de l’Arc­tique pour­raient deve­nir les canaux de Suez et de Panama du XXIe siècle », a souli­gné Pompeo. « L’Arc­tique est à la pointe des  oppor­tu­ni­tés et de l’abon­dance car [cette région] contient 13 % du pétrole non décou­vert dans le monde, 30 % de son gaz non décou­vert, une abon­dance d’ura­nium, de miné­raux de terres rares, d’or, de diamants, et des millions de km² de ressources inex­ploi­tées et de pêche à profu­sion. »

      Selon un nouveau rapport du Natio­nal Snow and Ice Data Center (NSIDC) – centre d’in­for­ma­tion et de réfé­rence des États-Unis à l’ap­pui de la recherche polaire –, le mois d’avril 2019 a enre­gis­tré des éten­dues de glace extra­or­di­nai­re­ment basses en Arctique, avec 230 000 km2 de moins qu’en avril 2018. Il pointe égale­ment que la glace vieille de quatre ans ou plus ne repré­sen­tait désor­mais plus qu’1,2 % de la couver­ture de glace.

      Source : CNN

      https://www.ulyces.co

      La colonie disparue des manchots empereurs


      Les Manchots empereur sont pourtant très résistant à endurer des températures extrêmes. Avec les changements climatiques, les petits meurent par milliers.
      Nuage

       

      La colonie disparue des manchots empereurs

       

      GETTY CREATIVE

      On a l’habitude d’imaginer que le Manchot empereur, ce « pingouin » de l’Antarctique, est l’animal le plus résistant du monde, et pourtant…

      On a l’habitude d’imaginer que le Manchot empereur, ce « pingouin » de l’Antarctique, est l’animal le plus résistant du monde, considérant les conditions climatiques extrêmes auxquelles il est exposé. Or, il semblerait que la deuxième plus grosse colonie du continent ait été dévastée en un temps record par une « catastrophe démographique ».

      Pas moins de 10 000 petits sont en effet morts en 2016 — pour un groupe qui comptait entre 14 000 et 25 000 couples reproducteurs par année. Cet hiver-là, rapporte une étude parue jeudi dans la revue Antarctic Science, la glace annuelle recouvrant le « site Hadley », sur la Mer de Weddell, s’était rompue particulièrement vite. Une rupture associée à des tempêtes fortes quelques mois plus tôt, à une année El Nino et à un record à la baisse de la surface maritime recouverte par la glace. L’étude ne dit pas pourquoi ces conditions ont pu provoquer pareille hécatombe chez les jeunes, mais il est certain qu’avant un certain âge, un jeune manchot est incapable de survivre dans l’eau glaciale.

      Les chercheurs notent également que depuis trois ans, la glace n’est pas revenue à ce qu’elle était avant. Et les images satellites des années subséquentes montrent l’absence presque totale de manchots sur ce site de reproduction qu’ils utilisaient pourtant depuis 60 ans. Certains se sont peut-être joints à la colonie Dawson-Lambton, à 55 km plus au nord, dont la population a augmenté.

      La colonie du site Hadley représentait 9 % de la population totale des manchots empereurs. Mieux comprendre ce qu’elle est devenue permettrait d’en apprendre davantage sur la vulnérabilité — ou la résilience — des manchots face aux changements climatiques en cours.

      https://quebec.huffingtonpost.ca/

      Hiver enneigé, printemps inondé? Pas forcément


      Avec l’hiver que nous avons eu, le froid qui ne démordait pas et la neige qu’on ne savait plus ou la mettre, les trottoirs impraticables, le déneigement des rues difficiles, semble être enfin derrière nous. Il reste maintenant a fondre toute cette neige et cette glace. Allons-nous connaitre des inondations un peu partout au Québec ? Tout dépend de la quantité de pluie et la température. Si cela fond trop vite, … Sortez vos bateaux ? Pour le moment, cela semble aller tranquillement et on ne prévoit pas de grandes inondations, mais cela est quand même à surveiller.
      Nuage

       

      Hiver enneigé, printemps inondé? Pas forcément

       

      La rivière Sainte-Anne photographiée en hiver. On aperçoit un pont surplombant la rivière. Cette dernière est entièrement recouverte de neige.

      La rivière Sainte-Anne, à Saint-Raymond, fait l’objet d’une étroite surveillance. Photo: Radio-Canada / Samuel Pouliot

      Louis Gagné

      L’importante quantité de neige qui est tombée sur le Québec depuis le début de l’hiver n’entraînera pas nécessairement plus d’inondations lors de la fonte printanière.

      Le directeur des opérations d’Hydro-Météo, Pierre Corbin, mentionne que d’autres facteurs que la quantité de neige peuvent influencer l’intensité des crues, tels que les précipitations de pluie et la température.

      « C’est vraiment ça qui va faire qu’on aura des problèmes, d’une part, avec les glaces, et, d’autre part, sans les glaces, après les débâcles pour certains cours d’eau », explique M. Corbin en entrevue à Radio-Canada.

      Le directeur des opérations ajoute qu’il est difficile de prévoir si la fonte des neiges sera accompagnée de pluie ou d’épisodes de redoux prolongés. Si c’est le cas, la quantité élevée de neige au sol pourrait effectivement provoquer des inondations.

      « Plus il y a de la neige au sol, plus la crue va être significative, longue, dépendamment de la vitesse de fonte », indique-t-il.

      S’il y avait des précipitations […] pendant la période de fonte, ou si la fonte était tout simplement plus rapide avec des températures de 15, 20 degrés Celsius, aucune région ne pourrait échapper aux problématiques. Pierre Corbin, directeur des opérations, Hydro-Météo

      Le centre-ville de Sainte-Marie photographié lors d’une inondation au printemps 2018.

      Le printemps dernier, le centre-ville de Sainte-Marie, en Beauce, avait été inondé à la suite du débordement de la rivière Chaudière. Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

      Pas de problème, à court terme

      Pour l’instant, ce scénario ne semble pas se dessiner, du moins à court terme. Les températures douces annoncées pour les journées de jeudi, vendredi et samedi vont faire fondre une partie de la neige, mais ne devraient pas provoquer d’importantes inondations.

      « On ne devrait pas avoir d’inondation. Par contre, il faudra surveiller les plus petits cours d’eau comme les ruisseaux, qui pourraient être problématiques, mais sinon, les grosses rivières ne devraient pas bouger, en fin de semaine à tout le moins », indique Éric Drolet, directeur de la sécurité civile pour la région Capitale-Nationale-Chaudières-Appalaches-Nunavik.

      Le maire de Sainte-Marie, en Beauce, abonde dans le même sens. Gaétan Vachon estime que sa municipalité devrait « s’en tirer à bon compte » au cours des prochains jours.

      Il précise qu’en cas de pluie, la neige qui recouvre la glace sur la rivière Chaudière permettra d’éponger une partie des précipitations.

      Une voiture circule sur une rue inondée au centre-ville de Sainte-Marie, en Beauce. La photographie a été prise de soir.

      De nombreuses municipalités du Québec ont vécu des inondations au printemps 2018. Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

      Une « bonne nouvelle »

      Le maire ajoute que la composition du couvert de glace et la présence de fissures pourraient contribuer à empêcher des inondations comme celles que Sainte-Marie a connues au cours des dernières années.

      « La glace a 16 pouces d’épaisseur, mais ce n’est pas une glace pure, c’est une glace avec une couche de neige, du frasil, donc la glace comme telle n’est pas dangereuse comme certaines années, ça, c’est une bonne nouvelle », se réjouit Gaétan Vachon.

      Selon les experts, on aura une meilleure idée de l’ampleur des crues printanières d’ici la fin du mois de mars et le début du mois d’avril.

      « C’est à ce moment-là qu’on va voir si le dégel est plus agressif, mais pour l’instant, à court terme, on ne voit rien d’extraordinaire au niveau du dégel rapide et des précipitations », mentionne Pierre Corbin.

      Avec la collaboration d’Alexandra Duval

      https://ici.radio-canada.ca/

      Cette famille a retrouvé sa maison de vacances empri­son­née dans la glace


      Un côté positif, ce n’est pas leur maison principale. Cela gâche les vacances de voir sa maison de vacances complètement en glace. J’espère que l’eau était fermée sinon, ils auront aussi d’autres mauvaises surprises avec la plomberie
      Nuage

       

      Cette famille a retrouvé sa maison de vacances empri­son­née dans la glace

       

      Crédits : Maureen Whelan

      par  Malaurie Chokoualé

       

      Proprié­taires de cette bâtisse depuis quatre géné­ra­tions, les membres de la famille de Maureen Whelan n’avaient jamais vu ça. BBC News décrit leur effroi alors qu’ils rega­gnaient leur maison de vacances fami­liale à Ramona Beach, sur les bords du lac Onta­rio dans l’État de New York. Ils l’ont trou­vée entiè­re­ment recou­verte par la glace.

      Les vents violents qui se sont abat­tus à la fin du mois de février dans la région ont engen­dré leur lot de scènes surréa­listes. Dans le cas de cette maison de vacances, les vents ont soulevé les eaux du lac pour les proje­ter sur ses murs. Les tempé­ra­tures glaciales se sont ensuite char­gées des fini­tions et la maison s’est retrou­vée prison­nière sous une épaisse couche de glace.

      Une mauvaise nouvelle n’ar­ri­vant jamais seule, la famille a appris que, n’étant pas situé en zone inon­dable, aucun dommage n’est couvert par l’as­su­rance. Maureen explique à BBC News qu’elle tente à présent avec son frère et sa sœur de remettre la maison en état, tout en conte­nant son émotion. « Nous sommes dévas­tés », raconte-t-elle.

      Briser la glace accu­mu­lée sur les murs et le toit se révèle très vite fasti­dieux. De plus, il leur faut tout faire pour limi­ter les dégâts provoqués par l’eau une fois la neige fondue. Mais la famille à le cœur à l’ou­vrage, comme le rapporte le jour­na­liste local John Kucko sur Face­book.

      Source : BBC News

       

      https://www.ulyces.co/

      Le Saviez-Vous ►14 aliments encore pires pour les dents que les bonbons


      Il n’y a pas juste les bonbons qui abîment les dents. Il y a des aliments qui peuvent aussi faire des dommages à l’émail et provoqués des caries. Parmi eux, on peut trouver des alternatives, mais bon, d’autres, c’est plus difficile car on aime cela .. Donc, il faut trouver des compensations pour éviter le désastre
      Nuage

       

      14 aliments encore pires pour les dents que les bonbons

       

      Les dents sont abîmées par le sucre des fruits secs.

      nada54/Shutterstock

      Par Daisy Chan, RD.com

      Vous êtes peut-être en train de saboter votre beau sourire sans même vous en rendre compte. Sachez que les dents réagissent aux aliments que vous mettez dans votre bouche. En voici certains – autres que les bonbons – à éviter, selon les dentistes.

      Fruits secs

      « Manger des fruits séchés, c’est comme manger des bonbons, dit Stephen J. Stefanac, professeur de médecine orale et de parodontie à la faculté de dentisterie de l’Université du Michigan. Ils sont tout aussi collants et riches en sucre. »

       Cela signifie que ce dernier reste coincé entre les dents – la formule parfaite pour les caries. Oubliez les fruits secs et préférez-leur les fruits frais.

      Soda

      Il n’est pas surprenant que le soda ne soit pas bon pour vos dents. Une canette de soda de 350 ml (12 onces) contient 39 grammes de sucre, soit près de dix cuillères à café! Mais ce n’est pas le seul problème.

      « C’est très acide, dit Tricia Quartey, dentiste à Brooklyn, New York. Et l’acidité peut éroder l’émail. »

      Le pire, c’est de siroter du soda toute la journée, parce qu’alors vos dents sont longuement exposées au sucre et à l’acide.

      Jus

      Comme le soda, le jus embouteillé peut être acide et contenir des sucres ajoutés, parfois jusqu’à dix cuillères à café par portion. Ce sucre nourrit les bactéries qui causent la carie dentaire. Mais il existe au moins un dentiste qui recommande une surprenante alternative: le jus de pomme.

      « Il n’y a généralement pas de sucres ajoutés dans le jus de pomme », explique Tyrone Rodriguez, directeur du service de dentisterie pédiatrique au Yale-New Haven Hospital.

      Le Dr Rodriguez suggère de couper le jus de pomme avec de l’eau pour réduire davantage le sucre naturel ou de faire soi-même ses propres jus maison.

      Sauce pour les pâtes

      Les tomates sont bonnes pour la santé, mais très acides :

      « Manger de la sauce tomate avec des spaghettis multiplie par deux les dommages à l’émail », dit la Dre Quartey.

      La sauce acide peut attaquer l’émail des dents et les glucides contenus dans les pâtes aident à nourrir les bactéries responsables de la carie. La Dre Quartey recommande plutôt des pâtes au fromage.

      Les dents sont sensibilisées par l'eau en bouteille.

      aastock/Shutterstock

      Eau embouteillée

      Même l’eau ordinaire peut contenir des minéraux ajoutés pour en rehausser la saveur – et ceux-ci peuvent faire grimper l’acidité. En fait, ces eaux peuvent être aussi acides que le café ou le thé. Il est difficile de dire quelles marques sont plus acides que d’autres.

      Par contre, si vous prenez de l’eau distillée, vous obtiendrez une eau moins acide (la distillation abaissant le pH – une échelle qui indique l’acidité – à un état plus neutre). Ou buvez simplement de l’eau du robinet.

      Vinaigre de cidre de pomme

      On a beaucoup vanté les vertus détoxifiantes de ce vinaigre, mais peu de gens réalisent que sa grande acidité peut éroder l’émail des dents en un rien de temps. Deux dentistes à qui nous avons parlé ont constaté une augmentation du nombre de personnes dont les dents ont été endommagées à cause du vinaigre de cidre de pomme.

      Si vous en consommez, diluez-le toujours avec de l’eau, buvez-le en une fois et rincez-vous bien la bouche ensuite.

      Café ou thé glacé

      Le café et le thé peuvent vous aider à bien démarrer vos journées, mais ce ne sont pas des amis pour les dents. Ils sont en effet acides et diurétiques, ce qui signifie qu’ils peuvent assécher votre bouche.

      « La salive est le système tampon que nous offre la nature pour tout rincer, explique le Dr Rodriguez. Quand on a la bouche sèche, on est plus vulnérable aux caries et aux maladies des gencives. »

      Les café et thé glacés? Encore pire pour les dents, à cause du sucre ajouté. Un conseil : rincez-vous la bouche avec de l’eau après en avoir bu, cela vous aidera à protéger vos dents.

      Les dents sont abîmées par le sucre des jujubes vitaminés.

      Olga Malysheva/Shutterstock

      Jujubes vitaminés

      Ne perdez jamais de vue que les jujubes vitaminés ou les suppléments de fibres sont essentiellement des bonbons. Ils contiennent du sucre et sont à la fois moelleux et collants, ce qui leur permet de se nicher entre vos dents et de causer des caries. Protégez vos dents en choisissant les vitamines que vous avalez.

      Croustilles aromatisées

      Tout d’abord, les éclats durs peuvent couper vos gencives. Ensuite, ce sont des glucides raffinés et dont des aliments dont les bactéries de la bouche se nourrissent.

      Enfin, leurs arômes, qui sont souvent acides, agissent comme du papier de verre sur vos dents, dit le Dr Rodriguez. Et plus l’arôme est prononcé, pire c’est. Essayez plutôt du maïs soufflé à l’air ou, mieux encore, des noix.

      Pastilles contre la toux

      Comme pour les jujubes vitaminés, les pastilles contre la toux ne sont peut-être pas considérées comme des bonbons, mais pour vos dents, c’est exactement ce qu’ils sont.

      Le Dr Stefanac se souvient d’une patiente qui avait beaucoup de caries parce qu’elle prenait ces pastilles comme des médicaments : « Elle en suçait toute la journée. »

      Alcool

      La bière, le vin, les alcools forts et les cocktails peuvent tous abîmer vos dents, surtout si vous aimez siroter tranquillement votre verre. En plus des sucres qu’elle contient – sucres dont se nourrissent les bactéries – la bière subit un processus de carbonatation qui la rend acide, ce qui érode également l’émail des dents.

      Le vin pourrait contenir plus de sucre que vous ne le pensez (un verre de blanc doux peut en contenir jusqu’à huit grammes), mais ce sont les cocktails sucrés que vous devriez vraiment surveiller : en plus du sucre, les boissons à forte teneur en alcool peuvent assécher la bouche, ce qui vous rend plus vulnérable aux caries et aux maladies des gencives.

       

      Les dents sont abîmées par la glace.

      Sergiy Kuzmin/Shutterstock

      Glace

      Le coupable, ici, c’est la dureté de la glace : en mâcher peut facilement casser une dent

      « Je vois ça souvent, dit le Dr Stefanac. On le voit souvent chez les gens qui ont beaucoup de plombages, qui affaiblissent les dents. Ils mordent sur de la glace et se cassent un morceau de dent. »

      https://www.selection.ca/

      Il reçoit une contravention pour avoir marché dans la rue à cause de la glace


      Avec la neige, la pluie, le redoux, le gel, les trottoirs sont désastreux que ce soit à Montréal ou même chez moi à Gatineau. Faut dire que cette année, les piétons marche à la dure. Moi-même, je préfère marcher dans la rue que sur les trottoirs  même s’ils sont déneigés à cause de la glace cabossées ou que c’est glissant. Je trouve que c’est du zèle de la part du policier surtout tard le soir.C’est certain que sur une rue passante, on endure les trottoirs, mais un moment donné avec l’hiver que nous avons, je crois qu’il faut faire la part des choses
      Nuage

       

      Il reçoit une contravention pour avoir marché dans la rue à cause de la glace

       

      Un Montréalais entend contester le constat d'infraction dont il a écopé pour... (Photo David Boily, archives La Presse)

      PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

      SARA CHAMPAGNE
      La Presse

      Un Montréalais entend contester le constat d’infraction dont il a écopé pour avoir marché dans la rue afin d’éviter un trottoir recouvert de neige et de glace.

      Selon le récit raconté sur les ondes de CBC news, Lateef Martin marchait le long de la rue Messier, samedi vers 1 h 30 du matin, dans l’arrondissement Le Plateau-Mont-Royal, quand il aurait été intercepté par un patrouilleur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

      M. Martin a raconté qu’il a été arrêté quand il a refusé de fournir une preuve d’identité au patrouilleur. L’homme à la peau noire, qui marchait la tête recouverte d’un capuchon, avance que « sa race » a probablement été un facteur dans son arrestation. Il soutient qu’il revenait à pied d’une soirée chez un ami.

      « Naturellement, j’ai décidé de marcher dans la rue parce que c’était plus sécuritaire. L’un de mes amis a chuté et s’était blessé au genou sur ce même tronçon de trottoir plus tôt dans la journée. […] J’ai voulu être prudent », a-t-il relaté.

      M. Martin a reçu un constat de contravention de 48 $ pour avoir contrevenu à l’article 452 du Code de la route stipulant qu’un piéton doit emprunter le trottoir plutôt que la rue quand il y a en un longeant une artère.

      « Je pense sincèrement qu’il (le policier) a décidé de me donner une contravention parce que j’ai refusé de lui dire où j’allais, et parce que je lui ai répondu sèchement », a précisé M. Martin.

      Le SPVM a refusé de commenter l’affaire hier, CBC news n’est pas parvenu à obtenir les commentaires de la Ville de Montréal.

      Chaque année, la Ville de Montréal verse des milliers de dollars en dédommagements à des citoyens pour des chutes sur les trottoirs de son territoire. Récemment, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a annoncé la révision des pratiques de déglaçage sur les trottoirs, notamment avec l’utilisation de chenillettes surnommées « croque-glaces ». 

      https://www.lapresse.ca/