Votre appareil photo numérique pourrait être pris en otage par un rançongiciel


Heureusement qu’il y a des gens qui démontrent les failles de sécurité sur les objets connectés. Ainsi, les compagnies peuvent faire des mises à jour pour corriger les failles jusqu’au prochain problème.
Nuage


Votre appareil photo numérique pourrait être pris en otage par un rançongiciel

Un gros plan sur un appareil photo reflex numérique

Les rançongiciels ne visent pas seulement les ordinateurs et les téléphones intelligents.

PHOTO : GETTY IMAGES / BENIMAGE

Si les appareils photo reflex numériques modernes peuvent se servir des réseaux wi-fi et des connexions Bluetooth comme les téléphones intelligents et ordinateurs, ceux-ci peuvent aussi être vulnérables aux cyberattaques.

Le fournisseur de sécurité informatique Check Point Software Technologies en a fait la démonstration sur un appareil Canon E0S 80D lors de la célèbre convention de piratage informatique DEF CON qui se tenait à Las Vegas, la fin de semaine dernière.

Le chercheur Eyal Itkin a expliqué qu’il est possible pour un pirate de téléverser un logiciel malveillant sur une caméra si celle-ci est connectée sur le même réseau internet sans-fil en se servant du « Picture Transfer Protocol » (protocole de transfert d’images), un outil standardisé qui permet le transfert d’images sur un ordinateur.

Une fois que le logiciel est installé, les photos sont encryptées et deviennent inaccessibles. L’écran de la caméra affiche un message demandant une somme d’argent en échange d’un code pour déverrouiller les photos.

Qu’est-ce qu’un rançongiciel?

Les rançongiciels sont des logiciels malveillants qui paralysent les appareils sur lesquels ils sont installés. Une fois l’appareil pris en otage par le pirate, le logiciel affiche généralement un message demandant le versement d’une rançon en échange de laquelle l’appareil recommencera à fonctionner normalement.

Il est recommandé de ne jamais payer la rançon demandée et de plutôt faire affaire avec un expert en informatique afin de remettre l’ordinateur en état de marche.

Paieriez-vous pour ravoir accès à votre caméra?, a demandé Eyal Itkin au public de DEF CON, rappelant que ces appareils sont habituellement remplis d’images personnelles.

Le chercheur a recommandé de désactiver le wi-fi et le Bluetooth des caméras numériques sauf lorsqu’ils sont nécessaires.

Check Point Software Technologies a avisé Canon de cette vulnérabilité en mars et a travaillé de concert avec l’entreprise japonaise afin de développer une mise à jour pour contrecarrer la vulnérabilité. Celle-ci est maintenant disponible.

La faille de sécurité découverte par Eyal Itkin ne touchait que les appareils Canon, mais celui-ci a mentionné à The Verge(Nouvelle fenêtre) qu’il était possible que des appareils d’autres marques aient des vulnérabilités semblables.

https://ici.radio-canada.ca/

Partagez une limonade par Internet


Transmettre le goût d’une boisson via Internet, semble maintenant possible. Cependant, c’est le cerveau qui capte le goût quand il boit son eau dans une tasse spéciale recevoir l’information de la saveur via Bluetooth
Nuage

 

Partagez une limonade par Internet

Des scientifiques ont trouvé le moyen de partager le goût d’une limonade par Internet.

(CCM) — Décidément, le futur c’était mieux avant. Nous n’avons toujours pas de voitures volantes et la téléportation est encore du domaine de la science-fiction. Enfin sauf pour la limonade, car des chercheurs japonais et singapouriens du CUTE Center Lab ont trouvé un moyen de transmettre le goût de la limonade par Internet. D’accord, ce n’est pas vraiment de la téléportation mais on s’en contentera.

Concrètement, on trouve d’un côté un émetteur équipé d’un senseur que l’on plonge dans l’eau. Ce senseur analyse le PH et la couleur de la limonade. L’émetteur transmet via Internet une version digitale du goût du liquide au récepteur, une sorte de tasse transparente connectée en Bluetooth. La tasse, remplie d’eau plate, utilise des LEDs pour simuler la couleur et c’est une stimulation électrique qui va donner l’impression de changement de goût. La vidéo ci-dessous (en anglais) détaille le concept.

Entrez la légende de la vidéo ici

Bien entendu, la tasse ne transformera pas l’eau en limonade, mais votre cerveau le croira, en raison des stimulis électriques. C’est vrai, cela tient plus du tour de passe-passe mais il faut avouer que cette technologie est vraiment très étonnante. Et qui sait, demain on parviendra peut-être à lui trouver une utilisation intéressante ?

Photo : © Wiktory – Shutterstock.com

http://www.commentcamarche.net

Les poupées connectées: des espionnes en herbe, selon des associations de consommateurs


Qu’importe le moment qu’on offre ce genre de poupée à des enfants, il est important de prendre conscience que ce jouet a un gros problème de sécurité via Internet
Nuage

 

Les poupées connectées: des espionnes en herbe, selon des associations de consommateurs

 

Rédaction du HuffPost avec AFP

À l’approche des célébrations de Noël, des associations de défense des consommateurs mettent en garde. Certains jouets connectés sont susceptibles de se transformer en « espions » en herbe, contrôlables à distance par un simple téléphone portable, préviennent les organismes américains et européens qui ont décidé de porter plainte.

Les craintes des défenseurs de la vie privée portent notamment sur deux jouets: « Mon amie Cayla » et « i-Que », qui requièrent l’utilisation d’une application sur téléphone ou tablette pour fonctionner, explique l’Association européenne de défense des consommateurs (BEUC) dans un communiqué publié mardi à Bruxelles.

Ils sont manufacturés par Genesis Toys, qui se revendique numéro 1 mondial du jouet connecté, basé à Hong Kong.

Les enfants ont la possibilité de poser des questions simples aux poupées qui leur répondent. Toutes les conversations sont téléchargées, de façon cryptée, sur un serveur tiers.

Une étude de l’organisme indépendant de protection des consommateurs norvégiens (Forbrukkerradet), sur laquelle se basent les plaintes des différentes associations et que l’AFP a pu consulter, souligne toutefois que le fonctionnement de « Cayla » et « i-Que » comme de simples écouteurs Bluetooth les rend particulièrement vulnérables.

« Il est très facile pour n’importe qui de se connecter à la poupée. Donc, si vous êtes à proximité de la poupée et qu’elle est allumée, il est facile pour un inconnu par exemple de se connecter et de parler au travers de la poupée et d’écouter ce que les gens disent au travers de cette connexion », a expliqué à l’AFP Finn Myrstad, responsable de la section Services numériques au Conseil norvégien des consommateurs.

« C’est un problème de sécurité qui a été signalé au fabricant il y a presque deux ans. Ils auraient dû l’avoir réparé depuis », a-t-il regretté.

Le rapport norvégien fait une recommandation simple, une légère modification: exiger un accès « physique » pour la connexion, comme presser un bouton pour valider le jumelage entre appareils.

Où finissent les données?

Dans son communiqué, le BEUC déplore en outre que toute parole prononcée par l’enfant joueur soit transférée vers la compagnie Nuance Communications, spécialisée dans la technologie de reconnaissance vocale.

Dans leur projet de plainte contre Genesis Toys et Nuance Communications devant la Commission fédérale du Commerce (FTC), quatre associations américaines soulignent que Nuance – qui affirme utiliser les données recueillies pour améliorer ses produits – vend sa technologie à des agences militaires, de renseignement et de police.

Au moins 18 associations de défense des consommateurs et de protection de l’enfance dans 15 pays européens et aux États-Unis vont porter le dossier devant les autorités concernées. Un troisième jouet, « Hello Barbie », est concerné par l’étude norvégienne. Le cas de la poupée, non commercialisée en Europe, avait déjà été soulevé chez nos voisins du sud par les défenseurs de la sécurité en ligne.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Google : un brevet pour un effrayant ours en peluche connecté


Je n’aime pas trop l’idée d’un jouet pour enfant ayant des caméras, micros et tout le tra la la et qui en plus se connecte à un serveur. Maintenant, il y a tellement de façon d’aller chercher des informations sur les gens qu’en plus, ils vont trouver une autre porte d’entrée dans les maisons grâce à ses jouets
Nuage

 

Google : un brevet pour un effrayant ours en peluche connecté

 

Le brevet décrit des peluches équipées de micros, caméras et haut-parleurs.Photo : Capture d’écran

VIE PRIVÉE — Google a déposé un brevet décrivant les peluches bardées de micros et caméras. Elles seraient capables d’interagir avec son interlocuteur, mais effraient surtout quant aux questions de vie privée au sein du foyer.

Vous aviez déjà peur de Chucky, l’effrayante poupée star de la série de films d’horreur ? C’était sans compter le brevet déposé par Google le 21 mai dernier concernant des jouets connectés, à qui certains le comparent déjà. En l’analysant en détail, on s’aperçoit ainsi que la société californienne voudrait équiper des jouets de caméras (dans les yeux), de micros (dans les oreilles), de haut-parleurs (dans la bouche) et d’un moteur dans le cou.

Un dessin d’illustration du brevet montre ainsi un ours et un lapin en peluche équipés de ces technologies. Le jouet décrit pourrait donc écouter son interlocuteur, tourner la tête quand il l’appelle, mais aussi lui répondre en fonction de sa demande.

Un espion dans la maison ?

Également équipés de WiFi et de Bluetooth, ces jouets pourraient se connecter à d’autres équipements de la maison pour lancer de la musique ou un film. Ils joueraient ainsi le rôle d’une télécommande intelligente au sein du foyer. Le système décrit pourrait aussi prendre une forme anthropomorphique et s’imposer comme un robot domestique, tel un majordome connecté.

Brevet jouet connecté Google

L’utilisation de ce type d’équipement dans la maison pose cependant des problèmes éthiques. Le jouet serait capable de déterminer qui lui parle grâce à la reconnaissance faciale et proposer des préférences personnalisées en fonction de son interlocuteur. Mais ses caméras et ses micros pourraient également devenir des points d’entrée privilégiés dans l’un des derniers bastions de la vie privée : le domicile.

Le modèle économique de Google, basé sur la publicité ciblée en fonction des comportements des utilisateurs, pourrait de la sorte s’enrichir de nouvelles données importantes, comme les heures de présence au domicile et les habitudes de ses occupants. La société cible aussi de plus en plus les enfants. En février, elle mettait ainsi en ligne l’application YouTube Kids, qui leur spécifiquement destinée. Des jouets finalement pas si inoffensifs que ça.

http://www.metronews.fr/

Ces objets qui changent la vie


Des innovations technologies ont été présentées à Las Vegas aux États-Unis. Bien que certains objets semblent intéressants, mais d’autres d’un certain point de vue, pourraient devenir inquiétantes. Si on finit par tout mettre sur Internet comment pourrions-nous exercer notre mémoire à se rappeler des choses simples comme arroser une plante, notre intuition que quelque chose ne va pas ?
Nuage

 

Ces objets qui changent la vie

 

Un bandeau musical, un pot qui gère la demande en eau, des semelles  compteuses de calories : la  technologie est partout. Un créneau qu'explore aussi le Toulousain Jean-Marc Prunet  (Myfox)

Un bandeau musical, un pot qui gère la demande en eau, des semelles compteuses de calories : la technologie est partout. Un créneau qu’explore aussi le Toulousain Jean-Marc Prunet (Myfox)

Le salon CES de Las Vegas a fermé ses portes. Comme chque année les innovations de demain ont étonné. Les objets connectés ont été les stars. Ils vont révolutionner notre quotidien dans les années qui viennent.

Star du salon CES de Las Vegas qui a fermé ses portes hier, les objets connectés et les applications dédiées déferlent sur notre quotidien. S’entend par objets connectés tous les appareils autres qu’un smartphone, une tablette ou un ordinateur, mais reliés à internet. Bracelets, montres, chaussures, drones, voitures, serrures, réfrigérateurs… la liste est désormais inépuisable. La seule limite fixée sera double, celle de l’utilité pratique et celle de son dérivé marchand.

Une enquête Opinion Way réalisée début de semaine montre que les grandes attentes des Français en la matière se fixent dans les services de proximité, l’habitat et la santé.

Du service au cyber-gadget

L’enjeu pour les entreprises est donc d’allier l’innovation et application pratique. Au fil des stands à Las Végas, certains objets ont fait immédiatement le buzz.

Le casque bandeau : s’endormir en écoutant de la musique sera bientôt un jeu d’enfant avec le SleepPhones, conçu comme un bandeau qui s’enfile autour de la tête. Attendu cette année.

Le pot de fleur autonome : le Parrot Pot va sauver tous ceux et celles qui n’ont pas la main verte. Lié à une application mobile, il arrose les plantes et vérifie leur besoin en engrais. Et leur évite ainsi le dépérissement.

La semelle qui dit tout : Digisole est une première semelle dotée de capteurs. Ils vont pourvoir chauffer les chaussures et enregistrer toutes les données de la marche : nombre de pas, calories brûlées. Sur le marché cette année.

Un bracelet intelligent : le bracelet Tempo est destiné aux seniors et mesure en permanence leur activité. Quand un comportement suspect est signalé, (temps de sommeil anormal, déplacements ou immobilité prolongée…), il donne l’alerte à un proche. Selon l’étude citée plus haut, pour 85 % des Français, ce genre de dispositifs contribue au maintien à domicile de ce type de personnes.

Le patch pour bébé : Temptraq est un patch qui donne la température. Connecté par bluetooth et collé sur le bras du bébé, il permet, grâce à une application, de suivre l’évolution de sa température en temps réel, sur son smartphone.

La pédale qui travaille avec vous : Les Parisiens de Connected Cycle ont présenté à Las Vegas une pédale de vélo qui enregistre vos trajets, la vitesse et le nombre de calories consommées. Détail qui a son importance, en cas de vol, le propriétaire pourra localiser son vélo à l’aide d’une application dédiée

Sécurité : les alarmes de Myfox. La start-up toulousaine a présenté ses nouvelles solutions en matière de sécurité à Las Vegas. Un prix pour l’innovation lui a été décerné. Le capteur intelligent, posé sur une porte d’entrée d’une maison, détecte les vibrations et peut faire le tri entre la vibration normale et une situation anormale. S’il sent un danger, il prévient les propriétaires sur une application dédiée et déclenche en même temps une sirène dissuasive.

jeux : progrès réel dans le virtuel

La réalité virtuelle appliquée aux jeux vidéo progresse toujours grâce à des technologies rendant les images et le son multidimensionnels, et toujours plus immersifs.

Exemple avec le tout dernier prototype de casque de réalité virtuelle, développé par la société Oculus et présenté à Las végas : Une fois l’appareil ajusté sur la tête, on se retrouve face à des dinosaures ou des extraterrestres qu’on croirait pouvoir toucher. L’image suit les mouvements, permettant de se déplacer dans ce monde virtuel ou de regarder derrière soi, vers le haut ou le bas. La sensation de réalité peut aller jusqu’au vertige quand on se retrouve téléporté au bord du vide sur le toit d’un gratte-ciel. Le nouveau prototype intègre plusieurs améliorations, sur le suivi des mouvements de la tête, l’ergonomie et l’optique, mais surtout un son désormais «en trois dimensions», assurant un rendu «beaucoup plus réaliste».

«Nous sommes des êtres très visuels», résume-t-il, mais «après la vue, l’ouïe est l’un des principaux sens avec lesquels les humains perçoivent le monde qui les entoure».

La startup française 3D Sounds Lab fait aussi tester un casque uniquement audio et parie sur du son en trois dimensions : les écouteurs dépassent la simple stéréo pour simuler différentes sources et des capteurs suivent les mouvements de la tête en temps réel pour pouvoir compenser le son en conséquence.

Pour se déplacer dans l’univers virtuel sans être retenu par le fil du casque, la société Virtuix propose une solution assez spectaculaire, sous la forme d’une espèce de tapis de course circulaire.

Outre un casque Oculus, les démonstrateurs portent des chaussures spéciales, glissantes et intégrant des capteurs de mouvement, et ils sont harnachés dans un baudrier. Tout cet équipement les ramène en permanence au milieu de l’appareil tandis qu’ils courent et sautent en pratiquant un jeu de tir.

La Dépêche du Midi

http://www.ladepeche.fr

A New York, une régie publicitaire cachait des traqueurs dans les cabines téléphoniques sans prévenir personne


Les publicitaires cherchent par tous les moyens d’agrandir leur pouvoir d’agir auprès des consommateurs. Mais, leurs méthodes peuvent être carrément perverses.
Nuage

 

A New York, une régie publicitaire cachait des traqueurs dans les cabines téléphoniques sans prévenir personne

 

No Dial Tone Jim Pennucci via Flickr CC

Il y aurait plus de 500 dispositifs cachés dans les cabines téléphoniques de New York. Installés par la régie publicitaire Titan, ils permettent de traquer les mouvements des New-Yorkais.

Le site Buzzfeed, qui révèle l’histoire, explique que ce système, appelé «beacon», fonctionne via Bluetooth. En temps normal, il permet de détecter les téléphones portables avoisinants pour proposer des offres commerciales à leur propriétaire. Cette année par exemple, le Festival du film de Tribeca a utilisé ce système pour avertir les festivaliers des événements alentours.

Seulement voilà, comme le note Buzzfeed, «la diffusion d’une telle technologie peut transformer n’importe quelle ville en une matrice géante de commercialisation cachée».

Car ce dispositif, fabriqué par l’entreprise californienne Gimbal, peut récupérer différentes données comme la localisation du passant ou son heure de passage.

En effet, et c’est plus étonnant, l’entreprise de régie publicitaire Titan, qui a installé les «beacons» n’a pas eu besoin d’offre publique ou consultation de la population. La ville de New York ayant donné son accord sans passer par les démarches habituelles parce que Titan, selon le New York Daily News, jurait alors qu’il n’y avait qu’un but de «maintenance».

«Au-delà de l’implication de la ville dans cette affaire, le manque de transparence est encore plus inquiétant», explique Donna Lieberman, de l’Union des libertés civiles de New York, au Daily News. 

Quelques heures après la publication de l’enquête, et une levée de boucliers de la part d’associations de défense de la vie privée, la ville de New York a fait savoir qu’elle avait demandé à Titan d’enlever son dispositif «beacon». L’entreprise a également reconnu que d’autres villes aux Etats-Unis comme Los Angeles ou San Francisco étaient équipées de ce système, mais a refusé d’en dire plus. 

http://www.slate.fr

Trucs et conseils Ne laissez plus vos batteries s’user prématurément dans vos appareils!


Cellulaires, tablettes, ordinateurs portables ont tous des batteries et dépendant de l’usage, il est possible que la batterie se décharge plus vite. Certaines habitudes pourraient aider a garder l’autonomie plus longtemps
Nuage

 

Trucs et conseils

Ne laissez plus vos batteries s’user prématurément dans vos appareils!

 

Trucs et conseils - Ne laissez plus vos batteries s'user prématurément dans vos appareils!

Photo peshkova / Fotolia

Agence QMI
Stéphane Vaillancourt

Voici quelques trucs et informations utiles pour augmenter l’autonomie des batteries qui alimentent vos téléphones, tablettes et appareils photo.

Vous aurez probablement une mauvaise habitude ou deux à perdre…

Vrai ou Faux? Batteries usées prématurément

Vrai ou Faux?

Piles et batteries peuvent être «rechargées».

 

Vrai ou Faux? - Batteries usées prématurément 

Photo Nomad_Soul / Fotolia

Faux. Une pile ne se recharge pas.

Donc, si vous achetez des «piles AA», elles ne seront pas rechargeables.

Une batterie, elle, peut être rechargeable ou non rechargeable.

Le prix d’une batterie rechargeable est plus élevé à l’achat, mais vous aura fait économiser au moins 10 fois le montant requis si vous aviez acheté des piles.

Vrai ou Faux?

On peut mélanger des piles et des batteries dans un même appareil.

Vrai ou Faux? - Batteries usées prématurément

Photo lune / Fotolia

Faux. Le «voltage» fourni par les piles alcalines, par exemple, et les batteries rechargeables varie.

Non seulement les batteries risquent de se décharger plus rapidement qu’à l’habitude, mais il y a ensuite un risque de mélange, où vous pourriez mettre des piles dans un chargeur et risquer qu’elles éclatent.

 

Vrai ou Faux?

Laisser un appareil sur la charge réduit la durée de vie d’une batterie.

 

Vrai ou Faux? - Batteries usées prématurément

Photo courtoisie

Vrai. Si vous chargez une batterie au maximum de sa capacité pour ensuite ranger l’appareil (ou, encore, le laisser sur la charge) pendant plusieurs jours ou plusieurs semaines, elle s’usera prématurément.

Le meilleur exemple: les téléphones sans fil, à la maison.

Vrai ou Faux?

Le froid réduit l’autonomie d’une batterie.

Vrai ou Faux? - Batteries usées prématurément

Photo tycoon101 / Fotolia

Vrai. Le fait de tenir vos batteries loin du froid (ou de les réchauffer, si elles sont froides) peut en améliorer l’autonomie.

Attention de ne pas dépasser 40 degrés Celcius, qui est la limite généralement recommandée par les fabricants, ou des fuites pourraient se produire et rendre votre batterie inutilisable (sans parler des risques de blessure)

Vrai ou Faux?

Les applications gratuites drainent la batterie plus rapidement que les applications payantes.

Vrai ou Faux? - Batteries usées prématurément

Photo Fotolia

Vrai (dans certains cas). Les applications gratuites qui affichent de la publicité drainent la batterie plus rapidement, puisqu’elles doivent se connecter à Internet (via Wi-Fi ou connexion cellulaire) afin de récupérer de nouvelles publicités à afficher.

Une application payante, sans publicité, ne se connectera donc pas aussi souvent.

Vrai ou Faux?

On peut augmenter l’autonomie de sa batterie de téléphone ou tablette en désactivant certaines fonctions.

Vrai ou faux? - Batteries usées prématurémentPhoto Delta / Fotolia

Vrai. Si vous n’utilisez le Bluetooth qu’en voiture, vous devriez l’activer uniquement au moment de mettre les pieds dans votre véhicule.

Si vous prenez le métro matin et soir, vous devriez mettre votre appareil en «Mode avion» dans vos paramètres, afin de désactiver le Wi-Fi et le signal cellulaire et d’éviter que votre appareil ne recherche une connexion inutilement.

Vrai ou faux?

L’abréviation «mAh» signifie la capacité de charge d’une batterie.

Vrai ou Faux? - Batteries usées prématurément

Photo vectomart / Fotolia

 

Vrai. L’abréviation «mAh» signifie «milliampère-heure» et désigne la capacité de charge électrique.

Plus une batterie contient de mAh, plus elle durera longtemps à consommation égale.

Par exemple, une pile affichant 2600 mAh prendra deux fois plus de temps à se décharger qu’une pile affichant 1300 mAh dans le même appareil.

Ce chiffre est donc très important, surtout en début de vie de la batterie.

Vrai ou Faux?

On peut retirer la batterie d’un ordinateur portable qui est branché dans une prise électrique

Vrai ou Faux? - Batteries usées prématurément

Photo sergey02 / Fotolia

Faux. La batterie sert de régulateur à l’électricité qui entre dans votre portable. Si vous la retirez, votre appareil pourrait être endommagé, suite à une surtension ou une baisse de tension.

 

D’ailleurs, les nouvelles batteries au lithium-ion sont généralement équipées d’un coupe-circuit, ce qui empêche l’appareil de continuer à charger la batterie lorsqu’elle est pleine.

Certains portables ou câbles de recharge sont équipés d’une petite lumière qui change de couleur, afin d’indiquer que la batterie est complètement chargée.

Vrai ou Faux?

On peut charger ses batteries aussi souvent qu’on le souhaite.

Vrai ou Faux? - Batteries usées prématurément

Photo Dharmasena / Fotolia

Vrai. Il est préférable de ne charger que selon nos besoins ou, à la limite, viser les 80% de charge pour plus de sûreté. De cette façon, on ne garde jamais de charge complète et on réduit l’usure prématurée des composantes de la batterie.

Ne pas recharger vos batteries de téléphone, tablette ou appareil photo pour les garder près d’une charge complète, puisque le maintien d’une charge complète accélère la dégradation des composantes à l’intérieur.

Conclusion

En mettant ces trucs en pratique, vous devriez tirer le maximum de l’autonomie de la batterie d’à peu près n’importe quel appareil. Sinon, il reste toujours la possibilité d’acheter une batterie de rechange, si votre appareil vous permet de la changer facilement, bien entendu.

 

http://fr.canoe.ca