Les abeilles savent compter


Si on se demande pourquoi étudier les mathématiques, quoique la réponse soit évidente, sachez que de primates, certains oiseaux, araignée, et même des abeilles comprennent les mathématiques de base. Malheureusement, avec l’effondrement des abeilles, les insecticides détruisent leurs neurones du cerveau, sans leurs capacités cognitives pour butiner.
Nuage

 

Les abeilles savent compter

 

Gros plan sur la tête d'une abeille.

Les abeilles ont la réputation d’être des insectes intelligents. Photo: iStock / Andy Nowack

Alain Labelle

Les abeilles mellifères peuvent réaliser des calculs mathématiques de base, ont démontré des scientifiques australiens et français.

Les chercheurs sont affiliés à l’Université RMIT et à l’Université Toulouse III – Paul Sabatier. L’année dernière, la même équipe avait établi que ces insectes sociaux étaient capables de se représenter et d’interpréter le zéro.

La présente étude montre qu’on peut apprendre aux abeilles à reconnaître les couleurs comme des représentations symboliques de l’addition et de la soustraction, et à utiliser cette information pour résoudre des problèmes arithmétiques.

La résolution de problèmes mathématiques exige un niveau d’intelligence sophistiquée, qui fait appel à une gestion mentale complexe de nombres, de règles, mais aussi à une mémoire de travail à court terme.

En outre, les opérations numériques comme l’addition et la soustraction sont complexes, parce qu’elles nécessitent deux niveaux de traitement.

Vous devez être capable de maintenir les règles d’addition et de soustraction dans votre mémoire à long terme, tout en manipulant mentalement un ensemble de nombres donnés dans votre mémoire à court terme. Le professeur Adrian Dyer, de l’Université RMIT

« De plus, nos abeilles ont également utilisé leur mémoire à court terme pour résoudre des problèmes arithmétiques, car elles ont appris à reconnaître les notions de plus et de moins comme des concepts abstraits plutôt qu’en les associant à des aides visuelles », explique le Pr Adrian Dyer.

Le saviez-vous?

  • Les abeilles n’ont qu’un million de neurones, soit 100 000 fois moins que l’humain;
  • elles possèdent une mémoire à court terme élaborée qui leur permet d’envisager les décisions à venir;
  • elles comprennent des concepts abstraits comme la similitude et la différence;
  • elles acquièrent des compétences complexes auprès d’autres abeilles.

Ces surprenantes capacités élargissent, selon les chercheurs, notre compréhension de la relation entre la taille et la puissance du cerveau.

Ainsi, même le petit cerveau d’une abeille peut réaliser des opérations mathématiques de base, une connaissance qui pourrait servir au développement futur de l’intelligence artificielle en raffinant l’apprentissage machine.

Nos résultats laissent à penser que la cognition numérique avancée pourrait être plus répandue dans la nature chez les non-humains que ce que l’on pensait. Adrian Dyer

De précédentes études ont montré que certains primates, des oiseaux comme le corbeau, et même des araignées sont capables d’additionner et de soustraire.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Science Advances(Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Une abeille sur une fleur.

Une abeille. Photo : Getty Images / Peter Vahlersvik

Un cerveau déstabilisé

De plus en plus de travaux, dont plusieurs menés à l’Université Laval de Québec, montrent que l‘effondrement des colonies d’abeilles observé en Amérique et en Europe depuis une dizaine d’années est lié aux insecticides, particulièrement à ceux de la famille des néonicotinoïdes. Pour réussir à butiner, les abeilles se servent de leurs grandes capacités cognitives, mais les produits toxiques attaquent la communication entre les neurones de leur cerveau, ce qui les déstabilise et nuit au butinage.

https://ici.radio-canada.ca/

Chez les termites, les plus âgés combattent en première ligne


Chez les insectes sociaux, ceux qui sont stériles et ont une vie plus courte sont en premières lignes en cas d’attaque. C’est ce qui se passe chez les termites. Ce sont les termites les plus âgés protégeant donc les plus jeunes, car ils sont stériles et leur vie s’achève. Ils sont donc sacrifiés pour la colonie
Nuage

 

Chez les termites, les plus âgés combattent en première ligne

 

Reticulitermes speratus

Une colonie de Reticulitermes speratus, Japon.

© WIKIMEDIA COMMONS / KEISOTYO

Par Anne-Sophie Tassart

Selon une nouvelle étude publiée dans Biology Letters, chez les termites, les soldats plus âgés ne se mettent pas à l’abri. Bien au contraire.

Les femmes, les enfants et les vieillards à l’abri ? Pas chez les termites, bien au contraire : des chercheurs de l’Université de Kyoto (Japon) ont découvert que les soldats les plus âgés de l’espèce Reticulitermes speratus se placent en première ligne pour défendre le couvain. A l’inverse, les plus jeunes se dirigent vers le centre, à l’abri, révèlent leur étude publiée le 7 mars 2018 dans la revueBiology Letters.

Une tête qui sert de bouchon pour bloquer les entrées

Chez cette espèce, les soldats sont totalement stériles et n’aident donc pas à maintenir la population. Par contre, ce sont des protecteurs farouches de la colonie qui permettent ainsi, aux spécimens fertiles, de la maintenir en bonne santé. Afin d’étudier leur comportement lors d’une attaque, les scientifiques nippons ont introduit dans une zone de test des fourmis Brachyponera chinensis. Ils ont ainsi pu remarquer que les soldats âgés se placent davantage en première ligne, bloquant les entrées du couvain en se servant de leur tête comme d’un « bouchon vivant« , comme l’explique l’étude. Pour ces insectes, les risques de tomber durant la bataille sont élevés. Les soldats plus jeunes se dirigent quant à eux préférentiellement au centre du couvain, une zone moins exposée au danger.

Des termites âgées plus enclines à se sacrifier pour la colonie

Selon cette étude, ce partage des rôles ne s’explique pas par des différences de performances : en ne mettant que des soldats jeunes ou que des soldats âgés dans la colonie, la protection de la colonie se révèle tout autant efficace.

« Ce partage des tâches des soldats en fonction de leur âge augmente leur espérance de vie, leur permettant ainsi de promouvoir tout au long de leur existence leur contribution au succès reproducteur de la colonie », notent les chercheurs.

Un soldat plus âgé dont la mort naturelle approche va donc s’occuper des tâches les plus dangereuses. Selon la théorie des histoires de vie, chez les insectes sociaux, les missions les plus risquées sont prises par les spécimens stériles avec une espérance de vie courte. Cette nouvelle étude confirme cette idée.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Certaines fourmis viennent au secours de leurs blessés


On apprend encore des choses sur les fourmis, enfin une certaine espèce de fourmi peuvent devenir secouriste pour un des leur qui est blessé après une attaque avec des termites. Après l’appel de détresse d’une victime, d’autres vont la chercher pour l’amener à la fourmilière pour y être traité
Nuage

 

Certaines fourmis viennent au secours de leurs blessés

 

Une fourmi matabele.... (PHOTO REUTERS)

Une fourmi matabele.

PHOTO REUTERS

Agence France-Presse
Washington

 

Les fourmis matabele, répandues dans le sud du Sahara et farouches prédatrices des termites, viennent au secours de leurs blessés dans des combats et les ramènent dans la fourmilière pour les «soigner», ont observé des entomologistes.

Deux à quatre fois par jour, ces fourmis (Megaponera analis) lancent des raids pour aller tuer des termites ouvriers, expliquent ces scientifiques dont la découverte était publiée mercredi dans la revue américaine Science Advances. Ces derniers sont responsables de la nourriture. Pour ce faire ils transforment le bois et toutes autres matières végétales en sucre, régurgité sous forme de salive.

Mais ces attaques provoquent une forte résistance de la caste des termites soldats, qui armés de puissantes mâchoires blessent et tuent des fourmis matabele dans des combats.

Pour apparemment minimiser leurs pertes lors de ces invasions, ces fourmis ont développé un comportement de secouristes jusqu’alors inconnu chez les insectes.

Ainsi, quand une des leurs est blessée, elle appelle ses congénères en excrétant certaines substances chimiques, un peu comme un signal de détresse. La fourmi blessée est alors ramenée à la fourmilière où elle peut récupérer après avoir été «traitée».

Ce traitement consiste le plus souvent à retirer le termite qui est encore accroché à elle.

«C’est la première fois que nous observons un comportement d’aide à un animal blessé par ses congénères chez les invertébrés», explique Erik Frank, un chercheur au Biocentre de l’Université de Würzbourg en Allemagne, et un des co-auteurs de cette recherche.

Cette observation est surprenante, surtout chez des insectes sociaux où les individus ont généralement peu de valeur, souligne-t-il.

Mais de toute évidence «cet investissement dans un système de secours est avantageux pour l’ensemble de la colonie», concluent ces scientifiques.

http://www.lapresse.ca