Une alimentation trop riche en sucre transforme le cerveau


Le sucre !!! Cette substance diabolique ! En fait, nous avons besoin de sucre pour notre mémoire, notre cerveau en demande, le hic ce ne sont pas tous les sucres qui sont bons pour nous. Malheureusement, l’industrie alimentaire l’ont bien compris, et ils se sont mis a faire toutes sortes de produits pour qu’on achète plus et encore plus et ils ont axé sur les mauvais sucres en créant ainsi une sorte de dépendance
Nuage


Une alimentation trop riche en sucre transforme le cerveau

Les adultes canadien·nes consomment en moyenne plus du triple de la limite quotidienne de 25 grammes de sucre ajouté recommandée par l'Organisation mondiale de la santé. | Sharon McCutcheon via Unsplash

Les adultes canadien·nes consomment en moyenne plus du triple de la limite quotidienne de 25 grammes de sucre ajouté recommandée par l’Organisation mondiale de la santé. | Sharon McCutcheon via Unsplash

Amy Reichelt

La consommation d’aliments sucrés a des incidences sur la mémoire et le comportement.

Nous adorons les gâteries sucrées. Mais trop de sucre dans notre alimentation peut causer un gain de poids et l’obésité, le diabète de type 2 ainsi que la carie dentaire. Nous savons qu’il vaut mieux éviter les bonbons, la crème glacée, les biscuits, les gâteaux et les boissons gazeuses, mais il est parfois très difficile d’y résister. C’est comme si notre cerveau était programmé pour avoir envie de ces aliments.

Mes recherches en neurosciences portent sur la façon dont l’alimentation moderne obésogène –qui entraîne l’obésité– modifie le cerveau. Je veux comprendre comment ce que nous mangeons change notre comportement et si les transformations cérébrales peuvent être atténuées par d’autres aspects du mode de vie.

Le corps fonctionne au sucre –au glucose pour être précis. Ce terme vient du grec glukos, qui signifie doux. Le glucose alimente les cellules qui nous composent, y compris celles du cerveau (les neurones).

Le sucre et les poussées de dopamine

Nos lointains ancêtres étaient des charognards. Comme les aliments sucrés constituent une excellente source d’énergie, l’évolution a fait en sorte que nous les trouvions particulièrement bons. Les aliments au goût désagréable, amer ou aigre peuvent être toxiques, avariés ou pas assez mûrs, et donc entraîner des maladies.

C’est ainsi que pour maximiser nos chances de survie en tant qu’espèce, nous avons un système cérébral inné qui nous porte à aimer les aliments sucrés qui nous donnent de l’énergie.

Lorsqu’on mange des aliments sucrés, le système de récompense du cerveau –appelé système dopaminergique mésolimbique– est activé. La dopamine est une substance chimique libérée par les neurones qui signale qu’un événement est positif. Quand le système de récompense se déclenche, il renforce des comportements qu’on est ensuite plus susceptible de répéter.

Les poussées de dopamine provoquées par la consommation de sucre favorisent un apprentissage rapide, ce qui nous porte à préférer ces aliments.

Aujourd’hui, notre environnement regorge d’aliments sucrés et riches en énergie. Il n’est plus nécessaire de partir à leur recherche, car on en trouve partout. Malheureusement, notre cerveau est toujours semblable à celui de nos ancêtres sur le plan fonctionnel, et il aime vraiment le sucre. Mais que se passe-t-il dans le cerveau lorsqu’on en mange trop?

Le sucre peut-il reprogrammer le cerveau?

Le cerveau remodèle continuellement ses connexions par un processus appelé neuroplasticité. Cette reconfiguration peut se produire dans le système de récompense. L’activation répétée de la voie de la récompense par des drogues ou une grande quantité d’aliments sucrés amène le cerveau à s’adapter à une stimulation fréquente, ce qui conduit à une forme de tolérance.

Pour ce qui est des aliments sucrés, cela signifie qu’on doit en manger plus pour obtenir le même sentiment de satisfaction –une caractéristique typique de la dépendance.

La dépendance alimentaire est un sujet controversé parmi les scientifiques et les clinicien·nes. S’il est vrai que l’on peut devenir physiquement dépendant de certaines drogues, on se demande si ça peut être le cas pour la nourriture alors qu’on en a besoin pour la survie élémentaire.

Le cerveau veut du sucre, encore et encore

Indépendamment du besoin de se nourrir pour alimenter le corps, beaucoup de gens éprouvent des fringales, en particulier lorsqu’ils sont stressés, affamés ou simplement confrontés à un bel étalage de gâteaux dans un café.

Pour résister à ces envies, on doit réfréner sa tendance naturelle à vouloir se faire plaisir avec des mets savoureux. Un réseau de neurones inhibiteurs permet de réguler nos comportements. Ces neurones sont concentrés dans le cortex préfrontal –une zone du cerveau impliquée dans la prise de décision, la maîtrise des impulsions et la capacité de retarder la récompense.

Les neurones inhibiteurs constituent le système de freinage du cerveau. Ils libèrent le GABA, un acide aminé. La recherche sur des rats a montré que la consommation d’aliments riches en sucre peut altérer les neurones inhibiteurs. Les rats nourris au sucre arrivent plus difficilement à contrôler leur comportement et à prendre des décisions.

Ainsi, notre alimentation peut influencer notre capacité à résister aux tentations, ce qui explique pourquoi il est si difficile de changer de régime.

Dans le cadre d’une étude récente, on a demandé à des gens d’évaluer leur désir de manger des amuse-gueules hypercaloriques lorsqu’ils ont faim par rapport au désir ressenti quand ils viennent de manger. Les personnes qui consomment régulièrement des aliments riches en matières grasses et en sucre ont répondu avoir davantage envie d’amuse-gueules, et ce, même lorsqu’elles n’avaient pas faim.

Cela porte à croire que la consommation régulière d’aliments à haute teneur en sucre pourrait amplifier les fringales –créant ainsi un cercle vicieux qui nous pousse à en manger toujours plus.

Le sucre et la formation de la mémoire

L’hippocampe –une zone importante pour la mémoire– est une autre région du cerveau touchée par les régimes riches en sucre.

La recherche a démontré que les rats qui mangent des aliments riches en sucre sont moins susceptibles de se rappeler s’ils ont déjà vu des objets à des endroits précis.

Les transformations induites dans l’hippocampe par le sucre sont une réduction de la formation de neurones, essentiels pour coder les souvenirs, ainsi qu’une augmentation des substances chimiques liées à l’inflammation.

Comment protéger votre cerveau du sucre?

L’Organisation mondiale de la santé recommande de limiter la consommation de sucres ajoutés à 5% de notre apport calorique quotidien, ce qui représente environ 25 grammes (six cuillères à café).

Sachant que l’adulte canadien·ne mange en moyenne 85 grammes (20 cuillères à café) de sucre par jour, on voit qu’il s’agit d’un gros changement pour beaucoup de gens.

Il est important de noter que les capacités de neuroplasticité du cerveau lui permettent de se réinitialiser dans une certaine mesure après avoir réduit sa consommation de sucre, et l’exercice physique peut améliorer ce processus. Les aliments riches en acides gras oméga-3 (présents dans l’huile de poisson, les noix et les graines) sont également neuroprotecteurs et peuvent stimuler les substances chimiques du cerveau nécessaires à la formation de nouveaux neurones.

Bien qu’il ne soit pas facile de briser des habitudes comme celle de s’offrir un dessert après chaque repas ou un café avec deux sucres, votre cerveau vous remerciera d’avoir fait des gestes positifs.

Le premier pas est souvent le plus difficile, mais les changements dans l’alimentation deviennent en général de plus en plus faciles avec le temps.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

http://www.slate.fr

Le Saviez-Vous ► Que contiennent les aliments sans gluten ?


À moins de souffrir de maladie coeliaque ou d’intolérance au gluten, suivre un régime sans gluten dans pensant que c’est mieux pour la santé, il faudrait y réfléchir deux fois, surtout si on achète des produits sans gluten. L’industrie étant ce qu’il est cherche à plaire aux consommateurs, par la texture, la saveur etc .. Donc plus de gras, plus de sucre ou de sel, plus d’additifs.
Nuage


Que contiennent les aliments sans gluten ?

© Flickr

Si vous pensez arrêter le gluten pour retrouver la ligne, c’est une fausse bonne idée !

Un épi de blé barré, inscrit dans un cercle. Ce logo, qui fleurit désormais sur les emballages, atteste que le produit contient moins de 20 mg / kg de gluten. Il peut donc être consommé sans risque par une personne atteinte de la maladie cœliaque, totalement intolérante à ces protéines céréalières.

Nous avons demandé à Amélie Lemray, diététicienne-nutritionniste, de décrypter les étiquettes de produits industriels sans gluten les plus consommés. Son verdict est clair : cette substance est le plus souvent remplacée par davantage de gras, de sucre et/ou de sel, au détriment du fer, des fibres et du calcium contenus dans les grains de céréales.

« Cela ne créera pas de carences chez un malade accompagné dans son régime par un professionnel, précise notre experte. Mais sans suivi, le régime sans gluten peut conduire à des déséquilibres, voire des pathologies telles que le diabète ou des maladies cardiovasculaires. »

La bière, une affaire de goût

« Les formulations sont réussies, rien à redire sur leur composition. Mais est-ce plus amer, moins sucré qu’une bière classique ? La sensation en bouche est-elle la même ? »

La diététicienne-nutritionniste Amélie Lemray laisse chaque amateur juger. À la rédaction, les bières au millet et au quinoa n’ont pas convaincu, seules les bières au malt d’orge « déglutenisé » pendant la fermentation ont franchi l’épreuve de la première gorgée.

Des galettes moins protéinées

Souvent utilisés comme substitut à la viande ou au poisson pour leur apport en protéines, les « steaks végétaux » sans gluten n’assurent plus ce rôle car ils contiennent presque trois fois moins de protéines que la version avec gluten.

« Quand on est végétarien et atteint de la maladie coeliaque, respecter les apports en protéines devient difficile avec ce type de produits transformés. Leurs recettes sans gluten sont souvent pauvres en protéines mais enrichies en matières grasses et en sucre », note la spécialiste.

Des biscuits plus caloriques

Ils apportent 456 kcal pour 100 g contre 435 pour les petits-beurres classiques. En cause ? Les glucides utilisés à la place de la farine de blé : fécule de pomme de terre, farine de maïs, de riz… La teneur en sucre est élevée mais semblable à celle des biscuits classiques (22 g pour 100 g, soit autant que les petits-beurres classiques), et celle des matières grasses un peu plus élevée (13 g au lieu de 12). Une addition calorique qui finit par peser pour qui avale plusieurs biscuits au quotidien.

Une pâte brisée à éviter

Cette recette contient deux fois moins de matières grasses que son homologue avec gluten. Un bon point ! En revanche, la longueur de l’étiquette fait frémir notre diététicienne. Amidon de maïs, farine de riz, huiles de palme et de colza, fibres végétales, farine de pois, sucre, alcool éthylique, sel, épaississants, acidifiants…

« Il vaut mieux préparer une pâte brisée maison, avec de la farine de riz, de l’eau et du beurre, point à la ligne », conseille Amélie Lemray.

Trop de sucre dans les gressins

Ils contiennent deux fois plus de sucre (7,6 g pour 100 g, contre 3,3 g), deux fois moins de protéines et un peu plus de matières grasses que la version classique. À noter, la présence d’épaississants (gomme de xanthane et gomme de guar) ajoutés pour redonner du moelleux à la texture.

« Ces additifs ne sont pas les plus mauvais mais on ignore leurs effets à long terme sur la santé », pointe Amélie Lemray.

Des pâtes moins savoureuses

Elles contiennent moins de sucre que les penne classiques, un bon point. Mais l’étiquette est beaucoup plus longue. La farine de blé est remplacée par trois types de farine (maïs blanc, maïs jaune et riz) et divers émulsifiants pour compenser l’absence de gluten. Sur le plan gustatif, ces pâtes ont moins de saveur et sont d’une texture plus ferme à temps de cuisson égal. Ce qui, selon les personnes atteintes de la maladie coeliaque qui les ont intégrées à leur alimentation, incite à ajouter plus de beurre ou de sauce… Une mauvaise idée sur le plan calorique.

Un pain moins salé mais sans texture

Emblème de l’alimentation française, la baguette s’accommode mal du sans gluten. Et pour cause, il permet d’obtenir une mie bien aérée. Sur le plan nutritionnel, le pain sans gluten compte généralement moins de sel et moins de protéines que le pain classique. Mais pour obtenir une texture et un goût adéquats, des matières grasses et de l’amidon de maïs sont souvent ajoutés au mélange de farines. Amélie Lemray déconseille donc le pain sans gluten à ceux qui peuvent s’en passer.

Des tartines craquantes à croquer

Voici un aliment sans gluten très intéressant ! Ces tartines craquantes contiennent moins de gras et de sucre que leur célèbre modèle les Cracottes. Elles rivalisent sur le plan gustatif et elles font l’impasse sur l’huile de palme. Farine de sarrazin, farine de riz et sel : leur étiquette très courte a tout pour plaire.

« C’est sans doute un produit mis sur le marché plus récemment. Les formulations s’améliorent d’année en année », souligne la diététicienne.

La sauce soja, une bombe salée !

La sauce soja est un mélange de graines de soja et de blé fermentées. La version traditionnelle est déjà très salée (14 g de sel pour 100 g), mais celle sans gluten (qui ne contient que des graines de soja) est catastrophique : 18,3 g de sel aux 100 g pour compenser la disparition de saveur des grains de blé torréfiés avant fermentation. Un bon point quand même : zéro sucre dans la sauce soja sans gluten, contre 13 g dans la recette standard. Avis aux amateurs de sushis, avec ou sans gluten cette sauce est donc à consommer avec parcimonie.

Par Sophie Cousin

https://www.caminteresse

Quand le soleil se fait rare, la vitamine soleil manque aussi


La semaine quand je pars de la maison, il fait noir et je reviens il commence a faire noir. Ce sont des semaines difficiles pour plusieurs personnes au Canada tout comme les autres pays nordiques. Nous avons pourtant besoin de soleil, de rayons UVB pour notre apport en vitamine D toute l’année. C’est important pour notre santé, autant pour les adultes et pour les enfants. C’est tout aussi important que les immigrés surtout ceux a la peau plus foncée qu’ils soient renseignés pour prendre des supplément de vitamine D pendant les mois sombres.
Nuage


Quand le soleil se fait rare, la vitamine soleil manque aussi


Lever de soleil sur une plaine recouverte de neige

Paysage d’hiver aux Territoires du Nord-Ouest

PHOTO : RADIO-CANADA / MARIO DE CICCIO

Votre apport quotidien en vitamine D est-il suffisant?

Beaucoup de Canadiens, sans le savoir, manquent de vitamine D, ce qui peut avoir des conséquences néfastes sur l’organisme. La santé publique prend la chose au sérieux. D’ailleurs, le lait et d’autres aliments seront bientôt enrichis davantage pour que la population ait un apport supplémentaire.

Notre corps est une machine fantastique : il synthétise sa propre vitamine D sous l’action des rayons UVB quand nous exposons notre peau au soleil. En été, quelques minutes par jour suffisent quand le soleil est à son plus fort, entre 10 h et 15 h, pour refaire notre plein de vitamine D.

Or, durant les mois les plus sombres – d’octobre à mars –, il est presque impossible d’avoir un apport suffisant grâce au soleil. Non seulement nous avons tendance à passer moins de temps à l’extérieur, mais en plus, nos latitudes nordiques diminuent beaucoup les UVB qui nous parviennent.

Il faut se rabattre sur l’alimentation et les suppléments pour obtenir une dose adéquate de vitamine D. Le hic : peu d’aliments en contiennent naturellement; le lait et la margarine sont donc enrichis de vitamine D au Canada pour assurer un apport à une grande part de la population.

Les sources alimentaires sont super rares, rappelle en entrevue la nutritionniste Geneviève Mailhot, professeure au Département de nutrition de l’Université de Montréal et chercheuse au CHU Sainte-Justine.

Ça prend une gymnastique alimentaire pour combler nos besoins en vitamine D juste par les aliments. Geneviève Mailhot

Dans les bonnes sources, on peut penser au saumon qui en contient beaucoup. Mais je connais peu de gens qui en consomment chaque jour. Les sardines, le foie de poisson et les huiles de foie en contiennent aussi de bonnes quantités. Mais ce n’est pas tout le monde qui aime ça et qui en mange!, ajoute-t-elle.

Du saumon, des sardines, des oeufs, des produits laitiers, du persil et des champignons disposés sur une table, vus en plongée.

Les poissons gras, comme le saumon, la truite et le thon, les sardines et les anchois sont de bonnes sources naturelles de vitamine D. Le lait et les produits laitiers enrichis (l’ajout de vitamine D doit être indiqué sur l’emballage) donnent aussi un bon apport. Les jaunes d’œufs en contiennent une quantité modeste. Les champignons en ont une faible quantité.

PHOTO : ISTOCK / HAPPY_LARK

« Et en plus, les produits laitiers ne sont plus aussi favorisés qu’avant [dans les recommandations alimentaires]. Alors on devient très vite dépendants des suppléments. »

La vitamine D est vitale. Elle joue un rôle essentiel dans la santé des os, en permettant l’absorption du calcium et du phosphore, et intervient dans le système immunitaire. Des études indiquent aussi qu’elle aiderait à la prévention du diabète, de certains cancers et de maladies cardiovasculaires, mais cela reste à confirmer par d’autres recherches.

Apports quotidiens recommandés (Nouvelle fenêtre) (aliments et suppléments) :

  • 0-1 an : 400 unités internationales (U.I.) ou 10 microgrammes

  • 1 an à 70 ans : 600 U.I. ou 15 microgrammes

  • 70 ans et plus : 800 U.I. ou 20 microgrammes

Une portion de saumon contient environ 500 U.I., un verre de lait, 100 U.I. et un jaune d’oeuf, environ 30 U.I.

Santé Canada recommande de ne pas dépasser 1000 U.I. par jour chez les nourrissons et 4000 U.I. chez les adultes pour éviter une intoxication à long terme.

La grande majorité des Canadiens ont des niveaux suffisants de vitamine D dans leur sang. Mais malgré tout, selon Santé Canada, 20 % de la population est à risque d’insuffisance, c’est-à-dire qu’elle a un niveau de vitamine D sous le seuil optimal, tandis qu’environ 8 % présente un risque de carence, autrement dit un manque important aux conséquences potentiellement graves.

Risques pour la santé d’une insuffisance ou d’une carence

Le fait d’être en insuffisance de vitamine D n’a pas de manifestation évidente.

Les gens ne s’en aperçoivent pas. Mais si on se maintient en insuffisance toute notre vie, ça fait des petits changements dans le corps au niveau hormonal et ça peut, par exemple, fragiliser ou affaiblir certains systèmes de notre corps, dont le système osseux. Geneviève Mailhot

Les carences graves peuvent quant à elles mener, chez les adultes, à l’ostéomalacie, une décalcification osseuse. L’arthrite juvénile a aussi été associée à un manque de vitamine D.

Chez les enfants, on pense notamment au rachitisme. Cette maladie, rare de nos jours au Canada, se caractérise par des jambes arquées et des os fragiles, qui peuvent facilement se fracturer. Le rachitisme nuit également au développement des muscles, du crâne et des dents. Les enfants qui en souffrent peuvent difficilement marcher et avoir d’autres complications.

Au Canada, en 2014-2015, près de 150 cas de carence grave en vitamine D ont été rapportés chez des enfants, dont une cinquantaine de cas de rachitisme et deux décès. La majorité de ces enfants vivaient dans le Grand Nord, étaient allaités exclusivement et ne recevaient pas de supplément de vitamine D.

Le rachitisme est une maladie facilement évitable avec des mesures de prévention qui ne coûtent pas cher, souligne Stephanie Atkinson, professeure en pédiatrie à l’Université McMaster, spécialisée en nutrition néonatale.

Il s’agit d’éduquer les familles à risque et de s’assurer que les femmes enceintes et les bébés prennent des suppléments.

Des enfants jouent au soccer dans la neige dans la petite ville de Baker Lake, au Nunavut.

Comme la synthèse de la vitamine D dépend de l’exposition au soleil, les enfants des régions nordiques sont plus à risque de souffrir d’une carence.

PHOTO : LA PRESSE CANADIENNE / NATHAN DENETTE

Les groupes à risque de carence en vitamine D sont bien connus : ceux et celles qui ont la peau plus foncée [la mélanine dans la peau agit comme un écran solaire qui bloque les UVB], qui sont moins exposés au soleil et qui ne consomment pas d’aliments riches en vitamine D ou ne prennent pas de suppléments. Stephanie Atkinson

Il a aussi été démontré que le problème d’insuffisance ou de carence en vitamine D est plus important chez les immigrants récents au Canada et les réfugiés. Ce phénomène est rapporté dans d’autres pays, comme le Royaume-Uni.

Il y a plusieurs raisons à cela. La couleur de la peau peut être un facteur; aussi le fait de se couvrir davantage ou d’aller moins au soleil. Et dans plusieurs cultures, on ne prend pas de lait ou de produits laitiers. Le lait est un aliment très européen et nord-américain, ailleurs c’est moins consommé, explique Mme Atkinson.

La vitamine D chez les tout-petits

Les nouveaux parents se le font souvent rappeler par leur pédiatre : jusqu’à l’âge d’un an, il faut donner de la vitamine D chaque jour à son bébé.

 Les nourrissons exclusivement allaités, ils n’ont pas d’apport parce que le lait maternel est très pauvre en vitamine D. Un nourrisson qui prend de la formule, il y a de la vitamine D dedans. Mais il doit prendre un volume suffisant pour combler ses besoins. Donc les tout-petits qui ne prennent pas encore le volume minimal de formule, ils doivent être supplémentés aussi, souligne Mme Mailhot.

Beaucoup de nouveaux arrivants ne sont pas sensibilisés à cette directive de la santé publique.

[Ici], c’est ancré, c’est une recommandation nutritionnelle. Un pédiatre va toujours parler de la petite goutte de vitamine D à donner à son bébé jusqu’à l’âge d’un an. Alors que dans les pays d’où proviennent certains immigrants, ce n’est pas nécessairement le cas, et souvent les bébés sont exclusivement allaités, poursuit Mme Mailhot.

Ceux et celles qui souffrent de malabsorption intestinale ou qui ont une maladie qui empêche une bonne absorption des nutriments (fibrose kystique, maladie cœliaque, syndrome du côlon irritable, colite ulcéreuse ou maladie de Crohn) doivent prendre des suppléments de vitamine D et être suivis pour mesurer leur niveau sanguin, rappelle Stephanie Atkinson, car ils sont particulièrement à risque de carence.

Bientôt deux fois plus de vitamine D dans votre lait

Depuis les années 1960, le lait est obligatoirement enrichi de vitamine D au Canada. Et tout comme les préparations pour nourrissons, les premières céréales pour bébés sont elles aussi enrichies de vitamine D. Le rachitisme, autrefois fort répandu ici, a été pratiquement enrayé grâce à ces mesures.

Or, en 2010, à la lumière de nouvelles études sur les besoins et les habitudes alimentaires, les apports recommandés en vitamine D pour tous les groupes d’âge ont été révisés à la hausse par l’Académie nationale de médecine des États-Unis, une référence sur laquelle se base Santé Canada. Les recommandations précédentes dataient de 1997.

Santé Canada a donc demandé que la quantité ajoutée au lait et à la margarine soit doublée, pour s’aligner avec les plus récentes recommandations. Il est prévu que la mesure entre en vigueur au courant de l’année prochaine, avec une période d’ajustement pour l’industrie. L’information nutritionnelle affichée sur les produits, qui est encore arrimée aux recommandations de 1997, sera elle aussi mise à jour.

Avec les niveaux actuels dans le lait – et si celui-ci constitue notre seule source de vitamine D – il faut à un adulte six verres de lait par jour pour obtenir l’apport recommandé.

Avec les quantités revues, on en a seulement besoin de trois. Ça correspond un petit peu plus à une consommation réaliste, d’un verre par repas, par exemple, indique Geneviève Mailhot.

L’autorisation d’enrichissement au même niveau que le lait s’étendra aux yogourts et aux boissons végétales, comme le lait de soya. À l’heure actuelle, peu de ces produits contiennent de la vitamine D ajoutée.

Santé Canada continue de surveiller l’évolution des taux sanguins de vitamine D dans la population grâce aux enquêtes de Statistique Canada, et pourrait développer d’autres stratégies de supplémentation permettant de rejoindre les sous-populations à risque de carence ou d’insuffisance en vitamine D, indique dans un courriel la porte-parole de Santé Canada, Maryse Durette.

Ailleurs dans le monde, les stratégies d’enrichissement alimentaire diffèrent selon les cultures et les habitudes de consommation. À l’instar du Canada, les États-Unis et beaucoup de pays européens enrichissent le lait en vitamine D. Des pays du Moyen-Orient ont choisi d’enrichir la farine de blé. En Asie et en Afrique, certains pays ajoutent de la vitamine D aux huiles alimentaires.

Le rachitisme demeure un problème criant de santé publique dans le monde. Des millions de cas se produisent chaque année, notamment en Asie, en Afrique et au Moyen-Orient. Il s’agit dans ces cas d’une combinaison de carences en vitamine D et aussi en calcium.

https://ici.radio-canada.ca/

L’hu­ma­nité n’a jamais mangé autant de viande


Quand j’étais petite, le repas se composait d’une soupe, viande et légumes, aujourd’hui, la viande prend beaucoup de place dans l’alimentation. Cela a des effets directs sur l’environnement. Baisser notre consommation de viande pourrait aider à diminuer le gaz à effet de serre ainsi que la déforestation.
Nuage


L’hu­ma­nité n’a jamais mangé autant de viande

Crédits : Markus Spiske


par  Malaurie Chokoualé Datou

De plus en plus de citoyen·­ne·s se tournent vers un régime à base de plante, spor­tif­s·ves de haut niveau compris. Et pour­tant, la viande est toujours indé­trô­nable sur bien des tables.

Entre 1961 et 2018, la produc­tion de viande est passée de 70 millions de tonnes par an dans le monde à 330 millions, rappelle Le Monde en ce 15 novembre.

Depuis plusieurs années, des expert·e·s attirent l’at­ten­tion sur le rôle notable tenu par l’éle­vage indus­triel dans la crise clima­tique actuelle. Le 5 mars 2018, Green­peace poin­tait dans un rapport que « l’éle­vage est respon­sable de 14 % des émis­sions mondiales de gaz à effet de serre » et que la produc­tion de produits laitiers et de viande entraî­ne­rait pas moins de 80 % de la défo­res­ta­tion en Amazo­nie.

Pour Suzanne Dalle, char­gée de l’agri­cul­ture chez Green­peace France, il faudrait réduire notre consom­ma­tion à 16 kg de viande par an et par personne (pour 43 actuel­le­ment) de manière à « enrayer les chan­ge­ments clima­tiques, redon­ner du souffle à l’éle­vage écolo­gique et éviter une catas­trophe sani­taire ».

En dépit de l’ur­gence, l’hu­ma­nité n’a jamais mangé autant de viande qu’ac­tuel­le­ment et la tendance ne semble pas vouloir s’in­ver­ser. Sauf chan­ge­ment collec­tif et durable, l’Or­ga­ni­sa­tion des Nations unies pour l’ali­men­ta­tion et l’agri­cul­ture (FAO) prévoit qu’on attein­dra les 524 millions de tonnes de viande produite par an en 2080.

Sources : Green­peace/Le Monde

https://www.ulyces.co/

Le Saviez-Vous ► Caviar, Kinder Surprise… Ces 11 aliments sont tout simplement interdits dans certaines parties du monde


Si on visite certains pays, on prend contact avec les coutumes, l’environnement et l’alimentation. C’est une découverte de saveurs, de présentations d’aliments. Certains aliments, nous pouvons le retrouver dans nos commerces, alors que d’autres non. Ceux qui sont interdits le sont pour des raisons de santé, d’environnement, de protection animale.
Nuage


Caviar, Kinder Surprise… Ces 11 aliments sont tout simplement interdits dans certaines parties du monde

  • Caviar, Kinder Surprise... Ces 11 aliments sont tout simplement interdits dans certaines parties du monde

  • Vous ne pouvez pas en trouver dans certaines régions du monde. Wikimedia Commons

    La nourriture fait partie intégrante d’une culture. Ce que l’on mange peut refléter nos préférences personnelles, mais aussi notre nationalité, il est donc logique que le contenu de nos caddies et de nos menus varient beaucoup selon notre origine. Certains aliments volontiers consommés dans un pays sont parfois totalement bannis d’un autre, pour des raisons de santé, sociales et environnementales. Voici quelques aliments controversés et parfois illégaux dans certains États.

    Les Etats-Unis ont banni l’importation de caviar de Béluga pour des raisons environnementales

    Caviar de béluga Goruppa/ iStock

    Le caviar de Beluga est un aliment onéreux qui peut valoir jusqu’à 200 dollars par once. Le caviar de béluga iranien est le genre de caviar le plus cher au monde et est composé d’oeufs d’esturgeon de béluga. Néanmoins, il est illegal aux Etats Unis depuis 2005 car il fait partie des espèces sérieusement menacées. Des années de surpêche ont conduit à un fort ralentissement de la population mondiale d’esturgeon de béluga et à une hausse du prix de son caviar.

    Les M&M’s sont interdits de séjour en Suède pour cause de litige de marque.

    M&Ms. Wikipedia Commons

    La Suède a interdit la vente de M&M’s en 2016 car un tribunal a estimé que le packaging de la célèbre confiserie ressemblait à celle d’un autre bonbon au chocolat — My by Marabou.

    Cette dernière est également marketée avec la lettre « m » en minuscule et appartient à Mondelez International, qui a les droits de marque exclusifs en Suède. Techniquement, M&M’s peut toujours être vendu en Suède si Mars modifie son packaging et son marketing, mais il semblerait que cela ne soit pas le cas.

    Singapour a interdit la vente de chewing-gums il y a des décennies

    Chewing gum. Paramount Pictures

    Malgré ce que l’on pourrait penser, il n’est pas illégal de mâcher du chewing-gum à Singapour mais en trouver n’est pas une mince affaire. En 1992, Singapour a proscrit la vente et l’importation de chewing-gums afin de garder l’espace public exempt de ce genre de détritus, même si l’acte de manger un chewing-gum n’a lui pas été proscrit. En 2004, cette interdiction a été en partie levée pour les chewing-gums dentaires et ceux à la nicotine.

    L’huile riche en safrole donne son goût à la « racinette » (une boisson gazeuse québécoise) mais est interdite aux Etats-Unis

    C’est l’huile riche en safrole qui donne son arôme à la boisson appelée “racinette”. iStock

    Les recettes traditionnelles de « racinette » recommandent l’ajout d’huile riche en safrole, un ingrédient qui est désormais lié au développement de cancer, de lésion hépatique, et autres effets toxiques. Selon la dose, l’huile peut également causer des hallucinations et des vomissements. Les Etats-Unis ont prohibé son utilisation dans les années 1960. Aujourd’hui, pour donner du goût à la racinette, on y ajoute d’autres ingrédients plus naturels.

    Les colorants artificiels ont été interdits dans cinq pays d’Europe

    Colorants artificiels. Scott Bolster/Shutterstock

    Les colorants artificiels sont autorisés dans de nombreux endroits dans le monde, y compris aux Etats-Unis, mais certains de ces additifs créés par l’homme ont été interdits dans des pays d’Europe tels que l’Autriche, la Finlande, la Norvège et le Royaume-Uni. Une étude reconnue par certaines agences alimentaires de ces pays ont lié ces colorants alimentaires à certains problèmes sanitaires, y compris l’hyperactivité chez les enfants. Beaucoup de ces colorants interdits par les pays européens sont toujours autorisés dans les aliments et médicaments aux Etats-Unis.

    Les oeufs Kinder Surprise sont interdits en Amérique

    Kinder eggs. Getty Images

    Les oeufs Kinder Surprise sont adorés des enfants en Europe mais sont interdits aux Etats-Unis car ils ne respectent pas la charte de l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA en anglais) contre les objets placés dans des aliments. Cette restriction a pour but réduire le risque d’étouffement par accident. Les Etats-Unis permettent néanmoins la vente des oeufs Kinder Joy, qui ne contiennent aucun objet.

    La production de foie gras est interdite dans beaucoup de pays

    Foie gras. Emma Fierberg/INSIDER

    Le foie gras est un met très apprécié en France et produit via le gavage d’oie et de canards. Cela implique l’utilisation d’un tube afin de nourrir les canards et les oies en maïs gras dans de grandes quantités, afin que les animaux développent un foie élargi et gras. Ces foies sont ensuite retirés et vendus. La production de foie gras a été bannie du Danemark, de la Finlande, de l’Allemagne, de l’Italie, de l’Argentine, de l’Australie, de l’Inde et du Royaume-Uni grâce aux efforts de groupes de protection des animaux qui luttent contre le gavage et le considèrent cruel et inhumain. Il est toujours possible de l’importer, ils restent donc toujours en vente dans certains magasins. La Californie a interdit la production et la vente de foie gras.

    Le fugu est un poisson toxique dont la consommation est très contrôlée aux Etats-Unis

    Fugu sashimi. tsuda / Flickr

    Le fugu est un type de poisson apprécié pour son goût mais craint pour ses organes potentiellement toxiques. Même s’il est totalement inoffensif lorsqu’il est préparé correctement, une mauvaise préparation peut entraîner la mort par empoisonnement au tétrodotoxine. Une fine tranche du foie de fugu peut en contenir assez pour tuer un adulte en une heure. Puisqu’il n’y a pas d’antidote à la tétrodotoxine, la FDA a aux Etats-Unis établi des règles très strictes en ce qui concerne le fugu. N’importe quel restaurant voulant servir ce poisson-lune doit se le procurer via un importateur bien spécifique à New York et il est importé de manière très limitée. Tous les autres imports sont bannis.

    Il est illégal d’importer du haggis aux Etats-Unis depuis les années 1970

    Haggis. Tess Watson/Wikimedia Commons

    Le haggis est un plat écossais savoureux fait de poumons, foie et coeur de mouton, agrémenté d’épices, d’avoine et d’oignon. Il est traditionnellement cuit dans l’estomac du mouton, même si la plupart des haggis sont aujourd’hui préparés dans des enveloppes artificielles. Le haggis a été interdit d’importation en 1971 lorsque le département de l’Agriculture des Etats-Unis a décrété que les poumons de bétail étaient impropres à la consommation humaine.

    Importer de l’akée frais aux Etats-Unis est illégal, mais s’il est congelé ou mis en conserve, vous pouvez.

    De l’akée et du poisson salé. Fanfo/Shutterstock

    L’akée est un genre de fruit que l’on trouve en Afrique de l’Ouest, en Amérique du Sud, dans le sud de la Floride et dans certaines parties des Caraïbes. C’est le fruit national de la Jamaïque où il est habituellement servi avec de la morue salée. Même si ce fruit est riche en vitamine A et en zinc, il est impossible d’importer de l’akée frais est aux Etats-Unis car ses graines contiennent de l’hypoglycine A, une toxine qui peut causer des vomissements, un coma, et la mort. Même si le taux d’hypoglycine dans les graines d’akée mûr est assez bas pour que le fruit soit consommé, manger le fruit frais avant qu’il n’arrive à maturation peut être très dangereux. Les Etats-Unis autorisent néanmoins sont importation si le fruit est congelé ou mis en conserve afin d’être vendu.

    Vous pouvez manger des ailerons de requin dans de nombreux pays asiatiques mais pas dans 12 États américains

    Soupe d’ailerons de requins greenwatermelon/ iStock

    Les ailerons de requin sont utilisés dans certaines parties de l’Asie pour faire de la soupe, mais la diminution des populations de requins a conduit les Etats-Unis à interdire la vente de ses requins dans douze États. Les ailerons de requin sont retirés alors que le requin est toujours en vie, l’animal est ensuite rejeté à la mer où il meurt. La vente de soupe de requin est maintenant illégale dans douze États américains. Mais l’Institut du bien-être animal (Animal Welfare Institute) a déclaré au National Geographic qu’on peut pourtant toujours en trouver dans dix de ces douze États. En 2012, la Chine a interdit la consommation de soupe de requin lors de banquets officiels du gouvernement.

    Version originale : Business Insider / Sophia Mitrokostas

    https://www.businessinsider.fr/

    Le Saviez-Vous ► Fruits et légumes toxiques ?


    Les fruits et les légumes sont importants pour notre alimentation. Cependant, certains d’entre eux demande des soins particuliers, car ils peuvent nous rendre malade. Soit qu’ils ne faut pas les manger crus, ou que certaines parties ne sont pas consommable, mais peut servir d’insecticides pour le jardin ou encore, ne doit pas être conservé à coté d’autres aliments
    Nuage


    Fruits et légumes toxiques ?


    Gros plan sur une dizaine de fèves de haricots rouges déposées sur une table de métal.

    Les haricots rouges peuvent contenir de la phytohémagglutinine, une toxine pouvant causer des problèmes de santé chez les humains.

    Un reportage d’Alain Roy de L’épicerie

    Certains fruits et légumes contiennent naturellement des toxines pour se défendre contre les insectes et des micro-organismes ravageurs.

    C’est le cas des crosses de fougères, appelées aussi têtes de violon.

    Pour éviter de sérieux problèmes de digestion, la chimiste Anne-Marie Desbiens recommande deux ou trois séquences de trempage et de rinçage, suivies d’une cuisson à la vapeur d’au moins 10 à 12 minutes avant de rincer une dernière fois pour enfin les dorer à notre goût.

    Des crosses de fougères, aussi appelées têtes de violon, dans un panier sur une table de bois.

    Des têtes de violon

    PHOTO : RADIO-CANADA

    « C’est la même chose pour les haricots rouges secs, poursuit-elle. Ils contiennent des phytohémagglutinines, une toxine qui peut créer des nausées très sévères, des vomissements et de la diarrhée intense chez l’humain. »

    Pour s’en débarrasser, « il faut absolument les faire tremper au moins 5 heures, jeter l’eau, et ensuite les faire cuire une bonne demi-heure » indique Anne-Marie Desbiens, qui ajoute que les haricots rouges en conserve ne posent quant à eux aucun problème, puisqu’ils sont déjà cuits.

    Cuire avant de râper

    La récente popularité des spiraliseurs, ces appareils qui servent à transformer légumes et fruits en fines spirales et rubans, a causé plusieurs intoxications aux betteraves crues l’année dernière.

    Au Québec seulement, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) a recensé 80 intoxications déclarées.

    « Chez certaines personnes, des vomissements intenses surviennent dans les minutes qui suivent l’ingestion, prévient Mme Desbiens. Si on tient à manger [les betteraves] râpées ou en spirales, il faut quand même les cuire. »

    Un des aliments les plus consommés qui soit – mais dont il faut aussi se méfier – est la pomme de terre… verte!

    « Quand la pomme de terre est exposée à la lumière, elle crée de la chlorophylle, qui donne la couleur verte. La chlorophylle n’est pas à craindre, mais la lumière va aussi faire sécréter à la patate des glycoalcaloïdes, dont la solanine et la chaconine. Ces molécules-là sont des toxines que la cuisson ne détruit pas. Il faut donc absolument éplucher la pomme de terre de façon à enlever complètement toute trace de vert. »

    Gros plan sur une pomme de terre en train de se faire éplucher.

    Il faut éplucher les pommes de terre vertes pour éviter la glycoalcaloïde.

    PHOTO : RADIO-CANADA

    Il faut aussi se méfier des tomates vertes qui « contiennent des tomatines, poursuit Mme Desbiens. Cette toxine va créer des effets semblables à ceux causés par les toxines qu’on trouve dans les pommes de terre qui ont commencé à verdir. Le mûrissement va faire disparaître la tomatine; donc il est important d’attendre qu’elle soit bien rouge. »

    Depuis quelques années, on a aussi vu des cas de plus en plus fréquents d’intoxication aux noix de pin.

    La cause précise demeure inconnue, mais cette intoxication provoque un goût d’amertume qui envahit la bouche pour quelques jours.

    « La même chose peut se produire avec les carottes et le panais, ajoute Mme Desbiens. Si on range ces deux légumes-là à côté de fruits qui dégagent de l’éthylène comme les bananes, ce gaz éthylène là va provoquer la sécrétion d’isocoumarine dans la carotte, puis de xanthotoxine dans le panais. Ces deux molécules vont créer de l’amertume en bouche. »

    Avec les premières chaleurs de juin arrive aussi la rhubarbe.

    Ce n’est pas d’elle qu’il faut se méfier, mais de ses feuilles! On ne les mange pas, mais Anne-Marie Desbiens nous prévient quand même que celles-ci contiennent des oxalates, des anthraquinones.

    « Ces molécules peuvent provoquer des effets sévères comme des nausées, des vomissements, des crampes, des convulsions et si on en mange en grande quantité, de rares cas de décès. D’ailleurs, on peut faire bouillir les feuilles, recueillir le liquide et le pulvériser sur vos fleurs de jardin comme insecticide naturel », suggère-t-elle.

    https://ici.radio-canada.ca/

    À 17 ans, cette Colom­bienne peut dormir deux mois d’af­fi­lée sans se réveiller


    Moi qui aimerais simplement dormir un minimum de 6 heures/nuit, alors qu’il existe un syndrome qui cause de l’hypersomnie. Une jeune colombienne peut dormir jusqu’à 2 mois d’affilé. Imaginer le trouble que cela peut faire, retard dans les études, le réseau social, la vie de famille, l’alimentation, l’hydratation et plus encore ..
    Nuage


    À 17 ans, cette Colom­bienne peut dormir deux mois d’af­fi­lée sans se réveiller

    par  Adrien Gingold

    La mère d’une jeune Colom­bienne souf­frant du syndrome de Kleine-Levin, provoquant des épisodes de sommeil exces­sifs, a demandé de l’aide au gouver­ne­ment pour sa fille, qui peut rester jusqu’à deux mois sans se réveiller, relayait le Mirror vendredi 25 octobre.

    Sharik Tovar, 17 ans, souffre d’une mala­die extrê­me­ment rare dont seuls 40 cas sont connus dans le monde. Le syndrome de Kleine-Levin provoque des épisodes d’hy­per­som­nie allant dans son cas jusqu’à deux mois. Des périodes pendant lesquelles sa mère la nour­rit régu­liè­re­ment avec de la nour­ri­ture liqué­fiée.

    « Après un épisode de sommeil de 48 jours en juin dernier, elle a tempo­rai­re­ment perdu la mémoire et m’a demandé qui j’étais », témoigne la mère, Marleny.

    Elle a dû quit­ter son emploi pour s’oc­cu­per de sa fille et demande aujourd’­hui de l’aide aux auto­ri­tés colom­biennes.

    En 2017, lorsque le drôle de cas de Sharik Tovar avait fait les gros titres natio­naux, le maire d’Acacías s’était engagé à four­nir un loge­ment à la famille. Mais jusqu’à main­te­nant, rien n’a été proposé :

    « Nous devons résoudre un problème lié aux réser­voirs souter­rains pour pouvoir stocker l’eau », a simple­ment botté en touche le maire, Orlando Gutier­rez.

    Le prin­ci­pal souci de Marleny concerne le mode d’ali­men­ta­tion de sa fille, qui a besoin de supplé­ments nutri­tion­nels pour survivre pendant ses crises d’hy­per­som­nie. Les méde­cins n’ont pas réussi à déter­mi­ner la cause du syndrome de Kleine-Levin dont souffre Sharik depuis l’âge de deux ans. Et aucun trai­te­ment n’est connu à l’heure actuelle.

    https://www.ulyces.co/