La Terre était instable avant l’extinction des dinosaures


En Antarctique, l’étude des fossiles trouvés a pu aider à mieux comprendre l’extinction des dinosaures. Il semble en effet que l’éruption des trapps du Deccan ait fragilisé la Terre avant l’astéroïde qui a changé le court de l’histoire des dinosaures.
Nuage


La Terre était instable avant l’extinction des dinosaures

Illustration montrant un dinosaure à la suite de la chute d'un astéroïde.

Les dinosaures n’ont pas survécu à la chute d’un important astéroïde il y a 66 millions d’années.

PHOTO : ISTOCK / SERPEBLU

L’activité volcanique a rejeté d’énormes quantités de CO2 dans l’atmosphère, ce qui a mené à une acidification des océans de la planète.

Alain Labelle


L’analyse de coquillages mis au jour en Antarctique confirme que l’écosystème terrestre ne se portait pas très bien avant l’impact de l’astéroïde qui a mené à la disparition à grande échelle d’espèces animales et végétales.

Les chercheurs américains Benjamin Linzmeier et Andrew D. Jacobson de l’Université Northwestern de Chicago ont analysé pour la première fois la composition isotopique du calcium des coquilles de palourdes et d’escargots fossilisés remontant à l’extinction massive du Crétacé-Paléogène.

Un chercheur tient une coquille fossilisée de palourde.

Un chercheur tient une coquille fossilisée de palourde, prélevée à l’île Seymour, en Antarctique.

PHOTO : UNIVERSITÉ NORTHWESTERN

Leurs analyses montrent que, dans la période précédant l’extinction, la chimie des coquillages s’est modifiée en réponse à une importante poussée de carbone dans les océans.

Selon les géoscientifiques, cet afflux de carbone est fort probablement lié aux éruptions qui se sont déroulées pendant des milliers d’années dans les trapps du Deccan, une région volcanique correspondant en gros à l’actuel territoire de l’Inde.

Nos données suggèrent que l’environnement changeait avant l’impact de l’astéroïde, et que ces changements étaient liés à l’éruption des trapps du Deccan. Benjamin Linzmeier

Ainsi, au cours des années qui ont précédé l’impact de l’astéroïde, ces trapps ont rejeté d’énormes quantités de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère, ce qui a mené à une acidification des océans de la planète qui a grandement affecté les organismes qui y vivent.

Une coquille fossilisée d'escargot.

Une coquille fossilisée d’escargot.

PHOTO : UNIVERSITÉ NORTHWESTERN

Une planète stressée

Il est clair que la Terre était sous pression avant l’extinction massive majeure, estime Andrew D. Jacobson.

L’impact de l’astéroïde coïncide avec une instabilité préexistante du cycle du carbone. Andrew D. Jacobson

De précédentes études avaient déjà exploré les effets potentiels des éruptions volcaniques, dont celles des trapps du Deccan, sur l’extinction massive des espèces qui a eu lieu à ce moment, en analysant différents sédiments à l’aide de traceurs chimiques.

Les présents travaux sont les premiers à se concentrer sur des organismes spécifiques, ce qui, selon les chercheurs, permet d’obtenir un portrait plus précis de la chimie océanique de l’époque.

Les coquilles se développent rapidement et leur croissance est fortement liée à la chimie de l’eau, explique Benjamin Linzmeier.

Et comme la vie de ces animaux est habituellement de courte durée, chaque coquille représente une photo instantanée de la chimie de l’océan à ce moment. Benjamin Linzmeier

Les coquilles d’animaux marins sont principalement composées de carbonate de calcium, le même minéral qui se trouve dans la craie et le marbre.

Il faut savoir que le CO2 qui se trouve dans l’eau dissout le carbonate de calcium, et qu’il affecte fort probablement la composition de la coquille sans la dissoudre.

Des empreintes du passé

L’équipe de recherche a analysé des coquillages prélevés dans la formation de Lopez de Bertodano, une région bien préservée et riche en fossiles de l’île Seymour, en Antarctique, à l’aide d’une technique qu’elle a elle-même créée, qui lui permet de séparer le calcium des autres éléments des coquillages, pour ensuite l’analyser avec un spectromètre de masse.

Nous pouvons mesurer les variations des isotopes du calcium avec une grande précision. Des variations isotopiques qui sont en quelque sorte des empreintes digitales qui nous aident à comprendre ce qui s’est passé. Benjamin Linzmeier

Le résultat de ce travail a permis de découvrir des informations pour le moins surprenantes.

Nous nous attendions à trouver des changements dans la composition des coquilles, mais avons nous toutefois été surpris par la rapidité avec laquelle ces changements se sont produits, poursuit M. Linzmeier.

Nous avons aussi été surpris de ne pas observer plus de changements associés au moment même de l’extinction. Benjamin Linzmeier

Un fossile sur une table.

Un fossile, prélevé en Antarctique, dans un laboratoire de l’Université Northwestern.

PHOTO : UNIVERSITÉ NORTHWESTERN

Le passé dans le futur

Le fait de comprendre comment la Terre a réagi par le passé au réchauffement extrême et à l’augmentation du CO2 peut, selon les chercheurs, nous aider à nous préparer à la façon dont la planète réagira aux changements climatiques actuels causés par l’humain.

Dans une certaine mesure, nous pensons que les anciens phénomènes d’acidification des océans sont indicateurs de ce qui se passe actuellement avec les émissions anthropiques de CO2. Andrew D. Jacobson

Peut-être pouvons-nous utiliser ce travail comme un outil pour mieux prédire ce qui pourrait se passer à l’avenir. Le système terrestre est sensible aux ajouts importants et rapides de CO2, et les émissions actuelles auront des conséquences environnementales, conclut M. Jacobson.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Geology (en anglais).

https://ici.radio-canada.ca/

Mille milliards d’arbres pour sauver le climat


Il existe des moyens efficaces pour lutter contre les changements climatiques, comme devenir végétarien, mais cela n’est pas vraiment réalisable. Par contre, il serait plus simple de planter des milliards d’arbres dans le monde, notamment dans 6 pays, Le Canada, les États-Unis, la Russie, l’Australie, le Brésil et la Chine qui offrent beaucoup de place. Bien que cela aiderait pour le dioxyde de carbone, ils ne pourraient pas suffire pour la combustion de pétrole, charbon et de gaz.
Nuage


Mille milliards d’arbres pour sauver le climat

Le Canada, les États-Unis, la Russie, l'Australie, le... (PHOTO JUSTIN TANG, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Le Canada, les États-Unis, la Russie, l’Australie, le Brésil et la Chine sont les six pays qui auraient le plus d’espace disponible pour accueillir de nouveaux arbres.

PHOTO JUSTIN TANG, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE


SETH BORENSTEIN
Associated Press
Washington

Le moyen le plus efficace de lutter contre le réchauffement climatique est de planter des milliards d’arbres, affirme une nouvelle étude – au moins mille milliards d’arbres, pour être précis, et notamment au Canada.

Et il y a assez d’espace pour y arriver, assurent des scientifiques suisses. Même avec les villes et les terres agricoles existantes, il y a suffisamment d’espace pour que les nouveaux arbres couvrent neuf millions de kilomètres carrés, écrivent-ils jeudi dans le magazine Science. Cette superficie couvrirait à peu la taille des États-Unis.

L’étude calcule qu’au fil des décennies, ces nouveaux arbres pourraient aspirer près de 750 milliards de tonnes métriques du dioxyde de carbone qui piège la chaleur dans l’atmosphère. C’est à peu près autant de pollution par le carbone que les êtres humains ont rejetée au cours des 25 dernières années.

Leur effet serait ressenti très rapidement, car les arbres éliminent plus de carbone de l’air lorsqu’ils sont plus jeunes, ont déclaré les auteurs de l’étude. Le potentiel pour éliminer la plus grande quantité de carbone se trouve dans les tropiques.

« C’est de loin – par des milliers de fois – la solution la moins chère en matière de changements climatiques » et la plus efficace, a assuré le coauteur de l’étude Thomas Crowther, un écologiste spécialiste des changements climatiques à l’Institut fédéral suisse de technologie à Zurich.

Le Canada, les États-Unis, la Russie, l’Australie, le Brésil et la Chine sont les six pays qui auraient le plus d’espace disponible pour accueillir de nouveaux arbres.

Avant ses recherches, M. Crowther estimait qu’il existait d’autres moyens plus efficaces de lutter contre les changements climatiques en plus de réduire les émissions, tels que le fait de passer de la consommation de viande au végétarisme. Mais, a-t-il dit, la plantation d’arbres est bien plus efficace, car les arbres absorbent beaucoup de dioxyde de carbone.

Planter des arbres ne saurait remplacer le sevrage mondial de la combustion de pétrole, de charbon et de gaz, principale cause du réchauffement de la planète, a prévenu M. Crowther.

« Rien de tout cela ne fonctionnera sans une réduction des émissions », a-t-il dit.

Il n’est pas non plus facile ni réaliste de penser que le monde va soudainement se lancer dans une frénésie de plantation d’arbres, bien que de nombreux groupes aient commencé, a ajouté M. Crowther.

« C’est certainement un défi monumental, qui correspond exactement à l’ampleur du problème des changements climatiques », a-t-il souligné.

Au fur et à mesure que la Terre se réchauffe, et plus particulièrement que les tropiques s’assèchent, la couverture forestière disparaît, a-t-il noté.

Les chercheurs ont utilisé Google Earth pour déterminer quelles zones pourraient accueillir davantage d’arbres, tout en laissant de l’espace pour les personnes et l’agriculture. L’auteur principal, Jean-François Bastin, a estimé qu’il y aurait de la place pour au moins mille milliards d’arbres supplémentaires, et cela pourrait aller jusqu’à 1500 milliards d’arbres.

Ces arbres s’ajouteraient aux quelque 3000 milliards d’arbres qui sont déjà sur Terre, selon une étude antérieure de M. Crowther.

https://www.lapresse.ca/

Comment ces fourmis contribuent-elles au réchauffement climatique ?


 

C’est certain que le gaz à effet de serre peut être aussi causé naturellement l’activité humaine, animale, et même des insectes. Les fourmis sont un très bel exemple.
Nuage

 

Comment ces fourmis contribuent-elles au réchauffement climatique ?

 

image de l'article principal

par Brice Louvet, rédacteur scientifique

Les usines produisent et émettent beaucoup de gaz à effet de serre contribuant au réchauffement de la planète, mais toutes ne sont pas gérées par des humains. De petites usines souterraines, exploitées par des fourmis, semblent également y contribuer. Et beaucoup plus qu’on ne le pensait.

De récentes analyses menées sur 24 nids de fourmis coupeuses de feuilles, retrouvées dans les jungles d’Amérique tropicale, suggèrent que ces insectes produisent et rejettent – pour se nourrir sous terre – jusqu’à 100 000 fois plus de dioxyde de carbone que les sols ordinaires. Selon les chercheurs, ces fourmis pourraient même déjà être responsables de 0,2 à 0,7 % des émissions de CO2émises actuellement par les forêts tropicales et néo-tropicales.

« Imaginez ça comme de petites usines dans la jungle », explique Thomas Harmon, de l’Université de California Merced (États-Unis) et co-auteur de l’étude publiée dans le Journal of Geophysical Research : Biogeosciences.

De véritables bouches d’aération polluantes

Les sols de ces forêts sont généralement remplis de dioxyde de carbone. Les fourmis trouvent des feuilles en surface, les ramènent sous terre pour que les champignons décomposent les feuilles et produisent en retour de la nourriture aux fourmis. Ce sont ces cultures de champignons qui rendent les nids de ces fourmis propices à la production de dioxyde de carbone. Pour se loger sous les sols, les fourmis creusent alors de vastes réseaux complexes de tunnels et de chambres souterraines, parfois jusqu’à 7 mètres sous terre. Les tunnels creusés se transforment alors en véritables bouches d’aération ressemblant à des cheminées, d’où émanent des effluves de CO2.

fourmis

Diagramme des voies d’échange et de transport du dioxyde de carbone dans les nids de découpeuses (Atta cephalotes). Crédits : JGR- Biogeosciences / AGU

Jusqu’à 100 000 fois plus de CO2

Selon les chercheurs, il pourrait y avoir jusqu’à 100 000 fois plus de CO2 rejeté par ces « bouches d’aération » que depuis les sols environnants. Cela peut se comprendre. Chaque colonie contenant des millions de fourmis peut récolter des centaines de kilos de végétation par an. Ces nids pouvant être parfois occupés pendant plus d’une décennie, on imagine alors aisément les niveaux de dioxyde de carbone rejetés dans l’atmosphère s’accumuler rapidement avec le temps.

Les chercheurs demandent maintenant à ce que ces études soient multipliées dans le but de mieux appréhender ces rejets de CO2 jusqu’alors insoupçonnés. Les résultats devraient ensuite être pris en compte lors des prévisionnels climatiques. Ces données pourraient également être utiles sur un plan strictement urbain, ces fourmis préférant généralement s’installer, sous terre certes, mais près des infrastructures humaines.

Source

https://www.sciencealert.com

À l’avenir, la nourriture sera beaucoup moins nutritive


Les émissions de gaz à effet de serre occasion une hausse du dioxyde de carbone, bien que les plantes s’en nourrissent, une augmentation risque d’appauvrir les nutriments dans notre assiette. Déjà certains aliments comme le blé et le soja contiennent moins de protéine et autres.
Nuage

 

À l’avenir, la nourriture sera beaucoup moins nutritive

 

agriculture intensive blé

Blé, soja, riz, les cultures seront moins nutritives à mesure que les températures continueront de grimper. Crédits : iStock

 

par Brice Louvet

L’augmentation des niveaux de dioxyde de carbone semble rendre certaines plantes beaucoup moins nutritives qu’auparavant. À l’avenir, les principales cultures pourraient ne pas donner suffisamment “d’essence” au corps humain.

Plusieurs recherches ont déjà montré que certaines cultures, comme le blé ou le soja, contiennent beaucoup moins de protéines, de zinc et de fer lorsqu’elles sont cultivées avec les niveaux de dioxyde de carbone prévus d’ici 2050. Une récente étude, publiée dans Science Advances, révèle que c’est également le cas pour 18 souches de riz. Les chercheurs se sont ici concentrés sur les vitamines du groupe B, telles que la riboflavine, qui permet de décomposer les aliments en énergie, et le folate, qui permet le développement du fœtus. Exposées aux niveaux de dioxyde de carbone attendus en 2050, ces vitamines ont vu leur concentration chuter de 30 %. Comment est-ce possible ?

Des “calories vides” pour les plantes

Le dioxyde de carbone reste en effet la principale source de nourriture des plantes. Ainsi exposées à davantage de dioxyde de carbone, il n’est pas interdit de penser que les plantes pourraient grandir et grossir plus vite, maximisant ainsi au passage leur apport en nutriments. Mais c’est un raccourci un peu court. Nous pourrions comparer cet excès de dioxyde chez les plantes à l’excès de glucides chez les Hommes. Si vous mangez trop de glucides, votre corps ne pourra pas suivre la cadence pour transformer les nutriments. L’excès se transforme alors en graisses. Vous prenez ainsi du poids, tout en minimisant votre apport en nutriments. Chez les plantes, c’est la même chose.

L’excès de dioxyde de carbone agit en effet comme des “calories vides”. Les plantes deviennent alors de plus en plus grosses, certes, mais beaucoup moins riches en nutriments. Et les implications négatives sont énormes. D’autant plus lorsque l’on considère les niveaux de dioxyde de carbone attendus au cours des 30 prochaines années.

Déjà présents, les problèmes de malnutrition vont s’intensifier

On estime aujourd’hui à environ deux milliards le nombre de personnes dans le monde souffrant de “faim cachée”. En d’autres termes, près d’un humain sur trois consomme suffisamment de calories, mais présente en même temps descarences nutritionnelles (fer, zinc, calcium et magnésium principalement). La plupart de ces personnes évoluent dans les pays les plus pauvres. Ces nutriments sont pourtant essentiels. Si nous mettons du gasoil dans un moteur à essence, le moteur lâche. C’est un peu la même chose pour le corps humain, qui est en revanche une machine bien plus complexe. Si l’on ne met pas les bons ingrédients dans le moteur, alors d’importants problèmes de santé se développent.

On rappelle que la population mondiale augmente. Nous pourrions être plus de 9 milliards d’ici à 2050. La demande alimentaire sera donc beaucoup plus importante, tout comme les besoins nutritionnels. Et parallèlement, les niveaux de dioxyde de carbone devraient encore évoluer. Si nous ne voulons pas mourir de faim tout en étant obèses, des mesures drastiques doivent donc être entreprises pour stopper les émissions de gaz à effet de serre. À côté de ça, nous devrions également être menés à repenser notre façon de nous nourrir. Auquel cas la malnutrition pourrait faire davantage de ravages.

Source

https://sciencepost.fr/

Cet homme a tenté de survivre enfermé sous un dôme hermétique avec 200 plantes


Peut-être un test que les climato-septiques pourraient essayer, quoiqu’ils je doute que cela puisse les convaincre.
Nuage

 

Cet homme a tenté de survivre enfermé sous un dôme hermétique avec 200 plantes

 

Crédits : Kurtis Baute/Instagram

par  Laura Boudoux

 

Mardi 23 octobre, le Canadien Kurtis Baute s’est ainsi enfermé sous plastique, entouré de 200 plantes, pour attirer l’attention du public sur les changements climatiques.

Le scientifique amateur espérait que les plantes, via la photosynthèse, aideraient à réguler les niveaux de CO2 dans le dôme… Il a tenu 15 heures dans son cube hermétique de trois mètres sur trois. Après tout ce temps, Kurtis Baute a été obligé de quitter sa tente, les niveaux de dioxyde de carbone étant dangereusement élevés. Il a tout de même décrit son essai comme un « immense succès », souligne la BBC.

Le 24 octobre dernier, Kurtis Baute a expliqué à ses fans sur Twitter que le temps maussade avait en partie eu raison de son expérience.

« Les plantes absorbent très bien le CO2, elles adorent ça. Mais comme il ne fait pas beau et que l’ensoleillement est faible, elles ne reçoivent pas la lumière dont elles ont besoin pour transformer le CO2 en oxygène… Cela veut dire que le niveau de CO2 ne cesse d’augmenter », a-t-il expliqué.

Lorsque le dioxyde de carbone atteint 10 % de l’atmosphère, des comas ou des dommages cérébraux sont à craindre.

« J’aurais probablement pu survivre trois jours dans la tente. Mais mon objectif n’est pas juste de “ne pas mourir”, mon but est de finir ce projet sans être devenu tout bleu, avoir des dommages cérébraux, eu des coups de chaud, ou tout simplement avoir heurté durablement mon corps », a précisé Kurtis Baute. Le Canadien a rappelé que « le dérèglement climatique était réel, que nous le causions, et c’était un très gros problème ».

Sources : BBC

https://www.ulyces.co/

e

Mars : la NASA a besoin de vous pour faire du sucre et offre 1 million de dollars pour cela !


La NASA est très optimiste pour coloniser Mars, malgré le temps pour y arriver et les divers dangers rencontrer par ce voyage sans retour. Enfin, s’il y arrive, les futurs Martiens ne peuvent pas amener énormément de chose comme le sucre. Alors la NASA lance un concours avec une récompense alléchante.
Nuage

 

Mars : la NASA a besoin de vous pour faire du sucre et offre 1 million de dollars pour cela !

 

sucre cube

Crédits : Wikimedia Commons

par Brice Louvet

Le sucre de tombe pas du ciel, et encore moins sur Mars. Et parce qu’on ne pourra pas tout emporter dans les bagages, il est primordial de pouvoir exploiter les ressources locales pour obtenir des composés utiles.

En ce sens, la NASA propose un concours. Ceux qui réussiront à transformer du CO2 en glucose pourraient même gagner un million de dollars.

Se rendre sur Mars implique de sérieux défis techniques et sanitaires, ou encore psychiques. Si pour l’heure on ne sait pas trop comment s’y rendre en toute sécurité, il arrivera un jour où les Hommes poseront le pied sur Mars. Mais si poser le pied est en soi un exploit, pouvoir y vivre en arrangerait beaucoup – surtout les principaux intéressés. Problème : on ne peut pas prendre tout ce dont on a besoin sur Terre pour le déposer sur Mars. Il manquera de la de place dans les fusées. Et les places sont chères. Il va donc falloir se “fournir” sur place, pour tout ce qui n’est pas élémentaire, avec ce que la planète rouge nous propose. Et sur Mars, il y a du CO2, beaucoup de CO2.

Le dioxyde de carbone constitue la base moléculaire des sucres. Le glucose étant la forme de sucre la plus facile à métaboliser, la substance est donc la plus simple à convertir en énergie.

« Permettre une vie humaine soutenue sur une autre planète nécessitera beaucoup de ressources et nous ne pouvons pas apporter tout ce dont nous aurons besoin. Nous devons faire preuve de créativité, explique dans un communiqué Monsi Roman, responsable du programme Centennial Challenges de la NASA. Si nous pouvons transformer une ressource existante et abondante comme le dioxyde de carbone en une variété de produits utiles, les applications spatiales et terrestres sont sans fin ».

Mais encore faut-il pouvoir y arriver. C’est pourquoi la NASA vous lance un défi : transformer du CO2 en glucose. Les intéressé·e·s ont jusqu’au 24 janvier prochain pour s’inscrire, et jusqu’au 28 février suivant pour envoyer leurs candidatures. Une première phase visera à ne garder que cinq candidatures (250 000 dollars divisés par 5), avec des plans théoriques. Ensuite, une seconde phase consistera à tester les méthodes soumises au jury, avec pour l’équipe gagnante un prix de 750 000 dollars à la clé.

Alors, vous êtes prêt·e ?

https://sciencepost.fr

e

Terraformer Mars ne serait finalement pas possible avec la technologie actuelle


Cela me faire rire. Les chercheurs sont d’accord pour dire qu’il est impossible présentement de changer l’atmosphère de la planète Mars pour la rendre habitable. Alors qu’on n’est pas capable de préserver notre propre planète
Nuage

 

Terraformer Mars ne serait finalement pas possible avec la technologie actuelle

 

terraformer mars terre

Illustration artistique : Daein Ballard / Wikipedia

par Brice Louvet

Nous savons qu’il y a quelques milliards d’années, plus de la moitié de l’atmosphère martienne s’est évaporée dans l’espace, enclenchant un phénomène de désertification. Mais pourrait-on « restaurer » cette atmosphère, et rendre Mars habitable ? La réponse est non, selon une étude.

Autrefois chaude et humide, Mars s’est depuis asséchée et refroidie. Seule une fine atmosphère résiste, composée en grande partie de gaz carbonique (CO2). C’est pourquoi l’air est irrespirable sur la planète rouge. Pour la rendre habitable, deux principaux changements sont nécessaires, à savoir la reconstruction de l’atmosphère et l’élévation de la température. Ce qu’on appelle communément la « terraformation », consiste à modifier les caractéristiques naturelles d’une planète (ici Mars) de manière à la rendre la plus identique possible à la Terre.

Mais est-ce vraiment possible ? Concrètement, pourrait-on libérer du dioxyde de carbone piégé dans la surface martienne pour épaissir l’atmosphère, qui agirait ensuite comme couverture pour réchauffer la planète ? Il semblerait que non. Selon cette étude, Mars ne conserve en effet pas assez de dioxyde de carbone. Pour les chercheurs, transformer l’environnement martien inhospitalier en un lieu que les astronautes pourraient explorer sans soutien n’est pas possible sans une technologie qui dépasse – de loin – nos capacités actuelles.

« Le dioxyde de carbone (CO2) et la vapeur d’eau (H2O) sont les seuls gaz à effet de serre susceptibles d’être présents sur Mars en abondance », explique Bruce Jakosky, de l’Université du Colorado (États-Unis), et principal auteur de l’étude parue dans Nature Astronomy.

Mais dans quelles mesures ? Les chercheurs ont analysé l’abondance des minéraux carbonés et la présence de CO2 dans la glace polaire, en utilisant les données du Mars Reconnaissance Orbiter de la NASA. Les résultats suggèrent qu’il n’y a pas assez de CO2 restant sur Mars pour fournir un réchauffement significatif au cas où le gaz devait être mis dans l’atmosphère.

« En outre, la plus grande partie du CO2 n’est pas accessible et ne pourrait pas être facilement mobilisée. Terraformer Mars n’est pas possible en utilisant la technologie actuelle », note le chercheur.

Bien que Mars ait d’importantes quantités de glace d’eau qui pourraient être utilisées pour créer de la vapeur d’eau, les analyses précédentes montrent que cette eau ne peut fournir un réchauffement significatif par elle-même. Les températures ne permettent pas à suffisamment d’eau de persister sous forme de vapeur, sans d’abord avoir un réchauffement significatif par le CO2, explique l’équipe. En outre, d’autres gaz tels que les chlorofluorocarbones ou d’autres composés à base de fluor ont été proposés pour augmenter la température atmosphérique. Mais ces gaz sont de courte durée, et nécessiteraient des procédés de fabrication à grande échelle.

La pression atmosphérique sur Mars est par ailleurs d’environ 0,6 % celle de la Terre. Les chercheurs estiment qu’une pression de CO2 similaire à la pression atmosphérique totale de la Terre est nécessaire pour élever les températures qui permettraient à une eau liquide d’être stable. La source la plus accessible est le CO2 dans les calottes polaires – il pourrait être vaporisé. Cependant, la vaporisation des calottes glaciaires ne ferait que doubler la pression martienne à 1,2 % de celle de la Terre. Insuffisant, donc.

Mars cratère Medusa Fossae

Crédits : Wikimedia Commons / ESA

Une autre source est le CO2 attaché aux particules de poussière dans le sol martien, qui pourrait être chauffé pour libérer le gaz. Les chercheurs estiment que le chauffage du sol pourrait fournir jusqu’à 4 % de la pression nécessaire. Mieux, mais toujours insuffisant. Une troisième source est le carbone enfermé dans les dépôts minéraux. Mais l’équipe estime que la quantité présente produira moins de 5 % de la pression requise.

Par contre, les minéraux carbonés enfouis profondément dans la croûte martienne pourraient contenir assez de CO2 pour atteindre la pression requise. Toutefois l’étendue de ces dépôts profonds est inconnue, car non démontrée par les données orbitales. Par ailleurs, les récupérer avec la technologie actuelle est extrêmement énergivore. Qu’en est-il finalement de la méthode « naturelle » ? L’atmosphère martienne pourrait effectivement s’épaissir lentement grâce au dégazage de l’activité géologique. Mais le dégazage actuel est extrêmement faible. Selon l’équipe, il faudrait environ 10 millions d’années pour doubler l’atmosphère actuelle de Mars.

Source

https://sciencepost.fr/