Parole d’enfant ► L’âge de raison…


Un jeune garçon très philosophe pour son âge, il a vite compris ce qu’est le temps
Nuage

L’âge de raison…

 

 

Théo, songeur:  » C’est bizarre, le Temps. Des fois, il passe vite, et des fois, même une minute ça peut être long… C’est comme si le Temps, il était dans notre tête… »

J’étais à l’époque en terminale. Il m’avait résumé ce que j’étais en train d’étudier en Philosophie!!
Depuis ce jour, je ne l’ai plus jamais regardé pareil!! »

Théo 7 ans

Je meurs ou bien je nais


Qu’on soit d’Occident ou d’Orient, avec nos croyances, nos peurs, nos rêves le mal d’aimé se consume de la même façon,mais s’exprime avec des mots propre à une culture, Ce que j’aimais écrire avec une personne ayant un bagage de vie différent du mien .. m’inspirant de ses idées, ses bouts de phrases souvent trop longues, ses expressions a permis d’écrire un mélange des deux mondes pour un mal universel
Nuage

 

Je meurs ou bien je nais

 

Je meurs ou bien je nais
Après un long silence
D’oubli et sans attrait
Inhumant l’existence

Mais le temps me confine
Et laisse rejaillir
Des douleurs qui chagrinent
A mon dernier soupir

L’âme tout au fond
En feu, serpente
Fait sont lit profond
En écume ardente

Et la chaleur remonte
Abreuvée d’amertume
Par la flamme insolente
Mon rêve se consume

J’ai envie de voir
Larme qui ruissèle
Du matin au soir
Sur l’œil s’amoncèle

D’un écoulement rustique
Sculpte ma mélancolie
Par des idées utopiques
Aux confins de la folie

L’arbre du mal épineux
Aux abimes s’enracine
Pique mon esprit furieux
Et embrase ma poitrine

Dois-je blâmer les séraphins
Puiser de la malédiction
En abdiquant de mon destin
Et tout en frôlant l’extinction

Mais, tant que les pas du pervers
Cherchent à instiguer mon cœur
Louvoyer au seuil de l’enfer
Est l’emblème de mes malheurs

Et pourtant j’ai prié
Avec larmes brûlantes
La douleur amplifiée
De mes lésions béantes

Malgré cela, j’ai égrené
Assidument le chapelet
Que ses grains se sont échinés
De mon esprit obnubilé

La nuit vient et va le jour
A ton rêve, je m’obstine
Envoûtée par cet amour
Qui me plaît et me lancine

Nul songe ne donne trêve
A mes sens crûment meurtris
Tu restes l’éternel rêve
Qu’inhiberait les houris

Après être ressuscitée
J’endurerais donc ma tristesse
De mon âme déchiquetée
D’être très loin de ma duchesse

Pour que les élus aient pitié
Et se prosternent au Dieu du ciel
Par le soutien des crucifiés
Comme un voeu sempiternel

Je dédaigne la terre en or
Aussi, je renonce aux couronnes
Seul tes yeux restent mon trésor
Qui électrisent mes neurones

Ah mon Dieu, ta miséricorde
Je n’ai nulle envie de pécher
En pendulant à une corde
Que mon corps risque de sécher

À cause de tant d’hormones
Tu as ancré ma faiblesse
Que tu me fasses l’aumône
De soulager ma détresse

Ma feuille essore sa sève
Sur mon visage pale
Mépris de la douce Eve
A atteint l’encéphale 

Car toi seul qui devine
La bonté des intentions
Si c’est un bien, illumine
Et couronne mes passions

Rachel Hubert (Nuage) Saïd
29 Mai 2004

Le saviez-vous ►13 CHOSES QU’UNE TIQUE NE VOUS DIRA PAS


Les tiques, petites bestioles minuscules mais très voraces et peut-être porteuses de divers maladies dont la maladie de Lyne. Comment les repérer, les éviter ,.. une tique un peu plus bavardes délivre quelques secrets
Nuage

 

13 CHOSES QU’UNE TIQUE NE VOUS DIRA PAS

 

Étant donné qu’au Canada la population de tiques porteuses de la maladie de Lyme augmente, protégez-vous grâce à ces multiples conseils allant de comment enlever une tique jusqu’à l’endroit où elle aime se cacher.

Par Lauren Gelman 

1. Attendez-vous à nous voir cette année

(Photo : iStockphoto/Thinkstock)

Nous serons très présentes, en particulier dans l’est du Canada, à la recherche de festins humains. Nous pouvons transmettre la maladie de Lyme, une infection bactérienne qui peut causer de la fatigue chronique, des douleurs articulaires et d’autres problèmes si elle n’est pas traitée.


2. Je suis plus petite que vous le pensez

(Photo : iStockphoto/Thinkstock)

Je peux vous sembler assez grande sur une photo, mais en réalité je suis très difficile à repérer, surtout quand je suis encore bébé.

Je passe par quatre stades de développement : œuf, larve, nymphe, puis adulte. Mes larves sont environ de la taille de ce point. Les nymphes sont à peu près aussi grosses qu’une graine de pavot et les adultes sont presque de la taille d’une graine de sésame. Minuscule.


 

3. J’ai huit pattes, comptez-les

(Photo : Ingram Publishing/Thinkstock)

C’est important de savoir à quoi nous ressemblons, au cas où vous repèreriez une tique sur vous ou sur votre animal de compagnie. Techniquement, nous sommes de la même famille que les araignées, les arachnides, ce qui veut dire que nous avons huit pattes contrairement aux insectes qui en ont six.


Les tiques sont également dépourvues d’ailes et ont un corps simple de forme ovale qui est généralement assez plat, sauf si, après un repas, il est gorgé de sang.

4. Je suis porteuse de bien plus que la maladie de Lyme

(Photo : Hemera/Thinkstock)

On porte beaucoup d’attention à la maladie de Lyme, probablement parce qu’elle est potentiellement la plus chronique de toutes les maladies transmises par les tiques, mais nous, les tiques, pouvons propager au moins 10 maladies différentes connues chez l’homme, y compris la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses, la babésiose, l’anaplasmose et l’ehrlichiose.

Le type de maladie que je vous transmets dépend de mon espèce (il y a plus de 800 espèces de tiques dans le monde) et des différentes bactéries ou autres agents pathogènes que je transporte.

C’est certainement difficile de savoir si vous avez été piqué, parce que les symptômes peuvent être vagues et faciles à confondre avec ceux d’autres maladies. La plupart du temps, vous vous sentirez comme grippé (fièvre, frissons, courbatures) et vous développerez une éruption cutanée.

Mais la maladie de Lyme est souvent mal diagnostiquée et neuf cas sur dix ne sont pas signalés. Donc, si vous croyez avoir été mordu, consultez votre médecin sans tarder pour réduire le risque de complications graves.

5. Piqué? Vous pourriez ne pas être malade

(Photo : Hemera/Thinkstock)

Il n’y a pas lieu de paniquer si vous me repérez sur votre corps ou sur votre animal de compagnie. Ce ne sont pas toutes les tiques qui sont infectées et si vous nous enlevez rapidement, vous réduirez les risques de transmissions. La plupart des gens qui sont piqués par une tique ne contractent pas la maladie de Lyme ou d’autres maladies qu’elles peuvent transmettre.


Le risque de contracter une infection comme la maladie de Lyme est également considérablement plus faible si vous enlevez la tique dans les 36 heures.

6. Appelez le médecin quand…

(Photo : Ingram Publishing/Thinkstock)

Si vous avez été piqué par une tique, il n’y a généralement pas besoin de faire quoi que ce soit, sauf si vous commencez à éprouver des symptômes. (On ne donne pas d’antibiotiques à cause d’une piqure de tique, bien que certains médecins puissent en prescrire à titre préventif).

Mais beaucoup de gens ne sont pas au fait des symptômes et se fient trop sur l’éruption cutanée ou sur l’absence de celle-ci. Par exemple, l’éruption cutanée en forme de cible, révélatrice de la maladie de Lyme (d’autres maladies transmises par les tiques ont aussi leurs éruptions caractéristiques), se produit dans seulement 70 à 80 % des cas. En ce qui a trait à la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses, environ 10 % des personnes atteintes n’auront jamais d’éruptions cutanées.


Autrement dit, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas d’éruption cutanée que vous n’avez pas contracté une maladie transmise par les tiques, surtout si vous ressentez d’autres symptômes comme de la fièvre et des douleurs.

7. J’aime votre animal de compagnie autant que je vous aime

(Photo : iStockphoto/Thinkstock)

Protégez votre chien en vérifiant tous les jours si je suis présente et en utilisant une lotion ou un collier insectifuge. Si vous habitez une région très riche en tiques et que votre chien passe beaucoup de temps à l’extérieur, vous pouvez aussi parler à votre vétérinaire au sujet de la vaccination.

Cependant, il n’existe pas de vaccin pour toutes les maladies transmises par les tiques que les chiens peuvent contracter et la vaccination n’empêchera pas votre chien de rapporter des tiques à la maison et de vous les transmettre.

Si vous avez un chat qui passe du temps à l’extérieur, demandez à votre vétérinaire un bon produit de protection. Les chats sont très sensibles à de nombreux produits chimiques, donc il ne faut rien appliquer sans d’abord consulter le vétérinaire.

8. Regardez sur vos chevilles!

(Photo : iStockphoto/Thinkstock)

C’est sous la forme de nymphe que je suis plus susceptible de transmettre la maladie de Lyme à l’humain (généralement à la fin du printemps et au début de l’été). C’est surtout parce que je suis petite et difficile à repérer, donc les gens n’ont pas l’occasion de me retirer avant que je les rende malades.


Même si je suis assez difficile à voir en raison de ma petite taille, le meilleur endroit pour me chercher est sur vos chevilles. Nous, les nymphes de tiques, ne nous déplaçons pas beaucoup au-dessus du niveau du sol.

 

9. Ne regardez pas seulement sur les jambes et les bras nus

(Photo : Comstock/Thinkstock)

Puisqu’on ne contracte pas instantanément les infections transmissibles comme la maladie de Lyme au contact d’une tique, les experts précisent que le moyen le plus efficace de prévenir toute maladie est de faire de fréquentes vérifications.

Autres conseils : portez des vêtements clairs, ce qui nous rendra plus faciles à repérer. Rentrez la chemise dans le pantalon et portez toujours des chaussures fermées dans les zones boisées.

Gardez les cheveux longs attachés, en particulier lorsque vous jardinez et ne vous assoyez pas directement au sol ou sur les murs de pierre.

Examinez attentivement vos vêtements, le matériel et les animaux de compagnie après avoir passé du temps dehors

Vérifiez votre peau. Certains d’entre nous vont attaquer tout de suite, mais d’autres vont se promener et chercher des endroits comme l’oreille ou d’autres zones où la peau est plus mince.

N’oubliez pas certaines de mes plus sournoises cachettes : les aisselles, l’intérieur du nombril et tout autour des zones pileuses de la tête et du corps.

Certaines tiques ne s’implantent pas immédiatement, alors prendre une douche quelques heures après le jardinage ou une balade en forêt peut les supprimer. C’est également une bonne idée de mettre les vêtements dans la sécheuse à température élevée pendant 20 minutes pour détruire les tiques cachées sur vos vêtements que vous n’aurez pas vues.

10. Je hais les jardins propres et bien entretenus

(Photo : iStockphoto/Thinkstock)

Voulez-vous me garder hors de votre jardin? Tenez-nous éloignées grâce à l’aménagement paysager. Les tiques ont besoin de beaucoup d’humidité pour survivre, alors nous tendons à rester à l’écart des pelouses bien entretenues et ensoleillées. Comme nous ne supportons pas la chaleur, nous cherchons refuge ailleurs.

Vous serez plus susceptibles de nous trouver aux environs de la bordure de votre pelouse : par exemple, on trouve environ 82 % des tiques du chevreuil dans les neuf pieds qui précédent la bordure d’une pelouse. Un copeau de bois, une écorce d’arbre, du paillis ou une barrière de gravier entre le boisé et votre pelouse peuvent nous empêcher d’y immigrer.


Nettoyez les amas de broussailles, arrachez les mauvaises herbes, tondez régulièrement le gazon et taillez les buissons en bordure de votre propriété. Ces mesures devraient également tenir éloigner les souris sur qui nous aimons aussi nous nourrir. Si vous habitez dans une zone peuplée de tiques, pensez à embaucher un spécialiste pour éclaircir les arbres afin de laisser passer plus de rayons de soleil, ce qui fera baisser l’humidité et nous tiendra à l’écart.

11. Je ne supporte pas les répulsifs

(Photo : Hemera/Thinkstock)

Malheureusement pour nous les tiques, les produits chimiques peuvent vous aider à nous détruire. Les produits contenant du DEET (ceux qui en contiennent 20 % ou plus) sont de bons choix. La perméthrine, qui ne s’utilise que sur les vêtements et non sur la peau, est également très efficace comme insectifuge. Sa capacité de protection résiste à plusieurs lavages.


Vous pouvez également traiter vos biens avec des acaricides (pesticides qui tuent les tiques). Plusieurs de ces produits ne peuvent être utilisés que par un opérateur antiparasitaire autorisé, alors si vous êtes intéressé, consultez votre paysagiste.

12. Le seul outil qui fonctionne pour se débarrasser de moi?

(Photo : iStockphoto/Thinkstock)

Tout ce dont vous avez besoin est une pince à épiler à pointe fine (évitez les méthodes comme couvrir la tique avec du vernis à ongles ou de la vaseline, ou en utilisant la chaleur pour la détacher). Prenez la tique le plus près de la surface de votre peau que possible et tirer vers le haut avec une pression constante.

Tordre ou tirer la tique brusquement peut faire en sorte que certains morceaux de sa bouche restent dans votre peau. Nettoyez soigneusement la zone avec du savon et de l’eau, de l’alcool à friction, ou de la teinture d’iode.

N’écrasez jamais la tique avec les doigts après l’avoir retiré, car cela peut quand même transmettre la maladie.


C’est une bonne idée de me mettre de côté dans le cas où votre médecin voudrait me voir plus tard. Mettez-moi dans un bocal ou un sac en plastique ou collez-moi avec du ruban adhésif clair sur une fiche de carton, en notant le jour où vous m’avez attrapée. Ajouter un peu d’alcool à friction dans le pot me tuera.


13. Nous festoyons à quelques reprises au cours de notre cycle de vie

(Photo : iStockphoto/Thinkstock)

Je ne viens pas au monde avec la maladie de Lyme. Je contracte la bactérie responsable de cette maladie et de plusieurs autres la première fois que j’ai entrepris mes manigances de vampire en tant que larve. Voici comment cela fonctionne : je mange mon premier repas de sang en tant que toute petite larve et c’est là, selon mon hôte (une souris, par exemple), que je peux contracter la bactérie qui cause la maladie de Lyme.

Une fois nourrie, je retourne au sol pour muer en une nymphe. Ensuite, je suis de nouveau affamée et, pour me nourrir, je cherche un nouvel hôte, peut-être un être humain cette fois, peut-être vous! Mais maintenant qu’il y a des bactéries dans mon sang, je peux les transmettre à mon nouvel hôte et peut-être le rendre malade.

Puis, je retourne encore au sol pour muer en tique adulte. Et c’est sans surprise que de nouveau affamée, cette fois dans le but de me reproduire, je trouve un nouvel hôte de qui me nourrir, je m’accouple et ensuite, malheureusement, je meurs. Enfin, heureusement pour vous.

http://selection.readersdigest.ca

Intoxication alimentaire: que disent les dates d’expiration?


Du bon fromage, il y a pour tout les goûts. Mais comment savoir si un fromage est toujours comestibles .. Pour la plupart des fromages que nous mangeons, nous pouvons le voir a l’oeil a cause des moisissures mais un fromage bleu .. ???
Nuage

 

Intoxication alimentaire: que disent les dates d’expiration?

 

J’ai une peur bleue des intoxications alimentaires, alors je jette ma nourriture dès que j’ai un doute: yogourt dont la date d’expiration est dépassée, fromage avec un peu de moisissure, etc. Est-ce la bonne chose à faire? Merci de me rassurer. M.-A., Trois-Rivières

Face aux bactéries responsables des intoxications alimentaires, les adultes en santé sont plus résistants que les personnes âgées, les jeunes enfants et les personnes malades. Mais cela ne signifie pas, M.-A., qu’on doive prendre des risques inutiles!

«Meilleur avant», et après? 

Un yogourt peut être mangé sans risque quelques jours après sa date de péremption, surtout si le contenant est intact ou ouvert depuis peu. La date «meilleur avant» garantit que sa fraîcheur, sa saveur, sa texture et ses propriétés nutritives sont meilleures avant la date limite suggérée. Après cette date, l’aliment peut être encore sain et propre à la consommation s’il a été manipulé et conservé adéquatement. En d’autres mots, si on se sert une portion et qu’on ne mange pas à même le pot, si on utilise une cuillère propre et qu’on replace le contenant au réfrigérateur après utilisation, il n’y a pas trop de risque.  Cela dit, il convient tout de même de le consommer le plus rapidement possible si la date de péremption est passée, en raison de la diminution probable de sa qualité.

Le regretté Pierre Labelle, dans un numéro fort amusant, se demandait d’ailleurs ce qui se passait à l’intérieur de la «canne» de petit pois dans la nuit du 3 au 4 mai pour qu’ils deviennent impropres à la consommation… Une façon de dire qu’un aliment ne devient pas immangeable la journée de sa dite expiration!

La moisissure sur les fromages

Les moisissures blanches, bleues ou vertes qui apparaissent sur certains fromages après quelques jours ou semaines de conservation ne sont pas comestibles. Elles n’ont rien à voir avec les moisissures que les fromagers cultivent pour fabriquer les variétés à croûte fleurie comme le brie et le camembert. Au contraire, elles les détériorent. Leur présence n’oblige toutefois pas toujours à jeter le fromage. C’est le cas des fromages à pâte dure ou ferme (cheddar, mozzarella, parmesan, etc.): s’ils sont moisis, retranchez environ 1 cm d’épaisseur à la surface affectée. Enveloppez le fromage restant dans un nouvel emballage. Mais si de la moisissure apparaît sur un fromage frais, à pâte molle ou préparé (cottage, feta, brie, camembert, etc.), jetez-le au complet, car on ne peut pas savoir à quel point la moisissure a pénétré sa texture humide. Par contre, vous ne risquez pas de trouver du moisi dans un pot de Cheez Whiz: celui-ci contient tellement d’agents de conservation… Et si c’était le cas, gardez-le en souvenir: il a probablement été acheté par votre arrière-grand-mère dans les années 20!      

Le cas des fromages bleus

Les délicieux fromages bleus dans lesquels on cultive des moisissures particulières ont aussi une durée de vie limitée, mais la moisissure qui y est normalement présente se confond avec celle, indésirable, qui s’y développe quand il perd sa fraîcheur. Pour savoir si un roquefort, un gorgonzola ou un bleu d’Auvergne est encore bon, on se ferme les yeux et on le renifle. S’il sent l’ammoniaque, c’est que son bleu n’est pas aussi inoffensif qu’il y paraît.

Prévenir la moisissure sur le fromage

Pour éviter la formation de moisissure sur le fromage, gardez-le au réfrigérateur dans son emballage original, sauf s’il s’agit d’une pellicule plastique, car celle-ci retient l’humidité. Un emballage à double papier comme pour la plupart des fromages à croûte fleurie est idéal. Vous pouvez aussi l’envelopper de papier d’aluminium, puisqu’il laisse entrer un peu d’air tout en constituant une barrière efficace contre les odeurs.

Sources

Partenariat canadien pour la salubrité des aliments. Mme BienCuit vous répond. Foire aux questions – produits laitiers

Collection Protégez-Vous. Guide pratique de l’alimentation – Bien acheter pour mieux manger, Éditions Protégez-Vous, 2004, 136 pages.

http://www.servicevie.com

Les villes géantes d’Asie en route vers la saturation


Être sur la route pendant l’heure de pointe, c’est long et frustrant mais imaginez dans certains pays d’Asie ou les grandes villes qui s’étendent de plus en plus avec une surpopulation et ce sans compté divers problèmes de canalisation, d’électricité désuets des routes souvent impraticables, et bien sur les catastrophes naturelles qui peuvent s’ajouter ..
Nuage

 

Les villes géantes d’Asie en route vers la saturation

 

À Bombay, une des villes du monde les plus densément peuplées avec 20 000 habitants au kilomètre carré, les trains de banlieue surchargés transportent quelque 7 millions d’usagers par jour.

PHOTO: AFP

Daniel ROOK
Agence France-Presse
BANGKOK

Inondations dévastatrices, pannes d’électricité et embouteillages monstres: de nombreuses mégalopoles asiatiques se débattent tant bien que mal contre la pression d’un développement économique rapide, d’une météo extrême et de l’exode des populations des campagnes.

Des carences de planification, des investissements en infrastructures insuffisants et un manque de volonté politique ont également rendu ces villes géantes et surpeuplées particulièrement vulnérables au changement climatique, selon les experts.

Depuis un an, Bangkok et Manille ont ainsi été frappées par des inondations ravageuses. L’Inde a souffert de son côté de la pire panne de courant de l’histoire.

Cette situation semble en contraste avec un continent qui s’enrichit, où des millions de personnes sortent chaque année de la pauvreté. Mais dès qu’une catastrophe se produit, le tiers monde resurgit.

Beaucoup de villes d’Asie sont «en retard en ce qui concerne les infrastructures proposées –égouts, routes, ou approvisionnement en électricité», note Sun Sheng Han, spécialiste en urbanisme à l’université de Melbourne.

Au coeur du problème, un manque de vision à long terme dans une région où les politiques urbaines reflètent un mélange d’«objectifs politiques et d’ambitions économiques», poursuit-il.

En Thaïlande, l’une des plus importantes sociétés immobilières est contrôlée par la famille de la première ministre Yingluck Shinawatra, dont le frère Thaksin vit en exil pour échapper à une condamnation pour malversations financières.

Et la capitale qui s’enfonce inexorablement pourrait se retrouver en dessous du niveau de la mer d’ici à 50 ans. En cause, l’extraction massive, pendant des années, des eaux souterraines pour l’industrie et la consommation de ses 12 millions d’habitants. Mais malgré les mises en garde, le secteur immobilier ne ralentit pas.

Une urbanisation rapide qui bloque les voies naturelles de passage des eaux et des systèmes de drainage mal entretenus sont également considérés comme une des causes des inondations meurtrières qui touchent actuellement la capitale des Philippines.

Mais l’Inde fait certainement face aux défis les plus importants. Plus de 600 millions de personnes ont été plongées dans le noir fin juillet en raison d’un black-out sans précédent.

Alors que fours à micro-ondes et machines à laver sont de plus en plus populaires auprès d’une classe moyenne en expansion, la pression sur le réseau ne va pas fléchir.

D’autant que selon un rapport de l’ONU de 2011, la population urbaine du pays devrait passer de 30% à 60% d’ici à 2030, pour atteindre 606 millions d’habitants.

À Bombay, une des villes du monde les plus densément peuplées avec 20 000 habitants au kilomètre carré, les trains de banlieue surchargés transportent quelque 7 millions d’usagers par jour. Et chaque année, plus de 3000 personnes sont tuées sur le réseau ferré, en tombant d’un train ou traversant une voie.

«L’heure de pointe est le principal problème. Parfois, c’est tellement bondé qu’il est difficile de respirer», commente Sudhir Gadgil, employé de 62 ans qui passe trois heures dans le train chaque jour.

Au Bangladesh voisin, la capitale Dacca également fait face à une crise du transport, sans précédent.

Début 2009, le gouvernement avait promis de s’attaquer au problème, avec d’ambitieux projets de routes et de lignes de bus et de train. Mais la plupart n’en sont qu’à l’étape de la conception.

«Dacca est déjà une ville moribonde. Elle meurt vite et je n’ai aucun espoir que nous puissions la sauver», commente Shamsul Haq, expert en transport à l’Université d’ingénierie et de technologie du Bangladesh.

Les embouteillages ne sont pas l’apanage de Dacca. Et dans d’autres villes encombrées, certains résidents sont de plus en plus frustrés. Comme Dian Agustino, habitante de Jakarta:

«Si ça ne change pas dans les cinq prochaines années, je déménage à Bali pour avoir une vie plus tranquille».

http://www.lapresse.ca

Chiens et baignades… en « eaux troubles »


Peu importe le pays que nous sommes, il est important de s’informer de la qualité de l’eau pour les baignades autant pour l’homme que pour l’animal. Pour les chiens il faut savoir quelques consignes pour qu’une activité dans une piscine, au lac ou a la mer ne soit pas tournée au drame
Nuage

 

Chiens et baignades… en « eaux troubles »

 

Pour éviter la noyade, il existe sur le marché des gilets de sauvetage adaptés aux chiens qui peuvent permettre d'éviter une noyade.
Pour éviter la noyade, il existe sur le marché des gilets de sauvetage adaptés aux chiens qui peuvent permettre d’éviter une noyade.

 

Noyade, intoxications, irritations… la baignade n’est pas sans danger pour les chiens. Quelques précautions sont à prendre pour profiter en été des joies de l’eau avec son compagnon.

Tous les chiens n’aiment pas l’eau. Même parmi les races réputées pour être des «accrocs» de la baignade! Il existe des Terre-Neuve ou encore des golden retrievers, dont les pattes sont palmées, qui n’apprécient pas de faire trempette… des exceptions à la règle!

Le bon sens veut donc qu’il ne faut pas forcer un chien à aller à l’eau tant qu’il fait preuve de réticence, sous peine de le traumatiser par la suite.

Tous les chiens ne nagent pas non plus aussi facilement les uns que les autres. Même si on remarque, notamment chez les chiots en général, un réflexe quasi inné à «battre» des pattes dès qu’ils sont dans l’eau.

Aux beaux jours, il est toujours agréable pour les maîtres de partager les plaisirs de l’eau avec leur compagnon. Certaines précautions sont à prendre.

Le danger des piscines

Les piscines peuvent représenter un véritable danger pour les chiens. Bien que celles-ci doivent être sécurisées, de nombreux accidents sont malheureusement à déplorer chaque année.

Incapable de s’extraire de l’eau, le chien s’épuise avant de couler. Sorti in extremis, son état peut exiger une consultation vétérinaire en urgence. Des gestes de premiers secours peuvent être apportés. Mais sans formation initiale, c’est souvent la panique des maîtres qui l’emporte. Pratiquer une aide à la respiration chez un chien est une «technique» qui s’apprend. Mais force est de reconnaître qu’elle peut s’avérer difficile à pratiquer lorsque l’on n’en a pas de connaissance.

Pour éviter la noyade, il existe sur le marché des gilets de sauvetage adaptés aux chiens qui peuvent permettre d’éviter une noyade. Ce type d’accessoire pourra être utilisé également si l’on pratique la voile avec son chien, par exemple.

Les «méfaits» de l’eau

Il n’est pas facile d’interdire à son chien de ne pas ingurgiter (volontairement ou non) de l’eau de mer. Celle-ci peut être à l’origine de troubles gastriques (vomissements, diarrhée…) – eux-mêmes responsables d’une déshydratation – ou encore d’une augmentation de taux de sodium dans le sang (hypernatremie). Cette dernière impose une consultation vétérinaire en urgence, qui sera prise également en charge et remboursée chez les maîtres ayant souscrit uneassurance santé animale pour leur chien.

Un bon rinçage au retour

Enfin, après la baignade en eau de mer, un bon rinçage à l’eau clair afin d’éliminer sel et sable est conseillé – cela permet d’éviter entre autres les irritations cutanées – ainsi qu’un bon séchage et ce même lorsqu’il fait chaud.

En eau douce (rivière, lacs, étangs…), le rinçage est aussi de mise. Notamment en cas de présence de cyanobactéries pouvant proliférer en surface de l’eau. Elles produisent des toxines à l’origine de troubles nécessitant là aussi une consultation vétérinaire en urgence.

En 2011, deux chiens ont été mortellement intoxiqués après une baignade dans une rivière du Tarn. La préfecture de la Lozère avait alors diffusé des messages de prudence, parmi lesquels: ne pas laisser boire les animaux dans les eaux stagnantes ; et éviter de les laisser jouer avec des galets ou des bâtons immergés.

Une signalétique rappelant ces consignes de précaution ont été installée sur les bords du Tarn, dans les 16 communes lozériennes riveraines.

Le ministère chargé de la santé publie pour sa part en temps réel sur un site Internet dédié la qualité de l’eau en France. Un bon moyen, pour tous, de se baigner sans risque.

http://www.lefigaro.fr

Un spray cellulaire pour mieux cicatriser


Une belle avancée dans les recherches de la cicatrisation de la peau surtout pour ceux qui avec le temps les varices empire pour devenir des ulcères de la peau. De bons résultats pour le moment semble vouloir évoluer vers ce spray cellulaire
Nuage

 

Un spray cellulaire pour mieux cicatriser

 

VOISIN/PHANIE/phanie

Un spray à base de cellules de peau permet d’accélérer la cicatrisation des ulcères cutanés.

Par  Romy Raffin

Une thérapie en spray contenant des cellules de peau pourrait aider la peau à mieux cicatriser. Un traitement prometteur pour des atteintes cutanées encore délicates à soigner.

Si l’ulcère évoque généralement les «trous dans l’estomac», la peau peut elle aussi s’ulcérer avec des plaies profondes particulièrement difficiles à cicatriser. Pour y remédier, la compagnie américaine Healthpoint Biotherapeutics, spécialisée dans les soins médicaux de la peau, a mis au point un spray composé de cellules cutanées dont les premiers résultats, tout juste publiés dans The Lancet, sont encourageants.

Pendant trois mois, le Dr Robert S. Kirsner et son équipe de l’université de Miami ont testé l’efficacité d’un spray (des kératinocytes et des fibroblastes prélevés sur des prépuces issus de la circoncision de nouveau-nés) auprès de 228 sujets atteints d’ulcères veineux chroniques.L’insuffisance veineuse est une cause majeure de la maladie (70% des cas). À cause d’un mauvais retour veineux, le sang stagne et détériore les tissus alentour qui deviennent plus fragiles, des plaies pouvant se former par simple grattage. La cicatrisation se fait ensuite très difficilement car la circulation n’apporte pas assez d’oxygène ni de molécules nécessaires à la régénération de la peau.

Une partie du traitement consiste donc à relancer la circulation sanguine à l’aide de bandes ou de bas de compression. L’autre enjeu des soins est de favoriser la cicatrisation de la peau, ce que vise justement le spray cellulaire testé dans l’essai. Tous les 7 ou 14 jours selon les groupes, certains participants ont reçu soit un spray actif soit un spray placebo (sans cellules) lors du nettoyage de leurs pansements, leurs bandes ou bas de contention étant replacés ensuite.

Bilan de l’essai: 70% des patients traités ont pu cicatriser grâce aux cellules pulvérisées, contre 46% dans le groupe de comparaison (soigné seulement par compression). La dose la plus faible (0,5 million de cellules par ml), au rythme d’une application toutes les deux semaines, a été la plus efficace avec une réduction de 91% de la taille des plaies (contre 80% dans le groupe sans spray) et un raccourcissement de 21 jours du délai de cicatrisation.

«C’est une étude très intéressante», selon le Dr Anne Dompmartin, dermatologue spécialiste de la cicatrisation au CHU de Caen.

Le fait d’utiliser des cellules fœtales permet une cicatrisation de très bonne qualité, ce qui diminue le risque de rechute, explique le Dr Dompmartin. De plus, la cicatrisation plus rapide diminue les jours d’inconfort pour les patients, qui doivent parfois porter les bas ou bandes de compression 24 heures sur 24 heures. Les dépenses de santé, importantes pour soigner les ulcères de la peau souvent chroniques, pourraient également être réduites.

Encore inconnu, le prix du spray thérapeutique sera lui-même élevé, comme pour toutes les thérapies cellulaires. Mais quel que soit le coût de ce nouveau traitement, le plus important reste le diagnostic et le traitement des pathologies sous-jacentes afin d’empêcher les récidives. Car pour ce type de maladie, la cicatrisation n’est pas synonyme de guérison.

http://sante.lefigaro.fr/