Chagrin


Oui nous avons tous un jour ou l’autre des chagrins, cela fait partie de la vie mais rien ne sert de trouver des béquilles pour les cacher, il faut les vivre pour après passer a autre chose
Nuage

 

Chagrin

 

 

« N’essayez pas de noyer vos chagrins : ils savent nager. »

Albert Willemetz

Verre a moitié plein et verre a moitié vide…


Je suis de ceux qui voit le verre a moitié plein, cette histoire reflète bien que la perception que nous faisons donne notre propre réalité .. Notre passé n’a peut-être pas toujours été rose mais c’est a nous-même de voir les changements que nous pouvons faire .. et non mettre la faute de ceci ou cela ou sur la faute d’une tiers personnes
Nuage

 

Verre a moitié plein et verre a moitié vide…

 

Des jumeaux sont séparés de leurs parents, pour des raisons X, à l’âge de 7 ans.Ils ont été placés ensuite dans des familles d’accueil différentes.

Un psychiatre s’ est intéressé à leur histoire, et les a suivis séparément, jusqu’à l’âge adulte.

Vers 25 ans, il demande à l’un d’entre eux :

 » Que faites vous dans la vie ? »

 » Je suis directeur d’une grosse boite d’informatique, je gagne bien ma vie, tout va pour le mieux pour moi ! « 

 » A quoi devez vous cela selon vous ? »

 » C’est grâce à Maman !!! Quand elle nous a quittés, ça m’a donné la rage de vivre et de vouloir m’en sortir !!!

Je me suis battu, j’ai travaillé dur, et voilà le résultat !  »

Le psy demande la même chose à l’autre jumeau :

 » Que faites vous dans la vie ? »

 » Je suis sans emploi et sans domicile fixe. J’ère désoeuvré dans les rues comme un clodo…. »

 » A quoi devez vous cela selon vous ? »

 » C’est à cause de Maman !! Quand elle nous a quittés, je me suis senti abandonné…Je n’avais plus la force de vivre,je n’avais plus goût à la vie… Aujourd’hui je végète, je rumine ma tristesse, je n’ai envie de rien.. »

Auteur inconnu

Le saviez-vous ►Matériel militaire dans toutes les cuisines


Presque tout le monde ont des micro-ondes dans leur cuisine, mais leur début a commencer grâce au radars. Les militaires avaient trouver un moyen pour réchauffer leur café mais le grand changement fut la venue des puces électroniques …
Nuage

 

Matériel militaire dans toutes les cuisines

 

Des ingénieurs se chauffaient les mains (et leur café) en les posant sur les radars sur lesquels ils travaillaient : le four à micro-onde était né …

Histoire


C’est Percy Spencer, lorsqu’il travaillait pour Raytheon à la construction de magnétrons pour les radars, qui eu l’idée d’utiliser les micro-ondes pour cuire les aliments. Un jour de 1946, alors qu’il travaillait sur un dôme, il a remarqué qu’une barre de chocolat qui était dans sa poche avait fondu.

Le premier aliment à avoir été délibérément chauffé par des micro-ondes est du pop-corn, le second est un œuf (qui a explosé au visage d’un des expérimentateurs).

le Radarange

En 1947, 1950, la société Raytheon breveta le procédé de cuisson par micro-ondes puis en 1953 construisit le premier four à micro-ondes qu’elle commercialisa, le Radarange pour 3 500 dollars. Il mesurait 1,80 mètre de haut pour un poids de 340 kilogrammes. Il était refroidi par un système à base d’eau et avait une puissance de 3 kW.

Après avoir racheté la société Amana Refrigeration en 1965, Raytheon s’intéressa aux moyens de transformer le micro-ondes en succès commercial pour le grand public. Pour ces besoins, il fallut investir massivement dans la miniaturisation de l’électronique et des circuits intégrés dans des « puces ». Le four à micro-ondes ne fut un succès public qu’à ce prix, avec le RR-6 Radarange 6, Touchmatic en 1975.

 

Touchmatic

La fabrication en série de puces électroniques pour les appareils ménagers permit ainsi de baisser le coût des puces destinées aux produits militaires conçus par Raytheon.

Sources :
Jf-doucet.com – micro-onde
Wikipedia – micro-ondes

http://fr.spontex.org

La Bolivie irradiante et volcanique


Un voyage virtuel dans un pays ou vous allez être dans un total dépaysement, par les volcans, les étendues de sels, de borax. Des sites naturels qui malgré l’austérité démontre un charme incontestable
Nuage

 

La Bolivie irradiante et volcanique

 

Enclavée entre la cordillère des Andes et l’Altiplano, la Bolivie accueille quelques uns des plus beaux sites naturels du monde. Lunaires et volcaniques, les paysages n’en sont pas moins colorés et lumineux.

Une zone marécageuse située dans le parc de Sajama.

© Alice Aubert

La parole aux lamas

© Alice Aubert

Le plus haut sommet de Bolivie, le volcan Nevado Sajama

© Alice Aubert

Twin peaks en Bolivie

© Alice Aubert

Dans le champs de fumerolles

© Alice Aubert

Iles de borax

© Alice Aubert

Salar d’Uyuni est le plus grand désert de sel du monde

© Alice Aubert

Des tonalités aquatiques

© Alice Aubert

Le Volcan Tunupa se mire depuis ses 5 432 mètres d’altitude dans les étangs du salar d’Uyuni

© Alice Aubert

Le désert de Siloli

© Alice Aubert

Les nuances de couleurs

© Alice Aubert

Petit matin glacial

© Alice Aubert

Lama curieux

http://www.linternaute.com

«Bambi», le dessin animé qui a traumatisé des millions d’enfants


Avez-vous été traumatisé par le film Bambi, surtout quand sa mère est mort sous les balles des chasseurs .. ? Je me souviens qu’à l’école nous avions des films dans la grande salle et Bambi étaient un de ceux-la. Je me souviens du film, de Bambi et ses amis, son père qui étaient presqu’un fantôme mais avait pris soin de lui expliqué les rudiment de survie … mais je ne me souviens pas de mes émotions a cette époque. Est-ce que vous considéré comme un film d’horreur qu’on ne doit pas montré aux enfants ?
Nuage

 

«Bambi», le dessin animé qui a traumatisé des millions d’enfants

 

Bambi, long-métrage d’animation des studios Disney, est sorti en 1942. WALT DISNEY PICTURES

CULTURE – Il y a 70 ans, le 13 août 1942, les spectateurs new-yorkais découvraient pour la première fois le légendaire film de Walt Disney…

 

«Maman…?». Ah… rien que ce mot. Peut-être le plus déchirant de l’histoire du cinéma. Au bout de 40 minutes de film, Bambi le prononce d’une voix chevrotante, inquiet que sa mère ne le suive plus alors qu’ils cherchaient ensemble de quoi se nourrir au milieu de l’hiver. Le «Grand Prince de la Forêt» apparaît alors à travers d’épais flocons de neige, et lui dit:

«Ta mère ne sera plus jamais auprès de toi».

Vous avez pleuré? Nous aussi. Et les spectateurs présents ce 13 août 1942 au célèbre Radio City Music Hall de Manhattan, sans doute autant. Comment Walt Disney a-t-il pu destiner une scène aussi tragique à des millions d’enfants?

Un film d’horreur… 

Le plus célèbre des animateurs, qui signe avec Bambi le cinquième «classique d’animation» des studios Disney, après Blanche-Neige et les sept nains, Pinocchio,Fantasia et Dumbo, déclarera un jour que Bambi, qu’il a adapté du roman de Felix Salten paru en 1923 est son préféré.

«De tous les films que j’ai pu faire, Bambi a été le choix le plus heureux. Je ne vois pas d’histoire ou de sujet qui puisse toucher les gens davantage».

On ne lui fait pas dire.

Déjà à l’époque, les critiques s’insurgent contre la tristesse du scénario, trop dur à encaisser par les enfants. Walt Disney, qui jusqu’ici n’avait réservé la mort qu’aux personnages de sorcières ou de monstres, se défend en expliquant avoir voulu rester fidèle au livre de Felix Salten. Il sera plus franc dans une autre interview, en affirmantq u’il ne lui semblait pas utile de «dédramatiser» de telles histoires pour les enfants, que ce soit en film ou dans la vraie vie.

La fameuse scène a pourtant bien été édulcorée, révèlent Frank Thomas et Ollie Johnston dans Disney Animation, The Illusion of Life. Initialement, la mère de Bambi apparaissait touchée à la tête et s’effondrant sur le flanc. Les images avaient finalement été retirées. Mais suggérée, la mort n’en est pas moins choquante. Bambia même l’honneur de figurer dans le top 25 des films d’horreur établi en 2007 par Richard Corliss, du Time Magazine. Car oui, à 5 ans, quand on croit que ses parents sont éternels, on ne comprend vraiment pas pourquoi la maman de Bambi ne revient pas. Et ça, c’est pire que la scène de la douche dans Psychose. Enfin presque.

… et militant pour la cause animale?

Autres victimes collatérales de Bambi: les chasseurs. Car les méchants, les coupables, ce sont eux. Ils estiment à l’époque être présentés dans le film de manière caricaturale. A tel point qu’ils s’opposent en 1942 à la première mondiale qui devait d’abord avoir lieu dans le Maine, et fut finalement annulée par le gouverneur de l’Etat.

Ils avaient raison de s’inquiéter. Car Bambi a fait naître des vocations de militants pour la cause animale… Parmi eux, Paul McCartney, qui est né l’année de la sortie du film. L’ex-Beatle a confié en 2005 à la presse anglo-saxonne avoir été très marqué par des films comme Bambi et Dumbo.

«Je pense que Bambi m’a fait grandir avec l’idée que la chasse n’est pas quelque chose de bien («isn’t cool», ndlr) et «qu’il ne faut pas être cruel envers les animaux» avait-il dit.

Bambi, une leçon de vie? 

 

Annabelle Laurent

http://www.20minutes.fr

Un chien hérite de toute la fortune de son maître défunt


Un autre animal qui hérite d’une fortune … alors qu’il y a tant d’oeuvres de bienfaisance manquent cruellement de dons .. Donner un certains montant pour qu’une personne puisse subvenir aux besoins du chien est une chose mais une fortune … c’est carrément exagéré
Nuage

 

Un chien hérite de toute la fortune de son maître défunt

 

 

Au Texas (Etats-Unis), un chien nommé « Lucky » a hérité des antiquités de son maître défunt.

Porcelaine fine de Chine, des objets en argent de la meilleure qualité qui soit, des meubles anciens : tous ces splendides objets sont entreposés dans un magasin à Fort Worth et tous, sans exception, appartiennent à Lucky, un chien chanceux !

Un chien devient un riche héritier

Kenneth Bortz, le maître de Lucky, collectionnait tous les trésors qu’il trouvait. Si bien que sa collection aurait pu remplir dix maisons. Mais Kenneth n’avait personne avec qui partager sa fortune, excepté ses chiens dontLucky, le petit dernier.

Tim Connolly, le manager de confiance de Kenneth Bortz, était appelé à hériter de toute sa collection, jusqu’à ce que Kenneth change d’avis et indique le nom de Lucky, son chien, comme unique héritier de sa fortune.

Les parents éloignés de Kenneth ne voulaient pas des collections du défunt. Une vente de succession eut alors lieu pour payer des soins à Lucky.


Kenneth Bortz et son chien Lucky, héritier de ses collections

Lucky, un membre à part entière de la famille

 

« Il y a beaucoup de pièces d’horlogerie et de lampes. Il y a un bon mélange de plein de choses »explique Skipper Dixon, un proche de Kenneth « 

Pour Kenneth, ses chiens étaient essentiellement ses enfants, sa famille ». 

Ainsi, Skipper n’était pas surpris que Kenneth ait tout légué à son chien qu’il considérait comme son fils.

Finalement, cet héritage est surtout l’histoire d’un homme terriblement seul, qui aimait ses chiens plus que son argent.

http://wamiz.com

L’effet domino de l’extinction des espèces démontré scientifiquement


Il semble que ce soit clair que les espèces ont besoin des uns et des autres tout autant que leur environnent. Qui peut encore en douter ? Que ce soit la faune et la flore .. tout s’enchaine ..briser la chaine c’est de mettre en périls plusieurs espèces
Nuage

 

L’effet domino de l’extinction des espèces démontré scientifiquement

 

Une guêpe, plongée dans un pot de miel.

Une guêpe, plongée dans un pot de miel. AFP PHOTO DDP/MICHAEL URBAN GERMANY OUT

BIODIVERSITE – Des chercheurs ont montré que loin d’être en compétition, les prédateurs s’entraident…

 

C’était jusqu’à présent une intuition, c’est désormais une certitude. L’extinction des espèces animales serait un grand jeu de dominos, ont démontré des scientifiques britanniques de l’université d’Exeter. Selon leurs recherches, publiées dans le journalRoyal Society Biology letters, l’extinction d’un carnivore pourrait entraîner la mort de plusieurs autres prédateurs à cause des liens qu’ils peuvent avoir dans la chaîne alimentaire.

Pour aboutir à ces conclusions, les  chercheurs ont élevé deux espèces de guêpes et les deux types de pucerons dont elles se nourrissent respectivement. Dans un premier bocal, ils ont mis une seule espèce de guêpe : elle s’est éteinte au bout de quelques semaines. Dans un second bocal, ils ont mis les deux espèces et elles ont toutes deux prospéré. Pas de compétition donc mais bien plutôt une entraide utile: lorsqu’une seule espèce de guêpe est présente, les pucerons que ces guêpes ne mangent pas se sont multipliés, menaçant la survie de l’autre espèce de pucerons dont elles se nourrissent. Elles ont donc eu moins à manger que les guêpes qui se rendaient mutuellement service en régulant la quantité de proies de chacune.

Les scientifiques en ont conclu que les programmes de préservation d’une seule espèce, comme il en existe aussi bien pour les tigres que pour les baleines, avaient tout faux: ce sont des écosystèmes entiers qu’il faudrait préserver.

Audrey Chauvet

http://www.20minutes.fr/