Un spray cellulaire pour mieux cicatriser


Une belle avancée dans les recherches de la cicatrisation de la peau surtout pour ceux qui avec le temps les varices empire pour devenir des ulcères de la peau. De bons résultats pour le moment semble vouloir évoluer vers ce spray cellulaire
Nuage

 

Un spray cellulaire pour mieux cicatriser

 

VOISIN/PHANIE/phanie

Un spray à base de cellules de peau permet d’accélérer la cicatrisation des ulcères cutanés.

Par  Romy Raffin

Une thérapie en spray contenant des cellules de peau pourrait aider la peau à mieux cicatriser. Un traitement prometteur pour des atteintes cutanées encore délicates à soigner.

Si l’ulcère évoque généralement les «trous dans l’estomac», la peau peut elle aussi s’ulcérer avec des plaies profondes particulièrement difficiles à cicatriser. Pour y remédier, la compagnie américaine Healthpoint Biotherapeutics, spécialisée dans les soins médicaux de la peau, a mis au point un spray composé de cellules cutanées dont les premiers résultats, tout juste publiés dans The Lancet, sont encourageants.

Pendant trois mois, le Dr Robert S. Kirsner et son équipe de l’université de Miami ont testé l’efficacité d’un spray (des kératinocytes et des fibroblastes prélevés sur des prépuces issus de la circoncision de nouveau-nés) auprès de 228 sujets atteints d’ulcères veineux chroniques.L’insuffisance veineuse est une cause majeure de la maladie (70% des cas). À cause d’un mauvais retour veineux, le sang stagne et détériore les tissus alentour qui deviennent plus fragiles, des plaies pouvant se former par simple grattage. La cicatrisation se fait ensuite très difficilement car la circulation n’apporte pas assez d’oxygène ni de molécules nécessaires à la régénération de la peau.

Une partie du traitement consiste donc à relancer la circulation sanguine à l’aide de bandes ou de bas de compression. L’autre enjeu des soins est de favoriser la cicatrisation de la peau, ce que vise justement le spray cellulaire testé dans l’essai. Tous les 7 ou 14 jours selon les groupes, certains participants ont reçu soit un spray actif soit un spray placebo (sans cellules) lors du nettoyage de leurs pansements, leurs bandes ou bas de contention étant replacés ensuite.

Bilan de l’essai: 70% des patients traités ont pu cicatriser grâce aux cellules pulvérisées, contre 46% dans le groupe de comparaison (soigné seulement par compression). La dose la plus faible (0,5 million de cellules par ml), au rythme d’une application toutes les deux semaines, a été la plus efficace avec une réduction de 91% de la taille des plaies (contre 80% dans le groupe sans spray) et un raccourcissement de 21 jours du délai de cicatrisation.

«C’est une étude très intéressante», selon le Dr Anne Dompmartin, dermatologue spécialiste de la cicatrisation au CHU de Caen.

Le fait d’utiliser des cellules fœtales permet une cicatrisation de très bonne qualité, ce qui diminue le risque de rechute, explique le Dr Dompmartin. De plus, la cicatrisation plus rapide diminue les jours d’inconfort pour les patients, qui doivent parfois porter les bas ou bandes de compression 24 heures sur 24 heures. Les dépenses de santé, importantes pour soigner les ulcères de la peau souvent chroniques, pourraient également être réduites.

Encore inconnu, le prix du spray thérapeutique sera lui-même élevé, comme pour toutes les thérapies cellulaires. Mais quel que soit le coût de ce nouveau traitement, le plus important reste le diagnostic et le traitement des pathologies sous-jacentes afin d’empêcher les récidives. Car pour ce type de maladie, la cicatrisation n’est pas synonyme de guérison.

http://sante.lefigaro.fr/

Des asticots pour nettoyer et soigner des plaies


Cela fait plusieurs années que les traitements par des asticots est connu, mais de plus en plus cela gagne en popularité .. Bon, c’est vrai que ce n’est pas trop ragoutant, surtout que c’est vraiment être bouffer vivant, mais d’un autre côté, quand une blessure, une plaie prend du temps a guérir, des moyens naturels seraient sans doute une bonne solution
Nuage

 

 

Des asticots pour nettoyer et soigner des plaies

 ©Shutterstock

Agence QMI

HONOLULU – L’asticothérapie, thérapie où les asticots (larves de mouche) sont utilisés pour nettoyer les plaies chroniques des patients, gagne du terrain dans les établissements hospitaliers, comme en témoigne une étude menée par des chercheurs à Hawaï.

Cette méthode est particulièrement intéressante dans le soin de certaines plaies comme les ulcères de la peau, les escarres (plaies de lit) ou les blessures surinfectées.

Les asticots utilisés proviennent des œufs d’une mouche de l’espèce Lucilia sericta. Ils sont d’abord désinfectés puis placés sur la plaie. Ils aident à supprimer les chairs très abîmées ou infectées, et à obtenir une plaie propre où la cicatrisation sera facilitée. Ils bloquent également le développement de certaines bactéries.

Une étude a été réalisée auprès de 23 patients diabétiques par des chercheurs hawaïens. Les participants présentaient des plaies chroniques à un stade avancé, parfois jusqu’à l’os. Des larves de mouches ont été appliquées sous des pansements pour une durée allant d’un à 60 jours. Sur les 23 patients, 17 ont vu leurs plaies évoluer favorablement, parfois jusqu’à la guérison complète.

Parmi les méthodes de soins inhabituelles, mentionnons aussi l’hirudothérapie, qui consiste à utiliser des sangsues en chirurgie plastique et réparatrice pour drainer les plaies.

Les résultats de cette recherche ont été publiés dans la revue scientifique «Hawaii Medical Journal».

http://sante.canoe.com/