Ces deux chiens se battent contre un cobra pour sauver un bébé


Les chiens savaient que ce serpent était dangereux qu’ils s’étaient livrés au combat au péril de leur vie pour protéger les habitats de la maison. Le serpent, aurait-il pu attaquer le bébé qui dormait sous la surveillance de la gardienne ? Peut-être, les chiens n’ont pas pris de chance. Malheureusement, un des chiens a été mordu mortellement et l’autre, le teckel blanc est devenus aveugles après avoir reçu du poisson dans ses yeux, alors que le cobra est mort.
Nuage


Ces deux chiens se battent contre un cobra pour sauver un bébé



Deux chiens héroïques se sont battus contre un cobra pour l’empêcher de pénétrer dans la chambre où dormait le bébé de leurs maîtres. L’un a succombé à une morsure du reptile, l’autre a perdu la vue mais ils ont eu la peau du serpent.

Alors qu’un cobra mortel venait d’entrer dans la maison familiale où dormait Skye, une fillette d’un an, à Kidapawan, aux Philippines, les deux chiens du foyer se sont livrés à un combat sans merci pour l’empêcher d’attaquer le bébé. Leur bravoure aura bel et bien sauvé la fillette même si, hélas, ils n’en sont pas sortis indemne,

Le combat a été filmé par la caméra de vidéosurveillance de la maison où l’on voit les deux chiens en pleine lutte contre le reptile au poison mortel.

Dans la vidéo, on voit Moxie, le Teckel blanc âgé de 2 ans, qui se jette sur le serpent, puis Miley, 4 ans, qui l’attaque et le mord. Une lutte acharnée qui dure plusieurs minutes avant que les chiens ne finissent par l’emporter bravement, tuant le cobra.

Au moment de l’incident, les parents de Skye étaient au travail et leur fillette faisait la sieste surveillée par une gardienne également présente à l’intérieur de la maison.

Les parents choqués en découvrant la vidéo du combat


« Lorsque nous sommes arrivés, notre assistant nous a raconté ce qui s’est passé et a examiné les caméras. Nous avons été choqués mais aussi si fiers des chiens » confie Jaime Selim, le père de Skye.

Hélas, Miley, mordue par le cobra est décédée des suites de ses blessures. Quant à Moxie, elle a survécu, mais a été aveuglée après avoir reçu du venin empoisonné du serpent en pleine face.

Le père de Skye précise qu’il ne pourra jamais assez remercier ses chiens d’avoir protégé son bébé et que Miley va beaucoup leur manquer. Skye, elle, peut remercier ses anges gardiens poilus de l’avoir protégés envers et contre tout.

https://wamiz.com/

D’étonnantes pieuvres iridescentes filmées aux Philippines


Faire de la plongée et réussir à filmer des pieuvres couvertures de toute beauté, c’est une randonnée marine qui en valait la peine. Les coleurs sont magnifiques.

Nuage


D’étonnantes pieuvres iridescentes filmées aux Philippines


Ce duo de pieuvres couvertures (du genre Tremoctopus) a été filmé de nuit près de l’île de Romblon aux Philippines entre 9 et 22 mètres de profondeur. © Joseph Elayani, YouTube

Céline Deluzarche
Journaliste

Les océans recèlent décidément des créatures étonnantes. Ce couple de pieuvres aux reflets colorés a été capturé en vidéo au large de l’île de Romblon aux Philippines, le 5 avril dernier, par le plongeur Joseph Elayani (la deuxième pieuvre arrive à la fin de la vidéo). Les magnifiques teintes multicolores sont dues aux variations rapides de niveaux de lumière de la caméra haute définition utilisée pour la plongée de nuit, qui transforme les reflets pastel bleus et violets du corps de la pieuvre en tons chatoyants de rouges et oranges vifs.

Cet octopode pélagique appelé Tremoctopus violaceus est aussi surnommé « pieuvre couverture » car il possède une fine membrane entre ses tentacules qu’il déploie en cas de danger pour effrayer les prédateurs. Une des particularités de cette espèce est l’énorme différence de taille entre le mâle et la femelle : le premier n’est pas plus gros qu’une noix (2,5 cm) quand la femelle dépasse les 180 cm et peut peser 40.000 fois plus lourd ! Autre spécificité de cet étrange animal : il est immunisé contre le venin de la physalie (fausse méduse) dont il arrache les filaments pour s’en servir comme moyen de défense. 

Si Tremoctopus violaceus n’est pas spécialement rare (on en trouve dans tous les océans du monde), il est très difficile de l’observer en conditions naturelles.

 « C’est la première fois que deux pieuvres aussi proches sont filmées en même temps », atteste Joseph Elayani auprès de l’agence de presse Caters News.

https://www.futura-sciences.com

La banane, espèce en voie d’extinction


Il existe plus de 1 000 variétés de banane, mais c’est la Cavendish est la plus consommée au monde. Malheureusement, avec les méthodes actuelles, elle serait en danger de disparaître à cause de maladie.
Nuage


La banane, espèce en voie d’extinction

Adieu, jolie Cavendish. | Mike Dorner via Unsplash

Adieu, jolie Cavendish. | Mike Dorner via Unsplash

Repéré par Ines Clivio

Repéré sur HuffPost

Adeptes de la crêpe Nutella-banane, prenez garde. La banane telle que nous la connaissons est sur le point de disparaître et c’est de notre faute.

C’est le premier fruit consommé au monde, et comme il pousse rarement des bananiers dans les campagnes françaises, on l’importe (en masse). Côte d’Ivoire, Équateur, Costa Rica, Inde, Philippines… Ça fait beaucoup de bananes dans le monde. A priori, pas de quoi s’inquiéter. Sauf que toutes ces bananes sont en fait une seule et même banane. Elle s’appelle la Cavendish et si cette variété disparaît, ce sont toutes les bananes de notre consommation qui s’en vont avec elle.

Une seule variété importée

La Cavendish n’est pas la seule banane au monde. En tout, il existe plus de 1.000 variétés. Mais celle qu’on importe dans tous les pays occidentaux, c’est elle –et à l’échelle globale, elle représente tout de même près de la moitié de la production. Qu’elle soit bio ou pas, sa composition génétique ne change pas. Pire, puisqu’elle a trois chromosomes, elle ne peut pas s’adapter génétiquement aux modifications de son environnement telles que les épidémies. Autrement dit, si une banane Cavendish a une maladie, toute l’espèce dans les plantations du monde entier se retrouve menacée. Et c’est précisément ce qui est en train de se passer.

Deux fléaux pèsent sur cette variété. Le premier, la cercosporiose noire, est une maladie provoquée par un champignon, qui réduit les rendements de 30 à 50%. Le deuxième est plus grave: il s’agit d’une mutation d’un champignon qui avait déjà exterminé toutes les bananes de nos grands-parents, les bananes Gros Michel, dans les années 1950. La fusariose, elle, détruit complètement les plants de banane en quelques mois, et empêche de replanter quoi que ce soit pendant des décennies. Pour l’instant cantonnée aux pays asiatiques, il suffit qu’elle atteigne les Caraïbes et l’Amérique latine pour que la Cavendish soit condamnée.

Des épidémies, il y en a toujours eues, la preuve avec la Famine de la pomme de terre en Irlande au XIXe siècle. Néanmoins, celles-ci préoccupent encore plus les agronomes, qui ont constaté que le risque d’infection avait augmenté de 44% depuis les années 1960. En cause: l’augmentation des températures qui forment des conditions d’humidité plus propices au développement du champignon.

Impasse de la banane

L’uniformité des bananes Cavendish a fait son succès: toutes mûrissaient, répondaient aux pesticides, évoluaient de la même façon. C’est maintenant dans sa diversité génétique que réside la rédemption de la banane.

Une des solutions ne fait pas l’unanimité. Si les outils actuels du génie génétique sont suffisamment puissants pour déceler quel gène est affecté par l’une ou l’autre des maladies et par quoi le remplacer, qui veut d’une super-banane transgénique? Il y a bien sûr des techniques de plus en plus développées, en particulier l’édition du génome (ou CRISPR) qui introduit de nouveaux caractères végétaux en réécrivant directement le code génétique des plantes. Mais le débat d’opinion fait obstacle.

La culture étagée (plusieurs cultures en même temps) couplée à une rotation des cultures (plusieurs culture qui se suivent) pourrait aussi améliorer la résistance des bananes à plus long terme que les OGM.

Pour être sauvée, la banane devra dans tous les cas sortir d’une monoculture intensive. Et pour cela, il nous faudra accepter qu’un fruit qui vient de l’autre côté de la planète coûte un peu plus d’un euro le kilo.

http://www.slate.fr/

Les ragots sont inter­dits par la loi dans cette ville des Philip­pines


Dans une ville des Philippines, il faut y penser deux fois avant de lancer des rumeurs sans fondement. Si une personne est prise sur le fait, elle paie une amende de 500 pesos (35 $ canadiens) et un travail dans la communauté. Il parait qu’après une infraction, il n’a pas eu de récidiviste. Imaginer Donald Trump (ou tout homme  politique ) !!! Il renflouerait les caisses de la ville à lui seul.
Nuage

 

Les ragots sont inter­dits par la loi dans cette ville des Philip­pines

 

Crédits : Dee

par  Nicolas Prouillac

Dans la ville de Bina­lo­nan, à envi­ron trois heures au nord de Manille, il est désor­mais inter­dit par la loi de faire circu­ler des rumeurs, rappor­tait le Wall Street Jour­nal le 25 avril dernier. Les habi­tants de cette petite loca­lité des Philip­pines risquent de payer une amende s’ils font courir des bruits dans un lieu public.

Dans le quar­tier de Moreno, où la loi est entrée en vigueur dès 2017, les délinquants pris sur le fait ont écopé d’une amende de 500 pesos et d’un après-midi de TIG, qu’ils ont passé à collec­ter des détri­tus dans les rues de la ville.

« Nous n’avons pas eu de réci­di­viste », se féli­cite le président du conseil muni­ci­pal Jove­lyn Manaois. « Personne ne veut passer pour une commère. »

Cette mesure radi­cale a été mise en place par le maire Ramon Guico III afin d’aug­men­ter la produc­ti­vité des habi­tants de la ville. À première vue, l’idée est contre-intui­tive, mais Guico s’ap­puie sur une théo­rie qu’il juge impa­rable. D’après lui, les gens se laissent aller à parta­ger des ragots (ou chis­mis, comme on dit aux Philip­pines) durant l’été, quand les tempé­ra­tures atteignent des cimes cani­cu­laires. Ils se réunissent alors à l’ombre et discutent de tout et de rien, et parfois disent n’im­porte quoi.

« Quelle perte de temps », a confié Manaois au WSJ. « On s’ima­gine pour­tant que les gens ont mieux à faire. »

Et par mieux à faire, il veut dire travailler. Le maire insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas d’en­tra­ver la liberté d’ex­pres­sion des habi­tants, mais bien d’em­pê­cher que des conflits naissent autour d’his­toires d’argent, de rela­tions ou de proprié­tés sur la base de fausses rumeurs.

https://www.ulyces.co/

Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines


Homo luzonensis, sont des ossements humains trouver dans une grotte aux Philippines Il n’est pas un ancêtre direct de nous, mais il serait une espèce voisine, de l’Homo sapiens, Deux des fossiles analysés et serait âgés respectivement de 50 000 ans et de 67 000 ans
Nuage

 

Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines

 

PASCALE MOLLARD-CHENEBENOIT
Agence France-Presse
Paris

La famille s’agrandit : des chercheurs ont annoncé mercredi avoir découvert une nouvelle espèce humaine aux caractères morphologiques singuliers, qui vivait sur l’île de Luçon, aux Philippines, il y a plus de 50 000 ans.

L’analyse de 13 fossiles (dents, phalanges de pied et de main, fragments de fémur) trouvés dans la grotte de Callao, et appartenant à au moins trois individus dont un enfant, ont conduit ces scientifiques à considérer qu’il s’agissait d’une nouvelle espèce, qu’ils ont nommée Homo luzonensis.

Elle présente à la fois «des éléments ou caractères très primitifs ressemblant à ceux des Australopithèques et d’autres, modernes, proches de ceux des Homo sapiens», explique Florent Detroit, paléoanthropologue au musée de l’Homme à Paris et principal auteur de l’étude parue dans la revue Nature.

Cela en fait une espèce «mosaïque», dit-il.

Cet Homo luzonensis «était probablement petit si on en juge par la taille de ses dents» mais «ce n’est pas un argument suffisant» pour l’affirmer, indique le chercheur.

Homo luzonensis, qui n’est pas un ancêtre direct de l’homme moderne, serait une espèce voisine, contemporaine d’Homo sapiens, mais avec un certain nombre de caractères primitifs. Deux des fossiles analysés ont été datés directement par la méthode des séries de l’uranium et sont âgés respectivement de 50 000 ans et de 67 000 ans.Il s’agit des plus anciens restes humains connus aux Philippines, précédant les premiers Homo sapiens datés de 30 000 à 40 000 ans, mis au jour sur l’île de Palawan, au sud-ouest de l’archipel.

Débats en vue

Leur analyse morphologique a réservé bien des surprises. 

D’abord au niveau des dents : les prémolaires d’Homo luzonensis présentent des ressemblances avec celles des Australopithèques (des hominines d’Afrique disparus il y 2 millions d’années) et d’autre espèces anciennes du genre Homo comme Homo habilis ou Homo erectus. Entre autres, ces dents ont deux ou trois racines alors que celles d’Homo sapiens en ont généralement une, parfois deux, soulignent les chercheurs.

Des dents d’Homo luzonensis.

REUTERS

En revanche, les molaires sont très petites et leur morphologie très simple ressemble à celle des hommes modernes.

«Un individu possédant ces caractéristiques combinées ne peut être classé dans aucune des espèces connues aujourd’hui», relève Florent Detroit.

Les os du pied aussi sont très surprenants : la phalange proximale présente une courbure très marquée et des insertions très développées pour les muscles assurant la flexion du pied. Cela ne ressemble pas à une phalange d’Homo sapiens mais à celle d’un Australopithèque, hominine qui était probablement à la fois bipède et arboricole.

«Nous ne disons pas du tout que Homo luzonensis vivait dans les arbres car l’évolution du genre Homo montre que ce genre est caractérisé par une stricte bipédie depuis 2 millions d’années», souligne Florent Detroit.

La «réapparition» de caractéristiques primitives chez Homo luzonensis s’explique peut-être par l’endémisme insulaire, selon lui.

Pendant le Quaternaire, l’île de Luçon n’a jamais été accessible à pied sec. Si des hominines se trouvaient là, il faut qu’ils aient trouvé un moyen de traverser la mer.

Aux yeux du chercheur, les résultats de l’étude «montrent très clairement que l’évolution de l’espèce humaine n’est pas linéaire». «Elle est plus complexe qu’on ne le pensait jusqu’à récemment».

Il s’agit d’«une découverte remarquable» qui «va sans aucun doute susciter beaucoup de débats scientifiques», estime Matthew Tocheri de l’Université Lakehead, en Ontario, dans un commentaire publié dans Nature.

Florent Detroit s’attend à ce que certains collègues «s’interrogent sur la légitimité à décrire une nouvelle espèce à partir d’un si petit assemblage de fossiles».

À ses yeux, «ce n’est pas grave de créer une nouvelle espèce». Cela permet d’attirer l’attention sur ces fossiles qui semblent «différents». «Si dans le futur, des collègues montrent que l’on s’est trompé et que ces restes correspondent à une espèce que l’on connaissait déjà, tant pis, ce n’est pas grave, on oubliera»…

 

https://www.lapresse.ca/

40 kg de plastique retrouvés dans l’estomac d’une baleine morte


Ce n’est pas la première fois que des autopsie révèlent une triste réalité sur la mort des animaux marins dus aux déchets de plastiques. Aux Philippines, une baleine de plus de 4 mètres s’est échouée, les autorités ont pourtant essayé de la remettre en mer, mais peine perdue. Elle est morte de faim et pourtant son estomac était plein d’une quarantaine de kg de plastique divers tels que des sacs de courses et des emballages de riz.
Nuage

 

40 kg de plastique retrouvés dans l’estomac d’une baleine morte

 

– VIA GETTY IMAGES

Le mammifère a agonisé pendant deux jours, malgré les efforts des autorités locales, aidés par des pêcheurs, pour la renflouer.

Une baleine est morte de faim avec 40 kilogrammes de déchets en plastique dans l’estomac après s’être échouée aux Philippines, ont annoncé lundi les autorités, les écologistes dénonçant l’un des pires cas du genre survenu ces dernières années.

Les défenseurs de l’environnement accusent l’archipel d’être l’un des plus grands pollueurs des mers en raison de l’usage généralisé de produits en plastique jetables.

Ce type de pollution, également prégnante dans d’autres pays du Sud-Est asiatique, est responsable de la mort régulière de baleines, tortues et autres espèces sauvages.

Dans le dernier cas en date, une baleine à bec de Cuvier est morte samedi dans la province méridionale du Val de Compostelle où elle s’était échouée le jour précédent, selon le bureau régional des pêches et des ressources aquatiques.

Le bureau des pêches, ainsi qu’un musée, le D’Bone Collector Museum, ont autopsié l’animal et découvert dans son estomac une quarantaine de kg de plastiques divers, dont des sacs de courses et des emballages de riz.

La baleine est morte de faim faute de pouvoir s’alimenter, son estomac étant rempli, a déclaré Darrell Blatchley, directeur du musée.

« C’est dégoûtant, cela brise le coeur », a-t-il déclaré à l’AFP. « Nous avons mené des autopsies sur 61 dauphins et baleines ces dix dernières années et c’est l’une des masses les plus importantes (de plastique) qu’on ait trouvées ».

Le cétacé de 4,7 mètres s’est échoué vendredi dans la localité de Mabini. Les autorités locales aidées de pêcheurs ont tenté de la renflouer mais la baleine est revenue sur le rivage.

« Elle était incapable de nager toute seule. Elle était émaciée et faible », a déclaré à l’AFP Fatma Idris, directrice du bureau régional des pêches. « L’animal était déshydraté. Le second jour, elle luttait et vomissait du sang ».

Voici quelques semaines, la Global Alliance for Incinerator Alternative, un regroupement d’associations et d’ONG qui combattent l’incinération des déchets, a publié un rapport sur les quantités « choquantes » d’objets en plastique à usage unique aux Philippines, dont près de 60 millions de sacs par an.

La législation sur les déchets est stricte aux Philippines mais les écologistes disent qu’elle n’est guère appliquée.

Fin 2018, un cachalot a été retrouvé mort en Indonésie avec près de six kg de déchets en plastique dans l’estomac, dont 115 verres.

La même année, une baleine est morte en Thaïlande après avoir avalé plus de 80 sacs en plastique. Quelques jours après, une grosse tortue verte subissait le même sort.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Aux Philippines, des enfants nés du tourisme sexuel cherchent leur père


Le tourisme sexuel a des conséquences désastreuses. On parle d’au moins 500 000 femmes qui vendent leur corps aux Philippines. On offre des forfaits d’une femme pendant quelques jours, dans un pays ou l’avortement est illégal et les contraceptions illégales. C’est de l’irresponsabilité de ces hommes qui profitent de la précarité des femmes qui essaient de survivre. Malheureusement, des enfants issus de ce tourisme sexuel subissent de la discrimination et peine a vivre parmi la population. Ils aimeraient comme n’importe quel enfant trouver leur père. Comment des hommes peuvent agir ainsi sans se préoccuper des répercussions de leurs actes. Ce ne sont pas les enfants qui sont bâtards, mais leur père.
Nuage

 

Aux Philippines, des enfants nés du tourisme sexuel cherchent leur père

 

Des centaines d'enfants de la ville d'Angeles grandissent sans père. | Danh Vo via Unsplash

Des centaines d’enfants de la ville d’Angeles grandissent sans père. | Danh Vo via Unsplash

Repéré par Audrey Renault

Abandonnés par des hommes venus s’adonner au sexe tarifé, de nombreux enfants philippins sont aujourd’hui en pleine quête d’identité.

Repéré sur The Guardian

«Qui es-tu? Où es-tu? T’arrive-t-il de penser à moi?» Voici ce qu’aimerait demander Brigette, 10 ans, à son père. Un père anglais, prénommé Matthew, qu’elle ne rencontrera sans doute jamais. Brigette fait partie de ces enfants issus du tourisme sexuel, fléau des Philippines où l’on estime à 500.000 le nombre de femmes vendant leur corps.

À Angeles, ville du nord-ouest du pays, Brigette est loin d’être la seule à ne pas connaître son père. Comme elle, des centaines d’autres enfants ont été abandonnés par des hommes venus acheter les faveurs de femmes en situation de précarité extrême, tombées enceintes à la suite de ces rapports tarifés. La spécialité de la région? The girlfriend experience, une transaction où le client paye pour des jours voire des semaines en compagnie d’une jeune femme. En résultent de nombreuses grossesses non désirées dans ce pays à forte tradition catholique où l’avortement est interdit et les moyens de contraception quasi-inexistants.

Abandon et discrimination: la double peine

Pour les enfants nés du tourisme sexuel, à la douleur de l’abandon s’ajoute celle de la discrimination. Nés de pères américains, européens, japonais, australiens, coréens ou encore russes, leurs visages sont souvent très éloignés du faciès traditionnel philippin. Considérés comme des «bâtards» et marginalisés en raison de la profession taboue de leurs mères, ces enfants peinent à trouver leur place dans la sphère publique et grandissent sans repères.

Des destins brisés qu’illustraient en 2014 les photographes suisses Stéphanie Borcard et Nicolas Métraux dans une série intitulée Dad is gone.

«Les enfants font face à du harcèlement à l’école et doivent grandir sans père. Certains idéalisent ce père absent et postent des vidéos sur YouTube pour le retrouver. Cependant, la plupart du temps, ils ne disposent pas d’informations assez fiables pour les identifier», expliquaient les photographes selon lesquels, en cas de test ADN authentifié, un homme est tenu légalement de verser 10.000 pesos philippins (environ 170 euros) chaque mois à la mère de l’enfant jusqu’au 18 ans de ce dernier.

Dans les faits, rares sont les hommes qui acceptent un test ADN, préférant nier toute paternité et laisser à la charge des femmes la responsabilité financière et éducative de leur enfant.

http://www.slate.fr/