La guerre


Nous sommes loin des guerres a coup d’épée, l’homme a toujours perfectionné ses armes pour détruire et soumettre le pays a conquérir .. et ce si  des victimes innocentes, l’environnement, les animaux subissent les contrecoups .. pendant que ceux qui les diriges donnent les ordres tout en restant a l’abri
Nuage

 

La guerre

 

« La guerre est beaucoup plus qu’agression et conquête, c’est une  suspension des contrôles de « civilisation », un déchaînement ubrique des forces de destruction.  »

Edgar Morin

Lorsque les nuages obscurcissent l’étoile


La façon que l’on perçoit les évènements donnera le ton sur les conséquences sur notre vie .. Il se peut qu’un pour un certain moment le ciel s’obscurcit mais pour quelqu’un qui a un tempérament positif finira par entrevoir les étoiles dans le firmament
Nuage

 

Lorsque les nuages obscurcissent l’étoile

 

Notre vision de la vie a le pouvoir de colorer  les situations que nous vivons. Pour les uns, les couleurs seront éclatantes, pour les autres, plus assourdies…Notre optimisme aura le don de nous orienter vers le chemin de la réussite, alors que le pessimisme influencera nos propos, nos pensées dans des doutes…Il est d’humeur grave.
 
L’idéal étant de se faire confiance tout en ayant conscience des difficultés à venir. Notre libre-arbitre nous laisse choisir notre attitude, influençant notre destinée.
 
La perception que nous avons de notre environnement va influer sur notre façon de le vivre.
 
-Quelle réalité donnez-vous aux évènements?
 
-Vous laissez-vous plutôt anéantir par ce qui vous arrive? Ou y voyez-vous plutôt une opportunité? Un apprentissage?
 
 
Nous ne sommes pas toujours maîtres de ce qui nous arrive, mais nous sommes responsables de notre perception. Rien n’est insurmontable tant que l’on croit en soi, que l’on se donne les moyens.
 
La vie recèle cette énergie fabuleuse de renaître de ses cendres. Je reste toujours éblouie, lorsque surgissent les premières pousses végétales dans un désert brûlé par un feu de forêt.
 
Nous avons tous en nous cette étincelle de vie: certains l’attiseront, d’autres l’étoufferont.
 
C’est seulement l’amour de nous qui fera cette différence.
 
Nous sommes des étoiles brillantes et lumineuses. Et s’il nous vient l’envie d’en douter, si vous ne voyez pas la votre, c’est qu’un nuage l’obscurcit…

Auteur inconnu

Le saviez-vous ► Expression : Un temps de chien


Pauvre chien, il fut un temps qu’il n’était vraiment pas considéré si on s’arrête sur toutes les expressions face a cet animal qui pourtant on dit le meilleur ami de l’homme .. Heureusement, malgré que ces expressions sont encore très utilisé .. il y a une bonne considération entre le chien et son maitre
Nuage

 

 Un temps de chien 

Un très mauvais temps.

« de chien » est un qualificatif désignant un excès, comme dans « une humeur de chien », « un mal de chien » ou « une vie de chien », par exemple.

Il part de l’idée que le chien est une sale bête, un animal méchant et méprisable.


Certains musulmans se servaient et se servent toujours de l’injure « chien de chrétien » (ou « chien de roumi » autrefois) pour désigner un occidental ; Voltaire, entre autres, la cite au XVIIIe siècle.

En Palestine, au Ier siècle, l’expression « chien de païen » était couramment utilisée, paraît-il.

Et dans l’Evangile selon Matthieu, il est écrit que Jésus a dit : « Ne donnez pas les choses saintes aux chiens » et « Il n’est pas juste de prendre le pain des enfants et de le jeter aux chiens ».

Autant dire que selon les endroits et les périodes, le joyeux aboyeur et tartineur de trottoirs n’était et n’est pas vraiment bien considéré.

Sans que ce soit une certitude, il est possible que les expressions avec « de chien » viennent d’une inversion de celles avec « chien de » ou « chienne de ».

On dit aussi en effet « chienne de vie » ou « chien de pays », par exemple. Mme de Sévigné, Molière ou Voltaire, encore, utilisaient souvent ces expressions.

Et les autres formes où cette pauvre bête est mal traitée abondent : « prendre quelqu’un pour un chien », « se faire traiter comme un chien », « être chien avec quelqu’un »…

Vu la haute considération portée au meilleur ami de l’homme dans ces locutions, on peut se dire que les conditions météorologiques qui permettent de dire « il fait un temps à ne pas laisser un chien dehors » doivent vraiment être plus qu’exécrables.

http://www.expressio.fr

Le Jura et ses saisons


Reste t’il des coin de ce monde connu qui semble intact. La Jura est un beau coin que la nature resplendi a travers les saisons et un photographes par son talent a su mettre en valeurs cette nature simple et magnifique
Nuage

 

Le Jura et ses saisons

 

« Jura, terre d’audace » rassemble les plus belles photos de nature de cette région, prises par Jean-Baptiste Mérillot, photographe natif du Jura. Bravant tous les temps et patientant de longues heures pour saisir la vie animale sur le vif et les lumières qui sublimeront les paysages,

il dévoile ici un livre poétique et très agréable à regarder grâce à une mise en page sublime et très soignée.

© Jean-Baptiste Mérillot

La parcours de la chenille

© Jean-Baptiste Mérillot

Soleil hésitant en hiver

© Jean-Baptiste Mérillot

En suivant le lynx à pas feutrés

© Jean-Baptiste Mérillot

La transparence du gazé

© Jean-Baptiste Mérillot

L’eau figée de la rivière

© Jean-Baptiste Mérillot

Petite gourmandise

© Jean-Baptiste Mérillot

Au fond de la vallée

© Jean-Baptiste Mérillot

Somptueuse cascade

© Jean-Baptiste Mérillot

Le vert pâturage de la coccinelle

© Jean-Baptiste Mérillot

Source de vie

© Jean-Baptiste Mérillot

L’élégance du grand cormoran

© Jean-Baptiste Mérillot

L’aigrette garzette à l’heure du déjeuner

© Jean-Baptiste Mérillot

En cachette des cerfs

© Jean-Baptiste Mérillot

Lac gelé

© Jean-Baptiste Mérillot

Etendue glacée

© Jean-Baptiste Mérillot

Promenade en famille

© Jean-Baptiste Mérillot

http://www.linternaute.com

Les gibbons, divas de la jungle


Être un chanteur professionnel demande de l’étude et beaucoup de pratique pour arriver a un haut niveau .. Alors que dans la forêt dense en Asie, une espèce de singe est capable d’en fait autant et ce sans se pratiquer a faire des vocalises
Nuage

 

Les gibbons, divas de la jungle

 

Un gibbon à mains blanches

Un gibbon à mains blanches  Photo :  iStockphoto

Les gibbons recourent à la même technique que les chanteurs sopranos pour faire entendre leur voix à travers les forêts du sud-est de l’Asie, selon les conclusions d’une étude japonaise.

Des scientifiques ont étudié les effets de l’hélium sur ces primates pour observer comment leurs chants variaient quand leur voix était anormalement haut perchée.

L’équipe de Takeshi Nishimura, de l’Institut de recherches sur les primates de l’Université de Kyoto, a enregistré 20 appels d’un gibbon à mains blanches en captivité et 37 autres dans une atmosphère enrichie en hélium (rendant plus aiguës les fréquences de résonnance) pour montrer comment l’animal pouvait délibérément manipuler ses cordes vocales et son appareil vocal.

L’expérience a montré que, comme de véritables chanteurs professionnels, les gibbons étaient capables d’amplifier les sons les plus aigus en ajustant leur appareil vocal, bouche et langue comprises.

Une telle capacité de contrôler l’appareil vocal n’était connue que chez les humains.

Peu de gens maîtrisent cette technique, mais ces singes y parviennent avec un minimum d’efforts, selon Takeshi Nishimura.

Le chant est extrêmement important pour les gibbons, qui communiquent ainsi à travers une végétation dense. La portée de leurs échanges, décrits par les primatologues comme des « duos », peut atteindre deux kilomètres.

« Nos données indiquent que les mécanismes acoustiques et physiologiques utilisés par les gibbons pour chanter sont similaires à ceux utilisés par les sopranos, une technique lyrique professionnelle », écrivent Takeshi Nishimura et ses collègues dans un article publié jeudi dans l’American Journal of Physical Anthropology.

La capacité des sopranos à ajuster avec précision la résonance de leur système vocal leur permet de maintenir le volume de leur chant quand ils atteignent les notes les plus hautes. Le fait que les gibbons soient capables de faire de même laisse à penser que la complexité du langage humain n’a pas nécessité de modifications spécifiques de l’anatomie de notre appareil vocal au cours de l’évolution.

http://www.radio-canada.ca

Saisie de 16 000 hippocampes séchés


Une espèce protégée qui subissent des pêches excessives pour ses prétendues qualités médicinales .. Les l’hippocampes sont vendue au noir a gros pris pour être réduit en poudre. Quel triste sort pour ces magnifiques cheval de mer
Nuage

 

Saisie de 16 000 hippocampes séchés

 

Saisie de 16 000 hippocampes séchés

Photo: AFP/Archives

Plus de 16 000 hippocampes déshydratés voués à l’exportation illégale vers l’Asie ont été saisis jeudi à Lima, a annoncé la police écologique péruvienne.

 

«Nous sommes parvenus à saisir (…) 16.280 hippocampes qui devaient être commercialisées illégalement sur le continent asiatique», a déclaré à l’AFP le colonel Victor Fernandez, de la police écologique.

La cargaison, pesant au total environ 163 kilos, a été retrouvée dans trois caisses lors d’une opération policière dans le quartier liménien de San Miguel, proche de l’aéroport international de la capitale péruvienne.

En Asie, notamment en Chine, Corée et Japon, ce petit animal marin protégé par la Convention sur le commerce international des espèces sauvages (CITES) est recherché pour ses prétendues qualités médicinales (contre la calvitie notamment) ou aphrodisiaques. La poudre obtenue à partir de l’animal s’y revend à environ 6 000 dollars le kilo, a encore précisé M. Fernandez.

La pêche à l’hippocampe est totalement interdite au Pérou depuis 2004. La pêche d’espèces marines protégées y est passible de deux à cinq ans de prison.

Sur l’ensemble de l’année 2011, un total de deux tonnes d’hippocampes vouées à l’exportation ont été saisies par les autorités péruviennes.

http://fr.canoe.ca

Le cerveau des femmes plus sensible à la migraine


Les migraines ne se manifeste pas de la même façon chez les femmes et chez les hommes .. Il est sur qu’évidemment la différence physique entre un homme et une femme il y a aussi une différence biologique dont le cerveau, ne fonctionne pas tout a fait de la même manière .. Donc un traitement différent pour ceux ou celles qui ont des maux de tête
Nuage

 

Le cerveau des femmes plus sensible à la migraine

TTM11A09_275.jpg/Photo12-TetraImages

La douleur liée à la migraine est très caractéristique, ne touchant que la moitié de la tête.

Par  damien Mascret

L’imagerie médicale montre pour la première fois que la perception du mal est différente chez les deux sexes.

Les femmes ont plus souvent des migraines que les hommes et elles en souffrent davantage. Un mystère souvent mis sur le compte des hormones féminines, d’autant qu’il existe des crises déclenchées par les variations du cycle menstruel. Pourtant, des chercheurs américains viennent de trouver une autre explication à cette inégalité des sexes devant la maladie: et si les femmes étaient plus à l’écoute de leurs sensations que les hommes?

C’est la première fois que l’on mesure, grâce aux techniques modernes d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, des différences de structures, mais aussi de fonctionnement du cerveau des femmes migraineux par rapport à celui des hommes et des femmes non migraineuses. De façon imagée, si le cerveau était une maison, cela signifierait que non seulement l’architecture est différente mais que, de plus, l’installation électrique l’est aussi.

Car d’un point de vue neurobiolo­gique, les femmes migraineuses vivent différemment les informations douloureuses reçues par leur cerveau.

«Le circuit des émotions déplaisantes liées à la douleur est plus intensément impliqué chez les femmes que chez les hommes», résument le Pr Nasim Maleki et ses collègues de Harvard, auteurs de l’étude publiée dans le numéro d’août de la revue internationale Brain.

Plus curieux encore, le circuit de récompense du cerveau des hommes migraineux est stimulé en cas de douleur alors qu’il reste muet chez les femmes. «Nous n’avons pas encore d’explication à cela», reconnaît la chercheuse.

Une maladie banale

Pour une même douleur, les hommes migraineux sont donc moins gênés que les femmes. Dès lors, peut-on parler d’une sensibilité générale plus grande à toutes les douleurs chez les femmes souffrant de migraines?

«On peut le supposer car, chez elles, le système de gestion des émotions est plus réactif», explique au ­Figaro le Pr Maleki.

La migraine est une maladie banale, très répandue puisqu’elle touche régulièrement environ 5 millions de femmes et 3 millions d’hommes en France. La douleur est très caractéristique, ne touchant que la moitié de la tête. Elle s’intensifie lorsque l’on fait des efforts et donne l’impression de suivre le rythme des battements cardiaques (douleur pulsative). Elle s’accompagne généralement de sensations de nausées ou de vomissements, ainsi que d’une difficulté à supporter les bruits ou la lumière. L’évolution se fait par crises (de quelques heures à plusieurs jours) avec des périodes de rémission entre deux ­crises.

Au niveau du cerveau, une crise est déclenchée par l’activation anormale d’un nerf, le trijumeau, qui, en libérant des neuropeptides autour des vaisseaux, provoque cette douleur typique. Certains migraineux sont d’ailleurs capables de repérer ce qui, dans leur cas, déclenche cette activation: un aliment, une boisson, le stress, le manque de sommeil…

La découverte de l’équipe de ­Harvard n’est pas centrée sur le point de départ de la crise ni sur l’apparition de la douleur, mais sur la façon dont l’information douloureuse est traitée par le cerveau.

«Étant donné la façon dont la migraine se manifeste chez les hommes et chez les femmes, et son évolution entre l’enfance et l’âge adulte, je pense qu’il s’agit d’une maladie différente et qui n’implique pas les mêmes circuits cérébraux selon le sexe», estime le Pr Maleki.

Les médecins avaient déjà l’habitude de faire du «sur-mesure» pour traiter la migraine, ils pourraient bientôt adopter des stratégies différentes pour les hommes et pour les femmes.

http://sante.lefigaro.fr