Piqûres nocives


On sait que le virus du Nil Occidentale et la maladie de Lyme sont transmises par des insectes infectés qui sont présent au Québec, mais il y a d’autres virus qu’on n’entend pas vraiment parler, pourtant ils sont bien présent sur le territoire québécois, certains n’ont pas de traitement, mais le corps peut lutter généralement contre l’infection, d’autres des traitements existent
Nuage

 

Piqûres nocives

 

Le virus du Nil occidental et la maladie de Lyme ne sont pas les seules... (PHOTO ARCHIVES AP)

PHOTO ARCHIVES AP

 

CATHERINE HANDFIELD
La Presse

Le virus du Nil occidental et la maladie de Lyme ne sont pas les seules maladies transmises par des insectes au Québec. Cet été, le Laboratoire de santé publique du Québec tâche de mieux cerner l’incidence des virus du sérogroupe de Californie dans la province. Ces virus transmis par des moustiques sont très répandus, mais très rarement symptomatiques.

Explications.

Des maladies transmises par des insectes au Québec Quelles maladies peuvent transmettre les insectes au Québec? Voici les plus souvent citées. Certaines sont répandues, d’autres, rarissimes.

Virus du Nil occidental Nombre de cas au Québec en 2016: 30, dont 2 morts

Transmission: Piqûre de moustique porteur du virus

Symptômes: Identifié pour la première fois au Québec en 2002, le virus du Nil occidental est asymptomatique chez quatre personnes sur cinq. Les autres peuvent présenter ce qu’on appelle la fièvre du Nil: de la fièvre, des maux de tête, des myalgies et parfois des éruptions cutanées. Moins de 1 % développe une forme sévère de la maladie avec atteinte neurologique (encéphalite, méningite ou paralysie flasque aiguë).

Traitement: Il n’y en a pas. La vaste majorité guérit sans traitement.

Virus de Jamestown Canyon et de Snowshoe Hare Nombre de cas au Québec en 2016: 23 (15 pour le virus de Jamestown Canyon, 8 pour celui de Snowshoe Hare), dont 5 cas d’encéphalite

Transmission: Piqûre de moustiques porteurs des virus

Symptômes: Même si la très grande majorité des gens affectés n’auront aucun symptôme, certains vont présenter un tableau clinique semblable à celui du virus du Nil occidental: fièvre, frisson, maux de tête, raideurs… Dans de rares cas, ces virus peuvent causer des encéphalites et des méningites.

Traitement: Il n’y a pas de traitement ni de vaccin spécifique. Dans la très vaste majorité des cas, le corps combat le virus par lui-même.

Maladie de Lyme Nombre de cas au Québec en 2016: 179

Transmission: Morsure de tique Ixodes scapularis porteuse de la bactérie Borrelia bugdorferi. Si la tique reste accrochée moins de 24 heures, le risque de transmission est faible.

Symptômes: Dans 70 à 80 % des cas, les gens présentent une rougeur de la peau qui dépasse 5 cm après quelques jours, généralement à l’endroit de la piqûre. D’autres symptômes comme de la fièvre, de la fatigue, des maux de tête, une raideur à la nuque et des douleurs musculaires et articulaires peuvent s’ajouter. Non traitée, la maladie peut causer des lésions articulaires, cardiaques et neurologiques dans les semaines, voire les années qui suivent l’infection.

Traitement: La maladie se soigne avec des antibiotiques.

Anaplasmose et babésiose Nombre de cas au Québec en 2016: Aucun. À peine une douzaine de cas de ces deux maladies combinées ont été recensés au Québec entre 2006 et 2015.

Transmission: Morsure de tique porteuse de la bactérie Anaplasma phagocytophilum(anaplasmose) ou Babesia microti (babésiose)

Symptômes: S’il existe quelques différences de symptômes entre les deux, l’anaplasmose et la babésiose peuvent toutes deux provoquer de la fièvre, des frissons et des maux de tête, notamment. Chez les personnes en âge avancé ou dont le système immunitaire fonctionne mal, elles peuvent générer des complications, voire être mortelles (de 2 à 5 % pour l’anaplasmose et moins de 1 % pour la babésiose).

Traitement: Ces maladies se traitent avec des antibiotiques.

Encéphalite de Powassan Nombre de cas au Québec en 2016: Aucun. Seulement 7 cas ont été recensés au Québec entre 1990 et 2009.

Transmission: Morsure de la tique porteuse du virus de l’encéphalite de Powassan

Symptômes: S’il existe des cas bénins et asymptomatiques, l’encéphalite de Powassan peut provoquer des maux de tête fébriles et de l’inflammation des parties du cerveau, de la moelle épinière et des méninges. Parmi les virus transmis par des insectes, c’est celui dont le taux de mortalité est le plus élevé (de 5 % à 15 % de mortalité, séquelles dans 50 % des cas).

Traitement: Il n’existe pas de traitement particulier.

Et le Zika? Comme les conditions climatiques du Québec ne sont pas favorables pour eux, les deux principaux vecteurs du virus Zika, les moustiques Aedes aegypti et A. albopictus, ne sont pas présents au Québec. Des cas de Québécois ayant contracté la maladie ailleurs dans le monde ont toutefois été signalés.

______________________________________________

Sources: Institut national de santé publique du Québec, ministère de la Santé et des Services sociaux, Direction de santé publique de la Montérégie et Direction de santé publique des Laurentides.

La tique met 24 heures pour transmettre la... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE) - image 2.0

La tique met 24 heures pour transmettre la maladie de Lyme à l’humain.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Courantes, mais… asymptomatique s«Excessivement répandus»

«Jamestown Canyon» et «Snowshoe Hare». Ces deux termes ne vous disent probablement absolument rien. Pourtant, ces deux virus (qui font partie du sérogroupe de Californie) sont «excessivement répandus» au Québec, indique le Dr Jean Longtin, directeur médical au Laboratoire de santé publique du Québec. Selon les enquêtes sérologiques menées au Canada et aux États-Unis, pas moins du quart de la population aurait déjà contracté un virus du sérogroupe de Californie. Des moustiques communs et présents partout en Amérique du Nord et à la grandeur du territoire québécois en sont porteurs.

«C’est très fréquent. La raison pour laquelle on ne s’en rend pas compte, c’est que la très, très grande majorité des expositions à ces virus-là entraînent des affections asymptomatiques.»

1/100

Entre 1 personne sur 100 et 1 personne sur 1500 va développer des symptômes (comme de la fièvre, par exemple) après avoir contracté un virus du sérogroupe de Californie. Les autres ne ressentiront rien du tout et n’auront aucune complication. Ni vu, ni su, ni connu.

32 %

Selon une étude publiée en 2012, 32 % des employés de trois parcs nationaux aux États-Unis (Great Smoky Mountains, au Tennessee et en Caroline du Nord, Rocky Mountain, au Colorado, et Grand Teton, au Wyoming) ont des anticorps contre un virus du sérogroupe de Californie, ce qui indique qu’ils l’ont déjà combattu.

17

C’est le nombre de virus qui font partie du sérogroupe de Californie, un groupe de virus apparentés découvert il y a 75 ans en Californie. Le virus de l’encéphalite de Californie et les virus La Crosse, Snowshoe Hare, Jamestown Canyon et Trivittatus sont présents en Amérique du Nord. D’autres sont répandus en Europe.

Cinq cas d’encéphalite

Une très, très petite minorité de personnes va cependant développer une maladie neurologique sérieuse après avoir contracté un virus du sérogroupe de Californie. En 2016 au Québec, cinq cas d’encéphalite causée par le virus de Jamestown Canyon ont été recensés, ce qui constitue une «augmentation du nombre de cas», selon un récent appel à la vigilance destiné aux infirmières et médecins de la région des Laurentides, que La Presse a obtenu. Aucun cas n’avait été recensé en 2015 (ni cette année). Les cas recensés en 2016 l’ont été dans les régions de la Capitale-Nationale, de la Mauricie-Centre-du-Québec, de l’Estrie et de la Montérégie. Deux autres cas de myosite (inflammation des muscles) associés au virus de Jamestown Canyon sont survenus dans la région de Québec.

«Vigie rehaussée»

Comme les virus du sérogroupe de Californie sont peu connus, les médecins sont peu enclins à demander des tests de dépistage en laboratoire, constate le Dr Longtin, microbiologiste-infectiologue. L’an dernier, une trentaine de demandes de détection seulement ont été acheminées au Laboratoire de santé publique du Québec. C’est pour avoir une meilleure idée de la réelle incidence de la maladie au Québec que le Laboratoire mène un projet pilote cet été, conjointement avec le ministère de la Santé. Jusqu’au 31 octobre, les demandes d’analyse acheminées au Laboratoire pour le virus du Nil occidental (qui présente des symptômes similaires) qui s’avèrent négatives seront aussi testées pour les virus de Snowshoe Hare et de Jamestown Canyon

 Cette «vigie rehaussée» permettra de «mieux suivre l’évolution de ces maladies», indique Noémie Vanheuverzwijn, des relations de presse du ministère de la Santé et des Services sociaux. «De plus, lorsque les médecins vont faire face à une encéphalite, l’objectif est qu’ils demandent aussi un test pour les virus du sérogroupe de Californie, et pas seulement pour le virus du Nil occidental», précise-t-elle.

1961

Le virus de Jamestown Canyon a été isolé pour la première fois aux États-Unis en 1961 dans un bassin de moustiques recueillis dans le Jamestown Canyon, au Colorado. Au Québec, la maladie humaine causée par le virus du Snowshoe Hare a été observée dès 1978

http://www.lapresse.ca/

Le saviez-vous ►13 CHOSES QU’UNE TIQUE NE VOUS DIRA PAS


Les tiques, petites bestioles minuscules mais très voraces et peut-être porteuses de divers maladies dont la maladie de Lyne. Comment les repérer, les éviter ,.. une tique un peu plus bavardes délivre quelques secrets
Nuage

 

13 CHOSES QU’UNE TIQUE NE VOUS DIRA PAS

 

Étant donné qu’au Canada la population de tiques porteuses de la maladie de Lyme augmente, protégez-vous grâce à ces multiples conseils allant de comment enlever une tique jusqu’à l’endroit où elle aime se cacher.

Par Lauren Gelman 

1. Attendez-vous à nous voir cette année

(Photo : iStockphoto/Thinkstock)

Nous serons très présentes, en particulier dans l’est du Canada, à la recherche de festins humains. Nous pouvons transmettre la maladie de Lyme, une infection bactérienne qui peut causer de la fatigue chronique, des douleurs articulaires et d’autres problèmes si elle n’est pas traitée.


2. Je suis plus petite que vous le pensez

(Photo : iStockphoto/Thinkstock)

Je peux vous sembler assez grande sur une photo, mais en réalité je suis très difficile à repérer, surtout quand je suis encore bébé.

Je passe par quatre stades de développement : œuf, larve, nymphe, puis adulte. Mes larves sont environ de la taille de ce point. Les nymphes sont à peu près aussi grosses qu’une graine de pavot et les adultes sont presque de la taille d’une graine de sésame. Minuscule.


 

3. J’ai huit pattes, comptez-les

(Photo : Ingram Publishing/Thinkstock)

C’est important de savoir à quoi nous ressemblons, au cas où vous repèreriez une tique sur vous ou sur votre animal de compagnie. Techniquement, nous sommes de la même famille que les araignées, les arachnides, ce qui veut dire que nous avons huit pattes contrairement aux insectes qui en ont six.


Les tiques sont également dépourvues d’ailes et ont un corps simple de forme ovale qui est généralement assez plat, sauf si, après un repas, il est gorgé de sang.

4. Je suis porteuse de bien plus que la maladie de Lyme

(Photo : Hemera/Thinkstock)

On porte beaucoup d’attention à la maladie de Lyme, probablement parce qu’elle est potentiellement la plus chronique de toutes les maladies transmises par les tiques, mais nous, les tiques, pouvons propager au moins 10 maladies différentes connues chez l’homme, y compris la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses, la babésiose, l’anaplasmose et l’ehrlichiose.

Le type de maladie que je vous transmets dépend de mon espèce (il y a plus de 800 espèces de tiques dans le monde) et des différentes bactéries ou autres agents pathogènes que je transporte.

C’est certainement difficile de savoir si vous avez été piqué, parce que les symptômes peuvent être vagues et faciles à confondre avec ceux d’autres maladies. La plupart du temps, vous vous sentirez comme grippé (fièvre, frissons, courbatures) et vous développerez une éruption cutanée.

Mais la maladie de Lyme est souvent mal diagnostiquée et neuf cas sur dix ne sont pas signalés. Donc, si vous croyez avoir été mordu, consultez votre médecin sans tarder pour réduire le risque de complications graves.

5. Piqué? Vous pourriez ne pas être malade

(Photo : Hemera/Thinkstock)

Il n’y a pas lieu de paniquer si vous me repérez sur votre corps ou sur votre animal de compagnie. Ce ne sont pas toutes les tiques qui sont infectées et si vous nous enlevez rapidement, vous réduirez les risques de transmissions. La plupart des gens qui sont piqués par une tique ne contractent pas la maladie de Lyme ou d’autres maladies qu’elles peuvent transmettre.


Le risque de contracter une infection comme la maladie de Lyme est également considérablement plus faible si vous enlevez la tique dans les 36 heures.

6. Appelez le médecin quand…

(Photo : Ingram Publishing/Thinkstock)

Si vous avez été piqué par une tique, il n’y a généralement pas besoin de faire quoi que ce soit, sauf si vous commencez à éprouver des symptômes. (On ne donne pas d’antibiotiques à cause d’une piqure de tique, bien que certains médecins puissent en prescrire à titre préventif).

Mais beaucoup de gens ne sont pas au fait des symptômes et se fient trop sur l’éruption cutanée ou sur l’absence de celle-ci. Par exemple, l’éruption cutanée en forme de cible, révélatrice de la maladie de Lyme (d’autres maladies transmises par les tiques ont aussi leurs éruptions caractéristiques), se produit dans seulement 70 à 80 % des cas. En ce qui a trait à la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses, environ 10 % des personnes atteintes n’auront jamais d’éruptions cutanées.


Autrement dit, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas d’éruption cutanée que vous n’avez pas contracté une maladie transmise par les tiques, surtout si vous ressentez d’autres symptômes comme de la fièvre et des douleurs.

7. J’aime votre animal de compagnie autant que je vous aime

(Photo : iStockphoto/Thinkstock)

Protégez votre chien en vérifiant tous les jours si je suis présente et en utilisant une lotion ou un collier insectifuge. Si vous habitez une région très riche en tiques et que votre chien passe beaucoup de temps à l’extérieur, vous pouvez aussi parler à votre vétérinaire au sujet de la vaccination.

Cependant, il n’existe pas de vaccin pour toutes les maladies transmises par les tiques que les chiens peuvent contracter et la vaccination n’empêchera pas votre chien de rapporter des tiques à la maison et de vous les transmettre.

Si vous avez un chat qui passe du temps à l’extérieur, demandez à votre vétérinaire un bon produit de protection. Les chats sont très sensibles à de nombreux produits chimiques, donc il ne faut rien appliquer sans d’abord consulter le vétérinaire.

8. Regardez sur vos chevilles!

(Photo : iStockphoto/Thinkstock)

C’est sous la forme de nymphe que je suis plus susceptible de transmettre la maladie de Lyme à l’humain (généralement à la fin du printemps et au début de l’été). C’est surtout parce que je suis petite et difficile à repérer, donc les gens n’ont pas l’occasion de me retirer avant que je les rende malades.


Même si je suis assez difficile à voir en raison de ma petite taille, le meilleur endroit pour me chercher est sur vos chevilles. Nous, les nymphes de tiques, ne nous déplaçons pas beaucoup au-dessus du niveau du sol.

 

9. Ne regardez pas seulement sur les jambes et les bras nus

(Photo : Comstock/Thinkstock)

Puisqu’on ne contracte pas instantanément les infections transmissibles comme la maladie de Lyme au contact d’une tique, les experts précisent que le moyen le plus efficace de prévenir toute maladie est de faire de fréquentes vérifications.

Autres conseils : portez des vêtements clairs, ce qui nous rendra plus faciles à repérer. Rentrez la chemise dans le pantalon et portez toujours des chaussures fermées dans les zones boisées.

Gardez les cheveux longs attachés, en particulier lorsque vous jardinez et ne vous assoyez pas directement au sol ou sur les murs de pierre.

Examinez attentivement vos vêtements, le matériel et les animaux de compagnie après avoir passé du temps dehors

Vérifiez votre peau. Certains d’entre nous vont attaquer tout de suite, mais d’autres vont se promener et chercher des endroits comme l’oreille ou d’autres zones où la peau est plus mince.

N’oubliez pas certaines de mes plus sournoises cachettes : les aisselles, l’intérieur du nombril et tout autour des zones pileuses de la tête et du corps.

Certaines tiques ne s’implantent pas immédiatement, alors prendre une douche quelques heures après le jardinage ou une balade en forêt peut les supprimer. C’est également une bonne idée de mettre les vêtements dans la sécheuse à température élevée pendant 20 minutes pour détruire les tiques cachées sur vos vêtements que vous n’aurez pas vues.

10. Je hais les jardins propres et bien entretenus

(Photo : iStockphoto/Thinkstock)

Voulez-vous me garder hors de votre jardin? Tenez-nous éloignées grâce à l’aménagement paysager. Les tiques ont besoin de beaucoup d’humidité pour survivre, alors nous tendons à rester à l’écart des pelouses bien entretenues et ensoleillées. Comme nous ne supportons pas la chaleur, nous cherchons refuge ailleurs.

Vous serez plus susceptibles de nous trouver aux environs de la bordure de votre pelouse : par exemple, on trouve environ 82 % des tiques du chevreuil dans les neuf pieds qui précédent la bordure d’une pelouse. Un copeau de bois, une écorce d’arbre, du paillis ou une barrière de gravier entre le boisé et votre pelouse peuvent nous empêcher d’y immigrer.


Nettoyez les amas de broussailles, arrachez les mauvaises herbes, tondez régulièrement le gazon et taillez les buissons en bordure de votre propriété. Ces mesures devraient également tenir éloigner les souris sur qui nous aimons aussi nous nourrir. Si vous habitez dans une zone peuplée de tiques, pensez à embaucher un spécialiste pour éclaircir les arbres afin de laisser passer plus de rayons de soleil, ce qui fera baisser l’humidité et nous tiendra à l’écart.

11. Je ne supporte pas les répulsifs

(Photo : Hemera/Thinkstock)

Malheureusement pour nous les tiques, les produits chimiques peuvent vous aider à nous détruire. Les produits contenant du DEET (ceux qui en contiennent 20 % ou plus) sont de bons choix. La perméthrine, qui ne s’utilise que sur les vêtements et non sur la peau, est également très efficace comme insectifuge. Sa capacité de protection résiste à plusieurs lavages.


Vous pouvez également traiter vos biens avec des acaricides (pesticides qui tuent les tiques). Plusieurs de ces produits ne peuvent être utilisés que par un opérateur antiparasitaire autorisé, alors si vous êtes intéressé, consultez votre paysagiste.

12. Le seul outil qui fonctionne pour se débarrasser de moi?

(Photo : iStockphoto/Thinkstock)

Tout ce dont vous avez besoin est une pince à épiler à pointe fine (évitez les méthodes comme couvrir la tique avec du vernis à ongles ou de la vaseline, ou en utilisant la chaleur pour la détacher). Prenez la tique le plus près de la surface de votre peau que possible et tirer vers le haut avec une pression constante.

Tordre ou tirer la tique brusquement peut faire en sorte que certains morceaux de sa bouche restent dans votre peau. Nettoyez soigneusement la zone avec du savon et de l’eau, de l’alcool à friction, ou de la teinture d’iode.

N’écrasez jamais la tique avec les doigts après l’avoir retiré, car cela peut quand même transmettre la maladie.


C’est une bonne idée de me mettre de côté dans le cas où votre médecin voudrait me voir plus tard. Mettez-moi dans un bocal ou un sac en plastique ou collez-moi avec du ruban adhésif clair sur une fiche de carton, en notant le jour où vous m’avez attrapée. Ajouter un peu d’alcool à friction dans le pot me tuera.


13. Nous festoyons à quelques reprises au cours de notre cycle de vie

(Photo : iStockphoto/Thinkstock)

Je ne viens pas au monde avec la maladie de Lyme. Je contracte la bactérie responsable de cette maladie et de plusieurs autres la première fois que j’ai entrepris mes manigances de vampire en tant que larve. Voici comment cela fonctionne : je mange mon premier repas de sang en tant que toute petite larve et c’est là, selon mon hôte (une souris, par exemple), que je peux contracter la bactérie qui cause la maladie de Lyme.

Une fois nourrie, je retourne au sol pour muer en une nymphe. Ensuite, je suis de nouveau affamée et, pour me nourrir, je cherche un nouvel hôte, peut-être un être humain cette fois, peut-être vous! Mais maintenant qu’il y a des bactéries dans mon sang, je peux les transmettre à mon nouvel hôte et peut-être le rendre malade.

Puis, je retourne encore au sol pour muer en tique adulte. Et c’est sans surprise que de nouveau affamée, cette fois dans le but de me reproduire, je trouve un nouvel hôte de qui me nourrir, je m’accouple et ensuite, malheureusement, je meurs. Enfin, heureusement pour vous.

http://selection.readersdigest.ca