La colère


La colère n’est un allié, mais un ennemi qui a des conséquences sur notre corps et nos esprits beaucoup plus que l’on croit
Nuage

 

La colère

 

 

« Les conséquences de la colère sont beaucoup plus graves que ces causes »

Marc Aurèle

Publicités

Le Saviez-vous ► Palmyre, un site historique unique au monde


Personnellement, je m’inquiète plus des victimes de l’État Islamique qui pour moi, combattent pour de faux prétextes, cependant, je trouve dommage que les vestiges du passé soient détruits pour les leçons d’histoire de la civilisation
Nuage

 

Palmyre, un site historique unique au monde

Photo: OSEPH EID/AFP/Getty

La fiancée du désert:

(Source)

Perle du désert, Fiancée du désert ou Venise des sables, la cité antique de Palmyre, située en marge du désert de Syrie, a eu beaucoup de surnoms au fil du temps. Elle a en effet été construite à un endroit stratégique au nord-est de l’actuelle ville de Damas, où se trouvaient des sources d’eau, propres aux oasis, qui pouvaient alimenter les chameaux venant ou quittant vers l’Asie en passant par le désert syrien. Elle a été une zone d’arrêt pour les caravanes dès le 3ème millénaire avant notre ère et portait jadis le nom de Tadmor, soit la cité des dattes. 

(Source)

Plus le commerce s’est accru en Méditerranée au cours de l’Antiquité, plus des points d’arrêts avant de continuer sur la mythique route de la soie devinrent importants. Le site de Palmyre devint ainsi le carrefour des rencontres commerciales entre l’Orient et l’Occident pour des produits comme la soie, mais aussi les épices.

Un mélange culturel unique:

Bas-relief funéraire
(
Source)

Cette position géographique stratégique finit par intéresser l’Empire romain qui avait établi un commerce de luxe avec l’Orient, échangeant du verre, des métaux et du vin contre les soieries et les précieuses épices. C’est au 1er siècle de notre ère, dans les sources romaines, que l’oasis commença à être connue sous le nom de Palmyre, la cité des palmiers. Elle fut annexée à l’Empire romain sous Tibère en l’an 14 et devint ainsi une alliée économique de l’Empire romain. 

Le majestueux théâtre, tel qu’il était avant décembre
(
Source)

Les fouilles archéologiques à Palmyre sont importantes pour comprendre cet important commerce de l’Empire romain, pour lequel nous manquons d’informations. Par cette alliance avec la puissante Rome, Palmyre devint une cité très riche, qui chargeait des taxes sur les produits qui transitaient sur son territoire en échange d’eau et parfois du gite pour les commerçants voyageurs. Elle développa de ce fait une architecture monumentale et fabuleuse, avec des monuments colorés à l’origine, qui témoignait de sa richesse et de sa puissance. Palmyre est un site historique unique à cet égard car les monuments mélangent un style à la fois oriental (persan-phénicien) et gréco-romain. Temples dédiés à des divinités orientales comme Bel, une longue colonnade de 1.1 kilomètres faite de colonnes massives de plus de 9 mètres, un théâtre romain gigantesque et des tombes témoignant de la richesse des habitants, le site de Palmyre offre une vue inégalée sur un passé luxueux en plein désert.

L’état des destructions:

Photo: AP

Depuis l’occupation du site par l’État islamique en 2015, plusieurs des joyaux de Palmyre ont hélas été détruits et endommagés, incluant le musée. Malgré tout, l’UNESCO estimait au printemps que 80% du site était encore en état. Ce n’est hélas plus le cas. L’organisation a repris le site à la mi-décembre et depuis quelques jours, les images satellites confirment les craintes des spécialistes du site: le théâtre, qui était encore intact, a été sérieusement mutilé, soit par des pioches et/ou des explosifs. 

(Source)

Le tétrapyle, cette structure de 16 colonnes qui servait à marquer un carrefour de rues, semble avoir été détruit en grande partie également. 

L’objectif de l’État islamique est entre autres d’effacer la mémoire d’un passé qui ne correspond pas à leur vision. La meilleure arme dans un tel cas reste de s’intéresser davantage à l’histoire de ces sites marquants du patrimoine de l’humanité, afin que le souvenir des grands bâtisseurs et commerçants de l’Antiquité ne meurt jamais…

Spécialisée en histoire ancienne, Evelyne Ferron

https://getpocket.com/

Les changements climatiques mettent en péril la production mondiale de café


Je n’ose imaginer des journées sans cafés. Ce serait dramatique pour les amateurs de café. Au-delà de notre besoin de caféine, il y a bien pire. Les pays dont les familles vivent grâce à la caféculture risque d’avoir de gros problème pour survivre de cette plantation avec les changements climatiques, déjà que la demande est plus forte que l’offre, cela va être difficile pour eux
Nuage

 

Les changements climatiques mettent en péril la production mondiale de café

 

SUPEROKE VIA GETTY IMAGES

Les changements climatiques mettent en péril la production mondiale de café, dépassée par la demande ces dernières années, ont mis en garde des experts et les autorités colombiennes lors du premier Forum mondial des pays producteurs.

« Tout le monde va être touché. Le café est très sensible aux légères variations de température. A mesure qu’elle (la température) montera, tous (les pays) seront affectés », a déclaré à l’AFP le Brésilien José Sette, directeur exécutif de l’Organisation internationale du café (OIC), qui réunit 43 pays exportateurs et sept importateurs.

Les surfaces cultivables destinées au café pourraient être réduites de moitié en 2050 à cause de la hausse des températures qui favorise en outre le développement de maladies touchant la plante, selon un rapport de l’Institut de climatologie australien de 2016.

Production inférieure à la consommation

Selon l’OIC, la production est inférieure à la consommation depuis deux ans.

Entre octobre 2015 et septembre 2016, 151,3 millions de sacs de 60 kilos de café ont été consommés, soit un déficit de 3,3 millions de sacs comblé par la surproduction des années précédentes.

Depuis 2012, la consommation de cette matière première connaît une croissance annuelle moyenne de 1,3%, ajoute l’organisme.

Une production inférieure ne pourrait pas répondre à la demande mondiale, a expliqué à l’AFP Roberto Vélez, le gérant de la Fédération nationale des producteurs de café de Colombie (FNC), troisième producteur mondial.

« Les chocs climatiques sont beaucoup plus virulents », a prévenu M. Vélez lors du Forum qui a fermé ses portes mercredi à Medellin (département d’Antioquia, nord-ouest), la deuxième ville du pays.

Il a pris l’exemple de la vague de gel de 1975 au Brésil, principal producteur et exportateur de grains d’or noir, qui a détruit la moitié de la récolte.

Si un tel scénario venait à se répéter, « d’où sortirions-nous 25 millions de sacs ? », a-t-il demandé.

Fortes pluies

En 2016, le Brésil a récolté 51,4 millions de sacs, mais une baisse de 11,3% cette année est attendue, en raison du cycle biennal négatif de la variété arabica.

Le président colombien Juan Manuel Santos a prévenu durant le Forum que les terres brésiliennes seront à l’avenir moins aptes à la culture de café, le réchauffement global affectant davantage les pays éloignés de la ligne de l’Equateur.

De son côté, Roberto Vélez a mis en garde contre la concentration des récoltes au sein des principaux producteurs (Brésil, Vietnam, Colombie, Indonésie et Honduras), où un éventuel phénomène climatique mettrait en danger l’offre.

Ainsi, « cette année il ne va pas y avoir (de production de café) dans certaines régions » de Colombie, a-t-il souligné, expliquant que le pays sud-américain avait dû réduire d’au moins 14 millions de sacs les projections de production pour 2017 à cause des fortes pluies enregistrées entre novembre 2016 et début mars.

Quelque 25 millions de familles dans 60 pays vivent de la production de café, un marché de 100 milliards de dollars au niveau mondial, selon les chiffres de l’OIC du premier trimestre 2017.

La réponse des producteurs pour faire face au changement climatique repose sur deux axes: adaptation et atténuation de cet impact, résume M. Sette.

Selon ce responsable de l’OIC, le premier point concerne toute la société et les pays, dépassant le secteur de la caféiculture, ce qui rend essentiel la réduction des émissions de carbone.

Concernant le deuxième axe, les solutions passent par un changement des sites de plantation, l’accompagnement des plants de café par d’autres espèces qui leur apportent de l’ombre, la création de variétés plus résistantes et l’accroissement de la production par hectare.

La viabilité des producteurs, dont les revenus sont directement touchés par la perte de récoltes, est un des principaux défis du secteur, selon ces experts.

L’économiste américain Jeffrey Sachs a fait valoir que les revenus des producteurs ont baissé de deux tiers depuis les débuts du XXe siècle.

« Lorsqu’il y a un problème lié au changement climatique, ces familles de producteurs, nous parlons de millions de personnes, ont faim et connaissent de graves problèmes », a indiqué Fernando Morales, fondateur de Café for Change, un projet basé à Strasbourg qui soutient les petits producteurs.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Incendies de forêt en C.-B.: la situation devrait empirer cette fin de semaine


Il y en a qui se plaigne de la météo au Québec à cause des pluies qui ont été plus abondantes, cependant, mieux vaut la pluie (sauf les inondations) que le feu des forêts et des habitations. Cet été, c’est la Colombie-Britannique qui brûle et la météo semble se mettre de la partie avec des vents plus fort annoncés en fin de semaine
Nuage

 

Incendies de forêt en C.-B.: la situation devrait empirer cette fin de semaine

 

Environ 680 incendies ont ravagé 1110 kilomètres carrés... (Photo Jonathan Hayward, La Presse canadienne)

 

Environ 680 incendies ont ravagé 1110 kilomètres carrés d’herbes, d’arbustes, de forêts et dans certains cas, de secteurs résidentiels, depuis le début de la saison en avril.

PHOTO JONATHAN HAYWARD, LA PRESSE CANADIENNE

 

La Presse Canadienne
WILLIAMS LAKE, C.-B.

La situation des incendies de forêt en Colombie-Britannique devrait s’aggraver au cours de la fin de semaine, les responsables prédisant que des vents plus soutenus attiseront des dizaines de feux ayant forcé plus de 16 000 personnes à quitter leur domicile.

Le directeur de l’information du service de lutte contre les incendies de forêt de la province, Kevin Skrepnek, a affirmé jeudi que le léger répit de la météo au cours des quelques derniers jours cessera avec l’arrivée d’un front froid qui devrait entraîner des vents importants dans la majeure partie du sud de la province.

Environ 680 incendies ont ravagé 1110 kilomètres carrés d’herbes, d’arbustes, de forêts et dans certains cas, de secteurs résidentiels, depuis le début de la saison en avril, a indiqué M. Skrepnek.

Il y avait plus de 180 incendies de forêt qui brûlaient à travers la province, jeudi après-midi.

Robert Turner, de la gestion des services d’urgence, a affirmé qu’environ 9430 évacués – sur un total évalué à 16 250 – s’étaient enregistrés auprès de la Croix-Rouge canadienne. Environ 1800 familles devaient avoir reçu une aide de 600 $ de la part de la province avant la fin de la journée, jeudi, a dit M. Turner.

Plus de 3100 personnes ont été enregistrées pour combattre les flammes, incluant les pompiers et le personnel de soutien, dont près de 400 venant de l’extérieur de la province en renfort.

«La principale inquiétude météo est le portrait prévu en fin de semaine. Les vents ont été un élément majeur en termes d’activités d’incendies jusqu’à maintenant au cours des quelques dernières semaines, donc il s’agit assurément d’une source d’inquiétude», a souligné M. Skrepnek.

Un vaste territoire du centre de la Colombie-Britannique est par ailleurs interdit d’accès aux voyageurs et aux campeurs afin de prévenir d’autres incendies de forêt dans cette région.

Le ministère des Forêts et des Ressources naturelles a annoncé jeudi que les 165 parcs de camping et les 65 sentiers couvrant le secteur de Cariboo seront fermés afin de permettre aux équipes d’intervention de mieux se concentrer sur les incendies de forêt.

M. Skrepnek a indiqué que les nouvelles conditions avaient permis de mieux évaluer l’étendue des brasiers en activité, dont plusieurs dans la zone supervisée par le centre des incendies de Cariboo.

Aide du Québec

Le gouvernement du Québec enverra de l’aide à la Colombie-Britannique. Quarante pompiers forestiers accompagnés de deux chefs de section et d’un représentant d’agence s’y rendront lundi.

Jeudi, un agent d’information et un spécialiste en comportement des incendies se sont dirigés vers la province.

Les renforts québécois devraient rester sur place pendant au moins 17 jours. Si les incendies n’étaient pas maîtrisés, les équipes seront alors relevées, a indiqué une porte-parole de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU).

Déjà, mercredi, la SOPFEU avait envoyé 200 motopompes afin d’aider les autorités britanno-colombiennes à combattre les flammes qui ravagent la province. Ces appareils devraient arriver à Challiwack samedi.

http://www.lapresse.ca

Si vous allez en Thaïlande, n’alimentez pas le commerce des "éléphants à touristes"


En temps que touristes, nous avons un pouvoir de changer les choses face aux animaux qui sont utilisés pour le tourisme. Souvent, ces animaux sont maltraités et vivent dans des conditions qui ne sont pas adaptées pour eux. Refuser ce genre de commerce oblige cette industrie a changer leurs comportements
Nuage

 

Si vous allez en Thaïlande, n’alimentez pas le commerce des « éléphants à touristes »

 

Un touriste peint un éléphant à l’occasion des festivités de Songkran, en Thaïlande.

SAKCHAI LALIT/AP/SIPA

En Asie, la vie des pachydermes s’apparente le plus souvent à un calvaire, que les touristes peuvent choisir de cautionner ou non.

EXPLOITATION. Pour quelques minutes passées à déambuler sur leur dos, combien d’années de souffrance pour les pachydermes ? Les éléphants, exploités en masse par l’industrie du tourisme en Thaïlande, vivent souvent dans des conditions « inacceptables », met en garde l’ONG internationale World Animal Protection (WAP), qui vient de réaliser une étude sur leur sort en visitant plus de 220 attractions du sud asiatique.

Dans ce secteur qui échappe souvent aux régulations, plus des trois quarts des « éléphants à touristes » vivraient dans des conditions « mauvaises voire inacceptables ».

Des éléphants mieux traités au Cambodge qu’en Inde ou Thaïlande

Sur les 2.923 éléphants recensés dans l’industrie du tourisme, 2.198 se trouvent en Thaïlande. Viennent ensuite l’Inde (617 éléphants), le Sri Lanka (166), le Népal (147), le Laos (59) et le Cambodge (36). Avec des disparités certaines dans les conditions de vie : l’Inde et la Thaïlande sont les plus mauvais élèves en Asie, alors qu’un pays comme le Cambodge traite plutôt bien ses éléphants employés dans le secteur touristique.

STRESS.

« Quand ils ne sont pas utilisés pour des promenades ou des spectacles, les éléphants sont enchaînés jour et nuit, le plus souvent avec une chaîne de moins de trois mètres de long », un constat fait à travers toute l’Asie, souligne le rapport. »La nourriture qui leur est donnée est de mauvaise qualité, pour des soins vétérinaires très limités. Ils sont de surcroît souvent parqués dans des endroits stressants, avec de la musique forte ou des groupes de touristes, sur un sol en ciment », conclut le rapport.

Vers de nouveaux modes de tourisme plus respectueux

L’industrie des parcs à éléphants en Thaïlande s’est développée dans les années 1990, après l’interdiction de l’exploitation des éléphants pour transporter des arbres dans le secteur forestier.Pour Jan Schmidt-Burbach, qui travaille pour WAP et est basé en Thaïlande, les touristes ont le pouvoir d’améliorer la vie de ces éléphants captifs en choisissant des sites qui favorisent l’observation des animaux.

« En règle générale, si vous pouvez étreindre, prendre un selfie ou monter sur un animal sauvage, c’est cruel et vous ne devriez pas le faire », explique-t-il

ALTERNATIVES. L’ONG est particulièrement préoccupée par les cirques en Thaïlande, où des éléphants sont souvent vus en train de faire du tricycle, de marcher sur des haltères et même de jouer au basket.

 « La formation nécessaire pour que les éléphants effectuent de telles prouesses est particulièrement cruelle et stressante », estiment les chercheurs.

Aujourd’hui, l’attraction est populaire auprès des dizaines de millions de touristes qui se rendent chaque année en Thaïlande. Toutefois commencent à apparaître des parcs à éléphants alternatifs, ne proposant pas de balades à dos de pachydermes… mais seulement de les observer, de loin.

https://www.sciencesetavenir.fr/

De la gomme à mâcher qui réveille ou endort, est-ce efficace?


Que faut-il pas inventer ! Des gommes à mâcher qui est supposé soit d’aider à la concentration, donner de l’énergie ou aidé à dormir. Sauf que leurs effets ne sont pas prouvés. Est-ce que cela vaut vraiment la peine de dépenser $ 4.50 pour 8 comprimés ?
Nuage

 

De la gomme à mâcher qui réveille ou endort, est-ce efficace?

 

«Mon opinion personnelle, c'est que les Chewpod ont,... (photo bernard brault, la presse)

«Mon opinion personnelle, c’est que les Chewpod ont, au mieux, un effet placébo ou minimal, dit Jonathan Dubé, chercheur doctorant en neuropsychologie et en médecine du sommeil à l’Université de Montréal et à la Clinique du sommeil de l’hôpital Sacré-Coeur. Au pire, ils pourraient interférer avec de réels traitements ou conditions nécessitant un suivi médical.»

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

 

MARIE ALLARD
La Presse

«Nous voulons tous performer, lit-on sur le site internet de Chewpod, des gommes à mâcher promettant de faire plus que rafraîchir votre haleine. Mâcher des Chewpod vous permet simplement d’être au sommet de votre talent, de votre forme et de votre vivacité intellectuelle, sans jamais compromettre votre santé.»

La perspective est aussi ambitieuse qu’alléchante. Mais qu’en est-il de la réalité? La Presse a tenté d’y voir clair, tout en mastiquant deux gommes énergisantes.

Qu’est-ce que les Chewpod? Ce sont des comprimés à mâcher vendus par Khlôros Technologies, de Québec. Ils sont offerts en trois versions: énergisants, favorisant la concentration et améliorant le sommeil.

Le fait de mâcher de la caféine, de la mélatonine ou d’autres substances a ses avantages, selon le fabricant.

«Contourner le système digestif permet au consommateur d’absorber plus rapidement une petite quantité d’ingrédients actifs pour plus d’effets.»

Jonathan Dubé, chercheur doctorant en neuropsychologie et en médecine du sommeil à l’Université de Montréal et à la Clinique du sommeil de l’hôpital du Sacré-Coeur, est moins sûr.

«Dans le cas de la caféine, une seule étude a été publiée sur sa biodisponibilité suite au mâchage d’un chewing-gum, indique-t-il. Cette étude rapporte que l’absorption est généralement plus rapide suite au mâchage, par rapport à un comprimé, mais qu’une moins grande proportion (un peu plus de la moitié) se retrouve dans le sang.» Pour ce qui est des autres composés actifs retrouvés dans ces gommes à mâcher, «rien n’est connu à ma connaissance», ajoute-t-il.

Déconseillés aux enfants

Les Chewpod sont «autorisés pour la vente par Santé Canada», mais contrairement à ce qu’on pourrait penser, cela ne veut pas dire qu’ils sont efficaces. Cela signifie que leurs ingrédients sont approuvés et que leur usage est sans danger. Comme inscrit sur l’emballage, ces comprimés sont déconseillés aux enfants, aux femmes enceintes ou allaitantes, aux gens prenant du lithium, etc.

Les Chewpod sont brevetés, mais n’ont pas «été sujets d’études expérimentales dans des revues scientifiques sérieuses», souligne M. Dubé. Joint par courriel, François Couture, chef des opérations de Chewpod, a affirmé: «Nous avons des données scientifiques sur l’efficacité de la vitesse d’absorption et des modèles en lien avec la mastication.» 

Aucun autre détail n’a été donné.

Testés

Quatre adultes, consommateurs réguliers de café, ont testé chacun deux Chewpod Énergie, vers 14 h un jour de semaine, au bureau. Verdict de cet essai qui n’a pas de prétention scientifique: les gommes sont agréables à mâcher (pas de saveur de café) et elles ont semblé prévenir l’apparition du «coup de barre» habituellement ressenti en après-midi.

«Si quelqu’un a réellement besoin d’un soin lié au sommeil, à la concentration ou à l’énergie, je lui recommanderais d’éviter ce genre de produits et de voir un médecin ou un pharmacien pour se procurer des produits démontrés comme étant efficaces», conseille néanmoins M. Dubé.

Il est évidemment plus rapide d’acheter des Chewpod, vendus un peu partout, même à côté des caisses des supermarchés. Leur prix : 4,49 $ pour huit comprimés, soit quatre doses.

«Bien qu’il soit probable que ces produits n’aient pas un niveau d’efficacité suffisant pour être qualifiés de thérapeutiques, banaliser ainsi la consommation de certains produits psychoactifs n’est pas sans risques», estime M. Dubé.

http://www.lapresse.ca/