Croire


En fait, c’est l’ignorance qui ne manque pas, on croit n’importe quoi sans vraiment vérifier, on accepte qu’une partie de la vérité ou simplement, on aime mieux se faire une idée meublée par des légendes urbaines, des mensonges
Nuage

 

Croire

 

 

Vivre sans lire c’est dangereux. Cela t’oblige à croire ce que l’on te dit

Mafalda

Un serpent engloutit un animal à une vitesse record


La fondation The Black Jaguar-White Tiger, qui lutte pour la protection des grands félins, a mis sur le web, une vidéo d’un serpent qui avale une biche avec une grande rapidité. La biche inconsciente probablement par l’effet du venin de serpent a pu donc l’avaler d’un seul morceau grâce à sa peau élastique. Après ce copieux repas, il en a pour quelques jours pour digérer. Ce qui me surprend, par contre, c’est que les hommes l’ont touché et le serpent n’a pas eu le réflexe de recracher sa proie
Nuage

 

Un serpent engloutit un animal à une vitesse record

 

L’art du tissage au Moyen-Âge


Il a bien fallu que l’être humain se protège contre les éléments du temps tel que le soleil, le froid, la pluie… Bien que les peaux d’animaux eurent été probablement les premiers vêtements, nos ancêtres ont compris que d’autres matériaux pouvaient être fort utiles s’ils étaient travaillé tel que le lin et la soie. Ce fut alors un élan pour les vêtements, tapisseries …
Nuage

 

L’art du tissage au Moyen-Âge


(
Source)

Nos musées et centres d’interprétation regorgent d’histoires fascinantes et mettent souvent en lumière le savoir-faire de nos ancêtres dans les arts traditionnels, nous faisant réaliser la quantité de travail nécessaire pour produire plusieurs biens avant l’ère industrielle. Un exemple? Intéressons-nous brièvement à cet art qu’était le tissage au Moyen Âge.

L’importance du travail des textiles:


Cardage et tissage de la laine
Début 15e siècle
(
Source)

Se vêtir a toujours été une nécessité pour l’être humain depuis la fin de la Préhistoire. Les Mésopotamiens et les Égyptiens de l’Antiquité avaient découvert comment travailler la fibre du lin, alors qu’en Europe la laine devint plus facile à travailler et plus adéquate pour le rude climat de plusieurs régions. Produire des vêtements impliquait un long processus partant de la tonte, au nettoyage de la laine, à son cardage, à son filage au rouet puis à son tissage pour produire des étoffes. Ces dernières servaient ensuite pour la confection de vêtements certes, mais aussi de draps!


Tissage vers 1336
Photo:
Saiko

La qualité des tissus ainsi fabriqués variait selon les types de lainage utilisés et surtout leur méthode de tissage qui permettait de produire soit des tissus grossiers à prix abordables comme la serge ou ce qu’on appelait des tiretaines, mais aussi des vêtements pour les aristocraties et les monarchies faites de lin et grâce à un commerce avec l’Orient, de soie. À cet égard, la mythique route de la soie était d’une importance capitale pour permettre aux tisserands européens de fabriquer des vêtements de luxe avec ces tissus légers et très colorés à partir des XIIe-XIIIe siècles.


Caftan de soie de Syrie
IXème siècle
(
Source)

La production de ces étoffes fut au départ très importante en Italie et en Espagne, portes d’entrée du commerce avec l’Orient, mais partout en Europe, les métiers textiles firent partie des activités économiques les plus importantes du Moyen Âge. Plusieurs artisans avaient leur spécialité comme le filage, la teinturerie ou le tissage et formaient des apprentis pour les aider dans leurs commandes. Avec l’augmentation des achats au cours du XIIIe siècle, un véritable système commercial vit le jour. Les marchands fournissaient les matières premières aux artisans qui les transformaient pour que les marchands les revendent ensuite.

De véritables chefs-d’œuvre: les tapisseries:


La Dame à la licorne
XVe-XVIe siècles
(
Source)

Si les rois, reines et seigneurs habitaient souvent des châteaux, ces derniers étaient faits de murs de pierre qui rendaient les pièces très humide peu importe les saisons. Ceux qui en avaient les moyens se faisaient donc confectionner de magnifiques tapisseries pour non seulement décorer les murs et démontrer leur richesse, mais aussi pour réchauffer les pièces principales de leurs demeures. Ces œuvres d’art étaient réalisées par de grands maîtres tisserands et la Belgique, notamment Bruxelles, a eu la réputation de produire les plus belles tapisseries d’Europe au Moyen-Âge.


La tapisserie de Bayeux
(
Source)

Pour réaliser de telles œuvres, un maquettiste réalisait tout d’abord un dessin préparatoire qui était ensuite agrandi par un cartonnier sur un carton de dimensions semblables à celles de la tapisserie désirée. Il fallait par ailleurs inverser l’image pour que, une fois tissé, le dessin puisse être la réplique du modèle à l’endroit. Le maître tisserand ou lissier procédait ensuite au long travail de tissage des fils de couleur pour créer l’œuvre.

Le lin à l’honneur à Deschambault cet été:


Cécile Dachary
Photo:
Denis Baribault

Par ailleurs, si le tissage et le travail du textile vous intéressent, le village de Deschambault dans la région de Portneuf propose cet été un mariage entre l’histoire du lin et du tissage et l’art contemporain dans le cadre de sa 7e Biennale internationale. Une belle occasion de visiter des sites patrimoniaux dans lesquels des artistes exploitent avec le fil conducteur du lin la thématique du passé inaperçu.

En tant que porte-parole de l’événement qui se déroule jusqu’en octobre, je vous invite à faire un petit tour dans notre beau village!

Spécialisée en histoire ancienne, Evelyne Ferron

http://www.historiatv.com

Nos cerveaux se synchronisent lorsque nous conversons


Lors d’une conversation entre deux personnes de la même langue, les cerveaux se synchronisent ensemble. Étrange non ?? Les prochaines recherches seront porter sur des personnes qui ne parlent pas la même langue … À suivre
Nuage

 

Nos cerveaux se synchronisent lorsque nous conversons

 

 

P

hoto : iStock

Le rythme des ondes cérébrales entre deux personnes qui conversent se synchronise, montrent les travaux de chercheurs espagnols. Selon eux, cette coordination est peut-être l’une des clés des communications linguistiques et interpersonnelles.

Un texte d’Alain Labelle

Un contact aussi simple qu’une conversation sur la météo amène les cerveaux en présence à tenter de travailler ensemble.

Les présents travaux ont permis d’analyser simultanément l’activité neuronale complexe de deux étrangers qui dialoguent pour la première fois. Il a ainsi été possible de constater que l’activité cérébrale de deux personnes participant à une conversation se synchronise pour permettre une meilleure connexion entre les deux sujets.

Cela implique une communion intercérébrale qui va au-delà du langage lui-même et qui pourrait constituer un facteur clé dans les relations interpersonnelles et la compréhension de la langue. Jon Andoni Duñabeitia, auteur de l’étude

Les rythmes des ondes cérébrales de l’émetteur et du récepteur s’ajustent selon les propriétés physiques du son des messages verbaux qu’ils expriment dans la conversation. Cette connexion entre les deux cerveaux a un but précis : faciliter la communication.

Nous pouvons savoir si deux personnes sont en conversation uniquement en analysant leurs ondes cérébrales. Jon Andoni Duñabeitia

Oscillations simultanées

Dans ces travaux, les chercheurs ont formé 15 paires de personnes du même sexe qui ne se connaissaient pas. Les duos ont tenu une conversation générale et se sont relayés pour jouer les rôles d’émetteurs et de récepteurs.

Au moyen de l’électroencéphalographie, une procédure non invasive qui analyse l’activité électrique dans le cerveau, les scientifiques ont mesuré simultanément le mouvement des ondes cérébrales des deux interlocuteurs et ont confirmé que leurs oscillations avaient lieu au même moment.

Être capable de savoir si deux personnes parlent entre elles, et même de quoi elles parlent, en se basant uniquement sur leur activité cérébrale, c’est quelque chose de vraiment merveilleux. Jon Andoni Duñabeitia

La prochaine étape pour les chercheurs sera d’appliquer la même technique pour étudier le cerveau de deux personnes lorsque la conversation ne se déroule pas dans leur langue maternelle.

Éventuellement, l’étude de l’interaction entre deux cerveaux permettra de mieux comprendre et d’analyser des réalités complexes en psychologie, en sociologie ou en éducation.

Le détail de cette étude est publié dans la revue Scientific Reports.

http://ici.radio-canada.ca

Un couple suisse retrouvé dans la glace 75 ans après sa disparition


Une découverte qui permet a des enfants de faire leur deuil après la disparition de leurs parents, il y a 75 ans. Ils ont été retrouvés momifié par la glace dans une station de ski en Suisse avec leurs effets personnels.
Nuage

 

Un couple suisse retrouvé dans la glace 75 ans après sa disparition

 

Des restes de vêtements, de souliers et une bouteille en verre dans la neige

Des restes de vêtements des deux disparus dans le domaine skiable Glacier 3000, dans le sud de la Suisse Photo : La Presse canadienne/Keystone

Un couple disparu depuis 75 ans dans le massif des Diablerets, dans le sud de la Suisse, a été retrouvé momifié dans les neiges d’un glacier, à 2615 m d’altitude, ont rapporté mardi les médias helvétiques.

Radio-Canada avec Agence France-Presse

Les deux corps, visiblement bien conservés, ont été retrouvés gisant côte à côte, au milieu des restes d’effets personnels, dont deux sacs à dos, une bouteille, un livre et une montre, a déclaré le directeur du domaine skiable Glacier 3000, Bernard Tschannen, au quotidien Le Matin.

La découverte a été faite jeudi dernier par un employé de la station, selon M. Tschannen, qui a précisé qu’« il s’agissait d’un homme et d’une femme portant des vêtements datant de la période de la dernière guerre » mondiale.

La glace les a parfaitement préservés et leurs affaires étaient intactes. Bernard Tschannen, directeur du domaine skiable Glacier 3000

Le couple serait tombé dans une crevasse, avance comme hypothèse le directeur du domaine skiable Glacier 3000.

Les deux corps ont réapparu sur le glacier en raison de la fonte des neiges.

Selon le journal suisse, il s’agirait d’un cordonnier de 40 ans, Marcelin Dumoulin, et de son épouse Francine, institutrice de 37 ans, qui étaient partis à pied le 15 août 1942 du village de Chandolin pour nourrir leur bétail dans les Alpes.

Les deux disparus avaient prévu de rentrer le soir même, selon l’un des sept enfants du couple. Les recherches pour les retrouver avaient été abandonnées après deux mois et demi et les enfants, placés en famille d’accueil.

La plus jeune fille, aujourd’hui âgée de 79 ans, a déclaré au journal Le Matin que la nouvelle lui avait amené un « profond sentiment de calme », et elle veut organiser à ses parents les funérailles qu’ils méritent.

« Nous avons passé notre vie à les rechercher […] Nous ne croyions pas pouvoir leur organiser un jour les obsèques qu’ils méritaient », a confié Marceline Udry-Dumoulin, qui avait 4 ans au moment de la disparition de ses parents.

La police compte effectuer des tests ADN, selon ce que la nièce de Mme Udry-Dumoulin, Marilyn Dumoulin, a déclaré à l’AFP.

 

Merci à Jack pour la vidéo

http://ici.radio-canada.ca/

Orthorexie : quand manger santé devient une obsession


Parmi les troubles alimentaires, il y a l’orthorexie, mangé à tout prix santé en choisissant les aliments par leurs qualités nutritionnelles même si la personne n’aime pas le goût. Que ce soit les réseaux sociaux, les médias, les revues … parlent des produits miracles, désintox, perdre du poids et tout leur blabla, ceux qui souffrent d’orthorexie suivent cela à la lettre et se retrouve plus malade qu’avant et peuvent être affligés par d’autres troubles alimentaires
Nuage

 

Orthorexie : quand manger santé devient une obsession

 

JIRI MIKLO

Depressed and sad woman in kitchen

Manger sainement est une vertu, mais il faut éviter que cela mène à une obsession appelée orthorexie.

Les personnes souffrant d’orthorexie ont l’obsession de choisir leurs aliments en fonction de leurs qualités nutritionnelles plutôt que de leur goût, souligne la nutritionniste Marilyn Giguère.

« Deux personnes peuvent avoir la même assiette. L’une est orthorexique, l’autre non. La personne orthorexique a calculé les nutriments qu’il allait y avoir dans l’assiette. Tout est calculé. Elle n’a pas nécessairement envie de manger ça, mais c’est ce qu’elle va manger tandis que l’autre à côté mange parce que c’est ce qu’elle a envie de manger », explique Marilyn Giguère.

Dans les médias et la littérature, on vante les vertus de certains aliments et on en proscrit d’autres. La personne orthorexique a tendance à tout prendre au pied de la lettre.

« Je pense que oui, les médias ont beaucoup à voir avec l’adhésion à plusieurs diètes. On classe beaucoup, on catégorise beaucoup ces aliments en bon ou mauvais. Ça n’aide pas non plus. Un aliment n’est pas bon ou mauvais pour la santé. Il faut enlever ce vocabulaire, changer ce vocabulaire pour diminuer un peu le contrôle excessif », affirme Mme Giguère.

L’orthorexie peut déclencher d’autres troubles alimentaires, selon Julie Leduc, psychologue et auteure de l’ouvrage intitulé L’Anorexie chez la femme : s’en sortir.

« Si c’est quelque chose qui prend de plus en plus de place, la personne peut développer d’autres problèmes de santé, dont l’anorexie qui est qu’à force de vouloir tellement manger « parfaitement », la personne qui était au départ en bonne santé devient malade », précise Julie Leduc.

Manger de façon instinctive au lieu de suivre un régime

Marilyne Giguère et Julie Leduc déconseillent les régimes. Mme Leduc estime que ce n’est pas une manière naturelle et instinctive d’aborder l’alimentation.

« Un régime, ce n’est pas une personne qui écoute ses besoins, c’est quelque chose qui vient de l’extérieur de la personne, qui est écrit sur un papier. On va suivre ça. Si on suit un régime X à la lettre, il y a une perte de poids. Mais, parfois, il y a une reprise de ce poids-là parce que la personne, ça ne vient pas d’elle, ça vient de l’extérieur d’elle », explique Julie Leduc.

Marilyne Giguère et Julie Leduc ajoutent qu’il faut éviter que les aliments créent de l’anxiété. Si un type d’aliment est une cause d’anxiété, il faut le réintégrer graduellement dans son alimentation pour que cela devienne naturel.

Avec les informations d’Émilie Vallières

http://quebec.huffingtonpost.ca

Pourquoi nous avons plus de compassion pour un enfant que pour des millions de réfugiés


Le comportement humain est parfois étrange mais explicable. Imaginez, des millions de réfugiés semblent ne pas trop nous affecter, mais montré un enfant mort ou victime d’un terrible drame, nous fait réalisé avec horreur ce que peuvent vivre ses gens, malheureusement, ce sentiment de compassion ne dure pas très longtemps, jusqu’à temps que les médias puisse trouver un enfant avec une expression qui devient un symbole de la misère
Nuage

 

Pourquoi nous avons plus de compassion pour un enfant que pour des millions de réfugiés

 

Des Syriens fuyant Alep à la frontière turque, au nord de la Syrie, le 5 février 2016.
BULENT KILIC / AFP

Des Syriens fuyant Alep à la frontière turque, au nord de la Syrie, le 5 février 2016. BULENT KILIC / AFP

Repéré par Diane Frances 2

Repéré sur Vox

Pour Paul Slovic, psychologue et chercheur, c’est le «psychic numbing», la difficulté de se représenter la réalité des grands nombres, qui explique que plus le nombre de victimes d’une tragédie augmente, plus notre empathie et notre volonté d’aider diminuent.

Il y a actuellement 65,3 millions de réfugiés à travers le monde, selon le dernier rapport des Nations unies. Pensez à ce nombre: 65,3 millions. Pouvez-vous seulement l’imaginer? Vous pouvez le rapporter à la population française (66,9 millions d’habitants) et en déduire que ça correspond à une foule immense. Ou bien l’associer au fait que jamais, de toute l’histoire de l’humanité, il n’y a eu autant de réfugiés et de demandeurs d’asile que maintenant, pour en venir à la même conclusion. Mais vous représenter mentalement 65.300.000 personnes, c’est impossible. Ce n’est qu’une abstraction.

Les recherches de Paul Slovic, psychologue à l’Université de l’Oregon, tentent de lever le voile sur une question qu’il se pose depuis des décennies:

«Pourquoi le monde ignore-t-il souvent les atrocités et souffrances de masse?»

L’une des réponses est la suivante: l’esprit humain a du mal à concevoir des millions d’individus, et donc à éprouver de l’empathie pour eux. C’est ce que le chercheur a appelé «psychic numbing», que l’on pourrait traduire par «paralysie psychique par les nombres». Lorsque le nombre de victimes d’une tragédie augmente, notre empathie et notre volonté d’aider diminuent considérablement.

«On a l’impression que la différence entre 0 dollar et 100 dollars est plus grande qu’entre 100 et 200 dollars, énonce le scientifique lors d’un long entretien avec un journaliste de Vox, Brian Resnick. Si vous prenez 5.800 et 5.900 dollars, ça semble être la même chose. Pourtant, il y a bien 100 dollars d’écart. J’en ai parlé avec Amos Tversky [spécialisé en psychologie cognitive et mathématique, ndlr] et nous nous sommes demandé si ce phénomène s’appliquait à la vie. On a tous deux pensé que c’était le cas. Ça signifie que nous n’attribuons pas de valeur constante à la vie humaine, et que la valeur d’une seule vie diminue dans le contexte d’une tragédie plus vaste.»

Les histoires particulières comme celle d’Aylan attirent l’attention sur un problème plus large

Le «psychic numbing» explique, par exemples, pourquoi six Américains sur dix se prononcent en faveur du décret anti-immigration de Trump, ou pourquoi les gens se mobilisent massivement en donnant de l’argent aux parents pauvres d’un enfant qui a besoin de se faire opérer, et dont l’histoire est relayée par les médias.

En ce qui concerne les réfugiés, Paul Slovic a mené une étude sur Aylan Kurdi, le petit Syrien noyé dont la photo a fait le tour du monde au début du mois de septembre 2015. À ce moment-là, la guerre en Syrie faisait rage depuis plus de quatre ans et avait déjà tué près de 300.000 personnes. L’intérêt pour cette catastrophe était moindre, jusqu’à la diffusion de la photographie du corps inerte d’un enfant sur une plage.

«Les gens se sont soudainement intéressés à la guerre syrienne et aux réfugiés, alors que l’attention qu’ils portaient aux centaines de milliers de morts était faible en comparaison. (…) Les histoires singulières et les photos d’un seul individu peuvent avoir un effet pendant un certain temps. Elles captent notre attention, nous permettent d’appréhender la réalité à une échelle telle qu’on puisse la comprendre et s’y connecter émotionnellement.»

Mais cet intérêt s’avère, le plus souvent, aussi soudain qu’éphémère.

 Dans le cas de la photo d’Aylan, «il est resté élevé durant un mois environ puis s’est de nouveau effondré», déclare Paul Slovic, qui le prouve avec les chiffres des recherches des termes «Syria», «refugees» et «Aylan» sur Google

 

http://www.slate.fr/