Parole d’enfant ► Vieillesse


Personnellement, je ne me sens pas vieille, mais peut-être que Mlle perçoit mes cheveux blancs comme une personne très âgée. J’ai trouvé cette conversation assez drôle
Nuage

 

 Parole d’enfant ► Vieillesse

 

Grand-Maman raconte

Mlle a tout bonnement décidé de parler de mon âge

– Toi, ça prendrait pas de temps avant que tu meures
Moi ça va prendre du temps parce que je suis petite, je ne suis pas une adulte ça va prendre du temps. Toi t’es vieille comme Fripouille
– Fripouille est plus vieille que moi
-Tu vas t’ennuyer de grand-maman ?
– Tu vas amener ta tablette ?
– Ben non, si meurs, je ne pourrais pas
– Alors. je vais garder ta tablette, pour moi et Sydney

Ana-Jézabelle, 5 ans / 14 juin 2017

Publicités

14 photos truquées


On voit des photos qui semblent parfaites sur les réseaux sociaux, sauf que plusieurs sont tout simplement truquées
Nuage

 

14 photos truquées

 

1. Couple de mariage

Flickr / Rom Celano

Flickr / Rom Celano

2. Portrait

Reddit / mvpetri

Reddit / mvpetri

3. Détail photo

Facebook / Corinna Gissemann Photography

Facebook / Corinna Gissemann Photography

4. Photo risquée

Flickr / viviannemontalvao

Flickr / viviannemontalvao

5. Portrait

Facebook / hungddaknull

Facebook / hungddaknull

6. Voiture et scène rétro

Flickr / Michael Paul Smith

Flickr / Michael Paul Smith

7. Portrait

BP

BP

8. Effets spéciaux

Hernandezdreamphography

Hernandezdreamphography

9. Photographie

VK

VK

10. Photo de cheval

Facebook / Andrius Burba

Facebook / Andrius Burba

11. Portrait

Facebook / Nick Fancher Photography

Facebook / Nick Fancher Photography

12. Photographie

BP

BP

http://incroyable.co/

Le Saviez-Vous ► Histoires méconnues du Canada


Le Canada est un pays jeune à comparer en Europe. Son histoire n’est probablement pas aussi connu que l’on croit. Il y a bien des facettes que la plupart des canadiens ne savent pas et  les faits ne sont pas toujours roses
Nuage

 

Histoires méconnues du Canada

 

Le Canada fête ses 150 ans d’existence en soulignant les faits marquants de son histoire. C’est aussi l’occasion de revenir sur certains épisodes moins connus, mais qui bénéficieraient pourtant d’être remis à l’avant-plan. Retour sur quatre d’entre eux.

1. L’affaire « personne »

En 1929, après avoir obtenu le droit de vote, les femmes doivent encore se battre pour être reconnues comme des « personnes ».

2. Les petits immigrés britanniques

Envoyés de gré ou de force au Canada pour échapper à la pauvreté, environ 100 000 enfants britanniques y feront leur vie au début du 20e siècle.

3. La déportation des Inuits

Dans les années 1950, le gouvernement canadien a déplacé une vingtaine de familles inuites dans l’Extrême-Arctique afin d’y asseoir sa souveraineté.

4. Prisonniers de guerre au Canada

Les Japonais, les Italiens et les Allemands internés pendant la Seconde Guerre mondiale n’étaient pas les premiers prisonniers de guerre au pays. Plus de 8000 personnes ont été enfermées dans des camps d’internement pendant la Première Guerre mondiale. Leur seul crime : leur origine.

http://ici.radio-canada.ca

La première ville-forêt se construit en Chine


Je trouve l’idée vraiment intéressante cette ville forêt, et une manière d’harmoniser la nature et la ville. Sûrement que cette ville sera pour des personnes aisées. Peut-être qu’un jour, les grandes villes verront l’avantage de ne pas tout détruire pour du béton
Nuage

 

La première ville-forêt se construit en Chine

 

Xavier Demeersman

Journaliste

 

Le chantier de la première ville-forêt vient de commencer. Imaginée par Stefano Boeri Architetti, connu pour ses tours écologiques, la future cité se situera dans le sud de la Chine et pourra accueillir 30.000 habitants dès 2020. Pas un seul bâtiment ne sera sans végétation, c’est la grande innovation du projet explique le cabinet.

C’est dans le sud de la Chine, dans la région montagneuse de Guangxi, que la première ville-forêt du monde va voir le jour. Ce chantier inédit qui vient de commencer — et devrait être achevé en 2020 — a été pensé par le cabinet de l’architecte italien Stefano Boeri connu, entre autres, pour les tours ou « forêts verticales » qu’il sème dans de multiples villes à travers le monde (citons par exemple la Green River à Milan, la jungle de l’aéroport de Pudong et les tours écologiques de Nanjing, Shanghai, Shenzhen…).

Cette évolution de l’architecture urbaine est portée par plusieurs architectes, comme Vincent Callebaut. L’objectif est d’améliorer le confort, de gagner en autonomie énergétique et, particulièrement en Chine, de rendre l’air des villes plus respirable…

À Liuzhou Forest City, il n’y aura pas un seul bâtiment qui ne sera pas couvert de végétation. © Stefano Boeri Architetti

À Liuzhou Forest City, il n’y aura pas un seul bâtiment qui ne sera pas couvert de végétation. © Stefano Boeri Architetti

Plus de 40.000 arbres dans la ville-forêt

C’est au nord de la municipalité de Liuzhou (qui a passé la commande), le long de la rivière Liujiang, que la ville sortira de terre. Différents types de bâtiments et de services sont prévus : sur les quelque 175 hectares qu’elle occupera, se trouveront des bureaux, des hôtels, des centres commerciaux, des écoles, des hôpitaux et bien sûr de nombreuses habitations.

Le cabinet d’architecture assure qu’elle pourra « accueillir 30.000 habitants, absorber environ 10.000 tonnes de CO2 et 57 tonnes de polluants par an, et produire approximativement 900 tonnes d’oxygène. »

Mais ce n’est pas tout, Liuzhou Forest City se veut aussi un modèle d’urbanisme autosuffisant en énergie grâce, à la fois, à la géothermie et une multitude de panneaux solaires.

La ville-forêt sera reliée à Liuzhou par une ligne rapide utilisée par des voitures électriques. © Stefano Boeri Architetti

La ville-forêt sera reliée à Liuzhou par une ligne rapide utilisée par des voitures électriques. © Stefano Boeri Architetti

Enfin, la végétation sera partout. Pas seulement le long des rues ou dans les jardins publics… Comme le montrent les dessins réalisés par les architectes, ils couvriront chaque bâtiment :

« c’est la grande innovation de ce projet ».

Pas moins de 40.000 arbres seront ainsi plantés et, avec eux, un million de plantes d’une centaine d’espèces différentes.

L’idée est non seulement d’absorber le dioxyde de carbone mais aussi d’abaisser la température, d’amenuiser la pollution sonore et bien sûr d’accueillir et favoriser la biodiversité de la région. Une ville du futur audacieuse et respectueuse de l’environnement comme on en rêverait, est en train de naître.

http://www.futura-sciences.com

Avec l’âge, les biches se rendent invisibles aux yeux des chasseurs


Les biches apprennent par expérience a devenir quasi-invisible surtout en période de chasse. En vieillissant, elles deviennent moins vulnérables au tir de fusil et à l’arc, car elles apprennent avec l’expérience à réduire leurs mouvements et trouvent des lieux plus pour y vivre
Nuage

 

Avec l’âge, les biches se rendent invisibles aux yeux des chasseurs

 

Biche

Avec le temps, les biches élaphes (Cervus elaphus) apprennent à éviter les chasseurs jusqu’à devenir quasiment invulnérables.

© ARDEA/MARY EVANS/SIPA

Anne-Sophie Tassart

Journaliste

Selon une étude publiée dans PlosOne, les biches élaphes (Cervus elaphus) acquièrent une certaine expérience avec l’âge qui leur permet d’éviter efficacement les chasseurs.

L’humain est loin d’être le seul animal qui gagne de l’expérience avec le temps. D’autres espèces, comme par exemple le cerf élaphe (Cervus elaphus), élaborent des stratégies tout au long de leur vie bien souvent pour réussir à échapper aux dangers qui les guettent. Selon une étude publiée le 14 juin 2017 dans PlosOne, les femelles de l’espèce précédemment citée apprennent à éviter les chasseurs avec l’âge.

Elles sont si efficaces qu’elles « deviennent pratiquement invulnérables aux chasseurs quand elles atteignent l’âge de 9/ 10 ans, indique l’étude. Ce qui confirme que l’expérience contribue à leur survie ».

Des biches suivies pendant plusieurs années

Les scientifiques, issus d’universités canadiennes et européennes, ont tenu à vérifier si la survie de ces biches intervient bien en réponse à un apprentissage au cours du temps plutôt que par un mécanisme de sélection naturelle (les biches les plus douées pour éviter les chasseurs dès la naissance vivent le plus longtemps, expliquant ainsi pourquoi tous les animaux les plus âgés sont quasi invulnérables). Les biologistes ont donc suivi, grâce à un collier GPS, 49 biches élaphes pendant 5 ans dans une zone de 46.000 m2 située au sud de la Colombie-Britannique et de l’Alberta (Canada).

Privilégier certaines zones et réduire le nombre de mouvements

En analysant les données obtenues, les scientifiques ont découvert que chez les biches élaphes, des changements de comportement et des adaptations en présence des chasseurs surviennent avec l’âge. L’expérience a permis à ces animaux de réduire leur nombre de mouvements pour gagner en discrétion et ainsi diminuer la probabilité de se faire repérer. De plus, suivant l’heure de la journée et même la saison, les biches vont savoir privilégier certaines zones plus sûres que d’autres pour vivre. En période de chasse, elles restent à la lisière de la forêt mais évitent de se rendre en son cœur. Elles passent également plus de temps sur des terrains accidentés et pentus tout particulièrement lorsque la saison de la chasse à l’arc a débuté. Dans ce cas, la personne est forcée de se mettre à proximité pour correctement viser. Sur une pente abrupte, l’exercice se révèle particulièrement difficile.

Toutes ces observations révèlent que le risque pour une biche élaphe de se faire tuer par un chasseur décroît de manière significative avec son âge. Par ailleurs, celles-ci ont une espérance de vie qui dépasse les 20 ans : de quoi devenir de véritables fantômes aux yeux de ceux qui les traquent.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Les secrets d’une prothèse en bois égyptienne vieille de 3000 ans se dévoilent


On a déjà parlé de cette prothèse de bois en 2011. Aujourd’hui, on en sait un peu plus sur cette prothèse qui a vraiment été utiliser par la fille d’un prêtre en Égypte il y a 3 000 ans. Cette prothèse en plus d’être mobile a été plusieurs fois ajusté pour s’adapter à l’utilisatrice. C’est grand savoir faire pour une époque aussi reculée
Nuage

 

Les secrets d’une prothèse en bois égyptienne vieille de 3000 ans se dévoilent

 

orteil en bois

La prothèse était portée par la fille d’un prêtre égyptien.

UNIVERSITY OF BASEL / MATJAŽ KAČIČNIK

Marine Van Der Kluft

 

C’est une découverte très rare : un orteil de bois vieux de 3000 ans, servant de prothèse à la fille d’un prêtre égyptien. Ressemblante et fonctionnelle, c’est l’une des plus vieilles prothèses au monde actuellement découvertes.

Les secrets ne s’emportent pas toujours dans la tombe… En 1871, quand deux frères égyptiens partent à la recherche de leur chèvre égarée, ils ne se doutaient pas de la découverte qu’ils étaient sur le point de faire. Comme le raconte la tradition orale, en se glissant dans une ouverture creusée dans la roche, ils découvrent la nécropole privée Cheikh Abd el-Gournah, où est notamment enterré l’ancien maire de Thèbes sous le règne d’Amenhotep II (roi de -1428 à -1400 environ), Sennefer. C’est une autre tombe de cette nécropole qui retient actuellement l’attention des chercheurs de l’Université de Basel : la TT95, qui abritait la momie d’une femme portant une prothèse de bois, après une amputation du gros orteil droit. Loin de la jambe de bois des pirates, c’est une découverte rare dont les scientifiques percent peu à peu les secrets.  

Un (bout de) pied dans la tombe

Vieille d’environ 3000 ans, elle serait, selon les chercheurs, l’une des plus vieilles prothèses actuellement découvertes. Faite d’une partie en bois et de pièces de cuir pour la fixation sur le pieds, des traces d’usure montrent qu’elle n’était pas seulement décorative mais servait réellement à son utilisatrice.

Très détaillée et ressemblante, elle « témoigne des compétences d’un artisan qui connaissait très bien la physionomie humaine », explique le communiqué.

Un savoir faire qui permet à la prothèse d’être particulièrement mobile, et le système de fixation solide. Une chercheuse de l’Université de Manchester l’avait d’ailleurs fait essayé en 2011 à des volontaires amputés du même orteil, qui l’avaient trouvé très confortable.

Sa porteuse était la fille d’un prêtre, probablement haut placé et assez riche pour offrir une prothèse « réalisée de façon aussi laborieuse et méticuleuse ».

« Sa propriétaire attachait de l’importance à une ressemblance naturelle, à l’esthétique et au confort », indique le communiqué. 

Grâce à la microscopie moderne, au passage aux rayons X et à la tomodensimétrie par ordinateur, ils ont pu constater que l’orteil de bois avait été modifié plusieurs fois pour l’adapter au pied de sa propriétaire.

« Cela montre à quel point l’intégrité du corps humain était importante », confie le Dr Andrea Loprieno-Gnirs, en charge du projet, au Daily Mail. »Cela montre aussi à quel niveau ces peuples souhaitaient déjà compenser l’handicap physique, et qu’ils avaient des technologies très sophistiquées pour la fabrication de prothèses. C’est un travail très impressionnant ». 

https://www.sciencesetavenir.fr

Ils font rôtir un humain au barbecue pour dénoncer la consommation de viande


Je peux comprendre que des gens préfèrent le vaginisme, le végétalisme, mais cette manie d’imposer leur idée, c’est d’y aller un peu fort. D’abord, si tout le monde ne mangeait que ce que la nature offre autre qu’animal, nous aurions une surproduction des terres et déjà, la terre en donne beaucoup … De plus, les animaux prédateurs chassent et mangent d’autres animaux souvent sans défense … Il serait par contre, bien de diminuer de beaucoup notre consommation animale, cela serait bien pour les omnivores qu’en principe nous sommes.
Nuage

 

Ils font rôtir un humain au barbecue pour dénoncer la consommation de viande

 

Paul Guyonnet Paul Guyonnet est journaliste vidéo généraliste au Huffington Post France

À l’appel de l’association Vegan Impact, des dizaines de personnes étaient réunies dans le centre de Paris pour un événement choc.

 

VÉGANISME – La pluie ne les aura pas arrêtés. Ce 1er juillet au matin, quelques dizaines de militants vegan étaient rassemblés sous des trombes d’eau place Igor Stravinsky, dans le centre de Paris, pour une opération organisée par l’association « Vegan Impact« . Pièce centrale du rassemblement: un barbecue géant sur lequel rôtissait… une femme maquillée pour lui donner un aspect carbonisé.

Une communication choc qui visait à interpeller au sujet de la consommation de viande pendant l’été, et notamment autour des barbecues.

Dans la foule, des slogans tels que « Les animaux aussi ressentent la peur et la douleur », « Voici le visage de votre viande » ou encore « Pour les animaux, la différence entre la vie et la mort c’est vous » pouvaient ainsi être lus, comme le montre notre vidéo en tête d’article.

Quelques minutes plus tard, un second individu, un homme cette fois a été installé sur le barbecue à l’échelle humaine qui avait été monté au centre de la place du 4e arrondissement de Paris.

http://www.huffingtonpost.fr/