Avec l’âge, les biches se rendent invisibles aux yeux des chasseurs


Les biches apprennent par expérience a devenir quasi-invisible surtout en période de chasse. En vieillissant, elles deviennent moins vulnérables au tir de fusil et à l’arc, car elles apprennent avec l’expérience à réduire leurs mouvements et trouvent des lieux plus pour y vivre
Nuage

 

Avec l’âge, les biches se rendent invisibles aux yeux des chasseurs

 

Biche

Avec le temps, les biches élaphes (Cervus elaphus) apprennent à éviter les chasseurs jusqu’à devenir quasiment invulnérables.

© ARDEA/MARY EVANS/SIPA

Anne-Sophie Tassart

Journaliste

Selon une étude publiée dans PlosOne, les biches élaphes (Cervus elaphus) acquièrent une certaine expérience avec l’âge qui leur permet d’éviter efficacement les chasseurs.

L’humain est loin d’être le seul animal qui gagne de l’expérience avec le temps. D’autres espèces, comme par exemple le cerf élaphe (Cervus elaphus), élaborent des stratégies tout au long de leur vie bien souvent pour réussir à échapper aux dangers qui les guettent. Selon une étude publiée le 14 juin 2017 dans PlosOne, les femelles de l’espèce précédemment citée apprennent à éviter les chasseurs avec l’âge.

Elles sont si efficaces qu’elles « deviennent pratiquement invulnérables aux chasseurs quand elles atteignent l’âge de 9/ 10 ans, indique l’étude. Ce qui confirme que l’expérience contribue à leur survie ».

Des biches suivies pendant plusieurs années

Les scientifiques, issus d’universités canadiennes et européennes, ont tenu à vérifier si la survie de ces biches intervient bien en réponse à un apprentissage au cours du temps plutôt que par un mécanisme de sélection naturelle (les biches les plus douées pour éviter les chasseurs dès la naissance vivent le plus longtemps, expliquant ainsi pourquoi tous les animaux les plus âgés sont quasi invulnérables). Les biologistes ont donc suivi, grâce à un collier GPS, 49 biches élaphes pendant 5 ans dans une zone de 46.000 m2 située au sud de la Colombie-Britannique et de l’Alberta (Canada).

Privilégier certaines zones et réduire le nombre de mouvements

En analysant les données obtenues, les scientifiques ont découvert que chez les biches élaphes, des changements de comportement et des adaptations en présence des chasseurs surviennent avec l’âge. L’expérience a permis à ces animaux de réduire leur nombre de mouvements pour gagner en discrétion et ainsi diminuer la probabilité de se faire repérer. De plus, suivant l’heure de la journée et même la saison, les biches vont savoir privilégier certaines zones plus sûres que d’autres pour vivre. En période de chasse, elles restent à la lisière de la forêt mais évitent de se rendre en son cœur. Elles passent également plus de temps sur des terrains accidentés et pentus tout particulièrement lorsque la saison de la chasse à l’arc a débuté. Dans ce cas, la personne est forcée de se mettre à proximité pour correctement viser. Sur une pente abrupte, l’exercice se révèle particulièrement difficile.

Toutes ces observations révèlent que le risque pour une biche élaphe de se faire tuer par un chasseur décroît de manière significative avec son âge. Par ailleurs, celles-ci ont une espérance de vie qui dépasse les 20 ans : de quoi devenir de véritables fantômes aux yeux de ceux qui les traquent.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s