Comment des chercheurs ont reconstitué le visage d’une adolescente grecque morte il y a 9 000 ans


La technologie est de plus en plus précise pour la reconstitution de visage. Avgi est une femme qui a existé il y a plus de 9 milles ans en Grèce. Avec une panoplie de spécialistes en divers domaines et plus l’imprimante 3 D, on voit les traits de cette femme plus masculine qu’aujourd’hui, et une autre reconstituions de 430 avant Jésus-Christ, aussi de Grèce, on voit que les traits d’une jeune fille se sont adoucis
Nuage

 

Comment des chercheurs ont reconstitué le visage d’une adolescente grecque morte il y a 9 000 ans

 

Avgi. Oscar Nilsson.

Avgi. Oscar Nilsson.

Repéré par Fabien Jannic-Cherbonnel

Repéré sur National Geographic

Son visage était plus dur et masculin que ceux de l’humanité moderne.

 

Elle s’appelle Avgi et la dernière fois que sa tête a été aperçue, elle vivait en Grèce il y a près de 9 000 ans. Et sans les technologies modernes n’ont n’aurions probablement jamais été capables de savoir à quoi ressemblait cette adolescente du Mésolithique.

Le visage reconstitué de cette jeune femme a été dévoilé cette semaine par des chercheurs de l’Université d’Athènes au Musée de l’Acropole. Celle-ci était en vie aux environs de 7 000 avant Jésus-Christ, alors que la région passait d’une société de chasseurs et à une société de cultivateurs. C’est d’ailleurs de là que vient son prénom, explique

National Geographic : Avgi signifie aube en français, un nom choisi pour symboliser la naissance de la civilisation moderne.

La reconstruction du visage d’Avgi a été un processus long et complexe, mené par une équipe comportant un endocrinologue, un orthopédiste, un neurologue, un pathologiste, un radiologiste ainsi qu’un archéologiste suédois. L’équipe s’est servi du crâne de la jeune fille, retrouvé en 1993, pour ensuite en imprimer une copie parfaite grâce à une imprimante 3D. Vient ensuite la reconstruction des muscles, un à un. La couleur de la peau et des cheveux, impossible à deviner, provient des traits communs connus de la population de l’époque.

Le résultat final est impressionnant et Oscar Nilsson, un archéologue suédois qui a participé à la reconstruction, explique que la tête d’Avgi est intéressante à bien des égards :

«Elle possède un crâne et des caractéristiques uniques, pas spécialement féminines. J’ai participé à de nombreuses reconstructions de visages datant de l’âge de pierre et je pense que certaines caractéristiques physiques ont disparu avec le temps. En général, aujourd’hui, les hommes comme les femmes sont moins masculines.»

Ce n’est pas la première fois que l’équipe de Manolis Papagrigorakis recrée le visage d’une personne disparue il y a des millénaires. En 2010, les chercheurs présentaient le visage de Myrtis, une fillette athénienne de 11 ans qui vivait aux alentours de 430 avant Jésus-Christ. En regardant les images, force est de constater que les traits se sont considérablement adoucis comparés à Avgi.

View image on Twitter

 

L’avancée des techniques de reconstruction permet de se faire une idée plus précise de l’apparence des humains qui peuplaient la Terre il y a des millénaires. En décembre dernier, une équipe de chercheurs présentait notamment le visage d’une ancienne reine péruvienne.

http://www.slate.fr

Washington réautorise l’importation de trophées d’éléphants


Je suis contre la chasse pour le plaisir et de récolter un trophée de chasse. C’est décevant que l’administration de Trump détruit l’interdiction menée par Barak Obama pour que des éléphants qui sont déjà une espèce menacée risque de disparaître beaucoup plus vite.
Nuage

 

Washington réautorise l’importation de trophées d’éléphants

 

Le U.S. Fish & Wildlife Service «va émettre... (ARCHIVES REUTERS)

Le U.S. Fish & Wildlife Service «va émettre des permis autorisant l’import des trophées d’éléphants chassés par loisir au Zimbabwe à partir du 21 janvier 2016 et jusqu’au 31 décembre 2018».

ARCHIVES REUTERS

SHAHZAD ABDUL
Agence France-Presse
Washington

 

L’administration de Donald Trump faisait face jeudi à une avalanche de critiques de la part des associations de défense des animaux pour avoir réautorisé les chasseurs américains à importer des trophées d’éléphants tués au Zimbabwe.

La décision a d’autant plus choqué que les arguments sur lesquels s’appuie ce changement brutal de politique sont jugés fallacieux par ces organisations.

Les autorités américaines ont renversé une précédente interdiction, imposée sous Barack Obama, d’importer notamment les très recherchées défenses d’ivoire de cet animal menacé et dont la population en Afrique décroit rapidement.

Le U.S. Fish & Wildlife Service (USFWS), «va émettre des permis autorisant l’import des trophées d’éléphants chassés par loisir au Zimbabwe à partir du 21 janvier 2016 et jusqu’au 31 décembre 2018», a écrit jeudi sur son site l’agence fédérale américaine chargée des questions de chasse et de pêche.

Elle confirmait ainsi une annonce faite cette semaine lors d’un forum sud-africain pro-chasse, le Safari Club International Foundation, qui a bataillé dur au côté du lobby américain des armes, la NRA, pour obtenir cette victoire.

Plusieurs médias américains affirment que le permis s’appliquera également à la Zambie et qu’une réévaluation sera menée mi-2018 pour envisager une prolongation de l’autorisation.

«Comportement répréhensible de l’administration Trump. 100 éléphants sont déjà tués chaque jour. Cela mènera à davantage de braconnage», a dénoncé The Elephant Project sur Twitter.

Pour sa part, le centre américain pour la biodiversité a déploré qu’en autorisant à faire entrer «des têtes, des pieds et des queues d’éléphants morts aux États-Unis», Donald Trump «légalise le fait du tuer des éléphants menacés».

Selon l’organisation Great Elephant Census, le nombre de pachydermes a chuté de 30% entre 2007 et 2014 en Afrique, avec une baisse de 6% pour le Zimbabwe.

Donald Trump Jr pose avec une queue d'éléphant... (TWITTER) - image 2.0

Donald Trump Jr pose avec une queue d’éléphant dans la main, lors d’un voyage de chasse en Afrique.

TWITTER

Protection ou aberration?

L’administration du président républicain exploite avec cette décision un aspect de la loi américaine sur les espèces en danger (Endangered Species Act), qui stipule que l’importation de tels trophées peut être légale si preuve est apportée que la chasse bénéficie à la conservation plus large des espèces.

«La chasse pour le loisir, légale, bien encadrée, dans le cadre d’un programme, peut bénéficier à la conservation de certaines espèces en incitant les populations locales à conserver les espèces et en injectant l’argent dans la conservation», explique ainsi l’USFWS.

«Pour soutenir la conservation, les chasseurs devraient choisir de chasser seulement dans des pays qui ont une forte gouvernance, un encadrement intelligent et des populations sauvages en bonne santé», ajoute l’agence.

Ce raisonnement, dénonce l’association américaine de défense des animaux PETA, «revient à vendre un enfant sur le marché noir afin de lever de l’argent pour combattre les violences faites aux enfants».

Hasard du calendrier, la diplomatie américaine a rendu jeudi son premier rapport annuel sur le trafic d’espèces sauvages, dans lequel il émet une liste de pays qui font l’objet d’«inquiétudes», mais dont le Zimbabwe et la Zambie sont absents.

«Le trafic d’espèces sauvages reste un grave crime transnational qui menace la sécurité, la prospérité économique, l’état de droit, les efforts de conservation et la santé humaine», écrit le département d’État. «Le gouvernement américain combat ce commerce illégal aux États-Unis et à l’étranger.»

Une semblable décision avait déjà été prise – sans faire de remous – en octobre, lorsque l’USFWS était déjà revenu sur l’interdiction d’importer des trophées de lions venus du Zimbabwe et de Zambie. Le braconnage du lion Cecil au Zimbabwe en 2015 avait pourtant provoqué une polémique mondiale.

De nombreux observateurs se demandaient également si la décision prise sur les éléphants par l’administration américaine a un lien avec la passion des deux fils aînés du président, Don Jr. et Eric, qui se rendent régulièrement à la chasse aux trophées en Afrique.

Une photo, notamment, était très partagée sur les réseaux sociaux. On y voit Donald Trump Jr poser, cartouches de fusil à la ceinture, un canif dans la main droite et une queue d’éléphant dans la main gauche, à côté de l’animal mort.

http://www.lapresse.ca/

Avec l’âge, les biches se rendent invisibles aux yeux des chasseurs


Les biches apprennent par expérience a devenir quasi-invisible surtout en période de chasse. En vieillissant, elles deviennent moins vulnérables au tir de fusil et à l’arc, car elles apprennent avec l’expérience à réduire leurs mouvements et trouvent des lieux plus pour y vivre
Nuage

 

Avec l’âge, les biches se rendent invisibles aux yeux des chasseurs

 

Biche

Avec le temps, les biches élaphes (Cervus elaphus) apprennent à éviter les chasseurs jusqu’à devenir quasiment invulnérables.

© ARDEA/MARY EVANS/SIPA

Anne-Sophie Tassart

Journaliste

Selon une étude publiée dans PlosOne, les biches élaphes (Cervus elaphus) acquièrent une certaine expérience avec l’âge qui leur permet d’éviter efficacement les chasseurs.

L’humain est loin d’être le seul animal qui gagne de l’expérience avec le temps. D’autres espèces, comme par exemple le cerf élaphe (Cervus elaphus), élaborent des stratégies tout au long de leur vie bien souvent pour réussir à échapper aux dangers qui les guettent. Selon une étude publiée le 14 juin 2017 dans PlosOne, les femelles de l’espèce précédemment citée apprennent à éviter les chasseurs avec l’âge.

Elles sont si efficaces qu’elles « deviennent pratiquement invulnérables aux chasseurs quand elles atteignent l’âge de 9/ 10 ans, indique l’étude. Ce qui confirme que l’expérience contribue à leur survie ».

Des biches suivies pendant plusieurs années

Les scientifiques, issus d’universités canadiennes et européennes, ont tenu à vérifier si la survie de ces biches intervient bien en réponse à un apprentissage au cours du temps plutôt que par un mécanisme de sélection naturelle (les biches les plus douées pour éviter les chasseurs dès la naissance vivent le plus longtemps, expliquant ainsi pourquoi tous les animaux les plus âgés sont quasi invulnérables). Les biologistes ont donc suivi, grâce à un collier GPS, 49 biches élaphes pendant 5 ans dans une zone de 46.000 m2 située au sud de la Colombie-Britannique et de l’Alberta (Canada).

Privilégier certaines zones et réduire le nombre de mouvements

En analysant les données obtenues, les scientifiques ont découvert que chez les biches élaphes, des changements de comportement et des adaptations en présence des chasseurs surviennent avec l’âge. L’expérience a permis à ces animaux de réduire leur nombre de mouvements pour gagner en discrétion et ainsi diminuer la probabilité de se faire repérer. De plus, suivant l’heure de la journée et même la saison, les biches vont savoir privilégier certaines zones plus sûres que d’autres pour vivre. En période de chasse, elles restent à la lisière de la forêt mais évitent de se rendre en son cœur. Elles passent également plus de temps sur des terrains accidentés et pentus tout particulièrement lorsque la saison de la chasse à l’arc a débuté. Dans ce cas, la personne est forcée de se mettre à proximité pour correctement viser. Sur une pente abrupte, l’exercice se révèle particulièrement difficile.

Toutes ces observations révèlent que le risque pour une biche élaphe de se faire tuer par un chasseur décroît de manière significative avec son âge. Par ailleurs, celles-ci ont une espérance de vie qui dépasse les 20 ans : de quoi devenir de véritables fantômes aux yeux de ceux qui les traquent.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Sensibilisation contre le braconnage et la chasse aux trophées


Ceci est une mise en scène de La Woolshed Company pour dénoncer le braconnage, la chasse illégale pour de l’argent ou pour le plaisir, une industrie de plusieurs milliards de dollars sur le dos des animaux en voie de disparition. Les personnes ne sont pas de vrais chasseurs et le lion n’est pas mort, il n’y a pas eu aucun blessé. C’est un message clair qu’il faut arrêter le braconnage et la chasse aux trophées.
Nuage

 

Sensibilisation contre le braconnage et la chasse aux trophées

 

Votre chat est plus actif la nuit ? Voilà pourquoi !


Il y a des chats qui s’habituent au rythme des humains, mais d’autres ont encore leur instinct de chasseur et préfère être actif la nuit
Nuage

 

Votre chat est plus actif la nuit ? Voilà pourquoi !

 

Par Deborah KoslowskiCrédits

photo : Shutterstock

Vous aimez profondément votre matou, le choyez tant et si bien qu’il ne manque de rien et pourtant, à la nuit tombée, il passe du sage docteur Jekyll au terrible M. Hyde…

Doux, câlin, joueur, calme, gentil, toujours prêt à ronronner de bon cœur… pas de doute, votre chat est le plus adorable de tous. Néanmoins, quand vient la nuit et l’heure d’aller se coucher pour vous, quelque chose se passe dans la tête de votre tigre de salon le poussant à une étrange hyperactivité alors même que vous n’aspirez à rien d’autre qu’à trouver une place dans les bras de Morphée. D’ailleurs, à peine avez-vous fait votre entrée dans le sommeil profond que déjà, il part à l’aventure et n’hésite pas à se jeter sur le bout de votre nez avec la ferme intention de vous réveiller.

Le chat, un chasseur

Pourquoi tant de haine pour votre repos, vous demandez-vous ? Sachez tout d’abord que le chat est un animal polyphasique, rappelle Amandine Roulet, comportementaliste spécialiste du chat. C’est-à-dire que plusieurs phases s’alternent dans son rythme de vie. Aussi, si certains félins sont capables de s’adapter au point de suivre la même cadence que leurs maîtres – se lever, manger, jouer, manger, jouer, dormir – ; d’autres sont restés fidèles à leur instinct primaire.

Domestiqués depuis bien moins longtemps que les chiens, les chats ont en effet gardé leur amour pour la chasse. En plus, leur ancêtre n’était ni plus ni moins qu’un prédateur nocturne. Vous l’aurez compris, c’est donc un comportement qui est inscrit dans leurs gènes et la nuit est le moment que vos compagnons octroient donc à leurs passe-temps favoris. Ils privilégieront la journée pour dormir afin d’être en forme pour se nourrir et se défouler la nuit. Et puisque vous êtes leurs colocataires préférés étant donné que vous les chouchoutez, c’est naturellement qu’ils vous font profiter de leur horloge interne féline.

Ce que vous devez faire

Malheureusement, les folles nuits des chats sont totalement incompatibles avec vos journées à vous. Quelques solutions toutes simples s’imposent donc pour ne pas nuire à vos relations : déjà, ne le disputez pas car il agit de façon naturelle. Si possible, ne réagissez pas à ces sollicitations afin qu’il se lasse et aille voir ailleurs. Par ailleurs vous pouvez également faire en sorte de faire évoluer ses habitudes en le tenant éveillé la journée grâce à des jeux et surtout, mettez en place une routine qui leur permettra de bien identifier vos temps de repos.

http://wamiz.com/

Pour une somme importante Un chasseur accusé d’avoir tué le plus célèbre lion du Zimbabwe


Une autre triste histoire du côté animal Les gens sont vraiment égoïstes pour de l’argent, ils sont prêt à tuer un animal protégé ou en voie d’extinction et pire quand ils chassent dans un parc national ou une réserve pour satisfaire des riches cons (pour rester polie)
Nuage

 

Pour une somme importante

Un chasseur accusé d’avoir tué le plus célèbre lion du Zimbabwe

 

(capture d’écran, YouTube – Bryan Orford)

Un riche touriste étranger est accusé de s’être offert la tête du plus célèbre lion du Zimbabwe, vedette du parc national de Hwange en raison de sa crinière noire, tué après une chasse à l’arc, a-t-on appris lundi auprès d’une ONG de protection de la nature.

L’animal, un mâle baptisé Cecil, très populaire auprès des touristes, a été retrouvé il y a deux semaines gisant hors de la réserve.

(Thomas Joyce – site de la BBC)

«L’intermédiaire spécialisé dans les permis de chasse et un chasseur ont été inculpés», a indiqué Johnny Rodrigues, président de l’ONG Zimbabwe Conservation Taskforce. «Nous cherchons encore à établir l’identité et la nationalité du chasseur. 50.000 dollars auraient changé de mains selon certaines allégations qui restent à vérifier».

Le contrevenant – un Espagnol selon des sources proches des autorités du parc, un Américain selon d’autres indications – devrait comparaître pour braconnage avec un intermédiaire soupçonné d’avoir empoché beaucoup d’argent, selon M. Rodrigues.

Ni les autorités du parc, ni la police n’étaient joignables dans l’immédiat.

«Qu’un lion aussi emblématique soit tué, c’est une vraie perte pour le tourisme local et une grande source d’anxiété», a commenté Emmanuel Fundira, président de l’association des opérateurs de safaris.

«Cecil portait un collier. Cela signifie qu’il avait été choisi à des fins de recherches et d’études. Il était aussi populaire auprès des visiteurs de Hwange qui étaient fascinés par sa crinière noire et voulaient toujours savoir où il était», a-t-il ajouté.

Les riches amateurs de chasse, majoritairement américains, sont prêts à payer des fortunes pour pister et tuer des buffles, grands félins, ou autres gros gibiers sur les terres africaines, où la chasse au trophée est légale.

Ils font appel à des intermédiaires qui leur vendent le permis de tuer tel ou tel animal, les bénéfices servant à entretenir les réserves.

La chasse n’est autorisée que dans les réserves privées, pas dans les parcs nationaux comme Hwange, ou le Kruger en Afrique du Sud.

http://tvanouvelles.ca/