Le sauvetage exceptionnel d’un faon encore vivant, coincé dans le ventre de sa mère morte


C’est une bien triste manière de mettre au monde des jumeaux. Une biche donnait naissance et a été frappée par une voiture.  Elle est morte ainsi que son petit. Grâce à la rapidité du garde-chasse de venir sur les lieux après avoir été alerté et son sang-froid pour aider l’autre faon a venir au monde, il aura plus de change de survie
Nuage

 

Le sauvetage exceptionnel d’un faon encore vivant, coincé dans le ventre de sa mère morte

 

faon

Crédits : Capture Facebook / Oklahoma Game Wardens

par Brice Louvet

Un sauvetage exceptionnel : en Oklahoma, un homme a récemment effectué une intervention chirurgicale d’urgence pour délivrer un faon vivant pas encore né, coincé dans le ventre de sa mère frappée et tuée par une voiture.

L’histoire poignante a été partagée dans un post sur Facebook le 10 juin dernier par les Oklahoma Game Wardens, du Département de conservation de la faune de l’Oklahoma (ODWC) aux États-Unis. Le 9 juin, le garde-chasse Ryan Walker a répondu à un appel signalant qu’une biche avait été frappée et tuée par un véhicule sur une route nationale – avec en plus un jeune faon vu à proximité. La mère avait effectivement récemment donné naissance, mais lorsque l’homme est arrivé sur les lieux, la biche et le faon étaient déjà morts. C’est alors qu’il a remarqué un mouvement à l’intérieur de la mère : elle avait porté des jumeaux, et l’un d’eux était toujours dans son ventre.

N’ayant pas de temps à perdre, Ryan Walker a immédiatement pratiqué une césarienne sur le bord de la route pour délivrer le faon, qui s’est mis à respirer tout seul « en quelques secondes », peut-on lire sur le post Facebook. Le faon a immédiatement été transporté chez un réhabilitateur de la faune : une personne autorisée par l’État de l’Oklahoma à prendre soin des animaux sauvages blessés ou trop jeunes pour survivre par leurs propres moyens. Ces nouveau-nés sauvés sont nourris au biberon et abrités dans des enclos extérieurs. Les responsables gardent délibérément les clôtures basses. De cette façon, un animal adulte peut facilement sauter par-dessus quand il est prêt à retourner dans la nature.

Grâce aux efforts de Ryan Walker, l’avenir semble prometteur pour ce jeune faon. Cependant, notez que tous les faons trouvés seuls ne sont pas orphelins. Il arrive souvent que les mères quittent leurs bébés pour chercher de la nourriture. Elles sont généralement proches, même si vous ne les voyez pas.

Source

http://sciencepost.fr/

13 câlins entre des animaux d’espèces différentes qui montrent que l’amour est universel.


Des animaux élevé ensemble que ce soit dans la nature ou domestiqués, qui sont souvent des ennemies apprennent a vivre ensemble. N’est-ce pas une leçon que nous pouvons en tirer ?
Nuage

 

13 câlins entre des animaux d’espèces différentes qui montrent que l’amour est universel.

 

N° 1 —Viens ici, toi !!

N° 2 —La vie n’est pas juste, n’est-ce pas mon vieux ?

N° 3 —Laisse-moi essayer cela… non. Que penses-tu de ça ? Toujours pas. Voilà, comme ça, ça marche !

N° 4 —Tu as un nid vraiment très douillet !

N° 5 —Profitons-en et câlinons-nous à l’envi, les humains seront bientôt là.

N° 6 —Coucou !

N° 7 —La vie est bien plus belle avec des câlins !

N° 8 —Peu importe ce qu’ils disent… amis pour la vie !

N° 9 —Câlinons-nous.

N° 10 —La vue est magnifique ici !

N° 11 —Attends, j’ai raté un endroit…

N° 12 —En matière de câlins, nous faisons une équipe du tonnerre !

N° 13 —Rien de mieux pour finir une journée…

https://bridoz.com/

La biche rencontre une créature inhabituelle


 En hiver, les biches, les cerfs, cherchent de la nourriture à travers la neige. Qu’est ce qui est ouvre l’appétit qu’une odeur de carotte ? Mais c’est alors qu’une biche apparaît. Une biche apparait, ne sachant pas ce qu’elle voit et vivant ou non. Comme cet étrange bonhomme de neige fait par des enfants ne bouge pas, alors elle lui vole son nez pour le manger gloutonnement. !
Nuage
 

 

La biche rencontre une créature inhabituelle

 

Quand les macaques explorent leur sexualité… avec des cerfs !


Curieux qu’au Japon des femelles macaques explorent leur sexualité sur des cerfs. Frustration, les mâles sont moins actifs, la proximité des deux races ?
Nuage

Quand les macaques explorent leur sexualité… avec des cerfs !

 

Les chercheurs canadiens imaginent que le comportement étonnant des femelles macaques peut servir d’exutoire à leur frustration sexuelle. © Noëlle Gunst, université de Lethbridge

 

Nathalie Mayer

Journaliste

 

Il y a quelques mois, les images d’un jeune macaque en pleine saillie sur une biche avaient fait le tour du monde

Une pratique sexuelle hors norme, avaient alors supposé les scientifiques. Mais aujourd’hui, ceux-ci semblent tenir la preuve que les relations interespèces ne sont pas si rares chez les primates. Leurs images montrent ainsi de jeunes femelles macaques qui montent sur des cerfs.

Au centre du Japon, il est une réserve où vivent en totale liberté différentes espèces animales. En totale liberté et même, en totale harmonie concernant les macaques japonais et les cerfs ! C’est ce que semble révéler une étude réalisée par des chercheurs de l’université de Lethbridge (Canada). En quelques mois, ils ont en effet pu observer près de 260 actes sexuels entre ces deux espèces.

Les images rapportées sont sans équivoque. Elles montrent de jeunes femelles macaques qui montent sur des cerfs et se frottent les parties génitales contre le dos de leur étonnant partenaire. Ces derniers, quant à eux, semblent totalement insensibles à l’intérêt que leur portent ces demoiselles.

Vaincre la frustration sexuelle

Pour expliquer ces relations sexuelles, qui semblent pourtant tout à fait contre-nature, les chercheurs canadiens invoquent d’abord le fait que les aires de vie de ces primates et de ces cervidés se rejoignent. En effet, les cerfs aiment grignoter les restes de nourriture laissés à l’abandon par les macaques japonais. De plus, leur période d’accouplement s’avère être la même.

Surtout, les chercheurs estiment que ce comportement pourrait servir aux femelles macaques à explorer leur sexualité. Leurs relations avec les cerfs leur permettraient de combler le manque ressenti du fait du peu de désir sexuel dont font preuve leurs mâles. Cependant, rien ne permet aujourd’hui de savoir s’il s’agit là d’un phénomène de mode ou d’une pratique qui s’installera sur le long terme

.

https://www.futura-sciences.com

Un serpent engloutit un animal à une vitesse record


La fondation The Black Jaguar-White Tiger, qui lutte pour la protection des grands félins, a mis sur le web, une vidéo d’un serpent qui avale une biche avec une grande rapidité. La biche inconsciente probablement par l’effet du venin de serpent a pu donc l’avaler d’un seul morceau grâce à sa peau élastique. Après ce copieux repas, il en a pour quelques jours pour digérer. Ce qui me surprend, par contre, c’est que les hommes l’ont touché et le serpent n’a pas eu le réflexe de recracher sa proie
Nuage

 

Un serpent engloutit un animal à une vitesse record

 

Avec l’âge, les biches se rendent invisibles aux yeux des chasseurs


Les biches apprennent par expérience a devenir quasi-invisible surtout en période de chasse. En vieillissant, elles deviennent moins vulnérables au tir de fusil et à l’arc, car elles apprennent avec l’expérience à réduire leurs mouvements et trouvent des lieux plus pour y vivre
Nuage

 

Avec l’âge, les biches se rendent invisibles aux yeux des chasseurs

 

Biche

Avec le temps, les biches élaphes (Cervus elaphus) apprennent à éviter les chasseurs jusqu’à devenir quasiment invulnérables.

© ARDEA/MARY EVANS/SIPA

Anne-Sophie Tassart

Journaliste

Selon une étude publiée dans PlosOne, les biches élaphes (Cervus elaphus) acquièrent une certaine expérience avec l’âge qui leur permet d’éviter efficacement les chasseurs.

L’humain est loin d’être le seul animal qui gagne de l’expérience avec le temps. D’autres espèces, comme par exemple le cerf élaphe (Cervus elaphus), élaborent des stratégies tout au long de leur vie bien souvent pour réussir à échapper aux dangers qui les guettent. Selon une étude publiée le 14 juin 2017 dans PlosOne, les femelles de l’espèce précédemment citée apprennent à éviter les chasseurs avec l’âge.

Elles sont si efficaces qu’elles « deviennent pratiquement invulnérables aux chasseurs quand elles atteignent l’âge de 9/ 10 ans, indique l’étude. Ce qui confirme que l’expérience contribue à leur survie ».

Des biches suivies pendant plusieurs années

Les scientifiques, issus d’universités canadiennes et européennes, ont tenu à vérifier si la survie de ces biches intervient bien en réponse à un apprentissage au cours du temps plutôt que par un mécanisme de sélection naturelle (les biches les plus douées pour éviter les chasseurs dès la naissance vivent le plus longtemps, expliquant ainsi pourquoi tous les animaux les plus âgés sont quasi invulnérables). Les biologistes ont donc suivi, grâce à un collier GPS, 49 biches élaphes pendant 5 ans dans une zone de 46.000 m2 située au sud de la Colombie-Britannique et de l’Alberta (Canada).

Privilégier certaines zones et réduire le nombre de mouvements

En analysant les données obtenues, les scientifiques ont découvert que chez les biches élaphes, des changements de comportement et des adaptations en présence des chasseurs surviennent avec l’âge. L’expérience a permis à ces animaux de réduire leur nombre de mouvements pour gagner en discrétion et ainsi diminuer la probabilité de se faire repérer. De plus, suivant l’heure de la journée et même la saison, les biches vont savoir privilégier certaines zones plus sûres que d’autres pour vivre. En période de chasse, elles restent à la lisière de la forêt mais évitent de se rendre en son cœur. Elles passent également plus de temps sur des terrains accidentés et pentus tout particulièrement lorsque la saison de la chasse à l’arc a débuté. Dans ce cas, la personne est forcée de se mettre à proximité pour correctement viser. Sur une pente abrupte, l’exercice se révèle particulièrement difficile.

Toutes ces observations révèlent que le risque pour une biche élaphe de se faire tuer par un chasseur décroît de manière significative avec son âge. Par ailleurs, celles-ci ont une espérance de vie qui dépasse les 20 ans : de quoi devenir de véritables fantômes aux yeux de ceux qui les traquent.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Cette biche vivait avec une flèche dans la tête


Hier, j’ai partagé l’histoire de cette biche qui avait une flèche dans la tête, et bien il y a une suite. Une belle fin pour l’animal qui pourra vivre de façon normale sans une flèche qui fera obstacle a certains endroits qui aurait pu être difficile d’accès
Nuage

 

 

Cette biche vivait avec une flèche dans la tête

 

La semaine dernière une habitante du New-Jersey aux Etats-Unis a découvert une biche dans son jardin.

Un fait peut-être courant mais celle-ci avait la tête transpercée par une flèche. Et on ne sait pas comment cette bête a pu vivre de cette manière mais pourtant elle l’a bien fait. La biche victime vraisemblablement d’un chasseur ne semblait pas mal en point et arrivait tout de même à se nourrir ainsi qu’à se promener.

Cette personne avait relayé l’histoire via les réseaux sociaux qui ont été touchés par cette histoire quelque peu tragique. Après avoir été touchée par l’animal, cette habitante a contacté une société protectrice des animaux qui a permis à cette biche d’être libérée de cette flèche.

Une histoire qui se termine bien puisque les chances de guérison sont plus que positives selon les vétérinaires.

http://www.meltybuzz.fr