Si vous allez en Thaïlande, n’alimentez pas le commerce des "éléphants à touristes"


En temps que touristes, nous avons un pouvoir de changer les choses face aux animaux qui sont utilisés pour le tourisme. Souvent, ces animaux sont maltraités et vivent dans des conditions qui ne sont pas adaptées pour eux. Refuser ce genre de commerce oblige cette industrie a changer leurs comportements
Nuage

 

Si vous allez en Thaïlande, n’alimentez pas le commerce des « éléphants à touristes »

 

Un touriste peint un éléphant à l’occasion des festivités de Songkran, en Thaïlande.

SAKCHAI LALIT/AP/SIPA

En Asie, la vie des pachydermes s’apparente le plus souvent à un calvaire, que les touristes peuvent choisir de cautionner ou non.

EXPLOITATION. Pour quelques minutes passées à déambuler sur leur dos, combien d’années de souffrance pour les pachydermes ? Les éléphants, exploités en masse par l’industrie du tourisme en Thaïlande, vivent souvent dans des conditions « inacceptables », met en garde l’ONG internationale World Animal Protection (WAP), qui vient de réaliser une étude sur leur sort en visitant plus de 220 attractions du sud asiatique.

Dans ce secteur qui échappe souvent aux régulations, plus des trois quarts des « éléphants à touristes » vivraient dans des conditions « mauvaises voire inacceptables ».

Des éléphants mieux traités au Cambodge qu’en Inde ou Thaïlande

Sur les 2.923 éléphants recensés dans l’industrie du tourisme, 2.198 se trouvent en Thaïlande. Viennent ensuite l’Inde (617 éléphants), le Sri Lanka (166), le Népal (147), le Laos (59) et le Cambodge (36). Avec des disparités certaines dans les conditions de vie : l’Inde et la Thaïlande sont les plus mauvais élèves en Asie, alors qu’un pays comme le Cambodge traite plutôt bien ses éléphants employés dans le secteur touristique.

STRESS.

« Quand ils ne sont pas utilisés pour des promenades ou des spectacles, les éléphants sont enchaînés jour et nuit, le plus souvent avec une chaîne de moins de trois mètres de long », un constat fait à travers toute l’Asie, souligne le rapport. »La nourriture qui leur est donnée est de mauvaise qualité, pour des soins vétérinaires très limités. Ils sont de surcroît souvent parqués dans des endroits stressants, avec de la musique forte ou des groupes de touristes, sur un sol en ciment », conclut le rapport.

Vers de nouveaux modes de tourisme plus respectueux

L’industrie des parcs à éléphants en Thaïlande s’est développée dans les années 1990, après l’interdiction de l’exploitation des éléphants pour transporter des arbres dans le secteur forestier.Pour Jan Schmidt-Burbach, qui travaille pour WAP et est basé en Thaïlande, les touristes ont le pouvoir d’améliorer la vie de ces éléphants captifs en choisissant des sites qui favorisent l’observation des animaux.

« En règle générale, si vous pouvez étreindre, prendre un selfie ou monter sur un animal sauvage, c’est cruel et vous ne devriez pas le faire », explique-t-il

ALTERNATIVES. L’ONG est particulièrement préoccupée par les cirques en Thaïlande, où des éléphants sont souvent vus en train de faire du tricycle, de marcher sur des haltères et même de jouer au basket.

 « La formation nécessaire pour que les éléphants effectuent de telles prouesses est particulièrement cruelle et stressante », estiment les chercheurs.

Aujourd’hui, l’attraction est populaire auprès des dizaines de millions de touristes qui se rendent chaque année en Thaïlande. Toutefois commencent à apparaître des parcs à éléphants alternatifs, ne proposant pas de balades à dos de pachydermes… mais seulement de les observer, de loin.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Un gigantesque visiteur fait une surprise aux touristes


Cette scène a été filmée à Elephant Sands , un terrain de camping dans le nord du Botswana. Juste à l’extérieur d’Elephant Sands se trouve un trou d’eau « naturel » où les éléphants aiment venir se désaltérer, on peut ainsi observer ces animaux majestueux à seulement quelques pas. Cette fois-ci, c’est un éléphant qui vient observer les touristes
Nuage

 

Un gigantesque visiteur fait une surprise aux touristes

Des singes indonésiens volent vos affaires et les échangent contre un biscuit


Demander une rançon est très connu chez l’être humain, mais pas chez les animaux, enfin presque. En effet, des macaques crabiers en Indonésie, ont appris que prendre objets de valeur des touristes peuvent être troqué contre des aliments.
Nuage

 

Des singes indonésiens volent vos affaires et les échangent contre un biscuit

 

 

Macaca fascicularis at Ngarai Sianok, Bukittinggi, West Sumatra | Sakurai Midori via Wikimédia CC License by

Macaca fascicularis at Ngarai Sianok, Bukittinggi, West Sumatra | Sakurai Midori via Wikimédia CC License by

Repéré par Vincent Manilève

Repéré sur New Scientist

Ils ont parfaitement compris le principe de la rançon.

Si vous visitez un jour le temple d’Uluwatu à Bali en Indonésie, faites très attention à vos affaires, il se peut que des petits malfrats d’un nouveau genre s’en prennent à vous. 

Le New Scientist explique en effet sur son site que certains singes (des macaques crabiers) «attrapent des choses de valeur, telles que des lunettes, des chapeaux, des appareils photos ou, une liasse de billets dans une caisse comme c’est arrivé une fois, puis attendent que l’équipe du temple leur offre de la nourriture pour qu’ils relâchent leurs gains et s’enfuient avec leur récompense goûteuse».

La vidéo ci-dessous illustre parfaitement ce genre de comportement.

 

Seulement voilà, le phénomène n’avait jamais été vraiment étudié jusque-là. C’est ce qui rend l’étude de Fany Brotcorne, primatologue de l’université de Liège, si intéressante.

«Brotcorne voulait savoir si c’était en effet culturel, ce qui pourrait nous aider à comprendre les capacités cognitives du singe, et même l’évolution de l’homme», écrit New Scientist.

Après des mois passés à observer ces singes, elle et son équipe ont découvert que les petits délinquants étaient surtout de jeunes mâles, plus à même de prendre des risques, et qu’ils s’observaient beaucoup entre eux pour apprendre les techniques de vol. Au fil du temps, ils ont remarqué que certains groupes évoluant dans la zone ont progressivement compris ce qu’ils pouvaient tirer de l’affluence touristique.

Pour Serge Wich, primatologue de l’université John Moore de Liverpool, cela donne un nouvel exemple «assez spectaculaire de flexibilité dans le comportement des primates en réponse aux changements d’environnement. Cela indique qu’il peut effectivement y avoir une nouvelle tradition comportementale chez les primates et que les nouvelles traditions peuvent impliquer le vol et l’échange avec d’autres espèces.»

Il reste à déterminer comment ces singes communiquent entre eux, s’ils arrivent à s’organiser, s’ils partagent les bénéfices, et, surtout, s’ils comprennent leurs propres actions. Ce qui est fascinant aussi, c’est de constater que le vol et l’extorsion ne sont pas courants chez les animaux, c’est même plutôt rare. Il n’y a que chez l’homme qu’il est répandu. Observer ces singes peut donc aider, du moins en partie, à comprendre comment ce genre de comportement est apparu chez les êtres humains. 

http://www.slate.fr/

Thaïlande: des îles fermées aux touristes pour régénérer les coraux


Si cela aide aux récifs coraux à se régénérer alors c’est une bonne chose étant donné que la Thaïlande est un endroit de choix pour le tourisme. Cependant, il faudrait peut-être diminuer le nombre de tourisme qui peuvent avoir un contact direct avec ces coraux pour plus de protection pendant la grande fréquentation touristique
Nuage

 

Thaïlande: des îles fermées aux touristes pour régénérer les coraux

 

Un touriste marche sur une plage de l'île... (Photo Bazuki Muhammad, archives REUTERS)

Un touriste marche sur une plage de l’île de Phuket.

PHOTO BAZUKI MUHAMMAD, ARCHIVES REUTERS

Agence France-Presse
Bangkok

 

La Thaïlande a fermé mardi l’accès à plusieurs de ses îles, visitées chaque année par des milliers de touristes, afin de permettre à leurs récifs coralliens, mis à mal par la surfréquentation de plongeurs amateurs, de se régénérer.

C’est la quatrième année d’affilée que le royaume du tourisme de masse mène cette opération, de mi-mai à mi-octobre, «afin de permettre aux coraux et à la nature de se remettre», a déclaré à l’AFP Ruamsilp Manajongpreasert, directeur du Parc national des îles Similan, très prisées pour la beauté de leurs eaux.

Rien que sur la période d’octobre 2016 à février 2017, quelque 725 000 touristes se sont rendus dans cet archipel situé non loin de la station balnéaire de Phuket, où l’on peut notamment observer des tortues de mer.

Sur cette période, qui correspond à la haute saison touristique en Thaïlande, quelque 9 millions de visiteurs se sont rendus dans les différents parcs nationaux du pays.

Au total, ce sont quelque 61 parcs nationaux (dont 25 marins) sur un total de 154 qui sont ainsi fermés, notamment ceux situés dans les îles paradisiaques du sud comme l’archipel des Similan, mais aussi ceux d’îles touristiques comme Koh Lanta.

«Les touristes ainsi que les voyagistes ont été informés», assure le service des parcs nationaux.

La Thaïlande, qui accueille chaque année plus de 30 millions de vacanciers, dont une grande partie est fascinée de pouvoir observer des poissons tropicaux à l’aide d’un simple masque et tuba, est confrontée à une dégradation avancée de ses récifs coralliens.

Outre le réchauffement climatique, est pointé du doigt le comportement des touristes, qui n’hésitent pas à marcher sur les coraux, mais aussi la surabondance de voyagistes proposant des sorties de plongée à la journée sur ces îles censées être protégées par leur statut de parcs nationaux.

La période de fermeture court jusqu’au 14 octobre, juste à temps pour l’ouverture de la haute saison du tourisme, secteur clef de l’économie thaïlandaise.

http://www.lapresse.ca

Quand le tourisme dénature le monde


Rien ne vaut le tourisme pour connaitre l’environnement, les animaux sauvages, les cultures, mais avec un maximum de règle pour protéger la faune, la flore et les cultures des habitants. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas. Il y a des endroits que les animaux sont stressés, en voie de disparition et une pollution causées par le tourisme. Alors que nous avons tous un devoir d’être respectueux de la nature pour continuer à voir les merveilles de notre planète
Nuage

 

Quand le tourisme dénature le monde

 

Selon Alain A. Grenier, professeur en tourisme et... (Photo Pauline Askin, archives Reuters)

Selon Alain A. Grenier, professeur en tourisme et en développement durable à l’UQAM et ancien guide en Antarctique, la volonté des touristes d’être toujours plus près des animaux perturbe la faune locale, comme le manchot Adélie.

PHOTO PAULINE ASKIN, ARCHIVES REUTERS

La Presse

 

Aller à la rencontre des ours polaires. Grimper l’Everest. Visiter un village autochtone. La Terre est grande, mais beaucoup de voyageurs aspirent à vivre les mêmes expériences, ce qui provoque des bouleversements pas toujours heureux. Tourisme de masse et protection de l’environnement ne vont pas toujours de pair.

Des sentiers trop battus

Quand il était guide en Antarctique, dans les années 90, Alain A. Grenier, professeur en tourisme et en développement durable à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), se rappelle que «les gens n’étaient jamais satisfaits de la distance qui les séparait des animaux».

Être plus près. Avoir le meilleur point de vue. Voilà les revendications des voyageurs qui paient une fortune pour ce genre d’expédition.

Il lui revient également en tête des images où les touristes marchaient au milieu des manchots, expérience fort perturbante pour ces animaux.

«On joue sur le côté magique du divertissement. Les gens n’apprécient pas vraiment le privilège du spectacle, c’est plutôt un élément qu’ils cochent sur leur liste. On fait des pressions sur les animaux qui sont photogéniques. On veut voir les marqueurs tels qu’on nous les présente.»

Les safaris en Afrique. Les séances de nage avec des dauphins souvent prisonniers d’un bassin. Voilà d’autres exemples d’activités touristiques qui ne se font pas toujours dans le plus grand respect de la nature.

A-t-on perdu la maîtrise de la situation?

«Je ne peux pas vous dire qu’il faut interdire ça», tient à souligner le professeur.

Restreindre l’accès et mettre en place des infrastructures pour encadrer l’observation représentent en partie des pistes de solution.

Pour le directeur général d’Aventure Écotourisme Québec, Pierre Gaudreault, la présence d’un guide peut aussi contribuer à réduire les impacts sur l’environnement.

«Il y a de plus en plus de gens qui pratiquent le plein air, ajoute-t-il. La pratique libre n’est pas toujours encadrée et elle peut être plus dommageable [pour l’environnement].»

L’implication de la population locale est elle aussi un gage de développement durable, selon Robert Michaud, directeur scientifique du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM).

«Qui travaille dans ces bateaux-là ? Si on veut que l’activité d’observation dans le parc marin soit une activité durable, il faut que les gens qui y travaillent soient des gens locaux, il faut qu’il y ait des retombées pour les gens, il faut que l’activité ait le moins d’impact possible sur la qualité de l’environnement, comment ils vont traiter leurs eaux usées. Quand on amène beaucoup de gens dans un secteur, on risque d’augmenter l’utilisation de l’eau et de créer des problèmes pour les gens qui vivent là à l’année.»

Au Québec toutefois, on est loin de la catastrophe, estime Pierre Gaudreault. Le flux de visiteurs ne serait pas assez important pour que l’on tire la sonnette d’alarme.

«Au contraire, plus on a de gens qui font du plein air, plus ça contribue à la préservation des milieux naturels», dit-il.

On cherche souvent à protéger les lieux populaires. Le directeur général d’Aventure Écotourisme Québec cite en exemple le Fjord du Saguenay. Que serait-il advenu de ce territoire si on ne l’avait pas protégé en faisant de lui un parc national? se demande-t-il.

Et il est encore possible ici d’observer la nature sans lui nuire, comme c’est le cas à l’île Bonaventure, le pays des fous de Bassan. En juillet dernier, on comptait quelque 110 000 oiseaux, selon les chiffres fournis par la Société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ). Les visiteurs et les mordus d’ornithologie qui débarquent ici sont servis puisqu’ils peuvent observer ces oiseaux – venus pour se reproduire et ensuite s’occuper de leurs petits – à environ un mètre de distance seulement. Une corde délimite toutefois le territoire des fous de Bassan, et les observateurs ne peuvent franchir cette frontière. Selon la SEPAQ, ces oiseaux seraient habitués à la présence de l’homme, et la «visite» des touristes ne perturberait nullement cette plus grosse colonie en Amérique, à condition, bien sûr, de respecter le périmètre de sécurité.

Ainsi, selon Pierre Gaudreault, au Québec, ce n’est pas le tourisme qui représente la plus grande menace pour la faune, la flore et les populations locales.

«Nos plus grands défis, ce sont la coupe forestière, les barrages et l’industrie minière», estime-t-il.

Mais ça, c’est un autre dossier…

Protection des animaux

Pratique contestée: Nager avec les dauphins

Dans les mers du Sud, il n’est pas rare que l’on offre aux touristes d’aller nager aux côtés des dauphins. Si l’activité se pratique encore abondamment, elle est critiquée depuis des années.

Le problème? La captivité pèse lourd sur la vie des dauphins, bien qu’ils semblent jouer et afficher un sourire perpétuel. Comme pour bien des animaux, cette activité est source de stress.

«Le stress causé par leur confinement crée souvent des comportements inhabituels et une faible résistance aux maladies», écrit l’organisme américain de défense des mammifères WDC.

Il précise qu’un dauphin en activité doit parcourir 1320 fois la longueur d’un bassin pour atteindre la distance d’un peu moins de 10 km franchie par ses semblables dans la nature chaque jour.

De nombreuses campagnes remettant en question la garde en captivité des mammifères marins ont été menées par divers groupes au cours des dernières années. L’an dernier, les parcs d’attractions SeaWorld ont annoncé la fin de tous leurs programmes d’élevage d’orques en captivité après la diffusion d’un documentaire critique des pratiques de l’entreprise.

Un exemple à suivre: Les excursions aux baleines

Peut-on participer à une excursion d’observation sur le Saint-Laurent et le Saguenay sans nuire aux baleines, rorquals et marsouins qui y nagent?

«C’est sûr qu’aller voir les baleines en bateau dans leur habitat naturel, dans les endroits où elles se concentrent, ça cause un certain dérangement. C’est inévitable», dit Robert Michaud, directeur scientifique du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM).

Par contre, ce dérangement est contrebalancé par les bonnes pratiques adoptées au fil des années par les principaux acteurs de l’industrie, mais aussi par les effets de la sensibilisation du public.

«L’observation des baleines, si c’est bien fait et accompagné de programmes de sensibilisation et d’interprétation, ça a un potentiel d’éveil, de toucher des fibres sensibles incroyables. Au point de modifier la façon dont les gens perçoivent leur environnement et les inciter à adopter des comportements responsables», souligne Robert Michaud.

Entre le «potentiel de dérangement» et le «potentiel de sensibilisation», les conséquences sur les mammifères marins sont réduites, notamment grâce à des règlements mis en place au fil des années. Ceux-ci déterminent, par exemple, le nombre maximum de bateaux dans une zone donnée et la distance qu’ils doivent garder avec le mammifère.

Le directeur scientifique du GREMM note que l’évolution des bonnes pratiques dans l’industrie a été progressive et qu’elle suit l’évolution de la société.

«Au début des années 80, on ne pensait même pas que le bruit avait un impact sur les baleines. Maintenant, on a commencé à prendre les signatures acoustiques des bateaux de la flottille du parc marin pour éventuellement identifier des solutions plus pointues, par exemple modifier les bateaux ou moins utiliser ceux qui sont les plus bruyants», illustre Robert Michaud.

À la question peut-on monter sur un bateau pour aller observer les baleines sans se sentir coupable, Robert Michaud répond oui. Il prédit tout de même que l’observation des baleines se fera mieux dans 10 ans qu’aujourd’hui, tout comme elle se fait aujourd’hui d’une manière plus éthique qu’il y a 10 ans.

 «Il ne faut pas lâcher», dit-il.

En général, les «alpinistes en herbe» n'escaladent pas... (Photo Tashi Sherpa, archives Associated Press) - image 3.0

En général, les «alpinistes en herbe» n’escaladent pas l’Everest jusqu’à son sommet, mais se rendent jusqu’à l’un des deux camps de base, à 5154 ou 5364 m d’altitude.

PHOTO TASHI SHERPA, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Protection de l’environnement

Pratique contestée: L’ascension de l’Everest

L’image est frappante: un ciel bleu, des sommets enneigés et… des centaines de bouteilles de plastique qui jonchent le sol. L’une des plus célèbres montagnes du monde est aujourd’hui victime de sa popularité.

La plupart des «alpinistes en herbe» n’escaladent pas l’Everest jusqu’à son sommet, mais se rendent jusqu’à l’un des deux camps de base, à 5154 ou 5364 m d’altitude.

«Il y a des gens qui se disent qu’ils doivent cocher l’Everest sur leur liste, déplore Richard Rémi, fondateur de l’agence de voyages d’aventure Karavaniers. Beaucoup de gens le font donc pour les mauvaises raisons. Est-ce que ça se traduit par des bonnes pratiques? Je pense que certains d’entre eux ne sont pas préoccupés par la culture et l’environnement.»

Résultat: le paysage de cette montagne mythique est assombri par un amoncellement de détritus laissés par les marcheurs de plus en plus nombreux.

«Où vont-ils, ces déchets ? demande celui qui agit également à titre de guide. Le Népal n’a pas assez d’incinérateurs pour disposer des bouteilles de plastique.»

Il tient toutefois à souligner que la situation n’est, selon lui, pas pire qu’il y a 15 ans, même s’il y a plus d’achalandage.

Un exemple à suivre: Le parc de la Rivière-des-Mille-Îles

Lieu de villégiature très fréquenté au début des années 1900, la rivière des Mille Îles a ensuite été abandonnée parce que trop polluée.

«C’était un égout à ciel ouvert», illustre le cofondateur du parc, Jean Lauzon.

Puis, au milieu des années 80, avec son collègue Michel Aubé, il a décidé d’agir. S’est alors amorcée une vaste opération de dépollution et de protection de l’environnement. L’endroit est ensuite devenu un lieu protégé.

 «Si on n’avait pas été là, le territoire aurait probablement été tout remblayé pour du développement, estime M. Lauzon. Dans les îles, il y aurait des maisons partout», poursuit celui qui décrit l’endroit comme un «joyau en milieu urbain».

Situées dans le nord-ouest du Panamá, face à... (PHOTO THINKSTOCK) - image 4.0

 

Situées dans le nord-ouest du Panamá, face à la mer des Caraïbes, les îles San Blas occupées majoritairement par le peuple kuna sont maintenant prises d’assaut par les croisiéristes.

PHOTO THINKSTOCK

Protection de la culture

Pratique contestée: Croisières aux îles San Blas

Situées dans le nord-ouest du Panamá, face à la mer des Caraïbes, ces îles occupées majoritairement par le peuple kuna sont maintenant prises d’assaut par les croisiéristes.

C’est du moins ce que rapporte Richard Rémi, fondateur de l’agence de voyages d’aventure Karavaniers. Ce peuple est notamment reconnu pour ses molas, une forme d’artisanat permettant de concevoir des plastrons ou des tuniques. Les passagers des bateaux se les arrachent, provoquant une forte hausse de la demande.

«Il faut qu’ils tissent davantage et ils n’ont plus de temps pour le reste», se désole M. Rémi, qui ajoute du même souffle que l’économie de ce peuple dépend maintenant essentiellement des touristes. «Si, au moins, ça rapportait beaucoup d’argent.»

C’est que les excursionnistes qui débarquent demeurent peu de temps dans l’île, une journée tout au plus. Et la majorité mange et s’abreuve sur le bateau.

Un exemple à suivre: Le site de Wendake

À proximité de la Capitale-Nationale, la nation huronne-wendat a développé l’art d’accueillir les visiteurs sur son territoire. Les gens de la communauté ont ainsi notamment mis en place l’Hôtel-Musée Premières Nations et reconstruit une maison longue. Ils organisent également des visites guidées sur leur territoire, le tout dans le plus grand respect de la culture huronne, assure Sébastien Desnoyers-Picard, conseiller en marketing pour Tourisme autochtone.

S’il admet qu’il existe toujours un danger de «folklorisation» et de mise en scène exagérée, M. Desnoyers estime qu’il est important d’insister sur le fait qu’il s’agit d’un site de reconstitution. Les guides portent effectivement des costumes traditionnels, mais on se fait un point d’honneur de remettre les pendules à l’heure en expliquant que les membres de la communauté ne vivent plus de cette façon. Et ce, même si «les Français s’attendent à voir des plumes».

http://www.lapresse.ca/

Un énorme alligator de 4,50 mètres et 360 kg impressionne les touristes


Cet énorme alligator s’appelle Godzilla, il a été filmé par des tourismes en Floride. L’alligator pèserait 360 kilos (794 livres) et mesurait environs 4, 50 mètres. Il ne semble pas intéressé aux gens qui l’observent très près.
Nuage

 

Un énorme alligator de 4,50 mètres et 360 kg impressionne les touristes

 

 

Un tigre ligoté pour des photos souvenir


Nous n’avons pas assez de maltraiter nos semblables qu’on maltraite aussi les animaux sauvages pour l’argent, et plaire aux touristes
Nuage

 

Un tigre ligoté pour des photos souvenir

 

Il aura fallu peu de temps avant qu’un nouveau scandale éclate sur la maltraitance animale. Après l’ours polaire le plus triste au monde, enfermé dans un centre commercial pour divertir les touristes, la Chine fait encore parler d’elle avec un tigre de Sibérie maltraité dans un cirque.

Une vidéo, publiée le 9 janvier sur la plateforme chinoise de partage vidéo Iqiyi, montre l’animal se faire violemment ligoter à une table par des dresseurs. Peu après, les touristes montent sur son dos pour prendre la pose.

Le malaise s’amplifie lorsqu’un employé du cirque pousse les visiteurs effrayés à monter sur l’animal.

« Peut-être que ça te protégera des démons et te procurera la bonne fortune? », dit-il en jouant sur la corde sensible des croyances populaires chinoises pour convaincre les touristes.

À la fin de la vidéo, on aperçoit les dresseurs retirer les sangles du tigre quelques secondes avant qu’il ne retourne en courant dans sa cage, clairement apeuré. Le réalisateur ne s’est pas manifesté, mais il semble que ce soit un spectateur choqué de la scène. Le cirque en question se situerait lui dans la province de Hunan, dans le sud de la Chine.

 

« Cela doit s’arrêter! Ce tigre en voie de disparition est brutalement attaché pour que les visiteurs puissent s’asseoir dessus et prendre la pose! »

Une espèce en danger

Depuis les années 1980, le nombre de tigres de Sibérie vivant dans leur habitat naturel est remonté à 500. Un chiffre encourageant qu’il ne faut pas tenir pour acquis, au contraire. Cette espèce est considérée comme étant en danger par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature depuis 2010.

Elisa Allen, directrice de l’association PETA en Angleterre, s’est insurgée auprès du MailOnline:

« La seule façon d’obliger ces chasseurs intelligents et puissants à poser pour la caméra c’est de les maintenir dans une peur constante de punition, de les intimider et de les restreindre ». Elle désole les « dommages psychologiques » régulièrement observés sur les animaux des cirques.

Ainsi, cette vidéo remet à l’ordre du jour les méthodes de dressage cruelles utilisées par les dresseurs.

http://quebec.huffingtonpost.ca/