Des milliers de pois­sons meurent d’une over­dose de whisky après l’in­cen­die d’une distil­le­rie


Ce n’est pas la perte de l’alcool qui me peine, mais le tort à l’écosystème qui subit les conséquences de l’incendie qui a réduit en cendres une distillerie au Kentucky. Tout ces poissons morts est un drame. À chaque fois que l’être humain exploite quelque chose et qu’une catastrophe arrive, les conséquences sont pire pour l’environnement
Nuage


Des milliers de pois­sons meurent d’une over­dose de whisky après l’in­cen­die d’une distil­le­rie


Crédits : Kentu­cky Energy and Envi­ron­ment Cabi­net / Face­book

par  Suzanne Jovet

L’in­cen­die qui a ravagé la distil­le­rie Jim Beam le 2 juillet dernier a engen­dré des dommages irré­ver­sibles sur la faune locale. Les millions de litres de whisky déver­sés dans la rivière du Kentu­cky ont déjà tué des milliers de pois­sons, rapporte la BBC.

L’in­cen­die, dont les causes n’ont pas encore été déter­mi­nées, a réduit en cendres 45 000 tonneaux de Jim Beam, soit près de 9 millions de litres de bour­bon. L’al­cool s’est alors écoulé sur près de 28 km dans la rivière Kentu­cky, lais­sant des milliers de cadavres. Il menace désor­mais de conta­mi­ner la rivière Ohio où, heureu­se­ment, sa dilu­tion devrait en atté­nuer le danger, estiment les experts.

Crédits : Kentu­cky Energy and Envi­ron­ment Cabi­net / Face­book

Alors que le nombre de pois­sons morts ne fait qu’aug­men­ter, l’agence de protec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment dirige actuel­le­ment une enquête pour déter­mi­ner l’im­pact de cette énorme fuite sur l’éco­sys­tème. En paral­lèle, les auto­ri­tés utilisent des barges pour aérer l’eau, dans le but d’aug­men­ter le niveau d’oxy­gène et de sauver les pois­sons en diffi­culté. Elles veillent aussi à éviter tout écou­le­ment d’al­cool supplé­men­taire vers les cours d’eau à proxi­mité.

https://www.ulyces.co

Incendies de forêt : les pompiers sur le pied d’alerte


Comme c’est la Saint-Jean Baptiste lundi, le Québec est en fête, et le beau temps est de la partie. Beaucoup feront un feu de camp pour cette occasion, sauf qu’il faut redoubler de prudent pour ne pas causer de feu de forêt.
Nuage


Incendies de forêt : les pompiers sur le pied d’alerte

La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) fourbit ses armes,... (PHOTO PATRICK SANFACON, ARCHIVES LA PRESSE)


PHOTO PATRICK SANFACON, ARCHIVES LA PRESSE

PHILIPPE TEISCEIRA-LESSARD
La Presse

La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) fourbit ses armes, alors que le temps chaud et sec se prolonge sur la province.

L’organisation appelle la population à la prudence pendant les festivités de la fête nationale. Elle a aussi interdit aux compagnies forestières de brûler leurs résidus dans plusieurs régions du Québec, afin de limiter les risques.

« Avec les vents qu’on a aujourd’hui, on a un danger d’incendie classé « élevé » ou « très élevé » partout au Québec », a indiqué Marie-Louise Harvey, porte-parole de la SOPFEU. 

« On demande la plus grande des prudences à la population parce que cette chaleur va durer jusqu’à mercredi », a-t-elle continué. « On s’attend à avoir des feux de camp qui tournent mal. »

Quant aux compagnies forestières, celles qui opèrent dans différents secteurs de l’Abitibi, de la Mauricie, du Nord-du-Québec et de l’Outaouais, entre autres, devront trouver un autre moyen de se débarrasser de leurs résidus.

https://www.lapresse.ca/

Le secteur privé allonge les millions pour reconstruire Notre-Dame


Je trouve cela génial cet élan de générosité pour aider la France à reconstruire Notre-Dame de Paris, mais ce qui m’agace un peu, c’est de voir autant de personnes et d’organismes se lever pour apporter leur aide envers un monument qui certes est important par son symbole et son histoire, alors que la famine avance un peu partout dans le monde .. On s’entend que je suis peiné et je suis tout coeur avec les Français, car c’est un drame qui touche chacun d,entre eux, cependant, je ne peux m’empêcher de faire une réflexion sur la misère humaine, l’environnement et les animaux en danger ..
Nuage

 

Le secteur privé allonge les millions pour reconstruire Notre-Dame

 

L'incendie de Notre-Dame-de-Paris est l'un des pires sinistres... (PHOTO  AFP)

 

L’incendie de Notre-Dame-de-Paris est l’un des pires sinistres ayant touché le patrimoine historique français depuis la Seconde Guerre mondiale.

PHOTO AFP

PIERRE DONADIEU
Agence France-Presse
Paris

 

Les dons promis par plusieurs grandes fortunes et entreprises pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, dévastée la veille par le feu, tournait mardi soir autour des 700 millions d’euros, auxquels doivent être ajoutés plusieurs engagements corporatifs.

Les trois plus grandes fortunes françaises ont donné à elles seules un demi-milliard d’euros pour la reconstruction de Notre-Dame.

La première place du podium est partagée entre les familles Arnault et Bettencourt.

Avec le numéro un mondial du luxe LVMH, la première a annoncé un «don» de 200 millions d’euros et a proposé que l’entreprise mette à disposition ses «équipes créatives, architecturales, financières» pour aider au travail de reconstruction et de collecte de fonds.

Les Bettencourt ont annoncé quant à eux deux dons de 100 millions d’euros, l’un via l’Oréal et l’autre via leur fondation.

À la troisième place, la famille d’industriels Pinault, qui possède le groupe Kering, a annoncé débloquer 100 millions d’euros via sa société d’investissement Artemis.

Via son holding familial, le géant français de l’affichage publicitaire JCDecaux a promis 20 millions d’euros. La société assure également une «visibilité nationale et internationale» aux appels à la souscription grâce à ses emplacements publicitaires.

«Très touchés» par l’incendie, Martin et Olivier Bouygues ont annoncé se mobiliser «à titre personnel» avec un don de 10 millions d’euros via leur holding familial, SCDM.

Le milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière, qui contrôle la société d’investissement Fimalac, a lui aussi débloqué 10 millions d’euros, «pour la restauration de la flèche, symbole de la cathédrale», tombée dans l’incendie de lundi.

Des dons d’entreprises françaises

Le PDG du groupe Total Patrick Pouyanné a annoncé sur Twitter que le groupe, qui se présente comme le «premier mécène de la Fondation du patrimoine», allait faire un «don spécial» de 100 millions d’euros.

Les banques ont aussi mis la main à la poche : BNP Paribas a annoncé débloquer 20 millions d’euros, le groupe BPCE et la Société Générale ont promis chacun 10 millions d’euros et Crédit Agricole, via sa fondation, a annoncé un don de 5 millions d’euros pour les mesures de sauvegarde d’urgence.

L’assureur Axa France a suivi le mouvement de générosité lancé ces dernières heures, en «mobilisant dès maintenant une enveloppe de 10 millions d’euros» en signe de «solidarité». Le groupe souhaite par ailleurs travailler «en faveur d’une meilleure prévention et gestion des risques». Axa France est l’assureur de deux des entreprises présentes sur le chantier de Notre-Dame au moment de l’incendie.

La PDG de la Française des jeux, Stéphane Pallez, a annoncé que le groupe allait affecter «quelque 2 millions d’euros» du Loto de Pâques, pour l’édifice, «une estimation moyenne» de la part qui revient à l’entreprise sur le gros lot de 10 millions mis en jeu samedi.

Le géant informatique français Capgemini s’est dit «solidaire de l’effort national» et a annoncé verser un million d’euros. 

Vinci, Michelin et Air Liquide ont également annoncé souhaiter participer au financement, mais sans indiquer pour l’heure de montant.

Le patronat a également réagi : le Mouvement des entreprises de France (MEDEF) a appelé les entrepreneurs à participer à la collecte lancée par la Fondation du patrimoine, tandis que la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) «se tient à la disposition des pouvoirs publics pour mobiliser son réseau national d’artisans». 

Transport aérien gratuit

Groupama a annoncé offrir 1300 chênes qu’il prélèvera dans ses forêts normandes, «pour respecter le travail des Compagnons de l’époque», pour la «reconstruction de la charpente» de la cathédrale.

Saint-Gobain mettra «à disposition son expertise en matière de rénovation et de matériaux, notamment en matière de restauration de vitraux» dont certains ont explosé.

Air France assurera «le transport gratuit de tous les acteurs officiels qui participeront à la reconstruction». La compagnie aérienne mettra en place un système de collecte auprès de ses clients.

Électricité de France (EDF) propose de son côté d’apporter son expertise aux services de l’État, notamment dans «les réseaux électriques de secours et la sécurisation des chantiers électriques».

Le violoniste André Rieu a de son côté annoncé faire don de 700 tonnes d’acier, utilisées en éléments de décor reproduisant le château de Schönbrunn, en Autriche, à l’occasion du spectacle Une nuit romantique à Vienne, «afin d’aider à ériger l’échafaudage en vue de la restauration de la belle Notre-Dame».

Des dons de l’étranger

Par un tweet matinal aux États-Unis, Tim Cook, le patron d’Apple, a assuré que la firme à la pomme allait «donner pour les efforts de reconstruction afin d’aider à restaurer le précieux héritage de Notre-Dame», sans préciser de somme.

La milliardaire brésilienne Lily Safra et la fondation au nom de son mari Edmond Safra, banquier syro-brésilien décédé en 1999, ont pour leur part annoncé un don de 10 millions d’euros.

L’université catholique Notre-Dame-du-Lac, dans l’Indiana, a annoncé un don de 100 000 dollars pour «une église dont l’architecture gothique exquise a élevé vers Dieu les esprits et les coeurs pendant des siècles», selon son président.

La ville hongroise de Szeged a annoncé faire un don de 10 000 euros, s’estimant redevable à Paris. En 1879, la capitale française avait aidé à la reconstruction de cette ville du sud du pays, dévastée par une inondation.

En Côte d’Ivoire, c’est le roi de Krindjabo, capitale du royaume de Sanwi dans le sud-est du pays, qui a promis un «don» pour la reconstruction, sans préciser de montant. Un prince de son royaume avait été baptisé dans la cathédrale dans les années 1700.

https://www.lapresse.ca/

La structure de Notre-Dame "est sauvée et préservée dans sa globalité"


La nouvelle a vite fait le tour de la terre. Ailleurs dans les médias, Donald Trump a même suggéré d’éteindre vite l’incendie comme si les Français ne le savaient pas !!! Il a aussi conseillé avec des bombardiers d’eau. Ben oui, en pleine ville, pis quoi encore ! Enfin bref, il semble que la structure ait sauvé. L’origine du feu est inconnue, mais on croit que c’est lié aux rénovations … Des rénovations qui risquent de coûter plus cher,
Nuage

 

La structure de Notre-Dame « est sauvée et préservée dans sa globalité »

 

© epa.

Une course contre la montre était engagée lundi soir à Paris pour tenter de maîtriser le violent incendie ravageant l’emblématique cathédrale Notre-Dame, monument historique le plus visité d’Europe, dont la célèbre flèche et la toiture se sont déjà effondrées, suscitant la sidération à travers le monde.

© afp.

Vers 23 heures, le chef des pompiers a toutefois déclaré que les hommes du feu, qui tentaient depuis plusieurs heures de maîtriser le violent incendie, ont réussi à sauver la « structure » de l’édifice « dans sa globalité ». 

« On peut considérer que la structure de Notre-Dame est sauvée et préservée dans sa globalité », a indiqué le général Jean-Claude Gallet, commandant de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris. « Le feu a baissé en intensité », a renchéri à ses côtés le secrétaire d’Etat à l’Intérieur Laurent Nuñez, tout en invitant à rester « extrêmement prudent ».

© reuters.

© epa.

 

© epa.

© epa

 

.

© afp.

Aucune victime n’était à déplorer lundi soir, mais l’inquiétude perdurait face à cet incendie toujours pas maîtrisé en plein coeur du Paris médiéval. La cathédrale gothique est inscrite au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1991.

Entre 12 à 14 millions de touristes visitent chaque année ce chef-d’oeuvre de l’architecture gothique situé sur l’île de la Cité et des milliers de personnes, Parisiens et touristes, assistaient sidérées au désastre.

« Au moment où on se parle (21H40, ndlr) l’incendie n’est pas circonscrit », avait déclaré le secrétaire d’Etat français à l’Intérieur, Laurent Nuñez. « Les sapeurs-pompiers attaquent cette incendie avec 18 lances à incendie, depuis l’extérieur mais aussi depuis l’intérieur, pour tenter de sauver cet édifice, ce qui à l’heure actuelle n’est pas acquis ».

« Le feu intéresse les deux-tiers de la toiture, qui s’est effondrée, ainsi que la flèche. Actuellement la manoeuvre vise à préserver l’arrière de la cathédrale, où sont situées les oeuvres les plus précieuses, que nous sommes en train d’évacuer », a déclaré de son côté le général Jean-Claude Gallet, commandant de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris, également présent sur place.

Cet incendie, d’origine inconnue, est « potentiellement lié » aux travaux de rénovation de l’édifice, selon les pompiers. Il s’est déclaré au premier jour de la Semaine sainte qui mène à Pâques, au coeur des célébrations de la foi chrétienne.

Émotion internationale

Les images très impressionnantes de cet incendie, diffusées en direct par télévisions et réseaux sociaux dans le monde, ont provoqué une émotion internationale.

Vers 20H00, la flèche de Notre-Dame – dressée sur les quatre piliers du transept avec ses 93 mètres de haut – s’est effondrée. Un cri d’horreur s’est élevée de la foule massée le long des quais de Seine qui assistait, pétrifiée, à la disparition d’une partie de la mythique cathédrale, engloutie par les flammes.

© reuters.

 

© afp.

https://www.7sur7.be/

Pendant un incendie, les habitants voient une chienne enterrer ses petits.


Ce n’est pas une nouvelle toute fraiche, car cet évènement s’est passé en 2015, cependant de voir l’instinct de cette maman chienne est vraiment remarquable. Ces bébés n’avaient que 2 semaines quand un feu de forêt s’est déclaré, alors que la chienne est ses chiots étaient dans les parages. Impossible de les sauver tous, mais une idée lumineuse de la maman a pu tous les sauver jusqu’à l’arrivé des secours.
Nuage

 

Pendant un incendie, les habitants voient une chienne enterrer ses petits.

 

chienne incendie

Une scène assez incroyable qui montre l’amour d’une mère pour ses petits.

En 2015, un incendie de forêt dévastateur a ravagé la forêt près de Valparaiso, au Chili. Cet incendie était particulièrement violent et les pompiers ont eu beaucoup de mal à le maîtriser, notamment à cause des forts vents.

Une chienne au milieu des flammes

Au milieu de tout ce chaos et des flammes, les habitants de Valparaiso ont assisté à une scène bouleversante : une chienne en train d’enterrer ses petits. Pas parce que les chiots étaient morts, mais pour les protéger des flammes.

Immédiatement, les habitants ont prévenu les pompiers qui sont partis à la recherche de la chienne et de ses petits afin de les mettre en sécurité le plus vite possible pour ne prendre aucun risque.

Rapidement, les pompiers ont pu retrouver la chienne qui était assise juste devant le trou dans lequel elle avait caché ses petits. Les pompiers ont pu sauver toute la petite famille : la maman chien et ses 9 chiots. Il a fallu environ une heure aux pompiers pour sortir tous les chiots du trou profond creusé par leur mère.

Des chiots en bonne santé

Les chiots avaient environ deux semaines et, miraculeusement, ils étaient tous en vie. Leur mère, surnommée Blacky, avait clairement enterré ses chiots dans la boue pour les sauver. Les pompiers ont amené Blacky et ses chiots chez le vétérinaire, où ils ont tous été officiellement déclarés en bonne santé.

Toute la famille a ensuite été placé dans une famille d’accueil afin qu’ils puissent tous rester ensemble.

Touchés par cette belle histoire, de nombreux habitants ont annoncé vouloir adopter la chienne et ses chiots quand ils seront prêts.

https://wamiz.com/

Quand la pollution n’a pas de frontières


Si le vent pousse la poussière du Sahara de l’autre côté du monde, alors que penser de la pollution qui ne respecte aucune règle des frontières. Même le mur frontalier de Donald Trump ne peut pas l’empêcher de la pollution des villes les plus polluées au monde de s’étendre. On ajoute les la pollution des voitures, des foyers, et des causes comme des incendies … Les causes naturels nous ne pouvons pas grand chose, mais la pollution fait par l’homme, c’est tous les pays du monde qui doit y voir.
Nuage

 

Quand la pollution n’a pas de frontières

 

Une journée polluée à Shanghai, en Chine... (photo Johannes EISELE, archives agence france-presse)

Une journée polluée à Shanghai, en Chine

PHOTO JOHANNES EISELE, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

MATHIEU PERREAULT
La Presse

(WASHINGTON) Notre journaliste assiste au congrès annuel de l’American Association for the Advancement of Science (AAAS), la plus importante rencontre de science généraliste du monde, qui a pris fin hier, dimanche, dans la capitale des États-Unis.

Réduire la pollution atmosphérique est de plus en plus difficile dans les pays occidentaux. Les émissions de pays émergents comme la Chine et l’Inde voyagent beaucoup plus loin que prévu, révèle une nouvelle génération de satellites capables de suivre d’heure en heure les polluants. En Californie, la moitié des impacts des nouvelles normes antipollution sont ainsi annulés, ont expliqué dimanche des chercheurs au congrès annuel de l’AAAS.

Ozone

Depuis 20 ans, malgré un resserrement des normes sur la pollution automobile, le taux d’ozone au sol en Californie n’a presque pas bougé, alors qu’il a diminué dans l’est des États-Unis, où les normes sont moins sévères. Cela est essentiellement dû à la croissance économique en Chine, selon Meiyun Lin, de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA).

« Environ 20 % de l’ozone au sol en Californie provient de la Chine, dit Mme Lin. On peut maintenant le voir grâce aux nouveaux satellites qui font des analyses horaires, mais cela confirme des observations faites il y a quelques années sur la base des autres polluants associés à l’ozone. Il y a moins de monoxyde de carbone lié à l’ozone provenant de la Chine qu’avec l’ozone issu de la combustion de véhicules ou d’usines ou les incendies de forêt en Californie. Cela dit, au niveau régional, par exemple en Asie et en Europe, et à l’intérieur des pays, il y a du transport de monoxyde de carbone d’une région à l’autre. »

Particules fines

La moitié des efforts de réduction de la pollution en particules fines de moins de 2,5 mm (PM2,5) en Californie sont maintenant annulés par l’effet des PM2,5 provenant de la Chine, selon Daven Henze, de l’Université du Colorado, qui participait au même colloque.

« La Chine, depuis quelques années, fait un effort de réduction de ses émissions, alors la croissance de la pollution se rendant jusqu’en Californie diminue depuis quelques années. Mais cet effort antipollution est essentiellement dirigé vers les zones industrialisées dans l’est de la Chine. Dans l’ouest du pays, où l’industrialisation est encore à un stade précoce très polluant, les émissions de PM2,5 à destination des autres pays augmentent. C’est la même chose en Inde. Cela fait que le Bangladesh, par exemple, ne pourrait que rester au même point, sur le plan du taux de PM2,5, même en éliminant totalement ses propres émissions. »

M. Henze a fait une analyse des décès liés à la pollution transfrontalière et a établi pour chaque pays un bilan des morts liées à la pollution qu’il exporte et des morts liées à la pollution qui arrive dans ce pays en provenance de l’étranger. La pollution « exportée » par la Chine et les pays producteurs de pétrole du Moyen-Orient et d’Afrique cause dans d’autres pays deux fois plus de morts que la pollution « importée ». Le Canada cause légèrement (1,1 fois) plus de morts à l’étranger, selon ce même calcul.

Sécheresse

Un autre phénomène affecte la lutte contre la pollution atmosphérique : dans les zones frappées par la sécheresse, la végétation absorbe moins d’ozone.

« Dans le sud-ouest des États-Unis, frappé par plusieurs vagues de sécheresse, et en Californie, ça accentue le problème de l’ozone exporté par la Chine, dit Mme Lin, de la NOAA. Il faut tenir compte de l’augmentation de la fréquence des sécheresses avec les changements climatiques dans l’évaluation des coûts des nouvelles réglementations sur l’ozone au sol. »

Londres

En novembre dernier, une étude portant sur 2000 enfants de Londres, parue dans la revue The Lancet, a conclu que les règles antipollution sévères mises en place en 2008 dans la capitale britannique – notamment l’interdiction des voitures et camions fabriqués avant 1990 – n’avaient eu aucun effet sur la santé des enfants. S’agit-il d’un effet de la pollution transfrontalière ?

« C’est possible, ce serait exactement ce que nous prédisons », dit Pieternel Levelt, de l’Institut royal météorologique des Pays-Bas, un autre participant au colloque sur la pollution transfrontalière.

L’étude du Lancet prédisait cependant que des normes encore plus sévères à Londres, qui à partir d’avril vont interdire toute voiture à essence fabriquée avant 2005 ou diesel fabriquée avant 2015, auraient, elles, un effet sur la santé des enfants. L’auteur de l’étude du Lancet, Chris Griffiths, de l’Université Queen Mary de Londres, avait expliqué à La Presse que la pollution transfrontalière avait été prise en compte, mais qu’elle n’avait pas un effet important.

Prédictions

Les nouveaux satellites permettant de suivre les panaches de pollution d’heure en heure pourraient permettre une meilleure adaptation des réglementations antipollution aux circonstances météorologiques.

« Dans plusieurs villes européennes, par exemple, on interdit la circulation de voitures diesel quand il y a des épisodes importants de smog, dit Mme Lin. On pourra réagir à l’avance en détectant les panaches de pollution quand ils se forment dans d’autres pays et se dirigent vers notre ville, et réduire considérablement le nombre d’épisodes de smog au lieu de seulement intervenir quand ils sont déjà actifs. »

Les foyers

La pollution liée aux foyers au bois voyage-t-elle aussi ?

« Il y a beaucoup de PM2,5 dans la fumée, qui voyage sur des milliers de kilomètres, et aussi des particules plus grosses, des PM10, qui voyagent sur des centaines de kilomètres », répond Daven Henze, de l’Université du Colorado, interrogé après le colloque de l’AAAS.

Une ville réglementant les émissions des foyers, comme Montréal, peut-elle donc voir ses efforts annulés par ceux de sa banlieue ?

« Potentiellement, dit M. Henze. Aux États-Unis la réglementation sur les foyers au bois a surtout été appliquée dans le Nord-Est, dans toute la région, alors ce n’est pas vraiment un problème. Mais il pourrait y avoir des effets sur les limites des États réglementant les foyers. »

***

EN CHIFFRES

De 38 à 50 parties par milliard (ppb): Taux d’ozone au sol moyen à Montréal en 2017

De 88 à 105 ppb: Maximum (99e percentile) du taux d’ozone au sol moyen à Montréal en 2017

De 6,2 à 8,6 ppb: Taux de particules fines (PM2,5) moyen à Montréal en 2017

De 25 à 32 ppb: Maximum (99e percentile) du taux de particules fines (PM2,5) moyen à Montréal en 2017

63 ppb: Cible d’ozone au sol au Canada

62 ppb: Cible d’ozone au sol au Canada à partir de 2020

28 microgrammes par mètre cube (µg/m3): Cible de particules fines (PM2,5) sur 24 heures au Canada

27 µg/m3: Cible de particules fines (PM2,5) sur 24 heures au Canada à partir de 2020

Sources : Conseil canadien des ministres de l’Environnement, Ville de Montréal

https://www.lapresse.ca/

Notre surconsommation d’avocats a des conséquences dramatiques


La prochaine fois que vous manger des avocats provenant du Chili, pensez que des enfants de 10 ans n’ont jamais vue de l’eau dans le fleuve, car la plantation d’avocats demande beaucoup d’eau.. Au Mexique pour satisfaire la demande, on est prêt provoquer des incendies pour contourner la loi pour la plantation illégale d’avocats, ce qui a entraîner la déforestation de milliers d’hectares
Sans nécessairement ne plus manger d’avocat, nous serions mieux de diminuer la consommation surtout lors d’évènement spécial qui fait monter en flèche la consommation de ce fruit.
Nuage

 

Notre surconsommation d’avocats a des conséquences dramatiques

 

L’avocat a même été surnommé le nouveau «diamant de sang».

 

Sa couleur verte flashy est partout sur les réseaux sociaux, sa consistance crémeuse fait le bonheur des vegans, et ses propriétés nutritionnelles ne cessent d’être vantées: l’avocat est une star des exportations latino-américaines vers les États-Unis et l’Europe, au risque de conséquences néfastes sur l’environnement.

Car la demande croissante dans ces deux continents est de plus en plus montrée du doigt en raison des répercussions induites par la production en Amérique latine, en particulier au Mexique, au Chili, au Pérou et en Colombie.

Le chef irlandais JP McMahon, une étoile au Michelin, a été le premier à qualifier l’avocat de nouveau « diamant de sang », en référence aux diamants extraits en Afrique qui ont alimenté des conflits meurtriers sur ce continent.

Il a arrêté de proposer ce fruit dans son restaurant de Galway (ouest de l’Irlande). D’autres chefs lui ont emboîté le pas.

« Cela m’a frappé que l’avocat soit associé au changement climatique et à la déforestation parce que c’est un symbole de santé dans le monde occidental », a-t-il déclaré à l’AFP.

Voici la situation au Mexique et Chili.

L »or vert » du Mexique

Le Mexique est le premier producteur au monde d’avocats. La majorité des plantations se trouve dans l’État de Michoacan (centre) sur la côte Pacifique, qui jouit d’un sol volcanique adapté.

Mi-janvier, un camion chargé d’avocats sortait de l’État toutes les six minutes afin de répondre à la demande pour le Super Bowl, la grande finale de football américain aux États-Unis, qui aura lieu le 3 février.

En 2018, plus de 377 000 tonnes, soit 80% de la production, ont été envoyées vers le voisin du nord, soit une hausse de 13% par rapport à l’année précédente.

Plus de 57 000 tonnes sont exportées vers les autres marchés (+ 8%), selon les chiffres de l’Association des producteurs et exportateurs d’avocats du Mexique (APEAM).

Mais des plantations illégales de cet « or vert » ont entraîné la déforestation de milliers d’hectares dans cet État de près de 5 millions d’habitants, selon des chercheurs qui dénoncent des contournements de la loi. La législation locale autorise des plantations sur un terrain forestier quand les arbres ont été coupés ou ravagés par le feu.

« Il y a une pratique très commune chez les propriétaires forestiers qui consiste à semer des avocatiers sous les arbres, et peu à peu, ils coupent les arbres pour laisser les avocatiers à découvert », explique à l’AFP Luis Mario Tapia Vargas, chercheur à l’Institut national de recherches forestières, agricoles et d’élevage (Inifap).

Il y a aussi les incendies. Selon le chercheur, 95% d’entre eux sont intentionnels et peuvent ravager 10 000 hectares les années de sécheresse. Quant aux plantations illégales, elles ont atteint 15 000 hectares en 2018.

« De nouvelles plantations sont autorisées contre des pots-de-vin », souligne-t-il.

Le porte-parole de l’APEAM, Ramon Paz Vega, affirme à l’AFP que la déforestation massive a eu lieu dès 1997, avant que la production d’avocats n’explose.

« Cela ne veut pas dire que la production d’avocats n’a pas de conséquences sur l’environnement, elle en a », reconnaît-il.

Selon l’APEAM, cette production industrielle est une source importante d’emplois, 75 000 directs et 30 000 indirects.

« Sans cette culture, de nombreux petits agriculteurs et travailleurs agricoles seraient des émigrants ou membres de bandes criminelles », explique M. Paz Vega.

La guerre de l’eau au Chili

« Il y a des enfants de 10 ans qui n’ont jamais vu d’eau dans le fleuve », déplore Rodrigo Mundaca, fondateur de Modatima, une organisation pour l’accès à l’eau dans la province de Petorca, dans le centre du Chili.

Dans la localité du même nom, à 150 km au nord de Santiago, sont produits une grande partie des avocats chiliens destinés à l’exportation.

Pour la saison 2017-2018, le pays a produit près de 225 000 tonnes d’avocats, selon l’association des producteurs. Environ 30% étaient destinés à la consommation locale et le reste a été exporté vers les États-Unis, l’Europe, la Chine et l’Argentine.

Mais les habitants accusent la filière d’être à l’origine des graves sécheresses qui frappent la région depuis dix ans.

La culture de l’avocat a besoin d’importante quantités d’eau, environ 100 000 litres par jour et par hectare, selon Rodrigo Mundaca qui s’indigne que les 3 000 habitants de Petorca n’ont même pas d’eau « pour répondre à leurs besoins quotidiens ».

Selon les estimations, la localité compte 9 000 hectares de plantations d’avocatiers — contre 2 000 dans les années 1990 — dont 60% dans des zones qui n’étaient pas initialement dédiées à l’agriculture.

Pour s’assurer l’eau suffisante, l’industrie draine les fleuves et creuse des puits pour capter l’eau souterraine, explique Rodrigo Mundaca. Selon lui, les grandes entreprises productrices reçoivent des certificats de qualité qui leur permettent d’exporter à l’étranger, mais les règles sont « facilement contournables », explique-t-il.

Il en appelle désormais à l’éthique des consommateurs, tout comme JP McMahon.

« Avons-nous réellement besoin d’avocats toute l’année ? Nous devons commencer à réfléchir à la provenance des aliments », estime le chef irlandais.

https://quebec.huffingtonpost.ca/