Le Saviez-vous ► Palmyre, un site historique unique au monde


Personnellement, je m’inquiète plus des victimes de l’État Islamique qui pour moi, combattent pour de faux prétextes, cependant, je trouve dommage que les vestiges du passé soient détruits pour les leçons d’histoire de la civilisation
Nuage

 

Palmyre, un site historique unique au monde

Photo: OSEPH EID/AFP/Getty

La fiancée du désert:

(Source)

Perle du désert, Fiancée du désert ou Venise des sables, la cité antique de Palmyre, située en marge du désert de Syrie, a eu beaucoup de surnoms au fil du temps. Elle a en effet été construite à un endroit stratégique au nord-est de l’actuelle ville de Damas, où se trouvaient des sources d’eau, propres aux oasis, qui pouvaient alimenter les chameaux venant ou quittant vers l’Asie en passant par le désert syrien. Elle a été une zone d’arrêt pour les caravanes dès le 3ème millénaire avant notre ère et portait jadis le nom de Tadmor, soit la cité des dattes. 

(Source)

Plus le commerce s’est accru en Méditerranée au cours de l’Antiquité, plus des points d’arrêts avant de continuer sur la mythique route de la soie devinrent importants. Le site de Palmyre devint ainsi le carrefour des rencontres commerciales entre l’Orient et l’Occident pour des produits comme la soie, mais aussi les épices.

Un mélange culturel unique:

Bas-relief funéraire
(
Source)

Cette position géographique stratégique finit par intéresser l’Empire romain qui avait établi un commerce de luxe avec l’Orient, échangeant du verre, des métaux et du vin contre les soieries et les précieuses épices. C’est au 1er siècle de notre ère, dans les sources romaines, que l’oasis commença à être connue sous le nom de Palmyre, la cité des palmiers. Elle fut annexée à l’Empire romain sous Tibère en l’an 14 et devint ainsi une alliée économique de l’Empire romain. 

Le majestueux théâtre, tel qu’il était avant décembre
(
Source)

Les fouilles archéologiques à Palmyre sont importantes pour comprendre cet important commerce de l’Empire romain, pour lequel nous manquons d’informations. Par cette alliance avec la puissante Rome, Palmyre devint une cité très riche, qui chargeait des taxes sur les produits qui transitaient sur son territoire en échange d’eau et parfois du gite pour les commerçants voyageurs. Elle développa de ce fait une architecture monumentale et fabuleuse, avec des monuments colorés à l’origine, qui témoignait de sa richesse et de sa puissance. Palmyre est un site historique unique à cet égard car les monuments mélangent un style à la fois oriental (persan-phénicien) et gréco-romain. Temples dédiés à des divinités orientales comme Bel, une longue colonnade de 1.1 kilomètres faite de colonnes massives de plus de 9 mètres, un théâtre romain gigantesque et des tombes témoignant de la richesse des habitants, le site de Palmyre offre une vue inégalée sur un passé luxueux en plein désert.

L’état des destructions:

Photo: AP

Depuis l’occupation du site par l’État islamique en 2015, plusieurs des joyaux de Palmyre ont hélas été détruits et endommagés, incluant le musée. Malgré tout, l’UNESCO estimait au printemps que 80% du site était encore en état. Ce n’est hélas plus le cas. L’organisation a repris le site à la mi-décembre et depuis quelques jours, les images satellites confirment les craintes des spécialistes du site: le théâtre, qui était encore intact, a été sérieusement mutilé, soit par des pioches et/ou des explosifs. 

(Source)

Le tétrapyle, cette structure de 16 colonnes qui servait à marquer un carrefour de rues, semble avoir été détruit en grande partie également. 

L’objectif de l’État islamique est entre autres d’effacer la mémoire d’un passé qui ne correspond pas à leur vision. La meilleure arme dans un tel cas reste de s’intéresser davantage à l’histoire de ces sites marquants du patrimoine de l’humanité, afin que le souvenir des grands bâtisseurs et commerçants de l’Antiquité ne meurt jamais…

Spécialisée en histoire ancienne, Evelyne Ferron

https://getpocket.com/

Le Saviez-vous ► Ce qui fait du guépard un redoutable chasseur


Quand on voit un guépard courir pour chasser une proie, cela l’impression qui court a grande vitesse .. Sauf qu’il ne court pas très longtemps, par contre … Il a des atouts qui font de ce félin, un animal vraiment puissant
Nuage

 

Ce qui fait du guépard un redoutable chasseur

 

Un guépard au Botswana

Un guépard au Botswana  Photo :  AFP/CHRISTOPHE BEAUDUFE

S’il est réputé pour être l’animal terrestre le plus rapide, ce n’est pas pour cette raison que le guépard est considéré comme l’un des plus habiles chasseurs.

Des chercheurs britanniques expliquent que ses talents tiennent plutôt de sa faculté à accélérer, à freiner et à changer de direction très rapidement.

Le saviez-vous?
Des observations menées en captivité montraient déjà que l’Acinonyx jubatus peut dépasser les 100 km/h en pleine course. Par comparaison, le record connu pour les lévriers est de 65 km/h, de 68 km/h pour les chevaux et de 43,2 km/h pour les humains (Usain Bolt au 100 mètres).

La tête d'un guépard

Le Pr Alan Wilson et son équipe du collège vétérinaire royal britannique ont réussi pour la première fois à étudier la locomotion du félin dans la nature, en conditions réelles.

Ils ont équipé cinq guépards du Botswana (trois femelles et deux mâles) d’un collier de haute technologie, alliant un GPS ultra-précis à une batterie d’accéléromètres, de gyroscopes et de magnétomètres.

Pas moins de 367 courses ont été analysées sur une période de 17 mois.

La vitesse la plus élevée enregistrée fut 93 km/h. Toutefois, l’équipe a été surprise de constater que la grande majorité de leurs sprints restaient en deçà de 72 km/h, avec une vitesse moyenne de 50 km/h, tenue en général durant seulement une à deux secondes.

Elle a aussi constaté que les félins accomplissaient quotidiennement des prouesses en matière d’accélération et de freinage. Ainsi, un guépard peut, en une seule foulée, accélérer de 3 m/s ou freiner de 4 m/s. Cette manœuvrabilité surpasse de loin celle des chevaux de polo ou des lévriers. Elle est notamment liée à la structure du squelette et des muscles du guépard, sans oublier ses griffes non rétractiles qui lui assurent une adhérence considérable.

« C’est cette capacité à changer de vitesse et de direction quasi instantanément qui permet à l’animal de suivre tous les mouvements de sa proie pour mieux la capturer. » — Pr Alan Wilson

Toutes ses qualités physiques n’assurent pas un repas aux guépards qui ne réussissent pas à capturer systématiquement leurs proies. Les données montrent que leurs efforts ne sont fructueux que dans 26 % des cas.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Nature.

Le saviez-vous?
La puissance musculaire développée par un guépard en pleine accélération est quatre fois supérieure à celle calculée pour Usain Bolt lorsqu’il a couru le 100 mètres en 9,58 secondes.

http://www.radio-canada.ca

Le saviez-vous ► Origine de la licorne


Ayant vue chez mon amie lulla une licorne, l’idée m’est venue de chercher son origine .. Alors que beaucoup y voit un sens magique, un porte-bonheur, pour ma part ce n’est que par pure curiosité, étant plus terre a terre pour les grigris ou porte-bonheur … Nulle ne sait vraiment si cela viens de pure légende ou d’un animal qu’on aurait métamorphosé,  mais quelle fut ma surprise de voir qu’il existe plusieurs sortes de licorne .. et elles ne sont pas tous, d’après les légendes, gentilles
Nuage

 

Origine de la  licorne

 

La licorne est un animal légendaire qui a inspiré bon nombre de films, de livres et de contes.

Elle est appelé  »  monokéros «  par les savants grecs,  » Re’em «  en hébreux et  » unicornus «  par les auteurs latins qui la décrive comme un bœuf qui ressemble à un cerf ou comme un cheval aux pieds d’éléphant.

Elle est admirée et crainte en même temps. La couleur varie parmi les légendes mais avec une préférence pour la licorne blanche, symbole de pureté. La corne est de multiples facettes; on la compare très souvent à la corne de Narval.

 » À la fin du Moyen-âge, chez le mammifère marin des mers arctiques, le narval, les males portaient une défense torsadée pouvant atteindre jusqu’à 3 mètres de long. « 

Mais, c’est surtout pour des vertus médicinales que leurs cornes ont fait de ce splendide animal un trophée de roi auprès des chasseurs.

Sa corne représente aussi le symbole de la sainteté, du courage et de la chasteté. C’est pour ces raisons que bon nombre de chevaliers et seigneurs du Moyen-âge avaient le symbole de la licorne comme armoiries.

Ses sabots étaient d’une extrême dureté, ce qui lui permettait de parcourir de longs trajets et même de franchir des obstacles apparemment insurmontables.

Personne ne sait dire avec certitude si ce noble animal n’a jamais existé car après tout, n’est-il pas vrai que dans toutes légendes il se trouve une part de vérité?                 

 

Les licornes sont réputées très craintives toutefois, d’après les légendes, elles se laissaient approcher par Merlin (Grand prophète, magicien du Moyen-âge qui fit don de la Table Ronde et du Saint Graal).

Elles avaient aussi une fascination pour les jeunes vierges qu’elles parvenaient à sentir on ne sait comment.  Les chasseurs profitèrent de cette attirance particulière de la licorne. Ils conduisaient une jeune vierge à proximité de la demeure de la licorne et la laissait assise sur un siège, seule dans le bois.  Aussitôt que la licorne voyait la jeune fille, elle venait s’endormir sur ses genoux et les chasseurs pouvaient alors lui décocher une flèche en pleine poitrine, quitte à blesser ou tuer la jeune fille, l’attrait financier de la corne et des sabots étant plus important qu’une vie humaine.

Il est important de savoir aussi qu’à l’origine, la licorne ne ressemblait pas à un cheval mais plutôt à une espèce de gros chevreau avec des sabots fendus, une grosse corne et une longue barbe pareille à celle du bouc.

Ce sont au fil du temps que les licornes ont mutés en grand cheval majestueux d’une blancheur incroyable.

SYMBOLIQUE DES LICORNES :

La licorne est un symbole de puissance, de pureté et de chasteté. On retrouve sa trace dans la Chine médiévale, elle était comme le dragon, un animal vénéré et approprié à la royauté asiatique.

Sa présence est signe de bon augure. Il est dit aussi qu’avec son incroyable perception du vice qu’elle détectait chez les humains, qu’elle se devait de châtier d’un coup de sabot mortel les hommes coupables de crime envers autrui.

En Occident, au début de l’Ère chrétienne, la corne de la licorne symbolise aussi l’épée de Dieu.

Les alchimistes eux, voyaient en la licorne une image de l’hermaphrodisme  » la coexistence des deux sexes chez le même individu ou le même animal « , puisque la licorne était de nature femelle, comment concevoir que celle-ci puisse féconder sans acte physique.

Reconnue mammifère au même titre que le cheval.

On retrouve aussi le passage de la licorne dans certains manuscrits de l’Empire musulman, le symbole ici représente l’attachement de toute unité réunie avec le Lotus symbole de la pureté, tout deux réunis dans la plus parfaite association permet l’entrée au Nirvana.

  » Nirvana qui vient du mot sanskrit qui signifie extinction, détachement universel « 

Dans l’antiquité Scandinave, il est dit dans certains écrits que le roi des dieux, Odin chevauchait un cheval blanc ailé muni d’une corne frontale, ceci symbolise la grandeur et l’intégrité des Dieux.

LE BESTIAIRE DE LA LICORNE :

 

LICORNE SYLVESTRE : Licorne au pelage blanc, muni d’une corne frontale unique, sabot aussi dur que le diamant, des yeux du bleu profond au rose clair, une longue crinière blanche. La licorne sylvestre prend soin de la nature qui l’entoure. Elle ne prend qu’un compagnon dans sa vie et lui reste fidèle jusqu’à la mort.

 

ALICORNE : Elle ressemble en tous points à la licorne sylvestre, mais sa corne est noueuse et tordue et de couleur brun pâle. Elle préfère les forêts très anciennes où la moyenne d’âge des arbres est de 500 ans.

 

PYROCORNE : Pelage rouge sombre, yeux d’un rouge scintillant, crinière ressemblant à une rangée de flammes, c’est une des trois espèces maléfiques dans le monde des licornes. Elle est capable de cracher une longue et fine flamme brûlant vos chairs jusqu’aux os,  à qui passe à sa portée. Elle vit sous terre dans des galeries ou des cavernes.

 

LICORNE NOIRE : La plus maléfique et dangereuse des licornes, elle est entièrement noire, ses sabots sont incandescents, sa gueule est garnie de deux rangées de dents effilées comme des rasoirs, elle est carnivore et nocturne, elle ne supporte pas la lumière du jour. Un coup de sa corne vous tuerait car celle-ci a la capacité en vous touchant de vous empoisonner. Elle vit dans des forêts d’arbres pétrifiés.

ROUANICORNE : Elle vit dans les déserts les plus arides, son pelage est brun pâle, la crinière et les yeux d’un brun très foncé. Elle voyage en troupeau. Elle possède la capacité de s’enfuir pendant plusieurs heures afin d’éviter les prédateurs et pour se rafraîchir un peu, elle a en outre le don de télépathie, ce qui lui permet de placer une barrière mentale pour avertir les autres troupeaux de sa présence.

 

LICORNE DE FÉÉRIE : On ne sait pratiquement rien d’elle car elle possède la faculté de se fondre dans la nature grâce à son pelage vert. Elle protège son territoire tout comme la licorne sylvestre et semble inoffensive.

 

CRYOCORNE : Dernière espèce maléfique. Elle vit dans les régions arctiques, elle est de couleur blanche voire bleu clair, sa crinière ressemble à un amas de petits glaçons et sa corne a l’apparence d’un gros glaçon cristallisé. Elle attaque quiconque passe à sa portée. Elle peut cracher de sa gueule une petite quantité d’échardes de glace afin de vous défigurer. Elle prend conjoint une fois dans sa vie mais elle n’en éprouve pas le besoin et peut rester célibataire toute sa vie.

CHROMACORNE : Pelage tacheté de différentes couleurs, elle vit dans les plaines des régions tempérées. Elle ne prend qu’un seul compagnon dans sa vie mais reste en famille. Elle ne possède pas de territoire bien défini mais partage avec d’autres familles chromacornes. Elle est capable de créer des illusions et de lancer de sa corne des lueurs paralysantes pour quiconque semble vouloir s’en prendre à la nature ou s’attaquer à leurs troupeaux. Mais à part çà, elle est inoffensive. Elle protège la nature et ses petits.

 

LICORNE DE MER : Elle a la tête, le poitrail et les membres inférieurs d’une licorne mais avec une queue de dauphin en surplus, elle a un corps écailleux. Elle vit en solitaire sur un fond marin. On prétend que celle-ci aurait prit l’apparence des hippocampes que nous connaissons actuellement.

UNISUS : La licorne ailée, elle est identique à la licorne sylvestre à l’exception des ailes qui ornent ses flancs. Elle est l’union entre une licorne sylvestre et un pégase  » cheval ailé « . Elle n’est pas mammifère car elle pond des œufs, en moyenne un par 10 ans mais tous n’éclosent pas.  Elle est herbivore.

ZÉBRACORNE : Elle vit en troupeau régi par un étalon dans les savanes équatoriales, elle ressemble au zèbre mais avec une musculature plus délicate, sa corne est identique à son pelage, deux lignes torsadées noires et blanches, elle est nomade.

Une légende raconte que les licornes, découragées par la méchanceté des hommes, ont disparu du jour au lendemain et qu’elles reviendront le jour où la paix et l’amour règneront sur terre.

 

 

http://norja.net

Mer déchaînée


Autant l’orage exprime la colère, la peur, autant malgré sa force, sa prestance, il est magnifique !!!
Nuage
 
 
 
Mer déchaînée
 
 
 

Dans ce grand ciel, des montagnes de nuages gris se dessinent
Devant l’offense, les vents essaient de pousser cette nuée menaçante
L’horizon enveloppé d’une noirceur que le temps destine
Les vagues semblent se préparer au dur combat de cette nuit remuante
 
Mélange de pluie, de vent qui cri sa misère du ciel et éclair sa rage
Bondissant sur la mer, anéantir des rêves de cette liberté insoumise
Choisissant les pires armes que seul peut faire l’orage
Laissant les voiliers se livrés à eux-mêmes devant cette injuste bataille incomprise
 
Coups de tonnerre brusques qui se répètent montrant toute sa puissance
Comment échapper à ce déluge, à cette tourmente des éléments déchaînés?
Aveuglé, cette cascade d’eau tombante du masque opaque cherche défiance
Les éclairs déchirant la toile, présente toute la colère du firmament enragé
 
Mais où est mon refuge? Je ne suis qu’un grain de sable dans son couffin
Les bras levés vers les cieux demandant clémence au créateur
J’appelle secours, je cherche protection dans cet univers sans fin
Chasser ce mal qui me poursuit, fuyant ce temps de malheur
 
Tout au fond de moi, je ressens enfin l’indulgence pénétrée dans mon âme
Comme un rayon doré qui transpercent l’empire des ténèbres
Changeant le vent pour une douce brise pour vaincre le drame
Dissiper les nuages vers le néant obscur, ainsi l’astre sort de la pénombre
 
L’arc-en-ciel se dessine dans l’azur en signe de pardon, d’alliance
Renouer mon être à la création, regorger d’espoirs devant l’océan paisible
Naviguer avec l’aide de Dieu vers la simplicité trouver bombance
Les aléas de la vie sont la pour choisir entre bien et mal de l’impossible au possible

 
 
Rachel Hubert (Nuage)
8 Novembre 2001