Le Saviez-Vous ► Pourquoi les avions sont habituellement peints en blanc?


Peut-être que cette question ne vous a jamais traversé l’esprit ! Alors cela fera un plus. La plupart des avions sont blancs pour plusieurs raisons, dont une importante l’économie dans plusieurs façons.
Nuage


Pourquoi les avions sont habituellement peints en blanc?


Les avions ont été peints en blanc depuis si longtemps que nous oublions souvent qu’à la base, ils ne le sont pas. Semblable à la façon dont nous avons fini par accepter que le ciel était bleu, nous ne nous sommes simplement jamais demandé pourquoi les avions étaient blancs.

Mais ce schéma de couleur a, en fait, beaucoup de sens pour diverses raisons, rapporte The Telegraph. D’une part, cela permet aux compagnies aériennes d’économiser beaucoup d’argent, car la peinture ajoute généralement jusqu’à 1 200 lb de poids supplémentaire. Et comme les compagnies aériennes sont toujours promptes à le souligner, le poids ajouté se traduit par plus de carburant utilisé, ce qui, à son tour, signifie des coûts d’exploitation plus élevés.

De plus, en raison de la taille des avions, il faut beaucoup de peinture (environ 120 gallons) pour en recouvrir un seul. Combien coûtent 120 gallons de peinture? De 50 000 $ US à 200 000 $ US!

Mis à part les coûts, les couleurs claires permettent de refléter la lumière du soleil et ainsi, minimiser les dommages causés par le rayonnement solaire. Lorsqu’un avion est en vol, la lumière extérieure le réchauffe, et le blanc reste la couleur qui reflète le mieux la lumière, l’avion se réchauffant donc moins fortement. Un avion plus foncé devra utiliser plus d’énergie pour se refroidir, ce qui augmentera la consommation de carburant et les coûts de vol pour la compagnie aérienne.

Un peu comme les maisons peintes en blanc pour garder la fraîcheur en reflétant les rayons du soleil.

D’autres bonnes raisons de rester blancs? Cette couleur permet de repérer plus facilement les fissures, les bosses et autres dommages extérieurs, elle aide à réduire les impacts d’oiseaux, et rend également l’avion plus visible depuis l’air s’il venait à s’écraser…

MAIS LES AVIONS COLORÉS ALORS?

Néanmoins, certaines compagnies se lancent dans des peintures plus extravagantes et ajoutent consciemment des finitions colorées à but publicitaire. Pour se démarquer de toutes ces machines blanches et augmenter sa notoriété, quoi de mieux que de sortir des codes classiques. Le ciel devient alors une zone de commercialisation aux motifs publicitaires colorés.

https://www.professionvoyages.com/

Le changement climatique va coûter cher à tous les pays


Pourquoi les entreprises et les gouvernements n’agissent pas plus pour l’environnement. ? L’argent ? Il est vrai que faire un virement plus écologique coûtent énormément d’argent, mais a la vue des catastrophes des dernières années, ne rien faire coûtera beaucoup plus cher.
Nuage


Le changement climatique va coûter cher à tous les pays


L'argument économique penche davantage vers l'action écologique.. | Markus Spiske via Unsplash

L’argument économique penche davantage vers l’action écologique.. | Markus Spiske via Unsplash

Repéré par Robin Lemoine

Repéré sur The Washington Post

Aux États-Unis, la somme pour remédier à ses conséquences pourrait représenter jusqu’à 10,5% du PIB d’ici à 2100.

Récemment, un ami me disait: «Si les choses bougent si lentement en matière d’écologie, c’est que ça coûte trop cher et que ça ne rapporte pas assez.»

À court terme, c’est peut-être vrai. Les entreprises doivent revoir toute leur conception de production et les États ont pour mission de rénover, de construire et de changer les infrastructures grâce à de l’argent public.

On parle un peu moins des pertes économiques liées au dérèglement climatique. Selon un rapport établi par le Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes (UNISDR), entre 1998 et 2017 le coût des catastrophes climatiques dues à des épisodes de climat extrême a explosé de 251%. Une hausse qui correspond à une somme de 2.908 milliards de dollars.

À l’avenir? D’ici à 2100, le changement climatique pourrait coûter aux États-Unis jusqu’à 10,5% de son PIB, explique un rapport du National Bureau of Economic Research.

Dépenses substantielles

Au moment où l’on s’inquiète du ralentissement de l’économie mondiale, cette nouvelle étude, qui s’est penchée sur les données économiques de 174 pays entre 1964 et 2017, met en garde contre une réduction beaucoup plus importante de la croissance économique si le changement climatique n’est pas maîtrisé.

«Ce n’est pas seulement le niveau de température qui affecte l’activité économique, mais aussi ses changements persistants au-dessus de la normale», a expliqué au Washington Post l’un des co-auteurs de l’étude, Kamiar Mohaddes, qui anticipe les dommages que ces bouleversements ne manqueront pas de causer sur les infrastructures et les aides qu’il faudra apporter aux collectivités côtières, à la santé, au bien-être, aux écosystèmes et aux pêches.

L’étude révèle qu’une augmentation continue de la température d’environ 0,04 degrés par an –un chiffre avoisinant les conclusions du rapport 1,5 degré du Giec– dans le cas d’un scénario de maintien du statu quo, de fortes émissions entraîneraient une réduction de 7,2% du PIB mondial par habitant d’ici à 2100.

Risques généralisés

Les pays les plus durement touchés seront les pays tropicaux et les pays les plus pauvres. À la différence des études précédentes, celle-ci conclut qu’aucun pays ne sera épargné et qu’aucun ne tirera un avantage économique du changement climatique.

«Le changement climatique sera coûteux pour tous les pays», a déclaré au Washington Post Kamiar Mohaddes, économiste à l’université de Cambridge.

Le Canada, par exemple, pourrait perdre plus de 13% de son PIB d’ici à 2100, tandis que le Japon, l’Inde et la Nouvelle-Zélande pourraient également subir une perte de 10%.

En revanche, si les États réduisaient leurs émissions de gaz à effet de serre conformément à l’accord de Paris sur le climat, ces effets pourraient être limités à une perte de 1,1% du PIB par habitant.

À long terme, il semble dorénavant que l’argument économique penche davantage vers l’action écologique.

http://www.slate.f

Le Saviez-Vous ► 9 pays qui ont fermé la porte à McDonald’s


J’aime bien les termes Mcinterdit et Mcdistance pour parler des endroits qu’il n’existe aucun McDonald’s. Pour des raisons économiques ou politiques, certains pays ont volontairement choisi d’exclure cette multinationale. D’autres par contre, les McDo ne sont pas rentable. Quoiqu’il en soit, c’est une bonne chose pour ces pays qu’ils n’ont pas ce genre de malbouffe.
Nuage


9 pays qui ont fermé la porte à McDonald’s

.

McInterditTY LIM / SHUTTERSTOCK

Meghan Jones

Contre toute attente, McDonald’s, le géant de la restauration rapide, n’est pas le bienvenu partout

McInterdit

Aux États-Unis, on trouve toujours un McDonald’s dans un rayon d’environ 150 km, quand ce n’est pas à quelques coins de rue. Il y en a plus de 1400 au Canada. D’où la surprise d’apprendre qu’il existe des pays qui n’en ont pas un seul. Dans le cas de ces nations, il semble que la situation économique ou politique soit parvenue à tenir la célèbre arche dorée à distance.

BermudesANDREW F KAZMIERSKI / SHUTTERSTOCK

Bermudes

Jusqu’en 1995, il n’y avait qu’un seul McDonald’s dans cet archipel de l’océan Atlantique. Et aujourd’hui, c’est le vide. Une loi des années 70 y interdisait toute chaîne de restauration rapide étrangère. McDonald’s avait réussi à la contourner en 1985 en s’installant dans une base aéronavale américaine. Cependant, en 1995, la base ainsi que son McDo ont été fermés. Selon mic.com, la franchise de McDonald’s a tenté de faire un retour en 1999, mais la loi a primé.

IranKANISORN PRINGTHONGFOO / SHUTTERSTOCK

Iran

Au cours des dernières années, les relations entre le Moyen-Orient et les États-Unis ont été très tendues, et les franchises occidentales comme McDonald’s en ont fait les frais. Il ne s’est ouvert aucun nouveau McDo en Iran depuis 1979. Toutefois, dans la perspective d’une nouvelle relance diplomatique entre les deux pays, on a parlé d’un possible retour de Ronald McDonald dans les lieux. Mais la création d’un substitut iranien nommé Mash Donald’s ne facilite pas la démarche.

MacédoineSAIKO3P / SHUTTERSTOCK

Macédoine

Ce petit pays européen situé dans les Balkans possédait exactement sept restaurants McDonald’s, dont la plupart dans la capitale, Skopje. Pourtant, en 2013, le responsable macédonien de McDonald’s a perdu sa licence, ce qui a entraîné la fermeture définitive de tous les restaurants dans ce pays. On a parlé d’une dispute entre les franchisés et la direction de McDonald’s/Europe.

YémenMOHANNAD KHATIB / SHUTTERSDTOCK

Yémen

Au départ, McDonald’s ne trouvait pas la situation économique du Yémen assez stable pour s’y installer à long terme. De plus, des groupes extrémistes avaient menacé McDonald’s d’une éventuelle riposte partisane en cas d’implantation de sa part. On comprend le problème…

Monténégro

OLEG P / SHUTTERSTOCK

Monténégro

En 2003, McDonald’s a ouvert un petit restaurant dans cette petite république dans le but d’évaluer un possible marché. En dépit du grand succès de ses aliments emblématiques auprès de la population, le gouvernement s’est ligué avec les commerçants locaux pour bloquer son implantation. Et depuis, la franchise a gardé sa McDistance…

Corée du NordVIKTORIA GAMAN / SHUTTERSTOCK

Corée du Nord

Sans étonnement, cet état totalitaire s’oppose à toute forme de commerce américain incluant McDonald’s. Cependant, d’après le journal The Telegraph, des officiels du gouvernement nord-coréen auraient importé en douce des aliments de McDonald’s depuis la Corée du Sud pour leur propre consommation.

ZimbabweULRICH MUELLER / SHUTTERSTOCK

Zimbabwe

En 2000, McDonald’s était en plein processus d’implantation dans ce pays africain lorsque ce dernier s’est retrouvé en pleine débâcle économique (le Zimbabwe, pas McDo…) Le personnel de McDonald’s a rapidement quitté les lieux, et le Zimbabwe est resté sans McDo. La rumeur veut qu’il s’essaie à nouveau, même si McDonald’s International Franchising affirme n’avoir aucun projet en ce sens. Saviez-vous qu’il existe une capitale américaine où il n’y a pas de McDonald’s. (Oui, il n’y en a qu’une !) : Montpelier, Vermont.

BolivieSUNSINGER / SHUTTERSTOCK

Bolivie

McDonald’s n’a pas eu besoin de se faire interdire dans ce pays sud-américain pour fermer son dernier restaurant en 2002, à la suite d’un long conflit avec le gouvernement bolivien. Selon The Daily Meal, l’échec de McDonald’s vient du refus du peuple bolivien de dépendre d’une multinationale pour ses hamburgers.

Et le président bolivien actuel a déclaré que cette chaîne « n’était motivée que par ses gains et ses profits et pas du tout par la santé de la population ».

IslandeKEONGDAGREAT / SHUTTERSTOCK

Islande

Tout comme le Zimbabwe, l’Islande a subi une crise économique majeure qui a repoussé McDonald’s de ce pays insulaire. Mais à l’encontre du Zimbabwe, l’Islande avait déjà un McDonald’s dans sa capitale avant le krach financier de 2009. Il semble bien que le gouvernement n’ait pas encouragé les Joyeux Festins dès le départ, car l’Islande se caractérise par sa tendance pro santé. Malgré ceci, il se pourrait que l’Islande change de cap. En effet, McDonald’s aurait, selon Iceland Mag, un projet de développement en cours.

https://www.selection.ca/

La technologie va-t-elle trop vite pour l’humanité?


Pour le commun des mortels, il y a probablement une sensation que tout va trop vite. Bien que nous apprécions certains avantages, l’intelligence artificielle, la robotisation donne l’impression que le travailleur perd du terrain et qu’il n’y a pas de solution de rechange. Sans compter cette impression de surveillance un peu partout. Devons-nous être inquiet, être alarmiste devant cette rapidité que tout change en moins temps que prévu ?
Nuage

 

La technologie va-t-elle trop vite pour l’humanité?

 

CAIAIMAGE/RANA DIAS VIA GETTY IMAGES

La quatrième révolution industrielle est en marche. Doit-on la craindre?

La technologie va-t-elle trop vite pour l’humanité? Explosion des données en circulation, emplois menacés par les robots, fiscalité incertaine et intelligence artificielle menaçante ont occupé les esprits toute la semaine à Davos.

Preuve de cette forte préoccupation, 75 pays ont eu recours à Davos au multilatéralisme et à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), pourtant mal en point depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, et promis d’engager des discussions afin de réguler de manière « plus efficace le commerce en ligne ».

À cette occasion, les États-Unis et la Chine ont enterré un instant la hache de guerre pour se joindre à ce groupe, même si Pékin ne s’est engagé qu’en dernière minute vendredi matin, a indiqué le directeur général de l’OMC, Roberto Azevêdo, lors d’une conférence de presse.

Le discours le plus alarmiste a certainement été tenu jeudi soir par le milliardaire-philanthrope George Soros, lors du dîner qu’il donne traditionnellement en marge du Forum économique mondial.

Je veux attirer l’attention sur le danger mortel que font courir aux société ouvertes les instruments de contrôle que le « machine learning » et l’intelligence artificielle mettent dans les mains de régimes répressifs.George Soros

Autre préoccupation: la menace que fait peser sur les emplois la robotisation, dans un monde où les inégalités se creusent et où la peur du déclassement alimente le populisme.

« Toute ces entreprises tech et non tech ont une très grande responsabilité », a dit Jean-Philippe Courtois, vice-président exécutif de Microsoft, à l’AFP.

Les fruits de l’économie numérique doivent être redistribués « à une plus grande masse de personnes », selon lui, ce qui implique de faire des efforts « dans l’éducation ».

Les entreprises « sous-estiment l’accélération du rythme de la digitalisation, les changements de comportement et de technologie qui dictent ce rythme et, surtout, l’ampleur de la +disruption+ qui les attend », a noté la société de conseil McKinsey dans une récente étude.

Pour prendre l’exemple du secteur financier, « il a été conçu pour servir des gens qui travaillent de 9h à 17h, pour un seul employeur, souvent pendant toute leur carrière », constate Bill Ready, directeur opérationnel de la société de paiement par Paypal.

« Quand la façon de gagner de l’argent change, la manière dont l’argent est versé et géré doit changer aussi », a-t-il dit.

Microsoft, de son côté, a choisi de se tourner vers l’informatique dématérialisée, le « cloud », après avoir constaté que sa vache à lait traditionnelle, le système d’exploitation Windows, perdait du terrain.

Dans un local installé dans la rue principale de Davos, le géant américain montre des vidéos censées représenter les petites révolutions promises par l’intelligence artificielle.

Par exemple le « supermarché du futur », avec des capteurs qui permettent d’alerter immédiatement le service de nettoyage si une brique de lait s’écrase par terre.

Mais les entreprises « doivent être super claires sur ce qu’elles veulent faire », alors que les innovations technologiques suscitent leur lot de tensions, autour des VTC par exemple, ou de l’impact d’AirBnB sur le marché immobilier et hôtelier.

4e révolution industrielle

Cette « quatrième révolution industrielle » va « plus vite que quiconque l’attendait », explique Murat Sonmez, expert du Forum économique modial, l’organisation qui gère la réunion de Davos mais produit aussi un grand nombre de rapports ou expertises.

« Les entreprises et les gouvernements prennent du retard, et restent coincés en arrière », selon lui.

L’influence des réseaux sociaux sur les processus politiques, la confidentialité des données personnelles mais aussi la fiscalité des géants de la tech sont autant de défis pour les Etats.

La numéro deux de Facebook, Sheryl Sandberg, a elle profité de sa venue à Davos pour tâcher de redorer l’image du groupe, ternie par le scandale Cambridge Analytica.

« Nous n’avons pas anticipé tous les risques liés au fait de relier autant de gens entre eux », a-t-elle dit lors d’une rencontre organisée par l’hebdomadaire allemand Die Zeit. « Nous avons besoin de regagner la confiance », a-t-elle ajouté.

https://quebec.huffingtonpost.ca

Trump est persuadé que les créanciers vont accommoder les fonctionnaires incapables de payer


Être un fonctionnaire américain aux prises avec le shudown, je serais outrée que multi-millionnaire me parle de faire un emprunt pour couvrir la perte d’argent depuis le début de l’année et qu’un président d’un pays pense que les créanciers seront compréhensifs. Ne pas comprendre que des fonctionnaires ont du avoir recours aux banques alimentaires, c’est un manque total de connaissance de la vie des gens en général.
Nuage

 

Trump est persuadé que les créanciers vont accommoder les fonctionnaires incapables de payer

 

 

ASSOCIATED PRESS/JACQUELYN MARTIN

Par Nick Visser, HuffPost US

Le président américain ne semble pas s’émouvoir du sort des travailleurs pris en étau par le «shutdown

Le président des États-Unis ne semble pas s’émouvoir des nombreux cas de fonctionnaires fédéraux qui doivent visiter des banques alimentaires pour pouvoir se nourrir ou qui sont incapables de payer leur hypothèque pendant le «shutdown». Selon Donald Trump, les épiceries et les créanciers vont «s’arranger» avec eux durant ces temps difficiles.

Il a fait ces commentaires peu avant l’annonce d’une réouverture temporaire des institutions gouvernementales. Quelques heures auparavant, le secrétaire au Commerce, Wilbur Ross, a affirmé qu’il ne comprenait pas pourquoi plusieurs des 800 000 fonctionnaires fédéraux avaient recours aux banques alimentaires, alors qu’ils n’ont pas été payés depuis le début de l’année en raison du «shutdown», une situation qui perdure pour un deuxième mois.

«Les gens les connaissent, dans leur quartier, quand ils vont faire des courses à l’épicerie ou ailleurs», a affirmé le président, questionné sur les commentaires de son collègue Wilbur Ross.

«Je crois que ce que Wilbur essayait de dire, c’est qu’ils vont s’arranger ensemble», a-t-il ajouté.

Vidéo intégrée

Donald Trump, qui a précisé ne pas avoir entendu ce que son collègue a dit, a admis que ce dernier «aurait pu le dire différemment». Mais le président s’est tout de même porté à la défense de son secrétaire au Commerce, ajoutant que les banques travaillaient conjointement avec ceux qui traversaient une situation économique difficile à cause du «shutdown»: «c’est ce qui arrive dans des temps comme ceux-ci».

«Si vous avez une hypothèque, les créanciers, ceux qui encaissent les intérêts et toutes ces choses-là, ils s’arrangent avec vous», a indiqué le président.

Wilbur Ross s’est attiré des foudres de toutes parts, jeudi, après ses remarques au réseau de télévision américain CNBC. Selon lui, les médias ne prenaient pas en considération que les fonctionnaires «allaient éventuellement être payés». Il a affirmé qu’il ne comprenait pas pourquoi certaines personnes avaient recours aux banques alimentaires. Il a aussi ajouté que ces fonctionnaires fédéraux ne représentaient qu’une fraction du rendement financier de la nation.

«Mettons cela en perspective: on parle de 800 000 travailleurs. Et même si je compatis avec ceux qui vivent des difficultés, 800 000 travailleurs qui ne recevront jamais leur salaire – ce qui n’est pas le cas, ils seront éventuellement payés -, on parle du tiers d’un pourcent de notre PIB. Ce n’est quand même pas immense, si on remet ça dans son ensemble.»

Wilbur Ross, qui a aussi suggéré que les travailleurs empruntent pour couvrir leurs dépenses, aurait une fortune d’environ 700 millions $.

Ces commentaires du président et de son secrétaire au Commerce tranchent dramatiquement avec les multiples témoignages de fonctionnaires qui ont beaucoup de mal à joindre les deux bouts. Les travailleurs n’ont toujours pas reçu de paie depuis le début de l’année, puisque le Congrès n’a toujours pas réussi à faire passer une loi qui mettrait fin au «shutdown».

Les affirmations du secrétaire au Commerce ont provoqué de fortes réactions dans le camp démocrate.

«De nombreux travailleurs vivent de paie en paie, a lancé le leader de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer. Secrétaire Ross, ils ne peuvent pas simplement appeler leur courtier et lui demander de vendre leurs parts. Ils ont besoin de ce chèque de paie.»

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l’anglais.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Un enfant de deux ans fait des confettis avec les économies de ses parents


Ah !! Je ne sais pas quelle réaction que j’aurais si j’avais économisée autant d’argent étaient déchiqueté par accident.
Nuage

 

Un enfant de deux ans fait des confettis avec les économies de ses parents

 

par  Dylan Kuperblum

 

En un an, un couple originaire de Salt Lake City avait économisé 1 060 dollars (925 euros) afin de rembourser une dette.

Avec sa femme, Jackee, Ben Belnap comptait bien rembourser son père, qui leur avait acheté un abonnement aux matchs de l’équipe de football américain de l’Université de l’Utah. Malheureusement, l’enveloppe contenant cet argent liquide a un jour disparu. Après de longues recherches, elle a finalement été retrouvée – en petits morceaux – à l’intérieur de la déchiqueteuse à papier, indique le Washington Post. 

Le couple a vite trouvé le coupable : Léo, deux ans, venait d’aider sa mère à déchiqueter du papier indésirable. Croyant bien faire, il a continué tout seul et s’est emparé de l’enveloppe. La première réaction de Jackee Belnap fut de pleurer. Après s’être remis de ses émotions, le couple a fini par s’en amuser :

« C’était un de ces moments où il fallait rire », témoigne la mère à News4Utah.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, il existe un moyen pour les malheureux parents de récupérer l’argent, sans passer des nuits à recoller les morceaux. Le Bureau de gravure et d’impression offre une solution dans les cas où un enfant en bas âge détruit des centaines de dollars par accident. Il dispose même d’une  section  pour « la monnaie mutilée », consacrée à racheter de l’argent brûlé, chimiquement altéré, mâché par des rongeurs ou détérioré. Ce service est gratuit. Une fois les billets séparés des papiers inutiles, les Belnap enverront leurs économies bousillées au Bureau, à Washington, et, si tout se passe bien, ils pourront récupérer leur argent d’ici un à deux ans.

https://www.ulyces.co//

Réchauffement climatique : le rapport de la dernière chance ?


On a beau parler de croissance économique, d’éducation, de santé, mais si les gouvernements n’agissent pas pour freiner autant soit peu les changements climatiques alors ils seront responsables de la suite et de l’avenir de nos enfants et petits-enfants. Comment se fait-il que des scientifiques clament depuis des années d’agir et que maintenant, le pire est à venir, et ce n’est pas dans 10 ans, ni dans 5 ans qu’il faut agir, mais maintenant. La politique ne fait rien et ne vaut rien.
Nuage

 

Réchauffement climatique : le rapport de la dernière chance ?

 

eoliennes coucher de soleil

 

Crédits : Pixnio

par Yohan Demeure

Dans un rapport publié par l’ONU cet été, des scientifiques tentent d’expliquer aux décideurs politiques qu’il faudrait ne plus perdre de temps afin d’opérer des changements concernant nos modèles économiques.

Recrudescence des phénomènes climatiques, pollution des eaux et des sols, augmentation du niveau des mers, etc. Il s’agit d’autant de dérives liées au réchauffement climatique engendré par les activités humaines, à savoir les diverses pollutions et la multiplication des déchets en tout genre. Nos modes de vie – et donc de consommation – sont en cause, et il faudrait pouvoir changer de politique.

Il s’agit du message qu’un rapport de l’ONU baptisé Global Sustainable Development Report 2019 publié durant l’été 2018 tente de faire passer. Le groupe de scientifiques, économistes et autres experts de l’environnement à l’origine de ce rapport – qui sonne comme une sorte de “rapport de la dernière chance” – s’adresse clairement aux gouvernements.

Selon les auteurs, il serait impératif d’entamer de grands changements au niveau de nos systèmes économiques. En effet, ces modèles économiques influenceraient les politiques (surtout dans les pays riches), qui ne considéreraient pas assez les problématiques de transition énergétique. Ils ne prendraient pas non plus en compte l’épuisement des ressources naturelles.

Les experts estiment que l’humanité est allée au-delà de «la capacité des écosystèmes planétaires à gérer les déchets générés par l’utilisation de l’énergie et des matériaux». À l’heure où les politiques sont souvent axées sur la croissance économique, le rapport de l’ONU rappelle une réalité édifiante : il ne peut exister de croissance infinie sur notre planète.

Le rapport met également l’accent sur la lenteur des décisions et engagements pris, à l’instar de ce qui est ressorti des dernières Conférence des parties (COP), notamment la COP 21 qui s’est déroulée en 2015 à Paris. La nature des résolutions est également critiquée. En effet, des mesures telles que la taxation carbone – assimilées au principe de pollueur-payeur – ne pourront en aucun cas motiver une transition réelle et efficace. Est-ce une sorte de rapport de la dernière chance concernant le réchauffement climatique ?

Sources : The IndépendantFutura SciencesTrust My Science

https://sciencepost.fr/