Ce chaton avec des sourcils est devenu un magnifique chat


Vous souvenez-vous du chaton avec des taches en haut des yeux qui ressemblaient à des sourcils et lui donnait un air inquiet ? Il a grandi et a toujours ces sourcils qui malgré son air triste est un chat très enjoué d’après ses maitres
Nuage

 

Ce chaton avec des sourcils est devenu un magnifique chat

 

chaton sourcils

On vous présente Gary, un chat qui a toujours l’air un peu inquiet !

C’est en 2015 qu’est né Gary, un adorable petit chaton noir et blanc qui avait une petite particularité : deux tâches noires placées exactement comme s’il s’agissait de sourcils. Résultat, le chaton semble tout le temps un peu étonné / tristounet.

En voyant ces « sourcils », les humains de Gary n’ont pas hésité une seconde à le surnommer « Concerned Kitten », un surnom qui ne l’a jamais quitté.

En grandissant, Gary n’a pas perdu ses « sourcils » qui se sont développés en même temps que lui. Si bien qu’il garde cette bouille pas comme les autres à laquelle il est bien difficile de résister et il le sait ! Du coup, quand Gary veut quelque chose, il l’obtient toujours.

Mais malgré cet air triste qu’il porte en permanence, Gary est un chat très joueur qui ne rate jamais une occasion de s’amuser et de prouver sa joie de vivre.

https://wamiz.com

Le Saviez-Vous ► Les 8 maladies les plus dangereuses révélées par vos yeux


Une visite pour l’examen de la vue est beaucoup plus que détecter des troubles de visions. Ces examens peuvent détecter des maladies à un stade précoce, tel que certains cancers, diabète, leucémie et autres.
Nuage

 

Les 8 maladies les plus dangereuses révélées par vos yeux

 

Des ophtalmologistes et des optométristes nous parlent des 8 maladies dangereuses qu’ils peuvent détecter en examinant les yeux de leurs patients.

Vos yeux peuvent permettre de détecter un cancer

Un examen des yeux pourrait vous sauver la vie. Nous pouvons tout dépister, de la tumeur au cerveau au cancer du sein et des poumons, nous confie Joseph Pizzimenti, optométriste et professeur agrégé au Nova Southeastern University College of Optometry Eye Care Institute de Fort Lauderdale, Floride. Certains types de saignements de la rétine peuvent aussi indiquer une leucémie. Les médecins des yeux  peuvent diagnostiquer une tumeur au cerveau grâce aux changements dans le champ de vision du patient. Les mélanomes malins peuvent apparaître à l’arrière de l’œil et le patient n’en aura pas la moindre idée jusqu’à ce que la tumeur atteigne le centre de la vision, précise le Dr Pizzimenti.

Voyez-vous votre ophtalmo régulièrement ?

Ne vous étonnez pas si on vous pose cette question lors de votre bilan de santé annuel. La rétine, ou l’arrière de l’œil, est en effet le seul endroit de votre corps qui offre aux médecins une vue très rapprochée des vaisseaux et des nerfs sans avoir besoin d’ouvrir. L’examen oculaire de routine est donc très utile pour détecter des problèmes de santé à un stade très précoce. Des spécialistes des yeux nous en apprennent davantage sur les maladies qu’ils peuvent aider à diagnostiquer lors d’un examen. Découvrez au cours des prochaines pages les maladies les plus dangereuses que peuvent révéler vos yeux.

Détecter le diabète par les yeux

Un des premiers symptômes du diabète de type 2 se manifeste parfois par un petit saignement de la rétine, signe d’une rétinopathie diabétique.

«Je vois chaque jour des patients qui affichent ce symptôme et chez lesquels le diabète n’a pas encore été diagnostiqué», raconte le Dr Pizzimenti.

Si elle n’est pas traitée, cette affection peut conduire à la cécité, mais prendre les devants peut réduire ce risque de moitié. Lorsque la rétinopathie diabétique est détectée à un stade précoce, des changements dans le style de vie tels qu’une alimentation plus saine et une perte de poids peuvent prévenir de plus graves conséquences. Surveillez ces signes silencieux du diabète.

L’hypertension détectée par les yeux

Les dommages subis par les vaisseaux sanguins, y compris l’affaiblissement et le rétrécissement  des artères, peut signaler un problème d’hypertension, avertit la Dre Jessica Ciralsky, professeur adjoint d’ophtalmologie au Collège médical Weill Cornell, à New York.

De nombreuses études à grande échelle ont établi des liens entre les maladies du cœur et le rétrécissement des petits vaisseaux de la rétine, selon un article paru dans le American Journal of Medicine. Cette relation est particulièrement forte chez les gens montrant d’autres facteurs de risque de maladies cardiaques.

Un examen des yeux peut révéler une sclérose en plaques

La névrite optique – inflammation du nerf optique – peut être un signe avant-coureur de la sclérose en plaques, une maladie dégénérative du système nerveux, affirme Mitchell Munson, président de l’Association américaine des optométristes. La névrite optique apparaît chez 75 pour 100 des patients atteints de sclérose en plaques, et elle en est le premier signe dans 25 pour 100 des cas. (Attention : une névrite optique n’indique pas automatiquement que l’on est atteint de sclérose en plaques ; elle peut résulter d’une infection ou d’autres causes.)

«Les patients souffrant d’une névrite optique ont souvent la vision brouillée, mais j’ai déjà diagnostiqué ça chez des patients qui n’avaient pas le moindre symptôme», indique le Dr Munson.

Arthrite rhumatoïde

Environ 25 pour 100 des patients souffrant d’arthrite rhumatoïde ont des problèmes de vision ; la sécheresse de l’œil étant la plus commune. Autre piste : si un patient fait des attaques d’iritis – inflammation douloureuse de l’iris ou de la partie colorée de l’œil – durant la même année, ou trois attaques en 18 mois, on peut suspecter une arthrite rhumatoïde  explique le Dr Munson. Les gens souffrant d’arthrite rhumatoïde qui affecte les articulations de la main et des pieds ont un niveau de substances inflammatoires dans le sang cinq fois plus élevé que la normale. Il arrive que ces substances migrent dans l’œil aussi bien que dans les articulations, dit le Dr Munson.

Détecter un AVC grâce à un examen de la vue

L’AVC est un dysfonctionnement cérébral soudain causé par une interruption de l’irrigation sanguine, elle-même provoquée par le blocage (ischémie) ou la rupture (hémorragie) d’un vaisseau. L’AVC de Liz Rodovich était de type ischémique et avait altéré la vision de l’œil gauche. Un accident ischémique transitoire (AIT) est un mini-AVC causé par un caillot qui se loge temporairement dans l’œil ou dans la partie du cerveau qui est le siège de la vision.

Ce que constate le spécialiste de la vue : il ne verra pas le caillot à l’origine de l’AIT parce que celui-ci se dissout rapidement. Quand le patient se présente, tout est à nouveau normal. Le diagnostic est donc basé sur les symptômes et les antécédents médicaux.

Ce qu’éprouve le patient : une perte indolore, totale ou partielle, de la vue d’un œil, qui dure de quelques minutes à plusieurs heures.

Ce qui arrive ensuite : le patient est dirigé vers une clinique spécialisée pour un examen complet.

« Le risque d’AVC est beaucoup plus grand chez les victimes d’un AIT parce qu’elles ont déjà fait un mini-AVC, dit Setareh Ziai. Nous recommandons un examen général afin de prévenir un accident plus grave. »

Déceler des troubles hormonaux avec un examen de la vue

« Les hormones jouent un rôle capital dans la préservation du film lacrymal et de la surface oculaire », déclare M. Ziai.

Ce que constate le spécialiste de la vue : des rougeurs, une inflammation et un assèchement de la surface de l’œil avec sécrétion de mucus.

Ce qu’éprouve le patient : vision brouillée, brûlure et irritation, sensation de sable dans les yeux, difficulté à fixer un écran d’ordinateur (les battements des paupières diminuent alors de 66 %).

Ce qui arrive ensuite : un ophtalmologue peut prescrire divers traitements pour atténuer l’inconfort. Par exemple, des gouttes lubrifiantes, un onguent, des compresses tièdes, un nettoyage des paupières ou des suppléments d’acides oméga 3.

Autres symptômes à surveiller:

1. Des yeux exorbités sont parfois le signe d’une ophtalmopathie disthyroïdienne, trouble lié à une maladie auto-immune de la thyroïde et caractérisé par un gonflement des muscles et des tissus de l’œil et de l’orbite.

2. Les anomalies pupillaires (différence de taille ou réaction anormale à la lumière, par exemple) peuvent être dues à une maladie.

3. Des yeux jaunes sont parfois une manifestation d’une atteinte au foie. L’hépatite et la cirrhose jaunissent le blanc des yeux.

4. Rougeur, douleur et inflammation des enveloppes oculaires caractérisent la sclérite, affection symptomatique de plusieurs maladies auto-immunes comme le lupus et la polyarthrite rhumatoïde.

5. Les spasmes oculaires, ces agaçants clignements des paupières, sont causés par une irritation des fibres musculaires. Leur cause profonde est presque toujours bénigne ; ils sont souvent déclenchés par le stress, la fatigue ou la caféine.

http://selection.readersdigest.ca

Les pirates russes ne ciblaient pas que les États-Unis, mais la planète entière


On se croirait dans un film d’espionnage de grande envergure.Lors des élections présidentielles aux États-Unis on a beaucoup parlé que la Russie aurait été pour quelque chose dans l’élection de Donald Trump. Alors que la réalité semble être encore bien pire
Nuage

 

Les pirates russes ne ciblaient pas que les États-Unis, mais la planète entière

 

La lutte contre la cybercriminalité représente un défi de taille.

Des documents obtenus par l’AP semblent prouver de manière irréfutable les liens étroits qui unissent les pirates russes et le gouvernement de leur pays. Photo : iStock

Donald Trump croit Vladimir Poutine quand celui-ci lui soutient que le Kremlin n’a jamais cherché à interférer avec l’élection présidentielle américaine en 2016. Selon des documents inédits, les objectifs des pirates russes allaient bien au-delà de la campagne de Hillary Clinton.

ASSOCIATED PRESS

Le président des États-Unis semble ensuite se raviser quand il déclare faire confiance aux agences de renseignements de son pays, qui estiment que les preuves de l’ingérence russe sont claires.

Quoi qu’il en soit, les objectifs des pirates russes qui ont mis leur nez dans l’élection présidentielle dépassaient largement la seule campagne de Hillary Clinton : ils ciblaient aussi les courriels d’officiers ukrainiens, d’opposants russes, de sous-traitants de l’armée américaine et des milliers d’autres personnes qui intéressaient le Kremlin, selon des documents inédits obtenus par l’Associated Press.

Liens entre les pirates et Moscou

Ces documents semblent prouver de manière irréfutable les liens étroits qui unissent les pirates russes et le gouvernement de leur pays, exposant au grand jour une opération qui se déroule depuis des années et qui a tenté d’infiltrer les boîtes de courriel de quelque 4700 utilisateurs du service Gmail à travers le monde – du représentant du pape à Kiev jusqu’au groupe Pussy Riot à Moscou.

« C’est une liste de souhaits de ceux qu’on voudrait cibler pour faire avancer les intérêts de la Russie », a affirmé l’expert britannique Keir Giles, à qui l’Associated Press a demandé d’examiner ces documents.

Il est d’avis que les données constituent une « liste maîtresse des gens que la Russie voudrait espionner, gêner, discréditer ou faire taire ».

Les conclusions de l’Associated Press découlent de l’analyse de 19 000 liens malveillants colligés par la firme Secureworks, de dizaines de courriels frauduleux, et d’entrevues avec plus d’une centaine de cibles des pirates.

http://ici.radio-canada.ca/

Un trésor médiéval rare découvert à l’abbaye de Cluny


J’aurais été excitée si j’aurais été cette étudiante qui travaillais avec d’autres pour délimité l’ancienne infirmerie de l’abbaye de Cluny en France. Ce fut sa première fouille et elle trouve un étonnant trésor car ils contient des dinars alors que les musulmans étaient loin de leur zone de commerce.
Nuage

 

Un trésor médiéval rare découvert à l’abbaye de Cluny

 

Les 21 dinars musulmans en or, retrouvés parmi 2200 deniers et oboles en argent dans un trésor enfoui à Cluny.

Les 21 dinars musulmans en or, retrouvés parmi 2200 deniers et oboles en argent dans un trésor enfoui à Cluny.

ALEXIS GRATTIER / UNIVERSITÉ LUMIÈRE LYON

Par Sarah Sermondadaz

Un pactole médiéval du 12e siècle contenant (entre autres) plus de 2200 deniers d’argent et 21 dinars musulmans en or a été découvert à l’abbaye de Cluny. Et c’est une étudiante en archéologie qui, la première, a vu le trésor au cours des fouilles !

TRÉSOR. 

« C’est une découverte exceptionnelle par sa nature inédite, mais surtout par les questions qu’elle suscite sur l’abbaye et ses secrets », s’enthousiasme Nathalie Dompnier, présidente de l’Université Lumière Lyon 2.

 Car c’est un trésor médiéval du 12e siècle, rien de moins, qui a été retrouvé sur le site de fouilles de l’abbaye de Cluny (en Saône-et-Loire) : plus de 2.200 deniers et oboles en argent, 21 dinars musulmans en or, un anneau sigillaire (par exemple utilisé afin de sceller et de cacheter la correspondance) et divers éléments en or.

« C’est la première fois qu’on retrouve de tels éléments à Cluny », se réjouit Anne Baud, enseignante-chercheuse à l’Université Lyon 2 au laboratoire archéologie et archéométrie.

Un trésor enfoui à 70 cm du sol sous l’ancienne infirmerie monastique… repéré par une étudiante !

Le pactole attendait sagement, enfoui sous le jardin abbatial actuel, depuis 800 ans.

« Nous l’avons découvert en sondant les sols dès le premier jour de fouilles, alors que nous cherchions à localiser l’angle de la grande salle de l’infirmerie monastique médiévale, dont il ne reste aujourd’hui plus rien en surface. Il faut savoir l’on ne dispose que d’un seul plan historique de l’abbaye : le plan dit anonyme de 1700, qui décrit certes les bâtiments… mais après le vaste démembrement de 1623 qui a vu la déconstruction des anciens bâtiments pour en reconstruire de nouveaux », explique Anne Flammin, ingénieur CNRS dans le même laboratoire. « Le trésor était caché dans un simple trou de remblai, pour combler un ancien mur aujourd’hui disparu. »

ÉTUDIANTS. Une belle histoire à laquelle ont d’ailleurs participé les étudiants du Master Archéologie de l’université, qui interviennent sur les fouilles afin de se former.

C’est ainsi « une étudiante, lors du tout premier jour de fouilles en septembre 2017, qui a vu tomber les pièces vertes dans le trou creusé pour le sondage, après avoir été effleuré par une pelle mécanique ! », révèle Anne Flammin.

Le « plan anonyme » de 1700

La mystérieuse présence de devises étrangères en or

La composition (devises en argent, en or, anneau et autres éléments d’or) de ce trésor soulève de nombreuses questions. À commencer par la présence de dinars musulmans en or, bien loin de leur zone de commerce habituelle, alors qu’en Europe continentale, on utilise à l’époque surtout des monnaies en argent.

« Il est très rare de retrouver des monnaies du 12e siècle in situ, dans leur contexte historique, rappelle Anne Flammin. La plupart des trésors sont retrouvés par des particuliers à l’aide de détecteurs de métaux et sont alors perdus pour l’histoire, alors qu’il s’agit d’une source essentielle. »

DATATION.

« Ces dinars ont été frappés en Espagne et au Maroc, il est facile de les dater puisque leur date de fabrication y a été gravée, indique Vincent Borrel, doctorant au Laboratoire Archéologie et Philologie d’Orient et d’Occident. Ils datent ainsi de 1121 à 1131 et ont été frappés en Espagne et au Maroc sous le règne d’Ali Ben Youssef de la dynastie berbère des Almoravides. » 

Quant aux deniers et oboles en argent, leur datation est plus complexe, car fait intervenir plusieurs origines :

 l’évêché de Meaux entre 1120 et 1134, le roi de France, « sûrement Louis VII », mais aussi l’abbaye de Cluny elle-même, qui avait le droit de battre monnaie ! « Les deniers clunisiens forment même la vaste majorité des deniers d’argent retrouvés », ajoute Anne Baud.

Origine des monnaies retrouvées

Les hypothèses soulevées par une « découverte romanesque »

« L’abbaye de Cluny avait des contacts avec l’Espagne, qui était alors dans la sphère d’influence musulmane, il est donc logique d’y retrouver des dinars. Toutefois, on n’a découvert que 10 échantillons de dinars en or en France, ce qui montre que de tels échanges étaient réservés aux personnages et aux échanges importants », évoque Vincent Borrel.

Et que valait ce trésor, à l’époque ? Guère plus qu’une fortune personnelle :

« À l’échelle d’un particulier, cela représente de 3 à 8 chevaux, soit une somme conséquente, mais seulement 6 jours d’approvisionnement à l’échelle de l’abbaye ! » 

MYSTÈRES.

 Le trésor semble ainsi avoir appartenu à un particulier, « peut-être à un dignitaire religieux, ce que suggère l’anneau sigillaire », avance Anne Baud. « Mais il faut savoir que des laïcs pouvaient entrer à l’abbaye pour y mourir… et parfois en ressortir. » 

Le 12e siècle s’avère aussi, pour Cluny, une époque de difficultés financières.

« C’est le moment où se bâtit la nouvelle abbatiale, où les moines font appel à de nouveaux financements. »

 Peut-être la découverte aidera-t-elle à éclairer la vie économique de l’abbaye, qui reste peu connue. Quant à l’identité du propriétaire du trésor, le mystère reste entier.

« Pourquoi cacher un tel trésor, puis l’oublier ?, s’interroge Anne Baud. Nous sommes face à une découverte historique, mais aussi romanesque ».

L’anneau sigillaire retrouvé  / Crédits : Alexis Grattier / Université Lyon II

www.sciencesetavenir.fr

Les chiens, une aide précieuse pour les personnes diabétiques ?


On connaît des chiens d’assistances dans divers domaines, mais une qui n’est pas connue est un chien qui a été dressé pour les diabètes du type 1. Il peut même être dressé en même temps pour les non-voyants étant donné que c’est souvent une conséquence de ce type de diabète. Ce chien peut prévenir jusqu’à 20 minutes avant que la personne en sente les effets et peut agir en conséquence
Nuage

 

Les chiens, une aide précieuse pour les personnes diabétiques ?

 

On le sait, les chiens ont le pouvoir d’apporter une aide considérable aux personnes bien portantes comme à celles en situation de handicap. Chiens d’assistance, chiens guides, chiens détecteurs de cancers et de crises d’épilepsie… mais aussi – et c’est moins connu – chiens d’assistance pour diabétiques.

De la même façon que les chiens ont la capacité de détecter des crises d’épilepsie, ils peuvent savoir quand vont apparaître des crises d’hypoglycémie et d’hyperglycémie bien avant nous. C’est la raison pour laquelle ils sont de plus en plus utilisés pour apporter leur aide aux personnes diabétiques, et en particulier celles souffrant de diabète de type I.

En les alertant qu’une crise se prépare (par exemple en jappant), jusqu’à 20 minutes avant que la personne en ressente les symptômes, ils leur permettent de s’injecter à temps une dose d’insuline ou de manger quelque chose de sucré. Ils peuvent aussi aller prévenir une tierce personne. La nuit, ils sont particulièrement utiles puisque des crises peuvent survenir dans le sommeil et plonger la personne dans le coma. Grâce aux chiens, ces accidents peuvent être évités.

Les chiens pour diabétiques : des formations d’avenir ?

formation chien pour diabetique

Formation d’un chien d’assistance pour personne diabétique – © Dogs 4 Diabetics

Même si les chiens peuvent se tromper, leur flair demeure d’une efficacité redoutable : sur 8 cas sur 10, l’alerte donnée par un chien dressé à sentir une glycémie trop faible était justifiée, d’après une étude menée par les chercheurs britanniques des Université de Bristol et de Dundee. Cette dernière a été conduite sur 17 patients diabétiques âgés de 5 à 66 ans.

Aux Etats-Unis, au Canada et en Suisse, des chiens sont formés à cette fonction en 6 à 18 mois. Leur futur maître doit également suivre un apprentissage puisque son chien et lui devront constituer une véritable équipe. Il existe même des bi-formations pour chiens guides d’aveugles puisque le diabète est une cause fréquente de cécité.

 

chien personne diabetique

Mais en France, ces formations n’existent pas encore. Pour bénéficier d’un chien d’assistance pour personne diabétique, il faut se rendre à l’étranger et débourser une somme importante (5 000 euros en Suisse). Aux Etats-Unis, le coût de formation d’un chien est estimé entre 20 000 et 50 000 dollars, mais l’association Dogs4Diabetics précise que les futurs maîtres ne paient que 150 dollars grâce à des dons privés qui la finance. Alors à quand la même chose en France ?

https://wamiz.com

Ce Russe s’injecte des litres de synthol pour avoir des « bras de Popeye »


Je trouve cela laid et grotesque surtout que les injections qu’il se fait pour avoir de tels muscles est très dangereux pour sa santé. Il semble ce que ce soit une habitude pour les personnes qui se musclent pour des compétitions à prendre cette substance à petites doses, mais lui il c’est tout le contraire, ses doses sont plus grandes … De toute manière des muscles qui ne sont pas fait naturellement, ce n’est pas joli que ce soit pour un homme ou une femme
Nuage

 

Ce Russe s’injecte des litres de synthol pour avoir des « bras de Popeye »

Crédits : CEN/Instagram

Kirill Tereshin voulait de très gros muscles, mais la voie traditionnelle à base de régime protéiné et d’haltérophilie lui semblait probablement trop exigeante et chronophage. Il a préféré se tourner vers une méthode plus radicale : l’injection répétée de synthol dans ses tout petits muscles.

Efficace, puisqu’après dix jours à bourrer ses biceps de cette huile synthétique, ses bras avaient grossi de 25 centimètres. Le résultat est grotesque et la pratique dangereuse, mais Kirill n’en a cure, raconte le Daily Mail.

Ce jeune Russe de 21 ans a commencé par se piquer à petites quantités, avant de réaliser que pour que ses muscles conservent une taille colossale, il faudrait augmenter sensiblement la fréquence et la doses des injections. Des efforts qui ont payé et dont le garçon se vante auprès de ses 35 000 followers Instagram, en postant des photos de ses biceps et triceps totalement disproportionnés par rapport au reste de son corps. Faisant fi des critiques qu’il reçoit chaque jour quant aux risques de la pratique, le garçon compte bien poursuivre sa course aux gros muscles, dans l’espoir de battre un jour quelque record de bodybuilding.

Crédits : CEN/Instagram

L’usage du synthol est effectivement répandu, à petites doses, chez certains bodybuilders avant des compétitions. Mais le rythme auquel s’astreint Kirill est terriblement dangereux : infections, ulcères, attaque du système nerveux et embolies pulmonaires sont certains des risques inhérents au produit. Mais il semble que le jeu, aux yeux de ses muscles, en valle pour l’instant la chandelle.

Source : Daily Mail

http://www.ulyces.co