Chien-guide refusé dans un resto: «Ça arrive tout le temps»


Me semble que toute personne qui travaille au public devrait savoir que les chiens d’assistance ont droit d’accompagner leur maitre peut importe si c’est un restaurant, un taxi, ou autre. C’est un droit qui est depuis plusieurs années acquis pour ces personnes. L’excuse qu’un chien serait dangereux dans un restaurant avec un plat chaud, me semble faible. Un enfant qui se lève subitement est tout aussi dangereux pour les serveurs. Devrait-on interdire les enfants ?
Nuage

 

Chien-guide refusé dans un resto: «Ça arrive tout le temps»

 

Diane Bergeron a déposé une plainte à la Commission... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse)

Diane Bergeron a déposé une plainte à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse contre le restaurant Lyla, situé dans Parc Extension, après qu’une employée lui eut signifié que son chien-guide ne pouvait la suivre à sa table.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

SIMON-OLIVIER LORANGE
La Presse

Une femme non voyante de passage à Montréal a appris de manière abrupte que son chien-guide n’était pas le bienvenu dans un restaurant de Parc Extension.

Diane Bergeron et son chien guide

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Diane Bergeron raconte avoir été accueillie gentiment, vendredi dernier, par l’hôte à l’entrée du restaurant Lyla, rue Jean-Talon Ouest, mais qu’au moment de s’asseoir à sa table, son amie et elle ont été interceptées par une employée qui leur a signifié que le chien ne pourrait pas suivre sa maîtresse ni se coucher sous la table.

« Peu de gens le savent, mais ça nous arrive tout le temps », déplore-t-elle au téléphone.

La Loi sur les produits alimentaires prévoit pourtant que « toute personne qui accède à l’aire de service au public [où est exercée l’activité de restaurateur] peut être accompagnée d’un chien lui permettant de pallier un handicap ».

Au milieu du brouhaha de l’heure du dîner, les deux femmes ont argumenté avec l’employée, invoquant des précédents qui ont valu des amendes salées à d’autres restaurants, de même que la Charte des droits et libertés qui est claire au sujet des chiens-guides.

En guise de compromis, la serveuse a finalement proposé que l’animal attende dans le vestibule du commerce, précisant que cet espace était chauffé.

« J’étais debout au milieu de la place et personne ne disait rien pour me défendre. C’était embarrassant, humiliant », dit Diane Bergeron.

Rentrée à Ottawa quelques heures après l’incident, elle a déposé une plainte à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ).

LA LOI ET LA CHARTE

Aux yeux de la Commission, il n’y a pas de zone grise.

Dans sa documentation, elle cite la Charte des droits et libertés, qui s’applique « sans distinction, exclusion ou préférence fondée sur […] le handicap ou l’utilisation d’un moyen pour pallier ce handicap ».

Le chien d’assistance (pour les personnes ayant un handicap moteur) et le chien-guide sont reconnus au nombre de ces « moyens » par les tribunaux, souligne la CDPDJ.

Sur son site web, la Commission rappelle notamment qu’en 2012, le Tribunal des droits de la personne a ordonné au restaurant montréalais La Caverne grecque et à un des serveurs de payer 6000 $ à une personne tétraplégique à qui on avait refusé l’entrée avec son chien d’assistance.

Dans un aide-mémoire produit à l’intention des restaurateurs à qui il délivre des permis d’exploitation, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) mentionne aussi clairement les dispositions de la loi concernant les chiens-guides. Le respect ou non du règlement n’est toutefois pas susceptible de faire perdre un permis de restauration, les critères d’inspection étant strictement basés sur la salubrité des lieux.

L’Association des restaurateurs du Québec (ARQ) est elle aussi catégorique à ce sujet, et elle fournit régulièrement de la documentation à ses quelque 5600 membres pour les sensibiliser à cette cause. L’ARQ ne nous a toutefois pas précisé si Lyla figurait parmi ses membres.

LE RESTAURANT SE DÉFEND

Rencontrée par La Presse hier au restaurant, My Tam Phan, l’employée qui s’est opposée à Mme Bergeron, a affirmé qu’elle ignorait, au moment des faits, la loi obligeant les restaurateurs à accueillir les chiens-guides avec les personnes handicapées ou non voyantes.

« Une cliente incommodée par une allergie aux chiens a déjà dû partir en vitesse par le passé, alors nous avons décidé de ne plus les accepter », raconte My Tam Phan.

My Tam Phan assure toutefois avoir recueilli l’information nécessaire depuis et s’engage à se conformer à la loi à l’avenir.

Elle indique néanmoins qu’une salle à manger bondée, avec des serveurs qui transportent des soupes chaudes entre des tables peu espacées, n’est pas un environnement de choix pour un chien.

Bien qu’elle n’ait pas l’intention de prendre contact avec Diane Bergeron ou de lui offrir des excuses, elle assure que l’Ottavienne est la bienvenue dans son restaurant avec son chien si elle désire y manger de nouveau.

« On est loin de discriminer les gens, on veut satisfaire tout le monde », conclut-elle.

Et les taxis?

 

Selon Diane Bergeron, il n’est pas rare qu’un taxi refuse de la faire monter vu la présence de son chien, invoquant des raisons vaseuses ou passant carrément son chemin. Pourtant, pour ces cas, l’interprétation de la loi est la même que pour les restaurants. Le Règlement sur le transport par taxi de la Ville de Montréal reprend l’article de la Charte, et le Bureau du taxi assure qu’un chauffeur qui y contrevient commet une « offense grave » passible d’une sanction allant jusqu’à une révocation de son permis pour trois mois. Depuis un peu plus d’un an, le Bureau demande également aux chauffeurs de placer en évidence dans leur voiture un code d’éthique où figure en toutes lettres leur obligation d’accepter les passagers avec un animal d’assistance.

Plaintes pour discrimination liées aux chiens guides ou d’assistance*

  • 2013 : 14
  • 2014 : 9
  • 2015 : 19
  • 2016 : 15
  • 2017 : 22
  • Total : 79

* Nombre de dossiers ouverts par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse dans le domaine de l’accès aux services, transports et lieux publics

http://www.lapresse.ca/

Les chiens, une aide précieuse pour les personnes diabétiques ?


On connaît des chiens d’assistances dans divers domaines, mais une qui n’est pas connue est un chien qui a été dressé pour les diabètes du type 1. Il peut même être dressé en même temps pour les non-voyants étant donné que c’est souvent une conséquence de ce type de diabète. Ce chien peut prévenir jusqu’à 20 minutes avant que la personne en sente les effets et peut agir en conséquence
Nuage

 

Les chiens, une aide précieuse pour les personnes diabétiques ?

 

On le sait, les chiens ont le pouvoir d’apporter une aide considérable aux personnes bien portantes comme à celles en situation de handicap. Chiens d’assistance, chiens guides, chiens détecteurs de cancers et de crises d’épilepsie… mais aussi – et c’est moins connu – chiens d’assistance pour diabétiques.

De la même façon que les chiens ont la capacité de détecter des crises d’épilepsie, ils peuvent savoir quand vont apparaître des crises d’hypoglycémie et d’hyperglycémie bien avant nous. C’est la raison pour laquelle ils sont de plus en plus utilisés pour apporter leur aide aux personnes diabétiques, et en particulier celles souffrant de diabète de type I.

En les alertant qu’une crise se prépare (par exemple en jappant), jusqu’à 20 minutes avant que la personne en ressente les symptômes, ils leur permettent de s’injecter à temps une dose d’insuline ou de manger quelque chose de sucré. Ils peuvent aussi aller prévenir une tierce personne. La nuit, ils sont particulièrement utiles puisque des crises peuvent survenir dans le sommeil et plonger la personne dans le coma. Grâce aux chiens, ces accidents peuvent être évités.

Les chiens pour diabétiques : des formations d’avenir ?

formation chien pour diabetique

Formation d’un chien d’assistance pour personne diabétique – © Dogs 4 Diabetics

Même si les chiens peuvent se tromper, leur flair demeure d’une efficacité redoutable : sur 8 cas sur 10, l’alerte donnée par un chien dressé à sentir une glycémie trop faible était justifiée, d’après une étude menée par les chercheurs britanniques des Université de Bristol et de Dundee. Cette dernière a été conduite sur 17 patients diabétiques âgés de 5 à 66 ans.

Aux Etats-Unis, au Canada et en Suisse, des chiens sont formés à cette fonction en 6 à 18 mois. Leur futur maître doit également suivre un apprentissage puisque son chien et lui devront constituer une véritable équipe. Il existe même des bi-formations pour chiens guides d’aveugles puisque le diabète est une cause fréquente de cécité.

 

chien personne diabetique

Mais en France, ces formations n’existent pas encore. Pour bénéficier d’un chien d’assistance pour personne diabétique, il faut se rendre à l’étranger et débourser une somme importante (5 000 euros en Suisse). Aux Etats-Unis, le coût de formation d’un chien est estimé entre 20 000 et 50 000 dollars, mais l’association Dogs4Diabetics précise que les futurs maîtres ne paient que 150 dollars grâce à des dons privés qui la finance. Alors à quand la même chose en France ?

https://wamiz.com

Smiley, ce chien né aveugle passe sa vie à aider les enfants et les malades


Un chien né dans une usine à chien pouvait présager un sombre  destin  et pourtant… Sorti d’un endroit malsain, ce chien aveugle est devenu un excellent chien de thérapie
Nuage

 

Smiley, ce chien né aveugle passe sa vie à aider les enfants et les malades

 

Smiley, ce chien né aveugle passe sa vie à aider les enfants et les malades

Photo : CAPTURE D’ÉCRAN CBC NEWS

Smiley, un golden retriever né sans yeux et atteint d’un nanisme, a grandi dans une usine à chiot. C’est Joanne George, de Stouffville, au Canada, qui a sauvé l’animal de la mort deux ans plus tard. Aujourd’hui, dix ans après son adoption, son emploi du temps est bien chargé.

L’animal est en effet chien de thérapie pour le programme local Dog St. John Ambulance Therapy. Chaque jour, il réconforte et divertit les patients des hôpitaux et des maisons de retraite, ou soutient des enfants en difficulté de lecture dans une bibliothèque.

Source d’inspiration

Un job qui correspond parfaitement à l’animal. Pour sa propriétaire, c’était une évidence de proposer sa compagnie comme moyen de soin, de part l’inspiration qu’il peut dégager. Teddy, le patient d’une maison de soins infirmiers, incapable de communiquer a ainsi été témoin du don de Smiley.

« Un jour, il a mis ses pattes en face de Teddy et celui-ci a commencé à lui sourire et à faire du bruit, explique Joanne à CBSnews. Toutes les infirmières se sont précipitées dans la pièce. Elles n’avaient jamais vu ce genre de réaction. »

Smiley a ainsi changé le quotidien de centaines de femmes, hommes et enfants. Mais après une décennie au service des autres, sa maîtresse confie qu’il arrive doucement vers la fin de sa vie.

« Il est venu à mon premier rendez-vous amoureux, il était le porteur de mon alliance lors de mon mariage. Il m’a également accompagné pendant ma grossesse », se souvient Joanne, qui précise que Smiley « a changé sa vie ». Une pensée douloureuse atténuée par le fait que ce bon samaritain est loin d’avoir eu une vie de chien.

http://www.metronews.fr/

8 chiens sont de véritables héros. Et pourtant, ce sont aussi des pit bulls..


Il serait temps de comprendre qu’un chien agressif dépend de la façon dont il est éduqué. Malheureusement, les pitbulls ont fait trop souvent mauvaise presse Pourquoi ?? Est-ce que cela attire mieux les lecteurs ? Pourtant, ces chiens peuvent faire preuve de courage pour sauver leur maître et leur entourage. Ce qui est remarquable dans cette petite liste c’est que des chiens pour protéger leur maître d’agression n’ont fait aucun mal à l’assaillant.
Nuage

 

8 chiens sont de véritables héros. Et pourtant, ce sont aussi des pit bulls..

 

 

A la base, tous les chiens aspirent à ce qu’on les aime et à ce qu’on les gratouille derrière l’oreille. Mais les pit bulls (ou même les autres chiens identifiés comme tels) ont très mauvaise réputation et reçoivent pour le coup beaucoup moins d’amour. Pour de nombreuses oreilles humaines, le mot« pit bull » va de pair avec un animal mauvais, agressif, qui aurait le désir inné d’attaquer tout ce qui bouge.

Ce préjugé pourrait être en partie fondé sur de vieilles études scientifiques (qui ont été depuis largement démenties) « prouvant » que les pit bulls seraient beaucoup plus facilement amenés à mordre que d’autres races de chiens. C’est faux.

Dans l’espoir de changer un peu ce cliché tenace, voici 8 exemples de pit bulls tant incroyables qu’exemplaires, qui ont mis leur nature loyale, intelligente et douce au service d’autrui :

Lefty, a pris une balle dans l’épaule pour protéger son propriétaire

Certains chiens prennent la balle au vol quand on la leur lance, mais la nature de la « balle » de cette histoire était un tantinet différente.

Quand un agresseur a fait feu au fusil à pompe sur le propriétaire de Lefty, le courageux pit bull a sauté devant lui pour s’interposer, faisant bouclier avec son corps. Le chien a souffert de graves blessures au niveau de l’épaule et de la patte, et a dû être amputé. Cet acte héroïque lui a valu de faire le tour des réseaux sociaux, et une grande communauté s’est formée sur internet pour aider la famille de Lefty  à payer 100% des coûts de la chirurgie.

À présent, il « trotte allègrement, comme s’il avait été un chien a trois pattes toute sa vie ».

Baby, a sauvé une famille et les autres chiens de la maison d’un incendie

« Il y avait des flammes dans le couloir » Rhonda Westenberger est l’une des rescapées d’un incendie terrible à son domicile, en 2013. « Si Baby n’avait pas tiré Evelyn de son sommeil, je pense que personne ne s’en serait tiré vivant. »

Baby s’est mis à aboyer et à donner des coups de patte pour alerter Rhonda et sa sœur Evelyn de la fumée qui commençait à envahir leur maison. Après que les humains aient été sauvés par les pompiers, Baby est retourné dans la maison en flammes pour venir en aide aux 5 autres chiens piégés à l’intérieur. Selon l’un des membres de la famille, l’un des chiens, terrifié, s’était caché sous le lit. Baby l’a saisi par le cou avec sa gueule, et l’a traîné pour le mettre en sécurité dehors.

Creature, a sauvé une femme de 89 ans souffrant d’Alzheimer.

Creature et sa propriétaire, Cara Jones, étaient en train de faire leur promenade du soir quotidienne lorsque la chienne a fait quelque chose de totalement inhabituel : Elle a bondi des côtés de sa maîtresse pour courir vers Carmen Mitchell, une femme âgée souffrant d’Alzheimer. La femme en question s’était séparée de la personne qui prenait soin d’elle, et cela faisait plus de huit heures qu’elle tournait en rond, totalement perdue.

Elle s’était beaucoup éloignée de sa maison, et n’avait pas de manteau ni de chaussures.

La chienne a du ressentir sa détresse de loin, ou bien elle a été animée par une sorte de sixième sens. En tout cas, sans cette réaction incroyable, Carmen Mitchell aurait pu être perdue pendant très longtemps !

TaterTot, a sauvé un petit garçon de 4 ans d’une crise d’hypoglycémie aigüe.

Alors que cela ne faisait que 4 jours qu’il avait été adopté, le chiot a sauvé la vie du petit Peyton Smith. Il s’est mis à aboyer, à grogner et à geindre au beau milieu de la nuit tout en faisant des allers-retours entre la chambre des parents et celle de l’enfant. Quand le papa de l’enfant se lève pour aller voir ce qui se passe, il le trouve inconscient et respirant à peine. Amené immédiatement aux urgences, les docteurs ont trouvé que la quantité de sucre dans son sang avait chuté dangereusement d’un seul coup. La vétérinaire Isis Sanchez leur a alors expliqué que l’odorat hors normes du chien lui avait permis de ressentir un changement anormal dans la composition chimique du corps de Peyton.

Jack a risqué sa vie pour sauver un chat attaqué par une bande de coyotes.

Cette histoire brise à la fois le mythe que les pit bulls sont méchants, et celui que les chats et les chiens se détestent forcément. Même avant cet incident  les deux animaux étaient tout le temps fourrés ensemble, selon la propriétaire !

Le chat de Sheree Lewis, prénommé Kitty, s’était fait attraper par deux coyotes qui le secouaient par le cou et par la queue.

« Je ne savais pas que Jack pouvait courir si vite. En une fraction de seconde, il était sur eux ! »

Le plus fort, c’est que l’imposant animal n’a pas causé une seule égratignure aux coyotes. Il aurait pu les déchiqueter en morceaux en un clin d’œil, mais il s’est contenté de les faire déguerpir…la queue entre les jambes !

Chako a sauvé sa propriétaire des violences de son mari.

En 2013, Chaco a été blessé de 12 coups de couteau lorsqu’il s’est interposé pour protéger sa propriétaire, qui se faisait agresser par son mari violent, en état d’ivresse. Encore un coup dur pour les préjugés : le « terrible molosse » s’est contenté de faire rempart avec son corps, et l’humain n’a souffert, lui, d’aucune blessure…

Les 3,000$ nécessaires pour sauver la vie du chien héroïque, grièvement blessé, ont été versés par de généreux donateurs émus par son histoire.

Elle, aide les gens à surmonter leurs peurs

En 2013, ce pit bull de 5 ans, au regard empreint de douceur, prénommée Elle, travaille  en tant que chien de thérapie en Caroline du Nord. Elle aide les enfants à apprendre des choses sur la sécurité en présence de chiens, et elle aide les gens à transcender leur peur des chiens.

Major, a composé le numéro de la police quand son propriétaire a eu une attaque cardiaque.

Oui, cela paraît un peu difficile à croire, mais attendez la suite de l’histoire pour comprendre : Terry McGlade est un vétérinaire travaillant dans l’armée américaine, qui souffre de problèmes cardiaques fréquents après avoir été touché par l’explosion d’une mine antipersonnel en Afghanistan. Il a dressé son chien, Major, spécialement pour reconnaître les symptômes de ses problèmes et pour agir en conséquence. Et on peut dire que bien lui en a pris, car l’entraînement du chien lui a été fort utile. A peine était-il tombé au sol que le pit bull tirait le téléphone de sa poche et appuyait sur le bouton « urgence » avec sa patte. A l’autre bout du fil, les policiers n’ont rien entendu mais ils ont tout de même envoyé de l’aide en utilisant la géolocalisation du téléphone, au cas où.

A l’arrivée des agents, Major les attendait devant la grille et les a amenés jusqu’à l’endroit où son maître gisait à terre, inconscient.

Source : Huffington Post

http://www.demotivateur.fr/