Ces scientifiques ont fabriqué un scarabée à trois yeux


Je ne suis pas certaine que cela est une bonne science, mais plutôt une science d’apprenti sorcier. Ils ont réussi a jouant avec le code génétique du scarabée que le corps se réorganise pour ce 3 ème oeil. Alors, jusqu’ou ils iront pour adapter chez l’être humain ou même d’autres animaux et insectes qu’est ce que cela donnera dans la génétique des descendants ?
Nuage

Ces scientifiques ont fabriqué un scarabée à trois yeux

Crédits : Eduardo Zattara/Indiana University

Dans un article publié le 10 novembre sur le site de l’université de l’Indiana à Bloomington, des biologistes affiliés à l’établissement affirment avoir réussi à faire pousser un troisième œil fonctionnel chez un scarabée.

Cette expérimentation pour le moins unique et terrifiante représente une avancée considérable dans « la création et l’implantation d’organes hors de leur contexte naturel », expliquent les chercheurs.

À gauche, le scarabée normal. À droite, le scarabée génétiquement modifié — Crédits : Zattara et al./PNAS

Pour donner au scarabée des faux-airs de Ten Shin Han en lui intégrant un troisième œil au milieu du front, les chercheurs ont manipulé le code génétique de l’insecte. Les premiers tests ont démontré que le fameux œil commençait à établir des connexions nerveuses, de la même manière qu’un œil naturel.

« Cette étude expérimente de manière disruptive la fonction d’un gène majeur. En réponse à cette disruption, le reste de la tête se réorganise afin de produire un trait complexe dans un nouvel endroit : un œil au milieu du front », explique Armin Moczek, co-auteur de l’étude. Ces résultats concluants pourraient « ouvrir naturellement la porte à d’autres expérimentations génétiques ».

Et la boîte de Pandore.

Source : Université de l’Indiana à Bloomington

http://www.ulyces.co/

On a implanté des yeux sur la queue de têtards (et ils arrivent à voir avec)


Une expérience qui est un peu glauque. Est-ce que cela est nécessaire ? Pourront-ils reconnecter des yeux d’un aveugle sans passer par le cerveau ? Espérons quand même que l’idée d’avoir des yeux  dans le dos, n’est qu’un blague.
Nuage

 

On a implanté des yeux sur la queue de têtards (et ils arrivent à voir avec)

 

Le Huffpost  |  Par Gregory Rozieres

 

« Avoir des yeux dans le dos », une expression qui sera un jour réalité? Des chercheurs de l’université américaine Tufts ont en tout cas réussi cet exploit sur des têtards, en leur greffant un oeil sur la queue, rapporte le New Scientist.

Dans une étude publiée dans Nature, ce jeudi 30 mars, les auteurs expliquent que les larves de grenouille étaient même, pour certaines, capables de voir avec cet oeil. Pourtant, les scientifiques n’ont même pas connecté l’oeil directement au cerveau.

La magie s’opère grâce à un médicament normalement utilisé contre les migraines, le Zolmitriptan. Les auteurs se sont rendu compte que celui-ci agit sur certains récepteurs du système nerveux des grenouilles. Quand ils sont activés, ils augmentent l’activité électrique de la cellule, entraînant une production de neurones, explique le New Scientist.

Un oeil connecté à la moelle épinière

Après avoir greffé un oeil sur la queue de têtards aveugles, les chercheurs ont donc injecté ce médicament sur certaines des larves. Résultat: 40% d’entre-elles pouvaient utiliser cet oeil (contre seulement 5% des têtard qui n’ont pas eu ce traitement).

Encore plus fou: l’oeil n’a pas eu besoin de créer des connexions jusqu’au cerveau, mais simplement de se brancher à la moelle épinière. Les têtards voyaient alors bien avec cet oeil, qui leur permettait de distinguer la couleur d’une zone ou encore d’éviter des obstacles sur leur route.

Dans leur étude, les auteurs précisent que cela devrait également fonctionner chez les souris, car les récepteurs spécifiquement ciblés par le médicament ont le même rôle sur la croissance des neurones de la rétine.

 « Si un humain avait un oeil implanté dans le dos, connecté via sa moelle épinière, est-ce qu’il pourrait voir grâce à celui-ci? Je pense que c’est probable », estime Michael Levin, co-auteur de l’étude.

Pour autant, il reste beaucoup de travail avant d’imaginer un tel scénario sur les humains. Interrogé par le New Scientist, le neurobiologiste Bernd Frizsch rappelle qu’il faudrait encore vérifier si le médicament a le même effet sur les cellules humaines des yeux. Mais aussi si cela fonctionne également chez un adulte, le têtard étant en pleine croissance.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Première implantation d’un cœur artificiel total


C’est une très belle avancée en cardiologie qui avec le temps sera sûrement une option à défaut de don d’organe ou de dernier recours si cela permet de redonner encore de belles années a vivre
Nuage

 

Première implantation d’un cœur artificiel total

 

 

Image de synthèse du cœur artificiel conçu par la société Carmat, dont un premier exemplaire a été implanté sur un patient en insuffisance cardiaque terminale le 18 décembre 2013. Le principe est celui d’une pompe raccordée au système sanguin. | Carmat SA

C’est une première mondiale, qui était attendue depuis des années. Le cœur artificiel total Carmat, mis au point par le professeur Alain Carpentier, a été implanté pour la toute première fois chez l’homme mercredi 18 décembre.

L’intervention a été réalisée par l’équipe de l’Hôpital européen Georges-Pompidou (Paris), l’une des trois retenues pour cette phase initiale d’essais cliniques qui portera au final sur quatre patients en insuffisance cardiaque terminale.

« Cette première implantation s’est déroulée de façon satisfaisante, la prothèse assurant automatiquement une circulation normale à un débit physiologique, écrit la société Carmat dans un communiqué. Le patient est actuellement sous surveillance en réanimation, réveillé et dialoguant avec sa famille. »

« Nous nous réjouissons de cette première implantation, mais il serait bien entendu prématuré d’en tirer des conclusions, car il s’agit d’une seule implantation et d’un délai post-chirurgical encore très court », précise Marcello Conviti, directeur général de Carmat, dans ce même communiqué rendu public juste après la fermeture de la Bourse. La société est en effet cotée.

CALENDRIER BOUSCULÉ PAR DES FUITES

De fait, aucune communication n’était prévue à ce stade. Une autorisation pour un essai dit de faisabilité avait été accordée le 24 septembre par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) et Carmat devait attendre que les quatre patients prévus aient été opérés pour faire une annonce.

« La communication de résultats intermédiaires ou définitifs se fera dans le respect des considérations éthiques et réglementaires, et notamment après avis des différents comités indépendants d’analyse et de surveillance de l’étude, ainsi que du comité scientifique de Carmat », prévoyait la société en septembre dernier. Mais le calendrier a été bousculé par des fuites.

Ce projet, porté par le professeur Alain Carpentier depuis vingt ans, est celui d’une bioprothèse entièrement implantable, qui s’adapte à l’effort et devrait redonner son autonomie au patient. Proche du cœur humain, elle est constituée de quatre valves et de deux ventricules. A terme, elle pourrait devenir une alternative aux greffes chez les patients en insuffisance cardiaque chronique terminale, ou en défaillance cardiaque aiguë irréversible due à un infarctus massif.

Le succès de cette première phase d’essais sera notamment évalué par le taux de survie à un mois ou par la possibilité d’une transplantation si le patient y est éligible, indiquait la société Carmat en septembre

.

http://www.lemonde.fr