Le sens de la vie


J’aime bien cette histoire, car c’est vrai que toute chose n’a pas besoin d’explication, on le fait par besoin intérieur et non par folie ou a la recherche de quelque chose .. La contemplation est un merveilleux exemple ..
Nuage

 

Le sens de la vie

 

 


 

En contemplant le désert

Trois personnes qui passaient dans une petite caravane virent un homme qui contemplait la tombée du jour dans le désert du Sahara du haut d’une montagne.

« Ce doit être un berger qui a perdu une brebis et essaie de savoir où elle est, dit le premier.

– Non, je ne crois pas qu’il cherche quelque chose, encore moins à l’heure du coucher du soleil, où la vision est trouble. Je pense qu’il attend un ami.

– Je vous assure que c’est un saint homme, et qu’il veut atteindre l’illumination », commenta le troisième.

Ils commencèrent à se demander ce que faisait cet homme, et ils discutèrent si âprement qu’ils en vinrent presque à se disputer. Finalement, pour savoir qui avait raison, ils décidèrent de gravir la montagne et de rejoindre l’homme.

« Cherchez-vous votre brebis ? demanda le premier.

– Non, je n’ai pas de troupeau.

– Alors, certainement, vous attendez quelqu’un, affirma le deuxième.

– Je suis un homme solitaire, qui vit dans le désert, répondit-il.

– Puisque vous vivez dans le désert, et dans la solitude, nous devons croire que vous êtes un saint, en quête de Dieu, et que vous méditez ! dit, tout content, le troisième homme.

– Est-ce que tout sur Terre doit avoir une explication ? Alors, j’explique : je suis venu ici simplement regarder le coucher du soleil : cela ne suffit-il pas pour donner un sens à nos vies ? »

Auteur inconnu

Le saviez-vous ► Pour préserver les vertus santé de l’ail


Beaucoup savent que l’ail a de grande propriété qui est bon pour la santé, malgré la mauvaise odeur qu’elle peut occasionner .. Cependant,  il est bon de savoir qu’il faut un temps d’attente avant de faire cuire l’ail pour profité de ses atouts
Nuage


Pour préserver les vertus santé de l’ail

Pour conserver les propriétés anticancer de l’ail, le secret est de le manger cru, comme dans une vinaigrette, une salsa, un pesto, etc. Par contre, si vous désirez cuire l’ail et tout de même profiter de ses bienfaits, vous devez d’abord l’écraser, attendre 10 minutes, puis le faire cuire.

L’ail contient dans ses compartiments intracellulaires, de l’alliine et une enzyme appelée alliinase, lorsque l’ail est écrasé après un moment, le mélange de l’alliine et de l’alliinase se transforme en allicine, ce phytonutriment, aux grandes propriétés.

La cuisson détruit malheureusement l’enzyme alliinase, mais si vous patientez un peu après avoir écrasé l’ail, l’enzyme alliinase pourra faire son travail, et ainsi produire l’allicine.

La Semaine/Santé Prévenir/Anne-Marie Roy Nutritionniste/Janvier 2012.

Le bio est-il meilleur?


Acheter des aliments biologiques est-ce mieux ou non …Pour notre portefeuille c’est souvent plus cher mais pour le reste .. les aliments transformés ? Des chips bio ou ordinaire c’est mauvais pour la santé un point c’est tout .. les biscuits, gâteaux etc … n’est ce pas mieux de le faire nous-même.. ?
Nuage

 

 

Le bio est-il meilleur?

 

«Je dis toujours aux gens qui désirent se tourner vers les produits biologiques de le faire pour des questions éthiques et environnementales, et non pas en croyant faire automatiquement un choix plus nutritif», indique Geneviève Nadeau, nutritionniste.

PHOTO ALAIN LABERGE, LA PRESSE

Marie Allard
La Presse

Grignoter des chips biologiques n’est pas bon pour la santé. Mais est-ce meilleur que de manger des chips ordinaires, d’un point de vue nutritif, environnemental et éthique?

Vous avez craqué pour du macaroni au fromage en boîte. Pas du vulgaire Kraft Dinner: du Annie’s Homegrown biologique, vendu deux fois plus cher, à poids égal. Vous vous demandez si c’est vraiment une bonne idée. Vaut-il mieux acheter des aliments transformés biologiques?

Dans le cas du macaroni au fromage, l’avantage du bio n’est pas énorme.

 «La différence est petite, car il renferme à peine moins de sucre, plus de fibres et de protéines, pour la même teneur en sel que le Kraft Dinner», a comparé Stéphanie Côté, nutritionniste d’Extenso, le centre de référence en nutrition de l’Université de Montréal.

Atout intéressant: le Annie’s ne contient pas de tartrazine, le colorant orange du Kraft Dinner, soupçonné d’exacerber l’hyperactivité chez les enfants.

Les aliments biologiques ne sont pas nécessairement plus nutritifs.

«Les études comparant les aliments frais biologiques aux conventionnels ont démontré très peu de différences dans les valeurs nutritives», a relevé Mme Côté.

De meilleurs ingrédients

C’est vrai pour les fruits et légumes, mais pour les aliments transformés?

«Les entreprises qui ont la volonté de développer des produits bios ont aussi souvent la volonté de fabriquer des produits plus sains», a observé Geneviève Nadeau, de Nadeau Nutrition.

Exemple: les biscuits à l’avoine biologiques Choix du Président sont faits avec du beurre (qu’il soit bio importe peu ici), tandis que les Dad’s contiennent du shortening d’huile végétale.

«Les ingrédients des biscuits bios sont plus près de ce qu’on aurait fait à la maison, a indiqué Mme Nadeau. Je n’hésiterais pas à opter pour la version biologique.»

Bio ou pas, un biscuit reste un aliment riche en gras et en sucre, à manger à l’occasion. S’empiffrer de chips bios ne garde personne en santé. Les aliments bios ne doivent pas «entretenir l’illusion de mieux manger parce qu’ils sont bios», a prévenu Mme Côté.

Motivations éthiques

Des motifs éthiques et environnementaux peuvent aussi pousser à acheter bio.

«La production bio est plus saine pour l’environnement, pour les travailleurs (exposés aux pesticides de synthèse dans les productions traditionnelles) et pour les animaux, généralement mieux traités», a énuméré Élise Desaulniers, spécialiste de l’éthique alimentaire.

Peut-on se fier aux certifications?

«Pour qu’un aliment soit étiqueté biologique, il faut qu’au moins 70% des ingrédients qui entrent dans sa composition soient certifiés biologiques par des organismes indépendants, a expliqué Mme Desaulniers. Les produits Annie’s sont, par exemple, certifiés par la USDA, en qui on a confiance.»

Mais c’est parfois si cher!

«Produire biologiquement coûte plus cher, mais peut-être pas toujours à ce point, a reconnu l’auteure de Je mange avec ma tête, paru chez Stanké. On a compris que le bio permet de faire monter la facture d’épicerie d’une clientèle aisée qui ne regarde pas à la dépense.»

Vendue 1,79$, la boîte de Kraft Dinner est quant à elle… exagérément bon marché, selon Mme Desaulniers.

«Le coût réel est payé par l’environnement et les travailleurs», a-t-elle estimé.

«Il faut juste mettre son argent à la bonne place, a conseillé Yvan Plante, du cybermarché d’aliments biologiques Le Jardin des anges. Je n’achète pas de biscuits, ni bios ni conventionnels. Je les cuisine. Les gens dépensent moins que ceux qui se nourrissent avec les produits transformés conventionnels.»

Bref, le meilleur macaroni au fromage est celui que vous mitonnez à la maison.

«Je préfère encourager les gens à manger varié et à cuisiner autant que possible, a dit Mme Côté, plutôt que de les convaincre d’acheter bio absolument.»

_____________________________________

L’avis de Martin Roussy, alias Chef Rooster

«Du Kraft Dinner bio qui coûte plus cher, c’est dénaturer le Kraft Dinner!», s’insurge Martin Roussy, qui se définit comme un «chef trash, humoriste, spécialiste en fast-food».

«Le macaroni au fromage doit rester de la bouffe de fin de mois, d’étudiant, bref très abordable», estime-t-il.

«Je ne suis pas certain que si le but est de manger santé, s’orienter vers un macaroni au fromage bio est un bon choix, ajoute l’auteur du blogue www.dubonmanger.ca. Si t’as le goût d’un hamburger, tu fais fi du gras et tu manges un hamburger, pas une boulette de soya sur pain intégral. Alors quand t’as le goût d’un Kraft Dinner, tu fais fi des ingrédients (chimiques ou non) et tu manges un Kraft Dinner.»

http://www.cyberpresse.ca

Des employeurs demandent votre mot de passe Facebook


Comment trouver l’idée que des entreprises demandent les mots de passes de nos comptes pour mieux nous surveillez dans la situation économique actuelle ? Est-ce de l’abus de profiter du besoin de travailler ?
Nuage

 

Des employeurs demandent votre mot de passe Facebook

image:http://assets.branchez-vous.net/admin/images/branchezvous/party.jpg

Il est pratique courante pour les potentiels employeurs d’effectuer une petite veille stratégique sur des candidats en visitant leurs comptes Facebook et Twitter.

Outre votre acharnement à partager des vidéos de chat, une compagnie peut aussi savoir si vous avez tendance à boire (demandez à vos « amis » de supprimer votre identification sur ces images festives au plus vite!) ou si vous avez des comportements ou des propos pouvant aller à l’encontre de l’image de la marque.

Il existe des applications de tiers parti qui permettent d’optimiser l’aperçu de la présence web d’un individu sur Facebook ou Twitter, sans avoir à défiler sur son profil pendant des heures.

Les employeurs utilisent déjà ces applications, évidemment. Mais une nouvelle tendance est apparue aux États-Unis; celle des employeurs demandant les mots de passe pour accéder aux comptes personnels des candidats à l’embauche.

Dans une économie si fragile, il est peut-être dangereux de refuser des exigences de nos futurs employeurs. Qu’ils aient accès à notre profil Linkedin ou profil public Facebook ne leur suffit apparemment plus : ils veulent connaître vos amis et avoir accès à vos conversations privées.

C’était le cas, notamment, de Robert Collins, garde de sécurité américain qui a dû soumettre ses informations personnelles pour répondre aux soupçons d’affiliation à des gangs de rue. Celui-ci a accepté, tandis que Justin Basset, statisticien New Yorkais, a retiré sa candidature lorsqu’on lui a demandé l’accès à ses informations personnelles.

Mais dans ce rapport de force, tout le monde ne profite pas de telles opportunités : refuser un emploi, dans le contexte actuel, est une décision délicate.

Il est encore tout à fait légal de demander ces informations aux États-Unis, même si le Maryland et l’Illinois ont proposé des lois empêchant les employeurs d’avoir recours à de telles tactiques.

Est-ce que LinkedIn est devenu futile? Et que répondriez-vous si l’on vous demandait votre mot de passe Facebook à votre prochaine entrevue d’embauche?

http://www.branchez-vous.com

Dans l’enfer de Cushing: la maladie qui fait engraisser


Une maladie rare qui heureusement se soigne a la condition toute fois, d’être déceler, car semble t’il, mettre le doigt sur cette maladie est très difficile d’ou l’importance d’être tenace parfois aide a trouver des réponses
Nuage

Dans l’enfer de Cushing: la maladie qui fait engraisser

 

Dans l'enfer de Cushing: la maladie qui fait engraisser

Marie-Michèle Rondeau est guérie de la maladie de Cushing. | ©Courtoisie et Étienne Laberge / Agence QMI

Lorsque Marie-Michelle Rondeau et Nicole Michaud ont reçu le diagnostic de la maladie de Cushing, elles ont enfin mis un nom sur une série de symptômes qui transformaient leur quotidien en cauchemar.

 

Important gain de poids, soudaine pilosité dans le dos et perte des menstruations, Mme Michaud connaît bien ces symptômes. En à peine deux ans, elle a pris 13,5 kilos (30 lb) au ventre et au cou.

C’est en 2009 qu’elle notait des signes évidents que quelque chose n’allait pas. Puis des boutons sont ensuite apparus sur son visage et elle était toujours fatiguée.

Ultimement, la maladie s’est attaquée à l’estime qu’elle avait d’elle-même.

«J’avais honte, a expliqué quant à elle Mme Rondeau, qui avait pris 21 kilos (47 lb). J’étais déformée, gonflée, j’avais beaucoup de poils. C’était dur. En plus, j’avais mal aux os et je ne pouvais plus tenir ma maison.» Son couple est passé à un cheveu d’exploser.

Dermatologue, médecin de famille, ostéopathe: les gens atteints de la maladie de Cushing consultent plusieurs spécialistes avant que l’un d’eux en cerne la cause.

«Tout le monde te passe le commentaire « mon Dieu, t’as bien engraissé ». Il faut que tu manges mieux», a expliqué Mme Michaud, assurant qu’elle mangeait bien, faisait de l’exercice, mais que rien n’y faisait.

Une tumeur dure à détecter

La grande responsable de cette maladie rare qui touche environ 500 Québécois est en fait une tumeur logée sur la glande hypophyse.

Celle-ci produit alors une quantité anormalement élevée de cortisone par les glandes surrénales.

«C’est difficile à détecter avec certitude puisqu’il est souvent impossible de la voir avec des radiographies», a indiqué le Dr André Lacroix, endocrinologue au Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM).

Le docteur a d’ailleurs dévoilé les résultats d’une étude internationale à laquelle le CHUM a participé avec 18 pays.

Ceci a mené à un traitement sous-cutané qui, jumelé à d’autres médicaments, a réussi à ramener l’équilibre biochimique du corps dans 93% des cas.

La chirurgie au niveau de la tumeur n’est donc plus la seule option possible.

Marie-Michelle Rondeau et Nicole Michaud sont guéries depuis un peu plus d’un an aujourd’hui. Elles ont retrouvé leur poids santé, mais doivent subir un suivi médical serré, car les risques de récidive de la tumeur sont réels.

http://fr.canoe.ca