Des airs supérieurs


C’est bien de reconnaitre ses qualités mais il faut aussi voir les qualités des autres et les mettre autant en valeurs que les nôtres
Nuage

Des airs supérieurs

« Quand on commence à se croire supérieur aux autres, c’est souvent qu’on est déjà pire qu’eux.  »

Jean-Marie Poirier

Le rôle de gêneur


Tout le monde a sa place dans cette société qu’importe leur statut, leur engagement, leur difficultés. Même si les choses ne tournent pas toujours rond … ce n’est pas si important car il faut aller a l’essentiel
Nuage


 

Le rôle de gêneur

 

Des scientifiques ont fait des expériences sur des fourmis. Ils ont observé que l’organisation du travail dans la fourmilière était très structurée. Il y avait la reine, qui pondait les oeufs, les nourrices, qui l’alimentaient, les ménagères, qui nettoyaient, les maçonnes, qui construisaient et réparaient, les ouvrières, qui cherchaient des provisions, les guerrières, qui veillaient à la défense de la fourmilière… Cependant 10 % des fourmis, non seulement ne faisaient rien, mais gênaient le travail des autres, se mettant en travers et parfois même défaisant ce que les autres avaient fait. Les chercheurs, donc, enlevèrent les 10 % de gêneuses, pensant améliorer le fonctionnement du tout.

Las ! Au lieu d’un ordre accru, il y eut panique. Les fourmis couraient en tous sens, se rentraient dedans… Au bout d’un certain temps, la fourmilière se reconstitua, et les activités reprirent. Les rôles avaient été redistribués. Chacune avait apparemment sa place. Et… à nouveau 10 % des fourmis passaient tout leur temps à entraver le travail des autres ! Les chercheurs recommencèrent trois fois. A chaque expérience, ils constatèrent qu’une fois supprimé les 10% d’  » empêcheuses de tourner en rond « , il y avait désorganisation, affolement. Chaque fois que la fourmilière recommençait à fonctionner, 10 % de nouvelles fourmis avaient repris le rôle d’obstructrices du travail des autres.

Ce qui peut être à mettre en regard de la petite histoire suivante :

Un gourou dirigeait un groupe de disciples qui souhaitaient progresser « sur le chemin ». L’un des membres du groupe posait sans cesse des questions, interrompait, mettait en cause, bref, gênait le travail des autres. Ces autres vinrent trouver le gourou et lui demandèrent d’expulser la mauvaise tête. « Moi, je veux bien, si c’est là votre souhait… », répondit le gourou.

« … mais lequel d’entre vous veut prendre sa place ? »

Auteur inconnu

Truc express ► Objet ancien


Donner un peu plus d’éclat a de vieilles choses sert encore à décorer… Mais ne trouvez pas inquiétant de savoir que le Coca-Cola peut enlever la rouille .. Pauvre estomac …
Nuage

Objet ancien

Vous avez un objet ancien, un accessoire de cuisine rétro ou même un outil que vous désirez utiliser comme décoration,  mais malheureusement, il montre des taches de rouille.

Laissez tremper l’objet une nuit entière dans un récipient rempli de cola. Après un bon polissage, il brillera à nouveau

7 jour/ Les meilleurs trucs de Madame Chasse-taches/ Louise Robitaille/Février 2012

Sirops anti-toux et médicaments en vente libre: il faut se méfier


Les médicaments sans ordonnance vendu sur les tablettes ne sont pas sans danger. On devrait toujours vérifier si ce que nous prenons ne rentre pas en conflits avec ceux qui nous sont prescrit ou que cela n’empira pas notre état de santé.
Nuage

 

Sirops anti-toux et médicaments en vente libre: il faut se méfier

PHOTO: BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

La Presse Canadienne

Deux coroners ayant enquêté sur des décès survenus l’an dernier au Québec critiquent la disponibilité d’une panoplie de produits pharmaceutiques qui contiennent du dextrométhorphane, sans prescription ni avis professionnel.

Les coroners, Pierre Guilmette et Andrée Kronström ont enquêté sur les décès d’Yvon Boucher, 64 ans, et Marcel D’Amour, 65 ans, morts après une intoxication accidentelle à cette substance contenue entre autres dans les sirops contre la toux.

Plusieurs sirops antitussifs vendus librement en pharmacie contiennent du dextrométhorphane. Or, la combinaison de certains médicaments avec cette substance est très dangereuse, car elle peut causer un désordre chimique potentiellement mortel.

Puisque M. Boucher a acheté un tel sirop dans une pharmacie autre que celle où il avait son dossier, le pharmacien ne s’est pas attardé aux interactions possibles entre les produits. Le coroner Guilmette considère donc que le dextrométhorphane disponible sans limites constitue un danger pour la sécurité du public.

D’autre part, l’analyse toxicologique de la dépouille de M. D’Amour a révélé la présence de dextrométhorphane à une concentration supérieure au seuil toxique. Il est probable qu’il n’ait pas tenu compte des indications générales inscrites sur le contenant du produit.

La coroner Kronström croit qu’il serait approprié que ces médicaments soient placés sous la surveillance du pharmacien qui pourrait annoter le dossier du patient et lui prodiguer les conseils appropriés concernant les possibles surdoses et les interactions avec d’autres médicaments.

Le rapport des deux coroners rappelle qu’entre 2000 et 2009, 20 décès ont été causés par une intoxication involontaire à des médicaments en vente libre.

Ils recommandent que la substance en cause soit retirée des tablettes des pharmacies pour que le pharmacien seul en ait le contrôle. Ils souhaitent que l’Ordre des pharmaciens du Québec incite ses membres à placer volontairement tous les produits contenant du dextrométhorphane sous leur contrôle avant qu’un changement législatif éventuel l’oblige.

Ils veulent aussi que le Collège des médecins du Québec sensibilise ses membres aux dangers de recommander et de prescrire le dextrométhorphane aux patients prenant déjà certains médicaments.

http://www.cyberpresse.ca

Pour en finir avec la discrimination… des chats noirs


Il y a des préjugés et des superstitions qui donne du fil a retordre. Des légendes ont perdurés au long des siècles donnant aux chats et chiens noirs une survie difficile. Ce qui est aberrant qu’en 2012 ont croient encore qu’un chat noir porte malheur
Nuage

 

Pour en finir avec la discrimination… des chats noirs

 

Campagne - Pour en finir avec la discrimination… des chats noirs

©Didier Debusschere/Archives Agence QMI

OTTAWA – La Société protectrice des animaux d’Ottawa pourrait mettre sur pied une campagne encourageant les gens à adopter les chats noirs qui, selon elle, languissent souvent plus longtemps dans les refuges.

«Les animaux de couleur foncée ont tendance à rester plus longtemps au refuge, a affirmé Eileen Barak, de la Société protectrice des animaux d’Ottawa. Ce ne sont certainement pas ceux qui attirent le plus l’attention.»

Les gens sont nerveux, superstitieux ou ont des préjugés envers les chats et les chiens noirs, selon l’organisation. À tel point que le refuge a organisé une remise de prix, les «Acatemy Awards», pour encourager l’adoption des chats noirs et considère également d’autres options afin de briser les préjugés quant aux animaux de couleur foncée.

La Société protectrice des animaux d’Ottawa estime qu’environ la moitié de ses quelque 50 chats offerts en adoption sont entièrement ou presque entièrement noirs.

La Société protectrice des animaux de Winnipeg a quant à elle lancé «le club des chiens noirs» pour mettre fin à la «discrimination» des chiens noirs, perçus à tort comme plus agressifs par les familles adoptives. Cette initiative offre des rabais sur la marchandise aux gens qui adoptent des chiens noirs.

http://fr.canoe.ca

-Vacances : mettre à jour son statut Facebook peut coûter cher


On est vraiment bavard sur Internet, on aime parler de ce que nous faisons sans penser aux conséquences .. après on se demande pourquoi qu’il arrive certains incidents fâcheux .. Il y a des gens qui surveille l’opportunité d’aller vous visitez pendant votre absence … Pensez-y !
Nuage

 

 

Vacances : mettre à jour son statut Facebook peut coûter cher

 

Une compagnie d’assurance britannique a découvert que près de 40 pour cent des usagers des réseaux sociaux dévoilent leurs plans de vacances en ligne.

Une mesure qui peut donner un mauvais signal à des cambrioleurs et qui peut avoir de graves conséquences.

De plus, certains voyageurs reviennent au pays avec une facture de téléphone cellulaire gonflée en raison des frais d’itinérance de leur appareil intelligent.

Le reporter Patrick Pilon s’est penché sur la question à l’approche des congés scolaires.

http://actualites.ca.msn.com

La Reine refuse de démettre Harper de son rôle de PM


Disons qu’il est surprenant que cette dame a eu une réponse de la reine par l’entremise de sa secrétaire .. quoique la demande était justifié, je serais quand même outrée que ce soit la reine qui viendrait décider au Canada .. car tant qu’à moi son rôle est plus symbolique qu’autre chose, un symbole qui coûtent par contre très cher au pays. Bref .. ce sera aux prochaines élections que le peuple décidera .et se souviendrons car ..  les gaffes des Premiers ministres semblent s’oublier facilement
Nuage

 

La Reine refuse de démettre Harper de son rôle de PM

La Reine refuse de démettre Harper de son rôle de PM

Le bureau de Sa Majesté indique qu’il«est hors de question pour la Reine de démettre de ses fonctions» M. Harper.

Photo: archives AFP

Émilie Bilodeau
La Presse

Une Montréalaise qui en avait ras le bol du premier ministre Stephen Harper s’est adressée à la reine Élisabeth II pour demander son congédiement. Surprise! Chantal Dupuis a reçu une réponse du bureau de Sa Majesté cette semaine. La lettre indique qu’il «est hors de question pour la Reine de démettre de ses fonctions le premier ministre Stephen Harper».

C’est une accumulation d’actions menées par le premier ministre canadien qui a poussé Mme Dupuis à écrire à la reine en décembre dernier. Dans sa lettre, elle dénonce notamment le processus de nomination du gouverneur général du Canada, «qui laisse trop de place à la partialité»; la nomination de sénateurs «sur la base de leur allégeance politique»; la prorogation du Parlement à deux reprises en un an ou encore la participation du Canada à un crime de guerre «en aidant à tuer Mouammar Kadhafi».

Mais c’est lorsque Stephen Harper a été déclaré coupable d’outrage au Parlement, en mars 2011, que la goutte a fait déborder le vase.

Une missive de six pages

«Ça faisait un an que je tempérais en moi-même tout ce qui se passait sur la scène fédérale. Quand Harper a été reconnu coupable d’outrage au Parlement et que personne n’a bougé, que le gouverneur général n’a pas fait son travail, ça a commencé à mettre le feu aux poudres dans ma tête», raconte-t-elle.

Mme Dupuis a payé 18 dollars pour envoyer sa lettre par courrier recommandé au palais de Buckingham. Dans la missive de six pages, elle affirme que les décisions de Stephen Harper sont néfastes pour la démocratie canadienne et elle demande son congédiement. De plus, elle se questionne à plusieurs reprises sur les véritables pouvoirs de la reine.

«En tant que Canadienne, je me demandais quand Votre Majesté alliez intervenir pour nous protéger, nous, Canadiens?», «Comment pourrait Votre Majesté ne rien y faire en tant que Chef du Canada? Ça ternit l’histoire du Commonwealth, n’est-ce pas?», demande-t-elle.

Une réponse personnalisée

Mme Dupuis avoue qu’elle a été surprise de recevoir une réponse personnalisée. La lettre de quelques lignes et signée par Sonia Bonici, la correspondante officielle de la reine, laisse même entendre qu’Élisabeth II aurait véritablement pris connaissance de son opinion.

«Il a été utile pour la Reine de connaître votre point de vue», est-il écrit.

Le message rédigé par le bureau de souveraine laisse toutefois Mme Dupuis sur sa faim. Plusieurs questions sont restées sans réponse, soutient-elle. Dans les prochains jours, elle compte lui écrire une nouvelle lettre afin de mieux comprendre son rôle dans la démocratie canadienne.

Elle espère d’ailleurs que d’autres l’imiteront. Au départ, le but de sa lettre était de se «défouler». Mais en la rédigeant, elle s’est mise à imaginer que d’autres personnes pourraient faire comme elle.

«Si chacun a une idée pour changer le monde pour que ça aille mieux, il devrait l’écrire et l’envoyer à son député… ou à la reine», propose-t-elle.

Quoi qu’il en soit, Mme Dupuis admet que toute cette aventure lui aura servi de «thérapie». «Maintenant, quand j’entends une aberration en politique fédérale, je rage un peu et puis après, je me calme en me disant que je l’ai déjà raconté à la reine.»

http://www.cyberpresse.ca