Chacun sa faute


Il y a toujours deux côtés de la médailles dans nos interactions avec les autres et en cas de conflits si chacun prend sa part d’erreur, bien des chicanes seraient évité
Nuage

 

Chacun sa faute

« Que chacun porte sa faute et il n’y aura pas de coupables.  »

Antonio Porchia

Le temps


Cette fois-ci je me suis amusé a trouver des rimes dont les phrases s’harmonisent avec le temps Et tant qu’à parler du temps, pourquoi ne pas parler de la vie, de l’enfance a la mort .. et le temps passe
Nuage

Le temps


 

Le temps, le temps, nul ne sait l’arrêter ne fut qu’un bref instant
Toutes ces heures qui se défilent entre nos doigts, bon ou mauvais moments
Matin au soir, l’existence semble résolue à chercher la liberté continuellement
Sans qu’on puisse changer le cours du temps, les années avancent allègrement

Le temps, le temps à la naissance cela paraît si peu important
Larmoyer, soupirer, sourire, boire, manger, observer sont les passe-temps
L’émerveillement à toutes ses sensations nouvelles qui se dégage de ce libre temps
Propose à cette époque, un bouquet aux innombrables fragrances quotidiennement       

Le temps, le temps à l’enfance prend son essor à un nouveau tournant
Une période, qui prépare la conquête de la connaissance de la vie et du jeu de l’enfant
La recherche sans fin à démasquer des émotions partager avec l’environnement
Dont collaborent les amis sans distinction pour savourer la jeunesse avec enchantement

Le temps, le temps  manifeste ensuite un dédale engorgé d’embrouillement
L’état de puberté, épisode de mirage, de joie, de peines et des premiers amours d’adolescent
Tout l’être qui tente péniblement de trouver la forme de son corps et son esprit changeant
Les heures n’ont pas les même valeurs, car tout peut changer en un éclair foudroyant

Le temps, le temps arrive enfin, l’âge des responsabilités, un acquis de jugement
Néanmoins, l’espace semble manqué à toute récréation par gaspillage de temps
Nul envie de rater sa vie, le registre des choses a tout faire remplis tout engagement
Se détachant de certaines priorités qui favoriseraient pourtant le total accomplissement

Le temps le temps ou es-tu maintenant?
Tout ce temps est une quête de disposer plus de temps
De la naissance, filant à l’enfance et parcourant l’adolescence existait le temps
Maintenant, ton absence se fait sentir par ce manque de temps

Le temps, le temps à l’aube de la retraite, est dévoilé peut-être tardivement
Certes, l’expérience acquise, mais au prix de négligé amour, famille, amis au serment
A l’approche de la mort, l’essentiel reste de savourer ce qu’ils restent des joies d’antan
Laissant comme héritage tout ce que le coeur a su conserver intact pour offrir en testament

Le temps, le temps ne court pas si vite, avec moi sois patient

Rachel Hubert (Nuage)
13 Juin 2002

Le saviez-vous ► Anniversaire : Le biscuit Oreo a 100 ans


100 ans pour un biscuit que l’on retrouve dans bien des garde-mangés, des jarres a biscuits, … Qu’ils soit manger tout rond, grignoter, séparer pour manger la crème en premier ou tout simplement tremper avec un bon grand verre de lait .. chacun a un rituel bien  lui
Nuage

 

Anniversaire  : Le biscuit Oreo a 100 ans

Anniversaire - Le biscuit Oreo a 100 ans

Publicité de 1951

© Courtoisie

MONTRÉAL – Méconnue des Montréalais, la boulangerie industrielle Kraft située sur la rue Viau est le site de production du milliard de biscuits Oreo vendus tous les ans dans l’ensemble du Canada.

L’usine a ouvert ses portes pour la première fois depuis sa mise en fonction en 1956 pour souligner le centième anniversaire de l’Oreo, le 6 mars prochain.

La production y est gargantuesque : en un seul quart de travail de huit heures, plus de 1,1 million de biscuits Oreo sont confectionnés. La boulangerie est en marche autant de jour que de nuit. Près de 125 travailleurs sont assignés à la ligne de production des Oreo.

Pourtant, la fabrication du «sandwich» à la crème est plutôt simple. Les ingrédients du mélange de pâte à biscuit se retrouvent dans toutes les cuisines québécoises. De la farine, du sucre, de l’huile, du cacao noir, de l’eau et du bicarbonate de sodium suffisent à les confectionner.

La quantité de pâte et de crème qui y sont préparées est étourdissante. Il faut 18 minutes pour mélanger 937 kilogrammes de pâte à biscuits contenus dans une cuve et 25 minutes pour mélanger deux cuves de 361 kilogrammes de crème, ce qui est suffisant pour fabriquer 100 000 Oreo.

Un four de 85 mètres de long

Après avoir été moulées, les petites rondelles passent de cinq à six minutes dans un four industriel d’une longueur de 85 mètres, l’un des plus gros au monde.

Le four chauffé à 200 degrés Celsius peut cuire 3 000 biscuits Oreo par minute.

Puis, vient l’étape du culbutage où la moitié des biscuits sont retournés à une vitesse fulgurante pour ensuite recevoir le mélange de sucre glace, d’huile et de vanille qui constitue la fameuse crème blanche. Une machine monte alors délicatement le sandwich en ajoutant l’autre moitié du biscuit, pour enfin passer à l’emballage.

De la confection à la mise en boîte, il faut compter environ 90 minutes.

Créé en 1912 dans une boulangerie de Chelsea, à New York, le biscuit Oreo est introduit au Canada en 1949, où il fait rapidement fureur. C’est le 4e meilleur marché au monde, après les États-Unis, la Chine et le Venezuela.

http://fr.canoe.ca

Terres de glace en couleurs


Terres de glace en couleurs

 

Des glaces qui semblent éternelles. Terre sans domicile fixe navigue au le long des vagues froides du Nord. Le vent souffle, hurle telle que des fantômes qui hantent ces lieux. Puis se calme pour bercer les morses et les manchots. Des châteaux de neige flottant ici et la mais qui un jour malheureusement disparaitrons …
Nuage

D’ordinaire vêtus de blanc, la banquise, les icebergs et les glaciers se parent de tons chaleureux qui métamorphosent ces paysages.


Lever de soleil en Antarctique.

l'arctique et l'antarctique en couleur

© Kkaplin / Fotolia


Glaçon rose sur fond de ciel bleu

© Alice Aubert


Iceberg bleu sur ciel mauve

© Goinyk Volodymyr / Fotolia


La partie immergée de l’iceberg

©Alice Aubert


Les nuances de l’aurore polaire

© Jörg Hackemann / Fotolia


Un iceberg bleu cyan

© Brigitte Lafaye


L’arche d’un iceberg

© Myrtille Le texier


Icebergs à la lumière du soir


Des étages de glace


Le manchot, empereur du froid

© Bernard Breton


Morses sur fond de glace bleutée

© Outdoorsman / Fotolia


Une belle glace couleur pêche

© Christiane Collombert


La nuit tombe en terre Adélie

© Fabrice BEAUCHENE / Fotolia


Une ribambelle de petits icebergs

© Ariane Benard


Arc-en-ciel sur le Perito Moreno

© Philippe Bidet


Verdure et glace

© Anette Montagne


http://www.linternaute.com

Le fossile d’un pingouin géant découvert


 

Une belle trouvaille ou des pingouins légèrement différents parcouraient les vastes océans. Leur physionomie permettaient d’aller plus en profondeur … que ceux d’aujourd’hui.
Nuage

Le fossile d’un pingouin géant découvert

Le fossile d'un pingouin géant découvert

Illustration représentant le pingouin Kairuku, qui vivait en Nouvelle-Zélande, il y a entre 27 et 24 millions d’années.

Photo: AFP/Chris Gaskin/Université d’Otago

Agence France-Presse
Wellington

Le fossile d’un pingouin géant qui se dressait à 1,30 mètre et pesait 60 kilos a été découvert dans le sud de la Nouvelle-Zélande et recomposé par des paléontologues néo-zélandais et américain, ont-ils annoncé mardi.

Deux fois plus gros que le manchot Empereur et plus haut que lui d’une bonne tête, ce pingouin vivait il y a entre 27 et 24 millions d’années, lorsque la Nouvelle-Zélande, pour l’essentiel immergée, consistait en un chapelet d’îlots rocheux.

Les premières traces du palmipède, baptisé «kairuku» — le plongeur qui revient avec sa pitance, en langue Maori — ont été découvertes en 1977 dans les entrailles d’une falaise à Waimate, sur l’Ile du sud néo-zélandaise par le paléontologue Ewen Fordyce, de l’université d’Otago.

Au fil du temps, le professeur Fordyce a complété ses trouvailles et a invité le spécialiste américain Dan Ksepka, de l’université de Caroline du Nord (États-Unis) à l’aider à recomposer le pingouin.

«Kairuku était un oiseau élégant par rapport aux autres pingouins, avec un corps élancé et de longues nageoires, mais des pieds et des jambes courts et larges», a expliqué Dan Ksepka.

Sa physionomie lui permettait de nager plus loin et de plonger plus profond que ses congénères modernes. Le changement climatique ou la prédation des dauphins et des phoques en plus grand nombre pourraient expliquer son extinction.

Ces travaux ont été publiés dans la dernière édition du Journal of Vertebrate Paleontology.

Kairuku ne serait pas le plus grand pingouin de l’Histoire. En 2010, des scientifiques ont révélé l’existence d’une espèce vieille de 36 millions d’années qui aurait atteint 1,50 m.

http://www.cyberpresse.ca

Le grand dauphin se présente en sifflant


Tout le monde aime les dauphins, ils sont des animaux vraiment spéciaux. Nous savons qu’ils sont intelligents par leur manière de vivre, l’interaction entre l’homme et la bête et sa faculté d’apprendre. Mais un autre aspect est découvert, comme d’autres animaux, le dauphin siffleur a sa propre signature quand il siffle
Nuage

 

Le grand dauphin se présente en sifflant

 

Le grand dauphin se présente en sifflant

Les dauphins émettent des éléments d’identification à travers une signature sifflée quand ils rencontrent d’autres groupes en mer, selon des scientifiques.

Photo: Archives AP

Agence France-Presse
Paris

Les grands dauphins sont capables d’émettre une signature sifflée, un signal propre à chaque individu utilisé pour s’identifier quand deux groupes se rencontrent en mer, selon une étude publiée mercredi par la revue scientifique Proceedings of the Royal Society B.

Des chercheurs de l’université écossaise de Saint-Andrews ont utilisé des hydrophones pour enregistrer de grands dauphins, aussi appelés dauphins siffleurs, au large de la côte nord-est de l’Ecosse.

L’analyse des enregistrements montre que les dauphins émettent des éléments d’identification à travers une signature sifflée quand ils rencontrent d’autres groupes en mer, selon ces scientifiques.

Des sifflements apparemment identiques, mais qui, analysés plus en profondeur, comportent des variations propres à chaque individu.

Ces sifflements constituent une partie essentielle de la séquence de rencontre entre deux groupes, soulignent les chercheurs, relevant que seules 10% des rencontres entre cétacés ont eu lieu sans ces échanges sifflés.

Dans la quasi-totalité des cas, un seul type de sifflement a été relevé de la part de chaque groupe se rencontrant, ce qui semble vouloir dire qu’un seul animal par groupe, peut-être une sorte de chef de bande, émet le signal d’identification.

D’autres sifflements pourraient, quant à eux, avoir trait à la répartition des rôles pour la chasse ou à l’identification d’individus pour frayer ensemble.

Les grands dauphins sont organisés en société de type «fission-fusion» : chaque individu est à la fois très indépendant, mais conserve des contacts fréquents et réguliers avec son groupe familial et les autres groupes.

Le grand dauphin est l’une des rares espèces à pouvoir inventer ou copier des sons, capacité partagée avec des oiseaux, les baleines, les phoques et les chauves-souris, autant d’espèces où les mâles apprennent des chansons pour attirer les femelles.

Mais, pour les scientifiques, l’utilisation de sifflements d’identification ou pour partager des informations sur son environnement rapproche surtout le grand dauphin du… perroquet gris.

http://www.cyberpresse.ca

Évaluer les futures aptitudes linguistiques des enfants


Un outil intéressant mais je redoute un peu quand on étiquettes des enfants, avant même l’âge scolaire quoique d’un autre côté pourvoir diagnostiquer plus vite ceux qui auraient des problèmes de langage pourraient avoir avoir plutôt l’aide pour évoluer
Nuage

 

Évaluer les futures aptitudes linguistiques des enfants

 

© Shutterstock

Agence QMI

Un test permet d’évaluer avec précision les futures aptitudes linguistiques des tout-petits, selon une étude réalisée par des chercheuses de l’Université Concordia, à Montréal.

Le test intitulé Language Use Inventory (LUI), ou Inventaire de l’utilisation du langage, évalue le langage des enfants de 18 à 47 mois. Il permet de faire le point sur le vocabulaire employé par les enfants dans différentes situations, notamment dans les interactions avec les autres, les jeux, ou ses propos sur le monde qui l’entoure.

Les conclusions de l’étude démontrent que le LUI permet de déterminer quels sont les enfants qui connaissent des difficultés langagières et d’évaluer leur aisance future à communiquer.

Pour parvenir à ces résultats, les chercheuses Diane Pesco et Daniela O’Neill ont analysé les données récoltées auprès de 348 enfants de cinq ou six ans, dont les parents avaient répondu aux questions du LUI quelques années auparavant. Elles ont ensuite examiné les corrélations entre les scores que les petits avaient obtenus au test et ceux qu’ils avaient enregistrés à des tests langagiers passés plus tard.

Les enfants qui faisaient piètre figure au LUI quant à leurs compétences linguistiques sont plus susceptibles de réaliser encore une fois un faible score vers l’âge de cinq ou six ans, et risquent davantage de présenter un trouble de langage au moment d’intégrer le système scolaire.

Les chercheuses soulignent que le diagnostic précoce d’un retard en matière de langage chez un tout-petit permet à ses parents de chercher de l’aide avant que le problème ne devienne trop important

http://sante.canoe.com