Le syndrome de la tête qui explose, un trouble méconnu


Un syndrome peu connu est que les médecins ne comprennent pas vraiment les causes. Le syndrome de la tête qui explose est une expérience surprenante, car la personne est réveillée en sursaut par bruit soudain et fort.
Nuage

 

Le syndrome de la tête qui explose, un trouble méconnu

 

Ce syndrome au nom effrayant est peu connu et pourtant courant : il consiste à se réveiller en sursaut dans la nuit en ayant entendu un bruit fort, comme un objet tombant brutalement par terre, ou parfois en ayant vu un éclair de lumière.

Connaissez-vous le syndrome de la tête qui explose ? Rassurez-vous, même s’il peut donner lieu à une belle peur, il n’a rien à voir avec une scène de film d’horreur. Ce trouble du sommeil se manifeste lorsqu’une personne s’endort ou se réveille et qu’elle entend un bruit fort. Dans une étude parue dans Cephalalgia, Brian Sharpless, de l’université Argosy en Virginie, a voulu en savoir plus à ce sujet. Comme le rapporte Live Science, il avait déjà trouvé dans des travaux précédents que 13,5 % des gens en faisaient l’expérience au moins une fois dans leur vie.

Dans cette étude, 49 étudiants touchés par ce syndrome ont raconté leurs symptômes. Les expériences des patients étaient diverses, certains n’avaient connu qu’un épisode tandis qu’une personne en aurait connu 150. Mais il y avait des points communs. Par exemple, le bruit le plus souvent entendu était celui d’un objet qu’on laisserait tomber de haut. Ce pouvait être aussi une détonation, un bruit d’explosion ou de porte qui claque.

Peur, tachycardie et éclairs de lumière

Les patients ressentaient aussi souvent des symptômes comme de la peur, une tachycardie et des secousses musculaires. Un quart d’entre eux voyait un éclair de lumière. Seulement 10 % en auraient parlé à un médecin. Les épisodes avaient plutôt lieu lors d’une transition veille-sommeil et en dormant sur le dos.

Les scientifiques ne savent pas quelle est la cause de ce phénomène. L’une des hypothèses les plus couramment envisagées est qu’il est lié à une partie du cerveau appelée formation réticulée, qui aide l’individu à s’endormir. La formation réticulée jouerait aussi un rôle dans un autre phénomène curieux, la paralysie du sommeil, au cours de laquelle l’individu se réveille en étant incapable de bouger.

Pour Brian Sharpless, « s’endormir, c’est comme arrêter un ordinateur ».

Le cerveau passe par plusieurs étapes dont l’une nécessite d’éteindre les neurones qui servent à entendre. Un patient souffrant du syndrome de la tête qui explose, au lieu d’éteindre ces cellules, les mettrait en marche ce qui fait qu’il entendrait un bruit puissant.

http://www.futura-sciences.com/

Attention aux fausses infos qui circulent après les attentats à Paris


Après l’attentat à Paris et grâce à Internet, le monde entier fut au courant dès les premières minutes des horreurs. Malheureusement, certaines personnes malintentionnées et d’autres qui relaient les nouvelles (comme cela m’est déjà arrivé ainsi que des médias sérieux) des fausses rumeurs peuvent circuler, ce qui arrivé aussi lors de d’autres attentats dans le monde. Voici quelqu’unes  …
Nuage

 

Attention aux fausses infos qui circulent après les attentats à Paris

 

attentats de paris

Sur Internet, des rumeurs naissent de la confusion, de la panique ou d’esprits mal intentionnés.

Photo: Capture d’écran

FACT-CHECKING – Comme souvent lors d’événements graves, de nombreuses rumeurs et fakes circulent sur Internet à la suite des attaques meurtrières qui ont touché Paris vendredi soir, liés à la confusion, à la panique ou à des esprits mal intentionnés. « 

Metronews « vous aide à faire le tri.

► Non, il n’y a pas eu de coups de feu à Bagnolet ce samedi matin

En tout début d’après-midi, ce samedi 14 novembre, la rumeur de coups de feu tirés vers la porte de Bagnolet, dans l’Est de Paris, a commencé à circuler sur Twitter. Renforcée par la présence d’un hélicoptère de la sécurité civile survolant la zone. Après vérification, la police a découvert qu’il s’agissait d’explosions de pétards dans le cadre d’un mariage. A fortiori, ça n’a donc pas « rafalé » à Bagnolet, comme a pu l’affirmer un twitto en utilisant des photos sanglantes prises… au Brésil, à la suite d’un cambriolage de banque qui a mal tourné en octobre (la preuve ici, attention les images peuvent choquer).

En janvier déjà, dans les jours suivant l’attentat contre Charlie Hebdo, des rumeurs de ce genre s’étaient également multipliées dans différents quartiers de la capitale, la moindre détonation créant une inquiétude compréhensible parmi les habitants.

De la même manière, l’information (relayée par plusieurs médias dont metronews) faisant état, ce samedi, d’un véhicule ayant forcé un barrage policier dans les Yvelines, s’est révélée fausse. Alertée par des appels, la police a mené l’enquête et n’a pas trouvé trace de ce véhicule.

► Non, les attaques n’avaient pas été annoncées sur Jeuxvideo.com

La rumeur est partie de la capture d’écran d’un commentaire supposément écrit sur le site jeuxvideo.com, daté du 5 novembre à 21h26, sous le pseudo cobra-sa-76 : « 

D’ici qqch jours il y aura des attentats un peu partout dans Paris. Dans des endroits différents. Protégez vous (…) ».

En fait, le commentaire original posté par ce pseudo ce jour-là à cette heure exacte dit ceci :

« Bonjour je note sur ce site de plus en plus de topics ou les forumeurs se plaignent (à juste titre) de la page de pub qui s’incruste en full screen sur nos écrans , c’est juste insupportable! … il serait bien que les administrateurs se renseignent sur les effets néfastes du « forcing » en matiére de pub , c’est ringard , inutile, et ça irrite tout le monde…. merci pour nous les gars ».

Rien à voir, donc. Quant à un autre post faisant état d’une « série d’attentats » à compter du « 13 novembre », il date non de cette année mais du 26 septembre 2014.

► Non, il n’y a pas eu de fusillade aux Halles vendredi soir

Dans la confusion de la soirée du vendredi 13 novembre, alors que des fusillades avaient déjà éclaté autour de la place de la République à Paris, la rumeur de tirs dans le quartier des Halles a émergé. De même qu’au Trocadéro ou à Belleville. En fait, outre les explosions qui ont touché les abords du Stade de France à Saint-Denis, 5 lieux ont été touchés dans Paris intra muros, rive droite, dans les 10e et 11e arrondissements : deux restaurants proches du canal Saint-Martin autour de 21h30 (rues Alibert et Fontaine au roi), puis la salle de concert du Bataclan peu avant 22 heures, ainsi que rue de Charonne et la terrasse d’une brasserie boulevard Voltaire, non loin de la place de la Nation.

► Non, quatre policiers n’ont pas été tués durant l’assaut au Bataclan

« Quatre policiers tués lors de l’assaut au Bataclan » : dans la confusion de la nuit, l’information a circulé jusque dans certains médias. Elle était erronée. Selon le syndicat majoritaire chez les commissaires de police, le SCPN, un commissaire de l’Eure, qui assistait au concert au moment de l’attentat contre le Bataclan, a bien été gravement blessé par les tirs des assaillants. Un gardien de la paix parisien hors service, qui se trouvait à la terrasse d’un café ciblé par l’attaque de la rue de Charonne, a par ailleurs été tué.

Attention aux fausses infos qui circulent après les attentats à Paris

► Non, l’incendie la « Jungle de Calais » n’avait rien à voir avec les attentats

Peu après minuit vendredi, un incendie s’est déclenché dans l’immense camp sauvage de migrants de Calais, surnommé la « Jungle ». Quelque 2500 m2 de tentes et de cabanons ont brûlé sans faire de victime. Coïncidence ? Certains twittos n’y ont pas cru, reliant aussitôt l’événement aux attaques de Paris. Ce que le sous-préfet de permanence, Régis Elbez, a dû démentir dans la nuit à l’AFP :

« L’incendie n’est pas lié aux événements de Paris car c’est un feu d’origine électrique ».

► Non, il n’y a pas eu de rassemblement spontané en Allemagne vendredi soir

L’image qui circulait dès vendredi soir sur Twitter, montrant « des milliers » d’Allemands se rassemblant spontanément dans la rue en hommage aux victimes des attentats de Paris, était un fake. Comme l’a très vite signalé un journaliste de Libé Désintox, il s’agissait de la photo d’une manifestation du mouvement Pegida en décembre dernier. La preuve : elle illustrait déjàun article sur le sujet le 18 décembre 2014.

► Non, l’Empire State Building n’était pas bleu blanc rouge vendredi soir

De même, l’image qui circulait du haut de l’Empire State Building à New York, illuminé en bleu blanc rouge en signe d’hommage, était fausse, comme en ont témoigné plusieurs journalistes français sur place. En revanche, la Freedom Tower, construite en lieu et place du World Trade Center, a éclairé son antenne aux couleurs de la France, de même que l’Opéra de Sidney, plus tard.

► Non, la Tour Eiffel n’a pas été éteinte dans la nuit à cause des attentats

Dans la nuit de vendredi à samedi, des internautes ont relayé l’image d’une Tour Eiffel tous feux éteints, qu’ils ont interprétée comme un signe de deuil. En fait, la Tour s’éteint totalement tous les soirs, après avoir scintillé une dernière fois à 1 heure du matin.

► Pour éviter que de telles rumeurs et intox se propagent et créent la panique dans la population, la préfecture de police en appelle à la responsabilité des internautes. Et metronewsvous incite à ne relayer que les informations vérifiées par des professionnels. En cas de doute sur une info, n’hésitez pas à nous la signaler dans les commentaires : nous la vérifierons.

http://www.metronews.fr/

Tueries de Toulouse: le suspect serait mort


Après une série de coups de feu (300 balles de tiré semble t’il) Mohamed Merah est mort.
Cet homme a mobilisé la police pendant des heures pour les meurtres d’innocentes victimes d’une école Aucune excuse ne peut donner raison a des meurtres de ce genre que ce soit en France ou ailleurs même en de guerre, les enfants et civils ne devraient jamais être des cibles
Nuage

 

Tueries de Toulouse: le suspect serait mort

La police française encerclait, depuis hier, l’appartement de l’auteur présumé de la tuerie de Toulouse.

Photo: Jean-Paul Pelissier, Reuters

Agence France-Presse

Le suspect retranché à Toulouse, en France, est mort après avoir résisté aux policiers qui progressaient jeudi dans son appartement, a-t-on appris de source policière.

Trois policiers ont été blessés, dont un «assez grièvement», selon une source policière. Des rafales de tirs très nourries et des détonations ont été entendues pendant cinq minutes près de l’appartement où était retranché depuis 32 heures Mohamed Merah, soupçonné d’avoir tué sept personnes.

Mohamed Merah est soupçonné d’être l’auteur de la série de sept assassinats qui ont coûté la vie à sept personnes, dont trois enfants, depuis le 11 mars à Toulouse et Montauban.

http://www.cyberpresse.ca