Rêves cachés


On vieillit tous, mais pas de la même façon. Je crois que la plus belle manière est d’avoir encore des rêves magiques comme quand nous étions petits.
Nuage

 

 

Rêves cachés

 

 

 

Il doit rester quelques rêves d’enfants cachés sous mon oreiller, je ne tentera de ne pas les écraser avec ma tête lourde de soucis d’adulte

Mathias Malzieu

Le chien voit un enfant se battre avec une piñata, décide d’agir


Pour son anniversaire, un petit garçon a eu des difficultés avec sa piñata un peu trop résistante. Entre temps, un chien tournait autour de la scène et semble être un peu ennuyé qu’il décide d’agir et qu’enfin les bonbons tombent. Le chien semble vraiment prendre plaisir à déchiqueter la piñata.
Nuage

 

Le chien voit un enfant se battre avec une piñata, décide d’agir

 

Le Saviez-Vous ► Mangeons-nous vraiment des araignées durant notre sommeil ?


J’avais déjà entendu ce genre de chose, mais je n’ai jamais vraiment porté attention n’ayant pas peur des araignées. Ce qui un cocasse, c’est que cette info viens d’une chroniqueuse, en voulait démontrer le ridicule des fausses nouvelles
Nuage

 

Mangeons-nous vraiment des araignées durant notre sommeil ?

 

araignée

Crédits : Wikimedia Commons

par Clara Z.

    On a tous déjà entendu qu’il était prouvé que chacun d’entre nous avalait (accidentellement) 7 à 8 araignées par an, en moyenne, durant son sommeil. Mais ne serait-ce pas plutôt une légende urbaine ? On espère bien que si ! Imaginer déjà une araignée s’introduire dans notre bouche lorsqu’on dort est particulièrement angoissant…

    Non, vous n’avalez pas d’araignées en dormant

    En réalité, c’est totalement faux. Vous pouvez dormir tranquille ! En effet, pour espérer déjà avaler une araignée par an, il faudrait que plusieurs conditions soient réunies :

  • Dormir la bouche ouverte.

  • Recevoir la visite d’une araignée qui ait l’idée d’aller s’aventurer jusqu’à votre visage.

  • Ne pas écraser l’éventuelle araignée en vous retournant dans votre sommeil ou simplement en bougeant la tête.

  • Rester endormi, ce qui paraît hautement improbable. La plupart des personnes, même celles au sommeil lourd, se réveilleraient si elles sentaient quelque chose leur chatouiller le visage.

  • Ne pas respirer, car les araignées détestent la chaleur. Or, lorsque vous respirez, vous exhalez un souffle chaud. Essayez de souffler sur une araignée et observez le résultat…

  • Ne pas ronfler, car les araignées sont très sensibles aux vibrations. Au moindre ronflement, elles auraient vite fait de détaler le plus loin possible.

  • Avaler l’araignée, ce qui semble vraiment très peu probable étant donné qu’il faudrait que vous déglutissiez exactement au moment où l’araignée se trouve dans votre bouche. Or, le processus de déglutition ne se déclenche pas automatiquement lorsque quelque chose se trouve dans votre bouche.

Vous l’aurez compris, il est presque impossible que vous mangiez des araignées sans le vouloir lorsque vous dormez. Sauf si vous dormez dans un nid d’araignées, évidemment. Et encore…

araignée maison

Crédits : iStock

Les araignées sont inoffensives

La plupart des araignées sont si petites qu’elles ne considèrent absolument pas les êtres humains comme des proies. Au contraire, elles s’en méfient, voire y sont même complètement indifférentes. Or, elles n’attaquent que pour se nourrir ou si elles se sentent menacées. Et de toute façon, même si elles le voulaient, elles ne pourraient pas vous faire grand mal puisque leurs crochets sont trop petits pour vous mordre.

En réalité, l’idée que l’on mange plusieurs araignées par an durant notre sommeil a été diffusée sur Internet par une chroniqueuse américaine, Lisa Holst, en 1993. Le comble, c’est que la jeune femme voulait alors montrer le ridicule des “fake news” et de la capacité qu’ont les gens de croire éperdument à des informations complètement improbables. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle a réussi à démontrer l’ampleur que peut prendre la désinformation puisque cette croyance ridicule sur les araignées est aujourd’hui bien ancrée dans nos sociétés !

https://animalaxy.fr/

Pourquoi il ne faut jamais punir votre chat quand il a fait une bêtise ?


De toute façon, la punition pour un animal est inefficace, comme pour le chat et le chien. Le chat a des comportements lié à l’environnement qu’on lui propose. Le punir aura pour effet de le stresser et démontrer qu’il doit se méfier de nous. Je crois plus au renforcement positif
Nuage

 

Pourquoi il ne faut jamais punir votre chat quand il a fait une bêtise ?

 

On entend souvent qu’il faudrait apprendre à son chat à obéir afin qu’il comprenne qui commande, mais cela a-t-il une utilité ? Faut-il punir son chat et surtout cela fonctionne-t-il ?

A l’occasion de la sortie de son livre « Comprendre votre chat » aux éditions de l’Opportun, Sonia Paeleman, comportementaliste pour chats, vous explique tout.

Un jour ou l’autre, votre chat fera forcément quelque chose qui ne vous plait pas. Des « bêtises » que l’on a tendance à vouloir punir alors que cela n’a pas lieu d’être car c’est totalement inefficace.

Punir son chat, est-ce que cela marche ?

La punition est un grand sujet quand on cohabite avec un chat, un sujet qui sous-entend aussi la notion de « bêtise », celle d’éducation et une idée reçue qui serait qu’on doit apprendre à son chat à obéir pour qu’il sache bien qui est le patron.

Mais c’est une façon de voir les choses qui est plutôt erronée éthiquement discutable et qui pragmatiquement ne fonctionne pas. Ethiquement, il y a plusieurs éléments. D’abord cette notion de « bêtise » qui voudrait dire que le chat a intégré des valeurs telles que le Bien et le Mal.

Quand le chat adopte un comportement qui ne plait pas aux humains, ce n’est jamais pour les enquiquiner, se venger ou leur rendre la vie impossible. Ça ce sont des notions humaines que l’on projette sur l’animal. Le chat cherche tout simplement à répondre à ses besoins fondamentaux de chat dans un environnement semi-humain qui lui est proposé.

Par exemple, si vous considérez que c’est une bêtise de monter sur l’étagère, sachez que votre chat a absolument besoin d’explorer son environnement.  Si votre chat développe un comportement agressif que vous avez envie de punir, sachez que c’est une situation à laquelle il n’a pas pu répondre autrement que par ce coup de griffe ou coup de dent parce qu’il était mal à l’aise ou effrayé.

Parmi les « bêtises » que l’on a toujours envie de réprimander chez un chat, il y a la situation très fréquente des pipis en dehors de la litière. Lorsque l’on comprend que le chat qui élimine en dehors de sa litière ne le fait pas pour vous embêter, mais parce qu’il a un problème ou qu’il est stressé, on comprend que c’est parfaitement injuste de le punir.

Pour résumer, on punit souvent un chat d’être un chat alors que l’animal n’a pas le choix de ces comportements. C’est donc profondément injuste.

Punir son chat ne sert à rien (sauf à le stresser un peu plus)

Pragmatiquement, il faut savoir aussi qu’en plus d’être injuste, la punition est inefficace. Ce que votre chat va apprendre quand vous le réprimandez, ce n’est pas qu’il a mal fait, mais c’est que vous pouvez subitement vous transformer en une personne qui lui fait peur. Votre chat ne va pas apprendre à bien faire mais à vous craindre. Quand le chat vous craint, il a peur et est stressé et a besoin d’adopter un comportement évacuateur de tension, comme par exemple faire pipi sur votre tapis.

En plus d’être injuste et inefficace, la punition est totalement contreproductive. Il n’est donc pas utile du tout de punir votre chat.

Par Elise PetterCrédits photo :

Shutterstock

https://wamiz.com/

À New York, des sorcières se réunissent pour jeter des sorts à Donald Trump en direct sur Facebook


Bon, cela ne donnera pas grand chose, seulement montrer la colère de certains contre la nomination Brett Kavanaugh et aussi contre Donald Trump.
Nuage

 

À New York, des sorcières se réunissent pour jeter des sorts à Donald Trump en direct sur Facebook

 

par  Laura Boudoux

L’événement diffusé en live sur Facebook et Instagram se tenait samedi 20 octobre dans une librairie de Brooklyn, raconte The Independent.

Des sorcières s’y sont réunies pour jeter un sort au juge Brett Kavanaugh, siégeant à la Cour suprême des États-Unis depuis le début du mois d’octobre

Un « acte de résistance et de résilience » pour protester contre l’homme de droit, visé par des accusations d’agressions sexuelles. Le sort visait également « tous les violeurs et le patriarcat qui les enhardit, les récompense et les protège », ont précisé les organisatrices de l’événement.

Les sorcières de la librairie Catland ont installé des poupées de chiffons, censées représenter Brett Kavanaugh, mais également Donald Trump, dans un cercle tracé à la craie, contenant aussi trois bougies plantées de clous. Sur Facebook, les sorcières ont donné quelques conseils aux amateurs de magie noire, pour que les internautes puissent reproduire le sort chez eux. De la terre récoltée dans un cimetière, des clous de cercueil, une bougie noire, un miroir brisé, ou encore de l’eau des toilettes sont notamment nécessaires pour sceller la malédiction.

« Le mal que nous voulons infliger à Kavanaugh et Trump, c’est qu’ils soient exposés et montrés au grand jour pour ce qu’ils sont, puis évincés, ou au moins discrédités », a expliqué Dakota Bracciale, la co-propriétaire de Catland Books.

Quand leur sort sera-t-il efficace ? 

« Le plus tôt possible », répondent les sorcières, qui ajoutent tout de même auprès de BBC News qu’il « n’existe pas de calendrier précis pour ces choses-là ».

En 2017, le même groupe avait organisé trois rituels destinés à maudire Donald Trump. Une autre réunion de sorcière devrait être organisée le 3 novembre prochain, pour consolider le sort. 

« D’un point de vue pratique, il y a bien un sort et nous allons les maudire et leur souhaiter de mauvaises choses. Mais le plus important, c’est cette réunion d’individus qui sont d’accord que nous vivons un moment important pour notre pays », expliquent les sorcières libraires.

Les propriétaires de Catland Book ont confirmé que tous les bénéfices dégagés par ces soirées seraient reversés à des associations, notamment le Planning Familial.

Sources : Reuters / BBC News / The Independent

https://www.ulyces.co

La NASA a découvert un mystérieux iceberg parfaitement rectangulaire en Antarctique


Difficile à croire que cet iceberg avec sa forme rectangulaire parfaite est fait naturellement. La nature a toujours de quoi surprendre.
Nuage

 

La NASA a découvert un mystérieux iceberg parfaitement rectangulaire en Antarctique

 

 

par  Laura Boudoux

Il est absolument plat, et forme un rectangle parfait, au milieu du chaos des glaciers de l’Antarctique.

Le 17 octobre, la NASA a découvert un iceberg de forme géométrique, prenant de court ses abonnés sur Twitter en postant une photo qui semble truquée.

L’iceberg flotte, à côté de la banquise Larsen C, et « ses angles aigus, ainsi que sa surface plane indiquent qu’il s’est probablement récemment détaché de la banquise », indique l’Agence spatiale américaine dans son tweet.

Voir l'image sur Twitter

 

Un iceberg qui paraît avoir été sculpté par une mystérieuse présence dans l’Antarctique, mais qui est en réalité 100 % d’origine naturelle. Si dans l’imaginaire collectif, un iceberg ressemble plutôt à un mont affûté et pointu, comme celui qui a fait couler le Titanic, il existe en vérité deux sortes de blocs de glace d’eau douce. Les icebergs tabulaires, eux, sont toujours de forme plate, et possèdent une longueur cinq fois supérieure à leur hauteur. Comme les blocs non-tabulaires, la partie visible ne représente que 10 % de sa masse totale.

Kelly Brunt, scientifique à l’université du Maryland, a comparé pour Live Science ce genre de formation à un bout d’ongle, qui aurait trop poussé et qui aurait fini par craquer, se détachant ainsi du reste de l’ongle (soit la banquise). Le plus grand iceberg tabulaire jamais enregistré est l’iceberg B-15, qui s’est détaché de la barrière de glace de Ross en Antarctique en 2000, et s’étend sur plus de 11 000 km2. L’iceberg qui vient d’être découvert n’a pas encore été mesuré, mais sa forme étonnante en fait un spécimen clairement « inhabituel », d’après Kelly Brunt.

Sources : NASA/Live Science


https://www.ulyces.co/

Les gènes de vos cousins et votre vie privée


Les bases de données de l’ADN permettent de confronter les criminels quand cela est possible, mais quand ces données appartiennent à ceux qui en font la demande pour leur généalogie, cela permet de découvrir des criminels apparentés comme un cousin, un frère ou soeur etc .. Il permet aussi que des agences de pub et des assurances peuvent aussi s’en servir à notre insu ce qui est une atteinte a la vie privée.
Nuage

 

Les gènes de vos cousins et votre vie privée

 

En avril dernier, des policiers californiens arrêtaient le suspect d’un meurtre vieux de 40 ans grâce à l’A.D.N. d’un de ses cousins déposé dans une base de données généalogique.

Depuis, pas moins d’une vingtaine de cas semblables ont été signalés aux États-Unis, soulevant une troublante question : on approche peut-être du moment où n’importe qui, dans ce pays, pourrait être retracé par l’intermédiaire de l’A.D.N. d’un proche parent.

C’est en partie parce que c’est aux États-Unis que se trouve la plus forte proportion de gens qui ont fait séquencer leurs gènes, pour des raisons de santé ou de généalogie. Mais c’est aussi parce que la proportion à atteindre est plus faible qu’on ne l’imagine : seulement 2 % de la population doit avoir fait faire un tel test d’A.D.N. pour qu’on soit capable d’identifier n’importe qui d’autre, selon une recherche parue le 11 octobre dans Science. Et ce seuil va être de plus en plus facile à atteindre, évaluent les quatre chercheurs en génie informatique et en bio-informatique : en s’appuyant uniquement sur deux des « petites » bases de données généalogiques, qui comptent chacune un million de personnes, ils évaluent que 60 % des Américains de descendance européenne pourraient déjà être identifiés.

Dans deux à trois ans, avec n’importe quelle base de données permettant une recherche des cousins – ce que toutes ne permettent pas – ça devrait être 90 % des Américains. Si c’est une bonne nouvelle pour les policiers et pour les amateurs de généalogie, c’en est une moins bonne pour les défenseurs de la vie privée : autant de données en circulation seront des plus intéressantes pour des agences de publicité et des compagnies d’assurance…

https://www.lapresse.ca