Trump ordonne au Pentagone de créer une force armée de l’espace


Donald Trump ordonne !!!! Il veut protéger l’Amérique ! Question, quand il parle d’Amérique cela comprendre États-Unis, Canada et Mexique ? Enfin, il dit clairement qu’il veut que les USA dominent l’espace. Là, Astérix aurait raison de craindre que le ciel lui tombe sur la tête.
Nuage

Trump ordonne au Pentagone de créer une force armée de l’espace

 

« J'ordonne par la présente le département de la... (PHOTO EVAN VUCCI, ASSOCIATED PRESS)

« J’ordonne par la présente le département de la Défense et le Pentagone de commencer immédiatement le processus nécessaire pour établir une force spatiale comme sixième branche des forces armées », a déclaré Donald Trump lundi lors d’un discours sur l’espace à la Maison-Blanche.

PHOTO EVAN VUCCI, ASSOCIATED PRESS

Agence France-Presse
WASHINGTON

 

Le président Donald Trump a confirmé lundi sa volonté officielle de créer une sixième branche des forces armées américaines, une « force spatiale » (« space force ») qui serait indépendante de l’armée de l’air, mais que le Congrès doit encore autoriser.

« J’ordonne par la présente le département de la Défense et le Pentagone de commencer immédiatement le processus nécessaire pour établir une force spatiale comme sixième branche des forces armées », a-t-il déclaré lundi lors d’un discours sur l’espace à la Maison-Blanche.

« Nous allons avoir une armée de l’air, et une force armée de l’espace, séparée mais égale », a-t-il dit, tranchant le débat actuel en défaveur de ceux qui voulaient que la nouvelle force spatiale soit rattachée à l’US Air Force.

Donald Trump avait déjà indiqué qu’il était favorable à la création de cette sixième branche, aux côtés de l’armée de terre (US Army), l’armée de l’air (US Air Force), la marine (US Navy), le corps des Marines et les garde-côtes.

Au Congrès, le débat fait rage depuis des années entre les partisans d’une nouvelle entité à l’égale des autres corps, et ceux qui trouvaient plus fonctionnel de laisser l’espace dans le giron de l’armée de l’air.

La création de cette force spatiale ne pourra se faire du jour au lendemain, et le Congrès devra dans tous les cas adopter une loi à cet effet.

Mais l’ordre du président républicain établit clairement comme politique officielle de son administration, et du Pentagone, de créer cette force.

« Pour défendre l’Amérique, une simple présence dans l’espace ne suffit pas, nous devons dominer l’espace », a déclaré Donald Trump.

http://www.lapresse.ca/

Publicités

La manie de Trump de déchirer ses documents, un cauchemar pour les archivistes


Donald Trump enfreint une loi qui ordonne que tout document consulté par le président des États-Unis soit archivé aux Archives nationales. Les archivistes sont obligés de chercher, ramasser et recoller les morceaux déchirés par Donald Trump, quand c’est de gros morceaux ce n’est pas si pire, mais quand c’est de la grosseur des confettis, c’est un vrai casse-tête. Parmi les documents déchirés, il y a quand même des papiers importants. Généralement, si on enfreint une loi, on doit en subir les conséquences alors pourquoi pas lui ?
Nuage

 

La manie de Trump de déchirer ses documents, un cauchemar pour les archivistes

 

La manie de Donald Trump de déchirer les documents... (ARCHIVES AFP)

 

La manie de Donald Trump de déchirer les documents qu’il vient de lire, «parfois juste en deux, mais d’autres en morceaux si petits qu’ils ressemblaient à des confettis», a largement compliqué la tâche des archivistes dès son arrivée à la Maison-Blanche, en janvier 2017.

Agence France-Presse
Washington

Le président américain Donald Trump a l’habitude de déchirer les documents qu’il vient de lire, forçant les archivistes de la Maison-Blanche à recoller des morceaux parfois aussi petits que des confettis, selon le site d’information Politico.

«C’est la chose la plus folle que j’ai jamais vue. Il déchirait les papiers en tous petits bouts», a raconté Solomon Lartey, un ancien employé de la Maison-Blanche chargé de l’archivage des documents pendant les cinq premiers mois de la présidence Trump.

Une loi ordonne que tout document consulté par le président américain – lettres, courriels, breffage – soit conservé et envoyé aux Archives nationales. L’article de Politico ne suggère pas que le septuagénaire procède ainsi pour faire disparaître des documents, mais plutôt qu’il s’agit d’une vieille habitude chez l’homme d’affaires, un «système d’archivage» à sa manière.

Mais la manie de Donald Trump de déchirer les documents qu’il vient de lire, «parfois juste en deux, mais d’autres en morceaux si petits qu’ils ressemblaient à des confettis», a largement compliqué la tâche des archivistes dès son arrivée à la Maison-Blanche, en janvier 2017.

Selon Solomon Lartey, licencié en mars, des employés de la Maison-Blanche devaient récupérer les bouts de documents dans le Bureau ovale ainsi qu’à la résidence privée du président, à l’étage, pour les livrer aux archivistes, «comme un puzzle» à reconstituer. Tout le bureau chargé des registres devait alors scotcher les documents, a-t-il expliqué à Politico.

Parmi les documents qu’il a reconstitués: des articles de journaux annotés par Donald Trump, des invitations et des lettres d’élus.

C’est la première fois en vingt ans de service que Reginald Young, un autre ancien employé du département des archives à la Maison-Blanche, congédié en avril, dit avoir vu une telle pratique.

«J’ai regardé mon directeur et lui ai dit « Vous êtes sérieux? » On gagne plus de 60 000 dollars par an, on devrait faire des choses beaucoup plus importantes que ça», a-t-il raconté à Politico. «J’avais l’impression de faire le travail le plus ingrat qu’on aurait pu me demander à moins de devoir vider les poubelles».

http://www.lapresse.ca

Donald Trump songe à gracier Muhammad Ali


Normalement, un gouvernement peut gracier une personne d’un crime dont il est accusé. Alors, pourquoi  Mohammed Ali aiurait-il vraiment besoin d’être gracié vue qu’il n’a pas été accusé, donc aucune sentence ?
Nuage

 

Donald Trump songe à gracier Muhammad Ali

 

FOCUS ON SPORT/GETTY IMAGES

Photo d’archives de Muhammad Ali avant un combat en 1970.

Le boxeur a été une figure importante du mouvement antiguerre.

The Associated Press

Le président américain Donald Trump a fait savoir vendredi qu’il envisage « très sérieusement » de gracier à titre posthume l’ancien champion de boxe Muhammad Ali, même si la Cour suprême a éventuellement annulé sa condamnation.

M. Trump a indiqué aux journalistes qu’il étudie des « milliers de noms » de gens qui pourraient être graciés.

M. Trump a déjà accordé un pardon posthume à Jack Johnson, le premier Noir à avoir été champion poids lourd. M. Johnson avait été reconnu coupable d’avoir enfreint une loi qui interdisait de transporter une femme d’un État à un autre à des fins « immorales ».

BETTMANN VIA GETTY IMAGESPhoto d’archives de Muhammad Ali qui s’adressait à des étudiants à Los Angeles dans les années 1970.

M. Ali a refusé de rejoindre les rangs de l’armée pour la guerre du Vietnam, en se décrivant comme un objecteur de conscience. Il a été reconnu coupable d’insoumission.

Son combat juridique a pris fin en 1971 quand la Cour suprême a tranché en sa faveur.

On ne comprend pas exactement pourquoi M. Ali aurait besoin d’une intervention du président, puisqu’il n’a pas de casier judiciaire. La Maison-Blanche n’a pas immédiatement répondu à une demande d’explications.

M. Ali est décédé en 2016.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Trump évoque la guerre de 1812 lors d’un échange corsé avec Trudeau


Le ton monte entre le Canada et les États-Unis sur des taxes de l’acier et l’aluminium que Donald Trump à augmenter au nom de la sécurité nationale. Et il a pris pour excuse que le Canada aurait fait brûler la Maison Blanche pendant la guerre 1812. Et encore là Donald Trump, ne connait pas sa propre histoire, car ce sont les Anglais qui ont mit le feu, pas nous ! Et puis même si cela aurait été le cas, nous sommes en 2018
Nuage

 

Trump évoque la guerre de 1812 lors d’un échange corsé avec Trudeau

 

Trump évoque la guerre de 1812 lors d'un échange corsé avec Trudeau

Justin TrudeauPhoto d’archives, AFP

La tension a monté d’un cran entre Donald Trump et Justin Trudeau lors d’un appel téléphonique où la question des tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium provenant du Canada était abordée, le 25 mai dernier.

Selon ce que des sources ont indiqué à CNN, le premier ministre du Canada a demandé au président américain en quoi ces tarifs constituaient un enjeu de «sécurité nationale». Donald Trump aurait alors répliqué : «N’avez-vous pas déjà incendié la Maison-Blanche?», faisant référence à la guerre de 1812.

Le hic, c’est que ce sont les Britanniques qui ont mis le feu aux bâtiments gouvernementaux de Washington lors de la guerre de 1812. L’offensive des Anglais était une réponse à l’attaque des Américains à York, la capitale du Haut-Canada, qui était à l’époque une colonie du Royaume-Uni.

Contactés par CNN, la Maison-Blanche et le Conseil national de sécurité américain (NSC) n’ont pas voulu commenter ces informations.

Le président américain a finalement imposé par proclamation, jeudi dernier, l’application de surtaxes de 25 % sur l’acier et de 10 % sur l’aluminium provenant du Canada et de l’Union européenne, au nom de la sécurité nationale des États-Unis. Ottawa a répliqué en imposant des tarifs similaires, tant sur les deux métaux que sur d’autres produits de consommation. Ces mesures entreront en vigueur le 1er juillet.

«L’idée que nous représentons une menace à la sécurité nationale des États-Unis est insultante et inacceptable», a déploré le premier ministre au cours d’un long entretien diffusé dimanche matin à l’émission «Meet the Press» de la chaine américaine NBC.

Le premier ministre canadien et le président américain se rencontreront au Sommet du G7 qui commence vendredi dans Charlevoix.

http://fr.canoe.ca/

Trump affirme son "droit absolu" à se gracier lui-même


Cela serait le comble si le Donald Trump pouvait et prenait le droit de ses gracier lui-même. Ce serait injuste et qu’il serait au-dessus des lois. Son avocat, dit n’importe quoi, même en disant que c’est probable, une telle affirmation devrait être appuyé par des textes de loi, ce qui à mon avis, serait insensé si un tel pouvoir existait vraiment.
Nuage

 

Trump affirme son « droit absolu » à se gracier lui-même

Donald Trump. © photo news.

Source: Belga

 Le président américain Donald Trump a affirmé lundi son « droit absolu » à s’appliquer à lui-même le droit de grâce présidentielle, même s’il s’est empressé d’ajouter dans un tweet qu’il n’avait rien à se reprocher.

« Comme cela a été stipulé par de nombreux spécialistes du droit, j’ai le droit absolu de me GRACIER, mais pourquoi le ferais-je alors que je n’ai rien à me reprocher? « , a-t-il écrit dans un tweet matinal.

L’enquête sur l’ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016 et une éventuelle collusion entre l’équipe de Donald Trump et Moscou empoisonne la présidence du magnat de l’immobilier qui n’a de cesse de dénoncer « une chasse aux sorcières ».

Dans un deuxième tweet, il a estimé que la nomination du procureur spécial Robert Mueller pour mener cette enquête, ordonnée par le ministère de la Justice, était « ANTICONSTITUTIONNELLE ».

« Je n’ai rien fait de mal »

« Malgré cela, nous jouons le jeu car, contrairement aux démocrates, je n’ai rien fait de mal! « , a-t-il ajouté.

Dimanche, l’un des avocats du président américain, Rudy Giuliani, avait déjà évoqué la possibilité d’une grâce du président pour lui-même, suscitant une avalanche de réactions indignées et de mises en garde, y compris au sein du clan républicain.

Les présidents ont « probablement » le pouvoir de se gracier, a dit M. Giuliani, tout en assurant que M. Trump n’en avait pas l’intention et en reconnaissant que les conséquences politiques d’une telle décision pourraient être lourdes.

https://www.7sur7.be/

Le visage de Donald Trump gravé sur un iceberg pour dénoncer le réchauffement climatique


Bien que je trouve que Donald Trump ne vaut pas une statue, l’idée de faire son effigie sur un iceberg en Arctique est une idée qui me plait. Ceci est pour montrer au monde surtout aux climatosceptiques, que les changements climatiques sont une réalité vraiment inquiétantes.
Nuage

 

Le visage de Donald Trump gravé sur un iceberg pour dénoncer le réchauffement climatique

 

portrait trump iceberg

Le portrait de Donald Trump pourrait être gravé sur un iceberg.

PROJECT TRUMP MORE

Par Joël Ignasse

Une ONG finlandaise veut tailler un iceberg à l’effigie du président des Etats-Unis pour alerter contre le réchauffement du climat.

En juin 2017, Donald Trump, récemment investi, annonçait que les États-Unis se retiraient de l’Accord de Paris, conclu fin 2015 par plus de 190 pays sous l’égide de l’ONU. Le président Américain n’avait jamais caché son climatoscepticisme et avait annoncé durant sa campagne sa volonté de négocier « un nouveau traité, plus favorable au peuple américain ». Un an plus tard, le processus de Paris suit son cours sans les États-Unis et les oppositions contre la politique environnementale américaine se multiplie aussi bien

Trump va-t-il fondre ?

C’est dans ce contexte de réprobation qu’une ONG finlandaise, Melting Ice, vient de lancer un projet un peu fou mais qui, s’il se concrétise, sera vraiment spectaculaire et sans doute quelque peu effrayant. L’association veut en effet sculpter un immense portrait de Donald Trump sur un iceberg. L’œuvre mesurera près de 35 mètres de hauteur et 20 mètres de large. Un double glacé et glaçant du Mont Rushmore dans le Dakota du Sud où sont gravés les bustes de quatre anciens présidents des États-Unis. L’ambition de l’ONG étant de montrer au monde la réalité du changement climatique en observant l’effigie fondre au fil des mois dans une région, l’Arctique, qui n’est pas épargnée par le réchauffement mondial.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Trump promet de protéger le droit au port d’armes à feu


Dire qu’il y a des gens qui croient que Donald Trump devrait avoir le prix Nobel de la paix à cause de la Corée, alors qu’il est main dans la main avec la NRA. Ce que j’espère, que les étudiants qui ont vécu des tueries dût à la facilité d’avoir des armes à feu, vont continuer à se battre contre Donald Trump et le lobby des armes en espérant changer les choses aux prochaines élections. Ceui qui tient une arme à feu est un terroriste qui n’appartient pas nécessairement à une cause religieuse
Nuage

 

Trump promet de protéger le droit au port d’armes à feu

 

Donald Trump a prononcé un discours lors de... (PHOTO CARLOS BARRIA, REUTERS)

Donald Trump a prononcé un discours lors de la convention annuelle de la National Rifle Association (NRA), le 4 mai à Dallas.

PHOTO CARLOS BARRIA, REUTERS

 

Associated Press
DALLAS

Le président Donald Trump a réitéré vendredi son soutien aux membres de la National Rifle Association (NRA), le puissant lobby américain des armes à feu duquel il s’était pourtant distancié il y a quelques mois.

« Mon administration et les conservateurs au Congrès avons été élus pour défendre vos droits », a déclaré le président devant des dizaines de milliers de militants enthousiastes de la NRA réunis à Dallas.

« Nous ne vous décevrons jamais et nous allons toujours protéger le deuxième amendement », a ajouté M. Trump, qui assistait à son quatrième congrès consécutif de la NRA.

M. Trump a promis que le deuxième amendement de la Constitution américaine, celui garantissant le droit au port d’armes à feu, serait protégé tant qu’il sera président.

Le président Trump a réitéré qu’il serait plus sécuritaire selon lui d’armer le plus de gens possible. Il a plaidé que les attentats de Paris en 2015 auraient été moins sanglants si les Parisiens avaient été plus armés.

« [Les terroristes] ont pris leur temps et ont abattu chaque personne une par une. Boom ! Viens ici. Boom ! », a-t-il illustré.

Il s’agissait du premier congrès de la NRA depuis la tuerie survenue en février dans une école secondaire de la Floride, qui avait suscité un mouvement de contestation contre le lobby des armes à feu. Dix-sept personnes, en majorité des adolescents, ont perdu la vie dans cette fusillade.

Armer les enseignants dans les écoles

Selon Donald Trump, pour éviter qu’un tel drame ne se reproduise, il faut accroître la sécurité dans les écoles et armer les enseignants dûment formés pour manier une arme.

« Toutes les personnes ici sont en faveur de la sécurité dans les écoles », a-t-il déclaré.

« Il n’y a aucun signal plus invitant pour un tueur de masse qu’un signal déclarant qu’une école est une zone sans armes », a-t-il soutenu.

« Mais en même temps, il n’y a aucune dissuasion aussi forte pour un individu malade que de savoir que son attaque mettra fin à sa vie, qui prendra fin dans l’échec le plus total. »

Donald Trump s’était distancié du lobby des armes à feu dans la foulée de la fusillade à l’école de Parkland, mais il est revenu sur ses positions depuis.

Lors d’une rencontre télévisée avec des élus à la fin du mois de février, deux semaines après le drame, M. Trump avait reproché à un sénateur républicain d’avoir « peur de la NRA » et avait promis d’obtenir des résultats dans la lutte contre la violence par armes à feu.

Le président avait toutefois précisé plus tard qu’il souhaitait modifier très modestement le système de vérification des antécédents pour se concentrer à mieux sécuriser les écoles.

M. Trump, qui était visiblement en terrain ami devant la NRA, en a par ailleurs profité pour vanter son bilan depuis qu’il est à la tête des États-Unis et a souligné l’importance pour les républicains de maintenir leurs acquis en vue des élections de mi-mandat, en novembre.

Il a incité les membres de la NRA à aller voter aux prochaines élections pour ne pas que les démocrates fassent des gains.

http://www.lapresse.ca/