Une Américaine se marie avec sa poupée zombie


Je n’ai peut-être pas l’esprit assez ouvert, pour moi, ce genre de comportement mérite une consultation en psychiatrie. Une poupée, ne peut pas partager des émotions, des sentiments. Franchement, il y a personnes qui ont vraiment besoin d’aide.
Nuage

 

Une Américaine se marie avec sa poupée zombie

 

Felicity et sa poupée © Facebook.

Jeanne Poma.

Depuis leur mariage, la mariée se sent encore plus proche de « l’amour de sa vie« .

© Twitter.

Felicity Kadlec, une jeune femme de 20 ans a organisé un mariage avec sa poupée Kelly Rossi, qui aurait, selon elle, 37 ans. Huit de ses amis étaient invités à la fête, ainsi que quatre poupées.

Un budget de 500 euros

La cérémonie a lieu à Tiverton, une petite ville en bord de mer au Nord-Est des États-Unis. Pour la fête, Felicity a dépensé un peu moins de 500 euros, pour payer sa robe et le costume du marié.

L’importance du mariage

Felicity entretient une relation amoureuse avec sa poupée depuis quatre ans. Elle considère que le mariage a renforcé les liens qui les unissent.

« Le mariage était parfait, exactement comme je l’ai toujours imaginé », confie-t-elle. « J’ai veillé à ce que tout soit aussi officiel que possible. Nous avons ensuite consommé le mariage ». 

Un cadeau de son père décédé

La jeune femme a reçu de son père une poupée zombie à l’âge de 13 ans. Entre temps, son papa est décédé et Felicity a développé une véritable passion pour les films d’horreur et les poupées zombies. Elle avoue avoir eu des sentiments pour sa poupée vers l’âge de 16 ans. À l’époque, elle refusait de l’admettre.

« Pour moi, elle est parfaite »

Cette poupée a été un véritable réconfort pour Felicity, au moment du décès de son père. Malgré son apparence de zombie, la jeune femme assure qu’elle l’aime comme elle est.

« Pour moi elle est parfaite », ajoute-t-elle. « Je me sens en sécurité avec elle et ce sont les traits de sa personnalité qui font que j’aimerais passer le reste de ma vie avec elle ».

 

https://www.7sur7.be/7s7

Des sculptures très détaillées avec des morceaux de poupées accumulés


Ce doit prendre énormément de poupée pour faire ces sculptures. Je trouve cela quand même un peu sordide.
Nuage

 

Des sculptures très détaillées avec des morceaux de poupées accumulés

 

Freya Jobbins est une artiste australienne dont le travail est basé sur le collage par assemblage, l’installation et l’impression.

Elle précise que son travail est basé sur l’appropriation, le réassemblage et la subversion d’objets préexistants, où elle continue d’explorer les notions d’identité, de motifs et de sa propre dissimulation ».

L’aspect cumulatif de la couleur dite « chair » avec le rythme des petits éléments donne un résultat très fouillé et juste, qui exprime à la fois l’apparence des groupes anatomiques de muscles et le mouvement du vivant.

Freya Jobbins_Cassiopeia, 2015

Freya Jobbins_Cassiopeia, 2015BatmanZeus,Ganymede,Hera

http://www.laboiteverte.fr/

Le Saviez-Vous ► L’agalmatophilie : l’amour des statues


Préféré aimer une statue, marionnette, poupée, robot qu’un humain, me semble inconcevable. Je crois malheureusement, il va en avoir de plus en plus surtout avec des robots qui ressemble presque parfaitement à des humains.
Nuage

 

L’agalmatophilie : l’amour des statues

bustes grecs statues

Share

Crédits : Pixabay

par Louison

Dans les jardins, les parcs ou les musées, elles nous observent en silence alors que nous passons. Parfois, nous leur rendons leurs regards en nous arrêtant quelques minutes, le temps de les admirer. Mais si les statues pouvaient parler, elles nous raconteraient sûrement les obscénités qu’elles ont pu vivre pendant leurs siècles d’existence

 Qu’est-ce que l’agalmatophilie, ou l’amour envers les statues ?

Les statues : un reflet de nous-mêmes

Les statues, et plus largement les poupées, marionnettes ou même les mannequins sont des objets inanimés nous représentant. En effet, l’agalmatophilie ne concerne que des objets représentant un humain. Cette attirance est finalement assez ironique, car certains sculpteurs se sont attachés à créer la beauté absolue, que ce soit chez un homme ou une femme. Ils seraient sûrement surpris de l’effet de leur travail sur un agalmatophile.

On commence à parler d’agalmatophilie quand une personne est réellement attirée sexuellement par l’un des objets cités plus haut. Le fait de trouver une sculpture jolie ou de la considérer comme une œuvre d’art est simplement un compliment envers l’artiste. Ainsi, pour une personne agalmatophile, il serait tout à fait naturel de palper une statue ou un mannequin, et d’avoir des relations sexuelles avec.

L’agalmatophilie : un fétichisme

Cette attirance est classée parmi les paraphilies, et est simplement considérée comme un fétichisme. Elle très souvent lié à des fétichismes comme celle envers les robots, qui consiste à être attiré·e par les androïdes, ou celui des poupées.

Si chez certains les statues sont attirantes, pour d’autres il va s’agir de véritables objets de terreur. À ce sujet, il existe par exemple l’agalmatorémaphobie, qui est la peur que les statues prennent vie

 

https://lesavaistu.fr/

Traumatisé par sa vie amoureuse, un Japonais épouse une pop star virtuelle


C’est triste ! J’essaie d’avoir l’esprit ouvert, mais ma conscience ne peut admettre un mariage ou même une liaison avec un personnage virtuel.
Nuage

 

Traumatisé par sa vie amoureuse, un Japonais épouse une pop star virtuelle

 

Crédits : Akihiko Kondo/Twitter

par  Dylan Kuperblum

 

Après s’être senti de trop nombreuses fois « humilié » et « intimidé » par des femmes en chair et en os, le Japonais Akihiko Kondo, un homme de 35 ans, a décidé qu’il était temps pour lui d’arrêter les relations amoureuses. Enfin, pas vraiment, puisqu’il vient de se marier à une vedette virtuelle de la pop appelée Hatsune Miku, un hologramme animé de 16 ans, rapporte le Japan Times ce 12 novembre. Et l’événement n’est pas passé inaperçu au Japon.

Akihiko Kondo préparait son mariage de rêve avec l’amour de sa vie depuis mars 2018. Le 4 novembre, ils se sont finalement dit oui lors d’une cérémonie à Tokyo à laquelle ont assisté une quarantaine de personnes, dont un membre du Parlement japonais. Sa famille, qui ne comprend pas son choix, n’a pas voulu participer à l’événement, tandis que son épouse était présente sous forme de poupée.

Pour Kondo, faire une croix sur les femmes était pourtant la suite logique des mauvaises relations qu’il entretenait avec elles. En effet, à l’adolescence, les filles le tourmentaient en le traitant d’ « otaku », mot japonais utilisé pour qualifier les personnes obsédées par les mangas et les animes. Vraisemblablement, elles avaient un peu raison. Mais ses mauvaises expériences se sont poursuivies à l’âge adulte, et il accuse une ancienne collègue de l’avoir fait plonger dans une dépression nerveuse.

Crédits : Akihiko Kondo/Twitter

Quoiqu’il en soit, il appelle les gens rester ouverts d’esprit, et à « considérer toutes sortes d’amour et toutes sortes de bonheur », mais aussi à accepter le fait que tout le monde n’est pas lié « au mode d’une vie heureuse dans laquelle les hommes et les femmes se marient et ont des enfants ».

Il a également exprimé son désir d’être reconnu comme une minorité sexuelle, qui ne peut tout simplement pas imaginer sortir avec de vraies femmes.

« C’est comme si vous essayiez de convaincre un homme homosexuel de sortir avec une femme, ou une lesbienne avec un homme », se justifie-t-il.

Sur les réseaux sociaux, il a d’ailleurs reçu beaucoup de soutien de la part de « fans » partageant les mêmes idées, et pourrait bientôt ne plus être le seul. En effet, Gatebox, (la société qui a créé le dispositif qui permet aux fans de la pop star virtuelle de vivre avec une version holographique d’elle), compterait 3 000 inscrits à l’obtention de documents de mariage officiels entre humains et personnages virtuels.

Source : The Japan Times

https://www.ulyces.co/

À New York, des sorcières se réunissent pour jeter des sorts à Donald Trump en direct sur Facebook


Bon, cela ne donnera pas grand chose, seulement montrer la colère de certains contre la nomination Brett Kavanaugh et aussi contre Donald Trump.
Nuage

 

À New York, des sorcières se réunissent pour jeter des sorts à Donald Trump en direct sur Facebook

 

par  Laura Boudoux

L’événement diffusé en live sur Facebook et Instagram se tenait samedi 20 octobre dans une librairie de Brooklyn, raconte The Independent.

Des sorcières s’y sont réunies pour jeter un sort au juge Brett Kavanaugh, siégeant à la Cour suprême des États-Unis depuis le début du mois d’octobre

Un « acte de résistance et de résilience » pour protester contre l’homme de droit, visé par des accusations d’agressions sexuelles. Le sort visait également « tous les violeurs et le patriarcat qui les enhardit, les récompense et les protège », ont précisé les organisatrices de l’événement.

Les sorcières de la librairie Catland ont installé des poupées de chiffons, censées représenter Brett Kavanaugh, mais également Donald Trump, dans un cercle tracé à la craie, contenant aussi trois bougies plantées de clous. Sur Facebook, les sorcières ont donné quelques conseils aux amateurs de magie noire, pour que les internautes puissent reproduire le sort chez eux. De la terre récoltée dans un cimetière, des clous de cercueil, une bougie noire, un miroir brisé, ou encore de l’eau des toilettes sont notamment nécessaires pour sceller la malédiction.

« Le mal que nous voulons infliger à Kavanaugh et Trump, c’est qu’ils soient exposés et montrés au grand jour pour ce qu’ils sont, puis évincés, ou au moins discrédités », a expliqué Dakota Bracciale, la co-propriétaire de Catland Books.

Quand leur sort sera-t-il efficace ? 

« Le plus tôt possible », répondent les sorcières, qui ajoutent tout de même auprès de BBC News qu’il « n’existe pas de calendrier précis pour ces choses-là ».

En 2017, le même groupe avait organisé trois rituels destinés à maudire Donald Trump. Une autre réunion de sorcière devrait être organisée le 3 novembre prochain, pour consolider le sort. 

« D’un point de vue pratique, il y a bien un sort et nous allons les maudire et leur souhaiter de mauvaises choses. Mais le plus important, c’est cette réunion d’individus qui sont d’accord que nous vivons un moment important pour notre pays », expliquent les sorcières libraires.

Les propriétaires de Catland Book ont confirmé que tous les bénéfices dégagés par ces soirées seraient reversés à des associations, notamment le Planning Familial.

Sources : Reuters / BBC News / The Independent

https://www.ulyces.co

Une invasion de poupées vaudou sème la terreur dans les rues d’un village russe


Ce que la peur peut faire pour tromper le subconscient. On sait où viennent les poupées, mais personne ne sait qui les a posés à divers endroits du village et dans quel but.
Nuage

 

Une invasion de poupées vaudou sème la terreur dans les rues d’un village russe

 

par  Laura Boudoux

Une douzaine d’effrayantes poupées vaudou « de la taille d’un enfant » ont été mystérieusement installées pendant la nuit, dans un petit village de Russie.

Lorsque les habitants de Zavetny, dans le kraï de Krasnodar, se sont réveillés, ils sont pour beaucoup tombés nez à nez avec de sinistres mannequins, dont les yeux avaient été arrachés. Habillées en écolières, parfois mutilées et couvertes d’aiguilles, ces poupées étaient attachées aux arrêts de bus, aux barrières de la ville, ou encore aux aires de jeux. 

« Un sort a été jeté sur notre village », s’est affolé l’un des habitants du village, alors que les autorités locales expliquent qu’elles ont « réuni en urgence des équipes de police pour calmer les gens et contenir la panique », racontait le DailyMail mardi 2 octobre.

Après leur mystérieuse découverte, plusieurs habitants du village se sont plaints de soudains problèmes de tension artérielle. Tous réclament à la police une explication et les agents cherchent actuellement à déterminer comment les poupées vaudou sont arrivées là, en regardant les enregistrements des quelques caméras de surveillance de Zavetny.

De son côté, Tatiana Kokoreva, une habitante du village, a annoncé que les poupées avaient été utilisées il y a bien longtemps pour des spectacles de marionnettes, avant d’être données à un musée. L’établissement aurait par la suite décidé de s’en débarrasser, et les auraient donc proposées à une institutrice, afin qu’elle les conserve dans son école. Les poupées auraient finalement été jugées trop effrayantes et pas assez sûres pour être confiées aux enfants.

Après cette succession de rejets, personne ne sait ce qu’il est advenu des poupées. Qui les a récupérées, habillées et installées dans les rues de Zavetny pour y semer la panique ? Ces questions restent pour le moment sans réponses.

Source : The DailyMail

https://www.ulyces.co

28 occasions lors desquelles la nature nous fait dire « NON »


La nature est magnifique, parfois, elle peut être assez glauque. Elle fait ses propres scènes d’horreur.
Nuage

 

28 occasions lors desquelles la nature nous fait dire « NON »

Dans la nature, tout n’est pas nécessairement aussi beau ou hilarant que ce à quoi nous sommes habitués. Elle a un côté obscur.

D’une mère mille-pattes protégeant ses petits en passant par une colonie de guêpes en construisant un nid autour d’une poupée désarticulée, ces images montrent les choses les plus effrayantes que mère nature a à offrir. Faites défiler la page pour mettre votre courage à l’épreuve et votez pour vos préférées.

N° 1 – Ce cratère de lave semble aspirer les âmes des damnés en enfer.

N° 2 – Un bernard-l’hermite utilisant la tête d’une poupée en guise de coquille.

3 – Des guêpes ayant construit un nid autour d’une poupée désarticulée.

N° 4 – Cette grenouille a été trouvée un matin toute sèche et flétrie à l’extérieur d’un magasin. Le gérant s’est dit : « essayons de la mettre dans de l’eau », et mince, elle est revenue à la vie.

N° 5 – Un nid de frelons abandonné que mon père a trouvé dans son abri de jardin alors qu’il n’y était pas entré pendant quelques années. La tête appartient à une statue en bois avec laquelle le nid abandonné a fusionné.

– Publicité –

N° 6 – Une mère mille-pattes protégeant ses petits.

N° 7 – Une personne en charge du lac a trouvé le renard (qui s’est noyé) dans la glace, a extrait le bloc et l’a posé sur la glace afin d’éloigner les gens de celle-ci.

N° 8 – Le cymothoa exigua est un type de parasite qui pénètre par les branchies des poissons, dévore leur langue, et la remplace.

N° 9 – Des enveloppes de fleurs mortes dans mon jardin. Elles ressemblent à des masques de mort.

N° 10 – Le champignon les doigts du diable.

N° 11 – Quelle tête !

N° 12 – Il y a tellement d’abeilles dans le mur que leur miel dégouline d’une prise

N° 13 – Un ver originaire d’Antarctique appelé Eulagisca gigantea.

N° 14 – Une chenille à tête de serpent.

N° 15 – Cette chouette occupée a tué plus de 70 lemmings et a entouré son nid de leurs dépouilles fraîches.

N° 16 – Un mille-pattes dévoré par une vipère a trouvé le chemin de la sortie.

N° 17 – Cet arbre dans le Nebraska a été frappé par la foudre la veille.

N° 18 – Une nouvelle patte pousse sur la queue de ce lézard ?

N° 19 – Des fourmis rouges ont créé une île flottante avec leurs corps pour échapper à l’inondation de Houston.

N° 20 – J’étais sur le point de montrer à mes enfants que les carapaces de cigales ne sont ni dégoutantes ni effrayantes, lorsque…

N° 21 – Ces pythons réticulés se sont séparés d’eux-mêmes selon leur couleur juste après l’éclosion.

– Publicité –

N° 22 – Un renne (Rangifer Tarandus) présentant des bois qui perdent leur velours, en Amérique du Nord.

N° 23 – Une ruche construite autour de carillons éoliens chez un ami.

N° 24 – Le rondeau mouton a des dents ressemblant à celles des humains.

N° 25 – La mouche sans ailes Penicillidia se fixe à la tête d’une chauve-souris et ne la quitte jamais.

N° 26 – Ce gecko à trois queues.

N° 27 – Une souris sur mon porche qui porte la tête de son ennemie vaincue.

N° 28 – Un éboulement à Taïwan.

https://bridoz.com/