Le Saviez-Vous ► 5 règles d’hygiène à respecter quand on a un chat ou un chien


Bien qu’avec un ou des animaux de compagnies soient agréables, il faut quand même penser a l’hygiène autant pour notre environnement dans lequel nous vivons que notre propre santé
Nuage

 

5 règles d’hygiène à respecter quand on a un chat ou un chien

 

 

 

Vous avez un ou plusieurs animaux de compagnie mais souhaitez garder un intérieur propre ? Ce n’est pas incompatible ! Voici tous nos conseils pour une hygiène irréprochable.

Avoir de bons produits d’entretiens

Lorsqu’on a un animal – voire plusieurs animaux – il ne faut pas avoir peur du ménage ! Les poils et les traces de pattes s’accumulent très vite, c’est pourquoi avoir de bons produits ménagers est indispensable. Attention, la javel est à éviter !

Passer l’aspirateur régulièrement 

Presque tous les chiens et chats perdent leurs poils, en plus ou moins grande quantité. Par mesure d’hygiène, vous devez passer l’aspirateur fréquemment, voire tous les jours si vous avez beaucoup d’animaux. Pour ce faire, oubliez le vieil aspirateur traîneau rangé dans le coin le plus inaccessible de votre maison !

Il vous faut au contraire un aspirateur d’une efficacité implacable pour aspirer les poils d’animaux ! Il doit être léger, pratique et rapide à vider, afin que vous puissiez le saisir en un coup de main à chaque fois que vous en aurez envie. Il doit être aussi performant sur toutes les surfaces, y compris les tapis, les assises comme les canapés, les fauteuils, la literie, sous les meubles et dans les moindres recoins de l’habitat.

Un aspirateur sans fil, avec une bonne autonomie (jusqu’à 60 minutes d’autonomie) et doté de plusieurs brosses motorisées (pour plus de puissance et de décollement des poussières et poils incrustés), est particulièrement recommandé. N’oubliez pas de laver régulièrement le bloc filtres pour que celui-ci reste efficace.

Changer vos draps

Si votre animal a le droit de monter sur votre lit, voire de dormir avec vous DANS le lit, il faut changer vos draps au moins une fois par semaine.

Quant aux tissus de votre mobilier (canapé, fauteuils…), vous pouvez les recouvrir de plaids, et changer ces plaids régulièrement.

Se laver les mains souvent

Pour garder une bonne hygiène tout en ayant des animaux, il faut penser à soi : lorsqu’un animal vous lèche, il dépose des milliers de bactéries sur vous. Cela ne veut pas forcément dire qu’il vous rendra malade, mais il faut toutefois vous laver les mains souvent par mesure de précaution. Vous n’aimeriez pas vous faire lécher les mains ou ramasser les déjections de votre chien juste avant de faire la cuisine, n’est-ce pas ?

De même, après avoir caressé votre animal, mieux vaut vous laver les mains car les poils de votre chat ou de votre chien contiennent de nombreuses impuretés.

Et si vous êtes enceinte, veillez à vous laver les mains après avoir nettoyé la litière de votre chat !

Faire attention aux enfants

Si vous avez des enfants, veillez à leur laver les mains et/ou la figure lorsqu’ils sont en contact avec vos animaux. Les enfants en bas-âge, qui ont l’habitude de tout mettre à la bouche, doivent être particulièrement surveillés.

Si vous avez un bébé qui marche à quatre pattes, prévoyez un parc ou délimitez une zone à laquelle votre chien n’aura pas accès.

Par Elisa Gorins

https://wamiz.com/

Une « bande dessinée » datant de l’époque romaine trouvée dans un tombeau en Jordanie


Une découverte hors du commun dans un tombeau d’époque romaine en Jordanie. Sur les murs plus de 200 personnages ainsi que plusieurs bulles comme dans les bandes dessinées pour raconter l’histoire de la fondation d’une cité antique
Nuage

 

Une « bande dessinée » datant de l’époque romaine trouvée dans un tombeau en Jordanie

 

Deux tailleurs de pierre à l’œuvre, accompagnés de petits textes. Ces inscriptions font toute l’originalité de la riche iconographie de ce tombeau car elles semblent jouer le même rôle que les bulles dans les bandes dessinées. © CNRS, Hisoma

Deux tailleurs de pierre à l’œuvre, accompagnés de petits textes. Ces inscriptions font toute l’originalité de la riche iconographie de ce tombeau car elles semblent jouer le même rôle que les bulles dans les bandes dessinées. © CNRS, Hisoma

 

    Dans un tombeau datant de l’Antiquité romaine exhumée en Jordanie, de somptueuses peintures murales content les aventures de centaines de personnages. Elles ressemblent étrangement à une bande dessinée qui, d’après les archéologues, raconterait le mythe de la fondation de l’ancienne cité de Capitolias.

    Dieux et humains, accompagnés d’animaux, se bousculent sur les murs peints d’un antique tombeau exhumé en Jordanie, dans la ville de Bayt Ras. La prudence et le secret entourent ce site exceptionnel, découvert par hasard en 2016 lors de travaux de voirie. Depuis, une équipe internationale d’archéologistes, dont font partie des chercheurs du laboratoire d’Histoire et sources des mondes antiques (Hisoma), a été chargée des fouilles par le Département des antiquités de Jordanie. Ils ont la tâche passionnante d’interpréter les illustrations présentes dans ce tombeau.

    Extrêmement bien préservé, le tombeau de 52 m² abrite deux chambres funéraires et un très grand sarcophage en basalte. Les illustrations, recouvrant les murs et le plafond de la salle principale, abordent toutes sortes de thématiques, allant des scènes champêtres les plus banales – des paysans labourant la terre ou cueillant des fruits – à celles, plus frappantes, représentant des divinités. Elles évoquent des activités de la vie quotidienne et la mythologie de la cité, Capitolias, qui s’élevait là à l’époque.

    Le saviez-vous ?

    Ville grecque dans l’Empire romain d’Orient, Capitolias a été fondée à la fin du Ier siècle de notre ère. Elle faisait partie d’une région appelée Décapole regroupant une dizaine de cités aux alentours. Elle constituait un pôle commercial et culturel important.

    Ainsi, une peinture tout à fait hors du commun dans l’iconographie gréco-romaine fait figurer des bûcherons coupant des arbres avec l’aide des dieux. Dans une autre scène, ces derniers en plein banquet savourent les offrandes apportées par les mortels. La peinture centrale montre un sacrifice en leur honneur. Mentionnons encore une grande illustration consacrée à l’édification d’une muraille, un médaillon présentant les signes du zodiaque et les planètes autour d’un quadrige (un char antique), ainsi que des illustrations du Nil et du monde aquatique.

    Dans un communiqué de presse, les archéologues précisent que l’iconographie du tombeau est extraordinaire en raison, d’une part, de la profusion de personnages : ils sont 260, humains et dieux confondus.

    « Des personnages faisant penser à des architectes ou à des contremaîtres côtoient des ouvriers […], des tailleurs de pierre ou des maçons qui montent des murs », énumère Julien Aliquot, chercheur au laboratoire Hisoma, dans des propos rapportés par le CNRS. « Ce fourmillement de personnages compose un récit qui s’ordonne de part et d’autre du tableau central; ce dernier représentant un sacrifice offert par un officiant aux divinités tutélaires de Capitolias », explique -t-il.

D’autre part, la seconde particularité du tombeau réside dans les inscriptions accompagnant les dessins. Dans la scène montrant l’édification d’une muraille, une soixantaine de textes flottent en effet aux côtés des personnages, expliquant leurs actions de manière parfois amusante. L’un déclare par exemple « Je casse une pierre », tandis qu’un autre s’exclame « Hélas pour moi ! Je suis mort ! ».

Écrits en araméen, la langue locale, tout en utilisant l’alphabet grec, « [ces] inscriptions s’apparentent à des bulles de bande dessinée, parce qu’elles décrivent les actions des personnages, qui parlent en expliquant ce qu’ils sont en train de faire. Ce qui est, là encore, exceptionnel », souligne Jean-Baptiste Yon, chercheur à Hisoma.

Une iconographie rarissime illustrant l’histoire de la cité

D’après les archéologues, les diverses scènes mentionnées précédemment relateraient les différentes étapes du mythe de la fondation de la cité de Capitolias : consultation des dieux lors d’un banquet pour décider de la localisation, défrichage du terrain où sera érigée la cité, construction d’une muraille, et pour finir, remerciements aux dieux après la fondation de la cité. Ce thème, rarissime dans l’iconographie antique, constitue la troisième et dernière particularité de ce tombeau.

Cette vidéo présente la découverte du tombeau. Elle est en anglais. © Usaid Schep, Youtube

Les archéologues estiment même pouvoir répondre à une question qui brûle certainement toutes les lèvres : qui gît dans le sarcophage ? 

« Selon notre interprétation, le personnage enseveli dans le tombeau a toutes les chances d’être […] le fondateur de la cité », déclare dans le communiqué du CNRS, Pierre-Louis Gatier, l’un des chercheurs du laboratoire Hisoma ayant participé aux fouilles. Le site a d’ailleurs été surnommé le « Tombeau du fondateur ».

L’étude de ce tombeau exceptionnel est toujours en cours et permettra peut-être aux archéologues d’identifier avec certitude la personne qui y est enterrée.

« Son nom n’est pas encore connu », précise Pierre-Louis Gatier, « mais il pourrait être gravé sur le linteau de la porte qui reste à dégager ».

Les résultats des fouilles devraient être dévoilés en janvier 2019, à l’occasion du 14eCongrès international d’histoire et d’archéologie de Jordanie.

CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Une iconographie d’une richesse exceptionnelle a été découverte dans un tombeau d’époque romaine mis au jour en Jordanie.
  • Les peintures murales de ce tombeau sont hors du commun car elles mettent en scène plus de de 200 personnages, dont certains sont accompagnés de petits textes descriptifs, écrits en araméen, similaires à des bulles de bande dessinée. En outre, toutes ces illustrations semblent raconter l’histoire de la fondation d’une cité antique appelée Capitolias.

https://www.futura-sciences.com/

Dans la toundra, les plantes poussent plus vite et plus haut, mais ce n’est pas une bonne nouvelle !


L’Arctique a une végétation qui pousse plus vite et cela n’aide en rien pour l’environnement qui est en plein changement climatique.
Nuage

 

Dans la toundra, les plantes poussent plus vite et plus haut, mais ce n’est pas une bonne nouvelle !

 

Permafrost pergélisol

Crédits : Wikimedia Commons / Brocken Inaglory

par Brice Louvet

L’Arctique abrite de nombreuses espèces d’arbustes et de plantes qui jouent un rôle essentiel dans le cycle du carbone sur Terre. Seulement depuis une trentaine d’années, la végétation pousse plus vite et plus haut en raison du réchauffement de la planète. Et ce n’est pas une bonne nouvelle.

Vous retrouverez la toundra en Alaska, au Canada, en Europe du Nord et en Sibérie. Si ces espaces nous paraissent constamment recouverts de neige, ils abritent pourtant des centaines d’espèces de végétaux très résistants, qui jouent un rôle essentiel dans le cycle du carbone terrestre. Mais la machine pourrait bien être enrayée. Depuis 30 ans, les plantes et arbustes poussent en effet plus vite que prévu en raison du réchauffement climatique.

« Si les plantes plus hautes continuent de pousser au rythme actuel, la hauteur de la communauté végétale pourrait augmenter de 20 à 60 % d’ici la fin du siècle », note Isla Myers-Smith, de la Faculté de géosciences de l’Université d’Édimbourg (Royaume-Uni) et principale auteur de l’étude publiée dans Nature.

Et c’est un gros problème. « Le réchauffement rapide du climat dans les régions arctiques entraîne des changements dans la structure et la composition des communautés végétales, avec des conséquences importantes sur le fonctionnement de cet écosystème vaste et sensible, explique de son côté Anne Bjorkman, du Centre de recherche sur la biodiversité et le climat de Senckenberg (BiK-F) à Francfort (Allemagne). Et le pergélisol situé sous les latitudes septentrionales contient 30 à 50 % du carbone du sol mondial ».

Un déséquilibre s’installe donc, entraînant un cercle vicieux potentiellement dommageable pour l’ensemble de la planète.

« Les plantes plus hautes capturent plus de neige, ce qui isole le sol sous-jacent et l’empêche de geler aussi rapidement en hiver, poursuit la chercheuse. Une augmentation des plantes plus hautes pourrait accélérer le dégel de cette banque de carbone gelée, et entraîner une augmentation des émissions de gaz à effet de serre (les sous-sols arctiques abritant une très grande quantité de carbone) ».

En restant au-dessus du manteau neigeux, les plantes ont également pour effet d’assombrir la surface, tandis que la neige reflète la lumière du Soleil. Cela implique donc plus de chaleur absorbée, et donc plus d’énergie pour les végétaux qui continuent de pousser.

Source

https://sciencepost.fr/

Une petite fille découvre une épée de 1.500 ans dans un lac suédois


Partir en vacances dans son pays d’origine, c’est une aventure pour des enfants, mais qu’en plus on fait une découverte digne des grands explorateurs, C’est ce qui est arriver à une jeune fille de 8 ans elle à trouver une épée vieille de 1.500 ans
Nuage

 

Une petite fille découvre une épée de 1.500 ans dans un lac suédois

 

Alors qu’elle jouait dans un lac en Suède cet été, la petite Saga Vanecek, huit ans, a découvert une épée datant de l’âge de fer.

© Andy Vanecek.

Saga Vanecek, une petite fille américano-suédoise de 8 ans a fait une découverte exceptionnelle cet été lors de ses vacances en Suède. Alors qu’elle jouait dans le lac Vidöstern, situé dans le sud du pays, elle est tombée par hasard sur une vieille épée. 

« J’étais dans l’eau, en train de jeter des bâtons et des pierres le plus loin possible lorsque j’ai trouvé une sorte de bâton bizarre. Je l’ai ramassé et j’allais le remettre à l’eau mais je me suis rendu compte qu’il avait une poignée, un bout pointu et qu’il était tout rouillé. Je l’ai tenu en l’air et j’ai crié: ‘Papa, j’ai trouvé une épée!' », a raconté Saga Vanecek au journal suédois The Local.

Selon les experts du musée Jönköpings Läns Museum, l’objet aurait 1.500 ans et remonterait au 5ème ou 6ème siècle de notre ère, avant l’Âge des Vikings

« L’épée mesure environ 85 cm de long et est entourée de bois et de métal », a expliqué Mikael Nordström. « Nous avons hâte de voir les conservateurs du musée se mettre à l’oeuvre et découvrir les détails de cette épée ». 

Suite à la découverte de Saga, les archéologues ont fouillé le lac ont retrouvé une broche ainsi qu’une pièce de monnaie datant du 18ème siècle. 

L’épée a incité les équipes, y compris le personnel du musée, à effectuer d’autres recherches dans la région. Le premier a été trouvé lors de la deuxième recherche, mercredi, était une pièce de monnaie du 18ème siècle.

Ce Roumain prétend être le fils de Dracula et le prouve en buvant du sang


Il croit qu’il est le fils de Dracula, pas son descendant, mais qu’en rêve Dracula lui-même lui aurait dit. Au moins, les « vampires » d’aujourd’hui boivent le sang de ceux qui sont volontaires.
Nuage

 

Ce Roumain prétend être le fils de Dracula et le prouve en buvant du sang

Crédits : Andreas Bathory/Facebook

par  Dylan Kuperblum

L’homme, Andreas Bathory, originaire de Roumanie, prétend que les vampires existent, et qu’il en est un. 

Dans une interview donnée au Sun le 1er octobre, il explique avoir été approché par Dracula :

« Il est apparu dans un des mes rêves, il y a quatre ans. Il m’a appelé “Mon fils”. Le lendemain, j’ai fait un sacrifice à l’endroit ou il avait été tué, et il m’a dit : “Ta vie changera à jamais.” Ce fut le cas. »

Il avoue tout de même qu’il ne pense pas être le descendant direct de Dracula, mais plutôt avoir été choisi pour « transmettre son message et ses traditions à la nouvelle génération ». 

Il vient d’ailleurs d’être élu à la tête de l’Ordo Dracul Coven, un groupe qui prétend exister depuis l’assassinat du comte Dracula en 1477.

Crédits : Andreas Bathory/Facebook

Loin des images sanglantes du vampire qui se jette au cou de sa future victime, Bathory avance que dans leur cas, les donneurs de sang sont des volontaires, qu’ils surnomment les cygnes noirs. 

« Vous seriez surpris du nombre de personnes qui s’offrent librement à vous si vous leur faites savoir que vous êtes un vampire. Les gens s’offrent à nous de leur plein gré pour comprendre les vampires et notre énergie », explique-t-il.

Lorsqu’il ne s’abreuve pas, Andreas Bathory aurait tout d’un homme normal. À en croire son compte facebook, il serait créateur de mode, psychologue éducatif mais aussi ancien directeur artistique dans une école de musique… Lorsqu’il sort la tenue de vampire, par contre, il devient organisateur d’événements au château de Dracula, où il organise des « camps mystiques ». S’il veut se sentir « mort » et méditer, Bathory dort dans un cercueil qu’il considère comme un refuge, particulièrement quand des haters le critiquent parce qu’il boit du sang. Selon lui, « ils sont juste jaloux ». Ça doit être ça.

Source : The Sun

https://www.ulyces.co/

Les chiens manifestent contre le Brexit


Je ne sais pas trop les implications du Brexit, mais chose de certain, il y a des pour et des contres de plus le référendum était quand même assez serré. Pour essayer de faire revenir en arrière le Brexit, des chiens vont se présenter au parlement à Londres avec leur maitre pour demander un 2e référendum. Une chose de sûr, c’est qu’ils ont quand même trouver l’idée pour attirer les gens
Nuage

 

Les chiens manifestent contre le Brexit

 

Photo tirée de Facebook

Un «Ouaferendum» se déroulera dimanche à Londres devant le Parlement, où quelques milliers de chiens (et leurs maîtres) doivent manifester leur opposition à la sortie du Royaume-Uni de l’UE et réclamer un second référendum.

«Nous voulons créer le plus grand aboiement du monde», a expliqué dans un communiqué l’auteur de l’initiative, Daniel Elkan, capitalisant sur l’amour immodéré des Britanniques pour leurs animaux domestiques afin de tenter de bloquer le Brexit.

Avec ce mouvement «par les chiens, pour les humains», il espère rassembler 4 à 5 000 chiens qui défileront dans le centre de la capitale pour rallier le Parlement et remettre à Downing street, les bureaux de la Première ministre conservatrice Theresa May, une pétition dans laquelle les signataires réclament un nouveau référendum sur le Brexit.

Les pétitionnaires ont mis sur Youtube une vidéo, «The Wooferendum is coming» («le Ouaferendum arrive»), figurant divers chiens qui expriment leur point de vue sur la question à l’aide de pancartes.

«Nous savons que le Brexit sera désastreux pour les humains mais il pourrait s’avérer tout aussi nocif pour nos animaux de compagnie», affirme Dominic Dyer, un des organisateurs du Ouaferendum.

Pénurie de vétérinaires, hausse du prix des soins et des aliments ou fin du passeport européen pour les animaux… il va jusqu’à brosser le noir scénario d’une récession obligeant par manque de moyens les propriétaires à abandonner leurs animaux à des refuges débordés.

Le Brexit a été voté par 52% des Britanniques en juin 2016 et doit entrer en vigueur le 29 mars prochain. Ses détracteurs demandent l’organisation d’un second référendum sur le résultat des négociations avec l’UE, encore inachevées, dans l’espoir de renverser la décision.

http://journalmetro.com/