Ces kata­nas sont forgés à partir de météo­rites


Des katanas sont des sabres japonais. Il y a 130 ans, un samouraï a acheté une pierre tombée du ciel. Puis travailler par un forgeron, les lames des katanas sont vraiment jolies.
Nuage


Ces kata­nas sont forgés à partir de météo­rites


par  Nicolas Pujos

Il y a près de 130 ans, un samou­raï du nom d’Eno­moto Takeaki a utilisé une météo­rite pour fabriquer les lames de ses kata­nas. On peut aujourd’­hui en voir un spéci­men excep­tion­nel au musée des sciences de Toyama, au Japon.

À la fin du XIXe siècle, Enomoto Takeaki a acheté une pierre dont la véri­table nature, une météo­rite, avait été décou­verte en 1895 par des géologues. Le célèbre samou­raï a demandé à un forge­ron d’en tirer des lames. Deux grandes lames sont deve­nues des épées et trois lames plus courtes des kata­nas, dont l’un est exposé au musée de sciences de Toyama.

Les cinq lames sont appe­lées « Ryuseito », ce qui se traduit litté­ra­le­ment par « sabres de comète ». Leur compo­si­tion provient d’un alliage de 70 % de fer météo­rique et de 30 % de tama­ha­gane, un métal riche en sable utilisé dans le katana ordi­naire. Des vagues se dessinent sur les lames grâce à des tempé­ra­tures de forgeage très supé­rieure à la normale.

Source : Musée des sciences de Toyama

https://www.ulyces.co/

e

En Espagne, une épée vieille de 3200 ans retrou­vée figée dans la pierre



Une épée trouvée en Espagne qui n’est pas très jeune. Elle a plus de 3 000 ans, et a pu rester en bon état en étant figé dans la pierre. Le manche de l’épée était décoré, ce qui laisse croire qu’elle aurait appartenu à une personne riche
Nuage


En Espagne, une épée vieille de 3200 ans retrou­vée figée dans la pierre


Crédits : Diario de Mallorca

par  Nicolas Pujos

En Espagne, une épée vieille de 3200 ans vient d’être retrou­vée figée dans la pierre, rela­tait le média spécia­lisé Archeo­logy Network le 18 septembre.

C’est dans la ville de Puig­pu­nyent, située dans les Baléares, que les archéo­logues Jaume Deya et Pablo Galera ont décou­vert une épée datant de 1200 ans avant Jésus Christ sur le site archéo­lo­gique de Talaiot del Serral de ses Abelles.

Six épées ont déjà été retrou­vées sur l’île de Majorque, mais aucune ne possé­dait ces carac­té­ris­tiques. Son manche décoré symbo­li­se­rait le pouvoir ou la richesse du proprié­taire de l’objet, certai­ne­ment issu d’une famille aris­to­cra­tique de culture talayo­tique (culture qui s’est déve­lop­pée à Majorque pendant l’âge du bronze).

Le site archéo­lo­gique de Talaiot del Serral de ses Abelles avait déjà fait l’objet de fouilles partielles dans les années 1950 par l’his­to­rien Guillem Rossello Bordoy, sans qu’au­cun objet ne puisse être déterré.

Source : Archeo­logy Network

https://www.ulyces.co/news/

Il a décou­vert l’épée d’un Templier au fond d’une mysté­rieuse grotte


Il y a 35 ans, un anglais a trouvé une épée dans une grotte. Il la gardait sur le bord de sa fenêtre chez lui. Puis, il s’est décidé de le montrer à des experts pour l’analyser. Une épée qui a appartenu à un Templier. C’est en fin du compte, une belle trouvaille.

Nuage


Il a décou­vert l’épée d’un Templier au fond d’une mysté­rieuse grotte


par  Suzanne Jovet

Dans les profon­deurs des grottes de Cayn­ton, Mark Lawton a aperçu le pommeau d’une épée sortant du sable. C’était en 1985 au nord-ouest de Birmin­gham, en Angle­terre

Cette décou­verte déjà incroyable s’est révé­lée l’être encore plus près de 35 ans plus tard. Car d’après les experts qui ont enfin pu l’exa­mi­ner, il s’agi­rait de l’arme d’un cheva­lier de l’Ordre des Templiers, rappor­tait la BBC le 21 juin.

Pendant plus de trois décen­nies, Mark Lawton a laissé l’épée sur le rebord d’une fenêtre de sa maison. Mais fina­le­ment, curieux de savoir ce qu’elle pouvait bien valoir, le profes­seur a envoyé sa vieille trou­vaille aux commis­saires-priseurs locaux pour qu’elle soit évaluée. Caro­line Dennard, du Halls Fine Art à Shrews­bury, a daté l’épée au XIIIe siècle.

Selon elle, elle a proba­ble­ment appar­tenu à un Templier, car le réseau de gale­ries souter­raines dans lesquelles elle a été retrou­vée était utilisé par les cheva­liers de l’Ordre pour tenir des réunions secrètes.

« Sur le plan stylis­tique, cela corres­pond tout à fait aux autres épées des Templiers que j’ai pu voir », a-t-elle déclaré.

Des experts du Shrop­shire Coun­cil et du British Museum l’exa­minent à présent à leur tour pour ache­ver de l’au­then­ti­fier. Elle est esti­mée aux alen­tours de 1600 euros.

« Je la vendrai proba­ble­ment. Ma femme a toujours eu un mauvais pres­sen­ti­ment avec cette épée », a déclaré Mark Lawton.

Indiana Jones est trop vieux pour ces conne­ries.

Source : BBC

https://www.ulyces.co/

Ce couple de chas­seurs de trésors danois a déterré une épée tran­chante vieille de 3000 ans


J’imagine la fébrilité de ce couple quand ils ont trouvé cette épée datant des Vikings, une époque que les épées étaient plutôt rare et symbolisait un statut élevé
Nuage

 

Ce couple de chas­seurs de trésors danois a déterré une épée tran­chante vieille de 3000 ans

 

Crédits : Musée Vestsjæl­land

par  Ulyces

 

Alors qu’ils se prome­naient tranquille­ment dans un champ non loin de la petite ville de Svebølle, dans l’est du Dane­mark, le détec­teur de métaux de Ernst Chris­tian­sen et Lis Ther­kel­sen a soudain émis des sons insis­tants. Fébrile, le couple danois a creusé sur envi­ron 30 centi­mètres de profon­deur à l’en­droit indiqué pour déter­rer une épée vieille de 3 000 ans, qui n’a presque rien perdu de son tran­chant, rappor­tait The Epoch Times le 19 décembre dernier.

Présa­geant le carac­tère incroyable de leur décou­verte, Chris­tian­sen et Ther­kel­sen ont contacté le Musée Vestsjæl­land. Le conser­va­teur du musée, Arne Hede­gaard Ander­sen, a immé­dia­te­ment fait le dépla­ce­ment pour iden­ti­fier l’objet qu’ils n’avaient pas complè­te­ment sorti de terre. Ander­sen a ensuite daté l’épée et établi que celle-ci était anté­rieure de mille ans à l’époque des Vikings.

Crédits : Musée Vestsjæl­land

Le Musée a confirmé dans un commu­niqué le remarquable état de conser­va­tion de cet arte­fact long de 82 centi­mètres, bien que sa poignée de cuir ait disparu depuis long­temps. Il précise égale­ment qu’à l’époque, les épées étaient extrê­me­ment rares et que les haches étaient plus souvent utili­sées au cours des combats. En effet, plus que des armes, les épées étaient consi­dé­rées comme un symbole du statut élevé de leur proprié­taire. Celui à qui celle-ci appar­te­nait n’a pas encore été iden­ti­fié.

En atten­dant d’être plus ample­ment étudiée, l’épée est expo­sée au musée de Kalund­borg.

Source : The Epoch Times

https://www.ulyces.co

Un trésor du XVIIIe siècle retrouvé dans le Danube


Le Danube a connu une grande sécheresse que son niveau d’eau est très bas, ce qui a causé des problèmes de navigations. Cependant, ils ont découvert un trésor dans une épave, ils se dépêchent à remonter le tout avant une montée des eaux prévus.
Nuage

 

Un trésor du XVIIIe siècle retrouvé dans le Danube

© afp.

Des archéologues ont découvert un trésor de quelque 2.000 pièces d’or et d’argent à bord d’une épave gisant au fond du Danube depuis le 18e siècle et révélée par le niveau exceptionnellement bas des eaux du fleuve, ont-ils annoncé jeudi.

« Environ 2.000 pièces de monnaie ont été trouvées, ainsi que des armes, piques, boulets de canon, épées et autres sabres », a confié à l’agence MTI Katalin Kovacs, archéologue au Centre du musée Ferenczy de Szentendre, près de Budapest.

Les archéologues sur place

La découverte s’est produite cette semaine à Erd, au sud de Budapest, où les archéologues travaillaient jeudi d’arrache-pied pour extraire un maximum d’éléments avant une imminente remontée des eaux, a constaté un photographe de l’AFP.

Sécheresse

Comme plusieurs autres cours d’eau d’Europe, le Danube est au plus bas après un long épisode de sécheresse. Son niveau est tombé à 38 cm à Budapest, un record historique qui affecte la navigation fluviale.

Pièces d’or et d’argent

Le trésor d’Erd a été trouvé à bord de l’épave d’un navire commercial dont la nationalité doit encore être déterminée, on indiqué les archéologues. Il comprend des pièces d’or et d’argent, dont des ducas et des pennies.

Pièces étrangères

« Les pièces sont à 90% étrangères et datent de 1630 à 1743 », a précisé l’archéologue Balazs Nagy à la radio privée Klub, soulignant qu’elles avaient été frappées aux « Pays-Bas, en France, à Zurich, ou encore au Vatican ».

Remontée des eaux

Les archéologues sont assistés dans leur travail par des plongeurs et des drones afin d’extraire le plus de matériaux possible alors qu’une forte remontée du niveau des eaux est attendue à partir de samedi.

Pont François-Joseph

Le niveau bas du fleuve a déjà mené à la mise au jour de débris de l’ancien pont François-Joseph de Budapest, détruit pendant la Seconde guerre mondiale, ainsi que d’une bombe américaine de la même époque.

https://www.7sur7.be/

Une petite fille découvre une épée de 1.500 ans dans un lac suédois


Partir en vacances dans son pays d’origine, c’est une aventure pour des enfants, mais qu’en plus on fait une découverte digne des grands explorateurs, C’est ce qui est arriver à une jeune fille de 8 ans elle à trouver une épée vieille de 1.500 ans
Nuage

 

Une petite fille découvre une épée de 1.500 ans dans un lac suédois

 

Alors qu’elle jouait dans un lac en Suède cet été, la petite Saga Vanecek, huit ans, a découvert une épée datant de l’âge de fer.

© Andy Vanecek.

Saga Vanecek, une petite fille américano-suédoise de 8 ans a fait une découverte exceptionnelle cet été lors de ses vacances en Suède. Alors qu’elle jouait dans le lac Vidöstern, situé dans le sud du pays, elle est tombée par hasard sur une vieille épée. 

« J’étais dans l’eau, en train de jeter des bâtons et des pierres le plus loin possible lorsque j’ai trouvé une sorte de bâton bizarre. Je l’ai ramassé et j’allais le remettre à l’eau mais je me suis rendu compte qu’il avait une poignée, un bout pointu et qu’il était tout rouillé. Je l’ai tenu en l’air et j’ai crié: ‘Papa, j’ai trouvé une épée!' », a raconté Saga Vanecek au journal suédois The Local.

Selon les experts du musée Jönköpings Läns Museum, l’objet aurait 1.500 ans et remonterait au 5ème ou 6ème siècle de notre ère, avant l’Âge des Vikings

« L’épée mesure environ 85 cm de long et est entourée de bois et de métal », a expliqué Mikael Nordström. « Nous avons hâte de voir les conservateurs du musée se mettre à l’oeuvre et découvrir les détails de cette épée ». 

Suite à la découverte de Saga, les archéologues ont fouillé le lac ont retrouvé une broche ainsi qu’une pièce de monnaie datant du 18ème siècle. 

L’épée a incité les équipes, y compris le personnel du musée, à effectuer d’autres recherches dans la région. Le premier a été trouvé lors de la deuxième recherche, mercredi, était une pièce de monnaie du 18ème siècle.

Le Saviez-Vous ► En Italie, une épée dans un rocher attend toujours l’élu qui pourra l’en retirer


Le roi Arthur avait son excalibur, l’Italie aussi aurait son épée légendaire d’un chevalier qui a laissé sa richesse à enfoncé son épée dans un rocher pour se consacrer dès lors à Dieu
Nuage

 

En Italie, une épée dans un rocher attend toujours l’élu qui pourra l’en retirer

 

par  Nicolas Pujos

 

À la fin du XIIe siècle près de Sienne, le chevalier italien Galgano Guidotti enfonce son épée dans un rocher pour prouver qu’il délaisse ses richesses afin de consacrer sa vie à Dieu.

Selon le Guardian, la légende raconte que personne n’est parvenu à l’extraire du rocher depuis… ça ne vous rappelle rien ?

« L’Excalibur d’Italie », la « légendaire épée dans la pierre » attise la curiosité depuis la fin du XIIe siècle. Près de Sienne, un seigneur féodal, Galgano Guidotti excelle au combat. Ses qualités de guerrier lui valent richesse et reconnaissance ; son comportement s’en ressent. Qualifié d’arrogant et de violent, Guidotti ne se doute pas qu’une apparition divine va changer le cours de son existence.

La légende raconte que Guidotti eut la vision de l’Archange Michel, qui lui demanda de consacrer sa vie à Dieu en abandonnant ses richesses. Peu enclin à s’y résoudre, Guidotti lui rétorqua que ce changement de vie serait aussi difficile que de fendre une pierre. Il s’élança et, à sa grande surprise, son épée traversa la pierre sans résistance.

Mort en 1185, il fut canonisé par le pape Lucius III. Peu après, la chapelle San Galgano de Montesiepi, du nom de la colline sur laquelle Guidotti aurait rencontré les 12 Apôtres, fut construite autour du rocher contenant l’épée.

À ce jour, la légende se perpétue puisque personne n’a pu extraire l’épée. Une paire de mains momifiées est exposée dans la chapelle. Elles auraient appartenu à un voleur, que la rumeur dit envoyé par le Diable. Des loups se seraient chargés de contrecarrer les plans du bandit…

Naturellement, des doutes sur la véracité de ce récit sont apparus au cours des années. Pourtant, des analyses récentes attestent que le style de l’épée et le métal utilisé pour forger la lame sont bien ceux qui avaient cours au XIIe et XIIIe siècle.

Source : The Guardian

http://www.ulyces.co