A l’aide d’un drone, des experts découvrent le quai où le bateau de Charles Darwin aurait été démantelé


Le HMS Beagle a été construit à la demande de la Royal Navy en 1818 et démantelé en 1870. Il a fait 3 expéditions. Charles Darwin a participé à la 2e expédition qui a visité entre autres les îles Galapagos. On croit avoir trouvé l’endroit ou le Beagle où il a été démantelé grâce à un drone et des informations sur des travaux fait par des universités.
Nuage


A l’aide d’un drone, des experts découvrent le quai où le bateau de Charles Darwin aurait été démantelé


A l'aide d'un drone, des experts découvrent le quai où le bateau de Charles Darwin aurait été démantelé© Wessex Archaeology

Par Sébastien Rouet

Un drone a permis d’identifier le quai où aurait été démantelé le bateau de Charles Darwin, le HMS Beagle. Mais aucune pièce du bateau n’a pour le moment été révélée.

C’est un mystère vieux de 150 ans. Où se trouvent les restes du HMS Beagle, le célèbre bateau de Charles Darwin ? Il semblerait qu’un premier élément de réponse ait été donné par l’équipe de Wessex Archaeology.

Cet important organisme privé d’archéologie du Royaume-Uni a découvert le quai où aurait été démantelé le bateau, sur les vasières de la rivière Roach dans l’Essex. Selon plusieurs études, ce serait sur ce site que le HMS Beagle aurait passé ses derniers jours.

Un drone équipé d’une caméra spéciale qui capte la lumière rouge, verte, infrarouge et proche infrarouge, a permis de dessiner les contours du quai. Plus précisément, les équipes de Wessex Archeology ont effectué leur travail sur un principe de croissance différentielle. Une analyse partant de l’idée que les éléments enfouis ont des conséquences sur le développement de la flore.

Image du drone ayant permis d’identifier les contours du quai – Wessex ArchaeologyImage du drone ayant permis d’identifier les contours du quai – Wessex Archaeology

L’appareil a sillonné la région au large de Paglesham, près de Southend-on-Sea. La zone de recherche n’a évidemment pas été choisie au hasard. Elle s’appuyait déjà sur des travaux menés par l’Université de St Andrews en 2003 ainsi que de l’Université de Southampton.

Des restes ont par ailleurs été retrouvés sur le site. Mais personne ne sait de quoi il s’agit. Si le navire a probablement été démantelé sur le quai, une grande partie du matériel aurait été emporté et réutilisé ailleurs, a précisé M. Dan Atkinson, directeur de l’archéologie côtière et marine pour Wessex Archaeology.

Mais là encore rien n’est sûr, alors que Historic England, qui a mandaté la mission, fait poursuivre les recherches dans la région avant le bicentenaire de la mise à l’eau du navire.

Un bateau historique

Le HMS Beagle était un bateau de la Royal Navy. Commandé le 18 juin 1818, il est pour la première fois mis à l’eau le 11 mai 1820, sur la Tamise. Le navire participera à trois expéditions. Il a notamment contribué à l’étude des eaux à l’extrême sud de l’Amérique du Sud, raison pour laquelle il donnera son nom au canal séparant plusieurs îles de l’archipel de la Terre de Feu.

Le HMS Beagle dans le détroit de Magellan – Historic England

Charles Darwin a pris part deuxième grand voyage, entre 1831 et 1836, qui ciblait la côte sud-américaine et les îles Galápagos. Le naturaliste raconte cette expédition dans le livre Le Voyage du Beagle, publié en 1839. Un voyage et des découvertes qui l’ont mené à sa théorie de la sélection naturelle.

Après son troisième et dernier voyage exploratoire, le Beagle devient un navire de surveillance statique en 1845. Il est alors chargé de contrôler la contrebande au-delà de la rive nord de la Tamise. Le bateau est vendu en 1870 pour être démantelé.

https://www.geo.fr/

Selfie : Pete la fougère se prend en photo toutes les 20 secondes


Prendre un égoportrait à toutes les 20 secondes, c’est assez prétentieux, enfin pour une personne, mais une plante, c’est étonnant. C’est en effet une fougère qui se prend toute seule et est très présente sur les réseaux sociaux. Cependant, elle participe à une recherche pour une pile à combustible microbiennes. Quand elle grandit, elle nourrit les bactéries qui produisent de l’énergie à la pile.
Nuage


Selfie : Pete la fougère se prend en photo toutes les 20 secondes

Nathalie Mayer

Journaliste

Une fougère surnommée Pete est la première plante au monde à avoir pris un selfie. Mais que Pete devienne une star des réseaux sociaux, ce n’est pas l’objectif des chercheurs à l’origine de cette grande première. Ils affirment s’être littéralement branchés à la nature dans le but de mieux protéger la faune et la flore mondiale.

La mode des selfies semble décidément ne plus épargner personne. Même Pete, une banale fougère qui vit au zoo de Londres (Royaume-Uni), s’est laissé aller dernièrement à se prendre elle-même en photo. Depuis, elle n’arrête plus. Et prend aujourd’hui des selfies à une cadence d’un toutes les vingt secondes.

Mais ce n’est pas pour briller sur les réseaux sociaux. C’est plutôt dans le cadre de travaux de recherches menés par des scientifiques de la Zoological Society of London (Royaume-Uni). Des travaux qui portent sur les piles à combustible microbiennes.

Le selfie pris par Pete n'est tout de même pas de la plus grande qualité. © Zoological Society of London

Le selfie pris par Pete n’est tout de même pas de la plus grande qualité. © Zoological Society of London

Un appareil alimenté par la nature

En effet, en grandissant, les plantes produisent naturellement de la matière biologique qui peut venir alimenter des bactéries présentes dans les sols et capables à leur tour de produire une énergie utile à une pile à combustible. 

« Contrairement à une batterie qui devrait être remplacée ou à un panneau solaire qu’il faudrait manuellement orienter vers la lumière, ce système repose sur la croissance naturelle d’une plante qui ne demande pas d’intervention humaine », explique Al Davis, chercheur à la Zoological Society of London.

Objectif : aider les chercheurs à mieux comprendre les milieux naturels difficiles d’accès. Comment ? En alimentant des caméras pièges et des capteurs divers rendus ainsi autonomes. Ils permettront de récolter des données de température, d’humidité ou de croissance, par exemple. De quoi mieux appréhender les effets notamment de la perte d’habitat et du changement climatique.

https://www.futura-sciences.com/

Une plante préhistorique pourrait se reproduire dans le nord de l’Europe pour la première fois de l’histoire de l’humanité



On constate les conséquences des changements climatiques, dont certaines sont surprenantes. Le Cycas du Japon fleuri dans de nombreux endroits qui ont un climat chaud à travers le monde. En Europe, cette plante était absente depuis 60 millions d’années. Avec le climat qui se réchauffe, cette plante semble vouloir se reproduire au Royaume-Uni
Nuage


Une plante préhistorique pourrait se reproduire dans le nord de l’Europe pour la première fois de l’histoire de l’humanité


cycas femelle male

Un cycas femelle (à gauche) et un cycas mâle. | Ventnor Botanic Garden

Julien Claudet

Les Cycadophytes sont en pleine reproduction à travers le monde, et elles pourraient être sur le point de se reproduire également au Royaume-Uni, pour la première fois de l’histoire de l’humanité. Les experts pensent que le changement climatique pourrait en être la cause.

Le Cycas du Japon (Cycas revoluta), une plante en forme de palmier de la famille des Cycadophytes, originaire des îles Nansei et des îles Ryūkyū au Japon, peut fleurir dans de nombreux endroits à travers le monde, mais elle ne se reproduit spontanément que dans des climats chauds. Cependant, dans le jardin botanique Ventnor sur l’île de Wight, au large de la côte sud de l’Angleterre, des cycas pourraient bien être sur le point de fleurir comme jamais auparavant.

Récemment, des cônes mâles et féminins sont apparus sur des Cycas revoluta (floraison), ce qui n’a jamais été vu auparavant au Royaume-Uni. Les botanistes locaux espèrent donc profiter de l’occasion pour faire se reproduire les plantes en effectuant un transfert de pollen. Il faut savoir que les cycas sont des plantes arborescentes : elles se présentent sous forme d’arbre.

« Fait intéressant : à l’époque, les cycas vivaient dans la région qui allait devenir l’île de Wight, des fossiles de cycas ont été découverts dans les falaises de la côte ouest de Wight », a écrit Liz Walker, du jardin botanique, dans un communiqué publié sur leur site web. « Par conséquent, les cycas sont absents de la région depuis 120 millions d’années ».

« Cela peut être considéré comme une preuve supplémentaire, provenant du règne végétal, du changement climatique en action », a-t-elle ajouté. « Ce type de plante ne pouvait certainement pas être considérée comme rustique au Royaume-Uni ; la récente vague de chaleur a contribué à la croissance de leurs cônes ».

Les experts pensent que les cycas sont absents du nord-ouest de l’Europe depuis environ 60 millions d’années, ce qui donne une idée de l’exception de l’événement, et montre bien à quel point les températures changent à travers le monde.

Juillet 2019 a vu les températures les plus élevées jamais enregistrées dans le monde (avec un pic de 38.7 degrés Celsius au Royaume-Uni). Et nous savons que de nombreuses autres régions du monde se réchauffent constamment.

« Les conditions doivent être en train de s’améliorer pour les plantes, ou de déclencher la recherche d’un mâle et d’une femelle en même temps », a déclaré à Earther John Curtis, directeur du Ventnor Botanic Garden. « Pour nous, c’est juste un symptôme du changement climatique. Ce sont les plantes qui nous parlent et répondent à ces conditions favorables ».

L’île de Wight est l’une des régions les plus douces du Royaume-Uni, et le personnel du jardin botanique annonce que les températures les plus basses de janvier sont maintenant en moyenne supérieures à ce qu’elles étaient il y a 100 ans.

C’est un changement qui permet à un type de plante différent de survivre à l’hiver. Chris Kidd, conservateur du jardin botanique de Ventnor, estime que le site est un “prédicteur” de ce que sera la Grande-Bretagne dans 20 ou 30 ans.

Cette découverte est passionnante pour les botanistes britanniques, mais elle ne change rien à leur vision “d’état d’urgence” provoqué par le changement climatique.

https://trustmyscience.com/

Royaume-Uni: la prothèse dentaire d’un patient retrouvée dans sa gorge huit après jours après son opération


Je ne sais pas comment cela se passe au Royaume-Uni, mais les infirmier (e) s chez-moi, s’assurent que les patients n’ont rien sur eux et surtout pas de prothèse dentaire dans la bouche avant une opération
Nuage


Royaume-Uni: la prothèse dentaire d’un patient retrouvée dans sa gorge huit après jours après son opération


dentieroublie_BritishMedicalJournal.jpg

Son dentier est resté coincé 8 jours dans sa trachée. – BMJ – montage BFMTV.com

L’homme de 72 ans avait oublié d’enlever sa prothèse dentaire avant son anesthésie. Il a dû être opéré de nouveau en urgence.

Une mésaventure qui reste en travers de la gorge… littéralement: un homme qui n’avait pas retiré sa prothèse dentaire avant une anesthésie l’a avalée et celle-ci est restée coincée huit jours dans son gosier avant que les médecins ne s’en rendent compte. 

Ce cas est raconté ce mardi dans la revue médicale BMJ Case Reports, et illustre la nécessité de retirer ses prothèses dentaires avant une opération. Car au-delà de l’anecdote, les suites de cet oubli ont été lourdes pour le septuagénaire: elles ont nécessité d’autres opérations ultérieures et une transfusion sanguine. Des conséquences dont il était loin de se douter, lui qui pensait avoir simplement égaré sa prothèse.

Cet électricien à la retraite de 72 ans avait initialement été opéré dans un hôpital britannique, pour lui retirer une grosseur sans gravité dans la paroi abdominale.

Sang dans la bouche et difficulté à avaler

Six jours après l’opération, il se présente à nouveau à l’hôpital: il se plaint d’avoir du sang dans la bouche, des difficultés à avaler et a tellement mal qu’il ne peut manger aucun aliment solide. Les médecins mettent cela sur le compte d’une infection respiratoire et des effets secondaires de l’intubation pratiquée lors de l’opération. Ils prescrivent au patient des bains de bouche, des antibiotiques et un médicament à la cortisone.

Mais au bout de deux jours, il revient car les symptômes ont empiré. Il a la voix rauque et des difficultés à respirer, surtout quand il est couché, ce qui l’oblige à dormir assis tout droit dans son canapé. Il ne peut pas non plus avaler les médicaments qu’on lui a prescrits.

Les docteurs suspectent une pneumonie d’inhalation, infection sévère qui peut survenir quand du liquide gastrique pénètre dans les poumons.Mais là, surprise: un examen endoscopique de sa gorge révèle la présence d’un objet semi-circulaire qui a causé des blessures internes. Cet objet est coincé contre l’épiglotte, le bout de cartilage qui empêche le passage des aliments et des liquides dans la trachée puis les poumons.

Plusieurs allers-retours à l’hôpital

Quand les médecins lui en parlent, l’homme fait le rapprochement avec sa prothèse dentaire, une plaque métallique sur laquelle sont serties trois dents de devant, qu’il croyait avoir perdue lors de son séjour pour la première opération.

Les radios montrent que c’est bien cette prothèse qui est coincée dans sa gorge. L’homme est opéré d’urgence pour retirer l’objet et sort de l’hôpital au bout de six jours.

Mais ses malheurs ne s’arrêtent pas là. Dans les semaines qui suivent, il doit faire plusieurs aller-retour à l’hôpital à cause de saignements persistants. Ils proviennent de blessures internes causées par la prothèse oubliée. Elles sont cautérisées une première fois, avant qu’une autre opération d’urgence ne soit rendue nécessaire par de nouveaux saignements. Une artère a en effet été déchirée à cause des blessures provoquées par la prothèse.

Après ces importantes pertes de sang successives, le patient doit subir une transfusion. Il lui faudra encore attendre six semaines pour un retour à la normale.

https://www.bfmtv.com/interna

Europe: la journée des records de chaleur


Alors qu’on prévoit une 4 ème canicule au Québec, il semble que nous n’ayons pas battu de record de chaleur. En Europe par contre, plusieurs records ont été fracassé, mais je ne sais pas, s’ils l’humidex est compté, car le calcul rarement probablement que ce n’est pas la même humidité qu’ici. Bref, les gens cherchent à se rafraichir et malheureusement, des noyades sont notés. Courage ! La température finira bien par baisser.
Nuage


Europe: la journée des records de chaleur

Europe: la journée des records de chaleurPhoto: Francisco Seco/APPlage de De Haan en Belgique le 25 juillet 2019.

La deuxième canicule de l’été qui accable des millions d’habitants en Europe occidentale pulvérise les records les uns après les autres avec la barre des 42°C franchie jeudi à Paris, au paroxysme de cet épisode avant un rafraîchissement prévu en fin de semaine.

Comme attendu, le record historique de chaleur qui datait de plus de 70 ans dans la capitale française, est tombé avec 42,4°C enregistrés à 15h30 (heure locale): depuis le début des mesures en 1873, Paris n’avait dépassé les 40°C qu’une seule fois, le 28 juillet 1947, avec 40,4°C.

Les services météo prévoient même 43°C en région parisienne pour la journée.

Dans la foulée, les records de chaleur sont également tombés aux Pays-Bas avec 40,4°C; en Belgique avec 40,6°C et en Allemagne avec 41,5°C!

«Et ce n’est pas fini!» a tweeté un prévisionniste de l’Institut royal météorologique (IRM) de Belgique, David Dehenauw.

De même en Allemagne, un porte-parole du service météorologique national (DWD) a précisé qu’il s’agissait d’un résultat provisoire: les températures devraient encore monter en cours d’après-midi.

Avec ces températures hors norme et malgré les mises en garde, un enfant de trois ans est mort de déshydratation dans le sud de l’Autriche mercredi. Il avait été découvert inconscient lundi dans une voiture en plein soleil, où il était monté et s’était endormi à l’insu de ses grands-parents.

Les températures avoisinaient alors une trentaine de degrés. Un pic à 38°C était attendu dans l’ouest. L’archidiocèse de Vienne a eu l’idée d’inviter les urbains à une pause «fraîcheur et silence» dans ses lieux de culte et a publié un relevé des températures dans les différentes églises de la capitale et de sa région.

Un voyageur du Thalys Amsterdam-Paris a appelé l’AFP pour signaler que le train à grande vitesse était immobilisé sur les voies depuis 15h (heure locale) en raison d’une panne d’électricité, sans climatisation et sans nouvelles.

«Le contrôleur a pris sur lui d’ouvrir les portes donnant sur les voies, avec consigne de pas descendre» a rapporté Arnaud Dowkiw, 42 ans, en déplacement professionnel, précisant que «de l’eau a été mise à disposition au bar».

Ces vagues de chaleur sont appelées à se multiplier et à s’intensifier sous l’effet du réchauffement climatique provoqué par les activités humaines.

Au cours des 2000 dernières années, les températures mondiales n’avaient jamais augmenté aussi rapidement que maintenant, selon des données publiées mercredi dans deux études distinctes dans les revues Nature et Nature Geoscience.

La nuit de mercredi à jeudi avait été «très probablement» la plus chaude jamais mesurée en France avec une température minimale moyenne de 21,4°C, devant les 21,3°C du 14 août 2003, selon Météo-France.

Le prévisionniste Olivier Proust a cependant précisé à l’AFP que le record ne pourrait être validé qu’après 18h GMT jeudi.

Le rafraîchissement est cependant promis à partir de vendredi.

Jeudi, des Parisiens aux traits tirés par des nuits courtes dans des logements surchauffés avançaient au ralenti dans le métro à l’atmosphère souvent étouffante.

«Il fait très chaud dans le métro, c’est insupportable!», témoignait à l’AFP Petra Ulm, 34 ans, chercheuse autrichienne vivant en France depuis dix ans et qui déplore l’absence d’air conditionné…».

Dans un centre de loisirs parisien au pied de la butte Montmartre, pas de sortie prévue pour les petits de 3 à 6 ans.

«On a demandé aux enfants de venir avec leur maillot de bain, on va faire des jeux d’eau dans la cour», a expliqué un animateur.

En Allemagne, l’ensemble du pays est en alerte canicule.

Au moins quatre personnes sont décédées dans des lacs ou rivières, mais il n’a pas encore été démontré qu’elles étaient mortes en raison de la forte chaleur.

Le Royaume-Uni va, lui aussi, «probablement battre le record de chaleur de juillet, qui est de 36,7°C, et il existe même une possibilité de battre le record absolu de 38,5°C», prévoyait la météo britannique (Met Office).

A Londres, la police recherche trois personnes portées disparues après s’être baignées dans la Tamise et qui se seraient retrouvées en difficulté en nageant.

L’Italie est également touchée et les autorités ont élevé mercredi l’alerte au niveau 3 («bulletin rouge») dans cinq villes (Bolzano, Brescia, Florence, Pérouse et Turin).

Le Luxembourg et une partie de la Suisse sont aussi touchés par cet épisode de canicule.

Fait notable, en Espagne, les températures ont commencé à descendre à des valeurs normales pour la saison estivale dans ce pays, avec seulement 6 des 50 provinces du pays toujours en alerte orange, selon le service météorologique national.

Les températures les plus élevées sont attendues dans le nord-est où elles pourraient atteindre les 41°C à Saragosse. Cette zone est également placée en alerte aux orages violents.

https://journalmetro.com/

Les services météo anglais confondent des fourmis avec la pluie



La technologie tout comme l’être humain a ses limites. Les satellites pour la météo sont plus sensible qu’avant, mais ne fait pas la différence entre des nuées de fourmis qui volent pendant la période d’accouplement la pluie
Nuage


Les services météo anglais confondent des fourmis avec la pluie


Des nuages de fourmis ont causé la confusion sur les radars du Met Office. © Met Office, Twitter

Des nuages de fourmis ont causé la confusion sur les radars du Met Office. © Met Office, Twitter

Céline Deluzarche

Journaliste


Pour les radars du Met Office, le service météo du Royaume-Uni, cela semblait clair : les nuages survolant le Hampshire et le Sussex en cette matinée du mercredi 17 juillet indiquaient qu’il était bien en train de pleuvoir. Au sol, pourtant, personne n’a vu la moindre goutte. Et pour cause : il ne s’agissait pas de pluie mais de fourmis !

Chaque année entre juillet et août, c’est en effet la période de reproduction durant laquelle les mâles recherchent activement une reine pour l’accouplement. Cette dernière émet des phéromones qui conduisent les fourmis mâles à former de véritables essaims pour se lancer à sa poursuite.

« Typiquement, ces nuages de fourmis se forment lorsque les conditions météos sont favorables à la diffusion des phéromones, lorsqu’un temps chaud et humide succède à un épisode pluvieux » explique au Guardian Adam Hart, entomologiste à l’université de Gloucestershire.

Le phénomène peut durer plusieurs semaines avec une véritable invasion de milliards de fourmis voletant dans le ciel.

Les radars des satellites météo, de plus en plus sensibles grâce à l’amélioration de la technologie, ont interprété ces nuées de fourmis comme des gouttelettes d’eau.

Le Met Office a cependant rapidement compris l’erreur et tweeté « nos radars ont repéré quelque chose le long de la côte sud-ouest qui ne ressemble pas à des précipitations ».

Preuve que l’humain reste encore nécessaire pour interpréter les cartes météo.

https://www.futura-sciences.com/

Quand une biologiste croise la route d’une méduse géante au large des Cornouailles


Une biologiste et son cameraman parcours les eaux britanniques pour filmer les animaux marins pour une campagne appelée Wild Ocean Week. Alors qu’ils voulaient filmer des requins bleus, une magnifique méduse géante est apparu. Malgré sa taille, elle n’est pas dangereuse et cela a donné des images magnifiques.
Nuage


Quand une biologiste croise la route d’une méduse géante au large des Cornouailles

Quand une biologiste croise la route d'une méduse géante au large des CornouaillesDans les profondeurs des Cornouailles, la biologiste Lizzie Daly a croisé la route d’une sacrée créature.© Dan Abbott/Wild Ocean Week

Par Emeline Férard

La biologiste et présentatrice Lizzie Daly plongeait au large des Cornouailles au Royaume-Uni lorsqu’elle a croisé la route d’une méduse immense. Un caméraman a immortalisé la rencontre avec le spécimen appartenant à l’espèce Rhizostoma pulmo.

L’équipe avait prévu d’observer des requins bleus. Mais c’est une créature marine bien plus impressionnante qui les a surpris : une méduse géante. La rencontre a eu lieu la semaine dernière dans les profondeurs au large des Cornouailles au Royaume-Uni.

« Nous n’espérions rien de particulier », a raconté la biologiste et présentatrice Lizzie Daly au Washington Post.

Depuis le 7 juillet, Lizzie Daly et le caméraman Dan Abbott s’étaient en effet engagés dans une campagne appelée Wild Ocean Week. Objectif : faire découvrir les espèces marines les plus charismatiques peuplant les eaux britanniques. Au cours des jours précédents, la biologiste avait ainsi croisé la route de phoques, de baleines ou encore de dauphins. Mais cette rencontre s’est révélée totalement inattendue.

« Je n’avais jamais vu une méduse aussi grande de ma vie »

En pleine plongée, « je me suis retournée et j’ai remarqué que Dan était en train de filmer quelque chose. J’ai dû y regarder à deux fois… C’était énorme », a confié la biologiste à PA.

Le spécimen n’était autre qu’une immense méduse appartenant à l’espèce Rhizostoma pulmo (en anglais « barrel jellyfish »).

 « C’était aussi grand que moi – Je ne suis pas très grande mais ça fait quand même 1,5 mètre ».

« Lorsque je l’ai aperçue, c’était assez hallucinant », a renchéri Dan Abbott. « Ma première réaction a été de penser que je n’avais jamais vu une méduse aussi grande de ma vie ».

Le caméraman s’est ensuite appliqué à garder ses distances pour immortaliser la créature onduler dans les profondeurs « pendant près d’une heure ».

L’espèce Rhizostoma pulmo n’est pas une méduse rare. Elle est présente dans l’Atlantique, l’Adriatique, dans la mer Méditerranée ainsi qu’en mer Noire et elle est connue pour atteindre des tailles relativement imposantes, en général 40 à 60 centimètres de diamètre. Elle est ainsi considérée comme la plus grande méduse évoluant dans les eaux britanniques.

En revanche, il est beaucoup plus rare que l’espèce atteigne une taille aussi exceptionnelle. Malgré ses mensurations, la méduse est décrite comme relativement inoffensive car ses tentacules sont plus compacts et sa piqûre est faible.

« C’était vraiment très touchant de nager à ses côtés », a précisé Lizzie Daly à USA Today. « C’était juste une magnifique créature ».

La photo et la vidéo postées sur les réseaux sociaux n’ont pas tardé à attirer l’attention, pour le plus grand plaisir de la biologiste, ambassadrice de l’organisation Marine Conservation Society (MCS) qui espère bien que ces images vont inspirer le public à découvrir les merveilles qui se cachent sous l’océan.

 « Plongez sous l’eau, prenez un masque. Allez-y pour voir ce qui s’y cache », a-t-elle conclu pour le Washington Post.

https://www.geo.fr