Ce viking a été enterré dans un bateau avec son cheval, son chien et son épée


C’est des enterrements très particuliers qu’on droit certains Vikings. Ceux qui faisait parti de l’élite étaient enterrés avec bateau, cheval,  parfois un chien et leurs armes.
Nuage


Ce viking a été enterré dans un bateau avec son cheval, son chien et son épée

par  Malaurie Chokoualé Datou

Cela ne devait être qu’une fouille assez banale, mais les archéo­logues ont fait une décou­verte rare au pres­by­tère du village de Gamla Uppsala, en Suède

Dans un commu­niqué partagé le 5 juillet par le premier consul­tant suédois en matière d’ar­chéo­lo­gie et d’en­vi­ron­ne­ments cultu­rels, Arkeo­lo­gerna, iels ont annoncé avoir déterré deux bateaux-tombes vikings. L’un d’entre était parti­cu­liè­re­ment bien conservé et conte­nait le sque­lette d’un homme enterré dans le bateau avec son cheval, son chien et ses armes.

L’in­hu­ma­tion à bord d’un navire est une pratique funé­raire parti­cu­lière qui remonte à l’âge du fer. On retrou­vait géné­ra­le­ment ce type de tombes mari­times durant l’âge de Vendel (l’époque suédoise qui s’étend de l’an 550 à l’an 800) et l’âge des Vikings (de 800 à 1050 envi­ron). Elles étaient réser­vées à l’élite de la société de l’époque, quand la plupart des gens étaient inci­né­rés.

« Seul un petit groupe de personnes a été enterré de cette manière. Cela laisse penser qu’il s’agis­sait des person­na­li­tés de marque de la société de l’époque », explique l’ar­chéo­logue Anton Seiler.

Dans le bateau retrouvé intact, les cher­cheurs ont égale­ment retrouvé un cheval, un chien, une épée, un peigne, un bout de bouclier ainsi qu’une lance.

« C’est extrê­me­ment exci­tant pour nous car les enter­re­ments de bateaux sont très rare­ment exca­vés », a ajouté Seiler, affir­mant que le dernier navire-sépul­ture a été décou­vert il y a 50 ans en Suède.

« Nous pouvons main­te­nant utili­ser la science moderne et des méthodes qui géné­re­ront de nouveaux résul­tats, hypo­thèses et réponses. »

Leurs décou­vertes vont à présent être trans­fé­rées dans diffé­rents établis­se­ments pour une étude plus appro­fon­dies et certaines seront expo­sées au Gamla Uppsala Museum et au musée d’his­toire suédoise de Stock­holm.

Source : Arkeo­lo­gerna

https://www.ulyces.co/

Le Saviez-Vous ► Pourquoi dit-on le “syndrome de Stockholm” ?


La première fois que j’ai entendu parler du syndrome de Stockholm est dans une série télévisée. Curieux syndrome qui comme on peut se douter, son nom est suite a une prise d’otages à Stockholm.en Suède.
Nuage


Pourquoi dit-on le “syndrome de Stockholm” ?


Le syndrome de Stockholm est le fait pour un otage de développer vis-à-vis de son geôlier un sentiment d’empathie voire d’amitié.

Ce syndrome doit son nom à une prise d’otages qui eut lieu à Stockholm en 1973. Le 23 août un détenu en permission, Jan Erik Olsson, fit une tentative de braquage dans une banque. Lors des faits il dû se retrancher dans l’agence et prendre en otage 4 personnes. Ensuite des négociations eurent lieu avec les autorités et au bout de 6 jours, il libéra tout le monde. Ayant passé près d’une semaine avec lui, les otages développèrent un comportement curieux lors de l’arrestation, allant jusqu’à s’interposer face aux policiers venus l’arrêter.

Par la suite le syndrome pu encore être observé quand lors de son procès, les ex-otages refusèrent de témoigner contre lui. Enfin certains d’entre eux allèrent jusqu’à lui rendre visite durant son incarcération.

Après ces évènements le psychiatre suédois Nils Bejerot trouva la formule “syndrome de Stockholm”, même si le mécanisme était déjà connu auparavant et décrit par des psychanalystes comme Sandor Ferenczi qui lui parlait plutôt d’« identification à l’agresseur ».

Plus récemment, on peut citer le cas de Natascha Kampusch, cette jeune fille autrichienne, enlevée par un homme en 1998, captive pendant 8 ans, et qui avait à l’époque développé ce syndrome, en s’attachant à son ravisseur; lequel se suicida ensuite.

Ce syndrome est une manifestation inconsciente de survie, la seule façon trouvée par les victimes pour apaiser leur angoisse: s’identifier à l’agresseur. Et ça marche ! Lorsque l’on est en plein Syndrome de Stockholm, on ne souffre plus, puisque l’on adhère au point de vue de l’agresseur. On comprend et légitime largement son comportement.

Mais ce syndrome ne peut apparaitre que si les trois conditions suivantes sont réunies: d’abord l’agresseur doit être capable de justifier son acte comme répondant à ne idéologie conceptualisée. Ensuite il ne doit pas entretenir envers les otages de sentiment raciste ou de haine. Enfin il faut que les victimes n’aient pas connaissance de l’existence de ce syndrome car sinon elles en seraient en quelque sorte “vaccinés”.

https://www.chosesasavoir.com/

Pour Greta Thunberg, son autisme est un "super pouvoir"


Greta Thunberg s’est fait connaitre par son discours sur l’environnement à l’ONU, et est l’instigatrice des grèves pour le climat par des étudiants. Pourtant, cette adolescente est autiste, plus précisément le syndrome d’Asperger. Elle a sûrement été très entouré pour être un leader pour l’environnement. Je trouve que cela est encourageant pour des parents qui ont des enfants autistes
Nuage

 

Pour Greta Thunberg, son autisme est un « super pouvoir »

 

Greta Thunberg lors d’un discours à Berlin, Allemagne, le 29 mars 2019. © afp.

La jeune égérie de la lutte contre le dérèglement climatique estime que l’autisme peut-être un « super pouvoir » s’il est géré dans de bonnes circonstances et avec les bons ajustements.

La jeune Suédoise Greta Thunberg s’est fait connaître mondialement pour avoir initié la grève étudiante pour le climat. Depuis la fin du mois d’août, l’adolescente de seize ans sèche en effet les cours chaque vendredi pour faire le piquet devant le parlement suédois à Stockholm. Le 4 décembre 2018, Greta Thunberg prend la parole à la COP24, le sommet des Nations unies sur les changements climatiques, et appelle les jeunes du monde entier à faire la grève des cours une fois par semaine. Un appel reçu cinq sur cinq en Belgique, comme on peut le constater depuis le mois de janvier.

Adulée par certains, détestée par d’autres

En quelques mois à peine, la jeune suédoise est devenue une icône de la lutte contre le dérèglement climatique. Adulée par certains, critiquée voire détestée par d’autres, la native de Stockholm ne laisse personne indifférent. Et pour cause, il n’est pas commun de voir une jeune fille de 16 ans remettre les grands leaders mondiaux à leur place. Une précocité mentale qu’elle doit en partie à une particularité dont elle est fière.

En effet, Greta Thunberg, comme sa soeur Beata, est atteinte du syndrome d’Asperger, un trouble autistique sans déficience intellectuelle. Le syndrome d’Asperger se caractérise notamment par une altération des interactions sociales générant de l’isolement et de la souffrance, mais aussi par le développement d’intérêts concernant des domaines variés comme les sciences, la littérature, les mathématiques ou encore l’écologie dans le cas de la Suédoise.

https://www.7sur7.be/

Suède: des joyaux de la couronne retrouvés après un vol spectaculaire


À quoi bon faire un vol spectaculaire pour mettre le butin aux poubelles et aller quand même en prison. Et ce n’est pas la première fois que des bijoux royaux en Suède se font voler puis retrouver dans une poubelle.
Nuage

 

Suède: des joyaux de la couronne retrouvés après un vol spectaculaire

Deux couronnes en or et un orbe (un... (Photo archives Reuters)

 

Deux couronnes en or et un orbe (un globe surmonté d’une croix) provenant des ornements funéraires de Charles IX, qui a régné sur la Suède et la Finlande de 1604 à 1611, et de son épouse, la reine Christine, avaient disparu.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

 

Agence France-Presse
Stockholm

Des joyaux de la couronne suédoise dérobés l’été dernier dans une cathédrale lors d’un vol spectaculaire ont été retrouvés dans une poubelle, selon les médias, près de Stockholm, ont annoncé mardi les autorités du pays scandinave.

Six mois après le vol, après lequel les suspects avaient pris la fuite en bateau, « tout le butin a été retrouvé », a indiqué le parquet dans un communiqué.

Les joyaux, découverts dans les alentours de la capitale suédoise, « ont été transférés dans une autre ville afin de procéder à des analyses techniques », a précisé à l’AFP une porte-parole de la police.

Selon les médias locaux, ils sont estimés à 65 millions de couronnes (6,3 millions d’euros), et ont été retrouvés dans une poubelle.

Le 31 juillet 2018, deux voleurs s’étaient introduits en plein jour dans la cathédrale de Strängnäs, à une centaine de kilomètres à l’ouest de la capitale Stockholm, pour faire main basse sur ces joyaux datant du XVIIe, avant de s’enfuir en bateau.

Deux couronnes en or et un orbe (un globe surmonté d’une croix) provenant des ornements funéraires de Charles IX, qui a régné sur la Suède et la Finlande de 1604 à 1611, et de son épouse, la reine Christine, avaient alors disparu.

En septembre, l’un des suspects, âgé de 22 ans, avait été arrêté et comparaissait seul devant un tribunal depuis la fin janvier pour le vol. Les joyaux ont été retrouvés au dernier jour de son procès, entraînant le report de l’audience, fixée au 15 février. 

La cathédrale de Strängnäs est connue pour abriter les dépouilles de Charles IX et de ses deux épouses, la princesse Marie et la reine Christine. 

En 2013, des insignes royaux de Jean III, qui avait régné sur la Suède pendant une partie du XVIe siècle, avait été dérobés à la cathédrale de Västerås avant d’être retrouvés quelques jours plus tard dans un sac poubelle abandonné sur le bord d’une route de campagne.

https://www.lapresse.ca/

La Suède ouvre la voie à une interdiction de la mendicité


Une loi pour l’interdiction de mendier puis quoi encore ? S’ils s’arrangent que des gens n’ont pas à mendier, ce serait bien, mais cette loi ne semble rien offrir pour combler les manques.
Nuage

 

La Suède ouvre la voie à une interdiction de la mendicité

Illustration © Getty Images.

Une haute cour suédoise a décidé lundi qu’une ville du sud-ouest du pays pouvait introduire une interdiction locale de la mendicité. De la sorte, l’instance judiciaire a réformé deux jugements de tribunaux d’instance inférieure.

« Nous sommes satisfaits de pouvoir à présent appliquer la décision que nous avions prise il y a plus d’un an », a réagi Carina Wutzler, présidente du conseil communal de Vellinge (sud de la Suède).

Justification

L’interdiction de la mendicité y entrera immédiatement en vigueur en cinq endroits de la ville, en ce compris le grand marché. La commune concernée justifie cette mesure par le fait que les mendiants perturbent l’ordre public en jetant les ordures et en urinant sur la voie publique.

Effet boule de neige?

Carina Wutzler est membre du parti conservateur des Modérés. Des membres de ce parti actifs dans d’autres communes envisagent également d’introduire une interdiction similaire, comme dans d’autres localités où les sociaux-démocrates sont au pouvoir.

Plusieurs ONG et organisations civiles craignent que l’interdiction ne cible principalement les sans-abri de l’Union européenne, en particulier les Roms.

https://www.7sur7.be/

Une petite fille découvre une épée de 1.500 ans dans un lac suédois


Partir en vacances dans son pays d’origine, c’est une aventure pour des enfants, mais qu’en plus on fait une découverte digne des grands explorateurs, C’est ce qui est arriver à une jeune fille de 8 ans elle à trouver une épée vieille de 1.500 ans
Nuage

 

Une petite fille découvre une épée de 1.500 ans dans un lac suédois

 

Alors qu’elle jouait dans un lac en Suède cet été, la petite Saga Vanecek, huit ans, a découvert une épée datant de l’âge de fer.

© Andy Vanecek.

Saga Vanecek, une petite fille américano-suédoise de 8 ans a fait une découverte exceptionnelle cet été lors de ses vacances en Suède. Alors qu’elle jouait dans le lac Vidöstern, situé dans le sud du pays, elle est tombée par hasard sur une vieille épée. 

« J’étais dans l’eau, en train de jeter des bâtons et des pierres le plus loin possible lorsque j’ai trouvé une sorte de bâton bizarre. Je l’ai ramassé et j’allais le remettre à l’eau mais je me suis rendu compte qu’il avait une poignée, un bout pointu et qu’il était tout rouillé. Je l’ai tenu en l’air et j’ai crié: ‘Papa, j’ai trouvé une épée!' », a raconté Saga Vanecek au journal suédois The Local.

Selon les experts du musée Jönköpings Läns Museum, l’objet aurait 1.500 ans et remonterait au 5ème ou 6ème siècle de notre ère, avant l’Âge des Vikings

« L’épée mesure environ 85 cm de long et est entourée de bois et de métal », a expliqué Mikael Nordström. « Nous avons hâte de voir les conservateurs du musée se mettre à l’oeuvre et découvrir les détails de cette épée ». 

Suite à la découverte de Saga, les archéologues ont fouillé le lac ont retrouvé une broche ainsi qu’une pièce de monnaie datant du 18ème siècle. 

L’épée a incité les équipes, y compris le personnel du musée, à effectuer d’autres recherches dans la région. Le premier a été trouvé lors de la deuxième recherche, mercredi, était une pièce de monnaie du 18ème siècle.

Le premier musée de la nourriture dégoûtante va bientôt voir le jour


Connaissez-vous l’émission « Bizarre appétit » avec Andrew Zimmern qui goûte vraiment n’importe quoi, certains mets de ce futur musée à été expérimenter par lui, comme par exemple, le hareng fermenté : surströmming, le durian qui est un fruit qui a une odeur affreuse, le Casu Marzu, ce fromage blanc avec des vers vivants dedans etc .. Moi, je ne suis vraiment pas sûr que j’oserais y goûter
Nuage

 

Le premier musée de la nourriture dégoûtante va bientôt voir le jour

 

Un Khach, met traditionel du caucase à la tête d'agneau | Anja Barte Telin https://www.anjabartetelin.com

Un Khach, met traditionel du caucase à la tête d’agneau | Anja Barte Telin https://www.anjabartetelin.com

Repéré par Barthélemy Dont

Repéré sur The Independant

Il vise à nous interroger sur l’idée que l’on se fait du dégoût

La ville de Malmö, en Suède, va accueillir un musée unique en son genre: le «Disgusting food museum», ou Musée de la nourriture dégoûtante. Il ouvrira le 31 octobre mais pour trois mois seulement, jusqu’à la fin du mois de janvier 2019. Le nom du musée ne laisse que peu de suspens sur ce qui s’y trouvera. Au menu, quatre-vingts spécialités culinaires que le monde n’envie pas.

Parmi les plats exposés, du Hákarl, le doux nom d’une friandise islandaise qui consiste en une assiette de requin fermenté (moisi). Du Durian, un fruit du sud-est de l’Asie connu pour son odeur pestilentielle. L’Italie est représentée par le Casu Marzu, un fromage dans lequel on peut trouver des petits asticots vivants. On s’arrêterait bien là dans la description, mais difficile de ne pas parler du pénis de taureau cru et de la bouteille d’alcool pleine de cadavres de souriceaux.

La nourriture sera changée tous les jours et conservée dans des bocaux spéciaux qui évitent aux odeurs nauséabondes de trop se répandre. Le surströmming, un plat suédois à base de harengs fermentés, a apparemment présenté un challenge particulièrement difficile. On veut bien le croire vu la tête que font les dizaines d’imprudents qui se filment en train d’en déguster sur YouTube.

Spécialiste des musées originaux

Le conservateur de ce musée hors norme est Samuel West, un psychologue américain qui avait déjà su faire parler de lui lorsqu’il avait ouvert le Museum of failure, dédié aux inventions ratées. Situé lui-aussi en Suède, cet établissement avait vite fait des émules et ouvert des franchises à Toronto, Los Angeles et bientôt à Shanghai.

«Les deux concepts sont fun mais on peut plus facilement s’identifier au musée de la nourriture. Et puis c’est compliqué de renifler les échecs, alors que quand vous avez un requin moisi devant vous, vous désirez ne jamais être venu au monde», a déclaré West à The Local, un journal suédois.

Le musée n’est pas uniquement pensé pour être divertissant. L’idée est aussi d’interroger le concept de dégoût. Pierre Breteau prédisait sur Slate que d’ici 2050, nous mangerons tous et toutes des insectes. Et pour nous faire à l’idée de consommer cette source de protéines plus écologique, il faudra outrepasser le blocage psychologique qui veut que «les insectes, c’est dégoûtant».

 

http://www.slate.fr