En paix


Il est impossible d’être bien avec les autres si nous ne sommes pas bien avec nous-même.
Nuage

 

En paix

 

 

   
Etre en paix avec soi-même est le plus sûr moyen de commencer à l’être avec les autres.

Luis de Leon

Le Saviez-Vous ► Les symptômes de la cataracte: ce que vous devez savoir


C’est important de faire vérifier ses yeux pour prévenir certains troubles de visions.
Nuage

 

Les symptômes de la cataracte: ce que vous devez savoir

 

Symptôme de la cataracte: la vision devient floue.

ISTOCK/PICK-UPPATH

Hana Hong, Sélection du Reader’s Digest

Signalée par une opacification partielle ou totale du cristallin, la cataracte touche plus de 2,5 millions de Canadiens. La plupart des cas ne sont pas détectés avant un stade avancé car cette affection est indolore et la perte de vision, progressive. Voici ce qu’il faut en savoir.

Vision voilée ou floue

La cataracte peut provoquer une baisse générale de vision ou rendre embrouillée une zone précise du champ visuel.

« Une vision floue en est le principal symptôme, affirme Rosa Braga-Mele, du département d’ophtalmologie de l’Université de Toronto. La plupart des patients se plaignent d’une baisse de vision, mais la cataracte peut se faire discrète – certains ne s’en rendent pas compte immédiatement. »

Comme il est difficile de la distinguer d’autres maladies, le glaucome notamment. Consultez votre optométriste si vous éprouvez un des symptômes suivants.

Perception moins vive des couleurs

En raison de l’opacification de l’œil, les couleurs deviennent de plus en plus ternes. Par exemple, les blancs apparaissent plus jaunes. Mais ce changement est tellement progressif que la plupart ne le remarquent qu’après l’opération de la cataracte.

« Les patients affirment alors souvent ne pas se souvenir avoir vu des couleurs aussi vives. Nous leur rendons la vue des couleurs de leur jeunesse », explique Michael Nordlund, de l’Institut de l’œil de Cincinnati.

Symptôme de la cataracte: les petits caractères sont difficiles à lire.

Shutterstock

Difficulté à lire les petits caractères

Le cristallin fonctionne comme -l’objectif d’un appareil photo : il concentre la lumière dans la rétine et permet de distinguer clairement les objets proches comme lointains. Il est principalement composé d’eau et de protéines qui sont agencées de sorte à laisser la lumière les traverser. Comme la cataracte cause une agglutination de ces protéines, les petits caractères peuvent devenir difficiles à discerner. La méthode de Batespeut vous aider à corriger les problèmes de vision et calmer les migraines.

Difficulté à conduire de nuit

La cataracte rend difficile l’équilibre des contrastes entre l’obscurité et les lumières vives de la circulation. Aussi, la plupart des personnes atteintes ont du mal à conduire de nuit. Si vos yeux sont très sensibles aux phares et aux lampadaires, ou si vous peinez à lire les panneaux, faites-vous examiner, conseille Kirsten North, optométriste à Ottawa.

Sensibilité à la lumière et éblouissement

Certaines sources lumineuses en sont venues à vous déranger ? Vous supportez difficilement lampes, phares de voitures et lumière du soleil ? C’est que leur éclat se diffuse comme un halo, car la cataracte disperse une grande partie de la lumière qui pénètre dans l’œil.

Symptôme de la cataracte: la vision est double.

Shutterstock

Vision double

La diplopie, plus connue sous le terme de vision double, peut être un autre symptôme silencieux de la cataracte – il ne faut pas la confondre avec celle qui est causée par un mauvais alignement des yeux. Dans son cas, le problème se produit même avec un œil fermé.

https://www.selection.ca/

Mars : Voyager dans l’espace pourrait endommager les intestins


L’exploration spatiale a permis de très découvertes dans divers domaines que ce soit d’Internet, des communications, de la santé etc. .. Mais pour faire un voyage jusqu’à Mars, il faut garder les astronautes en santé malgré les rayons cosmiques. Réussiront-ils un jour ? Peut-être ! Mais l’homme n’est pas fait pour vivre en dehors de son milieu naturel : la Terre.
Nuage

 

Mars : Voyager dans l’espace pourrait endommager les intestins

 

astronaute ISS

Crédits : Wikipédia / NASA

par Brice Louvet

Des simulations faites sur des souris destinées à refléter l’exposition humaine au rayonnement cosmique suggèrent que les voyages dans l’espace pourraient gravement endommager les tissus gastro-intestinaux des astronautes. Une problématique de plus pour les prochains vols à destination de Mars.

L’Homme ambitionne de poser le pied sur Mars d’ici les 10 prochaines années. Mais qu’il s’agisse de la NASA, de SpaceX, ou encore des autorités spatiales chinoises, toutes ces organisations vont devoir faire face à de nombreuses problématiques. Outre les défis techniques inhérents à un tel voyage (au moins six mois), se pose aujourd’hui la question tout aussi essentielle de la santé des astronautes. Et ce sont principalement les rayons cosmiques qui posent ici problème. Sur Terre, un bouclier nous protège de ces rayons dévastateurs, nous menant à évoluer sans. Mais dans l’espace comme sur Mars, les principaux intéressés vont devoir faire avec.

Outre les éventuels cancers et autres fonctions cognitives altérées découlant d’une exposition prolongée au rayonnement cosmique, une récente étude publiée dans les Actes de l’Académie nationale des sciences (PNAS) nous révèle que les fonctions intestinales pourraient, elles aussi, être gravement endommagées. La muqueuse (couche supérieure) des cellules, normalement remplacée tous les trois à cinq jours par une migration de nouvelles cellules venant des couches inférieures, ne pourrait ainsi se renouveler. S’ensuivrait un risque élevé de développement de tumeurs dans l’estomac et le côlon. C’est du moins ce qui ressort d’une étude menée sur les intestins grêles de souris exposées à des sources non létales de rayonnement cosmique simulé.

« Les ions lourds tels que le fer et le silicium sont dommageables en raison de leur plus grande masse comparée aux photons sans masse tels que les rayons X et les rayons gamma (γ) répandus sur Terre, explique Kamal Datta, du Département de biochimie de la NASA. Avec la technologie de blindage actuelle, il est difficile de protéger les astronautes contre les effets néfastes des rayonnements ionisants lourds. Bien qu’il existe un moyen d’utiliser des médicaments pour contrer ces effets, aucun agent réellement efficace n’a encore été développé ».

Bien que les données observées chez la souris ne se traduisent pas systématiquement chez l’Homme, celles-ci invitent les chercheurs à repenser de nouveaux moyens de contrer les effets du rayonnement. Inutile de dépenser des milliards pour un tel voyage si l’intégrité physique des astronautes n’est pas maintenue.

« Il est important de comprendre ces effets à l’avance afin que nous puissions faire tout notre possible pour protéger nos futurs voyageurs spatiaux », conclut le chercheur.

Source

https://sciencepost.fr/

Le mystère des géants de l’île de Pâques enfin résolu ?


Les scientifiques croient avoir résolu le mystère des Moai de l’île de Pâque. Pourquoi ces statuts ont été érigés à cet endroit. Ce que nous savons : cette civilisation a vécu au moins 5 siècles avec peu de ressources naturelles. Il ne pleut pratiquement jamais, pas de rivière, mais il y a un endroit ou se trouve l’eau moins salée et potable était disponible, ou sont les Moai.
Nuage

 

Le mystère des géants de l’île de Pâques enfin résolu ?

 

statues Moai île Pâques

 

Crédits : SW Hixon et al.

par Brice Louvet

Pourquoi les géants de l’île de Pâques ont-ils été placés ainsi ? Une étude suggère aujourd’hui que les anciens insulaires ont peut-être choisi ces emplacements pour signaler les zones où l’eau douce était disponible.

Les détails de l’étude sont rapportés dans la revue Hydrogeology Journal.

Vous ne retrouverez aucun puits sur l’île. Il n’y a aucune rivière, et il ne pleut quasiment jamais. Cette observation a amené l’anthropologue Carl Lipo à se poser des questions. Parmi elles : comment les insulaires ont-ils pu se débrouiller pour avoir accès à l’eau potable et survivre pendant au moins 5 000 ans ? De récentes analyses hydrologiques menées sur le terrain suggèrent que cette ancienne civilisation utilisait le rejet des eaux souterraines saumâtres – une eau salée mais relativement potable – le long des côtes.

« Deux enquêtes sur le terrain indiquent des zones abondantes d’eau saumâtre mais potable le long du littoral, peut-on lire dans l’étude. Bien que les sources d’eaux souterraines côtières soient de mauvaise qualité, elles étaient apparemment suffisantes pour soutenir la population et lui permettre de construire les magnifiques statues pour lesquelles l’île de Pâques est célèbre ».

 Ainsi, il y aurait eu de l’eau disponible et  propre à la consommation. Mais ce n’est pas tout : il s’avère également que l’emplacement de ces sources d’eau potable correspond à celle des Moai, les statues géantes emblématiques de l’île.

Si pour certains ces géants de pierre ne sont que des symboles religieux ou politiques, ceux-ci auraient-ils alors pu avoir été placés ainsi pour informer les habitants des ressources d’eau disponibles ?

« Maintenant que nous en savons plus sur la localisation de l’eau douce, l’emplacement de ces monuments et d’autres éléments est tout à fait sensé : ils sont placés là où l’eau douce est immédiatement disponible, poursuivent les chercheurs. C’était une vraie surprise ».

« Ils étaient ingénieux dans leur capacité à transformer ce lieu éloigné et isolé qui disposait de ressources naturelles remarquablement limitées en un lieu pouvant soutenir les communautés insulaires pendant au moins cinq siècles, note Carl Lipo à Newsweek. Ce qu’ils ont fait est un exploit incroyable ».

Ces résultats demandent confirmation, mais ils pourraient potentiellement répondre à l’un des mystères archéologiques les plus importants et persistants du monde. Les chercheurs se disent maintenant « proches » de « rassembler toutes les pièces » du puzzle de l’île de Pâques.

https://sciencepost.fr/

Les victimes du Vésuve sont mortes suite à l’ébullition de leur sang et l’explosion de leur cerveau


Lors de l’éruption du Vésuve en août 79, les personnes qui sont morts fut causé par une forte pression dans le cerveau par l’ébullition du sang. Il semble qu’ils soient mort sur le coup, je l’espère pour eux, car la douleur doit être intolérable
Nuage

 

Les victimes du Vésuve sont mortes suite à l’ébullition de leur sang et l’explosion de leur cerveau

Crédits : Petrone et al./PLOS One

par  Laura Boudoux

C’est en analysant les os, et plus spécifiquement les crânes des victimes de l’éruption du Vésuve que les scientifiques ont fait une découverte horrifiante, raconte Business Insider.

D’après leurs recherches, dont les résultats ont été publiés fin septembre 2018, de nombreuses personnes sont mortes ce mois d’août 79 après l’explosion de leur crâne, causée par une trop forte pression. Autrement dit, les températures extrêmes liées à l’éruption volcanique ont littéralement fait bouillir le sang des populations environnantes, le transformant en vapeur et provoquant l’éclatement de leur boîte crânienne.

Crédits : Petrone et al./PLOS One

Les archéologues de l’hôpital universitaire Federico II, de Naples, ont basé leurs recherches sur les ossements retrouvés dans douze chambres du front de mer de la ville d’Herculanum, toutes remplies de cendres. Ils ont alors découvert sur les os et à l’intérieur des crânes des minéraux rouges et noirs, contenant du fer et des oxydes de fer. Des éléments chimiques directement connectés au phénomène d’ébullition du sang et à sa transformation en vapeur. 

Crédits : Petrone et al./PLOS One

« Pour la première fois, nous montrons ici des preuves expérimentales convaincantes suggérant la vaporisation rapide de liquides organiques et de tissus mous des victimes d’Herculanum au moment de leur mort, par exposition à une chaleur extrême », ont écrit les chercheurs sur Plos One.

Les scientifiques estiment qu’après l’éruption du Vésuve, la chaleur a atteint des températures comprises en 200 et 500°C. Aussi sinistre soit-elle, leur mort aurait été instantanée, précisent-ils.

Sources : Business Insider / Plos One

https://www.ulyces.com

Nous serions capables de reconnaître en moyenne 5 000 visages


Je trouve cela pas mal de reconnaître au temps de visage qui serait environ 5 000 visages qui peut être de façon personnelle ou non.
Nuage

 

Nous serions capables de reconnaître en moyenne 5 000 visages

 

visages

Crédits : iStock

par Brice Louvet

Une récente étude suggère que nos cerveaux seraient capables de reconnaître environ 5000 visages en moyenne. Certaines personnes peuvent même aller jusqu’à 10 000. Une capacité de reconnaissance faciale que nous devons en grande partie à notre histoire.

Combien de visages pourriez-vous reconnaître ? Des milliers, apparemment. Une capacité incroyable que nous devons à notre évolution.

« Le vocabulaire des identités faciales est vaste compte tenu du contexte de l’histoire de notre espèce,explique à Newsweek Rob Jenkins, du département de psychologie de l’Université d’York (Canada) et principal auteur de l’étude. Pendant la majeure partie de cette période, les humains vivaient par groupes d’une centaine de personnes. Nous sommes aussi bombardés par les visages des médias. C’est pourquoi les exigences en matière de capacités de reconnaissance du visage humain se sont intensifiées de façon spectaculaire ».

Nous avons ainsi évolué avec la capacité de reconnaître beaucoup de visages. D’accord, mais dans quelle mesure exactement ?

« Dans la vie de tous les jours, nous avons l’habitude d’identifier des amis, des collègues et des célébrités, ainsi que de nombreuses autres personnes, poursuit le chercheur. Mais personne n’a établi le nombre de visages que les gens connaissent réellement ».

Dans le cadre de cette étude, publiée dans le journal Proceedings de la Royal Society B, Rob Jenkins et son équipe ont demandé à des dizaines de participants de noter autant de visages qu’ils connaissaient en une heure. Ces derniers ont ensuite été invités à faire la même chose avec des personnalités reconnues et célèbres, mais sans les connaître personnellement.

Plus précisément, et dans un premier temps, les sujets ont identifié une moyenne de 362 visages connus (de 167 à 524). Les participants devaient ici donner le nom ou une description claire de la personne. Concernant les visages de personnalités publiques, le taux d’identification était inférieur : 290 visages en moyenne (169 à 407). Dans les deux expériences, la vitesse des identifications a commencé fort, puis diminué. On arrêtait ici le chronomètre à une heure. Les chercheurs ont ainsi extrapolé ces chiffres pour déterminer que s’ils avaient eu plus de 60 minutes, les participants auraient pu reconnaître entre 1000 et 10 000 visages, soit un peu moins de 5 000 visages en moyenne.

Cette nouvelle étude permet ici d’entrevoir un large éventail de voies de recherche, notamment concernant la technologie de reconnaissance faciale dans les aéroports.

« Une meilleure compréhension de la reconnaissance des visages chez l’Homme devrait éclairer une meilleure modélisation de ce processus dans les machines », conclut le chercheur.

Source

https://sciencepost.fr/