Voir le monde


C’est vrai que le monde n’est pas toujours beau à voir, mais nous pouvons la voir autrement en étant nous-même un artisan pour les changer les choses …
Nuage

Voir le monde

 

Pour voir le monde autrement, il faut commencer par penser autrement.

Anton Gill

Ce chien calme sa maîtresse


Encore une fois, on voit bien que les animaux domestiques peuvent être très utiles à l’être humain. Ce chien change quelque chose a cette femme, un sentiment qu’il comprend la peine de sa maîtresse
Nuage

 

Ce chien calme sa maîtresse

 

Ce chien calme sa maîtresse

Ce chien essaie toujours de réconforter sa maêtresse lorsqu’elle est triste

Danielle Jacobs est une jeune femme atteinte du syndrome d’Asperger, un trouble qui l’empêche souvent de comprendre le comportement des gens qui l’entourent et donc de communiquer avec eux. Une situation que Danielle vit comme une véritable souffrance, puisqu’elle se sent totalement impuissante face à  ce syndrome.

Mais s’il y a bien quelqu’un qui sait comment la réconforter, en particulier lorsqu’elle fait une crise, c’est son chien.

En effet, en entendant que sa maîtresse est en train de pleurer, l’animal s’approche d’elle et semble même vouloir l’empêcher de se faire du mal en mettant ses pattes sur les bras de la jeune femme. Lorsque finalement Danielle s’assied par terre, tout en continuant de pleurer, le chien reste blotti à  côté d’elle et approche sa tête de la sienne afin de la réconforter.

La preuve, s’il en fallait une, que le chien est bel et bien le meilleur ami de l’homme.

http://fr.canoe.ca/

Trucs maison ► Nettoyage de four tout à fait écolo


Le nettoyage de la cuisinière, c’est une galère, surtout si on prend les nettoyants vendus dans les magasins. Ils sont toxiques autant pour la peau et que dire des vapeurs que l’on pourrait respirer. Alors, pourquoi pas se simplifier la vie avec une méthode très écolo et non-toxique
Nuage

 

Nettoyage de four tout à fait écolo

Procédons par étapes : tout d’abord, le four, puis la porte vitrée.

Voilà ce qu’il vous faut :
  • De l’eau
  • Un pulvérisateur
  • Du bicarbonate de soude
  • Un chiffon
  • Du vinaigre
  • Un petit bol
Voilà la marche à suivre :

 

Pour le four :

1. Enlevez les grilles du four.

2. Mélangez dans le bol quelques cuillères de bicarbonate avec de l’eau. L’objectif est d’obtenir une pâte facile à étaler sur les surfaces à nettoyer.

3. Étalez la pâte à l’intérieur du four. Le bicarbonate va brunir.

4. Laissez reposer une nuit. Le bicarbonate aura besoin d’au moins 12 heures pour être vraiment efficace.

5. Le lendemain : prenez un chiffon humide, et ôtez le plus de bicarbonate possible.

6. Mettez du vinaigre dans votre pulvérisateur, et arrosez les zones où il reste un peu de bicarbonate.

7. Essuyez avec un chiffon humide.

8. Remettez les grilles dans le four.

9. Allumez le four à basse température pendant 15 à 20 minutes, afin de le faire sécher.

1

La porte vitrée :

1. Prenez le bicarbonate et ajoutez-y de l’eau, jusqu’à obtenir une pâte épaisse.

2. Appliquez la pâte sur la vitre.

3. Laissez reposer 30 minutes.

4. Essuyez la vitre avec un chiffon.

Le résultat est vraiment stupéfiant. A vos chiffons

http://bridoz.com/

Un oiseau menace l’entrée de Radio-Canada


Les oiseaux, on beau ne pas être bien gros, certaines espèces feront n’importe quoi pour protéger leur territoire Ils oublierons même la crainte des humains s’ils sentent leur petits menacés
Nuage

 

Un oiseau menace l’entrée de Radio-Canada

 

Un oiseau menace l'entrée de Radio-Canada

© Radio-Canada Un oiseau menace l’entrée de Radio-Canada

Un belliqueux carouge à épaulettes menace les personnes qui circulent aux abords de la Maison de Radio-Canada à Montréal. L’oiseau, qui a élu domicile quelque part sur la propriété du diffuseur national, plonge en piqué pour menacer des piétons qui s’aventurent aux abords de la tour.

Le voisin ailé a même forcé SNC-Lavallin, qui gère l’entretien du bâtiment, à créer une affiche avertissant les gens de garder un œil sur lui.

« Ce n’est pas une solution permanente, mais nous avons placé cette affiche et nous avons une personne à l’extérieur qui prévient les gens de se méfier de l’oiseau« , soutient le spécialiste en environnement de la firme, Jean-Marc Champagne.

L’histoire a commencé la semaine dernière lorsqu’un oisillon du couple de carouge de la tour de Radio-Canada est tombé du nid près de l’entrée principale. Le mâle du couple, facilement identifiable par ses taches rouge et jaune sur les ailes, a commencé à piquer sur tous ceux qui s’approchaient de l’endroit.

Les attaques ont semé la panique et les gens présents ont fui pour échapper à la fureur de l’oiseau. Un employé s’est d’ailleurs blessé en s’enfuyant, selon M. Champagne.

Les carouges à épaulettes s’approprient un territoire et vont le défendre bec et ongles, révèle la directrice de l’observatoire d’oiseaux de l’Université McGill, Barbara Frei. Le comportement de ces oiseaux varie d’un individu à l’autre, selon Mme Frei, qui soutient avoir déjà dû porter un casque de vélo pour se protéger de certains spécimens.

Ces oiseaux sont intelligents, selon Mme Frei, qui souligne qu’ils aiment élire domicile dans la cime des cèdres. Elle affirme qu’il n’est pas anormal de constater qu’un de ces oiseaux défende son territoire contre des humains. Et, n’en déplaise aux amateurs de scénario d’Alfred Hitchcock, la situation devrait renter dans l’ordre dans quelques semaines, selon l’ornithologue.

http://www.msn.com/

En Chine, quatre enfants abandonnés se suicident


61 millions d’enfants abandonnés en Chine et ce n’est pas nécessairement des abandons volontaires !! Ce sont des parents qui essaient de rejoindre les deux bouts en étant obligés de travailler au loin pour subvenir au besoin de la famille Ces enfants qui se sont suicidés n’est pas vraiment la faute des parents, mais d’une politique injuste qui n’aide pas les plus pauvres à remplir leur propre obligations parentales
Nuage

En Chine, quatre enfants abandonnés se suicident

En Chine, près de 5% des enfants abandonnés vivraient totalement seuls

Par Patrick Saint-Paul

La mort de ces frères et sœurs âgés de cinq à quatorze ans illustre de manière tragique le drame des « Liushu Ertong », ces enfants abandonnés qui seraient quelque 61 millions dans le pays.

Symptomatique des maux d’un pays en pleine mutation, le drame a mis en émoi la Toile chinoise. La lettre retrouvée à côté du corps de l’aîné des quatre enfants, abandonnés par leurs parents migrants et qui sont décédés après avoir ingurgité des pesticides, confirme la thèse du suicide.

«Merci pour votre gentillesse. Je sais que vous vouliez bien faire pour nous. Mais il est temps pour nous de partir maintenant», dit la note selon l’agence Chine Nouvelle.

Les quatre enfants – un garçon et trois filles, âgés de cinq à quatorze ans – ont été retrouvés morts, mardi dernier, dans leur maison d’un petit village de la région de Bijie, dans la province du Guizhou, l’une des plus pauvres de la République populaire. Le suicide a été confirmé lundi, après la publication de la lettre.

«J’ai fait le vœux de ne pas vivre au-delà de quinze ans, y écrit l’aîné des enfants. J’ai maintenant quatorze ans. Je rêve de la mort, mais ce rêve ne se réalise jamais. Aujourd’hui, il doit enfin devenir réalité».

D’après les premiers éléments de l’enquête, les enfants vivaient seuls dans la maison familiale depuis début 2014. Leur père avait quitté le village, pour chercher du travail ailleurs et envoyait 700 yuans par mois (100 euros) afin de subvenir aux besoins de la famille. Leur mère est elle aussi partie dans la province du Guangdong, cœur industriel du pays, à la recherche d’un emploi, à la suite d’une dispute conjugale avec leur père, au cours de laquelle elle affirme avoir subi des violences. Depuis, les enfants se nourrissaient grâce à un champ de maïs planté par leur père et avaient quitté l’école.

Un précédent accidentel en 2012

La Chine compte quelque 61 millions de Liushu Ertong, des enfants abandonnés, selon les statistiques de la All China Women’s Association. Pris dans la plus grande vague de migration de l’histoire de l’humanité, leurs parents ont quitté leurs villages d’origine à la recherche d’un emploi dans les grandes métropoles du pays. Dans la majorité des cas, ils laissent leurs enfants sous la responsabilité de leurs parents ou de proches. Mais près de 5 % d’entre eux vivraient totalement seuls.

En 2012, cinq enfants livrés à eux-mêmes étaient morts d’asphyxie au dioxyde de carbone dans la même ville, en tentant de se réchauffer avec du feu dans une benne à ordures.

Le premier ministre, Li Keqiang, s’est saisi de l’affaire, vendredi, et a ordonné une enquête.

«Nous ne pouvons pas permettre qu’une telle tragédie se reproduise», a-t-il dit.

Quelque 270 millions de Mingongs, des ouvriers migrants, ont quitté leurs campagnes, pour participer au développement économique des centres urbains, auxquels ils offrent une main d’œuvre à bas coût. Cependant, redoutant une explosion du nombre d’habitants dans des mégalopoles déjà surpeuplées, le gouvernement les prive d’un Hukou (permis de résidence) local. Leurs prestations sociales – assurance maladie, chômage – et les droits d’inscriptions de leurs enfants à l’école restent donc rattachés à leurs villages d’origine. De nombreuses associations déplorent que le gouvernement n’organise pas de système de pensionnat, pour prendre en charge leurs enfants.

La mère illettrée

Un véritable torrent de réactions s’est déversé sur les réseaux sociaux chinois, ou le pouvoir essuie de vives critiques.

«Les enfants abandonnés sont les sacrifiés de l’urbanisation. L’État investit trop d’argent dans les écoles publiques importantes qui ne servent qu’aux enfants des privilégiés et trop peu dans les zones rurales. C’est une exploitation extrême et une injustice pour les paysans», condamne Feng Dou Zhong De sur le site de Microblog Weibo.

«C’est le système du Hukou qui a provoqué ce drame. Quels parents n’aiment pas leurs enfants? Qui veut se séparer de ses enfants pour partir travailler ailleurs?», s’interroge Yuan Yuan Er sur Weibo.

La mère des quatre empoisonnés de Bijie, Ren Xifen, 32 ans, est rentrée, vendredi, du Guangdong, où elle travaillait dans une usine de jouets.

«Je n’ai pas assumé mes responsabilités envers eux», a-t-elle reconnue dans un entretien à l’agence Chine Nouvelle, après avoir vu les corps de ses enfants avant leur crémation.

Elle a confié les avoir quittés à la suite d’une dispute conjugale, expliquant ne «plus avoir le courage de revenir à la maison».

«Je les ai réellement abandonnés, a regretté Ren. Je suis illettrée et je ne sais même pas écrire mon nom. Je voulais, qu’ils obtiennent de bons résultats à l’école, contrairement à moi, pour leur éviter cette vie si dure. Je voudrais tellement les rejoindre».

http://www.lefigaro.fr/

Inde Un «bébé monstre» abandonné par sa maman


Je n’aime pas le terme « bébé monstre » pour désigner un bébé différent des autres. Heureusement que cette petite fille a un grand-papa au grand coeur, car sûrement qu’elle n’aurait pas survécu aux premières heures de vie.
Nuage

 

Inde

Un «bébé monstre» abandonné par sa maman

 

Un bébé de seulement deux semaines né avec d’étranges rides, lutte pour sa vie après être né prématurément et abandonné par ses parents.

La petite fille a été rejetée en raison de son étrange problème de peau, rapport le Mirror.

C’est le grand-père de la petite fille qui n’a pas encore de prénom, qui en a pris soin depuis sa naissance.

Il l’a nourri en lui donnant du lait de chèvre à la cuillère. Il l’a ensuite amené dans un hôpital de Maharashtra, dans l’ouest de l’Inde.

(Mirror)

Née après 7 mois de grossesse la petite pesait seulement 800 grammes. Selon les médecins, l’enfant aurait développé des problèmes de peau en raison d’un retard de croissance intra-utérin (RCIU), ainsi qu’un développement anormal des chromosomes.

Sa mère, Mamata Dode, 25 ans, a refusé d’allaiter son enfant en raison de son apparence repoussante. Elle a également refusé de visiter son bébé à l’hôpital.

(Mirror)

Son père, Ajay Dode, 25 ans, a aussi refusé de s’en occuper. Il n’a même pas osé la prendre dans ses bras.

Le grand-père, Dilip Dode, 50 ans, a parcouru plus de 138 kilomètres pour la faire soigner à l’hôpital. Elle est devenue malade peu de temps après sa naissance.

«Ça me brise le cœur de voir que ses parents l’ont rejeté, mais je vais tout faire pour la sauver», a expliqué le grand-père paternel à une chaîne de télévision indienne.

Mauvaise surprise

Il a expliqué que son fils et son épouse espéraient un enfant en santé, comme leur première fille, qui a aujourd’hui trois ans. Ils ont toutefois été horrifiés lorsqu’il ont vu leur nouveau-né pour la première fois.

La parturiente avait eu un bon suivi médical et rien ne laissait présager une anomalie. L’accouchement s’est bien déroulé, même s’il a eu lieu plus tôt que la date prévue.

La femme a accouché dans son village. Lorsque le bébé est né, la rumeur d’un «bébé monstre» s’est rapidement répandue.

Plusieurs villageois sortaient de leur maison afin de voir la petite, qui était devenue une curiosité.


Toutefois, personne ne voulait prendre le nourrisson dans ses bras, craignant d’attraper une maladie.

(Mirror)

Le grand-père qui a choisi de prendre soin de sa petite fille, a l’intention de l’élever seul, même si la petite est déjà rejetée par toute une population.

«Ce n’est pas de sa faute si elle est née différente, je ne vais pas la rejeter parce qu’elle souffre d’une maladie.»

L’hôpital Wadia de Mumbai a accepté de payer pour les traitements de ce bébé bien spécial. Les coûts du traitement frôlent les 500 000 roupies (environ 10 000 dollars canadiens) comprenant l’hébergement pour le grand-père.

La petite va mieux, a indiqué de son côté la Dre Minnie Badhanwala.

«Lorsqu’elle est arrivée, elle était complètement déshydratée. Si elle était arrivée plus tard, elle serait probablement morte», explique-t-elle.

Des tests plus poussés permettront de connaître les causes exactes de sa maladie.

Le poupon devra toutefois rester à l’hôpital très longtemps.

 

http://tvanouvelles.ca/

Mais d’où vient cette odeur de chien mouillé ?


Un chien mouillé, ça ne sent pas bon du tout. Cette odeur a plusieurs causes et le meilleur moyen pour y remédier est un bain à toutes les 2 ou 3 semaines
Nuage

 

Mais d’où vient cette odeur de chien mouillé ?

 

Les chiens mouillés sentent mauvais, c'est bien connu. La faute aux habitants de leur pelage. © Alex Coppel / Newspix / Rex Features

Les chiens mouillés sentent mauvais, c’est bien connu. La faute aux habitants de leur pelage. © Alex Coppel / Newspix / Rex Features

Par Louise Horvath

C’est bien connu, un chien mouillé ne sent pas la rose. D’où vient cette odeur ? Comment lutter ? Pour vous, nous levons le voile sur ce mystère.

ODEURS. Que ce soit parce qu’il aime l’eau ou parce que vous lui avez fait goûter aux joies du bain, vous avez sans doute déjà senti l’odeur que dégage votre chien une fois mouillé. Un parfum dont beaucoup d’entre nous se passeraient volontiers ! Mais d’où proviennent ces effluves incommodantes ? Une vidéo de la Société Américaine de Chimie explique le phénomène qui a plusieurs origines. L’une d’elle vient de la peau même de notre animal. Comme la nôtre, celle du chien est recouverte d’une couche imperméabilisante grasse, le sébum. Or, de par sa nature huileuse, il retient bactéries (notamment des staphylocoques) et levures. Ajoutez à cela des saletés diverses, empêtrées dans les poils de votre animal au cours des balades, roulades… et vous aurez un véritable écosystème. Et certaines maladies de peau dues à des proliférations bactériennes n’arrangent rien. C’est alors que vient s’ajouter l’élément de la discorde, qui pousse la pestilence au niveau supérieur : l’eau.

En présence d’eau, certaines molécules odorantes (des acides organiques volatiles) qui ne pouvaient être perçues par notre nez se dissolvent et deviennent alors perceptibles. C’est le cas de celles que dégagent les rejets nauséabonds des bactéries et levures qui colonisent le pelage de votre animal. Une situation analogue à celle qui a lieu lorsque l’on sue.

Un bain toutes les 2-3 semaines

De plus, l’eau imprégnant les poils de votre chien s’évapore, humidifiant l’air ambiant, ce qui amplifie la chose. Un monde d’odeur se dévoile alors à nous, pour notre plus grand déplaisir ! La meilleure solution pour lutter contre cela reste le bain, à raison d’un toutes les 2-3 semaines. Oubliez les parfums, ils risqueraient d’irriter la peau de votre compagnon.

Si malgré cela l’odeur de votre chien reste forte, même quand il est sec, c’est peut-être signe d’une prolifération anormale de bactéries et mieux vaut consulter un vétérinaire. Faites particulièrement attention aux races à plis (Shar Pei, Carlin…) dont les fronces, si elles ne sont pas séchées, peuvent devenir des nids à bactéries et champignons, générant des infections. Vous l’aurez compris, rien de tel après un bon bain que d’oublier cet épisode par un bon séchage.

http://www.sciencesetavenir.fr/