Une retraite, une pause …


S’il y a un endroit qu’on peut être en toute intimité est bien à l’intérieur de nous. Et cela devrait être un besoin d’avoir une pause en tête-à-tête avec nous.
Nuage

Une retraite, une pause …

« Tu peux, à l’heure que tu veux, te retirer en toi-même. Nulle part, en effet, l’homme ne trouve de plus tranquille et de calme retraite que dans son âme. »

Marc-Aurèle

Pieuvre noix de coco en déplacement


Cette pieuvre, nous rappelle comment certains jours porter son fardeau est lourd sur les épaules, mais nécessaire
Nuage

Pieuvre noix de coco en déplacement

La pieuvre veinée (Amphioctopus marginatus) est connue sous le nom de pieuvre noix de coco.

Pourquoi ? Car elle est réputée pour transporter des noix de coco afin de l’utiliser comme abri ou protection.

Elle adopte le comportement d’un bipède quand elle se déplace avec une noix de coco.

http://www.insoliteqc.com/

Le Saviez-Vous ►Les 23 excuses les plus folles des automobilistes pour éviter les contraventions !


Des réponses lors d’infractions du code de la route en France qui font sourire. Je crois que même au Québec, les policiers doivent entendre des explications assez similaires
Nuage

 

Les 23 excuses les plus folles des automobilistes pour éviter les contraventions !

Par Nathan Weber

Alexandre Despretz, un motard de la police nationale a traqué pendant 11 ans les infractions des automobilistes. Mais en plus de constater les infractions et de rédiger les p.v, il a également eu la bonne idée de noter sur un calepin les anecdotes et les excuses les plus originales des conducteurs ! Il a compilé le meilleur dans un livre, « les bonnes excuses des mauvais conducteurs« , à paraître cette semaine aux éditions du Cherche-Midi.

Un fameux recueil de perles, qui prouve que les automobilistes peuvent faire preuve d’une très grande inventivité pour tenter d’échapper à l’amende !

Voici quelques extraits, publiés avec l’aimable autorisation de l’auteur. Vous allez voir que c’est plutôt savoureux !

1. Lors d’un contrôle pour conduite en état d’ivresse :

– « Regardez-vous, vous ne tenez même pas debout ! »

– « Mais moi, monsieur, je conduis assis ! »

2. Une voiture esquive un embouteillage en doublant toute la file sur la bande d’arrêt d’urgence. Après  avoir été arrêté par deux policiers en patrouille, il rétorque avec aplomb :

– « Ecoutez, c’est une urgence ! J’ai une course, je suis jockey, donc j’ai le droit ! »

3. Une femme est arrêtée pour avoir effectué un dépassement interdit :

– « Et la ligne blanche, madame ? »

– « Ecoutez, je conduis là, je ne peux pas regarder par terre. »

4. Une femme est arrêtée pour une infraction au code de la route :

– « Vous venez de franchir une ligne blanche, madame. »

–  « Ah, non ! Elle était grise… »

5. Un homme est contrôlé pour un excès de vitesse manifeste :

« Vous roulez un peu vite, monsieur ! »

« Oui, mais j’ai des surgelés dans le coffre. »

6. Un homme tente de faire relativiser le gendarme pour éviter d’écoper d’une amende :

« S’il vous plaît, c’est peut-être notre dernière année sur terre. Ne me faites pas de PV. »

7. Un jeune conduisant un scooter est arrêté par la police :

« Où est votre casque, jeune homme ?

« Il est mouillé. Je l’ai étendu sur mon balcon pour qu’il sèche… »

8. Un conducteur défend le droit de sa voiture à aller à la vitesse qu’elle souhaite :

« Ma voiture fait ce qu’elle veut ! »

9. À propos du port de la ceinture :

– « Pourquoi n’attachez-vous pas l’enfant derrière ? »

– « Bah, c’est pas le mien, je l’attache pas. »

10. Une mère consciencieuse, le téléphone en main :

« J’expliquais justement à ma fille au téléphone qu’il ne fallait jamais répondre en conduisant. »

11. Un homme se justifie pour son excès de vitesse :

« Tous les mois, j’aère mon moteur… »

12. Un conducteur fait un serment solennel pour témoigner de sa sincérité :

« Je vous jure sur la tête du Code de la route que j’ai pas vu le feu rouge. »

13. Un automobiliste se justifie à propos d’un feu rouge « oublié » :

« Avant, j’étais livreur de pizzas et j’avais l’habitude de les griller. »

14. Un homme refuse catégoriquement d’admettre qu’il est passé au rouge :

« Je suis passé à l’orange écarlate. »

15. Un petit florilège de réponses lorsque les agents demandent à des automobilistes s’ils se sont rendus compte de leur infraction :

– « Bonjour madame. Vous n’avez pas vu le feu rouge ? »

– « Ben non, j’étais au téléphone. »

– « Ouaip. Mais ça me saoule de m’arrêter. »

– « J’ai pas vu, j’éternuais. »

16. Un usager de la route, contrôlé avec plus de 2g/l d’alcool dans le sang :

– « Je comprends pas, je n’ai pas bu depuis quatre ans. Je suis sûr que c’est parce que j’ai travaillé dans une imprimerie. On utilise de l’alcool à brûler et j’ai dû trop en inhaler… »

17. Un livreur à deux-roues :

« En quinze ans, j’ai grillé, je sais pas… 2 000 feux. Et bah, regardez, je suis toujours là ! »

18. Un automobiliste, au téléphone, manifestement agacé d’être arrêté par la police :

« Mais vous ne voyez donc pas que je suis en pleine conversation ? Vous me dérangez, là. »

19. Les policiers arrêtent un homme pour le faire souffler dans le ballon:

–  « Si je suis positif à votre truc, ce sera sûrement à cause de l’alcool contenu dans le bœuf bourguignon… »

Puis, après avoir été contrôlé positif :

– « Oui, mais c’est le médecin qui m’a prescrit de boire deux bières par jour pour faire fonctionner mon nouveau foie. »

20. Une conductrice tente d’expliquer qu’elle possède des facultés paranormales :

« Je fais de l’astrologie. J’arrive à avoir un œil sur le téléphone et un œil sur la route, monsieur l’agent. »

21. Un conducteur, à qui l’on fait remarquer qu’il ne porte pas sa ceinture :

« C’est vrai, mais quand je suis en chemise, je ne mets pas ma ceinture au risque de la froisser… »

22. Les agents arrêtent un homme sur le bas-côté :

– « Bonjour monsieur. Pourquoi vous ne portez pas votre ceinture ? »

– « Parce que j’ai mal aux dents ! »

23. Une conductrice est arrêtée parce qu’elle ne porte pas sa ceinture :

« Bonjour madame. Pourquoi ne portez-vous pas votre ceinture ? Vous avez une dispense ? »

« Non, mais je viens de me faire refaire les seins… » Puis, en soulevant son pull-over : « Touchez, vous allez voir, on sent la différence ! »

http://www.demotivateur.fr/

Malgré l’intimidation : Un garçon fait allonger ses cheveux pour une bonne cause


Avoir que 6 ans et décider de faire la différence pour une bonne cause est signe d’une grande audace, mais qu’en plus, il subit pendant 2 ans de critique, intimidation par des enfants, des adultes, et même de la famille, et allé quand même jusqu’au bout de son objectif, on peut penser qu’il ira loin dans la vie
Nuage

 

Malgré l’intimidation : Un garçon fait allonger ses cheveux pour une bonne cause

Un garçon fait allonger ses cheveux pour une bonne cause

Crédit photo : Facebook

Un petit garçon de Floride a choisi de se faire allonger les cheveux pour les offrir à des enfants qui les avaient perdus en raison de la maladie.

Christian McPhilamy, 8 ans, de Melbourne en Floride, ne l’a pas eu facile au cours des deux années où il a laissé allonger ses cheveux.

Plusieurs de ses camarades de classe et même des adultes le traitaient de fille en raison de sa longue et très blonde crinière. Mais Christian avait son objectif bien en tête, et il avait l’intention de l’atteindre.

L’enfant a commencé à se faire pousser les cheveux après avoir vu à la télévision la publicité d’un centre de recherche sur le cancer. Il n’avait que 6 ans.

Après deux ans, le garçon a finalement fait couper sa chevelure le 20 mai dernier. C’est la maman de Christian, Deeanna Thomas, qui fière de son garçon, a publié des photos de lui sur Facebook pour parler de son histoire.

«Il a choisi de faire ses propres recherches afin de trouver une façon d’aider. Après deux ans, il a fait couper ses cheveux. Il a atteint son but, soit donner plus de 10 pouces de cheveux dans quatre queues de cheval différentes», a-t-elle écrit sur son mur Facebook.

«Il a subi des critiques terribles, et même de l’intimidation au fil de ces deux années. De ses pairs qui le traitaient de fille, jusqu’à ses entraîneurs et amis de la famille qui lui disaient qu’il serait mieux de faire couper ses cheveux, en lui offrant même de le payer pour qu’il le fasse! N’empêche, il n’a jamais dérogé de son objectif, et il a toujours pris le temps de répondre à ses détracteurs en expliquant sa démarche. Je suis une maman fière, comme toujours».

Malgré les critiques et les injures, plusieurs personnes ont démontré leur soutien au jeune garçon.

Christian a offert les jolies mèches au Children With Hair Loss. Cette fondation du Michigan offre aux enfants qui n’ont plus de cheveux pour différentes raisons, dont la chimiothérapie, une postiche tout à fait gratuitement.

Il est aujourd’hui considéré comme un héros par bien des gens.


http://tvanouvelles.ca/

Le Pentagone a envoyé par erreur de l’anthrax au Canada


C’est le genre d’erreur, qu’on redoute quand on sait que des savants utilisent des substances dangereuses. Mais, je ne sais pas, je trouve bizarre que cette « erreur » à été envoyé dans plusieurs pays. C’est le genre de truc qu’on fait volontairement, non ?
Nuage

 

Le Pentagone a envoyé par erreur de l’anthrax au Canada

 

La maladie du charbon, ou anthrax, est une... (Photo: Reuters)

La maladie du charbon, ou anthrax, est une infection aiguë qui touche aussi bien l’animal que l’homme.

PHOTO: REUTERS

 

Le Pentagone a reconnu mardi avoir envoyé par inadvertance à un laboratoire canadien un échantillon actif de bacilles du charbon (anthrax), quelques jours après la découverte d’un autre lot de bactéries mortelles dans une base américaine.

Cette découverte a soulevé de nouvelles inquiétudes sur la prise en charge, par le ministère américain de la Défense, de cette substance mortelle, et les conséquences de ces erreurs de livraison.

La Défense américaine a reconnu ignorer pour le moment le nombre exact de pays et de laboratoires commerciaux ayant pu recevoir ces fioles contenant le bacille du charbon.

Le Pentagone a confirmé que des spores actives de bacille du charbon ont été expédiées vers des laboratoires aux États-Unis, au Canada, mais aussi en Australie et en Corée du Sud.

«Hier (lundi) nous avons pu déterminer la livraison au Canada de bactérie de bacille du charbon», a déclaré le porte-parole du Pentagone, le colonel Steven Warren.

L’échantillon provenait d’un «échantillon référence», reconnu comme «actif» après test, a-t-il précisé. Il a été envoyé à un laboratoire d’Alberta, a indiqué à l’AFP un responsable de la Défense, sous couvert de l’anonymat.

La substance avait été irradiée sur une base militaire située en Utah, a-t-il dit, mais pour une raison inconnue, la bactérie n’a pas été désactivée comme prévu originellement.

Deux autres échantillons actifs de bacille du charbon ont été trouvés dans cette zone. Des sous-échantillons de ces lots ont été acheminés dans au moins 28 laboratoires américains, dans 12 États.

Selon des responsables américains, ce chiffre va sûrement augmenter à mesure que l’enquête interne progresse.

La maladie du charbon, ou anthrax, est une infection aiguë qui touche aussi bien l’animal que l’homme. La bactérie responsable (Bacillius anthracis) peut aussi être utilisée comme arme bactériologique. Elle est mortelle à moins de prendre des antibiotiques très rapidement.

http://www.lapresse.ca/

Russie : Abandonné en forêt, un bébé est retrouvé couvert de fourmis


Il y a des actes que des humains font envers d’autres humains que je ne comprends pas. Je peux concevoir qu’une maman abandonne son enfant, il y a des raisons que pour certaines sont insurmontable sur le moment, mais laissé son enfant de la sorte, non, je ne comprends pas. Elle aurait pu l’abandonné sur le seuil d’une porte, dans un endroit communautaire ou a l’hopital .. Mais, un nouveau-né, dans la forêt, enterré sur des tas de feuilles, alors que le bébé est vivant, c’est incompréhensible
Nuage

 

Russie : Abandonné en forêt, un bébé est retrouvé couvert de fourmis

 

Abandonné en forêt, un bébé est retrouvé couvert de fourmis

Crédit photo : Daily Mail

Un tout petit bébé d’à peine trois jours abandonné en forêt a été découvert complètement couvert de fourmis, près de Chelyabinskdans le centre de la Russie.

C’est un passant qui circulait non loin qui a trouvé le petit complètement laissé à lui-même. Le nouveau-né criait et pleurait très fort, mais on ne sait pas depuis combien de temps il avait été laissé ainsi.

Les policiers ont ouvert une enquête afin de retrouver le ou les responsables, rapporte le Daily Mail.

(Daily Mail)

Selon les autorités, le bébé n’aurait certainement pas survécu plus longtemps si l’homme ne l’avait pas découvert. Le passant avait décidé cette journée-là de prendre un raccourci pour se rendre au travail, chose qu’il ne faisait pas habituellement.

«La personne qui a trouvé le bébé de sexe féminin l’a entendu crier. Il a dû fouiller sous les feuilles mortes pour la découvrir complètement couverte de fourmis», ont expliqué les autorités.

«C’était évident pour le bon Samaritain que le bébé avait clairement été abandonné. Il n’y avait absolument personne autour. Il a alors pris le bébé et a immédiatement appelé une ambulance».

Le bébé avait encore son cordon ombilical attaché lorsqu’il a été trouvé.

Après avoir été soigné pour ses nombreuses morsures, l’enfant se trouve dans un état stable et devrait être complètement remis.

Les parents sont activement recherchés par les policiers.

http://tvanouvelles.ca/

Pourquoi accumule-t-on en étant incapable de jeter?


On accumule beaucoup et tout se retrouve entasser dans les armoires et placards, ou bien encombre notre espace, pendant des mois voir des années. Il semblerait que cela reflète notre état d’esprit. Il est vrai quand on fini par se débarrasser de choses inutiles, qu’on nettoie, aére comme le ménage du printemps, on se sent mieux moralement
Nuage

 

Pourquoi accumule-t-on en étant incapable de jeter?

 

Bénédicte Régimont

Décoratrice d’intérieur, auteure spécialisée dans la psychologie de l’habitat

Nos placards sont parfois pleins d’objets qui se sont entassés depuis des années et dont on a oublié jusqu’à l’existence. Il faut parfois un déménagement pour se décider à enfin tout retirer et (re)découvrir avec stupéfaction ce que nous avons conservé toutes ces années.

Pourquoi avons-nous été incapables de nous séparer de ces objets? Conserver, garder, stocker fait appel à des mécanismes inconscients dictés par différentes peurs. Décryptages de nos petites manies.

Un objet n’est utile que s’il a une fonction

Au cours d’une journée, le nombre des objets que nous utilisons est conditionné par nos activités. Du réveille-matin à la petite cuillère pour le café, votre brosse à dents, votre journal quotidien (ou votre tablette), vos vêtements, votre voiture, votre sac… On ne se pose pas de question sur les objets que l’on utilise.

Mais pour ce qui s’entasse dans le placard? On trouve tout un tas de bonnes excuses pour les avoir conservé:

– Je le porterai quand j’aurai maigri
– Cela peut servir un jour
– Je le réparerai la semaine prochaine
– Je le garde si quelqu’un en a besoin un jour
– Je l’ai payé cher…

Et, au fil du temps, votre silhouette ne change pas, vous ne trouvez pas l’énergie de le réparer, personne ne vous le réclame, et sa valeur est devenue nulle. Bienvenue dans le monde de l’inutile.

L’accumulation est un frein inconscient

Les peurs et non-dits dictent nos accumulations inconscientes. La peur trouve son explication dans la symbolique des objets qui sont stockés. Tant que nous n’avons pas clarifié certaines situations, nous sommes dans l’incapacité de nous séparer ces objets.

Au lieu de nous concentrer sur le moment présent et les opportunités, nous passons notre temps dans la nostalgie du passé ou la peur de l’avenir. Car conserver tous ces objets sert à remédier à toute situation inconfortable qui pourrait survenir et à laquelle nous voulons apporter une solution immédiate.

Mais ces situations n’arrivent jamais, alors on accumule encore plus. Vivre, c’est avant tout avoir la capacité de s’adapter et non de tout vouloir tout anticiper. Pensez-vous vraiment que vous recevrez 24 personnes en même temps à l’improviste? Alors pourquoi accumuler toute cette vaisselle et toutes ces conserves?

Se séparer de l’inutile n’est pas vivre dans le dénuement

Il n’est nullement question de vivre comme un ermite dans l’ascèse la plus totale. Non. Il est question de vivre l’esprit libre et léger, avec ce qui est nécessaire pour notre confort quotidien. Un joli plaid en mohair que vous utilisez au quotidien est bien plus agréable que 5 couvertures en fibres synthétiques qui dégoutent même les mites de votre placard! Moins, mais mieux, devrait être votre seule motivation.

Jeter comme une libération

Parfois une envie irrépressible de tout balancer nous prend et l’on se surprend à commencer et ne plus pouvoir s’arrêter. Notre état d’esprit a changé et nous exprimons (enfin) notre transformation personnelle.

Nous faisons le deuil d’une vie passée et jetons tout ce qui s’y réfère. Nous avons envie de repartir du bon pied. Adieu vêtements démodés, vaisselle cassée, vieux magazines… On commence à mieux respirer, à revivre.

D’ailleurs, après une séance de nettoyage de printemps, on se sent plus léger, mais aussi fatigué. Notre corps et notre esprit intègrent de nouvelles informations et cela demande un temps d’adaptation.

Arrêtez de mentaliser sur les bienfaits ou pas de vous séparer de votre fatras, expérimentez et commencez maintenant.

Astuces pour commencer:

Videz tout le contenu d’un tiroir (oui, nous commençons petit pour bien s’approprier le mécanisme). On fait 3 tas:

– Ce que j’utilise réellement (on ne se ment pas!)
– Ce que je garde au cas où…
– Ce que je décide de jeter

Ensuite vous rangez le premier tas.

Le troisième part à la poubelle ou au recyclage, mais je vous interdis de le stocker «en attendant»

Le deuxième, celui pour lequel vous n’avez pas une vision claire, vous prenez une décision ferme. Si vous n’avez pas utilisé ces objets dans les 6 mois, vous les jetterez.

Par expérience, vous réaliserez que le deuxième tas finit généralement à la poubelle. S’ils ne vous ont pas manqué, c’est qu’ils n’étaient pas utiles finalement.

Une fois que vous aurez intégré ce processus, vous comprendrez la nécessité de mieux consommer. De ne pas céder au coup de cœur, mais avant tout au plaisir que vous aurez à utiliser ces objets. Et si vous faites une erreur de choix (cela nous arrive à tous), séparez-vous sans regrets! Votre vie s’en trouvera allégée sur tous les plans!

http://quebec.huffingtonpost.ca/