En Chine, quatre enfants abandonnés se suicident


61 millions d’enfants abandonnés en Chine et ce n’est pas nécessairement des abandons volontaires !! Ce sont des parents qui essaient de rejoindre les deux bouts en étant obligés de travailler au loin pour subvenir au besoin de la famille Ces enfants qui se sont suicidés n’est pas vraiment la faute des parents, mais d’une politique injuste qui n’aide pas les plus pauvres à remplir leur propre obligations parentales
Nuage

En Chine, quatre enfants abandonnés se suicident

En Chine, près de 5% des enfants abandonnés vivraient totalement seuls

Par Patrick Saint-Paul

La mort de ces frères et sœurs âgés de cinq à quatorze ans illustre de manière tragique le drame des « Liushu Ertong », ces enfants abandonnés qui seraient quelque 61 millions dans le pays.

Symptomatique des maux d’un pays en pleine mutation, le drame a mis en émoi la Toile chinoise. La lettre retrouvée à côté du corps de l’aîné des quatre enfants, abandonnés par leurs parents migrants et qui sont décédés après avoir ingurgité des pesticides, confirme la thèse du suicide.

«Merci pour votre gentillesse. Je sais que vous vouliez bien faire pour nous. Mais il est temps pour nous de partir maintenant», dit la note selon l’agence Chine Nouvelle.

Les quatre enfants – un garçon et trois filles, âgés de cinq à quatorze ans – ont été retrouvés morts, mardi dernier, dans leur maison d’un petit village de la région de Bijie, dans la province du Guizhou, l’une des plus pauvres de la République populaire. Le suicide a été confirmé lundi, après la publication de la lettre.

«J’ai fait le vœux de ne pas vivre au-delà de quinze ans, y écrit l’aîné des enfants. J’ai maintenant quatorze ans. Je rêve de la mort, mais ce rêve ne se réalise jamais. Aujourd’hui, il doit enfin devenir réalité».

D’après les premiers éléments de l’enquête, les enfants vivaient seuls dans la maison familiale depuis début 2014. Leur père avait quitté le village, pour chercher du travail ailleurs et envoyait 700 yuans par mois (100 euros) afin de subvenir aux besoins de la famille. Leur mère est elle aussi partie dans la province du Guangdong, cœur industriel du pays, à la recherche d’un emploi, à la suite d’une dispute conjugale avec leur père, au cours de laquelle elle affirme avoir subi des violences. Depuis, les enfants se nourrissaient grâce à un champ de maïs planté par leur père et avaient quitté l’école.

Un précédent accidentel en 2012

La Chine compte quelque 61 millions de Liushu Ertong, des enfants abandonnés, selon les statistiques de la All China Women’s Association. Pris dans la plus grande vague de migration de l’histoire de l’humanité, leurs parents ont quitté leurs villages d’origine à la recherche d’un emploi dans les grandes métropoles du pays. Dans la majorité des cas, ils laissent leurs enfants sous la responsabilité de leurs parents ou de proches. Mais près de 5 % d’entre eux vivraient totalement seuls.

En 2012, cinq enfants livrés à eux-mêmes étaient morts d’asphyxie au dioxyde de carbone dans la même ville, en tentant de se réchauffer avec du feu dans une benne à ordures.

Le premier ministre, Li Keqiang, s’est saisi de l’affaire, vendredi, et a ordonné une enquête.

«Nous ne pouvons pas permettre qu’une telle tragédie se reproduise», a-t-il dit.

Quelque 270 millions de Mingongs, des ouvriers migrants, ont quitté leurs campagnes, pour participer au développement économique des centres urbains, auxquels ils offrent une main d’œuvre à bas coût. Cependant, redoutant une explosion du nombre d’habitants dans des mégalopoles déjà surpeuplées, le gouvernement les prive d’un Hukou (permis de résidence) local. Leurs prestations sociales – assurance maladie, chômage – et les droits d’inscriptions de leurs enfants à l’école restent donc rattachés à leurs villages d’origine. De nombreuses associations déplorent que le gouvernement n’organise pas de système de pensionnat, pour prendre en charge leurs enfants.

La mère illettrée

Un véritable torrent de réactions s’est déversé sur les réseaux sociaux chinois, ou le pouvoir essuie de vives critiques.

«Les enfants abandonnés sont les sacrifiés de l’urbanisation. L’État investit trop d’argent dans les écoles publiques importantes qui ne servent qu’aux enfants des privilégiés et trop peu dans les zones rurales. C’est une exploitation extrême et une injustice pour les paysans», condamne Feng Dou Zhong De sur le site de Microblog Weibo.

«C’est le système du Hukou qui a provoqué ce drame. Quels parents n’aiment pas leurs enfants? Qui veut se séparer de ses enfants pour partir travailler ailleurs?», s’interroge Yuan Yuan Er sur Weibo.

La mère des quatre empoisonnés de Bijie, Ren Xifen, 32 ans, est rentrée, vendredi, du Guangdong, où elle travaillait dans une usine de jouets.

«Je n’ai pas assumé mes responsabilités envers eux», a-t-elle reconnue dans un entretien à l’agence Chine Nouvelle, après avoir vu les corps de ses enfants avant leur crémation.

Elle a confié les avoir quittés à la suite d’une dispute conjugale, expliquant ne «plus avoir le courage de revenir à la maison».

«Je les ai réellement abandonnés, a regretté Ren. Je suis illettrée et je ne sais même pas écrire mon nom. Je voulais, qu’ils obtiennent de bons résultats à l’école, contrairement à moi, pour leur éviter cette vie si dure. Je voudrais tellement les rejoindre».

http://www.lefigaro.fr/

2 réponses à “En Chine, quatre enfants abandonnés se suicident

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s