Le Saviez-Vous ► Le baobab citerne de Madagascar


Le baobab est un arbre extraordinaire pour les gens du Madagascar lors des mois sans pluies. Il peut servir de citerne en faisant une cavité et le plus extraordinaire et unique pour un arbre, il ne meurt pas, il continue sa croissance
Nuage

 

Le baobab citerne de Madagascar

Les baobabs citernes de Madagascar peuvent stocker jusqu’à 9 m3 d’eau.

ZOOM

Les baobabs citernes de Madagascar peuvent stocker jusqu’à 9 m3 d’eau. / Cirad

Marie Verdier

Pour survivre à l’extrême sécheresse qui sévit dans le sud-ouest de Madagascar, les habitants évident les plus beaux baobabs pour les transformer en citernes. Lesquels ne meurent pas.

L’invention du baobab citerne à Madagascar remonterait aux années 1920-1930, lorsque sécheresse et famine exceptionnelles s’étaient abattues sur le pays mahafaly dans le sud-ouest de l’île. D’après l’anthropologue Minah Rafalimaro qui rédige une thèse sur cette pratique unique au monde, les habitants se sont inspirés de la nature : lorsqu’un baobab est frappé par la foudre, il ne meurt pas et conserve précieusement l’eau qui s’est engouffrée dans la cavité créée.

Une région sans eau d’avril à novembre

Les Mahafalys, pauvres parmi les plus pauvres, ont depuis lors pris l’habitude d’évider les troncs des plus beaux baobabs pour y stocker l’eau si rare de la saison des pluies. Dans cette région aride sans lac ni rivière, il ne tombe pas une goutte d’eau d’avril à novembre.

Un millier de baobabs citernes ont été recensés sur le plateau mahafaly. Dans leur majestueux tronc qui peut atteindre plusieurs mètres de diamètre, ils peuvent stocker jusqu’à 9 m3 d’eau. Mais comment ces arbres ne meurent-ils pas alors que leur bois de piètre qualité, mou et spongieux, pourrit rapidement dès qu’il est coupé ?

Une croissance interne et externe du tronc de baobab

« C’est le seul arbre connu au monde qui pousse à la fois de manière centrifuge et centripète », s’étonne Pascal Danthu, spécialiste de biodiversité forestière au Centre international de recherche agronomique pour le développement (Cirad) à Madagascar.

« Les arbres grandissent d’ordinaire par cernes successifs, seule la partie externe, dite cambium, est vivante, explique-t-il. Le baobab a lui des cellules de cambia disséminées dans le bois qui se remobilisent pour former une écorce à l’intérieur du tronc dès lors que celui-ci est évidé. »

Les habitants ont bien compris empiriquement ce phénomène : ils attendent au moins six mois avant de remplir leur citerne naturelle, le temps que l’arbre cicatrise, que l’écorce interne se reforme pour garantir l’étanchéité de la cavité. L’arbre poursuit alors sa croissance interne au point que les habitants sont obligés tous les cinq ans de recreuser cette écorce au risque sinon que la cavité ne se referme.

http://www.la-croix.com/

Le Chilesaurus, «l’un des dinosaures les plus intrigants», révèle ses secrets


Un dinosaure avait le physique d’un prédateur carnivore, mais il serait en réalité un herbivore, ce qui serait selon les chercheurs, un animal avant vécu dans la période de Jurassique serait peut-être un ancêtre qui aurait donné deux groupes un carnivore et l’autre végétarien
Nuage

 

Le Chilesaurus, «l’un des dinosaures les plus intrigants», révèle ses secrets

 

Le Chilesaurus a la tête d'un carnivore, mais... (Photo tirée de Twitter)

Le Chilesaurus a la tête d’un carnivore, mais les dents plates d’un herbivore, ce qui intrigue les chercheurs.

PHOTO TIRÉE DE TWITTER

 

Agence France-Presse
Paris

Le Chilesaurus, un herbivore à l’allure de terrible carnivore, pourrait être le «chaînon manquant» entre deux grandes familles de dinosaures, selon une étude parue mercredi qui prône une révision complète de leur généalogie.

«Le Chilesaurus contribue réellement à combler un écart évolutif entre deux grands groupes de dinosaures (les théropodes et les ornithischiens, ndlr)», explique à l’AFP Paul Barrett du musée d’histoire naturelle de Londres, coauteur de l’étude.

«Cette découverte nous aide à comprendre comment un type de dinosaure s’est transformé en un autre type, complètement différent», ajoute-t-il

L’animal qualifié de «l’un des dinosaures les plus déroutants et les plus fascinants jamais découverts» par le chercheur a été mis au jour dans le sud du Chili en février 2004 par un garçon de 7 ans.

L’enfant accompagnait ses parents géologues dans les Andes quand il est tombé par hasard sur des fossiles présents dans des roches de la fin de la période du Jurassique, il y a environ 150 millions d’années.

Le Chilesaurus a tout de suite intrigué les chercheurs par ses caractéristiques inhabituelles:

il a «presque l’air d’avoir été conçu à partir de plusieurs animaux différents», s’amuse Paul Barrett.

Par exemple, il a la tête d’un carnivore, mais les dents plates d’un herbivore (indispensables pour broyer la matière végétale).

À l’occasion d’une étude précédente publiée en 2015, des chercheurs avaient placé le nouveau venu dans la famille des théropodes, dont il a l’allure, parmi lesquels figurent les fameux carnivores Tyrannosaurus et Vélociraptor.

Mais après avoir étudié plus de 450 caractéristiques anatomiques de dinosaures primitifs, Paul Barrett et son collègue Matthew Baron de l’Université de Cambridge sont affirmatifs: c’est un ornithischien, un dinosaure au «bassin d’oiseau» (mais sans pour autant avoir de lien de parenté avec eux).

Il rejoint dans ce groupe le Tricératops, l’Iguanodon et le Stégosaures, selon leur travaux publiés dans la revue britannique Proceedings of the Royal Society B.

Les chercheurs pensent pouvoir également lui attribuer le titre de «chaînon manquant» entre les dinosaures herbivores et les théropodes.

«Ces deux groupes ont partagé une ascendance commune datant de 220 à 225 millions d’années», explique Paul Barrett. «Cet ancêtre commun a donné deux groupes: l’un est devenu les théropodes mangeurs de viande, l’autre les Ornithischiens végétariens».

Selon l’étude, le Chilesaurus serait «un membre très précoce» des ornithischiens. Il en possède le bassin et les dents plates, mais pas le bec, ce qui pourrait en faire un spécimen de transition entre les deux familles.

«Le Chilesaurus montre comment un animal qui ressemble à un mangeur de viande à deux pattes peut se transformer en quelque chose qui commence à devenir un mangeur de plantes», explique Paul Barrett.

Cette découverte vient conforter une précédente étude des deux chercheurs publiée en mars qui remettait en cause la classification des dinosaures.

Depuis plus de 100 ans, on répartit les dinosaures en deux grands groupes: les Saurischiens (qui comportent les Théropodes) et les Ornithischiens.

Les deux chercheurs avaient remis en cause cette classification en affirmant que les théropodes et ornithischiens appartenaient au même groupe.

«Chilesaurus nous conforte dans l’idée que ce réarrangement est correct car il possède des caractéristiques des deux groupes», note le chercheur.

http://www.lapresse.ca/a

Des touristes tuent un bébé dauphin en voulant le prendre en photo


Je peux comprendre la curiosité des gens de voir un animal tel qu’un dauphin, mais il faut aussi s’attendre qu’il y a des conséquences qu’il faut tenir compte. Les animaux sauvages comme les dauphins sont sensibles au stress et un bébé doit l’être encore plus. Ce n’est pas des égoportraits que l’animal à besoin, mais de l’aide. Malheureusement, ce bébé est mort.
Nuage

Des touristes tuent un bébé dauphin en voulant le prendre en photo

 

L’animal, qui s’était éloigné de sa mère, a échoué sur la plage de Mojacar, en Espagne, où il a été attrapé par des touristes qui voulaient prendre des photos en sa compagnie.

La scène s’est déroulée sur une plage de la province d’Almeria. Un dauphin femelle, encore en phase d’allaitement, a perdu sa mère et s’est retrouvé bloqué dans les eaux peu profondes de la côte espagnole. Plutôt que d’appeler les secours, les touristes ont préféré tirer l’animal de l’eau afin de se prendre en photo avec.

L’animal était déjà mort, probablement à cause du stress, lorsque des écologistes marins, alertés par un sauveteur, sont arrivés sur place.

L’incident a été rapporté sur Facebook par Equinac, un organisme chargé de protéger la faune et la flore marine dans la région. L’association n’a pas hésité à critiquer le comportement des touristes, qu’elle tient pour responsables de la mort du dauphin.

« Les humains sont les animaux les plus irrationnels qui soient. Beaucoup de gens sont incapables de ressentir de l’empathie pour un être vivant terrifié, affamé, et sans sa mère. Dans leur égoïsme, tout ce qu’il veulent, c’est de le prendre en photo et de le toucher, et ce même si l’animal souffre de stress », peut-on lire sur la page d’Equinac.

L’organisme a ensuite tenu à rappeler que les cétacés étaient sujets au stress.

« Les cétacés y sont très sensibles. « Se jeter sur eux pour les prendre en photo et les toucher leur cause un choc très fort qui accélère un arrêt cardio-respiratoire, ce qui s’est finalement produit ».

Indignation

Selon Equinac, les baigneurs auraient dû immédiatement alerter les services de secours, bien que le jeune animal était déjà pratiquement condamné.

« Peut-être que nous n’aurions pas pu le sauver, mais nous aurions au moins pu essayer ».

La nouvelle suscitait l’indignation sur les réseaux sociaux:

« Si tu vas à la plage, laisse la stupidité à la maison » ou « Vous vous êtes aussi pris des selfies une fois qu’il était mort? », commentaient des usagers sur Twitter.

Le parti espagnol contre la maltraitance animale (Pacma) avait lui dénoncé dans un article partagé plus de 4.800 fois sur Facebook le « harcèlement des baigneurs » envers l’animal.

 

http://www.7sur7.be/

Gluten 101


Avant de choisir un régime sans gluten, mieux vaut en parler avec son médecin à savoir s’il y a possibilité d’être intolérant ou sensible au gluten avant de bannir certains produits dans son alimentation, car il faut éviter les carences de certaines vitamines et minéraux
Nuage

 

Gluten 101

 

Gluten

Photo: iStock by Getty Images

Doit-on bannir le gluten de son alimentation? Et ces maux de ventre sont-ils un signe d’intolérance ou de sensibilité? Des réponses afin de dissiper toute confusion.

20 juin. 2017 Chantal Éthier

 

Qu’est-ce que l’intolérance au gluten ?

Le gluten est une protéine contenue dans le blé, l’épeautre, le kamut, le seigle et l’orge. C’est elle qui donne, entre autres, de la texture et du volume aux produits de boulangerie. Chez 1 % de la population, cette protéine entraîne une destruction d’origine inflammatoire de l’intestin grêle – on parle alors d’intolérance au gluten ou de maladie cœliaque.

« Avec pour conséquences des douleurs abdominales, de la diarrhée, des éruptions cutanées et des carences en vitamines et en minéraux », indique le Dr Idriss Djilali-Saïah, immunologiste au CHU Sainte-Justine.

Les symptômes varient d’un individu à l’autre et sont parfois si légers qu’ils passent inaperçus. Sur 10 personnes affectées, 9 ne le sauraient pas, selon la Fondation québécoise de la maladie cœliaque.

Pourquoi l’autodiagnostic est-il dangereux ?

La seule façon de savoir si l’on est atteint de la maladie cœliaque est de subir des tests sanguins et une biopsie de l’intestin. Retirer le gluten de son alimentation sans avoir reçu un diagnostic peut atténuer les symptômes, mais les dommages causés à l’intestin vont se poursuivre en sourdine.

« La moindre molécule de blé peut causer de l’inflammation, dit la nutritionniste Nicole LeBlanc. C’est une maladie sérieuse, qui ne se traite pas seulement en achetant du pain sans gluten. Pour éviter la contamination avec les céréales proscrites, par exemple, il faut utiliser un grille-pain différent de celui du reste de la famille. »

Sans être intolérantes, certaines personnes se disent « sensibles » au gluten. Est-ce possible ?

« Même si aucun test ne permet de le détecter, ce syndrome existe bel et bien », précise le Dr Idriss Djilali-Saïah.

Les symptômes ressentis sont similaires à ceux de la maladie cœliaque, mais sans les dommages à l’intestin grêle.

« Par contre, on a découvert une certaine forme d’inflammation de la paroi intestinale des gens sensibles au gluten. Et les biopsies de ces patients diffèrent légèrement de la normale. »

On croit qu’une flore intestinale perturbée et une paroi intestinale trop perméable feraient partie des causes. La sensibilité au gluten toucherait moins de 6 % de la population. Le tiers des gens atteints du syndrome du côlon irritable seraient en réalité sensibles au gluten. On a également découvert que le retrait de cette protéine améliore la condition des patients atteints de troubles inflammatoires de l’intestin, comme la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse.

Le blé contient-il plus de gluten qu’auparavant ?

Les experts ne s’entendent pas sur la question. Ce qui est certain, c’est que le pain en contient davantage, car on ajoute du gluten au moment de sa fabrication pour le rendre plus moelleux. Le blé et l’orge sont également utilisés comme agent épaississant ou rehausseur de goût dans les sauces, soupes, assaisonnements de légumes surgelés, saucisses, cretons

Les aliments sans gluten sont-ils plus santé ?

Pas nécessairement, d’après la nutritionniste Nicole LeBlanc.

« Pour donner de la texture au pain, aux biscuits et aux craquelins, le gluten est souvent remplacé par du gras, du sucre et de l’amidon. Alors, quand on opte pour une diète sans gluten, il faut d’abord choisir des aliments qui n’ont pas été transformés », dit-elle.

Est-ce que des maux de ventre après l’ingestion de pain ou de pâtes de blé sont un signe probant de sensibilité au gluten ?

« Certaines personnes qui se croient sensibles au gluten vont éviter le pain et se sentir effectivement mieux, explique le Dr Mickaël Bouin, gastroentérologue au CHUM. Mais, en fait, elles pourraient réagir aux fructanes, des sucres ­présents dans le blé, le seigle et l’orge. »

On a réuni sous l’acronyme FODMAPs des sucres difficiles à digérer qui, chez certains, provoquent des gaz et des douleurs abdominales. Le fructane en fait partie. (On trouve également ce sucre dans les oignons, les échalotes et les artichauts.)

Selon le Dr Bouin, la découverte des FODMAPs ne remet pas en question l’existence de la sensibilité au gluten.

« Certains malaises intestinaux ont des causes multiples qu’on commence seulement à mieux comprendre. »

Comment détecter le gluten qui se cache dans les aliments transformés ?

« Sur la liste des ingrédients, les mentions protéines végétales hydrolysées, extraits de levure, malt, sirop de malt ou amidon modifié ­signifient que ce produit peut contenir du ­gluten », explique la nutritionniste Nicole LeBlanc.

Que peut-on mettre dans son assiette quand on souffre d’intolérance ou de sensibilité au gluten ?

Des céréales naturellement sans gluten, comme le millet, le quinoa, le riz, le maïs, l’avoine non contaminée [cette céréale est souvent en contact avec le blé au moment de sa commercialisation]

De même que des produits nature : yogourt, viandes, poisson, fruits de mer, légumineuses, œufs, noix, graines, tofu, fruits et légumes.

 « J’ai moi-même reçu un diagnostic de maladie cœliaque il y a 17 ans, confie la nutritionniste. Et, croyez-moi, il y a tout de même moyen de bien manger… »

http://fr.chatelaine.com

Mise en garde en Suède où un élan blanc attire les foules


Il est intéressant de voir des animaux qui ont une différence de leur espèce qui font d’eux, un animal rare. Les voir en photos et vidéos devrait satisfaire notre curiosité et non partir a la recherche de ces bêtes qui devraient vivre en toute quiétude dans leur environnement
Nuage

 

Mise en garde en Suède où un élan blanc attire les foules

 

Des scientifiques suédois ont mis en garde mardi contre la dangerosité des élans, après la diffusion d’une vidéo montrant un animal très rare, un élan blanc, filmé dans le centre de la Suède.

La vidéo, publiée d’abord en ligne, a été filmée dans la région de Värmland, et a rapidement attiré les curieux dans cette région du centre-est de la Suède où le cervidé a été vu.

« Les élans peuvent être énervés (…) et ils sont alors dangereux. Je conseillerais aux gens de garder leurs distances », a déclaré à l’AFP Göran Ericsson, professeur d’écologie animale à l’Université des sciences agricoles, rappelant que les élans pèsent généralement entre 400 et 600 kilos.

Les autorités de la région de Värmland ont déclaré lundi que de nombreuses personnes avaient suivi des élans jusque dans la forêt, allant jusqu’à empiéter sur des propriétés privées, au détriment des habitants et des amoureux de la nature.

Interrogé par l’AFP, Hans Nilsson, un élu local auteur de la vidéo, espère que les curieux « seront respectueux de l’élan et ne viendront pas le stresser ».

L’élan filmé est entièrement blanc, même ses bois, en raison d’un gène récessif qui n’est pas rare parmi les élans de la région, a expliqué M. Ericsson.

La région de Värmland compte à elle seule entre 50 et 100 élans blancs, parmi le millier comptabilisé en Suède, et les 300.000 répartis à travers le monde.

http://www.lepoint.fr