Photos datant de 1906


Un mode de vie disparus avec le temps. Remplacé par ceux qui sont venus coloniser l’Amérique. Des photos qui illustrent bien la fierté amérindienne avec leurs ornements, la droiture ..
Nuage

 

Photos datant du début des années 1900

Un homme de la tribu des Corbeaux sur son cheval, en 1908.

Edward S. Curtis/Library of Congress

Edward S. Curtis/Library of Congress

Edward S. Curtis était un ethnologue américain de renom et un photographe de l’Ouest américain et des peuples amérindiens.

Durant sa vie, il a pris une quantité stupéfiante de clichés des paysages de l’Amérique sauvage, conservant des archives pouvant offrir aux générations futures un aperçu d’une période remarquable de l’histoire de ce pays.

Débutant en 1906, Edward S. Curtis a passé deux décennies a voyagé à travers l’Amérique du Nord, sur les traces de plus de 80 tribus amérindiennes, pour tenter de réunir une documentation sur les peuples indigènes.

Ses séries de photographies étonnantes, définitivement intitulées The North American Indian (« Les Indiens d’Amérique du Nord »), sont désormais une œuvre d’art inestimable, et l’une des collections les plus poignantes du pays.

Un pêcheur à la lance Hupa qui guette le saumon, en 1923.

Edward S. Curtis/Library of Congress

Edward S. Curtis/Library of Congress

Un chaman Absaroka, en 1908.

Edward S. Curtis/Library of Congress

Edward S. Curtis/Library of Congress

Une mère et son enfant de la tribu des Corbeaux, en 1908.

Edward S. Curtis/Library of Congress

Edward S. Curtis/Library of Congress

Un chasseur de canard Kutenai, en 1910.

Edward S. Curtis/Library of Congress

Edward S. Curtis/Library of Congress

Un groupe d’hommes de la tribu Navajo dans le Canyon de Chelly, en Arizona, en 1904.

Edward S. Curtis/Library of Congress

Edward S. Curtis/Library of Congress

Medicine Crow, chef de la tribu Absaroka, en 1908.

Edward S. Curtis/Library of Congress

Edward S. Curtis/Library of Congress

Deux filles Piégans rassemblent les verges d’or, en 1910.

Edward S. Curtis/Library of Congress

Edward S. Curtis/Library of Congress

Chefs Piégans, en 1900

Edward S. Curtis/Library of Congress

Edward S. Curtis/Library of Congress

Chefs sioux, en 1905

Edward S. Curtis/Library of Congress

Edward S. Curtis/Library of Congress

Un homme Hidatsa avec un aigle, en 1908.

Edward S. Curtis/Library of Congress

Edward S. Curtis/Library of Congress

Hollow Horn Bear (« Ours Corne Creuse »), un Sioux Brulé, en 1907.

Edward S. Curtis/Library of Congress

Edward S. Curtis/Library of Congress

Une fille d’une tribu Jicarilla (Apache), en 1910.

Edward S. Curtis/Library of Congress

Edward S. Curtis/Library of Congress

Une fille de la tribu WishranMedicine Crow, chef de la tribu Absaroka, en 1910.

Edward S. Curtis/Library of Congress

Edward S. Curtis/Library of Congress

Danseurs de la tribu Qagyuhl, en 1914.

Edward S. Curtis/Library of Congress

Edward S. Curtis/Library of Congress

Une délégation de Kwakiutl arrive sur la rive en canoë pour un mariage, en 1914.

Edward S. Curtis/Library of Congress

Edward S. Curtis/Library of Congress

http://bridoz.com/

Le Saviez-Vous ► Inventions de la NASA dont on ne se passerait plus!


L’exploration spatiale nous, on fait découvrir les beautés de l’espace, mais à un prix fort, pourtant grâce a ses explorations, nous pouvons profiter des multiples inventions qu’on ne peut maintenant plus s’en passé. Voici une petite liste, mais sachez qu’il y a beaucoup plus, et ce, dans plusieurs domaines, la découverte de l’espace nous as ouvertes bien des portes
Nuage

 

Inventions de la NASA dont on ne se passerait plus!

 

Saviez-vous? - Inventions de la NASA dont on ne se passerait plus!

Photo Kovalenko Inna – Fotolia.com

Stéphanie Godbout

 

Le programme spatial américain n’a pas seulement permis à l’homme de marcher sur la lune. Du GPS aux codes à barres en passant par le laser pour la chirurgie des yeux et les mousses à mémoire de forme, nombreux sont les produits qui ont bénéficié des avancées technologiques de la NASA.

Les recherches et inventions de la NASA, c’est aussi un grand pas pour nous faciliter la vie au quotidien. Voici notre petite liste des inventions de la NASA qu’on utilise tous les jours… ou presque!

Détecteur de fumée

Lors de la construction dans les années 70 de Skylab, la première station spatiale américaine, la NASA fait appel au géant Honeywell pour concevoir un appareil capable de détecter différents niveaux de fumée et de gaz nocifs, et avertir les astronautes d’un problème potentiel dans la station. L’ubiquité du détecteur de fumée de nos jours est le gage de son succès.

Filtre à eau

Si le concept des filtres à eau date du début des années 50, la NASA a poussé l’idée bien plus loin. Les astronautes devaient pouvoir purifier leur urine et conserver l’eau pure pendant une longue période.

Introduite par la NASA, la filtration au charbon permet notamment de neutraliser les agents pathogènes et de tuer les bactéries. Cette méthode est largement empruntée aujourd’hui pour les filtres à eau à usage résidentiel comme ceux de la marque BRITA.

Préparation pour nourrissons

Au début des années 80, les scientifiques de la NASA cultivent des algues pour vérifier leur utilité lors de longs vols spatiaux. Ils découvrent qu’elles sont particulièrement riches en deux acides gras, retrouvées auparavant uniquement dans le lait maternel. Aujourd’hui, la majorité des préparations pour nourrissons en contiennent.

Lentilles antirayures

À cause de la saleté et de la poussière retrouvées dans l’espace, la NASA a dû inventer un enduit protecteur pour ses équipements aéronautiques, tout particulièrement pour les visières de casques d’astronautes.

Cet enduit est dorénavant appliqué sur les lentilles de plastiques, plus sécuritaires et légères que celles en vitre, les rendant 10 fois plus résistantes aux égratignures.

Thermomètre auriculaire

La compagnie Diatek, en association avec le laboratoire Jet Propulsion de la NASA, lance en 1991 le thermomètre auriculaire.

Ce dernier tire avantage du senseur infrarouge originalement développé par la NASA afin de mesurer le rayonnement des astres lointain. Désormais, il est possible de lire la température du corps en 2 secondes et surtout, d’éviter d’avoir recours au thermomètre rectal.

Outils sans fil

Black & Decker avait élaboré des outils sans fil avant de collaborer avec la NASA. Depuis la création d’une perceuse lunaire sans fil servant à prélever des échantillons de la lune, le fabricant a repris ses recherches pour développer des outils sans fil plus légers disposant d’une batterie avec une autonomie plus longue.

http://fr.canoe.ca/

McCroquettes: 31 ingrédients qui ne sont pas du poulet


Les restaurants McDonald’s vont-ils vraiment faire mieux pour leurs McCroquettes ? Jusqu’à maintenant, c’est beaucoup chose, mais très peu de poulet dans les croquettes
Nuage

 

McCroquettes: 31 ingrédients qui ne sont pas du poulet

 

McCroquettes: 31 ingrédients qui ne sont pas du poulet

Les McCroquettes sont l’objet de critiques depuis plusieurs années.Photo Yoshikazu Tsuno / AFP

Les McCroquettes, célèbres bouchées de poulet de la chaîne de restauration rapide McDonald’s, contiennent 31 ingrédients autres que du poulet, si l’on en croit la description disponible sur le site internet officiel de la multinationale américaine.

Outre le poulet blanc désossé, l’eau et le sel, la longue liste comprend de l’amidon modifié, du fer réduit, du bicarbonate de soude, de l’huile de maïs, de l’huile de canola, du faux safran, de l’acide citrique, du lactate de calcium, ou encore des vitamines B3 et B9.

Les McCroquettes sont l’objet de critiques concernant leur composition depuis plusieurs années. En 2013, des chercheurs du Mississipi avaient livré une «autopsie» de ce produit. Le constat était désastreux : la viande de poulet était peu présente par rapport à la graisse, aux vaisseaux sanguins, aux nerfs et aux os.

McDonald’s teste depuis le mois de mars une composition plus simple et plus santé pour ses McCroquettes. Effectué dans quelque 140 restaurants de la chaîne dans l’État de Washington et dans l’Oregon, cet essai doit permettre d’aboutir à l’élaboration d’une recette dont les ingrédients seraient «plus identifiables pour les consommateurs», tel que du jus de citron ou de l’amidon de riz, explique le site Crain’s Chicago Business.

McDonald’s a néanmoins refusé de détailler les ingrédients de la nouvelle recette. Les McCroquettes font partie des menus offerts par la chaîne de restauration rapide depuis 1983.

Ce n’est pas la première fois que McDonald’s tente de donner une image plus «santé» avec ses produits au poulet. En mars 2015, l’entreprise avait annoncé qu’elle arrêterait de servir, d’ici deux ans, de la volaille élevée aux antibiotiques dans ses 14 000 restaurants aux États-Unis

http://fr.canoe.ca/

Les punaises de lit aiment le rouge et le noir


Curieux, mais si cela est efficace pour éloigner les punaises de lit, alors cela serait une solution facile, même si le vert ou le jaune ne sont pas des couleurs favorites
Nuage

 

Les punaises de lit aiment le rouge et le noir

 

Agathe Mayer

Pour faire fuir les punaises de lit, optez pour le vert et le jaune et évitez la literie ou les canapés rouges ou noirs.

En rouge et noir… Les punaises de lit aiment très clairement ces deux couleurs, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue médicale Journal of Medical Entomology . Et elles se détournent des espaces verts et jaunes…

Petites, noires, vilaines et boulimiques, les punaises logent dans les tapis, les vêtements et les lits. Angoisses urbaines par excellence, les punaises de lit semblent indestructibles et font des ravages à coup de piqûres urticantes. Mais, heureusement la science semble avoir trouvé la faille et déterminer la couleur des draps à éviter pour éloigner ces vilaines bestioles. En effet, elles aimeraient le rouge et noir mais n’affectionneraient pas le jaune et le vert.

Une lutte sans merci contre les punaises

Les chercheurs de l’université de Floride et de l’Union College de Lincoln (Etats-Unis) ont élaboré des espaces spécialement pour les punaises de lit. Pour comprendre si ces parasites étaient sensibles aux couleurs, ils ont utilisé du papier cartonné de différentes teintes. Et ils ont observé leurs comportements en fonction de leur genre, si elles étaient seules ou en groupe et si elles étaient repues ou affamées.

Les conclusions de cette étude ont montré que les punaises de lit aimaient le rouge et le noir. En revanche, le vert et le jaune les rebutent.

Les chercheurs n’ont pas clairement défini causes de cette préférence de coloris.

Parmi eux, certains ont affirmé qu’ «au départ, nous pensions que les punaises préféraient le rouge parce que le sang est rouge, et qu’elles s’en nourrissent».

Alors qu’à la fin de leur étude, ils avancent une autre suggestion.

« Si les punaises se dirigent plus facilement vers le rouge, ça serait pour y retrouver leurs congénères. En effet, elles sont elles-mêmes de couleur rouge ».

D’autres études sont nécessaires pour clarifier ce mécanisme. Rappelons également qu’en 2014, une chercheuse canadienne, Régine Gries avait sacrifié ses bras afin de trouver un  mode d’éradication de ces nuisibles .

http://www.topsante

.com/

Les effets de la pleine lune sur le sommeil enfin mis au clair !


 

La pleine lune n’a pas vraiment d’effet sur les enfants, sauf peut-être quelques minutes de sommeil en moins, mais cela n’est pas vraiment significatif
Nuage

Les effets de la pleine lune sur le sommeil enfin mis au clair !

par Agathe Mayer

Si la pleine lune réduit de 5 minutes la durée du sommeil des enfants, elle ne les rendrait pas sur-actifs.

La pleine lune n’empêcherait pas les enfants de dormir, mais modifierait leurs niveaux de récupération, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue médicale Frontiers in Pediatrics . En effet, elle diminuerait de 5 minutes leur durée totale de sommeil .

Les chercheurs du Children’s Hospital of Eastern Ontario Research Institute (Ottawa, Canada) ont mené une étude pour vérifier si la pleine lune était associée à des modifications de comportements de sommeil et d’activité. Ils ont utilisé une étude réalisée dans 12 pays qui fournissait 3 371 024 heures enregistrements d’accéléromètre de sommeil et d’activité.

Cette étude a permis d’observer 5 812 enfants âgés entre 9 et 11 ans vivant en Australie, au Brésil, au Canada, en Chine, en Colombie, en Finlande, en Inde, au Kenya, au Portugal, en Afrique du sud, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Les scientifiques ont comparé les niveaux d’activité des enfants pendant trois jours : celui de la pleine lune, celui de la demi-lune et celui de la nouvelle lune.

La pleine lune, un mythe ou une réalité?

Contrairement à la légende populaire, la pleine lune ne rendrait pas les enfants sur-actifs et ne les empêcheraient pas de dormir.

Les niveaux d’activités des enfants entre les différentes phases de la lune étaient négligeables et non significatifs. En revanche, la durée du sommeil était de 4,9 minutes plus courte la nuit de la pleine lune par rapport à la nouvelle lune.

« La présente étude fournit la preuve que la durée du sommeil nocturne est de 5 minutes plus courte autour de la pleine lune par rapport à la nouvelle lune pour cet échantillon d’enfants sélectionnés dans le monde entier » explique Jean-Philippe Chaput, professeur assistant au département pédiatrique du Children’s Hospital of Eastern Ontario Research Institute.

« Cependant, si cette différence cliniquement significative est discutable, un travail expérimental est nécessaire pour déterminer si la biologie humaine est de toute façon synchronisée avec le cycle lunaire. Des recherches futures devraient également examiner si la pleine lune peut avoir une plus grande influence sur les sous-groupes d’enfants vulnérables, par exemple ceux souffrant de troubles mentaux ou de maux physiques», conclut le chercheur.

http://www.topsante.com/

Vous aimez faire des câlins à votre chien? Lui peut-être moins


Même si cet exposé sur les câlins face aux chiens n’est pas scientifiquement établi, cela mérite quand même d’y porter attention. Pourquoi ? Tout simplement que malgré tout, certains signes d’inconfort, de stress sont reconnus chez les chiens et donc, il se peut fort bien que les chiens n’aiment pas nécessairement les câlins et envoient des signes à leur maître qui ne comprend pas le message
Nuage

 

Vous aimez faire des câlins à votre chien? Lui peut-être moins

 

CHIENS CALINS

Humane Society of Greater Rochester/flickr

C’est un des arguments préférés des fans de chiens quand ils débattent avec les amoureux des félins : les canidés sont plus câlins que les chats. En plus, quand ils sont imposants, c’est souvent avec amour que les enfants aiment les enlacer.

Mais si faire un câlin à des chiens peut réduire le stress des humains, l’inverse n’est pas vrai, affirme Stanley Coren, professeur de psychologie spécialiste du meilleur ami de l’homme, dans sa chronique sur Psychology Today.

Très connu aux États-Unis, le chercheur a voulu prouver quelque chose qu’il considère comme logique en utilisant des photos de chiens enlacés par des humains. Et quoi de mieux pour cela qu’Internet?

«J’ai décidé d’analyser un échantillon aléatoire de 250 photos» où des enfants faisaient un câlin à un chien, explique-t-il.

82 % des chiens n’aiment pas les câlins

Si son «étude» n’a pas été publiée dans une revue scientifique, il a tout de même décrit sa méthodologie, très carrée. Il n’a choisi que des photos où la tête du chien était clairement visible et a évacué les photos où une source de stress externe était visible (par exemple, le fait de porter un gros chien).

Et les résultats de sa petite expérience sont sans appel : 81,6 % des chiens analysés montrent au moins un signe d’inconfort.

«Seules 7,6 % des photos montrent un chien qui était à l’aise avec le fait d’être enlacé», précise-t-il.

Enfin, pour 10,8 % des photos, les signes étaient trop ambigus pour se prononcer.

Justement, sur quels éléments le psychologue s’est-il basé pour affirmer que 8 chiens sur 10 n’aiment pas les câlins?

«Les signes de stress et d’anxiété chez le chien sont bien connus et facilement observables», explique-t-il.

Bien avant d’arriver à un niveau où il finit par grogner ou montrer les dents, un chien stressé va, par exemple, avoir les oreilles baissées, éviter le contact ou avoir les «yeux en demi-lune» (quand on peut voir le blanc). Comme sur cette photo :

calins chiens

Ou encore avoir les yeux clos ou mi-clos, sortir la langue (voire lécher le visage), comme sur cet autre exemple proposé par le chercheur :

calins chiens

De même, le fait de lever la patte ou de bailler peut également être un signe d’anxiété.

Peu d’études sur le sujet

Stanley Coren a réalisé cette petite expérience à la suite d’une anecdote. Lors d’une journée consacrée à la détente avec les chiens sur un campus universitaire, une femme a fait un câlin au chien du chercheur, qui lui a dit que les canidés n’appréciaient pas. Ce que l’étudiante en psychologie n’a pas compris, car de nombreuses études montrent que hommes, femmes et enfants aiment les câlins, qui aident à se détendre.

Pour Stanley Coren, cela semblait pourtant tomber sous le sens. Mais quand il a regardé les publications scientifiques sur le sujet, il n’a trouvé que deux articles qui montraient que «le fait d’être mordu au visage arrivait plus souvent quand vous faisiez un câlin ou embrassiez un chien».

«Pourtant, les auteurs des deux études suggéraient que c’est la proximité de la tête de la personne avec la gueule du chien qui était la cause la plus importante, plutôt que le câlin en soi», explique le chercheur.

Si les données qu’il a analysées ne sont peut-être pas assez encadrées pour justifier un article scientifique, les résultats sont tout de même étonnants. Espérons qu’un chercheur aura l’idée de pousser un peu plus loin dans cette direction pour confirmer ce fait.

http://quebec.huffingtonpost.ca/