L’échec


Notre vision de l’échec est souvent faussée par notre négativiste, pourtant, comment savourer une victoire si nous n’avons pas eu à essuyer des échecs ?
Nuage

 

L’échec

 

 

« L’échec n’existe pas vraiment. Car tu gagnes autant de tes défaites que de tes victoires. Tes défaites sont là pour te réveiller ! Donc ne te laisses pas décourager par ça. Ta vie est bien plus grande que ce simple mauvais moment. »

Oprah Winfrey

Le Saviez-Vous ► Les autruches cachent leur tête dans le sable, vraiment ?


On connaît toute l’expression faire l’autruche. Une politique d’autruche ! Longtemps, on a cru que ces oiseaux se cachaient lors d’un danger, la tête dans le sable et le reste du corps visible. Si c’était le cas, les autruches ne seraient pas très futées
Nuage

Les autruches cachent leur tête dans le sable, vraiment ?

Tout le monde connaît la légende : quand un autruche est effrayée, elle cacherait sa tête dans le sable, croyant ainsi être en sécurité. Elle a même donné naissance à l’expression de « politique de l’autruche », qui consiste à ignorer un problème. Mais qu’en est-il réellement ?

On dit généralement que cette légende a été lancée par l’écrivain romain Pline l’Ancien qui, au premier siècle de notre ère, a décrit les autruches comme des oiseaux particulièrement sots, au point de croire que leur corps est parfaitement caché lorsqu’elles enfouissent leur tête dans des broussailles. Cette idée fausse à la vie dure a été répétée pendant des siècles et déformée, jusqu’à adopter sa forme actuelle, selon laquelle les autruches cachent leur tête dans le sable en cas de danger.


Mosaïque romaine du deuxième siècle de l’amphithéâtre de Zliten, en Lybie, représentant des autruches
Image : Domaine public

Cette idée ne tient toutefois pas la route quand on y réfléchit : non seulement l’autruche resterait à la merci du premier prédateur venu mais en plus, elle étoufferait rapidement ! D’un point de vue évolutif, il paraît évident que les autruches pratiquant la politique de l’autruche à l’approche d’un prédateur auraient moins de chance de survie que celles essayant de se défendre ou de fuir. Les autruches sont après tout les oiseaux qui courent les plus vites au monde : elles peuvent maintenir un rythme de croisière de 50 km/heure si le besoin s’en fait sentir et dépasser les 70 km/h en cas de danger. De plus, leur excellente vue leur permet de voir arriver les prédateurs de loin et elles peuvent en cas de nécessité donner de puissants coups de griffes, capables d’éventrer un être humain.

Observés de loin, certains comportements des autruches peuvent toutefois donner l’illusion qu’elles enfouissent leur tête dans le sol : elles y creusent en effet des nids pour leurs œufs, que les mâles retournent régulièrement durant la journée. De plus, on dit que dans certaines situations ou elles se sentent menacées, les autruches se couchent et aplatissent leur cou au sol, réduisant ainsi leur visibilité et augmentant leurs chances d’être confondues avec un buisson.


Une autruche et ses œufs
Image :
Picture Taker 2

Sources d’informations

Description des oiseaux – L’autruche, Pline l’Ancien, traduction par M. Ajasson de Grandsagne, 1830

Faire comme l’autruche, Ch. Ferrand, 1880

Do ostriches really bury their heads in the sand?, 26 mai 1999

Animal Myths Busted, Stephen Lovgren

http://www.vulgarisation-scientifique.com/

Un ordinateur a peint un «nouveau Rembrandt» après avoir analysé le style de l’artiste


C’est une expérience intéressante, mais je suis d’avis du journaliste qu’on ne pourra jamais remplacer un chef d’oeuvre par l’intelligence artificiel, car il n’a pas les émotions de l’artiste au moment précis qu’il peint son oeuvre
Nuage

Un ordinateur a peint un «nouveau Rembrandt» après avoir analysé le style de l’artiste

 

Par Grégory Rozières

Depuis quelques années, les rapport alarmants s’enchaînent, prédisant sous peu le remplacement de millions d’emplois peu qualifiés par des robots. Et si les algorithmes arrivaient même à remplacer les artistes? Mardi 5 avril, un « nouveau Rembrandt » a été dévoilé. Sauf qu’il ne s’agit pas d’une oeuvre du maître mort il y a près de 350 ans, mais d’un ordinateur.

Dans une vidéo, les auteurs du projet expliquent comment ils ont programmé un ordinateur pour qu’il analyse les centaines d’oeuvres de l’artiste pour arriver à le copier.

« Nous avons utilisé la technologie et les données comme Rembrandt a utilisé ses stylos et ses pinceaux pour créer quelque chose de nouveau », affirme Ron Augustus de Microsoft, qui a participé à l’expérience avec la banque ING, l’université de Delft et deux musées néerlandais.

Comment? En utilisant des scanners 3D et le deep learning, cette branche de l’intelligence artificielle qui permet à un logiciel d’apprendre via un grand nombre d’exemples. Une fois que la machine a analysé les tableaux du peintres, elle a regardé certaines caractéristiques, comme le genre, l’âge et la direction du regard des portraits de Rembrandt.

Un portrait robot

Pour coller le plus possible au style du maître, le nouveau tableau devait avoir plusieurs caractéristiques. Ce devait être un portrait d’un homme de 30 à 40 ans, caucasien, avec une barbe ou une moustache, des vêtements noirs, une collerette, qu’il porte un chapeau et qu’il regarde vers la droite.

Les auteurs ont ensuite commencé à analyser plus spécifiquement les portraits de Rembrandt correspondant à cette définition. L’analyse de ces données très précises (le nez, les yeux, la bouche), leur a permis de recréer un de ces éléments à la façon du peintre. Il fallut ensuite définir un algorithme capable d’analyser les proportions des visages des tableaux.

Une fois que l’ordinateur savait ce qu’il voulait faire, encore fallait-il le reproduire sur une toile. Pour ce faire, l’équipe a utilisé une imprimante 3D? Pourquoi? Car une peinture est réalisée en 3D, il y a une certaine profondeur liée aux différents coups de pinceaux de l’auteur.

« Notre but était de créer une machine qui travaille comme Rembrandt afin de mieux comprendre qu’est-ce qui fait d’un chef d’oeuvre un chef d’oeuvre », a déclaré à la BBC Emmanuel Flores, directeur du projet. « Je ne pense pas que l’on puisse remplacer Rembrandt, il est unique », a-t-il toutefois précisé.

D’autres sont moins enthousiastes, comme le critique d’art du Guardian Jonathan Jones, qui considère que cette « tromperie » réalisée par des « fous » est une « nouvelle manière de moquer l’art ».

nouveau rembrandt

Si le style de la peinture réalisée par l’ordinateur semble proche de celles du maître, pour le journaliste ce n’est pas le cas.

« Ce nouveau tableau singe le style premier de Rembrandt, qui était lumineux, dynamique et brillant. Mais au fil de sa vie et de ses souffrances, la perte de sa femme, sa fortune, son statut, Rembrandt a abandonné ce « style » pour dire la vérité crue », affirme-t-il.

Le portrait devrait être exposé au public, mais aucune date n’a encore été communiquée.

Que cela plaise ou non, les algorithmes n’en finissent plus de s’immiscer dans l’art. Google a même créé l’année dernière un mouvement artistique, « l’inceptionnisme ». A l’origine, les ingénieurs ont développé une intelligence artificielle fonctionnant encore une fois sur le principe du deep learning.

Après lui avoir montré des millions d’exemples de formes, la machine devait normalement reconnaître des choses précises, comme des animaux. Mais les ingénieurs lui ont demandé de pousser la reconnaissance un peu plus loin:

« Qu’importe ce que tu y vois, je veux le voir encore plus. »

En forçant le trait, le logiciel a reconnu dans les nuages d’étranges animaux, notamment un cochon-escargot, un oiseau-chameau et un poisson-chien.

chien cochon chameau chien poisson

Une fois que Google a publié le code source permettant à tout un chacun de refaire l’expérience, de nombreux internautes se sont amusés à voir ce que l’algorithme allait dessiner au gré de différentes photos.

Ici, encore plus que pour le « nouveau Rembrandt », l’idée de création artistique est présente. Dans quelques années, nous nous poserons peut-être la question du titre phare de l’écrivain Philip K. Dick, les androïdes rêvent-ils de moutons électriques?

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Un alligator géant abattu par un fermier en Floride


Je comprends que le fermier voulait protéger son bétail contre cet alligator, mais lui, ne suivait que son instinct. Malheureusement, les animaux ne peuvent conquérir de nouveaux territoires comme l’être humain
Nuage

 

Un alligator géant abattu par un fermier en Floride

 

Un alligator géant abattu en Floride - BBC

Un alligator géant abattu en Floride BBC

En Floride, des hommes ont capturé et tué un immense alligator qui dévorait les vaches d’une ferme. La photo du mastodonte long de 4,5 mètres et qui pèse 362 kilos a fait le tour des réseaux sociaux.

Selon la BBC, la créature faisait des ravages depuis plusieurs semaines dans le bétail de Lee Lightsey, un fermier de la région. L’homme avait en effet retrouvé des « membres mutilés » de ses vaches près d’un étang. C’est dans ces eaux qu’il a fini par apercevoir l’énorme alligator.

« Nous avons alors compris que l’animal attaquait notre bétail lorsqu’il venait boire », a-t-il expliqué. Et d’ajouter : « C’était un monstre, il fallait l’éliminer ».

De fait, en compagnie de Blake Godwin, un guide de chasse, le fermier a abattu le reptile à la taille gargantuesque. Pour l’extraire de l’eau, les deux hommes ont dû utiliser un tracteur.

Le fermier a prévu de faire empailler l’animal et de donner la viande à une œuvre de charité. La photo souvenir, où on peut voir son fils poser à côté de l’immense bête, fait quant à elle le buzz sur le web.

http://www.ladepeche.fr/

Un étrange requin rose capturé au large du Mexique


Un bien drôle de poisson, qui est en fait une espèce de requin connu, mais sa couleur et ses blanchis sont très particulières. Il serait probablement leucite, mais ce qui compte, c’est que le pêcheur l’a relâché pour qu’il puisse survivre
Nuage

 

Un étrange requin rose capturé au large du Mexique

 

Un étrange requin rose capturé au large du Mexique

Le requin rose et son ventre gonflé observé au large du Mexique.Capture d’écran Gentside Découverte

Des poissons extraterrestres se cacheraient-ils dans les eaux du Mexique? N’en déplaise à  certains, cette créature a beau avoir l’air bizarre, elle est bien terrestre et appartient même à  une espèce tout à fait connue. Ce spécimen a été capturé au large de Cabo à bord d’un bateau de la Pisces Sportfishing Fleet. 

«Le client avait plongé un hameçon avec un morceau de thon listao, quand il a attrapé quelque chose. Environ quatre minutes plus tard, l’étrange créature se trouvait à la surface», raconte la société sur sa page Facebook.

Plutôt imposant, le spécimen était blanc avec le dos rose et avait un ventre étrangement gonflé.

«J’ai été réellement surpris mais ce qui m’a frappé le plus, ce sont ses yeux, tellement étranges», a confié Jaime Randon, capitaine du bateau.

En le sortant de l’eau, il a constaté que l’animal avait la peau râpeuse, plusieurs rangs de minuscules dents et trois fentes brachiales de chaque côté de la tête. Autant de caractéristiques qui lui ont suggéré qu’il s’agissait peut-être d’un requin.

Entrez la légende de la vidéo ici

UN SPÉCIMEN DE ROUSSETTE

Le pêcheur avait semble-t-il vu juste. Un spécialiste, Chuck Bangley de l’Université de Caroline de l’Est, a vu les images circuler sur les réseaux sociaux et a rapidement identifié le spécimen: il s’agit selon lui d’un requin Cephaloscyllium ventriosum connu en français sous le nom de «holbiche ventrue», en anglais «swellshark».

L’hypothèse a ensuite été confirmée par un autre chercheur, le Dr. David Ebert des Moss Landing Marine Laboratories. Cette espèce de requin fait partie de la famille des roussettes et est fréquemment observée dans l’océan Pacifique, au large des côtes de la Californie jusqu’au sud du Mexique voire encore plus bas jusqu’en Amérique du Sud. 

L’un des indices les plus parlants est le ventre gonflé de l’animal. En effet, ces petits requins sont connus pour avaler une grande quantité d’eau salée dès qu’ils sont menacés. Ceci a pour effet de faire gonfler leur ventre dans le but de les faire apparaître plus gros et moins vulnérables face à un prédateur.

ALBINOS OU LEUCISTIQUE?

«La façon dont le ventre est gonflé est un signe clair et évident. La plupart des requins ne font pas ça», a commenté pour Motherboard le Dr. David Ebert.

La forme du museau ainsi que celle des nageoires pectorales correspondent également. Mais un détail de taille cloche: la couleur du poisson. 

Comme les autres roussettes, l’holbiche ventrue a généralement des motifs sur la peau: des petites taches noires qui tranchent avec sa couleur grise. Le spécimen capturé lui, est entièrement blanc et rose. Il pourrait donc être albinos. Une particularité génétique qui se manifeste par un déficit en mélanine, le pigment responsable de la coloration de la peau.

Selon le Dr. David Ebert, il est toutefois plus probable qu’il soit atteint de leucisme. En cas d’albinisme, le déficit de mélanine provoque souvent l’apparition d’yeux rouges, mais ce n’est pas le cas pour le petit requin. Le leucisme lui, est dû à un déficit en cellules pigmentaires et donne également des individus blancs mais les yeux ne sont généralement pas affectés.  

UN REQUIN RARE RELÂCHÉ

Ce serait la première fois qu’on observe un individu albinos ou leucistique pour cette espèce.

«Ce requin particulier est cool à voir, mais pour de nombreuses espèces, le leucisme et l’albinisme sont anormaux», voire délétères, a souligné le Dr Elbert.

La couleur blanche représente un handicap pour les spécimens car elle les rend plus facilement repérables par les prédateurs ou les proies.

Une autre caractéristique du spécimen a intrigué: le fait qu’il ne possède que trois fentes brachiales quand les autres requins en ont cinq à sept. D’après Chuck Bangley, ceci pourrait s’expliquer par le fait que les fentes en question sont très petites ou comprimées les unes avec les autres. Il est également possible qu’il s’agisse d’une anomalie du développement.

Une chose est sure: ce spécimen est donc hors du commun. Et heureusement, le pêcheur s’en est rapidement rendu compte et a décidé de le relâcher, pensant qu’il était peut-être menacé. Il l’a ensuite observé s’éloigner dans les eaux. Une initiative salutaire qui, espérons-le, a permis la survie du requin. Il arrive en effet que le stress lié à la capture conduise tout de même à la mort du poisson.

http://fr.canoe.ca/

Des hommes expérimentent les règles


3 gars ont accepté d’expérimenter un symptôme des règles. Le sang qui coulent peut importe l’heure, l’endroit ou ils sont. Ils ne peuvent expérimenter la douleur, l’humeur changeante, mais quand même, l’expérience a quand même fait réfléchir ces gars, personnellement, j’aurais ajouté une simulation de douleur comme cela a été fait chez les femmes enceintes
Nuage

 

Des hommes expérimentent les règles

 

Des hommes expérimentent les règles

Capture d’écran / YouTube

Maux de ventre, saignement, humeur changeante; si les femmes sont bien au fait des symptômes liés aux menstruations, les hommes ne peuvent qu’observer le tout de l’extérieur, sans vraiment comprendre.

L’équipe de BuzzFeed a décidé de remédier à cette injustice en demandant à trois gars d’expérimenter les règles. Pendant trois jours, le trio de volontaires a vaqué à ses occupations quotidiennes, mais avec un dispositif sur eux qui libérait de plus ou moins grandes quantités de «sang» – du jus de betterave – n’importe quand.

«Ça semble toujours être la fin du monde. Je veux comprendre pourquoi c’est aussi stressant d’avoir ses règles», explique l’un des trois hommes qui a participé à l’expérience.

Premier constat de ces messieurs : les serviettes hygiéniques, ce n’est ni confortable, ni parfaitement efficace! Aucune protection sous la main, caleçons et pantalons tâchés, plancher souillé; l’expérience vire au désastre, dès la première journée.

«Les serviettes sont très inconfortables. Savoir que du sang peut couler à n’importe quel moment pendant la journée est terrifiant», souligne l’un d’entre eux.

Les trois gars n’ont guère réussi à s’améliorer lors des deux autres journées.

«J’ai perdu trois paires de pantalons jusqu’ici», lance l’un d’entre eux, tandis qu’un autre avoue avoir «juste envie de rentrer chez moi et d’écouter des dessins animés».

En entrevue après l’expérience, les trois cobayes se font compatissants avec la gente féminine.

«Je ne crois pas que les tampons ou les serviettes devraient être un privilège de riche. Ça devrait être un droit [d’y avoir accès]», commente l’un d’eux, sous les regards approbatifs des deux autres.

«Ç’a été un inconvénient majeur pour moi, et je n’ai expérimenté qu’un symptôme des règles», relativise un autre.

Pour voir la vidéo (en anglais seulement):

 

http://fr.canoe.ca/