Conviction


C’est important se remettre en question, comme toute chose, nous évoluons, nos idées, nos opinions, notre vision des choses changent par ce que nous avons vécu et nous avons appris tout au long de notre vie
Nuage

 

Conviction

 

« À force d’être toujours convaincus de tout et de ne jamais remettre en question, nous finirons comme des cons vaincus ! »

Louis Berger

Le voyage spectaculaire d’un tourisme aveugle au Québec


Une vidéo qui fait découvrir le Québec par un non-voyant semble faire fureur sur le net. C’est par Tourisme Québec qui en fait la promotion en montrant un homme de New-York, Danny Kean, aveugle de naissance
profitant de l’été dans la province et il a l’air de vraiment apprécier son séjour et il expérimente beaucoup d’activité que bien des gens n’oseraient pas même en voyant
Nuage

 

Le voyage spectaculaire d’un tourisme aveugle au Québec

Le Saviez-Vous ► L’heure du thé à travers le monde


Je ne crois pas que les Québécois soit de grands amateurs de thé comme la Chine, le Maroc, l’Inde et autres pays. Cependant, le thé vendu en feuille de différentes saveurs gagne de plus en plus d’adepte. C’est un goût très différents des thés vendus en pochette
Nuage

 

L’heure du thé à travers le monde

 

Comment prenez-vous votre thé? La question apparaît simple, mais ce choix individuel a souvent une connotation culturelle. Le thé est la boisson la plus consommée à travers le monde après l’eau; or tous les habitants de la planète ne consomment pas leur thé avec du lait et du sucre. Dans certains pays, le thé vert est beaucoup plus commun que le thé noir. Dans certaines régions, c’est plutôt le thé glacé qui a la faveur du public. Alors voici un tour d’horizon des différentes manières de consommer le thé.

Royaume-Uni

Le thé noir est un trait marquant de la culture britannique. Bien que le Royaume-Uni n’en soit pas un producteur, ses résidents le consomment depuis que la princesse Catherine de Bragance l’a popularisé auprès de la famille royale au 17e siècle. Les Britanniques aiment infuser leur thé noir dans un sachet ou un tamis, puis le servir avec un peu de lait et du sucre en option.

Japon

Le thé vert est sans contredit le plus apprécié des Japonais. Sa saveur est souvent rehaussée d’une touche de riz noir grillé. La culture japonaise se distingue par ses cérémonies de thé traditionnelles, dans lesquelles le thé vert en poudre (matcha) est servi selon un rituel précis. Bien que les Japonais soient fiers de cet héritage, leur usage quotidien consiste à boire le thé dans de petites tasses en mangeant une collation de mi-journée.

Chine

Aucun pays ne consomme autant de thé que la Chine, puisque cette boisson fait partie des mœurs locales depuis des milliers d’années. Plusieurs variétés se disputent la faveur du public, dont le thé vert, noir, blanc, Oolong et au jasmin. Les salons de thé sont omniprésents dans toutes les régions du pays, et le thé y est la plupart du temps consommé chaud, sans lait ni sucre.

Hong Kong

Les résidents de Hong Kong apprécient la plupart des variétés de thé chinois, mais leur spécialité est le « bas de soie ». Cette boisson froide composée de thé noir et de lait condensé tire son nom de la membrane servant à filtrer le liquide, dont la texture rappelle les bas de soie féminins.

Inde

Les Indiens ne se contentent pas de boire beaucoup de thé; ils figurent aussi au deuxième rang des plus grands producteurs mondiaux derrière la Chine. Le Chai Masala (thé noir servi avec du lait, du sucre et des épices telles que le gingembre, la cannelle et la cardamome) est une préparation dont ils raffolent.

Maroc

Le thé marocain, aussi appelé thé à la menthe du Maghreb, est un type de thé vert dans lequel baignent de nombreuses feuilles de menthe. Cette boisson sucrée est versée dans de petits verres transparents à partir d’une théière argentée tenue à bonne hauteur.

Sud des États-Unis

Les Américains consomment le thé de plusieurs manières, mais les résidents du Deep South ont une prédilection pour le thé glacé au citron, une boisson relativement corsée et sucrée à laquelle ils ajoutent un soupçon de bicarbonate de soude afin de couper l’amertume.

Turquie

Les Turcs sont les champions mondiaux de la consommation de thé par habitant. Le thé turc (cay) est une infusion très forte, servie sans lait mais avec deux cubes de sucre dans des verres traditionnels en forme de tulipe.

Tibet

Le thé au beurre, aussi appelé Po Cha, fait partie de la culture tibétaine depuis plusieurs siècles. Il doit être infusé assez longtemps (jusqu’à une demi-journée) afin de prendre une couleur foncée. On y ajoute du beurre de yak afin de fournir au consommateur les éléments nutritifs et l’énergie dont il aura besoin pour affronter le rude climat montagneux de la région.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Sida : vous allez être choqués de ce qu’ignorent les 15-25 ans


Effrayant, des jeunes croient que la pilule est suffisante pour se protéger contre le VIH, ou encore que cette infection se guérit !! Si l’information des MTS ne passe pas, alors on peut craindre pour cette génération
Nuage

 

Sida : vous allez être choqués de ce qu’ignorent les 15-25 ans

 

Le ruban rouge, symbole de la lutte contre le Sida. ©YASUYOSHI CHIBA / AFP

Le ruban rouge, symbole de la lutte contre le Sida. ©YASUYOSHI CHIBA / AFP

    La 22e édition du Sidaction qui s’ouvre vendredi 1er avril 2016 devrait être l’occasion de mieux informer une génération moins sensibilisée aux dangers du VIH.

    SIDA. À l’occasion de la 22e édition du Sidactionqui s’ouvre ce vendredi 1er avril 2016, l’Ifop a réalisé son sondage annuel auprès des 15-24 ans pour évaluer le niveau d’information chez cette classe d’âge. Avec des résultats inquiétants cette année.

    L’Ifop fait ainsi part d’une « nette dégradation des principaux indicateurs de cette enquête historique caractérisée par une baisse de l’attention des jeunes face aux risques induits par le VIH / Sida ».

    Voici quelques chiffres (inquiétants) issus du sondage :

  • 1 sondé sur 5 (soit 20% des 15-24 ans) affirme que le virus du Sida peut se transmettre en embrassant une personne. C’est plus qu’en 2015 où 15% des jeunes évoquait cette idée fausse.

  • 22% estiment qu’il existe un traitement pour guérir du Sida. Or si les trithérapies permettent bien d’allonger l’espérance de vie des malades, il n’existe toujours aucune solution pour éliminer le virus de l’organisme.

  • 30% des jeunes interrogés ont des représentations faussées de la maladie et de ses modes de transmission. Dont 17 % déclarent que la prise d’une pilule contraceptive d’urgence est un des moyens d’empêcher la transmission du VIH.

L’intégralité du sondage est consultable en ligne.

L’autre inquiétude réside dans le niveau d’information déclaré par les sondés. S’ils étaient 89% à s’estimer bien informés en 2009, ils ne sont plus que 82% en 2016.

« L’éclatement des sources d’information ou l’absence d’un vecteur d’information de référence sur le sida semble participer à la diffusion de données confusantes auprès des jeunes générations », conclut ainsi l’institut de sondage.

Un thème qui sera abordé par le Sidaction ce week-end. La vice-présidente de cette opération caritative, Line Renaud, a en effet regretté cet état de fait :

« Le sida est dans le paysage depuis plus de 30 ans. Ils n’ont plus peur et ne se protègent plus assez », déclare-t-elle dans une interview à paraître dans Ouest-France.

3 millions de nouvelles infections chaque année

Pour mémoire, le nombre nouvelles infections par le VIH dans le monde chaque année est de 3 millions. Si entre 1997 et 2010, le taux annuel de nouvelles infections a chuté de 21 %, l’année 2014 a signé un triste record :142.000 cas d’infections par le virus du Sida ont été enregistrés en Europe et Asie centrale, du jamais vu depuis l’apparition de la maladie sur le continent européen dans les années 1980. En France, 6.584 personnes ont découvert leur séropositivité en 2014, un nombre stable depuis 2007.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Cette femme se souvient du moindre détail de sa vie


Aimerions-nous avoir une telle mémoire ? Moi oui, mais il y a le mauvais côté que tout se souvenir dans les moindres détails est valable aussi pour les mauvais souvenirs
Nuage

Cette femme se souvient du moindre détail de sa vie

Cette femme se souvient du moindre détail de sa vie

© istock

Une Australienne de 26 ans fait partie des rares personnes dans le monde à ne jamais pouvoir oublier. Sa mémoire est supérieure à la normale

Une mémoire d’éléphant. Alors que certains ont du mal à se souvenir de ce qu’ils ont mangé au déjeuner ou de leurs activités du week-end passé, une Australienne peut se targuer de ne jamais avoir besoin de calendrier pour faire resurgir un événement dans son esprit. Elle se rappelle du moindre petit détail de son existence.

Rebecca Sharrock, 26 ans, peut être considérée sans risque comme une « championne de la mémoire « . Elle fait partie des 80 personnes dans le monde dotées d’une mémoire autobiographique hautement supérieure (Highly Superior Autobiographical Memory ou MAHS).

Cette compétence exceptionnelle permet à la personne qui en est pourvue de mémoriser en attribuant une date précise la moindre expérience, tous les moments de l’existence, jusqu’au moindre détail.

Des souvenirs gravés dans le marbre

Rebecca, dont l’histoire est racontée sur Fox news, peut restituer par exemple chacun de ses rêves qu’elle a fait quand elle n’était encore qu’une enfant.

Depuis qu’elle a été diagnostiquée MAHS en 2011, cette jeune femme assume et ne craint pas de révéler sa différence :

« Je me souviens de chaque jour que j’ai vécu, explique-t-elle. Elle assure qu’elle serait même capable de les dater sur un calendrier. « Je peux me souvenir de chacun de mes anniversaires depuis mes un an », raconte-t-elle.

Mais ce qui peut apparaître comme un don enviable pour certains se révèle aussi à double tranchant. La mémoire de Rebecca conserve tout, même les plus épisodes douloureux. Il est difficile pour elle d’occulter la douleur associée à un mauvais souvenir.

http://www.topsante.com/

Un Franco-Ontarien guérit à la suite d’un traitement expérimental


Les cellules-souches pourraient être un précieux atout lors d’une infection grave comme le choc septique. Un traitement expérimental semble être très prometteur
Nuage

Un Franco-Ontarien guérit à la suite d’un traitement expérimental

Charles Berniqué et son épouse Maureen.

Charles Berniqué et son épouse Maureen.   PHOTO : HÔPITAL D’OTTAWA

Charles Berniqué peut dire merci à la science et à sa femme, Maureen. Il est passé à un cheveu de la mort, après une grave intoxication alimentaire, mais il a survécu grâce à un traitement expérimental offert à l’Hôpital d’Ottawa.

Le grand-père de 73 ans, résidant à Hawkesbury, a contracté une infection grave en juin 2015, à la suite d’un dîner dans un restaurant d’Ottawa. M. Berniqué se sentait très mal et a tenté de vomir, sans succès. La rupture de son oesophage a provoqué une infection grave, qui a déclenché un choc septique.

Qu’est-ce qu’un choc septique?

Un choc septique est une affection parfois mortelle causée par une infection non contrôlée, qui provoque la défaillance du système cardiovasculaire et des organes. Plus de 100 000 Canadiens subissent un choc septique chaque année et de 20 % à 40 % en meurent. Le coût de leur traitement est évalué à 4 milliards de dollars.

 

Transféré à Ottawa, Charles Berniqué a été opéré d’urgence, puis plongé dans un coma artificiel, placé sous respirateur, en plus de subir des traitements de dialyse pour faciliter sa récupération.

C’est à cette étape que sa femme Maureen a consenti à ce qu’il participe à un traitement expérimental à base de cellules souches.

Cellules mésenchymateuses

Pas n’importe quelles cellules souches

Charles Berniqué a reçu en 24 heures 30 millions de cellules mésenchymateuses. Ce type de cellules souches aurait la capacité de s’attaquer aux infections et d’agir pour les réduire. C’est du moins ce que des tests en laboratoire sur des souris ont montré.

Le rétablissement de Charles Berniqué a pris un long trois mois. Mais aujourd’hui, il est de retour chez lui et a repris ses activités.

Une première mondiale

Charles Berniqué est l’une des 21 personnes à avoir participé à l’essai clinique des cellules mésenchymateuses pour le traitement d’un choc septique.

Cette étude, la première au monde qui tente de déterminer si ces cellules sont efficaces dans le traitement d’infections graves, est menée par les docteurs Duncan Stewart et Lauralyn McIntyre.

Toutefois, les médecins de l’Hôpital d’Ottawa ne peuvent pas affirmer avec certitude que c’est ce traitement qui a guéri M. Berniqué. Le Dr McIntyre précise que des traitements du genre seront effectués sur neuf autres patients.

Les chercheurs ont bon espoir d’être en mesure de publier les résultats de la première phase de ces essais d’ici 2017.

http://ici.radio-canada.ca/

Pourquoi n’y a-t-il pas de chats policiers?


Et oui, pourquoi il n’y a pas d’unité féline pour la police comme celle des chiens ? Les chats pourraient peut-être prêter main forte ? Enfin, c’est se crois une petite fille. Je trouve touchant que le chef de police a pris soin de répondre a cette enfant.
Nuage

 

Pourquoi n’y a-t-il pas de chats policiers?

 

Pourquoi n'y a-t-il pas de chats policiers?

Photo Fotolia

DURHAM – Si les chiens policiers sont bien communs dans les rangs des forces de l’ordre, il en va autrement pour les chats, ce qui n’a pas manqué d’intriguer la petite Eliza, cinq ans, qui s’est empressée de demander pourquoi au chef de police de la Ville de Durham, en Ontario.

Dans sa lettre, la jeune fille a lancé un vibrant plaidoyer en faveur des chats, faisant valoir qu’ils ont «de bonnes oreilles pour entendre les dangers» et qu’ils «pourraient sauver des gens coincés» puisqu’ils sont bons pour grimper aux arbres. «Mon chien est ami avec mon chat et je crois qu’un chat policier serait ami avec vos chiens policiers», soutient-elle.

Admettant avoir toujours aimé les chats, le chef de police Michael Barton a promptement répondu à Eliza en affirmant qu’il allait parler de son idée à l’inspecteur responsable de l’unité canine.

En prime, il a accompagné sa réponse d’un dessin représentant son chat Joey, tout en admettant être un piètre dessinateur.

Great response from @DurhamPolice when Chief Constable Mike Barton was asked why there are no police cats.pic.twitter.com/olWFJejDWC

 

http://fr.canoe.ca/