Parole d’enfant ► Résidence pour personne âgée


Pffff … Bon, j’espère que moi et grand-papa, on ne finira pas dans une de ces résidences. Espérant que mes enfants comprennent le message 😉
Nuage

 

Résidence pour personnes âgées

 

Maman raconte :

– Maman qu’est que les messieurs de construction font ?

– Une résidence pour personnes âgées

– Tu crois que grand-maman et grand-papa vont déménager là ?

Ana-Jézabelle, 4 ans/ 2 avril 2016

Le Saviez-Vous ► Voici comment poussent les noix de cajou


Des noix de cajou sont  des collations très appréciée. Que savons-nous sur cette noix ? Elle est le fruit de l’anacardier et avant d’être vendu, elle doit être débarrassée de son petit côté toxique
Nuage

 

Voici comment poussent les noix de cajou

 

Dans le merveilleux monde du mélange du randonneur, les noix de cajou sont les plus populaires (en excluant le chocolat). Nous mangeons beaucoup de ces noix, mais une question reste toujours : comment poussent-elles ?

Maintenant que nous le savons, nous n’en revenons pas…

Chaque noix de cajou grossit à l’intérieur d’un faux fruit que vous pouvez voir dans la photo ici haut. Techniquement, la noix de cajou est elle-même le fruit de l’arbre dans lequel elle pousse, alors cette sorte de «pomme» est superflue. Le faux fruit est bien là, mais se décompose rapidement.

Les noix de cajou poussent principalement au Brésil et en Inde, où ces fruits spéciaux sont souvent transformés en breuvages ou confitures. Certains consomment directement le jus qu’ils contiennent.

Après que les noix de cajou aient été détachées de l’arbre, elles sont séchées au soleil dans la coquille. Si vous vous êtes déjà demandé pourquoi vous ne pouvez pas acheter une coquille de noix de cajou, la réponse est simple. C’est que celle-ci contient un acide pouvant causer des allergies ou des irritations similaires au poison. Une fois que les noix sont retirées de la coquille, elles sont bouillies et grillées pour éliminer ce produit toxique. Ensuite, elles peuvent être mangées.

Noix de cajou et son amande

Donc, la prochainement que vous prenez une poignée de noix de cajou, prenez le temps de penser au fruit bizarre dans lequel elles prennent naissance.

http://afrique.lepoint.fr/

Les sièges des toilettes sont-ils si sales ?


On me disait, plus jeune, qu’il fallait s’asseoir sur les mains quand on allait à la toilette publique, alors qu’en fait, c’est plus se laver les mains qui est important après avoir utilisé n’importe quelle toilette
Nuage

 

Les sièges des toilettes sont-ils si sales ?

 

Si vous êtes phobiques des toilettes publiques, rassurez-vous ! Contrairement aux idées reçues, les microbes qui pourraient s’y trouver ont peu de chances d’arriver à vous sauter dessus.

Il y a des microbes partout dans notre environnement

Des microbes, il y en a partout. Pas plus dans lestoilettes que sur les poignées de porte, les rampes d’escalier, les écrans tactiles ou les boutons d’ascenseur ! Sauf que dans les WC, qu’ils soient publics, ou ceux de notre entreprise par exemple, ou chez des amis, ce sont des parties intimes de notre anatomie qui sont en contact avec un environnement que nous ne contrôlons pas. D’où l’inquiétude…

Il n’y a pourtant pas de quoi s’inquiéter, explique une épidémiologiste interviewée par Canalvie.

« Si les sièges de toilettes étaient vraiment si dangereux que ça, on ne pourrait pas allez aux toilettes d’aéroport sans tomber malade systématiquement », affirme la chercheuse canadienne France Daigle.

 Si l’on tombe malade en voyage, la fameuse tourista, c’est bien plus à cause du changement d’alimentation que des microbes avec lesquels on aurait pu entrer en contact !

Une personne sur deux ne se lave pas les mains en sortant des WC

Maintenant, une chose est certaine, tout cela n’est vrai que si l’on applique strictement les règles de base d’hygiène. Se laver les mains, en sortant des toilettes, semble évident, mais plus d’une personne sur deux néglige cette étape ! De même, une fois les mains lavées, il faut éviter de toucher les poignées, et toute autre surface en contact avec d’autres mains.

Concernant les toilettes spécifiquement, il n’y a de risque que si nos muqueuses entrent directement en contact avec un fluide contaminé. En langage de tous les jours : poser ses fesses sur une lunette de WC n’est pas risqué. En revanche, si nos muqueuses (anus, sexe) touchent une partie sale des WC… Mais en fait, on y fait naturellement attention. On pense beaucoup moins à ses doigts qui, eux aussi, touchent des muqueuses… Celles de la bouche et du nez !

Conclusion : ce ne sont pas les toilettes publiques qui posent problème, mais le manque d’hygiène de ceux qui les utilisent, et ne réfléchissent pas à ce qu’ils touchent avec leurs doigts, leurs mains, pendant, et après… 

http://www.passeportsante.net/f

Une trentaine d’oiseaux retrouvés morts à l’hôtel de ville d’Ottawa


Ce sont de très beaux oiseaux malheureusement des constructions fait les humains sont un danger pour eux.
Nuage

 

Une trentaine d’oiseaux retrouvés morts à l’hôtel de ville d’Ottawa

 

Une trentaine de jaseurs boréaux sont morts samedi après avoir heurté la passerelle de verre qui relie l’ancien hôtel de ville d’Ottawa à l’actuel bâtiment.

S’il est rare qu’un grand nombre d’oiseaux meurent de cette façon en si peu de temps, cette situation serait loin d’être exceptionnelle selon le Club des naturalistes d’Ottawa.

Anouk Hoedeman, la coordonnatrice du programme Ailes en sûreté, qui vise justement à réduire la mortalité des oiseaux qui se heurtent aux vitres, reproche du même coup à la Ville d’Ottawa de ne pas en faire assez.

« Les jaseurs boréaux volent entre les arbres pour manger les baies, mais ne voient pas la passerelle parce qu’elle est trop transparente. La Ville avait déjà mis des petits collants dans les vitres il y a deux ans, mais ce n’est pas assez et rien de plus n’a été fait », déplore-t-elle.

hotel de ville ottawa

Anouk Hoedeman précise que cinq oiseaux ont été secourus et qu’une dizaine d’autres blessés se trouvent encore dans le secteur.

Sur son site internet, Ailes en sûreté propose différentes solutions pour éviter que les volatiles n’entrent en collision avec les édifices de verres.

On suggère d’appliquer différentes pellicules qui permettent aux oiseaux de mieux détecter les surfaces vitrées ou encore de réduire l’éclairage nocturne qui leur nuirait également.

Le jaseur boréal se nourrit principalement de fruits et est très présent dans le sud du Québec et de l’Ontario en hiver. Les jaseurs boréaux peuvent se déplacer par dizaines à la fois.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Découvrez le «Raindrop Cake», un gâteau «goutte de pluie» qui vient du Japon


Un dessert qui est assez unique, enfin je crois, ca semble facile à faire, reste d’avoir l’ingrédient clé.
Nuage

Découvrez le «Raindrop Cake», un gâteau «goutte de pluie» qui vient du Japon

 

 

Découvrez le «Raindrop Cake», un gâteau «goutte de pluie» qui vient du Japon

 

Si vous aimez surprendre (ou impressionner) vos amis avec les dernières tendances culinaires du moment, ce «Raindrop Cake» (littéralement «gâteau goutte de pluie») devrait vous intéresser.

Comme le rapportent nos confrères du Huffington Post américain, ce dessert nous vient tout droit du Japon et son design paraît pour le moins surréaliste. Pour le réaliser, il vous faudra de l’eau minérale ainsi que de l’agar-agar, l’alternative végétarienne à la gélatine classique.

Toujours selon nos confrères américains, ce dessert connaît au Japon un succès équivalent à celui du Cronut. Au pays du soleil levant, ce dessert est connu sous le nom de «mizu shingen mochi», et sa réalisation n’est pas des plus simples, au contraire.

Darren Wong, un chef new-yorkais, a fixé la recette.

« Le gâteau doit maintenir sa forme tout en conservant la texture de l’eau », explique-t-il au Huffington Postaméricain insistant sur le côté «fragile» de sa préparation.

Pour le cuisiner, Darren Wong utilise de l’eau, du sucre, de l’agar-agar, du kinako (poudre de soja grillé) et… c’est quasiment tout.

«Il y a très peu d’ingrédients», explique le chef qui précise que l’intérêt de cette spécialité réside surtout dans sa texture unique.

Chose assez rare chez un dessert pour être soulignée, celui-ci est très peu calorique.

En attendant que ce gâteau arrive au Québec, vous pouvez tenter de le cuisiner à la maison à l’aide de la vidéo en tête d’article. Bon courage…

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Les lentilles de contact modifient la flore bactérienne de l’œil


Je n’ai jamais été tenté par des lentilles de contact, mais ceux qui en portent, il faut vraiment une attention spéciale à l’hygiène et ainsi diminuer les risques d’infection, enfin bref, les lunettes, c’est beaucoup moins de trouble
Nuage

 

Les lentilles de contact modifient la flore bactérienne de l’œil

 

Lentille de contact © NUKARI/LEHTIKUVA OY/SIPA

Lentille de contact © NUKARI/LEHTIKUVA OY/SIPA

Par Lise Loumé

Les lentilles de contact favorisent la présence importante de bactéries issues de la peau sur l’œil. Une découverte qui permettrait d’expliquer pourquoi elles augmentent le risque d’infection.

Trois millions de personnes portent des lentilles de contact en France, et elles sont 30 fois plus nombreuses dans le monde. Parfois à l’origine d’infections, elles peuvent entraîner un autre changement, plus inattendu, sur nos yeux : modifier la flore bactérienne présente naturellement à la surface de l’œil, révèlent des chercheurs de l’université de New York dans la revue mBio. Les porteurs de lentilles auraient ainsi une importante proportion de bactéries issues de la flore cutanée sur la surface de leurs yeux, selon cette étude.

2 hypothèses pour expliquer ce changement de microbiote

Les chercheurs ont suivi pendant six semaines 58 adultes porteurs ou non de lentilles de contact. Ils ont réalisé 250 prélèvements au niveau de la conjonctive (la surface de l’œil) et des lentilles. En utilisant une technique de laboratoire appelée « séquençage de l’ARNr16S » permettant d’identifier les espèces bactériennes, ils ont découvert chez ceux portant une correction visuelle la présence en grande quantité de bactéries cutanées peu pathogènes comme Methylobacterium et Lactobacillus, et de bactéries de types Pseudomonas et Acinetobacter, responsables d’infections respiratoires ou de la peau. En quantité moins importante se trouvaient également d’autres bactéries cutanées commeHaemophilus, Streptococcus, Staphylococcus et Corynebacterium.

Pour le Dr Maria Dominguez-Bello, qui a dirigé l’étude, deux hypothèses permettent d’expliquer ce changement de microbiote oculaire.

« Soit les bactéries ont été transférées du doigt à la lentille puis à l’œil, soit les lentilles de contact exercent une pression sélective sur la flore bactérienne de l’œil en favorisant le développement de bactéries issues de la flore cutanée », explique-t-elle dans un communiqué.

 Le port de lentilles de contact expose à un risque accru d’infection qui pourrait donc être lié à la présence de bactéries cutanées. Toutefois, les chercheurs estiment qu’il est encore trop tôt pour fournir des conseils aux porteurs de lentilles. Ils insistent sur l’importance du respect des règles d’hygiène pour l’entretien, la manipulation et le port des lentilles de contact

Les bons gestes pour éviter l’infection

La Fédération de gestion commune de pathologie infectieuse oculairefournit quelques conseils aux porteurs de lentilles de contact :

– lavez-vous les mains et séchez-les soigneusement avant d’enlever ou de mettre vos lentilles après les avoir mises,

– entretenez l’étui : il doit être vidé quotidiennement (ne pas réutiliser la solution), être essuyé avec un mouchoir à usage unique, être changé tous les mois ou plus si nécessaire,

– utilisez des produits d’entretien pour les nettoyer (jamais l’eau du robinet, la salive, l’eau minérale) : renouvelez-le chaque jour, masser chaque lentille avec le produit dans le creux de la main 30 secondes avant de la mettre dans le produit,

– les lentilles peuvent être journalières, hebdomadaires, bi-mensuelles ou mensuelles : portez-les et et renouvelez-les dans les délais prescrits sans aucune exception,

– posez les lentilles avant le maquillage et retirez-les avant le démaquillage,

– retirez-les lentilles avant de prendre une douche ou un bain,

– ne dormez pas avec sauf mention spéciale de votre médecin car les paupières fermées entraînent un manque d’oxygénation,

– ne remettez jamais une lentille endommagée ou une lentille journalière tombée sur le sol (contamination possible).

Si les signes cliniques suivants apparaissent, retirez les lentilles et consultez un spécialiste: larmoiement, irritation ou rougeur oculaire, vision brouillée ou sensibilité à la lumière, douleurs, halo autour des lumières, sensation de corps étranger.

http://www.sciencesetavenir.fr/