Portugal : un requin préhistorique découvert par des chercheurs


Un requin considéré comme un fossile vivant a été trouvé par des chercheurs, il n’aurait pas évolué pendant 80 million d’années. Généralement, ce requin-lézard vit dans les profondeurs de la mer et heureusement pour nous avec sa dentition, ces requins seraient un vrai cauchemar
Nuage

 

Portugal : un requin préhistorique découvert par des chercheurs

 

Les mers et océans de ce monde sont vastes et bien mystérieux. De nombreuses espèces se cachent dans les profondeurs des eaux, et parfois, certains spécimens préhistoriques remontent à la surface. C’est le cas de ce requin-lézard, découvert par des chercheurs au Portugal.

Ce requin-lézard aux 300 dents n’aurait pas évolué depuis au moins 80 millions d’années. Il a été découvert par des chercheurs au Portugal, au large de Portimao. Cette espèce préhistorique semble être sortie tout droit d’un film de science-fiction, et pourtant, l’animal est bien réel.

Un animal discret, vieux d’au moins 80 millions d’années

Le requin-lézard, ou Chlamydoselachus anguineus, est un véritable fossile vivant pour les chercheurs. Toujours selon eux, l’espèce n’aurait pas évolué depuis au moins 80 millions d’années. Il mesure plus d’un mètre, sa tête ressemble à celle d’un serpent, sa gueule ouverte a de quoi effrayer, mais ce sont ses 300 dents qui sont certainement la partie la plus impressionnante de son anatomie.

Cette prise est totalement inédite, puisqu’il est presque impossible de croiser cette créature marine qui vit entre 500 et 1.000 mètres de profondeur sous la mer. Les chercheurs, qui étaient à l’origine sur une toute autre mission, l’ont trouvé à 700 mètres de profondeur.

https://www.ladepeche.fr/

Publicités

L’alligator qui mangeait des requins


Généralement, les alligators près mangent de petites proies comme des crustacés, des poissons ou des oiseaux de rivage. Alors qu’on constate que les alligators quand ils nagent près de d’autres prédateurs tels que le requin, la raie, ils peuvent faire un repas plus consistant, tout dépend de la grosseur de la proie visée
Nuage

 

L’alligator qui mangeait des requins

 

Un alligator attaque un requin.

La diète de l’alligator consiste habituellement à manger des crustacés, des escargots et des poissons.   Photo : U.S. Fish and Wildlife Service J.N/Darling National Wildlife Refuge

Pour la première fois, des zoologistes américains ont observé et documenté des alligators qui s’attaquaient à des requins.

Les observations de prédation de l’Alligator mississippiensis se sont déroulées sur le littoral et dans des estuaires de l’océan Atlantique. Elles constituent les premières preuves scientifiques de l’existence d’interactions entre les deux espèces de prédateurs.

Les habitudes de vie de l’alligator américain ont largement été étudiées dans des écosystèmes d’eau douce à l’intérieur des terres.

Certaines données montraient que des alligators de populations côtières mangeaient de petites proies comme des crustacés, des poissons ou des oiseaux de rivage.

Mais peu d’études avaient été effectuées sur ces populations qui partagent pourtant leurs environnements avec d’autres grands prédateurs, comme le requin et la raie, et de nombreuses espèces de tortues.

Les travaux du biologiste James Nifong, de l’Université d’État du Kansas, et de ses collègues montrent que les alligators se nourrissent de quatre espèces de requins et d’une espèce de raies.

Avant notre étude, il n’y avait eu que quelques observations en provenance d’une île au large de la côte de Georgie, mais nos observations documentent l’existence d’interactions (entre les espèces) de la côte atlantique de la Georgie jusqu’à la péninsule de Floride.

James Nifong

Entre deux eaux

Les requins et les raies peuvent nager en eau douce ou salée, où des alligators opportunistes en profitent pour mettre les dents sur de bons repas.

Contrairement aux crocodiles, les alligators ne possèdent pas de glandes à sel. Ils doivent donc stratégiquement voyager entre l’eau douce et l’eau salée.

La diète de l’alligator consiste habituellement à manger des crustacés, des escargots et des poissons.

L’importance du requin dans sa diète reste maintenant à établir. D’autres études devront être réalisées pour le savoir puisque cette information est cruciale pour établir le taux de mortalité juvénile de certaines espèces menacées de requins.

Une question de grosseur

Les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Southeastern Naturalist  pensent que la dynamique de prédation entre les deux espèces tourne autour de la taille.

Si un petit requin nage près d’un alligator et que celui-ci estime qu’il peut l’abattre et qu’il fera un bon repas, il le fera.

James Nifong

Il existe aussi, selon M. Nifong, des histoires qui racontent des combats de requins attaquant de petits alligators.

Un article de journal du 18e siècle décrit d’ailleurs comment des requins ont été attirés par le sang lorsque des alligators se nourrissaient de poissons.

http://ici.radio-canada.ca

Le sous-sol de sa maison était infesté de requins


Il y a des gens qui ont vraiment des idées bizarres ! Des requins dans une piscine inadaptée pour leur condition placé dans un sous-sol d’une maison. Ils ont été recueillis par l’aquarium de Long Island. Dommage qu’ils n’ont pas été mis en liberté
Nuage

 

Le sous-sol de sa maison était infesté de requins

 

La police new-yorkaise enquêtait sur une affaire de recel d’animaux sauvages. Mais c’est une découverte surprenante qu’elle a faite dans le sous-sol d’une maison, qui abritait sept requins gris dans une toute petite piscine.

C’est dans une maison située à New York que les policiers ont fait cette surprenante découverte. Sept requins gris nageaient dans une petite piscine qui n’était pas du tout adaptée. Les cadavres de deux requins léopards et d’un requin marteau ont également été retrouvés.

Les squales ont été transférés à l’aquarium de Long Island. Ils ont été placés en quarantaine avant de suivre des examens médicaux. Cité par le Huffington Post, le propriétaire des lieux a indiqué qu’ils mesuraient entre 40 et 120 cm de long.

Le propriétaire de la maison est lui introuvable. Il aurait monté un business pour acheminer et vendre les bêtes de manière illégale.

 

http://www.7sur7.be/

Des requins blancs rôdent dans les eaux des Maritimes


Grâce à l’interdiction de la chasse au requin blanc et de la protection des phoques, le grand blanc reviens au Canada surtout dans les Maritimes. C’est une bonne chose, car il est important que ce prédateur puisse faire partie du marin pour contrôler naturellement les autres espèces dont il se nourrit
Nuage

 

Des requins blancs rôdent dans les eaux des Maritimes

 

La tête d'un requin blanc

Au moins trois requins blancs équipés d’émetteurs sont présents au large du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse.   Photo : Radio-Canada

Des requins blancs sont observés près de plages populaires et de villes touristiques en Nouvelle-Écosse, dont Peggy’s Cove, depuis le 30 juillet.

Un texte de Pascal Gervais

Au moins trois requins blancs portant un émetteur sont présents au large du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse.

Le plus populaire, à cause de son compte Twitter, Hilton, un requin blanc de 600 kilos mesurant presque 4 mètres de long, a été marqué par le groupe de recherche Ocearch en mars en Caroline du Sud. Il nage depuis juillet au large de la Nouvelle-Écosse.

Savannah, un autre requin blanc, de 2,44 m de long, n’a fait qu’une seule apparition en Nouvelle-Écosse, le 14 août. L’émetteur de George a émis un signal quelques jours plus tôt dans la baie de Fundy, entre la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick, mais reste silencieux depuis.

Jeffrey Gallant, directeur scientifique de l’observatoire des requins du Québec, n’est pas surpris par le phénomène, car depuis plusieurs années des requins blancs rôdent dans les eaux des Maritimes :

« À l’époque, il fallait se fier à des observations ponctuelles, souvent lors de sorties pour l’observation de baleines près de Saint Andrews, au Nouveau-Brunswick ».

M. Gallant croit qu’il y a plus de trois requins présentement au large des côtes de la Nouvelle-Écosse, car ce n’est pas tous les requins qui ont des émetteurs.

Il y a quand même une recrudescence de la population du requin blanc qui est observée depuis une dizaine d’années, parce que maintenant le requin est protégé.

Jeffrey Gallant

Selon le chercheur, étant donné que le phoque est une espèce protégée, il s’agit d’une raison supplémentaire pour laquelle les requins blancs sont présents au Canada.

Le requin blanc visite le Canada depuis longtemps

Un requin blanc a déjà été observé dans l’estuaire du Saint-Laurent à la hauteur de Forestville, à environ trois heures à l’est de Québec.

Des écrits relatent que la chasse aux requins blancs avait lieu dans le golfe du Saint-Laurent jusque dans les années 1940.

Le requin blanc attaque rarement

Le directeur scientifique de l’Observatoire des requins du Québec est catégorique :

« Il n’y a aucune attaque répertoriée au Canada qui impliquait un requin blanc sur des humains, il y a eu quelques incidents avec des pêcheurs au Cap-Breton et un autre à baie Sainte-Marguerite, où il y a eu des embarcations qui ont été attaquées dans les années 1950 ».

Une seule attaque a été signalée dans la baie de Fundy. Pendant que des pêcheurs traînaient un thon avec leur bateau, un requin blanc est venu le couper en deux selon le chercheur Jeffrey Gallant.

Il y a à peine une centaine d’incidents où des gens sont mordus partout dans le monde chaque année et seulement 10 % des morsures sont fatales.

« Lorsqu’on considère qu’il y a des centaines de millions de personnes qui se baignent partout sur la planète, les attaques ne sont vraiment pas significatives, il y a beaucoup de choses qui sont plus dangereuses que les requins », selon le spécialiste Jeffrey Gallant.

Leur nombre augmente dans l’Atlantique

Le regain de vie de l’espèce est attribuable à la reprise des efforts de conservation du Canada et des États-Unis, qui interdit la chasse de ces requins depuis 1997, ainsi qu’à la plus grande disponibilité des proies, généralement constituées de phoques. L’espèce est toujours classée comme vulnérable par l’Union internationale pour la conservation de la nature.

Il ne faut pas s’inquiéter de l’augmentation du nombre de requins blancs, il faut surtout s’en émerveiller, car il n’y a pas si longtemps on ne pensait pas que l’on verrait ça.

Jeffrey Gallant

Le scientifique rappelle que les requins blancs sont essentiels sur le plan environnemental.

« Ce sont des prédateurs situés tout en haut de la chaîne alimentaire et ils aident à contrôler les populations d’autres espèces. »

http://ici.radio-canada.ca/

Un requin megamouth a été observé au large de l’Indonésie


Un requin qui fut découvert qu’en 1976 et qui depuis qu’une centaine de spécimens à pu être observé. Si le mot requin peut en faire frémir certaines personnes, celui-là, malgré sa grande gueule, ne se nourrit que de plancton, crevettes et petits poissons, il n’est pas un carnivore assoiffé de sang
Nuage

 

Un requin megamouth a été observé au large de l’Indonésie

 

Un requin megamouth

Un requin megamouth, un squale particulièrement rare a été observé au large de l’île de Komodo.

JEFFREY ROTMAN / BIOSPHOTO / AFP

Par Lison Gevers

« L’habit ne fait pas le moine« . Cette expression prend tout son sens à la vue d’un requin megamouth, aussi appelé « requin grande-gueule », un squale particulièrement impressionnant mais pourtant totalement inoffensif…

Bouche immense, carrure impressionnante, le requinmegamouth (megachasma pelagios) peut effrayer. Pourtant, cet animal au « corps doux et flaque » n’est pas réputé pour être un bon nageur et se nourrit essentiellement de plancton. Espèce rare de requin, il est difficile à classer et est l’unique membre de la famille Megachasmidae.

De rares images du requin megamouth

Pour la première fois, un requin megamouth a été filmé par une plongeuse aux larges de l’île de Komodo, le long des côtes indonésiennes. Une rencontre complètement hasardeuse qui a tout de même permis de fournir des images assez rares de l’animal. Depuis leur découverte en 1976, seulement une centaine de spécimens ont pu être observés. La vidéo permet d’apercevoir le requin, nageant paisiblement, à peine dérangé par le plongeur.

 

Depuis sa découverte tardive, seulement 102 spécimens sont recensés d’après l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Sa grande bouche munie de nombreuses petites dents lui sert notamment à capturer le plancton, les crevettes et les méduses, raison pour laquelle il la laisse grande ouverte lorsqu’il nage.

 « C’est un requin planctophage comme le requin-baleine et le requin-pèlerin, mais c’est un « gourmet »  qui apprécie les Euphausiacées (petites crevettes pélagiques) qu’il « écope » comme le fait le pélican dans les bancs de petits poissons ! », explique Bernard Seret, consultant en ichtyologie marine à Igny.

Ce qui en fait une bien faible menace pour l’homme. Sa tête énorme, équivaut à la moitié de la taille de son corps. Il peut atteindre 7,10 mètres le plus petit spécimen capturé mesurait 1,77 mètres, précise Bernard Seret. Son poids avoisine les 750 kilos.

La plupart des spécimens ont été localisé dans l’océan Pacifique dans des régions telles que Taiwan, le Japon, les Philippines et l’Indonésie où ils se déplacent en eaux peu profondes, proches de la surface de l’eau et alternent avec les profondeurs de l’océan, à la recherche de nourriture. Il n’existe pas réellement de règlementation pour cette espèce, l’UCIN le classe d’ailleurs en « préoccupation mineure » mais les recherches restent à approfondir pour mieux comprendre ce requin.

« Si son anatomie a été bien étudiée, sa biologie est encore largement inconnue », dit Bernard Seret. « Les populations sont très petites et donc cette espèce devrait être assez vulnérable, notamment indirectement victimes des engins de pêche (comme le sont les requins baleines) du fait de leur grande taille et de leur faible activité », conclue Johann Mourrier, un spécialiste des requins à Perpignan.

La pêche doit donc être surveillée pour ne pas qu’elle devienne une menace pour ce squale si rare.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Un homme s’entaille le bras lors d’une plongée pour démonter les clichés sur les requins


Pour prouver que l’idée que le requin réagit à une simple goutte de sang est fausse, un homme se coupe un poignet au milieu des requins. Les septiques demandent d’essayer sur des requins tigres et taureaux, il est prêt a le faire s’il a des fonds pour voyager vers ces requins, c’est bien beau, mais il serait quand même important d’avoir un minimum de sécurité au cas …
Nuage

 

Un homme s’entaille le bras lors d’une plongée pour démonter les clichés sur les requins

 

Un requin est capable de détecter une goutte de sang dans une zone aussi grande qu’une piscine olympique.

C’est pour démonter ce genre de clichés sur « le seigneur des océans » que Skyler Thomas a décidé de s’entailler le poignet lors d’une plongée. Au beau milieu des requins, encerclé, il se munit de son couteau et se fait deux grosses coupures. Le sang a beau sortir des plaies, les requins ne semblent pas pour autant perturbés ni attirés.

Faire de même avec les requins blancs

« Cette vidéo démontre bien que toutes les choses stupides autour des requins sont infondées, et comme je sais que toutes ces légendes sont fausses je l’ai démontré aux gens à travers la vidéo », explique avec conviction cet amoureux des squales.

Cependant sa tentative ne semble pas convaincre les internautes qui ont visionné sa vidéo, beaucoup de commentaires lui demandent de faire de même face à des requins blancs, tigres ou taureaux. En réponse, Skyler invite les sceptiques à lever les fonds nécessaires pour l’aider à réaliser le voyage qui devrait lui permettre de démontrer, une fois de plus, que sa théorie est la bonne.

http://www.ladepeche.fr/

Quand un requin vient perturber les championnat du monde de surf


En Afrique du Sud, le championnat de surf n’est pas sans risque, il arrive que les requins veuillent aussi partager les vagues avec les surfeurs. Une vidéo tournée en 2015 montre les risques d’une rencontre avec le grand blanc.
Nuage

 

Quand un requin vient perturber les championnat du monde de surf

 

Les championnats du monde de surf ont été interrompus à cause d’un requin Pixabay

Les quarts de finale de l’étape sud-africaine des championnats du monde de surf ont tourné court ce mardi. La raison, un invité surprise. Un grand requin blanc qui a bondi non loin des surfeurs et qui s’est mis à roder dangereusement autour des 3 concurrents. Alertés par la « water-patrol », les quarts de finaliste ont rapidement sauté hors de l’eau pour être rapatriés entier sur la terre ferme…

Un requin récidiviste ? 

Si la compétition a repris par la suite, les autorités et organisateurs ont préféré interrompre le championnat pour la journée. Il faut dire que tous avaient en tête les événements de 2015. Lors de cette même étape sud-africaine, réputée à risque, un surfeur avait failli perdre la vie. Mick Fanning s’était alors retrouvé à la lutte avec le prédateur et s’en était miraculeusement sorti indemne. Depuis les mesures misent en place par la WSL (World Surf League) semblent fonctionner à merveille afin que surfeurs et requins n’aient pas à se battre pour partager les vagues. 

http://www.ladepeche.fr/