Quand un requin vient perturber les championnat du monde de surf


En Afrique du Sud, le championnat de surf n’est pas sans risque, il arrive que les requins veuillent aussi partager les vagues avec les surfeurs. Une vidéo tournée en 2015 montre les risques d’une rencontre avec le grand blanc.
Nuage

 

Quand un requin vient perturber les championnat du monde de surf

 

Les championnats du monde de surf ont été interrompus à cause d’un requin Pixabay

Les quarts de finale de l’étape sud-africaine des championnats du monde de surf ont tourné court ce mardi. La raison, un invité surprise. Un grand requin blanc qui a bondi non loin des surfeurs et qui s’est mis à roder dangereusement autour des 3 concurrents. Alertés par la « water-patrol », les quarts de finaliste ont rapidement sauté hors de l’eau pour être rapatriés entier sur la terre ferme…

Un requin récidiviste ? 

Si la compétition a repris par la suite, les autorités et organisateurs ont préféré interrompre le championnat pour la journée. Il faut dire que tous avaient en tête les événements de 2015. Lors de cette même étape sud-africaine, réputée à risque, un surfeur avait failli perdre la vie. Mick Fanning s’était alors retrouvé à la lutte avec le prédateur et s’en était miraculeusement sorti indemne. Depuis les mesures misent en place par la WSL (World Surf League) semblent fonctionner à merveille afin que surfeurs et requins n’aient pas à se battre pour partager les vagues. 

http://www.ladepeche.fr/

Pérou : découverte des restes d’un requin de 400 millions d’années


Il n’y a pas beaucoup d’information sur ces restes de requin trouvé au Pérou, mais il serait vieux de 400 millions d’années, une époque semble-t-il serait le début de l’apparition des premiers vertébrés
Nuage

 

Pérou : découverte des restes d’un requin de 400 millions d’années

Les restes découverts sont deux os des mandibules et un aileron.[Ministère de la Culture du Pérou]

Les restes fossilisés d’un requin de 400 millions d’années ont été découverts sur les rives du lac Titicaca, au sud-est du Pérou.

«Il s’agit du vertébré le plus vieux jamais découvert au Pérou», précise Leonardo Zevallos, paléontologue au ministère, en expliquant que les ossements avaient été exhumés par des étudiants de l’université de Puno, sur le site de Imarrucos, dans le district de Taraco, à 3.800 m d’altitude au bord du lac qui sépare le Pérou et la Bolivie.

Les restes découverts, qui remontent à l’époque du Dévonien, sont deux os des mandibules et un aileron, souligne le paléonthologue.

Voir l'image sur Twitter

Le Dévonien est dit «l’âge des poissons» car il a vu l’apparition des premiers vertébrés, les poissons, qui donneront ensuite naissance à d’autres groupes comme les amphibiens et les reptiles, ancêtres des mammifères, selon le ministère de la Culture. 

http://www.cnewsmatin.fr

Le Saviez-Vous ► Des animaux hybrides


Les animaux hybrides ne sont pas toujours créés par l’homme, s’il le fait, c’est souvent dans un but lucratif. Généralement, chez les animaux hybrides, les femelles sont fécondes, alors que les mâles sont souvent stériles
Nuage

 

Des animaux hybrides

 

1. Le zébrâne (hybride du zèbre et de l’âne).

C’est le résultat du croisement entre un zèbre et un âne, alors que certains y voient une relation digne de la belle et la bête, le résultat est à vous couper le souffle ! Cet être rare court majestueusement dans les déserts de l’Afrique subsaharienne dans lesquels il vit.

2. Le chien-loup (hybride du loup gris et du chien).

Voici le résultat de l’accouplement entre un chien et un loup gris, et il est grandiose ! Voici quelques super-créatures que l’on dirait tout droit sorties d’une bande dessinée Marvel ! Les chiens-loups sortent généralement la nuit pour se nourrir…

3. Le requin à pointes noires (hybride du requin à pointes noires australien et du requin à pointes noires commun).

Il est très courant près des côtes de la Floride. En fait, la plupart des attaques de requins qui s’y déroulent proviennent de ce requin qui est particulièrement agressif. Il s’agit du seul hybride de requin connu et son apparence est vraiment cool, si vous voulez notre avis !

4. Le coyloup (hybride du coyote et du loup).

Le coyloup a une incroyable fourrure grise qu’il tire de ses parents prédateurs ! Il est très rare et on estime sa population à quelques centaines au monde ! Il s’agit d’un grand prédateur et se nourrissent de petits mammifères.

5. Le bengal (hybride du chat-léopard et du chat domestique).

Accouplez un chat domestique avec un chat-léopard du Bengale et vous obtiendrez une boule de poils câline à l’allure très exotique ! Il devient de plus en plus populaire comme animal domestique du fait de son étonnante fourrure et de sa nature enjouée !

6. Le grolar (hybride de l’ours polaire et du grizzli).

L’habitat de l’ours polaire est de plus en plus compromis du fait des effets du réchauffement climatique. La part élevée d’ours polaires mourants les a poussés à s’accoupler avec des grizzlis, et voici l’étonnant résultat ! Regardez juste cette incroyable fourrure !

7. Le cama (hybride du chameau et du lama).

Ce n’est probablement pas l’animal le plus beau, mais regardez ces dents ! Cette créature semble tout droit sortie d’un film de Walt Disney, mais nous vous assurons qu’elle est totalement réelle ! Voici le terrible résultat de l’accouplement d’un chameau et d’un lama.

8. Le wholphin (hybride du grand dauphin et de la fausse orque).

Cette extraordinaire créature marine est si rare que de nombreuses personnes ne l’ont, et ne la verront, jamais en personne. Le wholphin est le résultat unique d’un accouplement de différents cétacés et c’est un être extrêmement intelligent, parmi les plus intelligentes créatures marines.

9. Motty (hybride de l’éléphant d’Afrique et l’éléphant d’Asie).

Cet éléphant s’appelle Motty et c’est actuellement le seul hybride connu entre les éléphants d’Afrique et d’Asie ! Il est aujourd’hui très âgé et reste unique, car il est bien plus adaptable en matière d’habitat que les éléphants non métissés !

10. Le tigron (hybride du tigre et du lion).

Les tigrons sont le résultat de l’accouplement entre des lionnes et des tigres. Ils sont extrêmement forts, rapides et disposent d’excellentes capacités athlétiques ! Cerise sur le gâteau, ils sont particulièrement rusés.

11. Le beefalo (hybride de bison et de vache domestique).

Faisant suite à une rencontre que personne n’attendait, cette créature est le petit d’un bison et d’une vache domestique, et le résultat est plutôt décevant ! Le beefalo a constamment l’air confus et/ou triste !

12. Le chabin (hybride de la chèvre et du mouton).

Les éleveurs adorent leur bétail. Parmi ce dernier, les chèvres et les moutons génèrent la majorité des profits, donc une créature hybride entre ces deux espèces doit constituer un rêve pour un éleveur ! On estime que cet hybride est bien plus intelligent que ses deux parents.

13. Le zébrule (hybride du zèbre et du cheval).

Les zèbres adorent s’accoupler avec d’autres espèces ! Voici un autre hybride impliquant le zèbre, cette fois-ci avec un cheval ! C’est une créature très paisible que l’on peut trouvé en Afrique du Sud, et il est particulièrement friand du climat chaud !

14. Le jaglion (hybride du jaguar et du lion).

Le jaglion est le résultat de l’accouplement d’un jaguar et d’un lion. Il est incroyablement fort et on pense qu’il a l’un des corps les plus puissants du règne animal ! Il s’agit d’un prédateur dangereux et il utilise sa force pour harceler sa proie !

15. Le ligre (hybride du lion et du tigre).

Le ligre est le résultat de l’accouplement d’un lion et d’une tigresse. Cela crée un super félin qui est plus imposant que les deux espèces dont il est issu et qui dispose d’une attitude plus furtive. Le ligre est connu pour briser la nuque de sa proie en un seul coup de mâchoire !

16. Le cochonglier (hybride du sanglier et du cochon domestique).

Ce super cochon est le résultat de l’accouplement d’un sanglier et d’un cochon domestique et il s’agit d’une version moins grossière que les deux espèces dont il est issu ! Il dispose d’une intelligence et de capacités physiques accrues, et est un excellent prédateur.

17. Le dzo (hybride de la vache et du yak).

Une bien étrange combinaison si vous voulez notre avis ! C’est le résultat de l’accouplement d’une vache et d’un yak, et on la croise souvent en Mongolie et au Tibet. Cette créature est prisée dans ces deux pays, car elle produit plus de lait et de viande qu’une vache ordinaire. Ce qui peut s’avérer utile…

18. Le léopon (hybride du léopard et du lion).

Cette magnifique créature est le résultat de l’accouplement d’un léopard et d’un lion ! Il est extrêmement rare et est une merveille de la jungle ! Cette créature hybride est une sorte de super félin, il est extrêmement fort, rapide et est un excellent prédateur ! Faites attention…

19. L’australian kelpie (hybride du dingo et du chien de berger).

Ces chiens sont comme résultant de l’hybridation des dingos avec des chiens de berger anglais. Ils sont excellents pour rassembler le bétail à l’aide de très peu d’indications, et sont donc souvent utilisés comme chiens de ferme.

20. L’hybride du pinson des arbres et du pinson du Nord.

Cet hybride est souvent utilisé comme oiseaux domestiques, en particulier au Royaume-Uni. Il est sage et bien élevé, et présente une longue durée de vie.

21. Le cichlidé Blood Parrot (hybride de l’amphilophus citrinellus et du cichlidé à tête rouge).

Le premier blood parrot a été découvert en 1986 et il est connu pour ses nombreuses malformations physiques ! Cette créature connaît des difficultés à manger et respirer du fait de ses muscles de la gorge étroits, et sa bouche ne peut pas se fermer complètement !

22. Le lépjag (hybride du léopard et du jaguar).

Cette étonnante créature est le résultat de l’accouplement d’un léopard et d’un jaguar ! Ce super-félin est extrêmement puissant, plus que ses parents, et est particulièrement doué pour attraper des prédateurs !

23. Le mulard (hybride du canard domestique et du canard colvert).

Le mulard est un canard qui a connu une rapide évolution au cours des années ! Cette espèce hybride est le meilleur canard de chasse, et on a remarqué que ses dents devenaient de plus en plus effilées avec le temps, alors prenez garde…

http://bridoz.com

Lorsqu’ils sont stressés, les requins vomissent jusqu’à leur estomac


On sait que les serpents peuvent régurgiter leur proie en cas de stress,un requin en cas de stress peut faire la même chose, et même aller jusqu’à vomir son estomac pour ensuite le ravaler (Cela lui permet entre autres de purifier son estomac de bactéries .. ) Cependant, il arrive que ce comportement naturel ne réussissent pas toujours
Nuage

 

Lorsqu’ils sont stressés, les requins vomissent jusqu’à leur estomac

 

A shark swims at the Ocearium in Le Croisic, western France, on December 6, 2016. LOIC VENANCE / AFP

A shark swims at the Ocearium in Le Croisic, western France, on December 6, 2016. LOIC VENANCE / AFP

Repéré par Juliette Mitoyen

Repéré sur The Verge

Il est courant d’avoir mal au ventre à l’approche d’un examen ou de se sentir nauséeux avant un entretien d’embauche. À l’instar des humains, les requins sont eux-aussi sensibles aux situations stressantes. Au point de risquer leur vie.

Les requins ont à juste titre la réputation d’être de gros mangeurs et de dévorer tout ce qui leur passe sous le museau, même les choses les plus indigestes, comme l’explique The Verge. Quand un squale qui a l’habitude de se promener tranquillement en mer se retrouve prisonnier d’un filet de pêche, poursuivi par un congénère ou bien attiré sur un bateau par des scientifiques, il est probable que l’animal soit pris de peur et vomisse son dernier repas. Selon Neil Hammerschlag, un chercheur spécialiste des requins à l’université de Miami, cette réaction primaire résulte du fait qu’il est plus facile d’échapper à une situation dangereuse le ventre vide. Face à une menace, les requins se débarassent donc instinctivement de tout ce qu’ils n’ont pas digéré pour fuir rapidement.

Le biologiste américain Austin Gallagher confie à Verge avoir été témoin de ce genre d’événement à plusieurs reprises. Lorsque lui et son équipe posaient des émetteurs satellites sur des requins tigres des Bahamas qu’ils avaient fait monter à bord de leur bateau, les squales les gratifiaient de cadeaux appétissants:

«Un requin tigre une fois a vomi d’énormes pinces de homard, des tourteaux, des plumes d’oiseaux et même une carapace de tortue.» 

Il ajoute: «Voir ça, c’est un moment unique. Ça nous fait rentrer dans la vie secrète de ces animaux.»

Vomir son estomac pour le ravaler ensuite

En situation de stress, les requins peuvent même vomir leur estomac, comme ce fut le cas en 2015 pour ce requin bleu échoué sur une plage du Massachussets. Ce phénomène, appelé éversion gastrique et rarement observé par les scientifiques, peut aboutir à la mort du requin lorsqu’il se produit hors de l’eau. En effet, sans le mouvement de l’eau et de sa propre nage, l’animal ne peut ravaler son organe digestif.

Mais il s’agit d’un processus pourtant naturel qui, au-delà du stress, permet aux requins de purifier leur estomac des parasites et de la nourriture indigeste, avant de le ravaler comme si de rien n’était, comme on peut le voir dans la vidéo ici

Dans le règne animal, les requins n’ont pas le monopole du vomi pour échapper aux situations stressantes. Les serpents savent eux-aussi recracher leurs proies lorsqu’ils se sentent menacés. Il y a quelques mois, on a aussi pu voir des vidéos et photos d’une capture de dauphins à Taiji, au Japon, au cours de laquelle les mammifères, paniqués, vomissaient de peur. 

http://www.slate.fr/

Le Saviez-Vous ► Top des requins au Québec


 

Saviez-vous qu’il y a des requins qui hantent les eaux du fleuve St-Laurent ? Certains viennent quelques fois rendre visite alors que d’autres voyagent dans les eaux du Québec par habitude. Je n’ai jamais eu connaissance personnellement qu’il y a eu des attaques de requins au Québec
Nuage

 

Top des requins au Québec

Aileron d'un requin nageant à la surface

Pixabay.com

Les requins n’aiment pas uniquement les eaux chaudes de la Floride ou de l’Australie. Voici sept espèces qui – le saviez-vous? – ont adopté ou visitent parfois l’estuaire du fleuve Saint-Laurent.

Le requin pèlerin

Requin pèlerin à la bouxhe grande ouverte avec plongeur à côté

Crédit photo: Wikipedia

Peu dangereux pour l’humain, ce poisson est le deuxième plus gros après le requin-baleine et peut atteindre jusqu’à 10 mètres. La période de gestation peut durer jusqu’à trois ans. Cette raison, combinée à la chasse qui a été pratiquée ailleurs dans le monde pour l’huile de son foie, en fait une espèce en déclin.

Le requin blanc

Requin blanc

Crédit photo: Wikipedia

Classé au premier rang des attaques sur l’homme, ce requin n’a été observé qu’à quatre reprises au Québec. Sa présence dans le Saint-Laurent n’est pas récente et n’a pas de lien avec les changements climatiques. Ses 44 à 52 dents peuvent trancher comme des lames de rasoir.

Le requin du Groenland

Requin du Groenland

Crédit photo: Wikipedia

Ce requin, qui vit en eau très profonde, est souvent considéré comme inoffensif. Il nuit toutefois aux pêcheurs puisqu’ils détruisent leurs appareils de pêche. Pourtant, certains incidents, notamment celui de 1940 où un agent de la faune a été traqué pendant de longues minutes alors qu’il marchait à l’île aux Basques, laissent croire qu’il chassait aussi le phoque à la surface.

Le requin bleu

Requin bleu vu de face

Crédit photo: Wikipedia

Reconnu comme l’un des plus beaux, ce requin est probablement l’espèce la plus rencontrée dans les eaux canadiennes. Il vit à la surface, dans des eaux tempérées et est facilement reconnaissable grâce à son dos indigo foncé, ses flancs d’un bleu métallique et son « ventre » blanc.

Le requin maraîche

Requin maraîche

Crédit photo: Wikipedia

L’espèce est peu dangereuse pour les humains, mais l’homme la menace toutefois. Souvent pêchée accidentellement, elle est aussi convoitée pour ses ailerons, qui sont l’ingrédient principal d’une soupe très populaire en Asie.

L’aiguillat commun

Requin aiguillat commun

Crédit photo: Wikipedia

Mesurant environ deux mètres, l’aiguillat commun est l’un des requins les plus répandus dans le monde et vit en bancs composés de milliers d’individus. Autrefois, son huile était utilisée pour les lampes. Espèce migratrice, elle établit une semi-résidence notamment dans le fleuve Saint-Laurent jusque dans l’estuaire marin à partir de Tadoussac.

L’aiguillat noir

Requin aiguillat noir

Crédit photo: Wikipedia

Plus petit que l’aiguillat commun, cette espèce dépasse rarement un mètre de longueur et se distingue par sa couleur foncée. Comme il habite les profondeurs, on l’observe rarement à la surface, sauf lorsqu’il est capturé à travers la glace en hiver.

http://www.canald.com

Pour les orques, tout n’est pas bon dans le grand requin blanc


Le grand requin blanc est réputé pour être un grand prédateur, mais il arrive que des orques les choisissent comme proie pour déguster leur foie qui est riche en protéine. En Afrique du Sud, les attaques des orques seraient un des causes de la disparition des requins blancs
Nuage

 

Pour les orques, tout n’est pas bon dans le grand requin blanc

 

Orque

Au moins trois requins ont été tués par des orques.

© AP/SIPA

Plusieurs attaques d’orques sur des requins ont été recensées ces derniers jours au large de l’Afrique du Sud. Ces dernière se délectent de leurs foies.

PROIES. Les grands requins blancs (Carcharodon carcharias) sont considérés comme les plus féroces prédateurs des océans. Une réputation largement acquise grâce au film Les dents de la mer réalisé par Steven Spielberg et qui n’est pas tout à fait usurpée. Mais même ces dangereux poissons peuvent devenir des proies. Ils sont par exemple parfois attaqués par des orques (Orcinus orca) comme en témoignent ces cinq cadavres découverts ces derniers jours échoués sur les côtes d’Afrique du Sud.

Le foie, un organe de choix

Repérées par des badauds qui ont alerté des associations locales comme Marine Dynamics et Dyer Island Conservation Trust, les carcasses ont été prises en charge par des scientifiques sous autorité du ministère de l’Environnement pour être autopsiées. Les premiers résultats des examens effectués sur trois d’entre elles révèlent que les requins ont bien subi des attaques d’orques et que ces dernières se nourries de leurs foies et au moins une fois du cœur.

Cette technique de chasse et d’alimentation des orques est mal documentée mais elle n’étonne pas les scientifiques qui rappellent que d’autres mammifères marins comme les lions de mer croquent parfois des requins plus petits que le grand blanc toujours pour déguster le foie. Cet organe est en effet riche en graisses et en éléments nutritifs. Et chez les requins il est très développé car en plus de son rôle dans la circulation sanguine, il est aussi un des éléments qui assurent la flottabilité de ces poissons dépourvus de vessie natatoire, un organe gonflé d’air et qui joue le même rôle pour d’autres espèces marines. Ces attaques d’orques ont provoqué la disparition de la plupart des grands requins blancs près des côtes d’Afrique du Sud, remarquent les membres de Marine Dynamics qui organisent habituellement des « Shark Tours » dans ces eaux connues pour abriter habituellement un grand nombre de requins. 

https://www.sciencesetavenir.fr/

e

Une nouvelle espèce de requin-marteau découverte


Une nouvelle espèce de requin-marteau à été découverte à Bélize grâce au profil d’ADN. Cette région est connue pour ses 1400 espèces d’animaux et plantes. On ne sait pas encore si cette nouvelle espèce est en voie de disparition, mais c’est une bonne raison pour que cette région soit protéger des activités humaines
Nuage

Une nouvelle espèce de requin-marteau découverte

 

Une nouvelle espèce de requin-marteau découverte

Une nouvelle espèce de Requin-marteau découverte dans les eaux du Belize.Capture d’écran Gentside Découverte

La nature ne cesse de surprendre la science. Alors qu’on s’attend plutôt à découvrir des petits animaux pensant avoir déjà recensé les plus gros, voici que des scientifiques de l’Université de Floride (FIU) et du Département de Pêche du Belize ont découvert un nouveau squale. Un spécimen faisant partie de la famille des requins-marteaux.

En tombant sur le requin en question, les chercheurs pensaient avoir affaire à l’espèce Sphyrna tibura ou Requin-marteau tiburo. Mais dans le cadre de leurs recherches, ils ont effectué une analyse génétique du requin et se sont rendus compte que son ADN était si différent qu’en réalité, il s’agissait probablement d’une autre espèce.

1400 ESPÈCES DANS LE RÉCIF

Cette découverte étant très récente, le requin n’a pas encore officiellement pu être reconnue comme une nouvelle espèce. De même, il n’a pas été nommé par la communauté scientifique, mais le fait qu’il fasse partie de la famille des requins-marteaux, c’est-à-dire des Sphyrnidae qui comptent 10 espèces, permet de pouvoir émettre des hypothèses sur son mode de vie. 

«Les requins-marteaux ne migrent jamais loin et il est certain que les eaux transparentes du Belize sont un facteur positif pour cette espèce», affirme Nadia Bood, spécialiste des récifs au WWF-Belize.

Selon un communiqué de l’organisation, le squale vit dans une zone riche en mangroves telles que les eaux du Belize.

Cette région est connue pour abriter quelque 1400 espèces d’animaux et de plantes, des tortues rares en passant par des dauphins, requins, raies ainsi qu’un récif corallien d’exception.

«La découverte d’une nouvelle espèce de requin prouve que le Réseau de réserves du récif de la barrière du Belize est une aire marine idéale pour accueillir les écosystèmes des plus divers et riches au monde», explique Nadia Bood.

«Il est urgent que le gouvernement du Belize mette en place des mesures pour protéger ce patrimoine naturel», ajoute-t-elle.

REQUIN-MARTEAU EN PAIX DANS LES EAUX DU BELIZE?

D’après l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), le Requin-marteau tiburo, espèce confondue avec le nouveau requin, n’est pas sur la voie de l’extinction. Son statut de conservation est de préoccupation mineure. C’est-à-dire que cette espèce est considérée comme répandue et abondante.

Les scientifiques doivent par conséquent établir un recensement de la nouvelle espèce afin d’affirmer si, comme son cousin, le squale n’est pas en danger dans les eaux du Belize. Demian Chapman qui a dirigé la recherche ayant permis la découverte a commenté:

«Maintenant, nous devons définir la portée de chacune de ces espèces individuellement et évaluer les menaces potentielles pour chacune d’entre elles». 

Selon ce spécialiste, des rapports ont en effet révélé que ces petits requins-marteaux avaient pratiquement été éliminés par la pêche illégale au Brésil.

«Nous ne savons pas de quelle espèce il s’agit et notre découverte d’une nouvelle espèce met en lumière qu’il pourrait y en avoir d’autres non répertoriées», a expliqué le scientifique dans un communiqué du FIU.

DANGER POUR LE PATRIMOINE MONDIAL

Bien qu’on ignore si l’espèce est en danger d’extinction, les organismes de protection sont montées au créneau en ce qui concerne la région du Belize.

«Plus de 265 000 personnes se sont mobilisées pour s’adresser au Premier ministre du Belize et demandent une protection à long terme de ce patrimoine naturel unique accueillant diverses espèces marines, dont cette nouvelle espèce de requin qu’il faut plus que jamais protéger», affirme Nadia Bood.

«Nous lançons un appel général pour que chacun puisse s’engager dans cette lutte grâce à  notre plateforme d’action».

En effet, en octobre 2016, le gouvernement du Belize a supprimé les permis de forage pétrolier sous-marin, menace présente pour le récif corallien contre laquelle la Belize Coalition to Save our Natural Heritage avait lutté.

Mais le combat contre le danger pétrolier n’est pas terminé, affirment les organisations. Pour rappel, la région côtière du Belize est classée par l’UNESCO au Patrimoine mondial. Or, un rapport du WWF présenté en avril 2016 a révélé que plus de 20% des sites naturels du Patrimoine mondial, soit 46 sites sont menacés par plusieurs activités industrielles.

La construction de stations balnéaires et de logements sur son territoire, construction qui s’est souvent accompagnée d’un défrichement massif des mangroves, a poussé à  inscrire le Réseau de réserves du récif de la barrière du Belize dans la Liste du Patrimoine mondial en péril en 2009.

http://fr.canoe.ca