L’Expérience


C’est important de bien choisir ceux qui nous entourent pour aller de l’avant. Les gens qui sont toxiques ne font qu’éteindre en nous notre volonté d’agir
Nuage

 

L’Expérience

 

« L’expérience est une bougie qui n’éclaire que celui qui la porte »
Ne t’entoure pas de personnes qui te rabaissent, et suis ton instinct.

Michelle Obama 

Cette nouvelle méduse est tellement incroyable qu’on croirait des images de synthèse


Une magnifique méduse assez spectaculaire par son apparence particulière
Nuage

 

Cette nouvelle méduse est tellement incroyable qu’on croirait des images de synthèse

 

 

Repéré sur Gizmodo

Elle a été découverte dans la fosse des Mariannes.

Si vous avez apprécié Casper, la petite pieuvre aperçue dans les fonds marins de Hawaï, ou Dumbo, alors vous risquez de tomber sous le charme de cette méduse découverte dans la fosse des Mariannes, l’endroit le plus profond de nos océans enregistré à ce jour, située au large des Philippines. Des chercheurs de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) embarqués à bord du sous-marin Okeanos Explorersont tombés nez-à-nez avec l’animal à près de 3,7 kilomètres de profondeur.

Si la méduse n’a, semble-t-il, pas encore été baptisée, on sait néanmoins qu’elle appartient à la famille des crossota. Une espèce rare qui, dans la majorité des cas, a pour particularité de mourir rapidement et de ne jamais dépasser les quelques millimètres en taille, écrit Gizmodo. L’expédition du sous-marin Okeanos Explorer dans les profondeurs de la fosse des Mariannes doit durer un peu plus de deux mois, ajoute Scientific American. Notez également que vous pouvez suivre en continu les découvertes et l’avancée des recherches du NOAA sur leur blog ou en vidéo.

http://www.slate.fr/

Le Saviez-Vous ►Pourquoi on a du mal à dormir quand on n’est pas chez soi


Passer une bonne nuit ailleurs que dans notre lit est souvent difficile, du moins pour la première nuit. Comme nos ancêtres, notre cerveau se met en état de veille au cas que l’environnement serait dangereux
Nuage

 

Pourquoi on a du mal à dormir quand on n’est pas chez soi

 

Insomnia / Jacob Stewart via Flickr CC License by.

Insomnia / Jacob Stewart via Flickr CC License by.

Lorsqu’une personne dort dans un lieu nouveau pour la première fois, une partie de son hémisphère gauche est en alerte.

Il peut être difficile de bien dormir quand on est dans un environnement non familier, que ce soit une chambre d’hôtel ou chez des amis. Le phénomène était déjà bien connu des spécialistes du sommeil, mais une équipe de l’université de Brown, aux États-Unis, vient de montrer ce qui le sous-tend. Lorsqu’une personne dort dans un lieu nouveau pour la première fois, une partie de son hémisphère gauche reste active, rapporte Gizmodo.

Pour leur étude publiée dans la revue Current Biology, les chercheurs ont utilisé des techniques d’imagerie cérébrale afin d’analyser les cerveaux de trente-cinq participants endormis. Pendant la première nuit de sommeil, ils ont observé une asymétrie de l’activité du cerveau, un phénomène qu’ils ne retrouvaient pas lors des sessions suivantes.

La neuroimagerie a permis de mettre en évidence qu’il s’agissait d’une partie de l’hémisphère gauche associée à l’introspection qui restait active pendant la première nuit. Dans le laboratoire, les scientifiques ont émis des sons discrets près de chaque oreille des dormeurs cobayes. La première nuit, lorsque les bruits étaient diffusés vers l’oreille gauche, l’hémisphère gauche du cerveau réagissait fortement, et plus de gens se réveillaient. Alors que la deuxiène nuit, les deux hémisphères –droite et gauche– répondaient de façon similaire, et les participants avaient moins tendance à être réveillés.

Asymétrie de l’activité cérébrale

«Cet état mi-endormi-mi-éveillé est probablement un moyen de surveiller un environnement qui n’est pas familier», explique Masako Tamaki, une des coauteures de l’article.

Cette asymétrie de l’activité cérébrale –avec des zones qui restent partiellement actives pendant le sommeil– est présente chez certains animaux, notamment les dauphins, qui peuvent ainsi dormir tout en remontant occasionnellement à la surface pour prendre de l’air. C’est aussi un fonctionnement que l’on retrouve chez certains oiseaux migrateurs, qui peuvent ainsi voyager et dormir en même temps. Le cerveau humain a une forme simplifiée de cette capacité.

Cette caractéristique s’explique bien du point de vue de l’évolution: cet effet de la première nuit protégeait nos ancêtres lorsqu’ils vivaient dans un environnement où dormir n’était pas sans danger.

http://www.slate.fr/

Trente-trois lions retirés des cirques sud-américains


Aucun animal sauvage ne devrait être loin de sa patrie, aucun ne devrait faire le pitre dans un zoo pour épater les visiteurs
Nuage

 

Trente-trois lions retirés des cirques sud-américains

 

Un des 33 lions africains nés en captivité... (Photo CRIS BOURONCLE, AFP)

Un des 33 lions africains nés en captivité au Pérou, mercredi, et sur le point d’être rappatriés à Johannesburg, en Afrique du Sud.

PHOTO CRIS BOURONCLE, AFP

LUIS JAIME CISNEROS
Agence France-Presse
Lima

C’est une des opérations de transport de félins les plus importantes de l’histoire : 33 lions récupérés dans des cirques sud-américains s’envolent vendredi du Pérou pour l’Afrique du Sud où ils seront relâchés dans une réserve naturelle.

Simba, Shakira, Rolex et leurs trente autres congénères embarqueront dans un avion cargo à destination de Johannesburg, où ils doivent arriver samedi. Après quelques mois de transition, ils retrouveront leur habitat naturel en octobre dans le sanctuaire d’Emoya (Emoya Big Cat Sanctuary).

« C’est vraiment merveilleux que ces lions, après avoir vécu une vie de souffrances dans des cirques, retournent à la maison en Afrique », a déclaré à l’AFP Jan Creamer, la présidente d’Animal Defenders International (ADI), l’ONG responsable de cette vaste opération, baptisée « Esprit de liberté ».

Sur les 33 félins, 24 proviennent du Pérou et 9 de Colombie, les deux pays ayant adopté des lois qui interdisent l’usage d’animaux sauvages dans ce type d’attractions, respectivement en 2011 et 2013.

Si en Colombie le cirque de Bucaramanga, dans le nord-est, a remis ses lions volontairement, au Pérou, l’ONG a dû intervenir dans plusieurs cirques avec les forces de l’ordre pour faire appliquer la loi.

Ces animaux, dont certains sont borgnes ou n’ont plus de griffes, souffraient de problèmes de malnutrition ou de maltraitance.

Selon l’ADI, il s’agit de la plus grande opération de transport de félins en captivité de l’histoire. « Le coût du transfert est de 10 000 dollars par lion, le même prix que paie un passager pour voyager en première classe sur un vol transatlantique », a indiqué l’ONG.

Cette opération insolite pour ramener ces lions dans leur habitat naturel n’est pas sans rappeler le film d’animation Madagascar des studios Dreamworks. On y suit les aventures d’Alex le lion et de trois autres animaux qui s’échappent du zoo de Central Park à New York pour finir en pleine nature sur l’île de Madagascar.

http://www.lapresse.ca/

Afantaisistes, ils vivent sans image dans la tête


Un syndrome vraiment étrange et difficile d’imaginer, c’est le cas de le dire, qu’une personne soit incapable de visualiser dans sa tête, des lieux, des rêves, le visage de quelqu’un
Nuage

Afantaisistes, ils vivent sans image dans la tête

Repéré par Emeline Amétis

Le syndrome est encore méconnu, mais il concernerait de nombreuses personnes, dont Blake Ross, le cofondateur de Firefox Mozilla.

Fermez les yeux. Imaginez une plage: de sable fin, ou rocailleuse, peu importe. Imaginez la mer et la couleur du ciel. Rassurez-vous, l’objectif n’est pas de vous hypnotiser. Mais seulement de vous faire prendre conscience que si vous y êtes arrivé sans peine, vous avez là une capacité que les afantaisistes n’ont pas: construire une image mentale, se représenter un lieu, un visage, une forme.

Dans un article publié directement sur Facebook, Blake Ross –co-fondateur de Mozilla Firefox– confie «ne jamais avoir visualisé quoi que ce soit de sa vie»:

«Je ne peux pas “voir” le visage de mon père, ou imaginer une balle rebondissante bleue, me souvenir de ma chambre d’enfant ou du jogging que j’ai fait il y a dix minutes. Je pensais que “compter des moutons” était une métaphore. J’ai 30 ans et je n’ai jamais su comment un humain pouvait faire cela. Et ça me fascine.»

Un syndrome inconnu

Blake Ross est atteint d’un syndrome —dont le nom est encore incertain— mis en lumière par des chercheurs en neurosciences en juin 2015: l’aphantasie ou l’afantaisie, au choix.Baptisé selon le grec φαντασια, la traduction allemande du mot grec, Phantasie fait référence à l’imagination. Avec le préfixe «a», il devient donc question d’absence d’imagerie mentale. Difficile pour l’auteur de ne pas y voir aussi un souvenir d’enfance: le film Fantasia.

Jusque-là, le développeur pensait que l’ensemble de l’humanité connaissait le même sort. Il a fallu que le New York Times s’intéresse la même année aux conséquences d’une opération sur un patient de 65 ans, qui avait subitement perdu la capacité de visualiser le visage de Tony Blair –entre autres–, pour que Blake Ross se rende compte qu’il était, lui aussi, afantaisiste et que, par conséquent, il appartenait à une minorité d’humains. Il est par ailleurs encore difficile de savoir combien de personnes sont touchées par ce trouble:l’enquête d’un professeur en psychologie publiée en 2009 et réalisée sur 2.500 personnes évalue ce nombre à 2%. Mais on sait encore trop peu de choses sur le sujet.

Blake Ross ne souffre pas de troubles neurologiques ou ophtalmologiques. Il fait juste appel à sa mémoire sans visualisation, en se souvenant de certaines caractéristiques physiques quand il s’agit du visage de quelqu’un, comme la couleur de ses yeux.

Pas de rêves, ni de musique dans la tête

Après cette révélation s’ensuit une insomnie, provoquée par la curiosité d’en apprendre plus sur les expériences de ses amis encore en ligne sur Facebook. Blake Ross constate alors avec stupéfaction que sur 74 amis contactés, 71 décrivent sans difficulté la construction d’une image mentale en utilisant spontanément les mots relatifs aux«images». Seules trois personnes contactées par Blake Ross ont l’imagination aveugle:

«Nous avons lancé un fil de discussion pour comparer nos tics et nos particularités –un tas de “MAIS OUI!”, d’“EXACTEMENT!!” et de “wow toi aussi?”– et j’ai senti la chaleur transcendante que je n’avais connue qu’une seule fois auparavant: quand un gamin geek un peu isolé débarque de Floride et rencontre un groupe de développeurs californiens qui semblent simplement “le comprendre”. C’est le sentiment de trouver les siens.»

Si Blake Ross écrit cet article, c’est aussi parce qu’il s’est heurté, dans le meilleur des cas à la curiosité sinon à l’incompréhension de certains proches, et a voulu répondre à leurs questions. Il explique ainsi qu’il n’arrive pas à se figurer la forme (même la plus simple: un triangle, par exemple), qu’il ne rêve pas –ou en tout cas, qu’il est incapable de visualiser ses rêves au réveil–, qu’il n’arrive pas à dessiner, qu’il saute les descriptions physiques dans un livre, qu’il ne se souvient pas des plages de Miami où il a pourtant grandi, qu’il n’a pas le sens de l’orientation, qu’il n’arrive à visualiser le visage de ses ex-copines, qu’il n’a pas de musique dans la tête,

http://www.slate.fr/

Découverte d’un nouveau géoglyphe dans le désert de Nazca


On trouve encore des géoglyphes à notre époque, et pourtant ces dessins sont immenses. Il est vrai qu’ils ne sont pas tous aussi visibles que certains, mais faut dire que deux millénaires, c’est long pour un dessin
Nuage

 

Découverte d’un nouveau géoglyphe dans le désert de Nazca

 

Le géoglyphe du colibri, à Nazca, au Pérou.... (PHOTO BjarteSorensen via WIKIPEDIA)

Le géoglyphe du colibri, à Nazca, au Pérou. Le motif qu’on vient de découvrir représenterait pour sa part un animal « avec une longue langue ».

PHOTO BJARTESORENSEN VIA WIKIPEDIA

Agence France-Presse
LIMA

Un nouveau géoglyphe, ces mystérieux dessins géants tracés sur le sol qui fait la gloire de la civilisation nazca, a été découvert dans le sud du Pérou, a indiqué jeudi le ministère de la Culture.

L’équipe d’archéologues japonais et péruviens à l’origine de la découverte dans le désert de Nazca estime que le géoglyphe a été tracé il y a environ 2000 ans.

« Le motif figuratif a été découvert lors d’une mission menée par le chercheur Mazato Sakai, près du ravin Majuelos, à environ 12 kilomètres de l’endroit où se trouvent les lignes ou géoglyphes de Nazca », a indiqué l’archéologue Johny Isla, responsable du patrimoine de cette civilisation au sein du ministère de la Culture.

« Ils ont identifié un motif figuratif qui n’est pas très visible. On ne sait pas si ce sont des figures zoomorphes ou anthropomorphes, car elles sont relativement érodées », a indiqué à l’AFP M. Isla, précisant que la découverte remontait à fin 2015.

La découverte a été mentionnée sur le site internet en espagnol de la revue National Geographic, dans le cadre des recherches effectuées depuis 7 ans par M. Sakai avec une équipe de l’université japonaise de Yamagata.

Selon le site, le dessin, qui s’étire sur environ 30 mètres, représenterait un animal imaginaire « avec une longue langue », selon Masato Sakai, qui estime son ancienneté « entre 2000 et 2500 ans ».

En juillet 2015, la même équipe japonaise avait découvert 24 géoglyphes, a rappelé M. Isla.

Les célèbres lignes et géoglyphes de Nazca, des motifs géométriques ou animaliers vieux de plus ou moins deux millénaires et situés dans la plaine côtière aride du Pérou, peuvent se voir uniquement du ciel. Ils ont été inscrits en 1994 au patrimoine mondial de l’UNESCO.

http://www.lapresse.ca/

Ces gants traduisent la langue des signes en langage parlé


Une très belle invention fait par des étudiants sur leur temps libres. Cela prouve que la jeune génération n’a pas peur de travailler pour changer les choses. Une belle façon pour une meilleure communication entre ceux qui entendent et ceux qui signent
Nuage

 

Ces gants traduisent la langue des signes en langage parlé

 

Cette paire de gants SignAloud a été conçue pour combler le fossé de communication entre les entendants et les malentendants. Ses inventeurs ont reçu un prix étudiant Lemelson-MIT de 10 000$ pour cette réussite. Les gants sont équipés de senseurs et connectés par Bluetooth à un ordinateur. Chaque geste reconnu par la machine déclenche la lecture de la phrase ou du mot, via un haut-parleur.

Navid Azodi and Thomas Pryor, étudiants à l’université de washington, ont ainsi travaillé sur leur temps libre dans le but de créer un objet confortable et léger, au contraire des appareils déjà disponibles qui prennent tout le bras où pèsent bien trop lourd.

Ils ont l’espoir que grâce à leur ergonomie, ces gants deviennent d’un usage aussi courant que les lentilles de contact ou les aides auditives. Ils pensent également qu’ils pourraient être utiles à la réhabilitation de patients après des attaques, ou pour améliorer l’expérience utilisateur d’une réalité virtuelle.

gant-langage-signe

http://www.laboiteverte.fr/